Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Petit Alpiniste Illustré

Le Petit Alpiniste Illustré

by Apoutsiak

Alpinisme

La Grande Casse - 3855 m

Apoutsiak — alpinismeVanoiseLes 100 plus bellesSki de randonnéehumeur

Il y a 150 ans, le 8 Aôut 1860 exactement, Etienne Favre, Michel Croz et William Mathews (avec peut être George Bonney , révérent et géologue de la perfie Albion, mais les auteurs n'en sont pas sûrs, il aurait fait la Grande Sassière avant et le Viso après , mais aurait sans doute shuntée la princesse de la Vanoise) atteignent le sommet de la Savoie, la grande Casse par la voie évidente des Grands Couloirs : un grand Couloir de neige (et de glace en fin de saison) incliné à 40 45 ° peut être un poil plus ...

Cette voie deviendra la voie normale d'ascension de ce sommet !

 

150 ans !

 

 

Grande Casse - Face SudFace Sud de la Grande Casse - vue depuis le sommet de la Réchasse

 

A.Messimy et Jean-Jacques Blanc graviront le couloir Messimy (à droite des Grands Couloir) qui donne directement sur la Pointe Mathews. le 23 Août 1894. ( Messimy avait vécu un drâme sur lesp entes de la Grande Casse en 1892, la cordée de 4 militaires s'étaient perdue dans le brouillard, dans les pentes raides et 2 militaires décèdent, tandis que Messimy est parti chercher les secours)

 

Le 6 Août 1897 , c'est la petite face Nord qui tombe sous les coups de piolet (Droit !) de Joseph Amiez et des frères Puiseux ( ceux là même qui ont donné leur nom à la Brèche Puiseux dans le massif de Chamonix !)

 

La Face nord directe ou couloir des Italiens est gravie le 6 Août 1933 (en l'honneur de la naissance de mon père !) par deux Italiens : A Bonacossa et L Binaghi !

 

Grande Casse - face OuestGrande Casse, les grands Couloirs, face Ouest - coucher de soleil

 

En Mai 1996, je m'inscris dans l'histoire, on n'est jamais mieux servi que par soit même, je décide de partir à l'aventure à ski. Départ de Plan du Lac au dessus de Termignon, je rejoins le refuge du Col de la Vanoise. Au refuge, je rencontre des skieurs avec lesquelles nous décidons de faire cordée commune. Le lendemain, le temps est maussade et nous ne ferons que quelques virages dans les pentes de la Réchasse. Au refuge, je rencontre une amie de ma cousine Claire. Le 3ème jour, nous remontons une nouvelle fois vers le glacier de la Vanoise, dans le brouillard. et rejoignons la pointe du Dard 3206 m. Paysage magnifique, le soleil se lève au dessus d'une mer de nuage et la Grande Casse nous éblouit, magnifique.

Retour au refuge pour une 3ème nuit, mes compagnons de cordée repartent  et le gardien me convainc de tenter la Grande Casse le lendemain, elle est en excellente condition !

Je me laisse tenter, pour moi, la Grande Casse, c'est un peu la quintessence de l'alpinisme, il n'y a aucun sommet de difficulté supérieure atteignable pour le commun des mortels ! Seuls les fous vont au delà et ils sont peu nombreux ! Au refuge, deux jeunes à l'attirail fournit projette la petite face Nord puis de filer faire le Charbonnel en Haute Maurienne. Ils avalent deux grosses boites de conserve de ravioli, je suis impressionné, l'effort et la technique nécessaire à gravir ces faces doivent être proportionnels  à la taille des boites !

 

Dans l'après midi un groupe d'italien téméraires se lancent dans la descente à skis sous les yeux de tous les alpinistes présents au refuge. Le second skieur, loupe un des premier virages en haut des Grands couloirs. Il ne parvient pas à s'arrêter et prend rapidement de la vitesse. Le gardien le suit à la jumelle, on le voit bien à l'oeil nu, je suis tétanisé" par le drame qui se joue devant mes yeux, je vois mon futur premier mort en montagne tandis que le gardien à l'accent savoyard lance :

"Il ne va pas se faire mal, il va tomber dans les blocs !" Effectivement, au bout de 400 m l'italien disparaît dans des blocs de neige, puis on voit quelques chose bouger, il s'est relevé ! J'en suis tout étonné, miracle ! Et toujours plus miraculeux, il finira la descente à ski comme si de rien n'était !

 

Le lendemain, je suis le premier en action ( facile, en hors sac...) Je rejoins sans difficulté le pied du glacier de la Grande Casse !  Dès les premières pentes raides, bien avant le Grand Couloir lui même, je laisse les skis (on ne se refait pas) et poursuis en crampons. Après le premier coup de cul, la pente s'adoucit, je la remonte jusqu'au pied du Grand Couloir. Et c'est parti pour 400 m à 40 - 45 ° en neige, je trouve ça presque trop facile. Il fait grand beau. J'arrive au col entre le sommet et la pointe Mathews, c'est fait, de là, le sommet, Grande joie. D'autres alpinistes me suivent. Quelques photos, un peu d'eau une barre et je suis sur le retour, je veux descendre avant que ça ne se réchauffe.  le couloir se descends tranquille , je retrouve mes skis et le refuge. Heureux !

Retour à la voiture dans une neige soupe inskiable (on trouve les excuses qu'on peut).

De retour chez moi, je décide d'arrêter l'alpinisme. J'avais atteint mon Nirvana et aucune course ne pourrait être plus belle.  Décision de courte durée malheureusement pour ma dulcinée. C'est la première et seule fois que je prendrais cette décision !

 

Grande Casse face Nord - la ReineGrande Casse face Nord depuis la pointe de Bellecôte

 

Les autres tentatives, il y en a eu peu : nous avons passé nos vacances d'été 2009 à Pralognan, et je suis passé au bureau des guides avec pour objectif le couloir des Italiens, "Pas en condition !"

Cette année, était prévu un joli stage au CAF de Besançon avec en course d'application :traversée des Aiguilles de la Vanoise pour la course de Rocher et couloir des Italiens à la Grande Casse pour la course de Glace, en plus elle était en condition. Pour arriver en forme, je suis monté au col du Dard le premier jour puis au Grand Paradis pour peaufiner mon acclimatation !

En redescendant du Grand Paradis, à Pont, je décide de rappeler Christian organisateur du stage qui m'annonce que celui-ci est annulé !  C'est vrai que la météo était un peu pourrie mais bon ! Et c'est avec une grande déception que je me suis rentré !

 

Grande Casse - face NordGrande Casse face Nord, lever de soleil depuis la pointe de Bellecôte

 

Bon, je sais, on n'est passé de la Grande à la petite (toute) petite histoire mais bon, je n'ai pas pu m'empêcher !

 

 

 

 

Source Wikipedia

 

 

 

Alpinisme : Traversée Midi-Plan descente sur le Requin

Apoutsiak — alpinismeMassif du Mont BlancLes 100 plus bellesjeff

Une magnifique course d'arête ! Après deux buts, un avec Thib au Rognon du Plan et un  autre avec pas mal de monde (Anne, Jean-Marc, Matthieu et Steph) nous avons remis le couvert !

 

Vidéo en bas de l'article

 

P1040880

 

 

 

 

Topo

 

Depuis l'aiguille du Midi (3842 m), suivre l'arête qui part Nord Est et rejoindre le col du Plan : 3475 m Contourner le point 3532 versant Ouest (Chamonix) puis par l'arête et rejoindre un deuxième col sans nom sur la carte IGN De là, toujours versant Chamonix remonter un couloir qui amène au Rognon du Plan. Contourner un bastion par l'Est  rejoindre l'arête et tirer un rappel (équipé - 20 m environ) désescalader en traversée pour trouver un second rappel (60 m) possibilité de faire des rappels intermédiaires.

Traverser le col supérieur du plan 3573 m et remonter en direction de l'aiguille du Plan. Attaquer versant Sud escalade en III sup pour rejoindre le sommet (3673 m).

 

Descente sur le refuge du requin.

Un rappel de 60 m permet de rejoindre la base de l'aiguille du Plan (relai sous le sommet)

Descendre le glacier de l'envers du Plan  au mieux : gros louvoyage entre les crevasses ! passer sous le point 2865 m  et rejoindre le du requin : 2516 m

 

Carto fichier GPS

 

à venir


Récit

 

 

Le programme


Encore une bonne grosse journée ! lever à 4 heures de la maison ,je retrouve Jeff Catherine et Céline à 7 h 1/2 à Cham. Queue pour les billets pour le téléphérique, nous ratons la première benne, nous aurons la seconde. Et zoop nous voilà sommet de l'aiguille du Midi. L'obectif du Week-end : une goulotte dans le triangle du Tacul et la traversée Midi Plan. Il a pas mal neigé.


Jeff décide pour nous et nous partons pour Midi Plan en aller retour, les Cosmiques nous attendent nous avons réservé en demi pension, quel luxe !

 

Tout va bien Madame la marquise, il fait grand beau, c'est magnifique !


Et c'est parti, il y a du monde, nous descendons l'arête Nord de l'aiguille, je suis encordé avec Catherine et j'enprofite fimer Jeff et Céline un peu derrière. Une cordée de 3 est loin devant nous, l'arête est magnifique, c'est un régal. Au col du Plan tout va bien, nous basculons au frais, versant Chamonix, à l'Ombre. La traversée puis la remontée du couloir sous le Rognon du Plan se passent bien. Au loin, la cordée de 3 est déjà au sommet du Rognon, Céline est aux anges, pour une première course... ( en fait, nous sommes tous aux anges) Au Rognon, nous rejoignons le sommet du bastion Rocheux qui donne accès au col Supérieur du Plan. Premier rappel, puis traversée en escalade mixte et facile.Jeff équipe et je ferme la marche en désescalade. Nous rejoignons le deuxième rappel, il fait chaud et des chutes de morceaux de petites  corniches nous menacent gentiment...

 

P1040840

La chaleur arrive et le programme change


Deuxième rappel, nous voilà sur la neige, bien soupe. Deux théories s'affrrontent, Jeff, veux longer la base du bastion, raide (et chargée) tandis que je propose de descendre sur le "replat" et de remonter tranquillement la pente (plus long, mais plus sécurit à mon sens) Jeff part avec 60 m de Corde, ça semble passer, il déclenche quelques petites coulées et rejoint le col supérieur du Plan. Nous le suivons bien espacés les uns des autres. Ne reste que la pente de neige sous le bastion final.


  P1040890

Voilà l'escalade, le départ est assez évident. Un passage sur gratons en crampons au milieu puis c'est tout en finesse que je grimpe les derniers mètres (en fin pas tout à fait en finesse, mais presque !) Voilà le sommet. Photos avec Catherine. Jeff réclame le départ pour la descente, et oui, les pauses, c'est toujours trop long. Céline montre quelques signes de fatigue, c'est sûr que pour une première course... Et en plus, c'est pas fini. Nous nous rejoignons au pied du rappel, et là, 4 solutions s'offrent à nous :

 

1°) : Revenir sur nos pas sachant qu'il y a le bastion du Rognon du Plan avec son IV sup gavé de neige à franchir et que c'est long !

2°) : Descendre  un peu et gravir le Rognon du Plan par une pente de neige raide (bien trop fondue à mon gout ...)

3°) : Descendre sous l'éperon du Rognon du Plan (jusquà 3100 m environ) et remonter vers l'aiguille du Midi et les Cosmiques. Crevassé et un peu long surtout qu'on brasse comme des mabouls dans cette neige  temps estimé pour atteindre le refuge 3-4 heures ( c'est ma solution, mais elle n'est pas validée par tous)

4°) : descendre au refuge du requin (plus rapide !)

