Conseils

Vous êtes actuellement  

  petits alpinistes sur ce blog


Vidéo du mois :

Rétrospective2010

La vidéo Grand Format ici

 

 

 

 

La Télé du Petit Alpiniste :
LPA TV
  

 

 

 


Cliquez ici pour répondre à la question : Le Mont Blanc, pour vous, c'est...

 




  

N'hésitez pas à aller voir dans les archives les précédents articles

et à vous inscrire à la Newsletter

Recherche

Soleil

Ci dessous vous trouverez les 4 soleils de ma vie !

Sandrine, Agathe,  Marie et Louis.

 


 



 

 

Pour tous ceux que ce blog intéresse, abonnez vous à la newsletter.

 

Contact


Qui suis je ?


 

Vidéos d'Apoutsiak

 

 


L'apouts'trombinoscope :

mes compagnons de cordées


Photos d'alpinismes des année

 1900-1960


22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 16:01

La dernière course

 

Je reprends ce titre à Joe Simpson, la comparaison s'arête là, je n'ai ni ses talents d'alpinistes, ni ceux d'écrivain

 

Juillet 2005, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai proposé à ma mère, de réaliser une jolie course d'alpinisme. Et elle a accepté. Il faut dire qu'elle a un joli passé : nombreuses rando dans les alpes, et quelques sorties « alpinisme » dans sa jeunesse. Bref elle ne part pas dans l'inconnu.

 

Sauf que lorsque je la retrouve, je me rends compte que son entrainement cet année est proche de zéro et qu'elle n'a même pas essayé les chaussures d'alpi que mon frère lui avait passé alors que la sortie est prévue de longue date.

 

La météo pour le séjour n'est pas parfaite, orages annoncés dans l'après midi pour le retour des Dômes. Il ne faudra pas trainer.

 

Départ à 8 heures du matin, de Luthézieu. Nous vérifions les sacs sous l'oeil attentif de Claude et Sandrine, nos époux respectifs... à 10 heures, nous sommes aux Contamines, le temps est magnifique, un peu trop...

La montée à Tré la Tête se fait en une heure vingt, pardois à 500 mètres heures, ce qui me parraît assez élevé étant donné l'âge de maman, mais je profite de sa forme pour me dégourdir les jambes.

Arrivés sur place, nous pique-niquons, règlons son sac et ses problèmes d'ampoules.

 

Nous repartons pour le passage du mauvais pas, où elle a du mal à trouver son souffle, nous passons le premier névé et c'est le début du glacier de Tré la Tête, couvert de cailloux ! Le monstrueux coup de barre frappe Geneviève, nous faisons une pause avant de traverser le glacier, nous passons sous le chemin classique mais éboulé du refuge, pour gagner la rive droite du glacier et cheminer entre celui-ci et les barres rocheuses, sur des blocs particulièrement instables (super pour le rythme) Arrivés au niveau du drapeau, nous remontons le sentier et gagneons le refuge, Geneviève est exténuée...

 

Le gardien, voyant l'âge de ma coéquipière nous attribua une chambre de guide ( 4 couchettes) où nous siègerons à deux ! C'est la première fois que ça m'arrive.... (et la dernière, pourtant j'y ai dormi un paquet de fois aux Conscrits !...)

 

Après un repérage, le rangement du matériel, et un bon repas, nous nous couchons vers huit heure et demi.

 

A 4 heures, il est l'heure, le déjeuner vite avalé, nous fillons vers le glacier , à flanc de montagne. 1 heure plus tard, nous sommes encordés. Geneviève est moyennement en forme, mais nous restons au milieu des cordées. Nous nous dirigeons vers le bien nommé col infranchissable et nous bifurquons plein ouest vers le col des Dômes . Je sens que Geneviève n'est pas au mieux, le vent souffle à présent très fort, la fenêtre météo prédite est bien là, mais le temps change, et comme prévu, il devrait pleuvoir cette après-midi.

 


 

Enfin au col, je sens Geneviève très faible. Pâe comme un cachet d'aspirine. Le vent est glacial et balie l'endroit, difficle de se parler, impossible de rester là sans rien faire,  je laisse tomber rapidement mon idée de la laisser une demi heure seule et de me faire le sommet en solo avant de la récupérer, il fait trop froid et il y a trop de vent, elle est très fatiguée. Nous décidons de redescendre rapidement après une courte pause.


 


 

 

 

 

 


 

Sur le replat du glacier, tout va mieux, nous en profitons pour faire quelques photos avant de redescendre. Geneviève fait quelques chutes mémorables, se prenant les crampons.

 

Nous arrivons au refuge des Conscrits, le temps est couvert, la pluie n'est pas loin. Nous le quittons un quart d'heure plus tard. Le passage le long du glacier est bien "merdique"... les rochers et gravillons glissent sur la glace, emportant le pied de l'alpiniste fatigué

 

Sur le plat du glacier, les premières gouttes tombent, l'averse est rapidement énorme, nous sommes trempés en moins d'une minute et c'est l'orage qui arrive derrière le mont Tondu, il faut se réfugier à Tré la Tête. Il est seulement midi et quart et le mauvais est déjà là !  Je prends le sac de Maman qui est morte de fatigue, et lui dis de droper! Nous passons le mauivais pas sous la pluie avant de rejoindre Tré la Tête au triple galop et sous la pluie batante.

Nous décidons d'opérer une bonne pause en attendant que ça se calme. Une salade pour se restaurer, le temps à l'air de se stabiliser, Maman n'a pas trop faim, et je menfile presque les deux salades (salade de Tré la tête : excellente soit dit en passant)

Nous nous changeons, ça fait du bien d'être au sec !...

 

 

 

      

 

Nous repartons, il ne pleut plus, un quart d'heure après c'est le déluge, de pluie et d'orage.

"Mère gardez vous à droite, mère gardez vous à gauche !", tel Philippe à la bataille de Poitier en 1356, je conseille mon aïeul. Mais les Anglais éclairs sont trop nombreux... Le Prince noir va t'il récidiver ? 

Le ciel est blanc d'éclairs, ambiance électrique, les sentiers ne sont plus que ruisseau. Nous sommes trempés derecher, jusqu'aux os !

 

Les éclairs tombent tout prêt de de nous, le tonnerre gronde en permanence, c'est le déluge, l'apocalypse ! trop tard pour remonter à Tré la tête, il faut filer vers le bas. nous décampons comme nous pouvons vers la voiture, sursautant lors des éclairs trop proches ! A 15 h 40 nous y sommes, trempés mais heureux...

 

 

 

Les pieds de Geneviève se souvendont longtemps de cette balade, avec mes excuses pour les âmes sensibles. Elle mettra un peu de temps à récupérer...

 

 

 

 

Ce fut la dernière course de mamaman. Cet orage fut le pire de ma "petite " experience d'alpiniste, le plus impressionnant.

 

Partager cet article

Published by Apoutsiak - dans humeur
commenter cet article
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 06:36

Sortie classique avec Louis (mon fils de 12ans)

Et son nouveau record !

4ème génération à passer au sommet !

