Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #alpinisme tag

Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m

Publié le par Apoutsiak

Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m

Quand Apoutsiak se met à grimper, ça n'est pas beau à voir.

Mais ça change...

Et ça fait du bien, surtout quand on sait que la course se terminbe par une descente à VTT !

 

Vidéo

Topo

Parking : Depuis Morcles remonter la route jusqu'aux Martinaux et se garer le plus haut possible (barrière)

De là, possibilité de remonter la piste en VTT jusqu'à Riondaz (table)

Remonter le sentier qui permet de rejoindre la grande vire (2585 m) écrit en rouge sur un rocher. Tirer à gauche et rejoindre par cette vre le col Champion.

L'escalade débute un peu à droite du Roc Champion (III) Gagner une petite brèche (doigt à gauche) remonter à droite au niveau de la brèche.

Remonter ensuite au mieux pour gagner le bastion sommital.

Prendre légèrement à droite un dièdre (IV) de 15 m  Au deuxième piton partir légèrement à droite (petit surplomb) et remonter pour ganger l'arête (physique)

De là rester sur l'arête pour gagner le sommet de la Petite Dent de Morcles.

 

Suivre les points rouges et descendre par des vires sous la Grande Dent de Morcles.

Contourner la Grande Dent de Morcles par des vires. On parvient à l'Est au dessus d'un col. A gauche une peinture "souriez" vous invite à l'escalade facile. Par des gradins on parvient à s'élever facilement vers le sommet (points rouges et jaunes) de la Grande Dent de Morcles 2969 m

 

Descente

par le même itinéraire de la Dent de Morcles, on retrouve les vires de celle ci en direction de l'ouest.

Basculer au plus bas sur un sentier qui ramène à Rionda puis au parking.

 

Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m

Récit

Tout commence la veille, par une sortie VTT au coeur du Jura, à cheval sur la frontière Franco suisse, par une jolie balade entre le Mont d'Or et le sommet du Suchet. Parcourant les alpages, ou plutôt les Jurapages ;-) je file, sur un sentier. Au loin une route ascendante se profile, je sais qu'elle va être assez raide et je vais anticiper. Le regard au delà de la ligne bleu des Vosges , j'anticipe, je maitrise, je pilote. Quand je baisse les yeux, à 2 mètres devant moi, une clôture barbelée agressive me menace, il est trop tard pour freiner, je roule à 17 km/h environ, le choc va être rude.

Et choc il y a , je viens m'empaler sur la clôture. La roue avant est bloquée, le guidon se tord, le VTT bascule en avant, et ma pomme fait un joli soleil. Ca ripe  ça grince et je retombe lourdement du coté opposé. Mon VTT, mon espada, tel un cheval récalcitrant a décidé de rester en amont !

Je reste assez longuement au sol. Je bouche lentement chaque membre. Je suis bien contus !

J'ai mal partout (pléonasme). Je me redresse, les cuisses sont défoncées par les pico des barbelés, ça saigne, c'est moche. Je réenfourche mon VTT, penaud, pour finir mon tour. Le sang coule de mes cuisses.  J'immortalise les blessures et je file, la sortie fait 50 km et je n'en ai fait que les deux tiers !

Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 mPetite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 mPetite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m

Retrouver la voiture, filer à Aigle chez Gianluca et Maria, me doucher (et nettoyer mes plaies), dormir, et me lever tôt  pour gravir la petite Dent de Morcles, avec pour objectif, de ne pas rentrer trop tard, je dois manger au resto avec mes beaux parents à la maison.

On décolle à 7 heures moins le quart  et on rejoint le parking à 7 h 1/2.

Je fais quelques réglages sur mon VTT (oui, les vitesse du pignon sont mal réglées), Gianluca est déjà parti, avec un vélo de ville et je pense pouvoir le rattraper.

Et c'est parti, lourdement parti. Le sac à dos semble peser une tonne alors que je n'ai pas pris beaucoup de matos. Sur le VTT, c'est bien désagréable. La piste est raide, et le sac me fait de temps en temps lever la roue avant . Au dessus ,je vois Gianluca, qui tel Fausto Copi, virevolte. Je ne vais jamais le rattraper.

Les virages se succèdent. Gianlucas est au dessus de moi. J’espère qu'il fera une pause, afin de pouvoir le rattraper et de faire une pause moi aussi. Quand enfin il en fait une , je n'ai pas le temps de le rejoindre qu'il est déjà parti. Je fins par faire une opportune pause photo, tant pis, je ne le rattraperai jamais. Je ne sais pas comment il fait avec son vélo de ville aux développements sans doute inadaptés.

Enfin nous arrivons au parking, Gianluca est en pleine forme, je suis complètement usé.

Changement de chaussures, rangement des VTT, on passe en mode rando.

Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 mPetite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 mPetite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 mPetite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m

Et ca grimpe, tranquillement. Et Gianluca, parle, tout le temps, intensément, passionnément, sans répit, j'écoute. Il se moque de la taille de mon sac, insinuant que je transporte des patates et que ça ne sert à rien. C'est vrai que mon sac est gros, mais je n'ai pas grand chose sorti du matos d'escalade, d'une doudoune et d'un peu de bouffe. On recherche la vir edu topo, à l'altimètre, et on finit par tomber dessus facilement, pas de risque, un gros rocher est tagué d'un "Vire" rouge, inloupable.

Et ca roule sur cette jolie vire, le paysage est magnifique, vue sur le massif du Mont Blanc et les Dents du Midi. Ca grimpe un peu par moment mais ça passe. On parvient à une épaule où on hésite un peu. Gianluca revient en arrière "pour voir" tandis que je consulte les oracles... mon GPS, qui m'annonce qu'on est pile sur la voie.

On part pour une escalade relativement facile, non encordés. Tout se passe bien, le rocher est parfois délité, mais rien de bien technique, voilà le col. et le début de l'escalade proprement dite.

Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 mPetite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 mPetite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 mPetite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m

On s'encorde et Gianluca passe devant. premières longueurs  tranquille, le temps a tourné, le brouillard est là., dans les prises, on trouve du verglas, de la neige et un bel onglet pour nos petits doigts sensibles. Changement d'ambiance, c'est déjà l'hiver.

Ça grimpe dans le 3 - 4, avec les doigts gourres et des obstacles dans les prises. O nparvient à un collet à droite d'un doigt.

Gianluca redescends de l'autre coté pour attaquer un dièdre difficile. Malheureusement je ne le vois pas, mais je vois qu'il galère. Ça va être chaud pour ma pomme. Je me pelle sous la neige. La corde n'avance pas, j'entends Gianluca pester. Il progresse lentement, très lentement, plaçant judicieusement ses protections. Bizarrement, je serai monté droit au dessus du relai, mais bon. Le temps passe. Il parvient à se hisser en haut du dièdre. place une cordelette sur un rocher e hésite. A gauche une énorme dalle sans prise, à droite une traversée  périlleuse. Il décide de redescendre. Je le mouline lentement vers le bas, retour à la case départ. Il finit par repartir vers le haut, dans du rocher verglacé, mais ça passe, c'est moins facile que vu du bas, mais on arrive à grimper.

Relais sur l'arête. Je passe devant pour une longueur suivante. Elle n'est pas trop dure et ça me va bien. Pour le coup on progresse mais je sais que je ne serait pas au resto à la maison ce soir.  Ob parvient au pied du crux de la voie. Un dièdre vertivcal d'une dizaine de mètres.

Gianluca part, ça a l'air chaud, il se coince dans la fissure et grimpe en ahanant. Centimètre par centimètre il s'élève, tel un reptile vertical. Un piton par ci , un dièdre par là, il parvient avec nombre difficulté à remonter le dièdre. Je lui indique que le topo précise qu'au deuxième piton, c'est à droite. Petit surplomb, le corps en arrière, les bras tétanisés, il progresse et s'élève. et parvient au pris de mille périls à sortir la longueur, c'est mon tour !

Il a cessé de neiger, et le passage est si raide que les prises ne sont pas verglacées, chance. Je décide partir en opposition, le pied gauche en adhérence sur le dièdre, le droit dans al fissure. Premier friend puis premier piton, j'en chie mais ça passe. Je poursuis ma technique, j'avoue que je pense être dans le vrai, mais je ne regrette pas d'avoir à faire la longueur en second. Je sors au second piton, petit surplomb, surtour ne pas trainer dessous au risque de tétaniser mes bras peu exercés... Les prises de main sont fuyantes, bosselées. Je finis par m'élever , plus je grimpe moins c'est dur, je rejoins Gianluca. Ouf !