 

"Jeff, il est ouvert le refuge du requin ?"

"Oui - oui !"

"Ah bon !"...

  La natation synchronisée, ou presque !


On brasse tellement que la solution 4 s'impose, d'autant que le refuge est ouvert ! La cordée de 3 qui nous précedaient n'a pas fait le sommet ils sont descendus directement sur le refuge du Requin depuis le col supérieur du Plan. Brass - Brass Brass ... nos deux cordées ont les pieds trempés ! Brass brass brass zwiiiiip (glissade).  Bref, c'est tracé, mais on brasse à gogo. Tout le monde galère et la joie des premières heures a laissé place à l'envie de manger un bon boeuf bourguignon mitonné par le gardien...

 

Le refuge presque parfait !


Nous approchons du refuge, il n'y a pas l'air d'avoir une grosse animation. Une fois sur la terrasse, c'est sûr, il n'y a pas de gardien. Le soleil a la bonne idée de se coucher 3 minutes après notre arrivée, pour le séchage des affaires, on repassera !  Je pénètre dans l'antre, c'est ouvert, il y a au moins un local d'hiver. Je monte à l'étage, un dortoir vaste et bien ordonné, et une cuisine avec des feux , des gamelles et des spaghettis chouette on va pouvoir faire un festin ! Je cours annoncer la bonne nouvelle aux autres !

 

P1040895

 


Catherine  est un peu fatiguée et Céline est toute blanche. Nous nous installons dans le dortoir et mettons nos affaires à sécher, le plus impressionnant : les chaussures de Jeff retournée qui crée un fleuve d'eau dans le bâtiment !

 

Je retourne dans la cuisine pour faire fondre de la neige et ô surprise, il y a bien des feux du matos mais il manque ... la bouteille de gaz. Et là, c'est le drame. Pas de gaz = pas d'eau à boire, et pas de nourriture, je suis parti avec juste 10 barres pour 2 jours. Nos recherches dans et autour du refuge resteront vaines ! Il n'y aura pas de gaz pour ce soir !

 

Une longue soirée s'annonce... Céline fatiguée, s'est couchée, elle est malade; Catherine l'a imitée (mais pas malade !) Je tente de soutirer à Jeff quelques victuailles (il a du jambon du pain et du gouda) et je décide de me nourrir d'un aliment original : le spaghetti pas cuit ! quand je dis pas cuit en fait, je devrai préciser pas cuit du tout, cru ! Ca craque sous la dent puis il faut mâcher longuement avant de pouvoir avaler ( sinon il y a un fort risque de perforation stomacal !) La chambrée profite longuement de mon repas ( ah oui, les spaghettis c'est bien, mais c'est long à mâcher ! ( l'avantage c'est que ça occupe) Je décide de préparer de l'eau pour la nuit et le lendemain, je remplis toutes les casseroles de neige (ensuite, il suffit d'attendre que ça fonde).

 

Bref, après avoir bien quémandé j'arrive à obtenir de Khomeiny  dans sa grande largesse, une demie tranche de gouda rance ! béni sois tu ô toi notre lumière quasi divine !  

 

Ou un vovo croise un hélico !


Céline, malade file vomir aux toilettes, qu'elle n'atteindra pas, et laisse le précieux contenu de son estomac se déverser en chemin, à 2 mètres de son objectif ! Elle revient barbouillée de vovo, pas facile de se nettoyer sans eau !  Je compatis à son malheur et lui propose quelques délicieux spaghettis qu'elle refuse ! étonnant non ?

 

La nuit se profile, j'utilise des techniques d'endormissement américaines : le MP3 vissé sur les oreilles et quand je sens que je m'endors, hop j'éteints tout et je m'endors. Bref, mon esprit vaquait dans les paysages traversés dans la journée quand j'entends un vrombissement sur la musique de Cure. Mon sang ne fait qu'un tour, un hélico est en train d'atterrir à proximité du refuge. Le gardien ? ... Je saute du lit et file dehors et là, vision d'apocalypse : Céline est en train de vomir à genou, prostrée sur le grillage de la terrasse du refuge et en face d'aile l'hélico pausé, les turbines hurlantes. Moment étonnant ! Deux gars du PGHM  en sorte et viennent nous demander si nous avons vu un ou deux espagnols en provenance de l'éperon Tournier. Tandis que Céline fini de recracher les morceaux je leur annonce que nous sommes seuls au refuge et que nous n'avons croisé qu'une cordée de 3 sur Midi Plan. Ils repartent vers l'hélico, qui repart aussi sec vers la vallée,nous nous retrovons seul. Jeff nous a rejoint en pagne ! La scène est étonnante. Céline ravale les derniers morceaux de son ex dernier repas (bon appétit si vous êtes à table) et Jeff lance un "Ca va mieux ?" du plus bel effet ( il sait parler aux femmes Jeff !) .

 

Bref, endormissement deux le retour, Méthode américaine, MP3 Dodo.

 

P1040901

 

Natation synchronisée 2 La vengeance !


Et le lendemain matin, réveil 5 heures. Ca n'est pas la motivation des grands jours. Chacun émerge, grignote une barre, deux pour ceux qui en ont les moyens. But du jeux du jour : Remonter au col du Midi faire une goulotte et rejoindre l'aiguille du Midi avant la dernière benne. Le temps est gris. Nous rechaussons nos chaussures humides après ce petit déjeuner frugal et en route pour l'aventure ! Les pieds sont frais ! C'est parti vers 6 heures 10. décollage. Aucun regèle nocturne, on brasse, ça commence bien. Jeff et Céline font une pause "eau" au passage d'une cascade, nous passons devant. Je trace. Je surveille les vilains séracs qui surplombent la trace. Tout à coup, gros bruit, un rocher est parti, je lève les  yeux pour voir où il va tomber. Sur Catherine ! J'avance en avalant la corde, elle court vers moi, Je vois que ça va passer, mais 30 secondes plus tôt nous étions pîle dessous ! (enfin Catherine, il vaut mieux l'avoir en photo qu'encordée, c'est un peu miss poisse : une crevasse, c'est pour elle, une chute de pierre, c'est pour elle ! une rimaye a percer, c'est pour elle !)


Bref, remis de nos émotions, nous repartons. Je brasse un coup le pied tient en surface, un autre il s'enfonce, parfois profondément. Je n'ai, comme souvent le matin pas la caisse, alors qu'en Jeff me propose de passer devant, je laisse mon orgueil de coté et lui laisse faire cette tache ingrate ! Derrière, c'est beaucoup plus reposant ! Scounch scrounch font les crampons dans la neige à peine durcie par le mauvais regèl. Un coup je m'enfonce, un coup je reste en surface. Je regrette de ne pas avoir les skis ! Moi qui aime les départs matinaux tranquille où l'on peut dormir dans la trace, je suis servi. Je chantonne quelques airs d'opéra.  Plus on monte, plus ca a regelé et plus on marche facilement, tant mieux. Catherine réclame une pause, elle sait y faire avec Jeff, elle menace de tomber dans les pommes  en cas de "non pause "! . Et l'autre s'execute, sans sourciller. L'avantage, c'est que s'il y pause pour Catherine, il y a pause pour moi, et je pique un petit sieston un peu frais (la neige, ça refroidi son homme !)

 

P1040908


Nous passons au bout de vallée blanche et par un mouvement enveloppant, revenons vers l'aiguille du Midi. Dernière pause, il est midi, nous mangeons nos dernières barres, il en restait. Il est trop tard pour aller tenter une goulotte nosu décidons de rentrer direct  Nous remontons au col du Midi ou un groupe fait des exercices de mouflages au bord d'énormes crevasses. Voilà l'arête, Catherine veut faire une dernirère pause, nous nous réencordons court et voici l'arête finale, je suis canardé par les flashs (un classique à l'aiguille du midi) et voilà la grotte de glace il est 13 h 10. Quelques minutes plus tard, Céline et Jeff arrivent. 

nous filons vers la benne où il y a une énorme queue. Ca bouchonne et je vais passer mon après midi dans les bouchons : presque 2 heures la voiture à l'arrêt sur l'autoroute en Suisse du fait d'un accident, et la sortie se fera en remontant l'autoroute à contresens.... Bouchon bouchon... Enfin bref, je suis bien rentré (un peu lentement) après ces deux belles journées de montagne !

 

 

Photo

 

L'album photo complet est ici  - diaporama Midi Plan

 

 

P1040822Départ de l'aiguille du Midi - au loin l'aiguille du Plan


P1040829

Devant le Dôme du Gouter


P1040832L'arête


P1040838Après la descente, ça remonte !


P1040839



P1040844

Devant le Rognon du Plan et son couloir d'accès


P1040847

Cordée sur le Rognon du Plan


P1040853col du Plan



P1040855col du Plan


P1040854

vers le col du Plan



P1040856

Dans le couloir obscure du Rognon du Plan



P1040860

sortie du couloir


P1040871au pied des rappels du Rognon


P1040881

Le Rognon du Plan



P1040886

Vue du sommet : au loin l'aiguille du Midi et le Mont blanc


P1040890avec Catherine au sommet

P1040891Magnifique arête


P1040897

Coucher de soleil sur la Tour Ronde depuis le refuge


P1040904

L'aiguille Verte un peu bouchée au lever du soleil


P1040917Céline, dernière pause avant l'aiguille du Midi

P1040925Sortie à l'aiguille du Midi

 

Vidéo

 

 


Alpinisme : Semaine à Chamonix Avril 2010

Apoutsiak — alpinisme

 

19 au 25 Avril

L'ensemble des liens et des vidéo dans la semaine...

 

J 1 - Lundi - Rosablanche depuis Siviez (Valais)

P1040282

J2 -Mardi - Téléphérique et nuit dans la station de téléphérique des grands montets


J3 -Mercredi

  

 

AiguilleVerte couloir Couturier but

Goulotte Mitsunori Shigi - calotte de la Brenva

Montée et nuit  au bivouac de la Fourche

 

 

 

P1080402

 


J4 - Jeudi - Tour Ronde par le couloir Gervasutti

Descente de la vallée Blanche, retour à Chamonix à pied !

 

P1080418

 

 

 


J5 - Vendredi : Traversée col des Aiguilles  Crochues - col de Bérard

Chamonix Vallorcine par les Aiguilles Rouges

 

P1040384


J 6 - Samedi : Aiguille Verte , couloir Couturier, descente par le Whymper

Nuit au couvercle

 

P1040408


J7 - Dimanche : Couvercle Montenvers par le glacier de Leschaux

Vidéo : Tour Ronde - Couloir Gervasutti

 

Semaine chamoniarde :


Rosablanche par Siviez


Tentative sur la Verte

Goulotte Mitsunori Shigi

Nuit à la fourche


Tour Ronde, couloir Gervasutti

Vallée Blanche


Traversée des Aiguilles Crochues


Aiguille Verte couloir Couturier - descente par le Whymper


Les vidéos sont inclues dans les articles


 

Alpinisme : Aiguille Verte 4122 m - couloir Couturier

Apoutsiak — alpinisme

 

P1040428

LA Montagne !

 

S'il y a une monatgne à gravir dans la vie, c'est celle ci !!!

  4122 m

1000 m D IV

 

 


 

 

 

 

Vidéo en bas de l'article !


Topo :


De la gare de téléphérique des Grands Montets, descendre la piste qui part au Nord sur 50 m, longer les faces Nord en passant sous le couloir Chevallier, la Tête Carré, le couloir Cordier ( ne pas trainer, séracs) et rejoindre en remettant les peaux la rimaye du coulor Couturier.

 

Skis sur le sac, remonter le couloir et sortir sur la calotte à droite avant de rejoindre le sommet.