Topo :

 

Refuge Albert 1er

3 options s'offrent à vous :

Depuis le tour par la morraine : long, rébarbatif mais ECONOMIQUE

Depuis le haut de la télécabine du Charamillon

ou depuis le haut du télésiège du col de balme par le sentier balcon (1 h 45)

 

Aiguille du Tour par le col Supérieur du Tour 3542 m

Du refuge, partir derrière le refuge (à repérer la veille) cairn et gagner le plat du glacier sous le col du Midi des Grands vers 2840 m. Contourner par la droite les 3 éperons (2 de l'aguille du Tour 1 de l'aiguille de Purtscheller) remonter le couloir en provenance du col supérieur du Tour et par 30 mètres d'escalade (II III max) gagner le col 3289 m

 

Basculer versant Trient. Remonter le glacier jusque sous al rimaye sous le sommet de l'aiguille sud. Passer la rimaye et gravir en diagonal vers la droite pour rejoindre l'arête Nord de l'aiguille Sud du Tour (30 mètres au dessus du col environ. Remonter cette arête jusqu'au sommet (II III)

 

Descente : par le même itinéraire

 

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

Récit :

 

Tout est une histoire de météo

Elle annonçait Beau temps avec quelques averses l'après midi, on a été servi

11 h, il pleut à Argentière, on décide de "glandouiller un peu en attendant que ça se lève. On sandwiche dans le coffre de la voiture tandis que les averses passent. Le ciel bleu apparait on file au Tour, coup de télécabine, il fait beau, au milieu du télésiège, ça se gatte, il bruine et le brouillard est là. En haut, il pleut, FORT. On est trempé. On sort les blousons. on garde les shorts pour laisser les pantalons au sec !

C'est parti sous cette flotte. on espère que la météo a dit vrai, on rêve d'éclaircie. aux averses presque permanentes succèdent des périodes de vent glacial. Dire qu'à la télé hoer, le monsieur météo expliquait que le vent était du à une tempête tropicale... j'ai pas bien senti le coté tropical de la tempête !

On file dans ce brouillard, trempés jusqu'aux os. Louis garde le moral. Les conditions ne sont vraiment pas top, trop tard pour renoncer. Je fais quelques vidéo grâce à mon nouvel appareil photo étanche, l'occasion est trop belle pour ne pas le tester !

le refuge ne se dévoile que lorsque nous sommes à 50 mètres de celui ci. On y entre trempés. Malheureusement, les places sont chers même pour les vêtements !

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

Après midi en refuge classique, Un chocolat pour se réchauffer, séchage des affaires (comme on peut), lecture, sieste... réveillée par un tintamarre dans le couloir. quelqu'un court dans le couloir. ça ne peut être qu'un enfant. avec le parquet flottant le bruit de course emplit le refuge. Le bruit va d'un bout à l'autre du couloir et revient. Le souci c'est que ça dure plus d'une demi heure. De toute façon, je suis réveillé. Je décide de sortir et d'expliquer au gêneur que pour beaucoup, la sieste, c'est sacré !

Je sors, et croise, un adulte en train de courir, sans doute un gars qui s'entraine pour l'UTMB, je luis annonce "vous savez que ça raisonne et que vous réveillez tout le refuge" "Ah bon ! " il file... vers les escaliers, je le retrouve là, en train de faire des montées descentes... ils sont fous ces UTMBistes !

 

Repas sympa avec une grande tablée de jeunes, de guides et d'hollandais ! puis corvée de vaisselle pour Louis et moi et au lit.

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

Réveil 3 h 40, décollage 4 h 45, on louvoie dans la nuit sur les rochers menant au glacier. cairns gigantesques. Sur le glacier on file. parfois derrière une cordée, parfois devant une autre. Ça ne bouchonne pas, le regel est bon. On passe la passage à Marie. Le soleil peine à se lever, j'ai encore des courbatures de mon trail avant hier. Louis est en forme. Il y a pas mal de nuages dans le ciel, et le vent nous glace un peu !

Courte pause avant de repartir pour le col Supérieur du Tour, un passage d'escalade et voilà le col dans le vent, je suis congelé, on ne traine pas et on bascule coté Trient.

 

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

On galope jusqu'à la rimaye. Un Grand pas on remonte jusqu'aux rochers et zou escalade facile. Perso , ça m'a paru beaucoup plus long que les autres coups. J'aide un gars qui a le crampon qui se fait la malle. on suit cette cordée jusqu'au sommet. Louis me suit en stressant pour la descente, saura t'il se refaire les pas d'escalade à la descente. il faut dire qu'il y a parfois de grands pas !

 

Sommet, record battu (de 9 mètres) pour Louis (ça efface des tablettes le col du Tour Noir !)

4ème génération au sommet après mon Grand-père, sans doute ma Grand-mère, ma mère, et moi !!! (et je ne compte pas les oncles et tantes) il y a de la génétique au sommet ! L'amour de la montagne est il ancré dans les gênes, vous avez 2 heures !!!

 

On sort notre phrase : "à 3500 mètres, l'oxygène se fait rare !" pour la vidéo , phrase tirée d'un reportage de M6 à l'aiguille du Tour qui nous avait fait explosée de rire et qu'on se sort régulièrement en famille ! Ils sont trop forts ces journalistes !

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

Descente rapide, tout se passe bien, je film une "belle" chute de pierre sur la rimaye qui aurait pu mal tourner ... mais tout se termine heureusement bien. On file vers le col supérieur du Tour, puis sur le plat du glacier. Je filme le passage d'une crevasse pour belle maman, elle va me tuer si elle sait que son petit fils passe là !... On galope jusqu'en bas du glacier puis jusqu'au refuge .

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

Après avoir ingurgité un délicieux brunies - chantilly et papoté avec les gens de notre tablée de la veille, nous filons vers le bas dans le monde, il fait beau à présent et le sentier est noir de monde, randonneurs , alpinistes ( je ne sais pas pourquoi ils montent, demain, il fait pourri...) nous rejoignons facilement la Balme puis la voiture, tout content  de notres jolies sortie !

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

Partager cet article

7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 16:19

Les 9 4000 de l'Oberland

Par ordre d'ascension

 

Le Finsteraarhorn 4274 m (Juillet 1999)

L'Aletschhorn 4193 m (Mai 2006)

Le Gross Fiescherhorn 4049 m (avril 2009)

L'Hinter Fiescherhorn 4021 m (avril 2009)

Le Mönch 4107 m (Septembre 2009)

Le Gross Grünhorn 4044 m (Avril 2014)

La Jungfrau 4158 m (Avril 2014)

Le Schreckhorn 4078 m (reste à gravir)

La Lauteraarhorn 4042 m (reste à gravir)

 

 

 

 

Les 9 4000 de l'Oberland

Finsteraarhorn

 

Aletschhorn

 

Hinterfierscherhorn

 

Gross Fiescherhorn

 

Gross Grunhorn

 

Jungfrau

Mönsch

Schreckhorn Lauteraarhorn

Partager cet article

Published by Apoutsiak - dans Oberland alpinisme 4000
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 09:53

Tout est là

Visugpx avec édition sur fond de carte suisse CNS 25 000

 

Créer un itinéraire GPS au format GPX sur un fond de carte

 

Partager cet article

Published by Apoutsiak - dans Conseils Techniques GPS
commenter cet article
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 07:43
Alpinisme : Finsteraarhorn 4274 m

Topo

Du refuge, gagner le glacier au dessus

rejoindre le point 3617 m CNS Frustuckplatz

basculer de l'autre coté de l'éperon

Remonter au Huggisattel 4088 m

de là par l'arête en restant Versant Ouest jusqu'au sommet 4273 m

 

Fichier GPS Finsteraarhorn au format GPX

Le sommet de l'Oberland

 

Récit - Vu par par Christian

 

 

Ce 8 juillet (1999) , nous avions rendez-vous à Martigny (Valais Suisse) sur une aire d’autoroute pour se répartir dans les voitures. Je retrouve Nelly et Jean-Michel, les organisateurs de la semaine, Evelyne, que je connais depuis plus de 20 ans au CAF, Francine et Guillaume, deux petits nouveaux au CAF… 1 h 30 plus tard, nous sommes à Fiesh au pied du Massif de l’Oberland. Nous prenons le téléphérique de Kühboden. De là, c’est parti pour la cabane de Konkordia à 2850 m. Les sacs pèsent plus de 17 kg. Un premier sentier nous amène à l’Aletschgletscher, glacier le plus grand d’Europe avec ses 24 km de long. Le pique-nique est pris, les cordées formées, je suis avec Guillaume. Je prends donc la tête de notre cordée. La montée se fait sur 8 km de glacier sur la rive gauche, en louvoyant entre les crevasses. Une échelle puis 90 mètres d’escaliers au-dessus du vide (365 marches) nous conduisent à la Konkordia Hütte.