On tergiverse un peu puis on remonte l'arête et ça s'avère facile. On fini à ce qui semble être un sommet. Avec le brouillard on a un léger doute, mais à priori, c'est bon... YES

Puis on pique nique, il est déjà 15 h 15 !!!

 

Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 mPetite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 mPetite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 mPetite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m

C'est le départ pour une partie rando avec peut être option grande Dent de Morcles. On redescend des vires bien balisées. La grande Morcles se montre panachée de brouillard. Il faut rester concentré, on rejoint le pied de la grande Dent de Morcles, je décide d'aller voir. Une magnifique vire contourne son socle.

Arrivez au bout, ça grimpe un peu, facilement,  Gianluca aborde notre sujet fétiche, le sommet du Mont Blanc est il intégralement en France. Ses théories sont fumeuses, je laisse ses propos se faire emporter par le vent. Moi qui suis venu par l'Italie, j'ai bien senti que dès le Mont Blanc de Courmayeur gravi, ça sentait la France. Mais ça, Gianluca, il a du mal à le comprendre !

Le sommet est déjà là, on opère une nouvelle pause

Avant d'attaquer la descente, rapide, on retrouve le socle puis un magnifique sentier, un incroyable sentier, au milieu d'un pierrier infâme, étonnant ! Sans doute les militaires Suisses ! Tandis que Gianluca déblatère toujours sur le sommet du Mont Blanc, j'accélère le pas, ça me permet de n'entendre qu'un doux bruissement, et Gianluca est tout heureux de faire un monologue. Je rejoins les VTT, Gianluca me rejoint.

 

Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m

On file alors à Vélo vers le bas, Gianluca à 10 km/h, il a peur d'abîmer son beau vélo de ville.

Je file à fond sur mon beau VTT. Ce qui me permet de faire quelques vidéo de mon acolyte un peu à la ramasse sur le joli chemin. Voilà déjà le parking. Il faut tout ranger dans la voiture. Enfin ranger, c'est un bien grand mot. J'ai rarement mis un tel souk dans une voiture. Les sacs sont éventrés, le VTT démonté pour tenir. Pas grave, le soleil se cuche, ne reste que la route pour rentrer.

Merci Gianluca, et encore toutes mes condoléances pour le sommet du Mont Blanc ! 

 

Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m
Petite Dent de Morcles voie du Roc Champion - Grande Dent de Morcles 2969 m

Voir les commentaires

Portfolio Alpinisme

Publié le par Apoutsiak

Lenticullaires sur le Grand Cornier - depuis la pointe de Bricola

Lenticullaires sur le Grand Cornier - depuis la pointe de Bricola

Les Aiguilles du Diable - Pointe Médiane

Les Aiguilles du Diable - Pointe Médiane

Aletschhorn Face Nord

Aletschhorn Face Nord

Piz Bernina  Biancogratt depuis le Piz Bianco

Piz Bernina Biancogratt depuis le Piz Bianco

Cervin - Matterhorn (Vue sur le sommet Suisse depuis le Sommet Italien) Anne

Cervin - Matterhorn (Vue sur le sommet Suisse depuis le Sommet Italien) Anne

Voir les commentaires

Alpinisme: Äbeni Flue 3962 FACE NORD

Publié le par Apoutsiak

Magnfique face nord gravie avec Ovidiu

 

Vidéo

Topo

refuge : Rottalhütte

Se garer à Rütti (Stechelberg) 910 m

parking 8 CHF/ jour Interdit d'y dormir et d'y pique niquer !!! 2755 m

Remonter la rive droite du torrent sur une piste  puis au niveau prendre à gauche (panneau sur bois peu lisible) sur un sentier. Le sentier remonte pour venir buter sous un e barre rocheuse, il poursuit alors à droite traversant le magnifique torrent de Staldenbach. continuer en ascendance à flanc et rejoindre le chalet d'Altläger (1580 m)

Remonter le sentier qui rejoint le torrent de Schafbach (1720 m) le sentier gagne alors la barre rocheuse de Bäreflue (2096 m) (Attention  à ne pas prendre le sentier de gauche qui mène à la Silberhornhütte)

Remonter le Bäreflue, barre rocheuse équipée de cables et gagner le plateau superieur. le sentier remonte ce plateau pour rejoindre la moraine du glacier (Rottalgletscher) on longe alors celle ci pour gagner la Rottalhütte (quelques pas avec cables juste avant le refuge)

2655 m

 

Äbeni Flue

Descendre du refuge en partant vers l'Est (cairns au départ) tout en descendant au mieux pour rejoindre le glacier.

Traverser le glacier pour rejoindre le pied de la face.

Par un mouvement enveloppant tirer à droite au départ sur le Stuefesteigletscher avant de revenir à gauche sous la rimaye à partir de 3000 m. Rejoindre la rimaye. 3200 m environ. Passer la rimaye.

la face est à 50 55 ° (60° sur le haut si l'on sort tout droit)

Le bas de la face peut être en mixte (rochers) le haut en direct sort entre un sérac peu menaçant et une petite barre rocheuse.

Du haut de la face on rejoint le sommet  en 5 minutes en tirant à gauche.

 

Descente.

Descente classique de l'Äbeni Flue pour rejoindre Hollandiahütte

 

De là 2 options :

Option 1

De Hollandiahütte, gagner  Fafleralp et Blatten ou on peut rejoindre les transports en communs qui permettent de revenir à Lauterbrunnen par le train Goppenstein - Kanderstegg Interlaken

Option 2

L'autre solution est de passer par le haut et la Petersgrat, solution que nous avons adopté !

Elle sera décrite dans l'article suivant

Pour mémoire : Hollandiahütte Lauterbrunnen par la Petersgrat : 1500 m de dénivelé et 31 km !!!

 

 

Récit

Comme souvent, tout commence la veille, j'avais décidé de mettre pas dans ceux d'Ueli Steck (je sais c'est extrêmement prétentieux, mais je voyais ça plus comme une sorte d'hommage). Bref, dans son dernier livre (livre où Anne et moi apparaissons sur une page, aux grandes Jorasses, un peu fatigués... Je reviendrai sur cet épisode dans un prochain article) Ueli décrit une jolie sortie trail qui permet de mener de Lauterbrunnen à Kanderstegg en mode trail, le parcours avait l'air sympa, il y avait juste la quantité de neige qui pourrait me poser des problèmes ainsi que la logistique, il ne fallait pas arriver trop tard à Kanderstegg pour pouvoir prendre le train et revenir à la voiture.

Quelques heures plus tard, j'atteignais seulement le premier col, la SefinaFurgga (premier des deux cols à passer), bien entamé, de toute façon, la quantité de neige ne m'incitait pas à poursuivre et me donnait au passage une bonne excuse pour pouvoir faire demi tour (C'est toujours plus classe que d'avouer que j'étais crevé. Je n'avais pas ou peu couru à la montée, je ferrai pareil à la descente, là où le trailer se transforme en randonneur. Par contre j'avais pu observe tranquillement notre objectif du WE, la Face Nord de l'ÄbeniFlue semblait en condition.

Je regagnai ma voiture à Schetelberg, bien fatigué et m'endormait dans celle ci comme un bienheureux.

Stechelberg (Lauterbrunnen)  Rottalhütte
Stechelberg (Lauterbrunnen)  RottalhütteStechelberg (Lauterbrunnen)  Rottalhütte

Stechelberg (Lauterbrunnen) Rottalhütte

Le lendemain matin, je me lève à 6h.

Vers 7 h , je vois un type dans le parking qui prend en photo ma voiture... Je tente de lui parler dans la langue de Goethe. Je sens que c'est un contrôleur du  parking, que j'ai payé ! Par contre j'ai enfreint  l'interdiction de dormir et il n'a pas l'air content du tout.  Je ne suis pourtant pas en train de dormir et rien ne prouve que j'ai dormi là, mais il n'est pas dupe. Il y a plein de camping car en mode "nuit" sur le parking. Ils dorment encore et ne vont pas se rendre compte de ce contrôle inopiné... Il me montre le panneau, je l'avais bien lu, il est même interdit de pique niquer ! Ca, ça me tue. Bref, je je laisse à ses occupations, je poursuis les miennes, on verra bien, mais je suis quand même un peu énervé (beaucoup).

Ovidiu me rejoint. On fait une navette pour trouver un parking gratuit (ou presque) pour la seconde voiture. Je repaye le parking. Et là, Ovidiu me propose de monter en baskets avec les skis et les chaussures sur le sac, sachant que le portage va sans doute durer ... 1700 m, soit toute la journée. Je ne suis pas sûr que ça soit la meilleur solution, mais bon, je m'incline.