 

Descente : Rejoindre le col de l'aiguille Verte entre le sommet et l'Aiguille de la Grande Rocheuse

De là, enchainer les rappels (en rive gauche) Je crois que le topo annonce 19 rappels, il me semble qu'on en a tiré beauxoup moins !  Corde de 2 X 60 souhaitable. Tirer en permanence plus à gauche pour se retrouver au sommet des goulottes. Le passage de Rimaye est specataculaire. Remettre les skis (les meilleurs skieront le couloir Whymper) et descendre le refuge du Couvercle en restant à proximité des Contreforts du Moine (crevasses)

 

Carto Fichier GPS

 

Fichier GPS au format GPX Aiguille verte couloir Couturier Whymper

 

1110 m de déniv +


Récit :

 

Après un but en début de semaine, nous revoici avec pour objectif, l'aiguille Verte...

6 h du mat, je suis déjà réveillé ( et oui, une semaine de montagne et on se lève de bonne heure naturellement !) Nous nous préparons tranquillement, avant de partir à Argentière et passer à la boulangerie pour déjeuner. Parking des grands Montets, il y a déjà du monde, mais nous sommes efficaces et dans les premiers de la queue pour les billets. Malheureusement pour nous, des alpinistes ont déjà leur billet et shunte cette queue...  Enfin la caissière mal lunée ouvre son estanco, nous prenons les billets et ô malheur, il y a déjà plein de monde dans la queue pour la première benne. Mon sang ne fait qu'un tour, il faut sauver la course, et je m'inserre dans la file  en une position qui me garantie, je pense la première benne... ( Bref, pas en bout de queue... J'ai honte, mais les autres, ils partaient pour Chamonix-Zermatt alors la première ou la deuxième benne, ça ne leur changeait pas grand chose !)

 

Quant tout à coup nous retrouvons Catherine qui part faire le passage d'Argentière et le Col du Tour Noir puis les champions du monde de But : Steph et Matthieu. Nous papotons, et Matthieu conclue : "Les 200 derniers mètres m'ont paru très longs !"  Ils partent chercher leur billet avec pour objectif le col du Passon.

 

Une Benne - Lognan

Une Benne - les grands Montets. 9 h 00

 

Descente des escaliers mise en place des skis, et c'est parti. Passage sous les séracs du Cordier... rapido... Une cordée se dirige déjà vers la Verte. Nous mettons les peaux, en regardant derrière combien ont eu la même idée

Une cordée me rejoint. Jeff part devant, à fond, et je prends un petit rythme, il fait déjà chaud et je n'ai qu'une carline et ma polaire sur le dos. Je sens que Jeff veut se retrouver devant dans la voie...

Voilà la rimaye, il faut chausser les crampons. Je bois, je grignotte une barre, et hop en position montagne. Je parle à un Français en Anglais ( par habitude, il y a tellement d'étrangers dans ce massif ... Note : cette phrase n'est pas à prendre au premier degré !, je pensais que c'etait un italien et je ne parle pas l'Italien. ) Nous remontons à la rimaye. qui est quand même bien ouverte et en neige friable. Une cordée passe, puis Jeff se lance, un bloc de neige bascule dans la rimaye, mais Jeff s'élève, c'est mon tour. J'ancre les piolets le plus loin possible, puis m'élève, ça passe. Et c'est parti pour 1000 m à 50 °... Le soleil est bien là, des spins drift dévalent la face. La Verte vie. Un peu trop... quelques glaçons dévallent les pentes.  Ils filent à vive allure et sifflent aux oreilles. Je monte régulièrement, la forme est là, tant mieux. Un alpiniste en solo nous dépasse. Nous arrivons à un passage en glace. Des morceaux de glacent continuent de dévaler la pente, ça siffle, je me demande quelle est là probabilité de s'en prendre un. Sans avoir le temps de terminer le calcule, je m'en prends une dans le casque ! puis plus tard dans le bras. Jeff repars pour cette portion de 60 m en glace grise. J'ai pour mission de ne pas perdre de broches ! Ca passe tout seul. Un gos bloc rocheux stresse l'ensemble des cordées dans sa chute, 2 italiens en contrebas ont dû avaoir une belle frousse. J'aspire de mes voeux le moment où on ne sera plus sur l'autoroute des objets volants de la Verte, protégés par les rochers et rive droite. Jeff fait un relai, les Italiens nous rejoignent, et je tape un brin de causette. Les cordées sont maitenant bien espacées (on s'est fait dépassé au relais !), et il est plus agréable de grimper.  Courte traversee sous la glace et j'exige une pause. Je me fais engueler par l'Ayatollah, je mets trop de temps à macher mes barres de céréales !  Nous repartons. C'est un peu monotone mais j'essaie de profiter de chaque instant, je suis dans ce mythique couloir.  Jeff ralentit, et je me demande si ça baisse de régime est dûe à une méforme ou à une adaptation de son rythme à mon rythme.  Question sans réponse ! Nous partons sur la droite rejoindre la calotte, la vue change et la pente diminue ( on peut se tenir debout).  Et Jeff fait une nouvelle pause ! alors que le sommet est en vue, quelle générosité !

Plus que 50 m, et ça passe, enfin le sommet. Toujours aussi beau avec une des plus belle vue des Alpes !!!

 

Nous retrouvons d'autres cordées avant d'attaquer la descente. d'abord la petite arête de neige qui permet de rejoindre le col  puis la queue pour les rappels, au soleil ! C'est notre tour, les nuages montent, et assez rapidement nous nous retrouvons dans le brouillard. Jeff part devant, et je le rejoins à chaque rappel où Khomeiny me met la pression pour aller le plus vite possible. Vache dessus, vérification des pitons, sangles, mousquetonnage la corde ad oc à tirer.... En 2 h 30 nous sommes au pied, passage de la rimaye en rappel assez impressionant (je me prends une douche de neige). Puis nous chaussons les skis pour rejoindre le refuge du Couvercle, l'occasion de dépasser 3 cordées (2 à pieds et une en skis courts) qui galère dans la neige profonde !Voilà le refuge du Couvercle, il est 19 h 30. Jeff me rejoint. Nous entrons dans cet abri surchauffé (il fait au moins 40°C) et surbooké : nous serons une 30aine pour 22 places ! Le refuge est bondé, il y a du matos partout, des sacs, du matos pendu, des affaires mises à sechés, des casseroles bouent sur le poële.


Nous nous déshabillons et prenons notre repas du soir avec les deux jeunes de la Grande Rocheuse. Puis directions le dortoir où la température doit osciller entre 35 et 40 °C ! Je m'immisce entre deux personnes (ce qui etait prévu) l'une d'entre elle me fait bien comprendre son mécontentement ! Mes deux épaules touchent chacune d'entre elles, que puis je faire de mieux ?. Et là, je prends la décision de la soirée : Stilnox ND + boule quies et vive la nuit sereine. Rendez vous le le lendemain à 7 h !!! ( bon, ça n'es que la deuxième fois que je prenais du Stilnox, je ne le conseille pas, mais là, c'était situation extrême)


Le lendemain donc, le dortoir est presque vide quand je me réveille et j'entrevois Jeff en train de nettoyer le refuge , balai en main ! Nous déjeunons, Bref prend un sac de bouteilles de gaz tandis que j'emmène quelques bouteilles et quels quelques bouteilles de gaz dans mon sac. Le refuge esera toujours un peu moins crade après notre passage.


Jeff pars, nous traversons le glacier de Talèfre, et là, c'est le drame : Jeff se gaufre et le sac de bouteille de gaz explose dans la chute, et la douzaine de bouteilles de gaz part dans la pente verglacée ! Kim Jong Il est désorienté, lui, le seigneur des neiges, étoile d'or du Virage sauté, est tombé et a laissé échapé son butin !

Je propose " Bon, ben maintenant on n'a plus au'à jouer à la chasse aux oeufs !" J'en ramasse trois en haut du couloir, le reste nous attend sagement à la jonction avec le glacier de Leychaux ! Nous récupérons l'ensemble de la poubelle, et c'est parti pour la mer de glace au petit matin. Nous remontons au Montenvers par le chemin d'été (inutile d'aller cherchers les bennes fermées). Au Montenvers, l'ambiance est bonne, café coca, puis nous montons dans le train. Par la fenêtre je reconnais Bruno mon cousin et Catherine, nous discuttons pendant toute la descente et Bruno nous ramène en voiture à Argentière (merci !)


Et voilà pour cette belle journée


Merci à Kim Jong Il qui a conclue la course par cette phrase : " C'est une course à faire, mais c'est sans intérêt !" Ca m'a vexé ! Je n'ai même pas osé lui dire ...


Photo :


P104039710 heures : la Rimaye du Couturier


P1040403Arrivée au passage en glace


P1040407Ca monte


P1040408Jeff au milieu du Couturier


P1040411La pente sans fin


P1040412La même un peu (beaucoup)  plus haut


P1040419Arrivée sur la Calotte de la Verte Jeff


P1040421Sur la calotte, au loin, le Grand Combin


P1040423

Jeff à quelques encablures du sommet


P1040431Au sommet


P1040436

Grandes Jorasses, Arêtes de Rochefort et Dent du Géant


P1040433

Devant la Grande Rocheuse


P1040429Descente vers le col


P1040438Col des Jorasses et arête de Rochefort



P1040442D'un coté le Whymper , de l'autre, le Couturier


P1040443Premier rappel, au col !



P1040450nième rappel, dans le brouillard


P1040459Avant dernier rappel


P1040464Sous la Rimaye : Grandes Jorasses et arêtes de Rochefort


P1040468Cham'


P1040474Le bien nommé (et bondé)  refuge du Couvercle

P1040479

Le refuge du Couvercle avec au dessus à gauche, le bas du couloir Whymper


Vidéo


 


 

Semaine chamoniarde :


Rosablanche par Siviez


Tentative sur la Verte

Goulotte Mitsunori Shigi

Nuit à la fourche


Tour Ronde, couloir Gervasutti

Vallée Blanche


Traversée des Aiguilles Crochues


Aiguille Verte couloir Couturier - descente par le Whymper


Les vidéos sont inclues dans les articles


 

Alpinisme : Tour Ronde - couloir Gervasutti - 3792 m

Apoutsiak — alpinismeMassif du Mont BlancSki de randonnéejeffLes 100 plus belles

Tour Ronde 3792 m

300 m AD + II 50 °

 

Couloir Ouest de la Tour Ronde

 

 

 

 

 

P1080418

 

Topo :

 

Depuis le pied de la Tour Ronde, dans la Combe Maudite, l'itinéraire est évident. en face Ouest, un couloir évident et large descent de la base sommitale.

Passer la rimaye et remonter le couloir ( 50°) Le couloir rectiligne s'incurve ves la droite en son sommet. L'itinéraire rejoint la sortie de la face Nord. Le bastion sommitale peut être contourné ou gravi directement par une cheminée en IV.

 

Carto - Fichier GPS

 

 

Récit

 

Après une mauvaise nuit au bivouac de la Fourche, nous décidons de faire la Tour Ronde par le Gervasutti avant de redescendre par la vallée Blanche, ma première ! (au départ nous devinos redomrir à la Fourche pour gravir en sus une ou deux goulottes).