 

 

9 Juillet : Départ pour le Trugberg (3880 m). Nous redescendons les escaliers, nous encordons et prenons un premier raidillon sur le glacier. J’attaque face à la pente, mais je ne trouve pas mon rythme. Guillaume passe alors devant . Nous contournons des crevasses (toujours nombreuses dans l’Oberland) traversons le glacier et grimpons vers le sommet. Une petite arête de 100 m de dénivelé avec quelques passages de mixte m’achève, j’avoue que je ne suis pas très technique, les autres ont l’air bien en forme . Au sommet, la vue sur la Jungfrau est magnifique.

Nous redescendons le glacier. Pour la remontée par les échelles au refuge, je m’arrange pour suivre quelqu’un : le vide m’effraie !

 

10 Juillet : Je prétexte une grippe pour me reposer alors que les autres partent faire le Grünegghorn à 3860 m (PD). Je me lève à 8 heures prends bien mon temps, un bon repas accompagné de bon vin, me permettent de récupérer. Ils sont parvenus au sommet par une arête rocheuse puis en neige assez impressionnante. Le retour s’est fait en parti en ramasse.

 

Le saviez vous

 

Le sommet de l’Oberland Bernois n’est ni l’Eiger (et sa fameuse face Nord), ni la Jungfrau, (à proximité du petit Train à crémaillère), ni le mönsch. Non, le sommet de l’Oberland est bien le Finsteraarhorn et son arête Nord Est mixte il culmine à 4280 m d’altitude !

 

11 Juillet : Journée de repos, nous traversons vers la Finsteraarhorn-hütte par le Grünhornlücke (3286 m). En 2 heures nous sommes à ce col. Jean-Michel, Francine et Guillaume s’engagent sur le Wissnollen tandis que nous redescendons vers la cabane en 1 h ¼ . Nous suivons leur progression à la jumelle et utilisons des radiotéléphones pour prendre des nouvelles. Guillaume prévoit 1 h 30 du col au sommet, ça me paraît un peu optimiste. Au bour de 1 h, ils n’ont pas gravi 200 mètres et annoncent 1 h environ pour sortir au sommet. Ils merdouillent dans l’arête, nous apercevons des points qui ne progressent pas ou progressent très lentement (en fait ils assuraient Francine, peu à son aise dans une neige pourrie et raide en faisant des relais tous les 30 m ce qui a pris un temps fou. Ils ne nous téléphonent pas à 12 h ce qui augment notre inquiétude. Enfin à 13 heures le radiotéléphone émet, c’est Guillaume, ils sont sortis de l’arête en un temps record : 2 heures pour faire moins de 100 mètres de dénivelé… (la moyenne normale sur terrain glacière est de 300 mètres par heure N.D.R.). Ils passent 70 mètres de rocher et nous rappellent du sommet. Nous leur précisons que leur voie de descente passe bien à gauche du glacier pour éviter des zones de crevasse. A la jumelle, nous les suivons, ils dévalent la pente, Guillaume devant tire Francine épuisée et longe les rochers complètement à gauche comme prévu. Mais il s’engage à gauche d’une zone de séracs qui devient infranchissable en dessous, nous tentons de l’avertir au téléphone et en faisant des grands gestes depuis le retour. Nous sommes bien inquiets. La cordée stoppe à gauche des séracs. Le radiotéléphone grésille d’un ait narquois « qui a dit qu’il fallait prendre bien à gauche », c’est Guillaume qui rajoute « nous sommes il me semble trop à gauche ». Nous les guidons pour qu’ils repassent au dessus des séracs et redescendent au bon endroit. Ils remontent vers la Finsteraarhorn-hütte vers 16 heures.

 

Tempête de neige sur la Grünhornlücke

 

12 Juillet : Ce matin, le temps est gris, nous décidons de tenter le Gross Wannenhorn. Nous partons vers le Fiesh gletscher et le traversons. Deux politiques s’opposent : Nelly et Jean-Michel sont partisans du passage par le centre du glacier alors que Evelyne et Guillaume passeraient plutôt par la rive gauche. Les premiers l’emportent nous passerons par le centre. Nous passons des crevasses, longeons des séracs, les contournons, nouvelles crevasses, nouveaux séracs. Notre cordée passe alors devant et se retrouve coincée par des crevasses. Tout le monde se retrouve là. Certains passent le pied dans des ponts de neige, nous sommes dans une souricière, il s’agit de rejoindre au plus vite la gauche du glacier plus saine. Nous formons alors une caravane encordés tous les 6 à 15 mètres et nous nous dirigeons en louvoyant vers ce bord gauche. Le taux d’adrénaline est au beau fixe, contrairement à la météo. Enfin la rive arrive. Nous remontons alors sur des pentes assez raides. Sur un petit col à 3365 m nous décidons de nous arrêter, le temps est trop « dégueulasse » et le sommet encore loin. Nous redescendons rive gauche et effectivement cela passe facilement. Puis nous faisons des moufflages sur une crevasse du bas du glacier avant de rentrer au refuge.

 

 

13 Juillet : Nous partons pour le sommet de l’Oberland : le Finsteraarhorn (voir encadrés). Personne n’est très motivé : il y a des nuages et il fait très chaud, nous n’irons sans doute pas au sommet. Nous remontons jusqu’à l’ancien refuge. Puis Guillaume trace jusqu’au Frustucksplatz (emplacement du déjeuner) où nous rejoignons la trace des Tchèques, il y a une Rimaye à passer. Guillaume passe, le pas est important me précise t’il du haut. Je m’avance, il m’assure au piolet, corde tendue. Je me prépare « un, deux et trois » Je ne comprends pas, je me retrouve sur la lèvre supérieur, les jambes dans le vide soutenu par Guillaume, je cris « tire – tire » alors qu’il est impossible de tirer . Finalement je me reprends et passe l’obstacle. Après le Frustucksplatz, nous reprenons un glacier. Nous sommes à près de 4000 et mon souffle est court, Guillaume ne fait aucune pause dans les traces faites par les Tchèques. Je réclame quelques pauses, il m’en accorde certaines, … difficilement ! Nous parvenons au Huggisattel à 4088 m. Le vent souffle et les nuages sont là. Seuls Guillaume et Jean-Michel iront au sommet à 4280 m. 1 h 30 plus tard, par radio téléphone ils nous annoncent qu’ils sont au sommet, après une escalade mixte rocher neige, ils précisent que les conditions sont bonnes ! Nous filons alors que l’orage menace. Alors qu’ils descendent l’arête, quelques coups de tonnerre se font entendre, ils se prennent une tempête de neige. Un appel alors qu’ils sont au Huggisattel nous rassure ; Ils redescendent très vite et nous rejoigne au refuge après l’épisode des abeilles (voir encadré).