Et on part lourdement chargés de Stechelberg. On gagne le petit sentier. Et là, Ovidiu adopte sa tactique habituelle, il part devant hyper vite, et m'attend pausé sur un rocher 10 minutes plus tard. Il marche deux fois plus vite que moi, impossible de le suivre.

Le sentier est raide, il dénivelle bien on rejoint une magnifique cascade. puis un joli chalet. Le temps est un peu couvert, on n'a pas trop chaud, avec un tel chargement, c'est une chance. Un peu plus haut on opère une pause vers un torrent, l'occasion d'un bon pique nique comté saucisson offert par Alpineis.

Montée a Rottalhütte BäreFlue et chamois
Montée a Rottalhütte BäreFlue et chamoisMontée a Rottalhütte BäreFlue et chamois
Montée a Rottalhütte BäreFlue et chamois

Montée a Rottalhütte BäreFlue et chamois

On repart repus, le sac toujours lourd. Ovidiu gambade devant, je peine derrière. Chaque pas est une souffrance. On rejoint le pied de la barre rocheuse "Bäreflue". D'abord des pentes raides en caillasse puis un passage équipé de cable. Ca se passe bien, on se retrouve au dessus. Je sens que le refuge n'est plus hyper loin. La neige commence à être présente. Avec les baskets, il faut l'éviter. On quitte donc le précieux confort du sentier, pour des pentes herbeuses envahies de rochers. Mais on avance et on rejoint la moraine du glacier. Au détour d'un virage on aperçoit le refuge, tout proche...

Au départ on avance vite, puis un névé nous barre le chemin. Je décide de mettre les chaussures de skis pour le traversée. Ovidiu passe par le bas? Une fois en bas, il m'intime l'ordre de faire le plein d'eau dans la cascade au dessus. Je m'execute. Je remonte un délicat pierrier, prend une douche obligatoire, et me retrouve mes deux pieds dans le raide torrent, la poche à eau dans une main essayant de capter le précieux liquide, tandis que l'eau pénètres par tous les pores de mes vêtements en Goretex HCX... Je redescends , trempé, mais victorieux...

Je reprens mon sac ,traverse le névé et rejoint Ovidiu qui en a fait le tour. Une petite barre rocheuse nous barre le chemin. Elle est équipé mais humide. On remonte les quelques mètres qui nous séparent du refuge, le voilà, enfin !

Installation, je m'occupe du feu qui peine à démarrer (je ne suis pas un pro du barbec) Opération neige pour avoir de l'eau. Thé puis sieste.Repérage du départ de demain, photo de la rimaye pour voir où elle passe, la face reste embrumée... Un bon plat de pâte et au lit.

Rottalhütte
RottalhütteRottalhütte

Rottalhütte

Nous sommes bien, il y a 2 lits dans la cuisine avec le poêle qui ronronne. Je m'offre un épisode musical grâce à mon MP3. J'entends le doux bercement des ronflements d'Ovidiu qui perce les écouteurs et rythme mes musiques. Finalement je passe des écouteurs au boules quies... Mais impossible de dormir. Le doux bercement des ronflements s'est transformé en une fanfare et rapidement il faut me rendre à l'évidence ,je ne dormirai pas dans ces conditions là. Je pèse le pour et le contre. Le calme des autres dortoirs , mais le froid intense qui va y reignier.  Je finis par opter pour l'emigration. Et je quitte la chaude pièce à regret, avec mes couvertures. Je fais le tour de la salle à manger et me hisse sur le lit.

Au bout de 10 minutes je me rends compte que je suis juste au dessus d'Ovidiu, mais dans la pièce voisine. Les couchettes sont imbriquées l'une au dessus de l'autre. J'entends son râle, mais moins proche que tout à l'heure. Je finis par m'endormir...

Äbeni Flue, lever de lune sur la face NordÄbeni Flue, lever de lune sur la face Nord

Äbeni Flue, lever de lune sur la face Nord

4 h, Ovidiu vient me réveiller, habillé, je file à la cuisine pour une rapide petit déjeuner. On quitte le refuge à 4 h 45. Et on débute par une descente de moraine un peu délicate, mais prêt de 30 ans d'alpinisme me permette de descendre sans trop de difficulté. On rejoint le glacier, Ovidiu me propose de m'encorder, je pense que ça devrait jouer sans, d'autant plus que je ne compte pas garder mes skis sur le sac éternellement, il semble que ça ne soit pas son choix. Il part à crampon, je mets mes skis. Quand je me redresse, enfin prêt, il a déjà traversé  le plat du glacier, je m'élance. Je le rejoins de l'autre coté. Il me propose de monté tout droit vers la face, d'après lui, ça passe. J'ai repéré un joli mouvement enveloppant qui devrait permettre de monter à ski à la rimaye sans trop de crevasse. il décide de me suivre, à crampons, je file à ski. Après une partie plus raide, la pente s'aplanit et je le largue. Je sens qu'Ovidiu va tire vers le centre de la face. Je finis par faire une pause pour l'attendre, je ne le vois plus. 5 minutes plus tard, je le vois comme prévu bien à gauche. J'ai toujours dit que j'étais un peu devin. C'est dommage ça semblait bien passer à droite. Bref, je le rejoins au centre, et je le suis. La pente devient plus raide, on est obligé  de mettre les crampons et de s'encorder. Il part, et finit par rejoindre une crête. "Il y a une énorme Crevasse, je ne sais pas si ça va passer" Bravo le passage direct au centre (me dis je in petto)  Ovidiu part sur la gauche, il disparait, la corde file lentement puis plus rapidement, je fins par entendre... C'est bon. C'est mon tour, je rejoins la lèvre de la crevasse, large d'unez dizaine de mètre mais peu profonde (enfin ça devait être surtout un énorme pont de neige, mieux vaut ne pas savoir) Je descends les 2 mètres pour me retrouver sur la crevasse. Mon pied gauche est solide mais mon pied droit fait s'effondre la neige, un trou, béant. Je repère u nendroit plus solide. Je traverse l'énorme crevasse, sur des oeufs... Je rejoins la porte opposée, vérifie mes appuis et remonte la lèvre supérieure, sans trop de difficulté, la rimaye est à portée de fusil. On grimpe jusqu'à elle pour une pause assurage.

Et Ovidiu repart devant, je l'assure depuis la rimaye, qui me protège d'éventuelles chutes de séracs... Il galope et m'enjoint à le suivre. Les piolets ripes dans une neige  pas assez consistance, je finis par enfoncer mes deux manches. je lève le crampon gauche au dessus de la lèvre, quel manque de souplesse... Je me hisse dessu, je tire sur les bras, me voilà passer, ensuite il faut remonter la pente en traversée pour se retrouvée dans l'axe de la face à l'abri des séracs supérieurs. Crampon crampon, piolet piolet (bis). Je prends le rythme. On contourne une zone rocheuse.

on se décorde pour grimper la partie en neige. Et c'est parti pour une ascension un peu monotone, la face fait 700 m, il va falloir être patient et un peu costaux.

 

Äbeni flue : de la Rottalhütte à la rimayeÄbeni flue : de la Rottalhütte à la rimaye
Äbeni flue : de la Rottalhütte à la rimayeÄbeni flue : de la Rottalhütte à la rimaye

Äbeni flue : de la Rottalhütte à la rimaye

Comme souvent, je laisse Ovidiu faire le gros du travail, en gros, je suis passé devant de 3400 à 3500, altitude à laquelle bous avons commencé à broché. Et notre cordée a commencé à se fissurer. Le premier de cordée reprochant à son second, la corde trop tendue , il lui faudrait 2 mètres de mou. Le second reprochant au premier de ne jamais être second de cordées. Et oui, les premiers de cordées ne voient jamais le travail des seconds. Il faut s'adapter au rythme du premier, quand c'est peu raide, c'est pire, lors des virages, le second doit s'arrêter parce que la corde le gêne, puis piquer un sprint pour rejoindre le virage avant que la corde ne soit trop tendue. S'il arrive trop tard, gare à lui, la soufflante du premier peut être terrible, il déteste s'arrêter, et pas la peine d'espérer qu'il ralentisse en sortie de virage pour faciliter la manoeuvre de son suivant.

