Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alpinisme - Grande Casse couloir des Italiens 3855 m

Publié le par Apoutsiak

Couloir des Italiens descente par les Grands couloirs (voie normale)

3 Jours de montagne

Jour 1 : Pointe de la Réchasse - Pointe du Dard depuis Pralognan

Jour 2 :Couloir des Italiens - Grande Casse

Jour 3 : Charbonnel - face Nord

Alpinisme - Grande Casse couloir des Italiens 3855 m

Vidéo

Topo

Depuis le refuge du col de la Vanoise 2516 m, descendre vers le lac long et remonter la morraine du seuil de l'ouille. (2600 m) Gagner le glacier de la Grande Casse, le remonter et rejoindre le col de la Grande Casse 3091 m.

Remonter en diagonale les pentes qui permettent de gagner le pied du couloir des Italiens.

Le remonter 500 m (50°)

Passer le long du dérac, et sur le haut, le couloir tire à gauche, possibilité de sortir tout droit ou légèrement à droite.

De la crête on rejoint le sommet de la Grande casse 3855 m par l'arête.

Alpinisme - Grande Casse couloir des Italiens 3855 m

Récit

8 h, je suis déjà dans mon lit dans ce confortable nouveau refuge. Une alpiniste vient me voir et s'enquiert de mon projet. Je lui explique que mon but est de faire le couloir des Italiens , eux partiraient sur la petite face Nord. On échange sur l'heure du réveil. Je leur dis que pour moi ça sera 2 h, pour eux 2 h 30. A leur guise.

Je me couche

30 minutes plus tard, une cordée bruyante fait son apparition. Le dortoir Gypaète est en ébullition. Frontale bruits, discussions inutiles, tout y est. Je patiente. Les 3 finissent par se coucher, sans doute vont ils à la grande Casse par la voie normale.

2 h, le réveil me réveille brutalement ! D'autant plus que celui de la cordée de 3 sonne pile au même moment créant au passage une belle cacophonie. J’éteins le mien, mais le chef de cordée des 3 mais bien 2 minutes à éteindre le sien, j'entends les dortoirs voisins râler...

Je m'habille, c'est le Grand jour pour une grande course. Je file à la cuisine, où je retrouve la cordée de 3, un homme et deux filles, je dirai qu'il est le copain d'une des deux et que ce sont deux sœurs, mais ce ne sont là que de simples supposition. Tout le monde déjeune en silence (enfin me direz vous), je me surprends à observer leur bouilles encore endormis.

3 tartines, un bolle de chocolat, un verre de jus d'orange plus tard, je suis devant la porte, avec les deux filles, je me permets de leur demander leur projet, me permettant ainsi d'étancher ma curiosité

"La Réchasse" m'affirment elle

"Vous allez revenir avant le lever du soleil" leur affirmais je (et en plus sérieusement : Départ 2 h 40, montée 2 h descente 1 h ,retour au refuge à 5 h 40 !!! avant le lever du soleil

"On a un rendez vous à Cham à 14 h" m'affirma l'une des deux Donzelle

la classe

J'adorerai pouvoir dire cette phrase : J'ai un rendez vous à Cham

Mais je n'ai pas de dentiste à Cham

A la fois , habiter Cham et venir en Vanoise faire la Réchasse, il y a un truc qui m’échappe mais bon. Cham, c'est surfait !

Alpinisme - Grande Casse couloir des Italiens 3855 m
Alpinisme - Grande Casse couloir des Italiens 3855 mAlpinisme - Grande Casse couloir des Italiens 3855 m

Mais je m'égare et revenons à notre ascension. Ah oui, dans la nuit j'ai décidé de laisser le matos de ski au refuge et de monter à pied pour être light dans le couloir et dans la descente... je suis un piètre skieur.

Et c'est parti, je descends vers le lac ... RAS

Je remonte par des névés sur la moraine... C'est raide mais RAS

Je bascule sur le plat du glacier, et là, c'est le Drâme (avec l'accent d'M6 !)

Neige qui s'enfonce presque au mollet à chaque pas, avec une surface un peu dure histoire d'esperer à chaque fois que ça tienne.

Un pas...; je m'enfonce, un autre... je m'enfonce. Progression lente mais régulière.

J'avance.

J’aperçois la frontale de mes 2 acolytes du jour, au loin, derrière, je dois avoir 1/2 heure d'avance sur eux.

J'essaie de trouver les passages où la neige porte le mieux. Mais je suis toujours déçu.

C'est un peu la galère.

Je vois les deux autres me revenir dessus à vive allure.

J'enrage un peu quand je les suspecte de vouloir faire une pause alors qu'il pourrait me dépasser et me prendre le relai. Simple paranoïa. Je poursuis, il me rattrape, je les laisse passer. A eux de jouer, je suis crevé. Cette course sens le but à plein nez. Aucun regel nocturne. La face va être dangereuse. Le seul objectif à présent est d'atteindre le col et de regarder la face.

Ils tracent, et je parviens tout juste à aller à leur rythme alors que je suis dans les traces !!! Les premières heures m'ont bien entamées.

Le lever du jour point, on éteint les frontales, le rythme est lent , on arrive au col, 3 h pour faire 600 m de déniv : NUL !!!

On discute, on grignote et on décide d'aller voir le pied, juste pour voir.

Alpinisme - Grande Casse couloir des Italiens 3855 mAlpinisme - Grande Casse couloir des Italiens 3855 m

Je pars devant, Madame fait une pause technique, et monsieur m'emboite le pas. Vu la qualité de la neige, il finit par me rattraper, je le laisse passer un peu jusqu'à ce qu'il s'arrête.