Bref, nous quittons notre bivouac frisquet, remontons sur l'arête avant de descendre dans la Combe Maudite. De là nous filons au pied du couloir Gervasutti, à quelques encablures.  Quelques conversions plus tard, nous sommes sous la rimaye. Skis sur le sac, crampons au pieds, Jeff, le briseur de pause, part devant. Tentative de passage de rmaye, hésitation, nouvelle tentative plus à droite, Jeff passe, et file faire un relai plus haut. C'est à Catherine. Je la suis, elle se positionne, quand c'est toute la lèvre inférieure de la crevasse qui cède sous son poids et descend de 50 cm. Catherine se retrouve assise sur un bouchon de neige qui s'est enfoncé de 50, les cramons dans le vide. Elle émet un cris strident qui met me mets en éveil. Je la hisse hors de sa facheuse position en précisant judicieusement à Jeff de rester corde tendue. Une fois revenue à sa postion initiale, le problème reste entier, il faut passr la rimaye, qui est bien entendu plus large qu'initialement... Finalement ça passe, je regrette un peu de ne pas avoir filmer la scène, qui aurait fait un malheur sur internet, mais je n'aurais pu tirer Catherine en arrière un appreil photo à la main !

Bref, avec mes Grandes guibolles, la rimaye passe relativement bien : un piolet ancré bien loin, pareil pour le deuxième, le crampon planter haut et hop je suis au dessus.

La suite, c'est comme un gigantesque escalier de neige dure, en condition impeccable. La forme est là, alors, ça va tout seul. Je parviens à faire quelques photos et quelques films  dans le couloir sans que l'Ayatollah à la fatwa antipause qui nous sert de premier de cordée ne s'en rende compte ( Burgener, si tu nous entends ! ;-) )

 

Bref, ça monte, et je profite de ce couloir en condition, la vue est magnifique sur l'envers du Mont Blanc, la Blanche de Peuterey est superbe. Nous débouchons sur l'arête ou a lieu la jonction avec la face Nord, un peu de glace, puis Jeff décide de faire une pause sur le final en IV. Persuasif, je le dissuade de monter par là, il faudra revenir cherhcer les skis et la bouffe alors qu'un pause au seommt me plairait bien. Au sommet c'est bombance et sieste.

Nous attaquons la descente par la voir normale côté Est. Départ sur l'arête puis rapidement dans les pentes Nord. Ca passe relativement tranquille. Il faut juste faire attention dans ces pentes à 45 °

 

P1080448

 

Sous la rimaye, nous chaussons les skis pur descendre la vallée Blanche, seuls, il est déjà tard ! C'est magnifique et jamais très raide. Catherine fatiguée, réussi à se gauffrer juste avant une montée, mal joué. Jeff joue les pros de la glisse au ras des crevasses. Les longs plats de la mer de glace nécessitent de pousser légèrement sur les bâtons. Voilà le bas du glacier, il va falloir remonter à pied au Montenvers et sans doute descendre à pied à Cham, le dernier train est sans doute parti.

Jeff nous gratifie d'une belle figure de style à la sortie du glacier en glissant sur la glace !  Nous rejoignons la grotte de glace et le sentier d'été enneigé qui remonte au Montenvers. Une autre cordée de 3 est là pour faire la pause, le dernier train est parti il y a une heure déjà. Catherine nous rejoint, elle aurait prféré dormir là ! Grosse déception. Nous amorçons la descente, chaussage, déchaussage 20 ou 30 fois, je ne sais plus, pour perdre 200 m à tout casser puis le sentier devient sans neige,   reste la longue descente sur sentier et nous arrivons vers 20 h 30 au parking. Tentative de stop pour rejoindre l'Aiguille du Midi, échec, je la rejoins à pied !

 

Voilà deux journées bien remplies !

 

(le récit de la première des deux journées

 

Photo

 

P1040326

Bivouac de la Fourche - Catherine

 

P1080430

Début du couloir Gervasutti - Catherine et mon pied !

 

 

P1080436

Catherine dans le couloir

 

P1080437Jeff à l'approche de la partie supérieure

 

P1080448

Catherine dans la partie supérieure

 

P1080452

Le Mont Blanc, et la Fourche depuis le sommet de la Tour Ronde

 

P1080455La Vierge du sommet, elle assure !

 

P1040332Sont'y pas bô devant la Blanche de Peuterey et le Mont Blanc

 

P1040336

L'envers du Mont Blanc

 

P1040340L'Aiguille Verte nous nargue ( à sa droite, le couloir Whymper et la Grande Rocheuse

P1040352

 

P1040357Catherine - vallée Blanche, devant la Tour Ronde

 

P1040362Vallée Blanche

 

P1040364Jeff, el Grigou des crevasses

 

P1040367Catherine

P1040374Enfin le Montenvers , plus qu'une heure 30 et nous serons à Cham !

 

 

Vidéo

 

 

Semaine chamoniarde :

 

Rosablanche par Siviez

 

Tentative sur la Verte

Goulotte Mitsunori Shigi

Nuit à la fourche

 

Tour Ronde, couloir Gervasutti

Vallée Blanche

 

Traversée des Aiguilles Crochues

 

Aiguille Verte couloir Couturier - descente par le Whymper

 

Les vidéos sont inclues dans les articles

 

 

Calotte de la Brenva - Goulotte Mitsunori Shigi - 3701 m

Apoutsiak — alpinismejeffMassif du Mont Blanc

Goulotte de 200 m - cotation AD+ II

 

Longue , longue , très longue journée qui a commencé dans les toilettes de la cabine de téléphérique des Grands Montets pour se terminer dans le frais et humide bivouac de la Fourche, perché au dessus de vide !

 

P1080402

Catherine dans la goulotte Mitsuno Shigi

 

 

 

 

Topo :

 

On a fait 3 longueurs de 60 m  ( au départ 60 - 65 °) avec glace grise puis pente à 50 - 55 °  Sortie par l'arête à droite en montant, jusqu'à la calotte. Descente en rappel premier rappel à droite en descendant.

 

Récit :

 

Longue longue journée qui débute loin de la calotte de la Brenva, au sommet du téléphérique des grands Montets.

La veille, je retrouve Jeff à Chamonix et nous rejoignons Argentière. Benne pour Lognan puis pour le sommet des Grands Montets où nous retrouvons  deux alpinistes, un Belge et un Allemand, nous avons le même objectif, nous lever tôt et gravir  la Verte par le couloir Couturier.

 

Première partie : et hop, un but pour débuter

Tout débute mal, le cabinier se braque  quand Jeff lui demande où se trouve la salle pour bivouaquer. Bref, les gardiens de la gare de téléphérique nous laisse le choix : soit dormir dans la gare ( vent et température fraîche garantie ( -7°C) où dormir dans les toilettes, propres mais odorantes de la gare de téléphérique. Seul Jeff choisi la première solution.

Repas dans les toilettes, puis nuit pleine de phéromones, le réveil sonne à 1 h 30, je sors réveiller Jeff emmitouflé dans son duvet -50°C. Et nous filons vers 2 h 20 sous les pentes Nord de l'aiguille Verte. Pas de lune, on ne voit rien ( tiens je viens de faire un lapsus informatique, j'ai tapé nul au lieu de lune !) Nous passons sous le couloir Chevallier, la traversée est aisée, il a reneigé cette nuit, moi qui craint les pentes gelées à skier à 2 heures du mat, tout va bien. Nous distinguons vaguement le couloir Cordier, hésitons sous un couloir et descendons  le long d'un éperon rocheux, avec les peaux, encordés, en position montée. La corde file soit, je vais trop vite, et elle se coince entre mes skis, soit je vais trop lentement et Jeff me tracte. Le tout se fin parfois par terre, soit par des gros coups de stress afin d'éviter de tomber. Nous distinguons une frontale au loin, nous filons. Rejoignons la cordée de trois. Quiproco, nous pensons être au pied du Couturier et nous finissons par comprendre que nous sommes au pied des Droites ( au pied du couloir Lagarde précisément) Ah les billes, ça s'annonce mal !

Nous repartons dans l'autre sens, et remontons vers la Verte. Une cordée en provenance du refuge nous rejoint. Le jour point ! Ca sent bon le bon gros but ! La cordée Germano Belge est dans la face 1 heure devant nous, visiblement elle avance assez lentement ( la neige tombée cette nuit) Les Italiens filent vers le pied de la face. Nous décidons d'abandonner la partie

Et là, c'est le but. Retour à la gare de téléphérique des Grands Montets pour récupérer nos duvets et la bouffe et dormir un peu avant une descente en neige dure jusqu'à Argentière. Avec Jeff, pas de pause, j'en ai eu plein les cuisses ! Vers 8 h 30 en bas, la première partie de la journée est terminée.

 

Tout aurait pu en rester là, mais Jeff n'est pas sans ressource, nous déjeunons dans un café, retrouvons Catherine qui était partie à notre rencontre au Couvercle. Queue pour la benne de téléphérique, où Jeff nous refuse le retour par le train du Montenvers, on descendra à pied ! Nous partons pour 3 jours, 2 nuits à la Brenva, Gros Sacs sur le dos !!! J'essaie de dormir un peu dans la queue du téléphérique, avec Jeff, tout moment de repos est le bienvenu ! 

 

P1040303L'aiguille Verte et le couloir Cordier - séracs !!!

 

Deuxième partie - Où le sac me fait passer un sale moment

Et zoup, en 20 minutes nous voici au sommet de l'Aiguille du Midi. Descente de l'arête à fond les manettes et nous descendons au pied de la Tour Ronde le soleil cogne. Nous repeautons. L'itinéraire remonte, je ploie sous le poids du sac. J'essaie de me mettre dans les pas de Catherine pour garder le rythme. Le soleil me cuit, je rêve d'une rimaye infranchissable pour éviter la goulotte et filer au bivouac pour manger et dormir. Nous pénétrons dans la bien nommée combe Maudite, à gauche, la Tour Ronde et son couloir Gervasutti devant les Goulottes de la Combe, à droite, l'arête Kuffner du Mont Maudit. Nous voilà au pied de la goulotte.

 

Nous laissons les skis et les sacs, et Jeff attaque le passage de la rimaye, qui contrairement à mes voeux, passe ! Jeff galope jusqu'au premier rocheux pauser un coinceur, attaque une partie raide en glace grise et pause son relais. Je laisse à Catherine le soin de s'occuper du matos, pendant que je fais des photos et des films.  Ler fait d'avoir pauser les sacs me permet de grimper avec plaisir, je profite de cette ascension , les conditions sont bonnes. Les relais s'enchaînent sous les conseils avisés de Burgener, Jeff. Nous finissons la voie en corde tendue pour une courte pause , que je trouve bien méritée !

A peine en haut, Jeff est déjà dans la descente, à la recherche du premier relais pour les rappels.  Et c'est parti et en 3 rappels nous sommes en bas, ou presque, il reste juste la rimaye à passer... mais ça passe, sans souci !

 

P1080398Jeff au départ de la voie Mitsuno Shigi

 

Dernière partie - Il faut retrouver la sûreté d'un abri, et ça monte encore !

 

Ô joie, nous retrouvons nos skis, et les SACS ! Remontée au pied du couloir donnant accès au bivouac de la Fourche( jusque là, c'est relativement plat ). Le couloir, est tracé par deux jeunes qui en sont à la moitié quand nous arrivons au pied.

Quel bonheur de rajouter les skis et les bâtons sur le sac pour 150 où 200 m de couloir à 45 °... Jeff file seul, je prends mon rythme et Catherine suit. Arrivé en haut, Je descends Jeff vers el bivouac, 10 m en contrebas, mais dont l'accès est malcommode, assurance sur champignon de neige. A mon tour de patienter, le temps que Catherine arrive et m'assure pour descendre, j'enjambe la barrière et me voilà sur la mini terrasse du bivouac. Je pénètre dans le mythique bivouac. Deux jeunes apprentis aspi sont là. et la soirée sera compliquée, à 5  dans ce bivouac pour 14, c'est déjà compliqué, humide et froid. Il faut récupérer de la neige sur la terrasse, et en faire fondre dans la petite casserole. C'est long et fastidieux !