Dans une face, c'est pareil, trop de moi, c'est pas bon, trop court, c'est pas bon. Il faut veiller à ce que le premier ravance, mais dès qu'il s'arrête, il faut faire de même, Le premier stoppe dans une zone neigeuse bien confortable, son second se retrouvera sans doute sur une zone de glace, quelques milimètres de crampons ancrés dans la glace, les piolets à peine enfoncés , les trémulations de ses mollets lui faisant espérer une séance chez le kiné aussi rapidement que possible ... Mais ça, le premier n'en a que faire, c'est lui qui dirige la cordée, confortablement installé dans une neige dure mais agréable, les talons appuyés sur une neige solide. Le second derrière s'épuise dans ses manoeuvres, courir autant que faire se peut dans la glace pour éviter toute tension de la corde puis s'arrêter dans des endroits malvenus.

C'est ça la galère du second de cordée. Et Ovidiu m'enjoint à marcher avec 2 mètres de corde, tenus en main.

Alors  je décide de m'executer au départ, puis , lorsqu'il est loin, je finis par décider que c'est plus simple avec la corde entre les jambes. Mais, le problème ,c'est que j'avance plus vite que lui, et c'est parfois 10 mètres qui pendouillent. Je m'arête, attend que sa majesté daigne progresser. et repart.

Gare au passage de broche, quand tu arrive à la broche anticipe, tu n'as que 30 secondes pour réaliser l'ensemble des opérations necessaire à son retrait. 1°) récupérer la dégaine, parfois dès cette première opération, la corde se tend et tu as du mal à la déclipser. 2°) plier la dégaine, j'adopte la technique d'Ovidiu, enfin j'essaie, mais avec des gros gant, pas toujours facile à raliser 3°) dévisser la broche, alors que ça fait déjà un moment que tu es sur les pointes avant et tes muscles tressaillent mais pas de joie !  4°) clipser la dégaine sur la broche (ou l'inverse) et 5°) ranger la broche sur ton porte matos, alors que la dégaine n'à qu'une envie, c'est de ne pas se fixer. Pendant toute l'opération la corde s'est tendue et tu prends des a coup, oui, ton premeir de cordée est impatient de progresser.

 

et on repart...

et on progresse

comme des petites fourmis sur cette grande face

Ovidiu dans la face Nord de l'Äbeni Flue (Jungfrau)Ovidiu dans la face Nord de l'Äbeni Flue (Jungfrau)
Ovidiu dans la face Nord de l'Äbeni Flue (Jungfrau)Ovidiu dans la face Nord de l'Äbeni Flue (Jungfrau)
Ovidiu dans la face Nord de l'Äbeni Flue (Jungfrau)Ovidiu dans la face Nord de l'Äbeni Flue (Jungfrau)

Ovidiu dans la face Nord de l'Äbeni Flue (Jungfrau)

Les relais s'enchainent, la glace est bien présente, on progresse généralement corde tendue avec deux broches entre nous.

Pour mémoire nous avons gravi les 2 premiers tiers de la face non encordé avant de tirer des longueurs dans la partie supérieure.

Je vois qu'Ovidiu part tout droit alors que la sortie par la gauche parait plus facile. Non, il souhaite sortir élégamment en sortant tout droit... Une sorte de directissime. c'est élégant, mais c'est plus raide, avec du mixte à la fin ( 60 65° sur le haut, sans doute) La glace est bien là, 100 m sous l'arête. Les piolets font partir des piles d'assiettes quand on les désancre. L'inconvénient, c'est quand on est second (encore un avantage du second) On se prend des morceaux de glace bien régulièrement. et quand les morceaux sont partis 60 mètres plus haut, ils arrivent à 200 km/h, c'est la mitraille sur le pauvre second . Qui n'a qu'à pleurer sous ses lunettes julbo spectron 4*....

Je progresse, il faut être bien concentré. chaque appui doit être assuré. Le retrait des broches est un moment clef, il ne faut pas trop tétaniser alors que les appuis sont courts. Je rejoins Ovidiu qui se retrouve juste sous le passage mixte final. Ovidiu repart, il veut passer par la gauche des rochers, je vois bien quà droite, ça semble plus facile. Il fini par m'écouter, il a déjà posé une broche bien à gauche. Il repat à droite, il pause ses piolets sur une petite bande de rochers, une grand pas et il fini par poser ses pieds sur la bande de rochers inférieurs. Dégageant la neige, j'en prends plein la g....  ça a l'air un peu coton, mais ça passe. Mon tour vient... Je progresse dans une glace bien dure vers la broche, enlevée puis je dois traveser à droite. j'ancre les piolets, un dessus, un dessous. Le pas est bien large après quelques hésitations, je finis par poser mon pied droit, et le charge. j'avance mes piolets, mon pied gauche le rejoint. je refais la même opération, c'est plus facile. Il faut ensuite remonter au dessus de la petite barre, j'ancre les piolets au mieux au dessus, et après un grand pas, je passe. Quelques mètres en glace, une nouvelle broche à enlever, la pente est moins raide. Une crevasse masquée, ça se couche. Je poursuis, seul, juste la longue corde devant moi. je finis par voir Ovidiu qui l'avale au loin, je le rejoins, on a sorti la face, parfait.

 

Apoutsiak dans la face Nord de l'ÄbeniFlue
Apoutsiak dans la face Nord de l'ÄbeniFlue
Apoutsiak dans la face Nord de l'ÄbeniFlue
Apoutsiak dans la face Nord de l'ÄbeniFlue

Apoutsiak dans la face Nord de l'ÄbeniFlue

Hésitation quant à la marche à suivre? Ski ou crampons pour les derniers mètres. J'opte pour les skis, Ovidiu m'imite. Au bout de 20 mètres il y a de la glace, m'obligeant à mettre les couteaux. ... On remonte les 60 m de déniv et voilà le sommet. Mon second äbeni Flue. Vue superbe sur les 4000 de l'Oberland et la belle face Nord de l'Aletschhorn.

La cordée est réconciliée (Y a t'il eu réellement altercation ou le récit est il romancé ?)

On remet les skis et on file vers le bas. La neige est revenue, elle se skie assez bien. De toute façon, assez vite, c'est plat. Mais ça passe sans trop pousser. Le décor est magnifique, on se sent touts petits. Sur le bas, on retrouve de grosses creavasses, à priori faciles à contourner. Oui, c'est facile tant qu'on ne tombe pas dedans, et on n'est pas tombés dedans. Voilà le refuge, on aperçoit  2 alpinistes. On les rejoint, on les salut. Et on se pause, il n'est pas tard, pour une fois on va pouvoir glandouiller en refuge !

 

La suite de l'aventure c'est le retour à Lauterbrunnen par la Petersgrat...

Sommet de l'Äbeniflue et descente sur la Hollandiahütte
Sommet de l'Äbeniflue et descente sur la HollandiahütteSommet de l'Äbeniflue et descente sur la HollandiahütteSommet de l'Äbeniflue et descente sur la Hollandiahütte
Sommet de l'Äbeniflue et descente sur la HollandiahütteSommet de l'Äbeniflue et descente sur la Hollandiahütte

Sommet de l'Äbeniflue et descente sur la Hollandiahütte

Voir les commentaires

Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 m

Publié le par Apoutsiak

Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 m

Jolie course de l'Est de l'Oberland

Coin pour le peu, méconnu pour moi.

Le jour où j'ai skié avec le dompteur d'avalanche ...

 

Vidéo

Topo

Bivouac de Rosenlaui (Rosenlauibiwak)

pour mémoire nous sommes passés par le chemin d'été

Se garer en face de l'hôtel ou un peu plus haut (1327 m)

Remonter le sentier qui longe la Rosenlauischlucht (canyon) traverser la passerelle au point 1487 m  et remonter le sentier jusqu'à 1673 m.

Partir au sud sur le sentier à plat

avant de remonter vers la Moraine du Dossenweg. Attention aux avalanches venant des pentes superieures. remonter les pentes puis le verou (ça passe à gauche ou à droite) puis par un mouvement rejoindre le bivouac

Bivouac

11 places, couvertures, pas de gaz mais des embouts, des gamelles et des assiettes mais pas de couverts

Neige à proximité

 

Sommet

Traverser le Tossenpleteschen et rejoindre le glacier (Rosenlauigletscher) le remonter avant de traverser vers 2500 m (crevasses - séracs). rester en rive gauche et gagner le Wellhornsattel (3199 m)

Basculer versant Nord (Hengsterengletscher) en prenant à flanc, passer une zone de crevasse et rejoindre le pied de la partie raide finale (rimaye) remonter au mieux les pentes finales pour gagner le sommet (maxi 50° corniche à la fin)

 

 

Récit

Météo merdique, il a beaucoup neigé, Adieu face nord, Adieu course engagée. On se dirige vers une course de ski de rando dans un secteur méconnu pour moi : Objectif Wetterhorn.