Je repasse. je traverse sous les séracs et e voilà au pied du couloir, en bonnes conditions, la neige est dure.

OK, je me lance.

Et si c'était le hold up du jour

Moral au beau fixe, je progresse dans ce couloir de 500 m, me fixant, selon ma bonne vieille habitude, des objectifs atteignables facilement en opérant des pauses, bien, trop , régulièrement.

Je me retourne, mais je ne vois pas mes deux acolytes qui ont du rebrousser chemin.

En petit 1 atteindre les rochers, contourner la base par la gauche puis rejoindre en traversée le couloir proprement dit. traverser la coulée d'avalanche un peu verglacé puis remonter vers une nervure en neige. Essayer de ne pas s'arrêter jusqu'à elle, essayer, j'ai dit, j'ai fait au moins trois petites pauses. Objectif suivant, le sérac, qui sépare le bas , du haut du couloir et en marque la moitié. Je remonte, lentement, comme une fourmi, mais les couloirs comme ça, en condition quasi optimale, je sais faire, il faut juste prendre le temps. planter chaque piolet correctement puis monter chaque pied, trouver le bon rythme et éviter les pauses, qui chez moi sont trop fréquentes, mais c'est comme ça.

A gauche j'apperçois ce qui pourrait être une trace. Je me déporte pour voir ... Et oui, à 100 m de la sortie, je trouve enfin une trace de montée. Puré comme c'est confortable, il suffit juste de retaper les pieds. je suis monté 50 m à droite sans la voir !!!

Rien de grave , ça m'a fait du bien de tracer, et ça me fait du bien à présent de suivre. Un passage étroit, en ascendance à gauche, fait que je perds la trace. Je remonte, et hésite entre la sortie à gauche dans la neige et à droite , dans les rochers , mais plus courte. J'opte pour la droite, ça doit passer.

Je progresse dans du mixte relativement facile.

un peu de rocher enneigé sur lequel j'avance prudemmment, un dernier grand pas et me voilà sur la crête. Je retrouve une trace qui mène au sommet, cette courte portion me parait bien longue alors que je suis passé par là il y a 20 ans !

A présent c'est tracé, plus de difficulté.

10 minutes plus tard, me voilà au sommet.

Je fais quelques photos, envoie un MMS à Sandrine avec ma tronche dessus et engage la descente, il ne faut pas trainer, le soleil plombe et avec l'isotherme à 4600 m, ç apeut devenir galère dans les grands couloirs.

Alpinisme - Grande Casse couloir des Italiens 3855 m

Je file en suivant la trace, bizarre, elle suit la crête en direction du sommet de la petite face Nord

Je finis par filer à gauche pour passer en haut des Grands couloirs entre la Grande Casse et la pointe Mathews, logique. Puis je tire à droite, la neige est bonne, bien dure et cramponne facilement. Ca n'est pas si raide. Je descends pour me retrouver dans les coulées d'avalanche. Je tire au maximum à droite, c'est la consigne des gardiens. J’obtempère !

Au loin, je vois le refuge, et j'ai l'impression que tout le monde m'y surveille (en fait je me fous le doigt dans l'oeil, arrivé sur place, ils me demanderons d'où je viens !)

En bas dans les boules des coulées, la galère commence, neige soupe, archi soupe, archi archi soupe. Quelle idée que cet isotherme à 4600 m dans cette année 2016 polaire ... Je m'enfonce parfois jusqu'aux cuisses, il faut m'arrêter pour sortir mes guiboles des trous. Gros effort. A la fois je m'y attendais; Je finis par sortir des coulées pour retrouver la trace... de raquettes ! je me tiens dessus, au début ça s'enfonce moins. Mais ça reste un exercice physique.

Depuis le refuge j'avais bien repéré l’itinéraire de descente mais avec les traces, ça va être easy !

Je longe les rochers, dans la soupe puis dans les passages raide, je me laisse glisser sur les fesses. Je m'arrête avant que les coulées de neige ne deviennent trop importante autour de moi.

Je progresse, les pieds trempés , forcement.

Un dernier couloir de débrit d'avalanche. Une sorte de rimaye au niveau d'une barre rocheuse nécessite un petit saut. Me voilà sorti.

Le reste est une balade de santé sur des névés un peu profond. Une petite mais trop longue remontée au refuge où je retrouve les gardiens en train de déjeuner.

J'apprends que la cordée de 3 sur la Rechasse a buté malgré son départ à 2 h du mat. Deux excuses annoncées : l'excès de vent ( je sais pas où ils l'ont trouvé) ou le MAM d'une des deux filles (sans doute plus probable)

Alpinisme - Grande Casse couloir des Italiens 3855 m

Un coca plus tard, il me faut redescendre

je file à ski, enfin, je file tout est relatif, il faut d'abord remonter au dessus u refuge skis au pied avant de basculer , mais remonter au dessus des zones rocheuses, enfin ça skie, en dévers, quelques virages, et je m'applique avant de m'arrêter, un groupe de 70 collégiens fait une pause au lac des vaches quand j'y arrive "trop bien les skis" et moi, je pense que pour le trop bien, c'est pas faux, mais 600 m de portage m'attendent, et ça, c'est moins "trop bien"

Je descends, j'assiste à un combat de gladiateur de marmottes. La descente est longue, mais passe bien. il fait une chaleur à crever, l'air est sec.

Voilà la voiture, une étuve, mais j'ai réussi, depuis le temps que je rêvais de faire les Italiens, c'est chose faite !

Commenter cet article