 

S’il n’en reste qu’un…

 

Avec le sommet du Finsteraarhorn conquis, il ne reste plus qu’un sommet pour que la sexalogie des sommets des massifs des alpes soient complète !

En effet après le Grand Paradis, pour le massif du même nom ; le Mont Blanc ; la Barre des Ecrins ; la Grande Casse pour la Vanoise ; et le Finsteraarhorn pour l’Oberland Bernois, il ne reste plus qu’à gravir la Pointe Dufour , sommet des Monts Roses et deuxième sommet des Alpes, et les 6 sommets seront gravis !

 

Les Abeilles

 

Mardi 13 juillet, 15 h , De retour du Finsteraarhorn, Le glacier a été quitté il y a quelques minutes et dans un quart d’heure nous serons au refuge ; une descente rapide dans les pierriers s’engage. Je suis accompagné de Jean-Michel qui était avec moi au sommet et d’un couple de Nancéens.

Une petite arête à 3200 m conduit à l’emplacement de l’ancien refuge, un sentier y mène avant de reprendre la descente. Je m’engage sur celle-ci, quand tout à coup j’entends un bourdonnement sur mon sac à dos, c’est mon baton téléscopique ! Je cris à Jean-michel de quitter l’arête est de se mettre à l’abrit. Nous délaissons les sacs et descendons sous l’arête. 5 minutes passent les Nancéens s’engagent sur l’arête alors que je remonte récupérer mon sac, quand tout à coup, rebelotte lorsque je soulève le sac, j’entends de nouveau les abeilles (signe de foudre N.D.R.). Je me replonge dans la face, les Nancéens font de même avec doutes. Une troisième tentative me permet de sortir le baton du sac, mais c’est le piolet qui se met à chanter… Je quitte à nouveau l’arête sans mon sac. Je décide de passer en force, je prends mon sac et cours me mettre à l’abrit, à l’endroit de l’ancien refuge, le piolet bourdonne au départ, puis le bruit cesse. Nous redescendons et apercevons les Nancéens sur la courte arête, Madame lache le piolet qu’elle portait à la main, les abeilles y faisant du bruit !

 

 

14 Juillet : Nous devions revenir à Fiesch par le glacier du même nom, mais sa descente par des rappels, des mains courantes et une sorte de via ferrata, demande des bonnes conditions météo or, il pleut et le brouillard se prépare par endroit. Il faut remonter la Grünhornlücke sous la pluie et redescendre par où nous sommes venus : le glacier d’Aletsch. Au col, nous sommes pris dans une énorme tempête de neige, nous redescendons face au vent la visibilité restant très faible. Au niveau de la Konkordiaplatz, nous avons de la peine à trouver notre chemin au milieu des crevasses, mais nous y parvenons après un gros aller-retour. Le long Aletschgletscher est suivi le long de sa moraine gauche, puis un sentier nous ramène au téléphérique.

 

Le séjour se termine dans la bonne humeur !

Alpinisme : Finsteraarhorn 4274 m
Alpinisme : Finsteraarhorn 4274 m
Alpinisme : Finsteraarhorn 4274 m

Partager cet article

Published by Apoutsiak - dans 4000 Oberland
commenter cet article
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 10:21

 

Massif des Ecrins  2 sommets  
Barre des Ecrins  4101 m GPS
Dôme de Neige des Ecrins 4015 m GPS
     
Massif du Grand Paradis 1 sommet  
Grand Paradis 4061 m GPS
     
Massif du Mont Blanc 28 sommets  
Aiguille de Bionnassay 4052 m GPS
Dôme du Gouter 4306 m GPS
Mont Blanc  4810 m GPS
Mont Blanc de Courmayeur 4765 m GPS
Pointe Louis Amédée 4460 m GPS
Mont Brouillard 4068 m GPS
Pointe Baretti 4006 m GPS
Grand pilier de l'Angle 4243 m GPS
Aiguille Blanche de Peuterey 4114 m GPS
Mont Maudit 4468 m GPS
Mont Blanc du Tacul 4248 m GPS
L'Isolée 4114 m GPS
Pointe Carmen 4109 m GPS
Pointe Médiane 4097 m GPS
Pointe Chaubert 4074 m GPS
Corne du Diable 4064 m GPS
Dent du Géant 4014 m GPS
Aiguille de Rochefort 4001 m GPS
Dôme de Rochefort 4015 GPS
Pointe Marguerite 4065 m GPS
Pointe Hélène 4045 m GPS
Pointe Croz 4110 m GPS
Pointe Whymper 4184 m GPS
Pointe Walker 4208 m GPS
Les Droites 4000 m GPS
Aiguille du Jardin 4035 m GPS
Grande Rocheuse 4102 m GPS
Aiguille Verte  4122 m GPS
     
Alpes Valaisannes 41 sommets  
Combin de Valsorey 4184 m GPS
Combin de Grafeneire 4314 m GPS
Combin de la Tsessette 4141 m GPS
Dent d'Herens 4179 m GPS
Cervin 4478 m GPS
Dent Blanche 4357 m GPS
Bishorn 4153 m GPS
Weisshorn 4506 m GPS
Obergabelhorn 4063 m GPS
Zinalrothorn 4221 m GPS
Breithorn Ouest 4165 m GPS
Breithorn Central 4160 m GPS
Breithorn Est 4141 m GPS
Jumeau Ouest du Breithorn 4139 m GPS
Jumeau Est du Breithorn 4106 m GPS
Roccia Nera 4075 m GPS
Pollux 4092 m GPS
Castor 4228 m GPS
Lyskamm Ouest 4481 m GPS
Lyskamm Est 4527 m GPS
Punta Giordani 4046 m GPS
Piramide Vincent 4215 m GPS
Corno Nero 4322 m GPS
Ludwigshöhe 4342 m GPS
Parrotspitze 4436 m GPS
Signalkuppe Pointe Gnifetti 4554 m GPS
Zumsteinspitze 4563 m GPS
Dufourspitze 4635 m GPS
Nordend 4612 m GPS
Strahlhorn 4190 m GPS
Rimpfischhorn 4199 m GPS
Allalinhorn 4027 m GPS
Alphubel 4206 m GPS
Täschhorn 4491 m GPS
Dom 4545 m GPS
Lenzspitze 4294 m GPS
Nadelhorn 4327 m GPS
Stecknadelhorn 4241 m GPS
Hohberghorn 4219 m GPS
Durrenhorn 4035 m GPS
Weissmies 4023 m GPS
Lagginhorn 4010 m GPS
     
Alpes Bernoises 9 sommets  
Aletschhorn 4195 m GPS
Jungfrau 4158 m GPS
Mönch 4099 m GPS
Gross Fieschehorn 4049 m GPS
Hinter Fiescherhorn 4025 m GPS
Gross Grünhorn 4044 m GPS
Finsteraarhorn 4274 m GPS
Schreckhorn 4078 m GPS
Lauteraarhorn 4042 m GPS
     
Massif de la Bernina 1 sommet  
Piz Bernina 4049 m GPS

Une partie des fichiers GPS provient de mes sorties, les autres proviennent de recherches personnelles sur internet. Si vous disposez d'un fichier qui manque dans cette liste, n'hésitez pas à me contacter !