Bonne ambiance, les "jeunes" comptent redescendre le lendemain, la face Nord de la Blanche de Peuterey, magnifique, n'est pas en condition pour être skiée ce qui était leur perjet initial !

 

Nuit froide et humide en dépit  des couvertures du refuges ( nous n'étions que 5 !)

 

Voilà une bonne journée bien remplie !

 

P1040326La Fourche

 

Photos

P1040300Mont Blanc vu des Grands Montets

 

P1040319La Noire et la Blanche de Peuterey

 

P1080361Triangle du Tacul

 

P1080363Aiguille du Midi - arête des Cosmiques, partie supérieure de la vallée Blanche

 

P1080366Au loin, la Verte, la Grande Rocheuse et le couloir Whymper

 

P1080386On arrive à la goulotte

 

P1080393La Tour Ronde et le couloir Gervasutti

 

P1080394Surfer dans le couloir Gervasutti

 

P1080395Dent du Géant et Tour Ronde

 

P1080405Catherine dans la Goulotte

 

P1080413Arête Kuffner au Mont Maudit

 

P1040320L'éperon de la Brenva au Mont Blanc

 

 

 

 

 

 

 

 

Vidéos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Semaine chamoniarde :

 

Rosablanche par Siviez

 

Tentative sur la Verte

Goulotte Mitsunori Shigi

Nuit à la fourche

 

Tour Ronde, couloir Gervasutti

Vallée Blanche

 

Traversée des Aiguilles Crochues

 

Aiguille Verte couloir Couturier - descente par le Whymper

 

Les vidéos sont inclues dans les articles

 

 

Ski de rando : Rosablanche depuis Siviez

Apoutsiak — Ski de randonnéeValaisalpinisme

3336 m

Jolie course de ski de rando avec pas mal de distance.

Attention au risque d'avalanche (contournement du lac de Cleuson par exemple !)

 

1635 m de déniv

PD S3

  P1040286

Topo

 

De Siviez, charmante bourgade  au dessus de Nendaz (Sud de Sion) 1733 m

Prendre le chemin qui part à l'Est des instalations et remonter en diretion du lac de Cleuson. Sous celui ci possibilité d'emprunter l'échelle aérienne de l'EDS ou de poursuivre à ski.

longer le lac de Cleuson (2186m)  par le coté Est. Poursuivre Sud Sud Est vers la combe des Grands  Bandons puis Sud Ouest point 2697 m puis le lac 2783 m

rejoindre le glacier du Grand Désert (Sud) Le remonter et rejoindre l'arête Ouest sous le sommet. De là par l'arête on rejoint le sommet à pied.

 

Possibilité de couper la course en deux en dormant au refuge de Saint Laurent (2485 m) après le lac de Cleuson (1 h 30 de Siviez) (tel : 00.41 (0)27 288 50 05)

 

Descente : par le même itinéraire, possibilité de rejoindre les pistes de ski sous le lac de Cleuson.

 

 

Carto Fichier GPS Rosablanche

 

Fichier GPS au format GPX

 

Récit

 

Première sortie de la semaine, pour se mettre en jambe, départ à 3 heures de la maison, sur les skis vers 6 h 40. Départ dans le froid de l'hiver ( la semaine finira printanière !) Je remonte jusqu'au lac de Cleuson. Petit passage aérien sur ls échelles puis il faut longer le lac. Je déchausse une fois pour un passage en glace. Le parcours est bien plat.  Courte pause au dessus du plan de la Chaux.  Je croise un randonneur  qui m'avait fait la trace jusque là et qui redescend... dommage, j'aurais bien suivi ses traces jusqu'au sommet. Voilà au loin le sommet, à droite, les hordes de randonneurs arrivant du Mont Fort. De mon côté du glacier, je suis seul. Je rejoins la trace autoroute, quelques virages, quelques conversion et on arrive au dépot des skis. Il y a foule. La Rosablanche est bien une classique. Le sommet est à quelques coups de piolet plus loin. Pause courte, je papote  avec un organisateur participant à la patrouille des glaciers qui arrive et repart comme unavion (c'est sa dernière sortie avant la course). Et hop, la descente. La neige est assez bonen au départ , transformée sous le glacier avant d'être carrrément soupe sur le bas. Je merdouille un peu le passage sous le lac de cleuson et passe par des passages raides, mais ça passe et je rentre par les pistes de ski en rive opposée, la neige est tellement lourde qu'il faut pousser à la descente.

 

Jolie sortie un peu plate mais sauvage.

 

Photo

 

P1040277Sous le barage de Clauson

 

P1040278Pont

 

P1040282La partie finale

 

P1040283

Vue sur le Mont fort et le Grand Désert

 

 

 

 

 

 

Semaine chamoniarde :

 

Rosablanche par Siviez

 

Tentative sur la Verte

Goulotte Mitsunori Shigi

Nuit à la fourche

 

Tour Ronde, couloir Gervasutti

Vallée Blanche

 

Traversée des Aiguilles Crochues

 

Aiguille Verte couloir Couturier - descente par le Whymper

 

Les vidéos sont inclues dans les articles

 

 

 

 

Abri bivouac Vallot - 4362 m

Apoutsiak — Refuges - bivouacs et cabanesMassif du Mont Blancalpinisme


Abri bivouac vallot - 4362 m
C'est un bivouac de secours

Localisation :

Situé au sommet des rochers foudroyés au dessus du col des Dômes (bivouac possible au col des Dômes, venté !)

Informations :

Pas de téléphone - ce bivouac est un bivouac de secours sur la voie Normale du Mont Blanc.
Il sert aux alpinistes fatigués et transi de froid qui montent depuis le refuge du Gouter ou les grands Mulets mais également et surtout pour les alpinistes en provenance des voies de l'envers du Mont Blanc.

Il y a un téléphone de secours.

Pas de matelat, quelques couvertures en mauvais état ni de matériel de cuisine

Il y fait hyper froid...

Evier la pause dans ces murs si la météo et la forme vous le permet

Ramasser vos ordures : c'est un taudis !!!

Possibilité de renconter des plaques de vomis gelées et des petits hommes verts (ou violets) à l'intérieur du bivouac. Pourtant Dieux sait s'il est esthétique ce bivouac sur son éperon !

Attention : l'observatoire Vallot, se trouve un petit peu en dessous sur les pentes des rochers foudroyés

Bivouac de secours sur la voie normale du Mont Blanc !

Photos  :







Refuge Albert 1er - 2706 m

Apoutsiak — Refuges - bivouacs et cabanesMassif du Mont Blancalpinisme
Tel : 04 50 54 06 20

refuge 153 places
refuge d'hiver 30 places

Refuge avec une vue magnifique permettant de réaliser des courses diverses et variées !
Accueil impeccable compte tenu de la taille du refuge !

Demi pension 50 € 39 € avec carte CAF



Accès au refuge

été :
2 itinéraires possibles

Par la morraine !
1300 m de dénivelé
Partir du télécabine (pied) de la Balme et prendre le sentier des Granges, le seniter monte dans la pente des  Esserins avant de rejoindre la morraine ( fenêtre du Tour) de là remonter la morraine jusqu'au refuge.  (3 - 4 heures)

Par le col de balme.
Prendre le télécabine du Charamillon puis le télésiège du col de Balme
De là partir plein sud (sentier) sous la pointe du Charamillon et suivre le sentier Balcon qui passe sous la tête du Picheu. rejoindre la morraine au point 2484 m et le refuge par cette morraine. ( attention sentier exposé aux risques d'avalanches en présence de neige !)

( 1 h 30 - 2 heures)

hiver :

Par la rive gauche du glacier.
Du parking, traverser le village du Tour et gagner le torrent de Bisme.
Remonter les pentes en rive gauche du glacier ( à droite) et remonter à proximité du ruisseau du Plagnard.
Vers 2800 m ( sous le Bec Rouge inférieur) baculer Est puis nord ( le but est de contourner les crevasses par le haut, donc ne pas tourner trop vite ! ... ) Rejoindre la rive droite du glacier et le refuge.



Courses possibles

Aiguille du Tour - voie normale
Aiguille du Tour - couloir et de la Table
Aiguille du Tour  - couloir de la Brêche
Aiguille du Chardonnet - arête Forbes
Aiguille du Chardonnet - éperon Migot
Aiguille de Purtscheler
Col du Passon
Col du Pissoir
3 cols ( col du Chardonnet - fenêtre de Saleina - col du Tour)

Carto - Profil fichier GPS


 

Fichier GPS au format GPX

 (clic droit enregistrer sous )

 

Photos
 


Le Refuge Albert 1er en 1953







...

 

randonnée : Traversée de la pointe de la Vallaisonnay 3020 m

Apoutsiak — alpinismeVanoiseRando
Jolie rando, pleine de marmottes ( et de bouquetins dit on ...) Itinéraire assez sauvage dès que l'on est hors sentier.
F

 
marmotte en montant
Topo

Du parking du Laisonnay d'en bas au dessus de Champagny en Vanoise
Remonter le vallon de Champagny ( Marmottes à gogo)  pour erjoindre le refuge de la Glière  (1995 m)
 De là, passer au lac de la Glière avant de remotner vers la Croix des écuries. Passage à proximité du chalet des Gardes avant de prendre le sentier du col de la Grassaz. Laisser le sentier avant le point 2438 m et prendre le vallon de gauche au mieux en direction de l'arête. Une fois sur celle ci remonter les lapiaz au mieux ( II III)  passer au point 3002 et rejoindre le sommet de la pointe de la vallaisonnay 3020 m .

Descente : poursuivre l'arête (Ouest et Sud Ouest pour rejoindre le col de la Roche Noire 2870 m ( rocher délité)
prendre alors Nord nord Ouest la combe (névés) qui permet de rejoindre le Plan Serry. De là, le sentier ramène au refuge de Plaisance et au parking ( refuge du Laisonnay glace 3 étoiles)

Pour info  2 cairns sur l'ensemble de l'itinéraire hors sentier
                  Ne pas descendre au Nord avant d'avoir rejoint le col de la Roche Noire : barres rocheuses

 
Le Magnifique Panorama de la Pointe de la Vallaisonnay : Grande Motte, Grande Casse Epena Volnets Grand Bec

Carto profil fichier GPS


 

Fichier GPS pointe de la Vallaisonnay (format GPX) ( clic droit enregistrer sous)

Récit :

Arprès un départ tranquille, en famille pour aller pique niquer au refuge de la  Glières puis profiter du lac dela Glière ( on a eu pas mal de marmottes à éviter) Je décide de monter à la va vite  à la pointe de la Vallaisonnay. Après une première partie champêtre ( toujours autant de marmottes) la deuxième partie est plus minérale, un peu de rocher merdique avant de rejoindre l'arête et un magnifique Lapiaz ! ça passe, ça n'est jamais dur,le plus long est de rejoidnre le somemt un peu loin à mon goût.  De celui ci je décide de basculer côté Plaisance, je merdouille un peu au dessus du col, trop pressé de descendre dans le vallon. Je remonte  et passe par le col avant de m'engager. Le paysage est magnifique, des zones de rocher bleu, d'autre rouges orangées, d'autres noires, tout est bien ordonnée, quelques zones de mélanges de couleurs sont un régal pour les yeux. Je retrouve le Plan Serry verdoyant puis le refuge, le sentier me ramène, à fond au Laisonnay ou je retrouve Sandrine et les enfants ( je suis arrivé 5 minutes aavnt eux, victoire) pour une bonen glace !!!

Photos :

 
Zygène cendrée
 
Le refuge de la Glière
 
Face Nord de la Grande Casse
 
En haut des Lapiaz
 
Sommet de Bellecôte et Dôme des Pichères
 
Trou ...
 