Je rejoins Ovidiu à Meringen, on se fait délester de 8 CHF pour le péage qui donne l'accès à Rosenlaui et nous voilà sur le parking. Il a tellement neigé qu'il ya de la neige à proximité du parking. Il est midi et on commence par un petit pique nique, on s'équipe et on part sac sur le dos vers le haut. 30 mètres plus haut on hésite à la première intersection. On sort la carte, le GPS et on repart. Le long d'un magnifique canyon équipé pour les touristes, il faudra revenir et payer pour découvrir ses profondeurs !

Il ya de la neige un peu partout, les dalles du sentier glissent u peu, et je sens Ovidiu en grande forme. Il avance, m'attend, avance de nouveau, m'attends. On papote lorsqu'il est à proximité, je reste dans mes penées quand je suis seul.

On passe une petite passerelle,  et on remonte le sentier quelque peu enneigé. Pas mal de dalles, il faut se méfier de ne pas glisser. On opère une première pause, puis on poursuit à flanc. Le sentier rejoint le torrent, nous croisons quelques randonneurs. On parvient dans un vallon bien enneigé. On fait le point pour voir où ça passe, rien n'est tracé. On suit le chemin de la moraine, au dessus des avalanches se déclenchent, le soleil a fait son apparition et ça chauffe. On stope pour faire le point. M^me si en restant sur la moraine ça devrait passer en ne se prenant que le soufle des avalanches, o njoue la sécurité et on décide d'attendre le regel.

On assiste à de multiples avalanches assez spectaculaires, bien à l'abri au pied de la moraine. On décide d'attendre 2-3 h, le temps que tout se calme. On se demande dans quelle condition on va trouver le ressaut sous le refuge (un peu raide).

On parle d'un éventuel bivouac, on discute d'Ueli Steck, le temps passe vite, les avalanches s'espacent. Puis plus rien, le soleil s'est caché derrière les nuages, il fait froid.

Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 m

On décide d'attendre encore un quart d'heure pur voir ce que ça donne. Tout a l'air calme, on se remet en route, les skis toujours sur le sac. Une fois arrivé à la moraine, on voit que les avalanches n'atteignent pas celle ci. On met les skis , enfin, on remonte vers le verrou, Ovidiu trace raide, je déteste, et retrace à ma façon... Quelle perte d'énergie. on se retrouve sous le verrou, il part devant, à pied, ça passe, je le suis, on remet vite les skis. Je finis par passer devant pour tracer le dernier grand virage et je rejoins le refuge. Petite boite de Sardine adossée à la montagne.

L'intérieur est accueillant et assez bien équipé, manque juste des couverts et un petit poëlle pour avoir chaud.

Tout de suite on s'attaque à faire fondre de la neige, à boire du thé puis à préparer notre repas. Visiblement, on risque d'être seuls. On réfléchis à la tactique pour demain. Il faudra rentrer tôt pour éviter les avalanches au dessus de la moraine. on décide de se lever à 4 h. Et de ne pas trainer.

Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 m

Et au dodo, il est 8 h, et rapidement je me rends compte, qu'Ovidiu ronfle hyper fort ! Je finis par enfoncer deux boules quies, qui viennent appuyer fortement sur mon tympan. C'est désagréable, mais enfin, je n'entends plus ce bruit de rotor d'hélicoptère. Et je finis par m'endormir.

A 4 heures, je vois deux jambes descendre de la couchette supérieure, c'est l'heure. On se lève, on s'habille on plie les couvertures. "Ovidiu, tu es bien réveillé ?" "Approximatif" me répond t il. L'eau boue, On sirote notre thé, tout en mangeant quelques gâteaux. on sort du refuge, il fait froid, gros regel, on décide de mettre les couteaux pour être tranquille. Et c'est parti, le jour point.  Les frontales éclairent devant nous. On fait un dépôt de matos à un endroit repérable, et on file vers le haut, les couteaux mordent dans la neige bien regelée. Ovidiu est devant. Je suis à petite distance. On rejoint un plateau à 2500 et on hésite, soit passer par le haut (une pente raide) soit traverser le glacier par une série de crevasses.

On décide partir par au dessus. Puis rapidement on se rend  compte que ça passait peut être mieux à droite. Ovidiu hésite, mais je sens que ça passe et je pars devant, encordé... On passe quelques bosses, on surveille les crevasses, les séracs. et on rejoint le passage par le bas. le soleil se lève, la vue est superbe, à droite une mer de nuage dans la vallée, à gauche les séracs et le glacier tourmenté. Les passages sont jolis, entre les crevasses, et pas trop impressionant. on se retrouve en rive droite et on remonte. Passage dans la pente un peu raide, au loin, 3 skieurs apparaissent, ils sont partis du bas.  Plus le temps passe, plus ils s'approchent, puré on n'est pourtant pas des billes avec Ovidiu. Mais on perd du temps. Je décide d'arriver en tête au Wellhornstattel, je sais, ça n'a aucun intérêt, mais j'aime bien me lancer des petits défits, je fais ça depuis que je suis petit. Bon, là le défit n'est pas impressioant, mais l'adversaire a l'air affuté. J'avance et en plus je trace. Plus question de faire un film ou une photo, objectif arriver en tête à ce col. L'adversaire se rapproche, mais le col est bien proche et je gagne ce petit défit. On opère une pause pique nique, eux aussi ! On repart devant. En traversée descendante puis sur le glacier. Je trace, entre deux grosses crevasses puis sur le plat, le club des 3 nous suit, puis fini par faire sa trace, à droite, sous la face Nord du Mittlehorn. Il nous dépasse de loin, de toute façon, je ne lutte plus, je sais qu'ils sont plus forts. je finis même par rejoindre leurs traces, c'est tout de même plus facile. Je sens Ovidiu qui scrute toutes les faces Nord du coin, elle exercent sur lui une grosse fascination. Je le suspecte presque d'être un pervers des faces Nord... Il faudra que j'enquête un jour...

 

 

Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 m

On aborde le pied de la face, un grand virage nous ramène à la rimaye, on dépose les skis, eux devant et nous derrière. Skis sur le sac, je sens qu'Ovidiu souhaite les laisser tracer, alors que je me verrais presque le faire. De toute façon, je veux faire des films ou des photos. Je me glisse donc derrière le club des 3 à bonne distance. Je remonte tranquillement la pente finale, on sent parfois la roche pas loin sous les frêles crampons en alu, pourvu qu'ils ne plient pas !

Les deux de devant on une caisse pas possible. On sent le pas surs. Derrière j'avance bien , les marches sont bien marqués en troisième position. Dernière pente. En haut, ils pètent la corniche. Je les suis quelques minutes plus tard. Youpi c'est le sommet !

 

J'observe Ovidiu en dessous, qui monte tranquillement. On se retrouve sur ce magnifique sommet avec vue sur le Schreckhorn et sa face Nord, le Mönch et l'Eiger offrent une vie originale d'ici. On mange, on fait quelques photos, puis je passe dans la face. Je file le club des 3 qui eux, skient la face (très impressionnant).

On se retrouve au pied, une coulée a emporté nos skis  et nos sacs sur quelques mètres, conclusion, il fait déjà chaud. On décide de filer vers le Mittelhorn. Je descends et attends Ovidiu au col. Quand il me rejoint il n'a pas l'air hyper motivé. Le club des 3 est déjà à mi pente. J'avoue que je me vois déjà au sommet. Mais Ovidiu voudrait tenir l'horaire, il me propose d'y aller seul, je refuse. On choisi de descendre ensemble. Je reviendrai !

J'ai du mal à enchainer les premier virages, puis tout va mieux. On file sur le petit glacier entre les crevasses puis on repeaute pour quelques mètres. On repart vers le bas en optimisant pour éviter les remontées. Paysages magnifiques.  On se retrouve au milieu des crevasses, à éviter de se planter.  Puis on recherche notre dépôt, pas si évident à trouver... Passage dans le gouter bien raide, et bien verglacé, on ne serait pas descendus un peu tôt Ovidiu. puis c'est neige bien dure au dessus de la moraine. 2 avions de chasse me laissent sur place, je suis vraiment un mauvais skieur !

On descends la moraine puis on enlève les skis, trop de rochers.

Je pars devant chercher un endroit bucolique pour pique niquer, et je le trouve, le long du torrent, de jolies dalles plates.

Pause, sèchage, pique nique et papotage. On profite de l'eau fraiche du torrent et du soleil ardent. On repart vers le bas, la neige a bien fondue. On voit bien le sentier à présent. et on rejoint rapidement Rosenlaui.