Partager cet article

27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 16:15

qui me restent à gravir

Je mettrais à jours les fichiers GPS de tous les 4000 ultérieurement

Fichier GPS au format GPX

 

 

Massif du Mont Blanc

Blanche de Peuterey - Mont Blanc

Mont Blanc - arête du Brouillard - pointe Baretti

Grandes Jorasses - Traversée Rochefort Jorasses

Mont Blanc du Tacul - traversée des Aiguilles du diable

Mont Maudit

 

Valais

Lenzspitze

Obergabelhorn

Zinalrothorn - arête Nord Rotgratt et Voie Normale

Roccia Nera - Breithorn

Punta Giordani

 

 

Oberland

Lauteraarhorn - arête Sud

Schreckhorn

 

Bernina

 

Piz Bernina (Biancogratt et via Morteratsch)

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Apoutsiak
commenter cet article
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 07:10

Après un but il y a quelques années, me voilà de retour par l'autre versant.

 

Jolie ascension en très bonne condition

 

En attendant le topo et le récit complet, voici la vidéo

Topo

 

Accès à la cabane Weissmieshütte

 

Prendre les télécabines de Kreuzboden 2397 m (30 CHF aller retour)

 

De là, rejoindre la cabane soit en remontant la piste de ski, soit en empruntant le sentier sur la crête. Attention aux marmottes sur le sentier !

 

Sommet :

De la Weissmieshütte 2726 m , rejoindre la piste au Nord et la remonter pour gagner le plateau au dessus (pont 2892 m CNS) et Hohsaas, le haut de la télécabine 3135 m.

Rejoindre le glacier : Triftgletcher par la piste.

Rester en rive droite et traverser le palteau glacière vers 3200 – 3300 m

remonter au mieux le système de bandes de glace. (crevasses) et rejoindre l'arête qui passe par le poitn 3307 m vers 3500 m d'altitude.

Remonter cette arête pour arriver au Nord du point 3813 m puis suivre l'arête versant Ouest jusqu'au sommet 4017 m

 

Descente

par le même itinéraire.

 

Carto - fichier GPS

Récit

Mardi, nous venons de terminer l'ascension du combin de Tsessette et j'apprends que la météo est mauvais pour le week-end, et qu'Anne ne pourra me rejoindre ce soir. Que faire, rentrer ou trouver un sommet à faire rapido pour profiter de cette semaine de vacances. Un coup de fil à ma routeuse préférée, la Yann Giesendanner de Haute-Marne : ma femme ! Demain devrait rouler. Je vérifier que je peux atteindre Saas Grund avant la fermeture du téléphérique et je file dans la vallée de Saas.

 

16 h, je suis équipé et plonge dans la télécabine qui me projette à Kreuzboden. Je pars en baskets, skis sur l'épaule et les pompes de ski en bandoulière ! La neige n'est pas loin. Devant pareil spectacle, les marmottes fuient, c'est vrai que je dois faire peur ! La neige arrive rapidement après 20 minutes de marche, je chausse les skis. Tranquille je remonte les névés. Un passage le long d'une cascade est assez stressant, je finis pas passer le ski au fond.

 

Quelques virages, voilà le refuge, 2 allemands en provenance du Weissmies m'accueillent, ils l'ont fait à pied, et ont l'air bien nase (surtout le plus jeune)

Séchage, préparation de la course du lendemain, repas, et au lit... A 19 h 50, j'ai dormi d'une traite jusqu'à 4 h du mat et j'ai du bien ronfler (ben oui, j'ai le nez bouché en ce moment!)

Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m

4 h, je décolle en essayant de ne pas réveiller les « casques à pointe ». 4 h 35, je fais une photo du coucher de lune et je pars. Je me suis prévu 2 h pour rejoindre le glacier. La montée remonte une piste (bleue je pense) et ça grimpe efficacement. Je laisse le Lagginhorn et son lenticulaire. Voilà déjà Hohsaas, 1 h seulement que je skie.

Je me fourvoie un quart d'heure en voulant suivre une hypothétique trace sur mon GPS alors qu'il suffisait de suivre la piste... Je me prends une bonne gamelle dans la croute en réparant mon erreur ! Il suffisait... de suivre la piste !

Bref, voilà le glacier, j'enfile mon casque et c'est parti, d'abord rester en rive droite puis traverser le plat glacière en se méfiant des sournoises crevasses. Je traverse une énorme coulée d'avalanche pour me retrouver en rive gauche. Je me pause des questions, qu'est ce que je fais là, seul dans cette grosse montagne. La réflexion laisse place à l'action, je progresse. Je dois être un tout petit point dans cette immensité de glace vu du bas !

Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m

Je mets les skis sur le sac quand c'est raide et trace vers le haut, il me semble que c'est le plus facile pour traverser la zone , comment dirais je … tourmentée. Je rejoins la trace des allemands, c'est plus facile , même si la trace est souvent trop profonde, ils ont du descendre fort tard, hier … Je traverse et gagne le point 3530 m pour une première bonne pause. Je poursuis à ski, puis à pied dans la portion raide de l'arête, pas envi de m'en coller une sur cette neige bien dure ! , voilà l'arête , le brouillard (un nuage stagne sur le sommet depuis ce matin) et le vent ! Je laisse les skis au col enfile mon masque et pars pour les 200 derniers mètres. Visibilité réduite, je suis les traces de mes prédécesseurs. Je longe l'arête, et progresse vers le haut, le vent forci, la visibilité rétréci, tiens, voilà le sommet, dire que j'avais buté à 50 m de celui-ci par l'autre versant il y a quelques années.

Bon , pour la vue faudra revenir.. ; Je fais quelques pitreries au sommet (il faut bien alimenter le blog qui est un gros mangeur …) avant de me lancer dans la descente à corps perdu, le but, avoir la télécabine avant midi (oui, tout ferme entre midi et 14 h!) Je rejoins les skis, puis neige béton sur une pente raide, ça descend rapido vers le passage technique, crampons piolet, j'effectue la traversée à pied, avant de remettre les skis dans pour la partie moins expo. Je file dans les coulées d'avalanche pour rejoindre le plat du glacier et son pied. Puré ce que ça va vite ! Depuis Hohsaas, la neige est juste revenue comme il faut et c'est un régal. Ayant bien repéré je parviens à rejoindre le refuge , à ski ! Je récupère mes quelques affaires et file vers Kreuzboden ses marmottes et ses télécabines. 11 h , je suis large !

 

Une belle journée de montagne...

Encore !

Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m
Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m
Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m

Partager cet article

14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 04:38

Tsessette Express !

 

Par le Corridor

 

Reste encore quelques photos a publier

 

Les tentatives précédentes :

But dans la tempête dans le couloir du Gardien Juin 2008

Traversée Sud Nord (Valserey - Panossière face Sud -> couloir du Gardien par le Combin de Valsorey) juin 2009

Combin de Valsorey - Combin de Grafeneire Juin 2012

Combin de Tsessette : Juin 2014

 

 

 

Topo

 

Cabane F X Bagnoud – Panossière

 

Se garer à Mauvoisin 1821 m

emprunter le sentier qui mène à la Tseumette puis à la combe des Otanes (au dessus du point 2506 m CNS)

Remonter la combe des Otanes jusqu'au col des Otanes 2846 m (la combe garde la neige longtemps en fin de saison au chausse vers 2500 m!)

Redescendre au mieux plein ouest pour rejoindre la cabane de Panossière (cab FX Bagnoud) 2641 m

 

Combin de la Tsessette

descendre la morraine et ganger le glacier de Corbassière

Traverser le glacier en diagonal pour passer en rive gauche sous le Combin de corbassière (2 km!)