En redescendant, le refuge de Plaisance devant le Grand bec
 
Papillon (Benthis Daphne ?)



 

Cabane du Grand Mountet - 2886 m

Apoutsiak — Refuges - bivouacs et cabanesValaisalpinisme
Cabane du Grand Mountet.



Refuge :

Telephone : (00 41) 27 475 14 31

1200 m de dénivelé et 8 km environ 4 heures (pourinfo descente 2 h 45 sans trainer)
Looonnnngue montée, mais ça se fait.

Topo :

De Zinal ( 1675 m) , parking au bout du village, gratuit. remonter la piste après avoir traversé le torrent de la Navisence et la suivre jusqu'au pont  ( 1908 m) Remonetr le sentier qui part à l'Est puis qui prend plein Sud à flan ( nombreuses montées et descentes) Poursuivre jusqu'au refuge. 2886 m

Remarque : attention en début de saiso, le sentier est avalancheux ! Prendre le chemin d'hiver par le glacier puis la morraine

équipement
refuge d'hiver : 50 places
bois, poëlle, vaisselle, eau en début de saison
Couette, boisson fraîche ( 4,50 CHF)
Tarif CAF CAS 21 CHF


Grand confort !

Courses possibles

  • Alpinisme
Besso
Blanc de Moming
ZinalRothorn
Obergabelhorn
Dent Blanche, arête des 4 ânes
Mammouth

  • A ski
Haute Route impériale
Trifthorn
Pointe Durand
Zinalrothorn (épaule)


Remarques :
Une des plus belles vues des alpes
Bouquetins à proximité !

Photos
:












Alpinisme : Zinalrothorn 4221 m Rothorngrat - descente face Nord

Apoutsiak — alpinismeValaisZermatt4000but

 

Arrivée sur l'arête, vue sur le magistral Obergabelhorn

Récit :


Tout avait pourtant bien débuté...


Quand je dis ça, je ne suis pas très précis, la semaine avait été chargée et un évènement  aurait pu annuler ce Week end alpin.  Pour résumer.. : Du boulot par dessus la tête, une journée à Paris pour le travail, une soirée à Epinal en formation et un tour de VTT  qui aurait pu mal finir : engagé sur un petit pont aux rondins de bois dans le sens de la marche, je bloque la roue avant et bascule dans le vide, pont 1 m 50 au dessus d'une dale rocheuse sur laquelle je tombe la tête la première... J'ai bien cru dans un premier temps avoir la mâchoire fracturée ou une dent en moins, seule la lèvre a mangé ( je sais, ça n'est pas la première fois), et j'ai perdu un verre de mes lunettes dans le flot du torrent, plus de peur que de mal.

El Toreador

Mais je m'égare, revenons en au fait.
Je retrouve Jeff à Martigny et nous filons vers Zinal, la météo est bonne et la course en conditions, je me vois déjà couvert de Laurier de retour du Week end. La montagne, c'est trop facile.
Bon la première étape c'est la montée en refuge, et pour le refuge du Grand Mountet, c'est une saine occupation qui prend une bonne partie de la journée, les montagnes ayant été placée à trop grande distance du village... ( Avantage s'il en est, il y a moins de monde au refuge)
Bref, nous partons avec pour premier objectif de ne pas pique niquer trop tôt afin de couper la montée en deux parties égales. Je rêve d'une aire de pique nique moelleuse et je suis exaucé, sur une pente d'herbe, nous nous restaurons avant une petite sieste.

Alors là, il faut que je précise que j'ai commis ma première erreur du Week end : les sardines au citron. il est vrai que c'est très bon, ça n'est pas hyper facile à manger avec un couteau mais c'est très bon... Par contre, l'odeur ne va pas me lâcher pendant 2 jours, les doigt sente la marrée, à 4000 m d'altitude, c'est original !

Nous repartons, je profite de mon fumet et tente vainement de m'en débarrasser en me rinçant les doigts dans les ruisseaux . Le cirque du Mountet approche et son refuge. Nous sommes 3 arrivés au refuge, ça va être cool.

Le Mammouth

Je trouve un science et vie spécial mathématique, à priori thème peu passionnant ( en général au refuge, on lit Vertical quand on est un grimpeur et montagne mag quand on n'est pas doué, pour info, je suis abonné au deuxième, c'est tout dire !) mais j'y découvre des techniques de comptage ancestrale qu'il faudra que je vous conte...  ( Les Mésopotamiens étaient quand même de  sacrés bonshommes.




Sieste, bruit dans le refuge, en fait, nous serons 11. L'ambiance est bonne, nous partageons une excellente soupe avec des randonneurs belges ( qu'ils trouvent ici toute notre gratitude) d'autant plus que madame nous a fait notre vaisselle.  Il y a aura une cordée sur le Besso, deux cordées sur la voie normale du Zinalrothorn, 2 cordées sur la Rothorngratt (dont la notre).
L'ambiance est refroidie par l'arrivée d'une cordée  qui revient de notre objectif, il est déjà 19 heures, ils ont mis 9 heures à atteindre le sommet, leur commentaire: "ambiance hivernale" , voilà qui nous refroidi...

Je me couche en rêvant à la criée d'Etaple, à un gros chalutier dans le gros temps, à la pêche à la baleine, les Sardines font leur effet olfactif !

3 heures, Jeff se lève pour faire le feux, je le suis, petit dej, départ 4 heures. Il fait grand beau , cool, le ciel est étoilé.  Remontée de moraine, la lampe de Jeff a un faux contact, il fera l'approche dans le noir , je dois marcher devant ( c'est cool, il est obligé de me suivre, ça m'évite de prendre son rythme infernal.) Heidi et le slovaque son derrière, attirée par les effluves de Sardine ou par Monsieur Propre, on ne sait pas !
J'essaie de prendre le chemin idéal dans la moraine pour rejoindre le glacier. Jean-Luc et Sebastien, l'autre cordée ayant le même objectif que nous nous rejoignent. je pars devant. De toute façon, sur les glaciers tourmentés il y a rarement du monde pour marcher devant, sans doute la  taille des crevasses y est pour quelque chose. Jean-Luc nous fait remarqué que le temps a tourné, et oui, on ne voit plus les étoiles.  Nous partons, je file droit, puis incline  vers la droite pour aller sous les rochers 3327 m. Il neige, la frontale éclaire les flocons dans la nuit noire et j'ai du mal à anticiper le bon chemin. Une zone de crevasse. Chacun donne son conseil puis j'y vais. On louvoie ( dans les zones crevassées, on louvoie toujours.) Un grand pas, un pont de neige où l'on aimerait s'appeler Steph... Je butte sur un trou profond, demi tour. La cordée de Jean-Luc passe devant, je me retrouve dernier. La neige ne cesse pas, ça sent bon le but. mais nous poursuivons. Il faut tracer, je suis content d'être derrière, à flâner. Nous repérons le couloir et passerons par un itinéraire inédit : à gauche ! Ça passe( bravo Jean-Luc) et voilà le couloir. Nous passons la rimaye, un peu athlétique mais pas trop, puis c'est la remontée, la glace est pourrie et je suis content, je suis le seul à avoir monté deux piolets, confort ! Jean-Luc et Seb merdouillent dans cette mauvaise glace, je propose à Jeff de bifurquer dans le mixte bordant le couloir, bonne pioche, la progression se fait les doigts dans le nez ( ou plutôt les moufles, dans notre tenue !)

Couloir d'accès à l'arête

L'arête... plâtrée !

Jean-Luc


Jean-Luc dans la descente d'un gendarme

Au sortir du mixte nous les avons dépassés et ils on l'air crevé par leurs efforts, j'en profite pour les filmer, bel effort, voilà enfin le col, déjà 3 heures depuis notre départ .

La suite  commence bien des rochers faciles sur lesquels on galope jusqu'à la première difficulté. et en fait, ensuite, il n'y a que des difficultés et plus de rochers sur lesquels on galope... Des passages de III, de IV voir de V ( c'est pas moi qui le dit, c'est Jeff, il fait autorité en la matière !)  Et le rocher est bien enneigé ce qui ralentit la progression de manière importante. Nous contournons des gendarmes plus ou moins définis, soit sur le fil soit coté Mountet, coté le plus enneigé ! Le sommet est dans le brouillard. Nos deux cordées se suivent, Jeff, devant, autoritaire montre la voie, je suis en s'efforçant de refaire le geste parfait réalisé par mon premier, je bourrine dans certains passages pour avancer... Mais tout va bien, mis à part notre vitesse de progression trop lente. Nous n'avançons que rarement corde tendue. A un petit col, je décide d'aborder le problème avec Jeff, il est déjà 1 heures. " Jeff on fait quoi, soit on va au sommet et on rentre à point d'heure, soit on redescend tout de suite" ( sous point d'heure, ça voulait dire vers 1 heure ou 2 heure du matin en bas) Jeff, pensait, lui aussi, aborder le sujet, nous décidons de redescendre. Jean-Luc et Sebastien jettent l'éponge eux aussi. Nous disposons de deux cordes une de 60 et une de 30. Jean-Luc part le premier, trouve un bequet pour le rappel suivant, l'installe, Jeff le rejoint, je suis le 3ème et Sébastien me suit. Il faut préciser ici que Seb est  allemand et que la langue de Goethe n'ayant aucun secret pour moi, 9 ans d'allemand, ça se connaît, nous discutons en Anglais, et qu'il ne faut aucun contresens afin d'éviter les accidents !

Jeff - rappel

A chaque relais, je retrouve Jeff, qui file vers le bas, dès qu'il est en bas, je défaits le cabestan, récupère le mousquetons, attend Sebastien, le vache, récupère la corde ( qui parfois joue les cordes coincées) passe le noeud dans la cordelette, avale la corde, m'installe et repart.

7 rappels, tout s'est bien passé. le dernier au dessus de la rimaye. Jeff et Jean-Luc  me conseille, du dessus, on voit bien qu'elle est surplombante et j'aperçois des stalactites. je décide de la faire à la bourrin, à l'Apoutsiak . Je me lance  rapido en arrière et atterri en bas, je bloque la corde, mon pied perce le sol, mais tout est ok, j'ai évité les stalactites et suis descendu sans problème.
Sébastien arrive, il écoute les conseils des "anciens" , lui ! et le conseil est le suivant, baisser les fesses le plus bas possible et se lancer, et bien le pauvre Seb, il a mangé su Stalactite, sans casque en plus, je préfère Laaargement ma méthode de bourrin efficace !

Ca louvoie entre les crevasses

Nous récupérons les rappels, je mange de l'excellent Sandwitch de Jeff ( au rebloch ') et nous repartons. Descente rapide mais tranquille, observations des crevasses impressionnantes. courte pause à la sortie du glacier. La moraine, Jeff me largue, je sentais bien que ça le démangeait depuis hier... J'arrive au  refuge un peu fatigué, je sais que la descente à Zinal va être longue, il est déjà 16 h 30 !

Le refuge, enfin

Le temps de refaire le sac et c'est reparti, deux bouquetins sont apeurés par nos soins sous le refuge, puis une marmotte, un rouge queue et enfin un renard et nous voilà à Zinal, en 2 h 45 ! sans avoir traîné !

Je serais à 11 heure à la maison.

Bouquetin


Photos

Sommet du Zinalrothorn ( avec l'arête Sud ouest à droite )

Couloir d'accès à l'arête

Descente

"Louvoyage"

Louvoyage II, on voit la trace de descente à gauche

Début de descente sous le refuge



Le refuge de Tête Rousse - 3167 m

Apoutsiak — Refuges - bivouacs et cabanesMont BlancMassif du Mont Blancalpinisme
Sur la Route du Mont Blanc...



et oui, quand le refuge du goûter est complet, que les 3 Monts ne sont pas en condition ou que le refuge des Cosmiques est lui aussi complet, il reste la solution : monter au Mont Blanc en partant de Tête Rousse... avantage : on traverse le Grand Couloir de nuit et avec un bon regel, ça parpine moins, inconvénient : ça rajoute du déniveler et environ 2 h 30 !!!