Course terminée, nouveau coin découvert.

Il faudra revenir

 

Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 m
Ski de randonnée : Wetterhorn 3692 mSki de randonnée : Wetterhorn 3692 m

Voir les commentaires

Ski de randonnée : Tête Blanche 3710 m- Tête de Valpelline 3798 m - descente par le glacier de Ferpècle

Publié le par Apoutsiak

Tête Blanche, vue sur le Cervin et la dent d'Herens

Tête Blanche, vue sur le Cervin et la dent d'Herens

Tête de Valpelline : l'un des plus beau panorama des alpes !!!

 

Vidéo

Topo

Cabane de Bertol

Depuis Arolla rejoindre la cabane soit par le plan de Bertol soit par les dents de Bertol comme nous l'avons fait la veille

Sommet

Tête Blanche

Descendre les escaliers et les échelles de la cabane de Bertol

basculer sur le glacier du Mont Miné (pour info nous n'avons pas mis les peaux et avons utilisés les skis en position descente, je pense qu'on a gagné du temps) Passer sous les Dents de bertol et mettre les peaux au point le plus bas. 3200 m environ.

Remonter en direction du col des bouquetins et bifurquer dans la combe à gauche (Est) en direction du col de Tête Blanche. De là, rejoindre le sommet de Tête Blanche 3710 m.

Tête de Valpelline

Descendre au col de Tête Blanche puis au col de Valpelline (3554 m)

remettre les peaux et rejoindre facilement le sommet de la tête de Valpelline (les derniers mètres se font à pied !)

Descente

Rejoindre le col de Valpelline, et mettre les peaux pour rejoindre le col de Tête Blanche

Descente sur le glacier de Ferpècle d'abord en direction du col d'Herens puis au centre du glacier en évitant les zones de crevasses (notre topo indiquait de passer à l'est de Rota Mota (3232 m) ce que nous n'avons pas fait. Sur le bas , descendre en rive droite du glacier pour prendre une gorge au dessus du point 2057 m. Basculer en rive gauche du vallon, et gagner le barage et la route.

Ski de randonnée : Tête Blanche  3710 m- Tête de Valpelline  3798 m - descente par le glacier de Ferpècle

Récit

Toute ressemblance avec la réalité n'est que purement fortuite (ou presque) . Note de l'auteur...

La soirée

Avec la perte de mon téléphone, je suis arrivé un poil tard au refuge et dans les échelles, Yves m'accueille avec un oeil un brin goguenard. Nous remontons ensemble les escaliers avant de nous poser dans l'entrée. Un passage vers la gardienne, j'observe qu'Yves s'empresse pour m'accompagner... soit ! Nous avons un peu de temps et chacun se livre à la lecture (ou l'inverse). Le repas, excellent, j'observe que l'aide gardienne, Fanny ? est un peu débordé et je m'évertue a donner un coup de main pendant le service. A la fin du repas, je propose à Anne-Marie, la gardienne, de faire la vaisselle. Yves m'accompagne, tout heureux. Et tandis que Fanny se brule les mains dans une eau trop chaude, nous essuyons, verres, assiettes et couverts. notre tâche terminée, je vois qu'Yves fait une inspection des lieux, il découvre l'antre de la gardienne et ça a l'air de l'inspirer.

Un verre de Williamine plus tard, nous descendons au fond du sous marin, (oui ça ressemble un peu à un sous marin) par les escaliers méga raides, il ne faut pas s'en coller une, c'est le Crux de ces deux journées.

Le sommeil est difficile à trouver, je suis coincé entre Yves qui marmonne et un couple un peu trop amoureux... Minuit passe, je suis dans le vague mais toujours éveillé. Mon voisin de droite a quitté sa couche. Je vois sa loupiotte qui grimpe le vertical escalier. Une envie pressante sans doute.

3/4 d'heure plus tard, ne le voyant pas revenir, je m'inquiete, et je décide de mener l'enquête, à mon tour je gravis l'escalier et sors dans le froid glacial vers les toilettes. Le vent est là, je l'entends par accoup, wouïïnner (orthographe imprecise). bref ça wouïïne, mais au bout d'un moment, je me rends compte que ça n'est pas le vent... Je tourne la tête en direction du wouïnement, et là, que vois je par la fenêtre à l'intérieur...

 Yves et Anne-Marie dans une position que la morale réprouve ! Je peux juste ajouter qu'il en faut de la souplesse pour en arriver là. Je décide de laisser les tourtereaux à leur affaire.

Bien plus tard, je vois qu'Yves remonte sur la couche, et s'endort directement, ronflement régulier... Comme un bienheureux.

départ depuis la cabane de Bertol
départ depuis la cabane de Bertoldépart depuis la cabane de Bertol
départ depuis la cabane de Bertol

départ depuis la cabane de Bertol

Le lendemain matin, j'ai du mal à sortir mon acolyte du lit. Alors que les autres cordées font le bin'z depuis bien 20 minutes (allumant même la lumière), Yves dort. Il fini par m'entendre et s'execute. On décolle vers la cuisine, où je croise Anne Marie, la mèche en pétard, la nuit a été courte ! Quand elle croise le regard d'Yves, ben ça fait le même regard que moi  à la Mischhabelhütte sous la Lenzspitze. (Malheureusement pour vous, il fait lire le récit pour comprendre). On finit par déjeuner puis décoller. Enfin, quand je dis décoller, c'est pas tout à fait ça car il faut descendre les 50 m d'escaliers et d'échelles pour rejoindre le col de Bertol, battu par les vents.

Nous croisons une cordée qui part vers les Dents de Bertol, je les informe de la perte de mon téléphone et leur dit de joindre la gardienne s'ils le retrouvent.  Yves part devant. Sur ce glacier bien plat. On n'a pas mis les peaux et on pousse sur les bâtons comme des canards maladroits. Au bout d'un moment, je me rends compte qu'il pleut, en fait non, ce sont des larmes, les larmes d'Yves, 10 m devant moi qui viennent me percuter. je me retourne et je vois la gardienne, elle aussi en larme à sa fenêtre telle une princesse kidnapée par un méchant prince noire. La séparation est cruelle.

Je tiens à rappeler ici que j'ai quelques peu romancé es éléments précédents. Je comprends que j'ai perdu quelques lecteurs au passage, ceux qui ne souhaitaient que des faits. C'est dommage mais c'est comme ça.

Nous rejoignons un assez gros groupe sur la partie basse du glacier. Nous les dépassons en mettant les peaux. Et c'est reparti. Malgré le chagrin, Yves est en forme, il file devant, je vois bien qu'il veut rattraper toutes les cordées parties avant nous ! Le Vent est là, ballyant la neige, faisant des petits tourbillons. Je flâne en faisant quelques photos. Yves est déjà au cul des 3 devant. Je vois qu'il attend que je le rejoigne avant de dépasser. Je reviens tranquillement. Mais dès que je suis là, il entame le dépassement. Il faut bourriner dans la neige non tracée. Je me mets dans le rouge, on dépasse le groupe tout en les saluants. Rapidement ils sont loin derrière, et Yves file devant, sans pitié. Je regarde du coin de l'oeil la cordée progresser vers les dents de Bertol, deux ptits points dans cette immensité.

Le Cervin et la Dent d'Herens finissent par se dégager dans le ciel, fiers ! J'adore, j'adore ces sommets. On rejoint la Tête Blanche, nous n'aurons pas rattrapé la première cordée. Le vent a arasé le sommet et on trouve de la glace sur les derniers mètres. Panorama magique. bonne pause, mais il faut déjà repartir.

le Glacier du Mont Miné - en montant à Tête Blanchele Glacier du Mont Miné - en montant à Tête Blanche
le Glacier du Mont Miné - en montant à Tête Blanchele Glacier du Mont Miné - en montant à Tête Blanche
le Glacier du Mont Miné - en montant à Tête Blanchele Glacier du Mont Miné - en montant à Tête Blanchele Glacier du Mont Miné - en montant à Tête Blanche

le Glacier du Mont Miné - en montant à Tête Blanche

Quelques virages vers le col de Tête Blanche, une longue traversée sous le sommet, je suis la trace puis m'en fait une, à moi, et j'enfourne le ski gauche , bim bam, saut périlleux avant incontrôlé, me voilà la face dans la neige, glacée. J'ai le visage tout irrité. Je me dégage de la neige, penaud. je remets tant bien que mal mes skis, époussette mon materiel, et rejoins Yves au col de Valpelline. On remet les peaux. Je ne me souvenais pas que al pente était si peu raide, je suis venu ici il ya 20 ans avec Thibault, mon frère. La trace est impeccable, raide comme il faut, mais pas trop. Elle vient buter à gauche du sommet sur l'arête  pour profiter de la vue : INCROYABLE. La Dent d'Herens se dévoile avec ses glaciers suspendus qui semblent si proche. Elle est superbe, derrière, le fier Cervin dévoile son arête du Lion. J'adore cet endroit ! La trace remonte encore. et voilà le sommet. On pause les kis pour les derniers mètres avant de faire une pause photo et bouffe. Le saucisson est de sortie. J'observe la Dent d'Herens, gravie il y a 7 ans avec Anne et Thib, Thib un peu en méforme était resté vers 4000 m à nous attendre, il s'était construit un abri en pierre et avait bouffé tous les Bastognes, le chien ! Pendant que nous atteignons le sommet, dans le brouillard, il faudra y retourner !