Longer la rive gauche et gagner la pente sous le plateau du déjeuner qui permet de gagner le plateau des Maisons blanches.

Remonter le plateau du déjeuner

remonter le Corridor, assez exposé au chutes de séracs !!! surtout dans sa première partie, (dans la seconde on peut se tenir à distance – à vérifier …) puis poursuivre vers le sommet par un dernier plateau … plat ! 4135 m

Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m

Récit

 

Au concours de celui qui est le plus en retard, c'est Enguérran qui a gagné : 1 h et quart, merci les grèves de Taxi, bilan, il est arrivé tout chaffouin à Martigny et passablement énervé. On a filé à Fionnay, laissé une voiture sur place puis on est monté au lac de Mauvoisin pour pique-niquer sous le cagnard.

 

Aparté refuge. Perso, je comptais monter au refuge pendant qu'il était ouvert mais non gardé (avant, en juin c'était comme ça et avant, c'était il ya deux ans!). Durant la semaine, Anne, connaissant mon projet, m'avertie qu'une sienne amie a contacté le gardien pour ce Week-end. Et que celui-ci lui a indiqué que le refuge était fermé, pas de local d'hiver. Je file sur le site internet, et effectivement, en tout petit en bas de page d'accueil il est indiqué qu'il n'y a pas de local d'hiver. Je consulte Enguerran pour décider d'y aller quand même, en bivouaquant !

Je suis outré du fait que l'on puisse fermer un refuge. Dans ce cas là, ça n'est plus un refuge, c'est un hôtel, enfin bon, on a beau maudir cette décision, on en est tributaire...

 

Bilan, entre 18 et 20 kilo sur le dos pour le départ sous le cagnard de Mauvoisin. Il fait chaud sur le sentier bien raide. Nous discutons tranquillement sous nos charges espérant la neige pas trop loin... Une heure et demi plus tard, Hosanna au plus haut des Cieux, elle est là, nous pouvons enfin chausser les skis, ça fait toujours quelques kilos de moins su le sac !

Nous remontons la combe tranquillement, pour gagner le col des Otanes. La pause est courte, nous filons vers la cabane. Un court déchaussage, nous permet de rejoindre la moraine du refuge où nous cherchons un emplacement de bivouac à l’abri des orages, pas facile sur une moraine...

 

Nous décidons d'aller voir la terrasse du refuge, et là, ô joie le refuge est ouvert, enfin juste le sas d'entrée où l'on enlève d'habitude nos chaussures. On a porté tout ce matos pour rien. Je suis vert ! Dans le refuge il est indiqué : ceci n'est pas un local d'hiver, ceci est un local de secours ! Et bien cela aurait pu être stipulé sur le site internet !

 

Nous sommes dégouté mais c content, cela résout notre problème de possible perturbation orageuse cette nuit, sous un toit en dur, c'est mieux !

Dans le refuge, il y a tout ce qu'il faut, on a tout monté pour rien : du gaz, des matelas, des couvertures, des ustensiles de cuisine et de la bouffe !

 

Pendant qu'Enguerran part pour la corvée d'eau j'opte pour la petite sieste dès qu'il est loin.

Fin d'après midi a discuté de la stratégie de demain, pour nous c'est opération Tsessette, que nous avons loupé il y a deux ans presque jour pour jour, à 20 minutes du sommet environ, la descente du mur de la Cote, en glace nous avait pris 2 heures et il était déjà tard... Engue est favorable a une ascension Blitz type Tsessette Express en montant directement par le Corridor, j'opterais plutôt pour une traversée des 3 sommets en passant par le couloir du Gardien, la face nord Ouest est en glace) , beaucoup plus longue mais également plus élégante.

 

Pourvu qu'on ne butte pas...

 

2 lagopèdes en pleine mue (corps bruns ailes blanches) viennent briser nos discussions

 

Repas sympa puis coucher vers 8 h, le réveil est à 2 h 30 !

Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m

2 h 30, la musique du Grand Bleu trop rapidement éteinte, j'en aurais bien profité un peu plus, pour nous pas de Grande Bleue mais une salle froide et obscure. Petit dej vite avalé tout en s'équipant. Le bruit du bau dard et du matos qui cliquète, les frontales nous donnent un teint blafard. Il fait beau, mais le Grand Combin est couvert, un lenticulaire ? Dans le noir difficile de se prononcer.

 

Descente vers le glacier par la moraine, à pied, skis sur l'épaule, efficace. On chausse, et c'est parti pour 2 kilomètres de plat, la lune s'est couchée, il fait nuit noire. Au début Engue devant, puis derrière après qu'il ait opéré une pause. Nous remontons le glacier sous le Combin de Corbassière. Derrière nous ça se lève doucement et les couleurs ne sont pas bonnes... le mauvais temps ? Aller à Tsessette et en finir, c'est juste l'objectif. Je parviens à suivre Enguerran sans trop de problème. Pour une fois j'ai l'impression d'être en forme.

Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m
Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m

Gros coup de fatigue sur le plateau du déjeuner, je sens que la nuit a été trop courte. Et je quille sur mes skis tandis qu'Enguerran file sur la crête qui permet de voir le Corridor (« c'était pour skier au soleil prétendra t il à postériori) Je n'avance plus, je ferme les yeux pendant 5 ou 6 pas avant de les entrouvrir et de progresser. Engue fait une pause, je le rejoins. Je suis bien mûr pour une solution rapide. Corridor et Tsessette express, il ne faudra pas trainer.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas le Corridor, il faut le décrire : Un pan incliné pas très large , une 50 mètres au plus étroit sur 600 ou 700 m de long, avec 300 mètres au dessus, des immeubles de glace de plusieurs étages qui ne demandent qu'à tomber plus bas (des séracs) , c'est à dire sur le Corridor. (bon pour le couloir du Gardien, on n'est pas tout à fait sûr que ça soit moins exposé vue qu'en haut du couloir il y a un sérac et qu'on y passe près d'une heure et demi en dessous)

 

Bref, c'est la pause avant le Corridor, et je m'endors sur mon sac. C'est Engue qui me réveille en me parlant. On repart, il faut filer, la micro sieste m'a fait du bien. Je parviens à suivre à nouveau Engue. Nous passons la première partie, la plus exposée avant de nous retrouver un peu à l'abri. C'est magnifique, mais impressionnant, j'avoue que je n'ai pas beaucoup regardé tout en haut.

 

Enfin nous voilà au dessus du Corridor. Engué a un coup de barre, il file à fond sur 20 ou 30 mètres puis s’arrête. Je le suis à mon rythme, opérant des pauses quand je le rejoins. Je le laisse légèrement mariné dans sa galère avant de passer devant sur le plateau supérieur, espérant lui donner le bon rythme : le mien ! Je progresse tranquillement, le temps est magnifique, il reste moins de 100 mètres de dénivelé, je vois Engué qui galère à fond sur ces derniers mètres. Pour une fois que ça n'est pas moi... Le mythe de l'aspi invincible tombe ! Voilà le sommet, superbe. Engue me rejoins quelques secondes plus tard. Nous profitons du moment. Il m'aura fallu 4 sorties, 8 jours pour me faire les 3 sommets du Combin... (un but dans la tempête pour la première tentative, le Combin de Valsorey par la face Sud descente par le Gardien pour laEric Houlley deuxième avec brouillard sur le plateau supérieur, la traversée Combin de Valsorey et Grafeneire en butant à quelques encablures du Tsessete il y a deux ans.

Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m

A oui, en parlant de but, j'ai mesuré le temps qu'il nous a fallu pour atteindre le sommet depuis le point atteint il y a deux ans : 17 minutes ! 17 minutes sans aucun difficulté, un simple faux plat montant ! Merci Engué (ben oui, moi j'étais partant pour le sommet il y a deux ans)

Son seul argument c'est qu'auourd'hui on a une superbe vue.

 

Je lui propose sans conviction de monter au Grafeneire, mais Engue préfère en rester à son Tsessette Express, et la descente tranquille me plait pas mal...

 

Et zou, c'est pari pour la descente, Corridor avalé, en neige dure. Puis transfo ensuite. Le paysage file, on se fait plaisir. Une petite pause avant le plat du glacier, un poil de canard et voilà la moraine. On remonte au refuge, on récupère le matos laissé et on repart à ski vers plan Goli. Dernier déchaussage. On a la bonne surprise de voir qu'il font un nouveau sentier de bisse, bien plat, et hyper efficace. On prend une douche de cascade au milieu (obligatoire) , une pause au bien nommé lieu dit mon repos avant la trop longue descente vers Fionnay dans le cagnard.

 

Merci Engue pour ce Tsessette Express !

Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m
Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 mSki de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m
Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 mSki de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 mSki de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m
Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 mSki de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 mSki de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m
Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 mSki de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m

Partager cet article

26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 13:10

Deux sommets peu connus, mais en fait ce sont deux 4000 un peu techniques des alpes (4035 m et 4102 m) . L'idée était de montée au Couvercle puis de gagner le Col Armand Charlet par le couloir du col (un couloir parallèle au Whymper à la Verte. De là, à droite pour l'aiguille du jardin, puis retour au col pour gagner à gauche, la Grande Rocheuse.

Puis ç'aurait été rappel puis Aiguille Verte et retour par le Whymper

ou

descente directe dans le Whymper

ou

descente par le col Armand Charlet le couloir

Mais rien ne s'est passé comme prévu

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Topo

Accès au refuge du Couvercle

Depuis le Montenvers.

Prendre le sentier qui mène aux échelles du Montenvers qu'il faut bien entendu redescendre. Attention au pierrier délité en bas de celles ci.

Remonter la mer de glace et gagner la jonction avec le glacier de Leschaux. Gagner le refuge soit par les échelles des Egralets (pour ceux qui aiment le gaz ils vont être servis) et la morraine du glacier de Talèfre

Soit par la rive gauche du glacier (à droite donc) par la Pierre à Béranger. Rocher pourri et moraine parpinante. C'est la solution choisie en ce 25 mai 2014

Accès aux sommets

Du refuge du Couvercle, gagner le pied du couloir (c'est le même itinéraire que pour gagner le pied du Whymper), il faut suivre la rive droite du glacier en longeant la base du Moine , de la Nonne et de l'évêque. Passer le Whymper, c'est le couloir suivant La Rimaye se situe à 3530 m.

Remonter le couloir jusqu'au col Armand Charlet 3998 m.

A droite sommet de l'aiguille du Jardin avec 5 à 10 m de mixte : 4035 m

A gauche sommet de la Grande Rocheuse en neige.

Descente soit par le Whymper soit par le couloir (attention pour la seconde solution, désescalade)

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Récit

 

Mercredi, mail de Jeff, qui me propose une sortie ce Week-end, voilà une proposition qui ne se refuse pas.

Il me propose une goulotte au Grand Capucin puis un couloir Rebuffat à la Tour Ronde.

Je valide.

Puis mon esprit s'envole vers les 4000, et je repère l'aiguille du Jardin et la Grande Rocheuse qui doivent être en condition (et oui, le Whymper a été fait la semaine dernière et il l'est et le couloir d'accès possède la même orientation)

Jeff me répond qu'il y a trop de neige. (il pensait que je proposais l'arête du Jardin). Alors là, je sors les arguments chocs, les photos de chaque aiguille glanées sur internet pour lui montrer qu'en haut au pire il y a 10 - 15 m de mixte. Et à mon grand étonnement, mes arguments font mouche.

Vendredi, la voiture pleine, direction Chamonix, en faisant étape à la Fully en suite pour me tester sur un kilomètre vertical (que je parcours en une heure environ, loin des 32 minutes du vainqueur de 2013 ...) puis je vais me ruiner au Vieux Campeur, il y a pas mal de matos à changer...

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

7 h 45, Samedi, Jeff est ponctuel comme une horloge astronomique, ça tombe bien, moi aussi, nous filons au Montenvers, et choppons le train de 8 h 30, blindé, (oui, c'est le premier train, rempli d'alpiniste en partance pour la mer de glace et sa fameuse école ( la high school of the ice see) et des hindous qui souhaite voir la mer de glace dans le brouillard (ils vont être servis)

Le train nous dégueulle à 1913 m, et nous nous mettons sur les rails du sentier, direction les échelles. Ça réveille,avec les skis sur le sac, c'est un bonheur. Je repense aux Droites, gravies l'été dernier et ce fameux retour à 20 h 30 jusqu'en bas dans la vallée, ben oui, à 20 h 30, il n'y a plus de train.

Mer de glace, pleine de cailloux. Ben on est pas prêt de skier. Je me demande même si c'est une bonne idée de les avoir emmené...

Finalement, sur un replat, on chausse. Jeff a pris ses skis d'approche, je suis avec mes skis de rando classiques. Au retour, ils vont souffrir...

On traverse un torrent grâce à un rocher-pont, nous voilà sur la rive droite. Tout va bien, j'ai déjà faim ! Après avoir bien insisté je réussi à glaner une modeste pause ravitaillement sur la moraine entre le glacier de Leschaux et la mer de glace. Ouf.

Nous louvoyons dans la morraine pour optimiser le ski et parvenons à remonter le glacier jusqu'au bas du glacier de Talèfre. Il faut déchausser pour gravir des rochers, où rien ne tient ! Quel bonheur. Le Nirvana du skieur alpiniste, un sac hyper lourd (ben oui, y a la bouffe, le matos, la corde de 60 m pour les rappels, deux piolets techniques) les skis sur le sacs, et sous les pieds, Ô joie, de jolies rochers ronds, et aucun d'entre eux ne décide de rester en  place ! Vous ajoutez un bon petit soleil qui vous tape sur le crâne, et vous retrouvez ainsi la bonne ambiance du bas de la moraine de la Pierre à Béranger.

Un peu plus haut, on retrouve la neige, pour gagner du temps on ne met pas les skis. Ca se remonte bien, mais on essaie de rester à l'abrit des chutes de pierre à droite. La pente se redresse, quelques chutes de pierre. L'une d'elle traitresse, feint un rebond à gauche avant de repartir à droite, droit dans mon épaule. "Outch ! " Bon, rien de grâve, la douleur  n'est pas importante, mais je suis pressé de quitter ce passage.

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Voilà le sommet de la moraine, un peu de rochers (toujours un peu instable) et voilà la neige. On peut remettre les skis pour une grande traversée du glacier de Talèfre. Je me retrouve devant, à tracer au mieux entre les bandes sans neige. Quelques déchaussages en rive droite et nous gagnons le refuges du Couvercle dans un dernier raidillon tout en soupe.