Téléphone : 04 50 58 24 97
Hors saison : 06 19 02 90 71 à partir du 15 avril pour les réservations

Gardienné de Juin à Fin Septembre

possibilté de camping aménagé ( pour info camping interdit au refuge du Goûter)

74 places
refuge d'hiver 16 places

Topo


Prendre le TMB au Fayet ou à Saint Gervais ( possibilité de prendre le téléphérique de belevue aux Houches et de rejoindrel e TMB) puisrendez vous au Nid d'Aigle (refuge)
Du Nid d'Aigle (bouquetins nombreux et peu farouches  mais jeunes et moches) prendre le sentier qui part au Nord Est jusqu'à la baraque forestière des Rognes (pour infio, il n'y a pas de forêt mais c'est tout de même une baraque forestière...) Prender alors la direction de l'éperon (Sud Est) et remonter le sentier jusqu'à l'altitude 3132 m prendre alors le névé plat à droite (glacier de Tête Rousse)  et le traverser pour rejoindre le refuge. 3167 m 2 heures sans forcer !)



fichier GPS (avec celui du Mont Blanc...)



Confort :

Le refuge est impeccable : grande salle à manger, accueil excellent de l'équipe en dépit du monde, salle hors sac, dortoirs vastes avec de la place pour se déplacer. Couettes !

Un bémol : il y a denombreuses portes antifeux au sous-sol et pas de lumière ! bref on se perd et en cas d'incendie... dur dur de trouver rapidemnt la sortie !!!
Au niveau bouffe : Anne a trouvé qu'on avait juste assez à manger ! Mais c'etait bon !

Les courses possibles

Le Mont Blanc par la voie des Cristalliers Arpete des Bosses (ou traversée)
L'aiguille de Bionnassay par la face Nord
Quelques couloirs sur l'aiguille du Goûter
pour les skieurs de pentes raides









Mönch - 4107 m par la Nollen et la Guggihütte

Apoutsiak — alpinismeOberland4000jeff
Vidéo dans la journée

Froid aux doigts !!!

Beau week end de montagne sur une voie quelque peu technique, ou je me suis tapé un onglet de compet en arrivant au relais !


De la Guggihutte au sommet du Mönch ( Nollen au milieu)

Topo

1400 m D-

Guggihütte

De Grindelwald, prendre le train à Grund pour la petite Scheidig (kleinescheidig). De là, un second train vous emmène à la station Eigergletscher. Tout le monde dessend ( ne montez pas au Jungfraujoch)

Une fois descendu du train, redescendre la moraine et traverser le torrent du point  2098 m . Suivre le sentier et les sentes (balisage blanc et bleu - cairns) Le sentier louvoie entre les barres mais est bien balisé. Ne pas monter trop haut pour rejoindre le refuge.

La Guggihütte est en fait un bivouac de luxe ! 24 places, poele, bois, matériel de cuisine ( et de nettoyage) citerne d'eau, bière à disposition (moyennant rétribution bien sûr)

La Guggihütte

Mönch par le Nollen

remonter au Mönchplateau par des sentes (cairns) (1 heure) de là , rejoindre le Nollen (évident) neige puis pierrier.
a pente se redresse à l'approche du Nollen ( barre de sérac barrant l'accès au plateau supérieur)
Le Nollen présente une pente à 70° environ en glace sur 40 m.
En 2 ou 3 longueurs de 40 m passer la difficulté. remonter les pentes supérieurs.
2 choix : à gauche, remonter jusqu'à l'arête finale par une grande pente de neige à 50° sur 300 m
tout droit : passer la rimaye et remonter la pente raide  rejoindre l'arête au niveau d'un collet puis grimper par des rochers (mixte facile) pour rejoindre l'arête. De là, le sommet n'est pls très loin.

Descente par la voie normale

D'abord l'arête qui part à l'Est effilée puis Sud Est, quelques passages de neiges, d'autres mixtes, jamais difficile !


Pas mal de vent sur l'arête...

carto profil Fichier GPS


 
Fichier GPS au format GPX

Récit.

Ce Samedi, je retrouve Jeff ( rencontré il y a un certain temps lors d'un certain but au Dolent par l'arête Gallet...) au parking  non loin du lac de Neufchatel. La route est rapide,jusqu'à Grindelwald où nous ratons le train, le temps que Jeff achète un Sandwich, le train est déjà parti, nous décidons de pique-niquer sur place ! Petit Train, Face Nord de l'Eiger, petite Scheidig, grosse ambiance, il y a là l'arrivée du Jungfraumarathon ! orchestre, coureurs... Nous prenons le train jusqu'à eigergletscher. Il faut marcher ! Descente de la moraine, nous passons le long de la course qui bas son plein sur la moraine, la montagne est bruyante : hélicos, musique, supporters. cornemuse !!! Nous quittons la moraine pour les sentiers qui mènent à la Guggihütte, balisage impeccable, il a un peu neigé ces derniers jours, la sentier louvoie, au loin les hélicos filment la course, on entend le cor des alpes et les tambours du Bronx. Pour le calme il faudra attendre demain ! Le sentier est verglacé par endroit,  les traversées de ruisseau périlleuses... Nous terminons un peu haut avant de rejoindre la cabane. Désescalade et voilà la hütte, un bivouac de luxe, grand confort. 4 Suisses nous rejoignent ( ils avancent bien plus vite que nous et ne se trompent pas pour l'accès à la cabane)

Siestage, papotage... Bonne soirée passée là haut !

L'est ti pas migon ???


Le lendemain matin, réveil à 3 h 30, on n'a pas été trop rapide, quand je dis on, c'est pour rester politiquement correct, en fait, je ne suis pas le responsable de CE retard... Bref, on quitte le  refuge vers 4 h 52 ! Par chance une cordée a fait la course la veille et nous suivons relativement facilement ses traces.  Passage au Mönschplateau et petite pause avant de rejoindre le pied du Nollen. Il est là et n'a pas l'air si difficile que ça. On repart, Jeff toujours devant va un peu trop vite pour moi ( en fait c'est pas un peu, c'est beaucoup !) Je réclame quelques pauses histoires de retrouver mon souffle, ce qui bien sûr n'est pas efficace. Enfin il décide de faire son premier relais sous la difficulté, je vais pouvoir me reposer...
En matière de repos on fait mieux, vacher  sur 2 broches dans une pente à 70° avec -10 -15°C de température et des rafales de vent à 40 50 km/h. En plus, j'ai eu la bonne idée de ne pas changer mes vieux gants. Je commence à avoir bien froid. Je propose à Jeff de le filmer, "pas le temps", bon ben yaura pas d'images du Crux dans la vidéo, la faute au chef !
En matière de chef, il faut préciser que Jeff est une sorte de mélange entre un Ayatollah et Burgener. Sauf que lui ne taille pas des marches pour son client pendant des heures, malheureusement !

L'arête finale

Enfin bref, mes pieds se réchauffent lentement,  par contre au niveau des mains. Enfin, je pars. la pente n'est pas trop raide au départ, puis ça augmente pour finir en apothéose... Je vais d'une broche à l'autre les récupérer. Au milieu d'une bourrasque je vois un objet non identifié filer dans la pente,, je l'identifie, ô une dégaine explose.... E M.... Je poursuis et rejoins Jef au relais, j'ai les doigts gelé. Je beugle de douleur le temps que ça se réchauffe. Dur ! Jeff repart pour la deuxième section raide. toujours plus... Il bascule au dessus pour faire le relais je ne le vois plus. Je pars, la pente que Jeff a gravi sans coup férir, ne présente pas les aspérités imaginées lors de l'ancrage de ses crampons... Je casse de la glace. Les deux cordées de Suisse nous rejoignent et nous dépassent par un couloir  à gauche.)  J'en fais les frais, je me prends une grosse pavasse de glace sur le casque - ouille !
Je rejoins Jeff, sans perdre aucun matos cette fois, exploit ? On repart, j'ai froid, mais moins, la pente s'aplani. Nouveau coup de cul en neige pour rejoindre une arête. Je peine, mais au plaisir, Jeff réclame également des pauses, je me sens moins seul. Nous décidons de passer par les rochers. Là, c'est cool, du mixte facile comme j'aime, Je profite des premiers rayons du soleil sur le versant Est.  Nous sortons du mixte sur l'arête, il y a du vent. Jeff repars à fond, j'ai du mal à suivre. Je repense à Enguerrand qui m'appelait "pas de pachyderme" à la Verte, ça doit être moi !  La neige est soufflé, il faut tracer, je ne trouve pas mon rythme. On va de ressaut en ressaut, pas de sommet en vue... Jeff se retourne pour me proposer une pause, je  fais non de la tête, je ne m'arrêterais plus avant le sommet. Nous sommes dans les bourrasques de vent sur l'arête. Enfin le voici. Étreinte correcte au sommet ! Heureux ! Midi 30. Il y a là  2 cordées qui ont fait la voie normale. Nous attendons que 2 autres cordées engagées sur l'étroite arête finale sortent et nous partons. L'arête est fine mais bien tracée. L'ambiance est bonne , je crois que je n'ai pas arrêté de parler, une vraie gonzesse. Désescalade jamais difficile, passages en neige faciles. On sent le retour au bercail.  Nous opérons une petite pause avant de rejoindre le glacier et le Disneyland du Jungfraujoch. Désagréable sensation du n'importe quoi ! Il en faut pour tout le monde ! Retour en train bien long pour nous ramener à Grindelwald, puis bouchons énormes pour rentrer de cette magnifique course, on ne peut pas tout avoir....

Merci Jeff pour cette belle course
Association Prince de Lu - Apoutsiak



Pour l'historique, on avait pris un joli but au printemps en tentant la voie normale...
Photos

Départ de Grindelwald

face Ouest de l'Eiger

Eiger

Guggihütte

Eiger

Sur le Mönchplateau, devant le Nollen

Jungfrau, versant Junfraujoch

Jungfrau



Finsteraarhorn depuis l'arête finale


descente par la voie normale



Au sommet

L'arête finale de la voie Normale du Mönch

Plus facile


Ressaut rocheux

kékou !


Jungfrau




Descente de l'arête Est du Mönch



Vidéo


Séjour à Pralognan la Vanoise - alpinisme et randonnée

Apoutsiak — alpinismeRando


Alpinisme

Sommet de Bellecote - Dôme de Bellecote
3417 m
Pointe de la Vallaisonnay traversée 3020 m
Pointe des Volnets face Sud  3247 m
Pointe de la Réchasse - alpinisme en famille 3212 m

Randonnée

Cascade et Mont Fleurier
Refuge et lac de la Glière
Petit Mont Blanc (traversée)
Refuge de la Vallette, lac et pointe de la vieille femme ( traversée)
Champagny le Haut

Traversée des 7 Laux ( 3 jours)




Les photos ne sont pas de notre époque... on y retrouve Louis et Anne-Marie Bolon au sommet de Bellecote et sur le sentier au dessus de Champagny le Haut. On a presque réussi à faire les même photos !


et pour patienter...

Portfolio : Grande Casse - sous toutes les faces !

Apoutsiak — alpinismeVanoiseportfolio

1°) Grande Casse et Aiguille de la Vanoise



2°) Grande CAsse et aiguille de la Vanoise


3°) Le Grand Couloir au coucher du soleil


4°) Panorama


5°) Zoom sur le sommet au coucher du soleil


6°) Grande Casse vue des pentes du Petit Mont Blanc


7°) Face Nord de la Grande Casse


8°) Un poil surexposée !


9°) face Sud de la Grande Casse (vue de la Réchasse)


10°) Face Nord de la Grande Casse


 

 



 

 

 

Pointe de la Réchasse - 3212 m alpinisme en famille

Apoutsiak — alpinismeVanoisefamilleAgatheMarieLouis
et premier 3000 pour Agathe et Marie !
Louis avait fait ses premières armes sur le pic de néouvielle dans les Pyrénées ! et retour à la montagne pour Sandrine s'était un peu laissée aller depuis 1997 !

Ce sommet est idéal pour une initiation à l'alpinisme ( pour infos les enfants ont 7 et 10 ans)
La descente du refuge du col de la Vanoise est un peu longue ...

 
Devant la Grande Casse, Sandrine, Agathe et Louis.
Topo

Accès au refuge :

3 départs : le téléphérique du Bochor, le télésiège des Fontanettes ou le parking des Fontanettes si le télésiège est fermé.

En Bref, il s'agit de rejoindre le refuge des barmettes, puis le lac des Vaches par la route du sel, la traversée du lac des vaches est originale, puis remonter les pierriers et sentiers de la piste long du lac long,  pour acceder au col de la Vanoise et au refuge Felix Faure. 2517 m



Pointe de la Réchasse :


Du refuge prendre le sentiuer qui part au sud et prendre la sente qui part au niveau de deux tuyaux un peu plus loin ( à repéréer la veille) Suivre la sente qui remonte les pentes herbeuses puis les Lappiaz (cairn) et permet de rejoindre un gros cairn.
A droite toute, une sente traverse le pierrier et des petites barres, en filant toujours à droite. On arrive à un éperon qui se remonte facilement De là, rejoindre le glacier.
Contourner le point 3033 m et longeant le flan Sud de la Réchasse sur le glacier de la Roche Férran. à 100 m du bout du pied de la face, remonter les pentes pierrier ou névé de al Réchasse.  Le rocher est globalement solide. Gagner l'arête et la suiver jusqu'au sommet au mieux, soit sur l'arête soit versant Sud, rocher plus ou moins solide, mais ça reste correct.

3212 m

Descente par le même itinéraire
Pour la descente du refuge, on passera par le côté Sud de l'aiguille de la Vanoise et le lac des Assiettes, pour arriver aux Fontanettes.

 
La Réchasse vue du col de la vanoise... le topo photo suivra !

Topo carto profil fichier GPS
 


Fichier GPS au format GPX Pointe de la Réchasse ( cloc droit enregistrer sous)

Récit :

Première "grosse" course en montagne en famille. Tout commence par la location de crampons à Pralognan, un repas de midi vite avalé et l'attente du téléphérique du Bochor, il n'y en a pas avant 14 heures.
Du haut du téléphérique, c'est le départ, je ferme la marche avec Marie à la recherche de papillons à photographier ainsi que de sauterelles...
Nous rejoignons le refuge des Barmettes où nous opérons la réhydratation familiale !
Nous prenons al route du Sel entre les deux murets de pierre,  attention aux Marmottes qui traversent sans prévenir, collision possible ! Voilà, enfin le lac de la Vache qui a un gros succès. Il faut préter attention aux éventuels crocodiles, la vie est dangereuse. Petite pause au dessus pour profiter de nos noix de cajou. Le terrain devient plus minéral. Nous remontons au dessus du lac long sous l'aiguille de la Vanoise, la Grande Casse se dévoile. Au détour d'un chemin, une marmotte toute proche, Grand succès ! Et le refuge.

Installation, discussion de l'itinéraire avec le gardien, les enfants se transforment en guetteur de marmottes avec succès !!!

 
Marmotton Marmotte

Un bon repas, et tout le monde au lit. Demain le réveil est à 5 heures !
Durant la nuit, certains entendront des loups, d'autres le vent qui souffle dans le vieux bâtiment. Ca hulule !

5 heures, Marie la marmotte se réveille rapido (une fois n'est pas coutume) petit déjeuner, et c'est parti, il fait froid et humide, nous sommes dans le brouillard. Et ou, c'est parti, à ma façon, sur le sentier du lac des Assiettes que nous atteignons, j'attends les deux tuyaux annoncés par le gardien. Bon, on a du se planter, je prends à droite, dans le brouillard, on n'y voit qu'à 20 m. Les enfants ont un peu froid. J'essaie de faire le point au GPS, les coordonnées sont en Suisse et je n'arrive pas à le remettre en coordonnées IGN !  Galère.

Sandrine part à l'Est, je pars à l'Ouest, les enfants au milieu, on espère une éclaircie. On décide de partir à l'Est. Ca se lève, ô une cordée. ô un sentier. Le moral revient, le brouillard se lève, Quelques Lapiaz pour tester le Vibram, nous rattrapons l'autre cordée familiale au gros cairn. Je pars à droite, la suite est plus évidente. petites barres rocheuses. Voilà le glacier. Tout le monde a froid et l'équipent de 5 personnes est long, baudards, crampons piolet , corde. Louis et Agathe se font une petite école de galce sur le bas du glacier. Enfin nous partons. Je suis en tête devant Marie, Agathe, Louis et Sandrine. La première pente passée, on se retrouve sur le plat du glacier, l'autre famille a pris l'option de faire l'arête , je choisis de passer par le glacier. Quelques torrents glacières décore le paysage. Nous laissons le matos à la sortie du glacier. La remontée est sympa, l'ambiance est bonne, le sommet encore loin ! Quelques passage d'escalade, et voilà le sommet, un peu de givre, la vierge et la Grande Casse, magnifique ! Séance photo et ravitaillement. L'autre cordée nous rejoint.
C'est parti pour la descente, le pierrier, le glacier, le refuge. Pique nique, pas de marmottes !
Longue descente  côté Sud de l'aiguille de la Vanoise, jusqu'aux Fontanettes. Odeur de bouquetin passé à trépa vers une cascade, mais nous n'avons rien vu !

Photos
Papillon
 
Lac de la vache

Marmotte


Marmotton

Le brouillard se lève

Sur le glacier Marie Agathe, Louis et Sandrine

Arrivée au sommet, Marie

Les glaciers de la Vanoise - glacier du génépy
le Dôme de Chasseforêt et la Dent Parrachée

La Vierge de la Réchasse, la Grande CAsse face Sud et la Grande Motte



On a essayé de sauter tous en même temps râté ?

Dôme de Chasseforêt

3 vainqueurs de la Réchasse : Marie, Louis et Agathe


 

Vidéo
 

 


Liens : semaine alpi/ rando à pralognan

Sommet de Bellecote - Dôme de Bellecote 3417 m
Pointe de la Vallaisonnay traversée 3020 m
Pointe des Volnets face Sud  3247 m
Pointe de la Réchasse - alpinisme en famille 3212 m

 

 

Vanoise - alpinisme - Pointe des Volnets - face Sud - 3247 m

Apoutsiak — alpinismeVanoise
Idéal pour tous les adeptes du terrain à Chamois, d upierrier infame, des pentes herbeuses délicates, la face Sud de la pointe des Volnets présente le gros avantage de ne pas présenter de section glacière ( attention en début de saison, névé raide par endroit ....)

Pour la petite histoire, cette course est un but ! Je voulais au départ aller à la pointe du Creux noir, voir le récit !

 
Le bouquetin aime faire le beau !!!
Topo :

Départ de Pralognan, parking des Fontanettes 1644 m
Remonetr le sentier qui permet de gagner le refuge les Barmettes (1983 m) et poursuivre en direction du col de la Vanoise. Avant le lac des Vaches, prendre le sentier qui mène au chalet des gardes (2430 m) pousuivre par le sentier jusqu'au lac de la patinoire (2509 m)
ensuite c'est plein Nord en direction de la crête (passage par le point 2556 m) et faire au mieux sur des pentes herbeuses raides puis rocheuses , puis pierrier parfois son consistance jusqu'à l'arête, en haut du glacier des Volnets. Sur celle ci, prendre à droite (Est) jusqu'à la pointe des Volnets (un passage un peu délicat versant sud) 3247 m

Retour par le même itinéraire.


Remarque : ça passe, mais le terrain est parfois très délicat, et l'itinéraire ne pérsente pas d'intérêt cetain...

Carto profil fichier GPS :

 



Fichier GPS au format GPX pointe des Volnets (clic droit enregistrer sous)

Récit :

Dernier jour de vacances, je décide de me faire une dernière course, la pointe du Creux noir sera mon objectif avec un retour pour 11 heures. Je me fais une grâce mat jusqu à 4 heures et c'est le départ vers 4 h 30 depuis les fontanettes. Montée rapide aux Barmettes puis long plat avant le passage d'un Chamois ou d'un Chevreuil ( dans le noir , je n'ai pas bien vu, visiblement je l'ai stressé, mais je n'ai pas fait exprès... Je rejoins le chalet des gardes pour une courte pause. Je repars et voilà le glacier de la patinoire. Le glacier de la patinoire, au dessus est en train de mourir, il ne reste plus que quelques mètres carrés de glace, d'ici deux ou trois ans, tout sera fini, je lui donne l'extrême onction, avec mes larmes ...

 
lac de la patinoire, le bien nommé iceberg
 
rive droite du glacier de la patinoire, lac et pointe du creux noir


Problème, le topo décrivait de passer rive droite du glacier, mais rive droite, il y a le lac surplombé de barres rocheuses verticales (ou presque), rive hgauche, c'est un pierrier et un terrain merdique au dessus, suivi d'un petit névé et un couloir rocheux raide pour acceder au col. Hésitation... carte, changement d'objectif, je vais rejoindre l'arête entre le Grand Bec et la pointe des Volnets et faire un des sommets, ça a l'air de passer un peu plus facilement. Je repars, terrain raide en herbe, puis pierrier, plus ou moins solide selon les endroits  (plutôt moins à mon goût), un aigle vient me survoler, j'ai l'impression d'ête un apache survolé par son signe...  Le terrain de vient plus facile, je croise un bouquetin qui m'évite lentement. Enfin l'arête, un peu de neige gelée ( ah oui, le piolet et les crampons sont inutiles, je les ai monté, tant pis. Il faut partir à droite, le sommet semble bien loin. Un passage merdique plus tard, le reste est une arête relativement solide.

Un petit coup de téléphone pour rassurer ma troupe, et oui, il faut tout de même les avertir du changement d'objectif et de mon retard ( je ne l'ai pas fait avant pour ne pas les réveiller...)
Et hop c'est la descente, un bouquetin, un pierrier, dans les pentes herbeuses, je décroche un bloc enterré, petit coup de stress, enfin, le lac de la patinoire et le futur feu glacier. Une marmotte file  dans mes pattes, je retrouve le monde sur le sentier du col de la Vanoise, et loupe la cascade que je voulais voir en dessous de Barmettes, j'en suis quitte pour une descente  par la piste noire avec de l'herbe dense jusqu'aux aisselles ! et enfin la voiture !

Course sans gros intérêt, à faire éventuellement en ski de rando.
C'est de la rando très très alpine !



Photos

 
Pointe de Bellecôte et Mont Blanc vus du sommet
glacier du cul du Nant
 
Pointe du Creux Noir et Peiclet polset


Grande Glière Epena et Grande Casse

Oups - il fait le cake maintenant, mais à 5 mètres, il faisait moins le fier...



 


Liens : semaine alpi/ rando à pralognan

Sommet de Bellecote - Dôme de Bellecote 3417 m
Pointe de la Vallaisonnay traversée 3020 m
Pointe des Volnets face Sud  3247 m
Pointe de la Réchasse - alpinisme en famille 3212 m

 

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 > >>