 

Vue de Tête Blanche
Vue de Tête BlancheVue de Tête BlancheVue de Tête Blanche
Vue de Tête BlancheVue de Tête Blanche
Vue de Tête BlancheVue de Tête Blanche

Vue de Tête Blanche

On repart vers le bas, dans une poudreuse de rêve.

Yves devant, moi, à la Go pro, derrière, on ne se refait pas. Le col est vite là, on croise deux randonneurs en raquettes, toutes mes sincères condoléances !...

Repeautage, et remontée rapide au col de tête Blanche où on repart dans la descente. Alors là, c'est étonnant, il y a d'énormes bosses sans doute formées par le vent. La neige, dessus est correcte, mais les vagues sont parfois tellement grosses qu'elles en deviennent difficile à skier.

On fini par s'habituer, ça se skie, c'est déjà pas mal. Je surveille le paysage, je sais que sur le topo il faut passer à droite de Rota Mota, et toutes les traces prennent à gauche au centre du glacier. On décide, comme tout bon mouton de Panurge... de suivre les traces (il ya toute une étude à faire sur la prise de décision, c'est sûr !)

On bifurque à gauche entre les crevasses et les séracs, c'est magnifique et ça passe très bien. La Dent blanche se révèle, superbe ! La neige, elle est de moins en moins bonne. De plus en plus glacée sur le dessus. On en vient à se retrouver sur une bonne vieille croutasse inskiable ! Alors que visiblement, vu les traces, hier, c'était le paradis, aujourd'hui on ne peut plus skier et on s'en met plein les cuisses !

On rejoint un magnifique canyon, qui passe bien. La suite, ben c'est le peu de neige qui est tombé en début de semaine, sur le néant ! Bilan, on reste sur la trace et on tâche de ne pas toucher les perfides cailloux en dessous !

Bon, on touche un peu, même beaucoup, mais on progresse. C'est plat, le bas du vallon, alors on pousse sur les bâtons. Et on rejoint la route. On peut encore skier un peu , mais la fin est proche et on finit par mettre les skis sur le sac.

Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens
Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens
Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens
Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens
Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens
Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens
Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens
Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens
Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens
Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens
Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens
Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens
Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens
Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens

Tête de Valpelline - vue sur le Cervin et la Dent d'Herens

Une fois sur le sac, il faut marcher en espérant trouver une voiture pour faire la navette à Arolla. Une femme avec son bébé en poussette nous dépasse et nous largue en courant, j'ai profité du dépassement pour négocier de nous faire descendre en stop mais ça n'a pas marché.

Un peu plus tard, une camionette arrive, STOP. Ils nous prennent et nous descendent aux Haudères alors que ça n'était pas leur destination au départ, sympa ! Reste à remonter à Arolla ce qui devrait être plus facile. Une vieille voiture arrive, un papy de 92 ans m'emmène un peu plus haut, il veut juste regarder les combats de Reine depuis le haut , à la jumelle. Me voilà sur un bout de rotue, seul, j'ai laissé Yves aux Haudères, Une voiture passe, deux jeunes, le joint au bec me prennent. Ils vont grimper un blog juste sous la Gouille. Moment sympa de partage de bons plans, ils me déposent à la Gouille et une troisième voiture, deux habitants d'Arolla m'emmène jusqu'auparking, sous le regard amusé d'un chamois.

retour aux Haudères en deux temps trois mouvements pour récupérer Yves et rejoindre Martigny, puis la maison.

 

Un superbe week end sur deux beaux Belvédères. J'adore la tête de Valpelline, je reviendrai ! Yves aussi, mais pour d'autres raisons ;-)

 

 

 

Voir les commentaires

Ski de randonnée : Dents de Bertol 3524 m

Publié le par Apoutsiak

Traversée Arolla cabane de Bertol

Premier jour d'un raid de deux, qui va nous emmener à la Tête Blanche et à la Tête de Valpelline, retour sous la dent blanche par le glacier de Ferpècle

 

Vidéo

Ski de randonnée : Dents de Bertol 3524 m

Topo

Montée

Se garer au parking des remontées mécaniques d'Arolla. 2000 m

Prendre la route du vallon qui mène au bas glacier d'Arolla en suivant la Borgne d'Arolla et venir buter sous la face nord du Mont Collon. Bifurquer à l'est et rejoindre le bas du Haut glacier d'Arolla.

remonter la pente entre les ponts 2818 et 2838 m de la CNS et poursuivre jusqu'au pied du glacier des Dents de Bertol (glacier que je qualifierai de semi suspendu) Remonter le glacier puis par des pentes moins raide gagner le sommet.

Descente

descendre au Nord puis à l'Est, un passage raide sur 10 mètres puis rejoindre le glacier u Mont Miné. Remettre les peaux pour rejoindre le col de Bertol, puis par 2 séries d'échelles et des escaliers, l'accueillante cabane de Bertol (mais assez perchée !)

 

La légende de Bertol

 

Le petit Bertol Wallez habitait Arolla. Il avait deux parents qui ne s'aimaient pas. Et, ce qui devait arriver arriva, ils divorcèrent (bouhouhou)

Sa mère, de la vallée voisine, retourna vivre sur ses terres à Salay. Devant le juge de Sion, ils optèrent pour la garde alternée. Les semaines paires chez maman, les impaires chez papa. Simple et efficace. Et chaque week-end, Bertol devait aller à pied  de l'un à l'autre, la triste vie des enfants de divorcés.

Ce week_end là, Bertol était chez sa mère, et il ne vit pas le temps passer. Quand il quitta Salay il était déjà tard. Il remontait le grand glacier louvoyant entre les gourmandes crevasses pour passer le petit col sans nom. Malheureusement la nuit était là et il n'osa pas basculer sur l'autre versant. Il passa la nuit à l'abri d'un rocher, luttant contre le sommeil et le froid mordant de  cette nuit d'encre.

Le lendemain matin, aux premières lumières de l'aube, il reprit sa route et rejoint Arolla. Son père l'accueillit. Enfin le terme d'accueil est sans doute mal choisi car il était furieux. Jamais un Wallez n'était arrivé en retard ! Les insultes fusèrent et Il envoya une mandale à Bertol dont les  dents valsairent dans la montagne.

Et c'est ainsi que vous pourrez aujourd'hui retrouver les Dents de Bertol, sur les cîmes du Valais, le  col de sa nuit alpine porte aujourd'hui son nom ! (et le refuge du même nom)

Les Wallez, de leur côté, en hommage à Bertol, ne sont plus jamais à l'heure ! mais ça, c'est une autre histoire

départ d'Arolla départ d'Arolla
départ d'Arolla
départ d'Arolla départ d'Arolla départ d'Arolla

départ d'Arolla

Récit

La semaine étant maussade, nous l'avions shuntée en deux : d'abord la Ruinette et le Pigne d'Arolla en début de semaine, nous avions passé chacun quelques jours "at home" avant de rejoindre Arolla pour une seconde session.

La veille la météo était mauvaise et les bulletins météo pas géniaux. Le risque d'avalanche était annoncé à 3 en Suisse et à 4 en Haute Savoie. J'inspectais les cartes IGN et CNS sur skitrack afin de trouver les itinéraires les moins exposés. Je jetais mon dévolu sur la Tête Blanche et la Tête de Valpelline qui ne présentaient que de rares portions expos, je connaissais un peu le coin pour l'avoir parcouru il y a 20 ans avec mon frère, Thibault.

Via facebook, Enguerran et Gianluca me recommandait la prudence, l'un en m'envoyant un lien vers le bulletin des risques d'avalanche de Haute Savoie, plutôt très alarmiste, l'autre en insitant pour aller faire une course plus bas dans la vallée, sur la carte avalanche de suisse, le risque était indiqué à 2, mais j'en connaissais la raison : l'absence de neige à basse altitude ...

Bilan : juste de quoi faire monter mon stress, je tentais de les rassurer en leur assurant que j'avais choisi mon itinéraire avec soin, ce qui n'était pas faux. Mais avec ça, j'ai mal dormi, j'avais un peu la pression...

 

sur le bas puis le haut Glacier d'Arolla sous le mont collonsur le bas puis le haut Glacier d'Arolla sous le mont collon
sur le bas puis le haut Glacier d'Arolla sous le mont collonsur le bas puis le haut Glacier d'Arolla sous le mont collonsur le bas puis le haut Glacier d'Arolla sous le mont collon
sur le bas puis le haut Glacier d'Arolla sous le mont collonsur le bas puis le haut Glacier d'Arolla sous le mont collon
sur le bas puis le haut Glacier d'Arolla sous le mont collonsur le bas puis le haut Glacier d'Arolla sous le mont collon

sur le bas puis le haut Glacier d'Arolla sous le mont collon

9 h 30, j'embarque Yves à Martigny, nous filons dans la vallée du Rhône avant de remonter le val d'Herens et ses pyramides d'Euseigne et  Arolla. Par chance la route n'est pas enneigée, j'ai enlevé mes pneus neiges cette semaine. On s'équipe, on déclenche les Suunto, on marche jusqu'au bout du parking, et on met les skis sous les pieds. C'est parti. D'abord au fond du vallon, dans l'ombre du Mont Collon. Et là, réflexion, si je suis au pied du Collon...  Alors... je suis l'anus ! Le vent apporte sa petite confirmation. Je suis au bon endroit. Mais pas hyper agréable. Il me faut remonter vers l'intestin grêle, mal nommé sur la carte suisse : Haut glacier d'Arolla.

Au loin quelques téméraires skient les pentes raides sous la cabane des Vignettes. Jamais je n'aurais osé avec le risque annoncé. Nos ventres crient famine ! On décide de faire une pause au Plan de Bertol. Mais il fait trop faim, on s'arrête en bas du haut glacier d'Arolla. La pause fait du bien. On repart repus, les estomacs bien remplis, avec une décision : nous passerons par les dents de Bertol, de là où nous sommes, nous observons une trace. (et c'est vrai qu'à la maison j'avais envisagé cette possibilité). Ca repart, d'abord à plat, sous le cagnard de ce début d'après midi. Je sue, je sue du chyle. Puré ce qu'il fait chaud. Puis ça commence à monter, et voilà le vent froid qui nous assaille. De dos, ça va, le sac à dos protège de l'agressif zéphir, mais de face, il vient congeler ma sueur sur mon frêle Thorax. Yves est déjà loin devant.

En face du Collon, il était nécessaire... de couler un bronze, chose promise chose due. Je repars allégé, les sphincters détendus. Rodin et Claudel n'ont qu'à bien se tenir...

Et on poursuit, on croise 4 skieurs un peu en difficulté à la descente, dans cette neige collante, pourtant, vu de montée, elle avait l'air correcte... Je rejoins Yves et on repart sur le glacier des dents de Bertol. Le passage est raide, mais la trace est bien faite. On passe une sorte de pylore étroit au pied du glacier avant de remonter la pente. Les descendeurs ont tout gâchés et Yves doit retracer quelques passages. Au dessus, on déroule, une sorte de grand oesophage à rebours...

C'est bien logiquement que nous parvenons à la dent de Bertol. oui le sommet s'appelle les Dents de Bertol, mais vu qu'on n'en gravi qu'une, je parle de la dent... sans doute une incisive, trop petite pour une molaire et pas assez pointue pour une canine. Belle pause au sommet.

 

 

 

Ca grimpe vers les dents de Bertol
Ca grimpe vers les dents de Bertol
Ca grimpe vers les dents de Bertol
Ca grimpe vers les dents de Bertol
Ca grimpe vers les dents de Bertol
Ca grimpe vers les dents de Bertol
Ca grimpe vers les dents de Bertol
Ca grimpe vers les dents de Bertol
Ca grimpe vers les dents de Bertol

Ca grimpe vers les dents de Bertol

Je fais quelques photos, j'envoie un petit SMS à Sandrine pour lui annoncer que les conditions sont correctes. Le SMS ne veut pas partir si le portable est trop bas, je décide de le garder dans ma poche, le réseau est meilleur en hauteur.

On mets les skis, et on file dans une excellente poudreuse vers le bas. Un passage raide sur une sorte de col, je m'engage en premier. Tout ce que j'aime, c'est étroit, c'est raide, et c'est en neige béton. Les skis vibrent sur la neige dure. Et Yves qui  a la bonne idée de partir juste derrière moi. Je me prends  des coulées de glaçons. Ca dégueule (forcément, ça devait arriver !) Je passe, la neige est moins bonne, un poil coutée et dure.

On fini par faire quelques virages pour rejoindre le plat du glacier, il faut déjà remettre les peaux.

Et là, c'est le drâme !

Sommet et descente vers le refugeSommet et descente vers le refuge
Sommet et descente vers le refugeSommet et descente vers le refuge
Sommet et descente vers le refugeSommet et descente vers le refugeSommet et descente vers le refuge
Sommet et descente vers le refugeSommet et descente vers le refuge

Sommet et descente vers le refuge

Il me semble que j'avais mi mon téléphone dans ma poche. il n'est dans aucune de mes nombreuses poches , ni dans celles de mon sac. Je l'ai laissé au sommet ou perdu dans la descente.  Le Khon ! Je revérifie rapidement chaque possibilité mais il n'y est pas. Je calcule le temps qu'il va me falloir pour remonter redescendre et vérifier que je ne vais pas arriver trop tard au refuge. il est aux alentours de 17 h, le repas devrait être vers 18 h 30, ça doit jouer, faut pas trainer. J'estime mes chances de réussite à 50 %. Je repars à fond, en mode polaire sans gants... Je laisse Yves rejoindre le refuge. 

Bon rapidement je me rends compte que partir sans gant est une erreur, il y a le passage raide que je vais devoir remonter à pied et qui est déjà dans l'ombre. Je remonte la pente en scrutant chaque endroit. Voilà le passage raide, je déchausse et grimpe à pied. Je parviens à retrouver les entailles d'une vieille trace. Par contre, sans gant, je vais avoir droit à bon petit onglet : les skis d'une main, les bâtons de l'autre. Les mains non protégée dégustent la neige glacée ! Quand j'arrive au dessus, c'est l'onglet, mais je n'ai pas le temps de m'apitoyer, ça passera en avançant. Et j'avance en rejoignant la trace de montée et je retrouve le sommet. Bon, inspection rapide, mauvaise nouvelle : pas de téléphone. Les chances de "retrouvailles" tombent à 12 %. Aïe. Je retourne aux skis. et je file vers le bas en suivant ma trace, j'ai eu la bonne idée lors de ma première descente de m'écarter bien à gauche des autres traces. Je ne trouve rien. Je me retape le goulet, re-joie !!! quel bonheur de revoir les skis vibrer !

Je retrouve ma trace en dessous, mais je ne trouve rien. contournement des quelques crevasses . Choux blanc, tout ça pour rien. Chance de "retrouvaille"... moins de 1% peu être plutôt  un pour mille. Je réinspecte mon sac, on ne sait jamais... mais toujours rien. Je file vers le refuge. J'avance bien sur ce terrain plutôt plat. Je rejoins le col de Berthol. pause les skis et file vers les échelle, flûte, j'ai oublié de laisser mes bâtons avec les skis.. je remonte les échelles. je vois Yves en haut qui m'attend l'air goguenard, il s'enquiert, un rictus à la bouche de ma réussite... ben non !

Coucher de soleil depuis la cabane Bertol
Coucher de soleil depuis la cabane BertolCoucher de soleil depuis la cabane Bertol
Coucher de soleil depuis la cabane BertolCoucher de soleil depuis la cabane Bertol

Coucher de soleil depuis la cabane Bertol

Je rentre dans le refuge, la gardienne m'accueille : "ah le fameux Guillaume Ledoux" je suis connu comme le loup blanc ! On attend le service de 19 h, puis on mange un délicieux repas avant d'aider Anne-Marie, la gardienne et son aide à la vaisselle. Un petit coup de Williamine plus tard on est au lit avec la sensations d'une journée bizzare, bien réussie du point de vue montagnard mais un poil gâchée par la perte de mon téléphone...

 

A suivre

Tête Blanche Tête de Valpelline

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>