Un bon pique nique, une bonne sieste (2 heures ! ben oui la nuit va être courte on a prévu de se lever à minuit et demi). Vient ensuite la corvée d'eau, il faut aller chercher l'eau sous le nouveau refuge. Après avoir un peu cherché, nous trouvons une cascade. Nous remplissons à moitié les bidons du refuge avant de remonter. Deux techniques s’affrontent : moi, le bidon en main en guise de bâton, ça fait une trace bizard et ça tue un peu le dos, Jeff : le bidon accroché au sac à dos en son sommet, le déséquilibrant à tout moment. Bilan, on a bien trempé les peaux qui étaient sèches, mais on a de l'eau pour un régiment, ça devrait suffire pour les 7 personnes au Couvercle ce soir.

Soirée sympathique, repas à 18 h 30 avec deux souris entre les jambes... dont la résidence se situe dans les couchettes du bas de notre petit dortoir, à 19 h 30 nous sommes dans les dortoirs. Dur de s'endormir quand il fait grand jour, que les 5 autres alpinistes discutent dans la pièce à coté, de planche de surf, de voyage en Norvège, de Fjord, d'aurore boréale. Moustiques ou pas. "J'hésite entre ça et la bringue avec des potes dans les pays de l'est !" La Croatie... Bon ça fait toujours rêver.

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Minuit quinze, je contrôle fébrilement l'heure, plus qu'un quart d'heure à dormir. je crois que j'ai tout de même dormi. Minuit trente, j'éteins le réveil après la première sonnerie, je réveille Jeff et jette un coup d’œil fébrile par la fenêtre. On voit des étoiles. Oui, le premier réflexe de l’alpiniste, le matin, c'est de regarder le ciel pour savoir s'il fait beau. On déjeune en silence, à la bougie (oui, l'alpiniste aime le XVIIIème siècle, époque bénie où il n'y avait pas d’électricité, où l'on s'éclairait à la bougie). On échange quelques mots, en silence (notez que ça n'est pas facile !). On s'équipe, et on quitte le refuge aussi silencieusement que possible... La première porte claque et la seconde grince comme celle d'un vieux manoir hanté (désolé pour les autres occupants, mais à 20 h hier soir ils n'ont pas arrêté EUX AUSSI de faire des aller retour, et on a nous aussi profité de ces deux doux bruits.

On décolle, nuit d'encre. Jeff m'indique que sa frontale est faible, c'est assez finement joué de s'en rendre compte le matin d'une course où l'on décolle à 1 h 05 et où le soleil se lève vers 6 heures. Je me cale derrière lui pour l'éclairer et c'est parti. Première pente raide. Jeff a du mal, les chaussures d'alpi dans les skis d'approche sans couteau, c'est pas top ! Tandis que je virevolte derrière. (Ben oui, chaussures de ski, ski de rando et couteaux, LE bon choix technique)

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse
But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Nous progressons, Jeff a l'air de vouloir longer la base de "l'éperon" Moine Nonne Évêque. Le souci c'est qu'il n'y a quasiment aucune trace. Je dois régulièrement mettre ma frontale "plein gaz" pour éclairer la montagne... ou presque. On avance, et je me trouve plutôt en forme car j'arrive à suivre Jeff relativement facilement... à moins que ...

La météo annoncée n'est pas parfaite et nous surveillons du coin de l’œil les nuages qui s'accrochent aux Jorasses ainsi qu'un hypothétique lenticulaire sur le Mont Blanc au loin. Dans le noir, rien n'est net. Jeff passe en mode crampons, il en a marre de se tordre les chevilles. 20 minutes plus tard, une pente raide me fait l'imiter. Il me dit qu'il n'a pas la caisse. C'est vrai qu'il a une sale gueule. M'enfin qui n'aurait pas une sale gueule en se levant à minuit 30 ?

Nous progressons, Jeff annonce le Whymper à notre gauche. On se croirait aux Louvres avec un guide conférencier des monuments de France, "à votre gauche, la Joconde de Léonard de Vinci" Sauf que dix minutes plus tard, je sors le GPS qui m'indique que 1°) on a pas atteint le pied du couloir Whymper et que 2°) on est trop haut. On opère un dépôt des skis, petite pause ravitaillement. Jeff a mal au ventre et à la tête. Qui a dit "alouette" ?

 

Nous poursuivons, toujours encordés, Jeff passe le pied dans une crevasse, je l'imite à mon passage alors que j'avais tenté la technique du gars qui se décale de deux mètres pour pas faire comme son prédécesseur... Rien de grave. La neige n'est pas régulière par moment et nous use quelques peu.

On passe sous le vrai Whymper, on contourne l'énorme éperon qui descend de la Grande Rocheuse et on commence à remonter ce qui nous semble être le couloir Armand Charlet.

C'est vrai que j'arrive à suivre Jeff facilement . Khomeiny serait il vieillissant ? Le Burgener haut savoyard serait il fatigué. La pente se raidi. La cordée s'élève vers la rimaye. Jeff s'affale pour une pause juste en dessous de celle-ci. Elle est béante, comme la gueule d'un cachalot affamé. Ça ne va pas. Jeff a froid, ses jambes tremblotte comme un alpiniste débutant, il a envie de vomir et la le mal de tête persiste.

Au dessus une énorme rimaye et un micro pont de neige me font comprendre que c'est le point de non retour. 500 mètres de couloir entre 45 et 55° nous attende si nous poursuivons.

J'essaie de réchauffer Jeff qui n'y  parvient pas . Je lui file un anti inflammatoire (automédication quand tu nous tient) Nous décidons qu'il est plus prudent de rebrousser chemin. Je suis hyper déçu, mais je sais que c'est la bonne décision. (J'enrage quand même car ça sentait bon le hold-up du week-end)

 

Ô Rage Ô désespoir...

 

 

3531 m 4 h du mat'

Nous rebroussons chemin, pour rejoindre les skis, au GPS, dans la nuit noir, on ne voit pas à 50 m même avec la frontale.

Puis c'est le skis, sur de la neige béton. Le bruit que font les skis sur la surface est insupportable, faudra que je pense à monter un casque antibruit la prochaine fois. Heureusement, ça se ski bien, mais ça durci les cuisses. On décide de descendre directement sans passer par le refuge. En jouant judicieusement on arrive à traverser de l'autre coté du glacier de Talèfre (quand je dis judicieusement , c'est relatif, il faut quand même pas mal pousser sur les bâtons mais ça aurait pu être pire...)

Descente, skis sur le sac, sur la moraine, avec les crampons sur le névé central puis sur les Rolling stones... Là, c'était pas la même musique... Mais je ne suis pas tombé. On se retrouve sur le plat du glacier de Leschaux. On file vers la jonction avec la mer de glace. On fait une pause sur la moraine. puis c'est ski sur glacier au programme avec pleins de petites pierre pour bien n.... (CENSURE) les skis. Mais bon j'avais pas envie de marcher. On essaie de trouver le meilleur passage à ski au milieu de ces cailloux. On fini par déchausser à porter des échelles. Je remonte les échelles, suant comme un boeuf et pensant à mes grands parents qui avaient le glacier au ras du Montenvers (ou presque), en plus, habilement, j'ai décidé de garder la Goretex, pour bien mariner dans mon jus. On pique un judicieux sprint pour avoir le premier train de 8 h 30... qui ne part ... qu'à 9 heures ! La pause au Montenvers passera vite. Premier train à la descente, seuls occupants. Nous dormons. A 9 h 30 nous sommes dans Cham. Il fait beau et ça m'énerve.

On a tout de même passé un bon moment, et ç'aurait pu être un hold up dont j'aurais été fier... CA n'est que partie remise.

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse
But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse
But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Partager cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog