Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #but tag

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Publié le par Apoutsiak

L'arête Sud du Täschhorn est superbe

je l'avais déjà parcouru il ya 10 ans lors de notre traversée Täschhorn Dom

Je me souvenais d'une ascension rapide.

Ben aujourd'hui, ce fut long , très long ! (mais superbe !)

Presque sans fin

 

Vidéo

Topo

Topo Mischabeljochbiwak

De Täschhalp (2200 m) remonter légèrement la piste en direction  de la Täschhütte avant de prendre une sente qui permet de longer le torrent de Rotbach (attention, la sente n'est pas tout le temps hyper visible)

Rejoindre la piste vers 2500 m et revenir vers le torrent, on emprunte alors le sentier qui longe le torrent en rive gauche tout en suivant la moraine. Le sentier tourne en direction du Weingartensee. Ne pas rejoindre le lac mais suivre la sente qui remonte le vallon (sur la bosse) .

Repérer le point 3481 m et la vire qui se situe en dessous (cairns) suivre cette vire horizontalement. Pour sortir, continuer sur la gauche et contourner un éperon avant de remonter dans un couloir qui longe un torrent (le couloir présente des gravillons ) traverser le torrent et remonter la sente qui ramène au glacier.

Remonter le Weingartengletscher soit en restant en rive gauche au départ et en traversant les séracs, soit en allant chercher le centre du glacier et en le remontant au mieux.

Le glacier est très crevassé, méfiance (surtout à la descente quand il a bien chauffé)

Remonter en suite le glacier en rive droite et rejoindre le Mischabeljoch 3847 m puis le Mischabeljochbiwak auquel on accède par des échelles qui sont situés en dessous de lui.

Le bivouac est très bien équipé : poêle bois allumettes ustensiles de cuisine 20 lits couvertures et même des livres et des revues.

 

Topo Täschhorn

Depuis le Mischabeljochbiwak, redescendre l'échelle et traverser le col. Remonter versant Est de l'arête. (pieu au départ) Bien suivre les cairns qui indiquent parfaitement le chemin à suivre, soit versant Est soit sur le fil. On arrive à un grand gendarme qu'il faut contourner par la droite (Est) Remonter ensuite l'arête pour parvenir à un replat (4200 m) passer les quelques antécimes , traverser un couloir de glace et gagner le sommet par l'arête Est du sommet (la fin du parcours n'a pas été parcourue lors de cette ascension, et je ne me souviens plus de notre premier passage malheureusement)

descente :

  • soit par le même itinéraire,
  • soit par la Kinhütte (attention, un viaferrata en cul de sac pour cette descente et un glacier méga crevassé vous attendent)
  • soit en traversant sur le Dom
Topo descente du Täschhorn par la Kinhütte - source camp2camp

Topo descente du Täschhorn par la Kinhütte - source camp2camp

Récit

De retour de notre périple au Lauteraarhorn, j'ai un doute. Benjamin veut faire le Täschhorn, mais je ne le sens pas. Je lui propose tout un tas d'autres courses, notamment la traversée du Blumlisapl qui semble en condition. Il y a trop d'inconnu pour moi, le bivouac est officiellement fermé pour cause de Covid (on ne sait même pas s'il est ouvert) l'arête qui ne sera surement pas tracée. La neige qui risque d'être trop présente, les températures qui sont élevées.

Benjamin a insisté, on est quand même parti pour le Täschhorn

Je propose à Benjamin de dormir à Täschalp, pour partir tôt et monter au refuge par le Weingartengletscher dans de bonnes conditions. Le glacier a la réputation d'être crevassé.

On covoiture pour rejoindre le parking. Benjamin installe sa méga tente, tandis que je dors dans la voiture. Il pleut, on mange comme on peut et on se couche tôt. Demain, la montée au bivouac est déjà une course.

 

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Le réveil étant à 4 h 30, on déjeune, on balance la tente dans la voiture et à 5 h 10 on est parti dans le brouillard, moral au beau fixe, mais dans le brouillard quand même.  On remonte la piste puis on trouve une vague sente après avoir allumé le GPS pour vérifier la trace. La sente devient par moment sentier, Le sentier est bucolique, des fleurs de toutes les couleurs, des arbustes, on réussi à passer au dessus du brouillard, vue magique , du Cervin au Weisshorn avec une énorme mer de nuage qui fait la course avec nous. Le sentier est efficace, on réussi à gravir 450 m en une heure, le rythme est bon, on a quand même pas mal de matos sur le dos.

On fini par gagner la course avec les nuages, c'était pas gagné, ils n'arrêtaient pas de monter. On se retrouve sur une vilaine moraine avec un sentier un peu raide, mais on avance et on rejoint les pentes au dessus du lac au bout de 2 h. Petite pause pour faire le plein d'énergie et profiter du paysage...

On poursuit alors vers le Crux de la journée. Il faut d'abord rejoindre les névés, tout en longeant de loin la Rotgrat de l'Alphubel, gravie en 2007 avec Helmuth et Stinj

Les névés gagné, on remonte les portions raides en passant par les rochers puis on sort les piolets pour une traversé de névés qui permet de rejoindre la vire. Le début de la vire est rando, puis, plus on avance, plus ça devient technique. Hésitation, je fais sournoisement passé Benjamin, meilleur grimpeur que moi, devant...

 

 

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Après une première tentative dans une dalle bien trop difficile, on décide de partir sur la gauche à flanc. Benjamin contourne un éperon avec brio, je le suis comme je peux. Le style est moche, heurté, haché, mais je passe, là ou Benjamin avait survolé le passage. Bon je suis passé,  et là est le principal. Ensuite on remonte une dalle peu prisue, pleine de gravillon, le rêve. On fini par traverser et gagner la sente qui rejoint le glacier... Mon domaine !

 

On enfile les crampons et je repasse devant, les crevasses, même pas peur, je ne suis pas comme ma petite femme qui passe son temps à les sonder (voir la sortie traversée des Dômes de Miage d'il y a 15 jours où Sandrine avait tenter de sonder les entrailles du glacier... )

Bref je pars devant, Benjamin, 15 m derrière, comme dans les livres, parfait. Au départ on suit une vieille trace, qui s'efface par moment de façon étonnante. Je vise les endroits qui me paraissent les plus "safe" sur ce glacier qui a mauvaise réputation. Heureusement on est en début de saison et on est parti tôt, ça n'est pas très compliqué de trouver  un itinéraire. On voit quand même les perfides crevasses et leur légère dépression de terrain qui lézardent le glacier...

A gauche, des crevasses, à droite, des séracs, on vient buter sur une crevasse plus grosse que les autres. Je choisi de la contourner par la droite, puis je traverse, ça passe, au dessus, il y a encore 3 vaguelettes de crevasse puis plus rien (le terme de vaguelette ne préjuge en rien de la non dangerosité de la crevasse , NDLA)

Le soleil chauffe déjà, l'avant de mon crampon gauche botte, il fait chaud, on cuit. Le col qui paraissait si proche, s'éloigne à chaque pas, à moins que ça soit un mirage. Finalement notre ténacité aura raison de lui, le col se dévoile et la vallée de Saas, le Fletschhorn, le Lagginhorn et le Weissmies.

Je décide de filmer Benjamin tandis qu'il monte au bivouac par les échelles.  Une fois arrivé en haut, il tente vainement d'ouvrir la porte du bivouac, "C'est fermé !"  me lance t'il.

Streeeeeessssss

On avait envisagé cette hypothèse, sachant que les bivouacs sont sensés être fermés durant la période de Covid. On avait même évoqué cette hypothèse et j'avais dit, on bivouaquera dans nos sacs à dos. Ça le fera. J'aurais quand même préféré dormir dans le bivouac.

Heureusement, Benjamin se rend compte qu'il a manipulé les poignées à l'envers, le bivouac est ouvert, je le rejoins. Ouf !

 

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Le temps de faire une pause, pour manger un peu, j'avoue que je suis pressé d'aller faire une reco sur le sommet comme précisé dans les topos. Benjamin est moins chaud, mais vu qu'il est poli, il fini par venir.

On redescends l'échelle et je pars devant. J'avoue que je m'en suis pas mal sorti, de cairn en cairn, de sente en sente, d'une pente d'éboulis à une autre entrecoupée d'un petit passage d'escalade. Restant parfois face Est, parfois sur l'arête. La vue est superbe, le rocher est chaud, quel bonheur de grimper dans ces conditions. J'avance pendant une heure, je passe une section de neige, puis une autre, et je viens buter sur un menaçant gendarme. Je fais demi tour à son injonction et déclare la reco terminée. On fait une pause sur dalle, face à l'Alphubel qu'on a gravi il y a deux mois. Nos traces sont depuis longtemps effacée ( à se demander si elles ont été jamais écrite)

On repart pour la descente. Et même si on se fourvoie par moment, les cairns nous ramènent dans le droit chemin. On rejoint le col, et le confort du refuge.

Pendant que , telle une frénétique abeille, je m’occupe de mille taches, Benjamin part pour une sieste. Je crois que je l'ai saoulé. J'allume le feux, l'alimente, fais le plein de bois en allant le chercher à l’extérieur, fais fondre la neige. Chercher de la neige derrière le bivouac, la tasser, la ramener, la mettre sur le feux, vérifier le foyer...

Je finis par avoir une quantité d'eau appréciable.

Le refuge est bouillant, le bois est sec, il chauffe bien, trop bien, et le poêle ne permet pas de régler le tirage... Je finis par faire une petite sieste. L'heure du repas est là, les doutes reviennent.

Je prends la météo suisse qui annonce un isoterme 0°C à 5000 m. Non, pas ça, pas maintenant. Mon cerveau a du mal à intégrer cette information, l'isotherme, ils l’annoncent pour la  nuit ou pour la journée ...

Sur météoblue ils annoncent  -7°C au sommet du Dom cette nuit.

Je fais le point avec Benjamin. Les cordées mettent en général 3 h 30 pour atteindre le sommet. En mauvaise condition ça peut prendre 5 h max.

Je sens que mes doutes me reprennent, ce satané mal des rimayes que je traine depuis 3 jours. Pourtant ici, de rimaye, il n'y a point.

Je file au lit avec mes doutes...

 

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

3 h 30, le réveil sonne. La chaleur du feux est depuis longtemps partie. Les gestes matinaux sont réglés pour ne rien oublier. Ranger le lit et ramener les affaires dans la cuisine, s'habiller, déjeuner, mettre son matos. Il fait beau, c'est la pleine lune, 100 % a annoncé ma montre. Je mange mes gâteau du matin. Un petit thé et c'est parti. On sort encordés du refuge. Descendre les échelles et ne pas s'en coller une pour rejoindre le col, tout est verglacé et la corde qui sert de main courante est en lambeau...

Je pars devant, comme hier, je m'en étais bien tiré, je ne vois pas pourquoi ça ne se reproduirai pas. Il est 4 h 10 et le soleil point déjà derrière le Weissmies. J'avance à un bon rythme en mettant des protections aux endroit que je crois opportun (quand j'en trouve).

Je louvoie entre la face Est et l'arête, au gré des cairns. La frontale les éclairent un par un. Je me retrouve dans l'ombre du grand gendarme et pourtant il fait nuit. Et comme un cheval devant l'obstacle, je me cabre. Je ne vois pas de solution. Rapidement, je laisse Benjamin passer devant, il semble plus lucide que moi. Il contourne la bête. Je le suis, plein de doute.  Le mal des rimayes est bien là, et je ne sais pas pourquoi. Je ne l'ai jamais eu à ce point là. Le passage sous le gendarme est désagréable, en léger dévers, le sac frotte, les crampons crissent. On remonte sur l'arête, la neige, Benjamin prend un bon rythme. Rien n'est tracé. Il reste juste de vielles traces par endroit. On va devoir tout se taper, surtout Benjamin. Pourtant c'est magnifique, l'arête est fine, on la gravi parfois à l'ouest, versant Täsch, parfois à l'Est versant Saas. C'est spectaculaire  mais c'est ce que j'aime. La vue est splendide. Mais mon envie est restée accrochée sous le grand gendarme. Benjamin me demande même si je veux faire demi-tour. Je décline la proposition alors qu'une partie de moi souhaiterai être ailleurs qu'ici.

Benjamin progresse, le sommet est loin , très loin, le temps passe, et même si on va vite, la progression n'est pas très rapide tant on perd du temps à tracer, à choisir ou ça passe.  Mais je finis par croire qu'on va arriver au sommet, je sens la motivation de mon accolyte.

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Je consulte la montre, 3 h 30 qu'on est parti, on va de ressaut en ressaut, rencontrant des difficultés à chaque passage sans que ça soit irrémédiable. L'alti me donne 4150 m, on n'est peut être un peu plus haut, je ne l'ai pas recalé au bivouac.  Plus on monte, plus il y a de neige. Le paysage est superbe. Le sommet reste inquiétant, on n'a pas bien compris la fin du topo : traverser un couloir de glace puis remonter l'arête Est du Täschhorn, on n'est pas sur de notre coup. Alors on grimpe en regardant le boucler final, essayant d'y imaginer un passage, ça serait si facile si c'était tracé.

On va de bosse en bosse, ça monte, ça descend, Derrière chaque bosse il y a une autre bosse.

On parvient à une corniche. Benjamin hésite il la tapote avec son piolet, sans gros résultat et finit par  me demander de passer. Je suis content, on fait appel à moi quand il s'agit de bourriner... Ma spécialité. C'est mon talent. Je commence par y aller au piolet puis avec de grands coup de crampons et le tour est joué. Je suis tout de même content de passer devant et de ne pas subir ce mal des rimayes. Je trace 5 minutes, je  consulte ma mon alti, déjà 4 h 22 qu'on est parti.

Je regarde le sommet, si loin, le temps de tout tracer... à mon avis 2 h et minimum 1 h pour revenir ici. On va exploser l'horaire et la face Est qui chauffe à vu d’œil, on a déjà vu plusieurs avalanches. Je crois qu'on a assez joué. Il est trop tard, il fait trop chaud, rien n'est tracé. Il est prudent de rentrer !

On s'octroie une pause ou on papote. La décision est collégiale. La prudence engage à faire demi tour.

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

C'est reparti dans l'autre sens. Benjamin devant, fait la trace dans une neige qui se dégrade minute après minute. En face Est on s'enfonce jusqu'au genou, sans trop savoir si tout va partir sous les pieds. Le retour va être long. Benjamin peste, il a plein de neige dans les chaussures. J'avoue que je suis soulagé de ce demi tour, mais je ne serai tranquille qu'au refuge, voir sous les vires...

On progresse lentement, il faut repasser chaque petite bosse. Le col est  au fond, tout au fond, bien loin.  En face ouest, ça va encore, on s'enfonce à présent, mais la neige est correcte, quand on passe à l'Est, elle est trempée , sans consistance. On ne peut même pas espérer que nos traces de montée tiennent. Le gendarme est encore bien loin.

On avance dans la chaleur. Le paysage est magnifique et j'avoue que je profite de certains moments pour faire de jolies photos. Au loin on voit le monde au sommet de l'Alphubel.

Mais je reste concentré. Le terrain est délicat et le gendarme s'approche. Le stress également. Quand on est au dessus, je vois une vieille trace qui pars à gauche, alors que notre trace vient de la droite. Je propose à Benjamin de la suivre. Il s’exécute en pestant "c'est pourri". Je le rejoins puis il plonge à l'Est, il passe une dalle en m'annonçant que c'est mal commode.  Je ne le vois plus quand vient mon tour. Je remonte en longeant le pied du gendarme, je décide de contourner le bloc dalle, qui passe très bien par la neige, j'ai contourné sournoisement cet obstacle; on avance et je me rends compte qu'on est passé du coté clair de la force, le gendarme est derrière nous . Yes, soulagement ! Aujourd'hui, je n'étais vraiment pas  dedans ! Nouvelle pause, on n'en a pas fait beaucoup, puis je repasse devant pour nous guider dans la partie sans neige. De cairn en cairn je ramène notre cordée vers le col, puis vers le bivouac. Une cordée en est à l'approche en provenance de l'Alphubel.

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

On se fait chauffer de l'eau pour un thé.

La cordée entre, Un guide et son client, des Suisses Allemands des grisons. On leur propose à boire. Ils sont surpris de voir le bivouac ouvert. Ils viennent de la Langlfluh (Saas) sont montés à l'Alphubel et compte descendre à la Taschhutte (2700m) pour remonter ici demain et faire le Täschhorn dans la journée. Quelle bambée. D'autant plus qu'ils sont ici... maintenant ! Leur projet me parait incroyable, c'est déjà si long depuis ici, mais pour le coup, ils auront la chance d'avoir nos traces. On donne quelques infos au sympathique guide sur la voie et les conditions. Ils finissent par partir pendant que nous nettoyons le bivouac.

Et ça m'arrange, je ne voulais pas jouer les bizuths suicides sur le glacier crevassé. On les voit par la fenêtre traçant avec difficulté la neige soupe  du glacier. Un peu plus tard, on quitte nous aussi le charmant bivouac.

Descente des échelles et attaque du glacier, sans crampons, on se doute que ça va être "soupe à la grimace" J'avance d'un bon pas, mais Benjamin trouve que c'est trop rapide, j'essaie de ralentir le pas 5 minutes avant de retrouver mon rythme.

On avance et on voit notre trace de montée qui part à gauche, tandis que la trace de la cordée part à droite. A gauche, c'est une trace faite par mes soins à un horaire différent, il va falloir retracer. A droite, nos amis auront eu la courtoisie de tester les éventuels ponts de neige. J'avoue que j'aimais bien ma trace de montée , mais pas au point de vouloir la retester en mauvaise condition. On suit donc la trace de la cordée qui va contourner la grosse crevasse par la droite. Et ben leur solution n'était pas géniale géniale (ils nous ont dit qu'ils avaient repéré le tracé depuis le sommet de l'Alphubel) Bon maintenant qu'on y est, on ne peut plus rebrousser chemin. En contournant la grosse crevasse, on  passe sans doute sur un pont de neige, la crevasse n'est pas loin, on ne traine pas. Arrive plus bas un premier trou : l'un des deux a mis son pied dans une crevasse. Je l'annonce à Benjamin et j'opère un petit saut. On poursuit, tout en traversant le glacier vers la gauche. Et là, je vois un énorme trou ! ils ont du se faire peur : le trou fait 1 m de large, la crevasse est large et profonde, de notre coté on ne peut savoir où est exactement le bord. Dans ces cas là, ne pas tergiverser, il faut avancer . J'annonce l'obstacle à Benjamin, je prends appui sur la trace de ce coté ci de la crevasse (mais pas trop) , je saute, et hop me voilà de l'autre coté. J'avance un peu, une autre crevasse s'annonce, elle est bouchée, mais le ressac a tracé son contour. Malheureusement je vais être dessus quand Benjamin sera sur la grosse.

On se parle pour synchroniser les mouvements. J'attends le top départ tel un champion de formule 1. Des qu'il annonce j'avance, Benjamin fait un énorme saut, il termine en roulé boulé loin du trou (peut être a t'il battu le record du monde de saut en longueur à cette occasion, personne ne le saura jamais, je n'ai pas eu la présence d'esprit de mesurer le saut...) Bon, c'est passé.

On repart, j'avance, traversée légèrement descendante, mon pied gauche s'enfonce , je bascule en avant, flûte, une crevasse, je tente de me relever ,l'autre pied également dans un trou, la même crevasse, je bascule sur le coté, c'est pas rigolo. On était dans le sens de la crevasse. Invisible avant notre passage, l'autre cordée est passée sans dégâts.

Je comprends que l'autre cordée a mis les crampons, comme des moutons, on fait pareil.

Et hop on repart, vers la gauche, ils ont traversé les séracs. D'où les crampons. On les suit, de toute façon il n'y a plus aucune trace de notre montée. On aborde le passage avec prudence. Un peu de glace, de la neige, des trous, tu ne sais plus ce qui est une crevasse ou un pont de neige, de la glace ou pas. Un léger stress parcours la cordée. J’essaie de conseiller Benjamin au mieux.

Je suis la trace tout en vérifiant les endroits où j'ai des doutes. Passage peu agréable d’autant plus que j'ai été échaudé.

On fini par sortir sur la gauche dans des névés sympathique. A coté du glacier, tout parait sympathique et on rejoint la cordée des Suisses pour partager nos déboires glaciaires. Ils finissent par partir en empruntant le dos de l'éperon, tandis que nous avons décidé de partir par la vire, coté Sud (comme à la montée) Je descends une sente, je traverse  un ruisseau , une vilaine dalle non prisue m'accueille. "Coucou Guillaume, comment va ton mal des rimayes ?" me lance t'elle. Elle me parle ! J'hésite, le stress monte, Benjamin m'assure, sur du gravillon ,juste la corde à la main, autant dire que c'est du solo, si je pars, je l'embarque. J'hésite, je refais le geste à faire. Je finis par me lancer, une goutte de sueur perle sur mon front, zero prise, juste en adhérence, rien pour les mains, mon rêve... Je crois que je préfère re-traverser le glacier méga crevassé de tout à l'heure. C'est tout dire !  Mais je passe, le style n'est pas là, mais le résultat, lui, y est ! Je parviens à trouver un béquet pour assurer Benjamin, qui lui virevolte, et passe en deux secondes... je suis vraiment une bille, un usurpateur. Il faut descendre à présent. Hop je repasse devant, la dalle m'annonce "tu ne passeras pas, tu ne passeras pas, si tu tombe, c'est la chute, si tu chutes, c'est la tombe. " Effectivement, il y a du gaz, maladroitement je redescends comme je peux, je sais que le salut n'est pas loin. Enfin la vire. Benjamin me demande de l'assurer, je suis en bout de corde, pas un béquet pour mettre une sangle, pas une fissure où placer un friend... Je lève les yeux, et là, le spit, le spit décrit dans le topo est juste au dessus de ma tête ! Je fais venir Benjamin et lui fait part de ma trouvaille ! Je suis enfin soulagé, le mal des rimaye est passé, je me retourne, je vois la dalle qui fait la gueule, mais je sais qu'elle sera là la prochaine fois, à m'attendre et à me mettre la pression. il y a des jours et des lieux comme ça ! Je file sur la vire et on rejoint le névé

Pour une descente sur les fesses d'anthologie, pas sur que le fond de pantalon en Goretex est apprécié, les petits cailloux judicieusement disséminés sur le névé. On s’octroie une pause un peu plus bas. Benjamin espere secher ses groles complètement trempées, j'ai peu d'espoir !

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Je pars devant, rejoindre un cairn. Benjamin me rejoint, et on attaque la descente, qui il faut le dire, est efficace. Après avoir descendu en ramasse un dernier névé. On chope le sentier et on descend la moraine, le long du torrent qui charrie toute  la neige fondue du glacier. La descente est rapide, on papote, on discute de la prise de décision. Qu'est ce qui nous a fait faire demi tour. Et si ç'avait été le 82ème 4000, que l'hiver s'annonçait et que c'était la dernière fenêtre de beau temps, serait-on allé au sommet. Bien entendu, on n'a pas de réponse, mais prendre la mauvaise décision  pour une mauvaise raison, ça arrive malheureusement parfois. Aujourd'hui, ça serait peut être passé, mais on aurait eu une descente vraiment compliquée, et sur l'arête et sur le glacier !

 

La descente se poursuit dans un jardin magnifique sous le sifflement des marmottes Des fleurs de toutes les couleurs. Ça agrée cette fin de journée. On rejoint la voiture vers 17 h 15.

Reste à la ranger (ce qui n'est pas une mince affaire)

A séparer le matériel de l'un et de l'autre

Et à se rentrer !

Avant de repartir pour de nouvelles aventures

 

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Voir les commentaires

Rosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neige

Publié le par Apoutsiak

après le but Rosablanche dans le cadre de la journée de la loose, j'ai remis le couvert en ce début décembre.

Cette fois ci au départ de Siviez

Même sommet, même résultat : nouveau but !

 

Vidéo :

Topo

Depuis le parking de Siviez (Haute Nendaz)  1734 m, emprunter la piste qui part vers le Sud (à l'ouest des installations) Suivre cette piste (route) et rejoindre le barrage du lac de Cleuson (2227 m) (2 tunnels à traverser )

longer le lac sur sa rive droite et remonter pour gagner la Gouille puis le plan de la Chaux

Rejoindre les Grands plans puis le point 2786 m CNS avant de rejoindre le glacier du Grand Désert, que l'on remonte jusqu'à la pente finale. La fin se fait à pied !

 

Récit :

Veille de première sortie de l'année, contrôler le matériel , défarter les skis, faire le sac sans rien oublier, préparer la bouffe et réserver une pension pour la nuit entre les deux courses.

Et zou, un coup de booking.com plus tard, c'est fait.

J’essaie de trouver un partenaire, en vain, je choisi deux objectifs sas trop de risque : La Rosablanche et la pointe de Vouasson. J'essaie de savoir si les remontées de Verbier sont ouvertes jusqu'au col des Gentiannes, à priori non, mais pas de réponse de l'office du tourisme.

Dans la soirée, petite vérification, la mierda, je me suis trompé de jour, j'ai réservé le samedi soir alors que je sors vendredi samedi. J'essaie de joindre la pension à Evolène mais le téléphone sonne occupé. On verra demain.

Vendredi, tôt, je pars, mais pas assez tôt. Avant Lausanne, gros bouchon, toutes les voitures à l'arrêt. Une grosse demi heure de perdue. Ça repart, je roule, quand j'arrive à Nendaz, le GPS m'embarque vers une route, ... fermée en hiver... encore 20 bonnes minutes de perdue dans la manoeuvre...

Je reste positif !

Rosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neigeRosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neige
Rosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neigeRosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neigeRosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neige

L'idée du jour est de gravir la Rosablanche depuis Siviez, puis de redescendre vers le lac des Dix, avant de remonter vers le sommet et de revenir sur mes pas. Il ne faut pas trainer...

Je m'équipe et je pars, il est déjà 10 h 40. Siviez, c'est moche, c'est une vilaine station de ski. Il y a des dameuses, des canons à neige et des remontées mécaniques...  Le départ est plat, très plat, je ne me souvenais pas que c'était si plat ! (et oui, j'ai fait le sommet depuis là il y a 9 ans)

J'avance, dans des traces de randonnées, et je me rends comte que 2 randonneurs sont derrière moi à une centaine de mètres , je sens qu'ils vont me rattraper. D'autant plus qu'il faut traverser des ruisseaux non gelés, et que ça me fait perdre un peu de temps.

Quelle est longue cette montée au barrage. Je surveille du coin de l’œil, où en sont mes randonneurs. En fait, je creuse lentement l'écart. Je contrôle aussi ma montre, je finis par me dire que le lac des Dix est peut être un objectif trop ambitieux, je vais me contenter de la cabane de Prafleuri, ça sera déjà pas mal...

Je passe sous la magistrale voute du barage, puis je traverse les tunnels à pied. Dernier virage, voici le haut du barrage, enfin. Petite pause.

 

Rosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neigeRosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neigeRosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neige
Rosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neigeRosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neige

Et je repars, le long du lac aux eaux sombres, c'est toujours plat. Je regarde ma montre, je calcule mentalement le temps qu'il me reste, je dois être  la pension entre 17 et 19 h... Il y a plus d'une heure de route pour y aller...

Bon, je ne descendrai pas à la cabane de Prafleuri, je me contenterai du sommet. Puis descente en direction de la cabane sur 400 - 500 m puis remontée et retour, ça sera déjà pas mal. 

Et j'avance, pour l'instant, il y a une trace de descente, que j'utilise pour éviter de tracer. Je passe à coté d'un cabanon (du barrage) il y a quelques années, avec Louis, on était passé par là à la descente , j'étais arrivé à fond du dessus, et je m'étais retrouvé sur le toit sans le savoir, avant un saut de 2 m 50 de haut (moi qui n'aime pas trop ça) Bon, à la réception, ce fut la chute et l'explosion des fixations dans la neige dure, sans gravité. J'ai juste eu le temps d’alerter Louis afin qu'il ne me suive pas.

Bon, là c'est à la montée, je vois bien la porte de l'obstacle, qu'il faut tout simplement contourner. La suite remonte dans un champ de gros caillou avant de sortir au dessus pour un nouveau faux plat montant.

Je passe à proximité du refuge. Et je refais mon calcul. Trop tard pour la descente coté Prafleuri, je vais me contenter du sommet...

 

Rosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neige

Au dessus, hésitation, les traces partent à gauche, je sors la carte, petit point, il faut tirer à droite dans la petite combe et tracer. Et je trace une combe plutôt raide avant de retrouver un plateau et du plat, encore... du plat, toujours !

Ce coup ci, plus aucune trace, il y a par endroit 40 cm de poudre à tracer. Il faut s'employer. Alors j'avance. Le soleil d'hiver  est au ras des sommets, il n'est pourtant pas si tard que ça ! J'avance pas aussi vite que je le souhaiterai, mais j'avance.

Et je me remémore la conversation que j'ai eu hier avec Benjamin quand je lui ai annoncé que j'allais à la Rosablanche

"Ah d'acc, longuet Rosablanche he he bonne course"

Oiseau de mauvais augure.

C'est hyper long, et hyper plat.

Je trace !

 

Rosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neige
Rosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neigeRosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neige
Rosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neigeRosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neige

Plus loin, très loin mais juste un poil plus haut.

Ca sent le but, ça pu le but !

Je monte sur une croupe.

Derrière un nouveau grand plat. La Rosablanche est vraiment loin, très loin.

Je ne sais pas trop quoi faire.

Je fais une petite vidéo avant de revenir sur mes pas , récupérer l'appareil photo.

Je décide de jeter l'éponge. Si je poursuis, je ne serai pas à la pension avant 20 h 30 ou 21 h. Pas sûr qu'ils m'accueillent encore à cette heure là. D'autant plus que je n'ai pas de frontale, et la nuit sera là dans 2 h ... Dommage.

Point positif : il faudra revenir, et ça, ça me motive !

Rosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neigeRosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neige
Rosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neigeRosablanche - nouveau but timing - trop tard... trop de neige

Restauration court repos et descente; J'enchaine de jolis virages (tout est relatif) dans une jolie poudreuse, attention, il n'y a pas de sous couche ! Erreur interdite, il faut interpréter les bosses blanches en surface.

Je ne m'en sors pas trop mal. J'arrive à filer sur les portions de plat en suivant mes traces et à faire du bon ski dans les trop courtes combes !

Je passe à proximité du refuge. Je m'offre une petite pause pour le découvrir.

Puis je poursuis, le soleil est couché, tout est sombre., je rejoins le lac et au bout du lac, un skieur avec un tout petit chien !!! qu'il porte à la descente de temps en temps !

Je dévale vers le bas ou presque (il faut déchausser dans un tunnel ! ) puis longer la voute du barrage pour une partie de "skiboy" en forêt. Avant de descendre par les pistes sur Siviez. Il fait bientôt nuit, il fait froid, quand je rejoins la voiture.

 

Arrivé à la pension, je reçois un message de l'office du tourisme, ouverture jusqu'au Gentiannes... demain ! Trop tard !

 

Fin de cette première journée de ski de rando de la saison

Nouveau but sur la Rosablanche, et second but de fil après le but sur le Chimborazo... La saison commence mal !

Voir les commentaires

Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m

Publié le par Apoutsiak

Je pensais qu'on allait au sommet

Une légère incompréhension avec le guide et une grosse déception !

 

Vidéo :

Topo

Accès refuge :

On monte en 4x4 au refuge : à plus de 4700 m

De la ville de Cayambe, prendre la route qui part au sud de la ville vers l'Est. Passer à El halto puis à Monjas Halto. Un peu plus haut se trouve la cabane des rangers, passage obligatoire. reste 10 km de mauvaise piste (après 10 km de piste plus que moyenne). Quelques kilomètres plus haut, une mamy va faire en sorte que vous vous acquittiez d'un péage très local. Une pièce et elle laissera passer votre voiture (possibilité de péage également à la descente)

Seuls les 200 derniers mètres de déniv nécessitent le 4X4 en position 4X4, la route étant de mauvaise qualité.

 

Epaule 5400 m(F)

Penser à repérer le départ la veille (de jour) attention, la sente de descente est bien balisée (poteaux blancs) mais doit être galère à remonter dans du sable volcanique

Remonter au dessus du refuge en légère ascendance à gauche pour venir buter sur une barre rocheuse. (panneau). Barre rocheuse que l'on remonte (II III) pour parvenir à un replat. 4800 m. Poursuivre NNE en descendant un peu avant de remonter au mieux vers le glacier (sente)

Remonter le glacier en direction nord nord est. Laisse l'épaule 5200 m à gauche et poursuivre vers la droite, traverser à flanc et revenir sur le col à 5400 m

Sommet

Louvoyer vers l'Est au mieux entre les crevasses et les séracs.  et après un replat, gagner le sommet ( cette dernière partie n'a pas été vérifiée)

Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m

Récit

On descend du Volcan Imbabura, bon, on es allé jusqu'au Primera Cumbre, c'est à dire le premier sommet. Le second était, d'après Miguel, trop loin pour être atteint. Le 4X4 redescend dans la vallée la route bien raide. Puis on sillonne les vallées entre Otavalo et Cayambe. Les glaciers du volcan Cayambe brillent et leurs séracs m'attirent. Pause dans la ville de Cayambe histoire de préparer le pique nique de demain. On reprend la route. La piste est de qualité moyenne, on avance lentement et, au bout de 10 km... je vois un panneau "Refuge 10 km" on n'est pas rendu ! La cabane des rangers est déjà fermée, on poursuit, quand une vieille Mamy se met en travers de la route, au ras du 4x4. Miguel nous explique : "c'est le péage" Il sort une piecette de sa bourse et la Mamy repart dans le bosquet d'où elle avait surgit !

La voie est libre, les pavés sont défonçés par le passage des 4X4. C'est long, mais c'est beau ! On voit de lapins détalés, des cerfs et des biches paitre. Petite pause photo ,le Cayambe brille, c'est beau. Derniers mètres, Miguel met le 4X4 en mode 4X4 et ces mètres sont avalés.

On se gare en face du refuge : 4700 m ... Incroyable pour nous , Européens !

On décharge le matos, on s'installe dans le refuge un peu froid, puis on passe boire du thé et manger du popcorn.

Repas du sort excellent avant d'aller se coucher tôt, demain, on se lève à 3 h

Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m

J'ai bien dormi, passage au petit déjeuner puis équipement, je suis prêt le premier. Dehors, il y a du brouillard à couper au couteau. Anne arrive dans le sas de mauvais poil, elle est la dernière (il n'y a pourtant pas de compétition pour être prêt le premier) Je tente une blague misogyne... erreur (elle était pourtant drôle !) je suis renvoyé dans mes cordes (un vilain uppercut !) , sans le moindre procès.

On quitte le refuge pour entrer dans le brouillard, épais. Les frontales éclairent les fines gouttelettes. On part vers le haut , sur une sente.  Je trace un peu, puis Miguel reprend le leadership pour venir buter sur une barre rocheuse. Il fait quelques pas d'escalade,  Thierry suit, mais il petouille dans une traversée. Sa frontale n'éclaire pas ses pieds. Il finit par traverser. Je suis le dernier, le rocher est humide, mais ça passe. Au dessus, c'est plus facile. On fait une petite pause juste avant 4000 m. Brouillard épais, toujours.

Petit plat, petite descente. Au loin sur le glacier, on voit les cordées parties vers minuit.

On avance bien dans des coulées de lave gelée.  Le glacier est déjà là.

ascension cayambeascension cayambe
ascension cayambeascension cayambeascension cayambe
ascension cayambeascension cayambeascension cayambe

ascension cayambe

Sortie des crampons, des piolets, de la corde. L'ordre de la cordée est assez logique (selon moi) : Miguel, Thierry, Anne puis ma pomme.

Et c'est parti, sur un glacier peu raide et au départ assez en glace. Nous progressons tranquillement, Miguel nous fait le rythme, lent, comme d'hab. La nuit est noire, et une couverture nuageuse dense  nous empêche de voir les étoiles. On progresse. Toutes les 15 minutes, Miguel fait des pauses, courbé sur ses bâtons. On a du mal à comprendre pourquoi, on aurait bien continué au même rythme sans s'arrêter. Il nous explique que c'est pour note acclimatation. Bon, ben on n'en sent pas vraiment le besoin. Nous on aime marcher sans s'arrêter (même si c'est lentement ! )

Et hop on repart, à un petit rythme, mais on avance bien. Je repère le point 5200 m (il était prévu de monter entre 5200 et 5400 m)  Mais je commence à espérer pourvoir aller au sommet. J'en fait part à Anne qui a des doutes; Je vois que les cordées au dessus de nous me semblent proche. Il suffit de passer en mode "boost" et en 2 h on les rattrape.

Le ciel reste gris et bas. Il commence à faire jour, ambiance un peu lugubre.  Miguel fait des pauses mais continue de monter. Je le sens bien ce sommet.  Et on avance, on passe à flanc vers 5300 m puis nouvelle montée vers une épaule.

Je vois les cordées au dessus, la dernière est à moins d'une heure. Ça devrait le faire.

L'épaule approche, le vent est là, il fait froid.

Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m

Bon, j'ai l'impression qu'on a passé le point de non retour, et je suis en mode "Summit", ne reste que 300 gros mètres. 1 h 30 peut être 2 max pour atteindre le sommet.

Pause sur l'épaule,  Miguel nous propose de faire une photo.

On s’exécute, puis il nous annonce qu'on redescend.

Quoi ? Ben non, on peut pas redescendre on est trop prêt du sommet.

Bon, alors je tente une négociation serrée. Du genre :  on est en forme, on a le niveau, et jamais nous on ne serait redescendu.

Mais Miguel est intransigeant, il nous faudrait deux guides pour aller au sommet, tout seul, il ne peut pas.

Je propose de payer une décharge, de payer pour les derniers mètres. Mais Miguel reste sur sa position.

Anne et Thierry sont restés à l'écart, le me laissant les opérations de négociation.

Bon ben échec pour moi et ÉNORME déception, je me voyais déjà au sommet à 5700 m, Miguel m’annonce qu'il reste  au moins  2 h 30 pour aller au sommet. (Il aurait fallu lui dire il y a 2 jours afin qu'il y ai un second guide)

On prend le chemin du retour. La looosse complète. J'avoue, vu que je suis devant, je mène un rythme d'enfer, et je ne me suis pas retourné. J'ai rarement été autant énervé , sentir le goût du sommet, sans pouvoir aller le cueillir.  On aurait été sans guide, on y serait allé ! la loose !

Cayambe volcanCayambe volcan
Cayambe volcanCayambe volcan
Cayambe volcanCayambe volcan

Cayambe volcan

Bref, descente à fond, en 20 minutes on est au pied du glacier. On se décorde et on file vers le bas. A peine a t'on envie de faire les photos du magnifique glacier. On décide de descendre vers le lac vert (laguna verde);

Miguel, qui sent la tension , décide de rester sur la trace de descente.

Au lac, on se retrouve sur une terre glaiseuse craquelée. Je décide de me faire une pause sur des rochers histoire de méditer et de relativiser.

La pause me fait du bien, on papote et on grignote un peu. Au dessus, Miguel fait également une pause. On remonte jusqu'à lui.  Un petit plat et on attaque à nouveau la descente, dans le sable volcanique. En deux temps 3 mouvements on est au refuge.

On remonte ranger le souk qu'on  a laissé dans le dortoir. Miguel vient me voir pour me préciser que ce qu'on a fait c'est ce qui était prévu dans le programme. Je lui explique qu'on aurait du prendre un second guide, et qu'il n'est en rien responsable.

On ne traine pas, je ne veux pas voir les cordées descendre du sommet.

Et zou, on charge le 4X4. Au loin on voit les vainqueurs du jour en passe de rentrer au refuge.

Le 4X4 file pour la longue descente jusqu'à Cayambé.

Cayambé - descente et lac vert laguna verdeCayambé - descente et lac vert laguna verdeCayambé - descente et lac vert laguna verde
Cayambé - descente et lac vert laguna verdeCayambé - descente et lac vert laguna verdeCayambé - descente et lac vert laguna verde
Cayambé - descente et lac vert laguna verdeCayambé - descente et lac vert laguna verde
Cayambé - descente et lac vert laguna verdeCayambé - descente et lac vert laguna verde

Cayambé - descente et lac vert laguna verde

Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m
Alpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 mAlpinisme : Epaule du Volcan Cayambe - 5400 m

On attaque la longue route pour rejoindre le pied du Cotopaxi ... avec pause  obligatoire sur la ligne de l'Equateur.

 

Pour le Cayambé, faudra malheureusement revenir (ce qui reste compliqué, l'Equateur, c'est loin ! )

même les Alapagas se moquent de notre infortune ! - Eqauteur ! même les Alapagas se moquent de notre infortune ! - Eqauteur ! même les Alapagas se moquent de notre infortune ! - Eqauteur !
même les Alapagas se moquent de notre infortune ! - Eqauteur ! même les Alapagas se moquent de notre infortune ! - Eqauteur ! même les Alapagas se moquent de notre infortune ! - Eqauteur !
même les Alapagas se moquent de notre infortune ! - Eqauteur ! même les Alapagas se moquent de notre infortune ! - Eqauteur ! même les Alapagas se moquent de notre infortune ! - Eqauteur !

même les Alapagas se moquent de notre infortune ! - Eqauteur !

Voir les commentaires

Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose

Publié le par Apoutsiak

Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose

Et c'est rien de le dire...

 

A vous de lire l'article... wink

 

Vidéo

Topo

Metailler

se garer à Pralong : 1608 m

longer la route et remonter le sentier pédestre, remonter le mayentsets (avalancheux +++ pour info)  et gagner le point 2135 m CNS

Prendre alors plein sud dans le peit canyon  et rejoindre les chalets d'Allève Remonter la combe jusqu'à un collet vers 2600 m et remonter la grande pente au nord ouest. Elle débouche sur un petit canyon

De là gagner le Metailler , je me suis contenté de l'antécîme de la pointe 3147 m au sud

 

Rosablanche

même topo jusqu'aux chalets d'Allève 2214 m

prendre alors plein sud (expo aux avalanches et basculer dans la combe de Prafleuri (descente potentiellement merdique) Remonter cette combe et gagner la cabane de Prafleuri 2662 m Partir au Nord ouest et rejoindre le point 2909 m avant de tourner Sud ouest pour gagner le glacier de prafleuri, le remonter (sud) et gagner le sommet de la Rosablanche 3275 m (3 pas d'escalade à la fin)

 

Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose

Récit

Tout débute parfaitement pour cette sortie, je fais la route la veille, pour rejoindre Pralong, la route au dessus du village est fermée. Je décide de revenir sur mes pas pour trouver un emplacement tranquille pour dormir. Je me gare en bord de route, celle ci est peu passante, le village a l'air presque mort. Il est 11 h 15 quand je me couche dans mon précieux véhicule.

 

Le lendemain , 6 h , 3°C, petit déjeuner vite avalé, je me prépare, je range la voiture, et c'est parti. Portage obligatoire en ce milieu du mois de neige, la neige semble loin. Je remonte la route et je trouve le sentier qui part à droite. Je commence à remonter le sentier, le rythme est bon. De toute façon, le sommet n'est pas très difficile.  Au dessus, je trouve la neige, , je finis par chausser, trop tôt, donc déchausser, porter et rechausser plus loin. Tout se passe bien, il y a une trace !

 Je regarde, impressionné les vieilles traces d'avalanche, il ne doit pas faire bon trainer ses guêtres ici en début de saison...

Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose

Je poursuis dans un joli canyon, légère descente, devant moi, la belle face Nord de Vouasson, gravie il y a longtemps ... Le barrage des Dix, ferme la vallée, je rejoins le pied des chalets d'allève.  Je papillonne dans la trace, à gauche, une trace part en direction du barrage, bien expo, la combe de prafleuri s'offre à moi, bien tracée. Et je la remonte, à ma façon, c'est à dire pas aussi raide que mes prédécesseurs, ces bourrins Helvetes incapables de faire une trace Normale !!!

Je remonte tranquillement ma combe et j'arrive à l'altitude 2600 m...

Le refuge devrait ne plus être loin, je le cherche du coin de l'oeil. Je ne vois rien. Il peut être caché au dessus. J'y ai prévu ma pause. Ca fait un col, puis une petite pente raide, je devrais voir le refuge du dessus...  Je remonte la pente raide. Wooom ! Ouh là je n'aime pas ça, il ya une plaque. Avertissement sans frais. La pente n'est pas large, mais je n'ai pas envie de la tester, je la remonte  droite, où ça me parait safe... Bon, j'avoue que c'est un peu à l'instinct, mais je sais que c'est comme ça que les accidents arrivent !

Au dessus, pas de trace du refuge, l'altimètre indique que je suis un peu au dessus. Je redescends quelques mètres. Rien. je consulte le GPS, la trace serait à 2 km dans le mauvais sens. Aurais je mal paramétré ma trace ? Je ne comprends rien. Je fouille l'endroit. Et si le refuge avait brûlé ? Ca arrive régulièrement, le Mittlealetschbiwak a bien été dévoré par les flamme cette année (on devait d'ailleurs y aller avec Ovidiu dans notre premier projet de cette semaine ...)

Je cherche mais je ne trouve rien. Pas grave, je sais que je dois prendre au Nord Ouest, en plus il ya la trace.  Merdique, elle passe dans les rochers, je déchausse, je rechausse, je me retrouve dans une pente expo... Je déchausse et redescends à pied dans la combe, je serai mieux.

La pente est raide, je trace, je retrouve une vieille trace et je m'en inspire... Ca devient plus raide, c'est bizarre, sur la carte ça semblait presque plat... Je poursuis, je tire un peu plus à gauche... Woooom ! Deuxième avertissement. Je repars à droite et reste sur la droite de la combe, un peu moins raide, pourtant, je sais que si la plaque part, elle a ses limites propres...

Haut de la combe, je retrouve un petit canyon, sympa et accueillant.

Je le remonte et parviens à un collet. C'est marrant, le glacier me paraissait plus grand sur la carte. Je la ressors pour la 10ème fois de ma poche. Je ne comprends rien ! mais rien du tout ! Je sors mon smartphone et enclenche l’appli swissgeomap (j'ai de la chance, il y a du réseau) Je clique sur le point de géolocalisation... Suspence, la carte charge, le point s'affiche, et je vois Metailler indiqué.... Non, je me suis completement planté, qu'est ce que je fais là ? Mon cerveau bugge complètement.  Je resors ma carte pour essayer de comprendre, je me suis trompé dès les chalets d'Allève, bien plus bas, pensant être déjà dans la Combe de Prafleuri. Le looser, qui se fait passé pour un expert en orientation ! Je comrpends mieux le GPS qui me disait que j'étais loin !

Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose

Je réfléchis à présent aux possibilités qui s'offrent à moi : monter sur le Metailler est impossible, les pentes raides du sommet sont trop chargées. Par contre l'antécîme est possible, et de toutte façon, revenir en arrière corriger l'erreur prendrait trop de temps. Le soleil chauffe !

Je repars vers le haut, toujours tracé, (vers l'antécîme) tout se passe bien jusqu'à celle ci, au loin la Rosablanche me nargue, elle est au moins à 2 km à vol d'Oiseau, comment peut on se planter comme ça, incroyable ! Je fais une pause à l'antécîme, je sors mon casque, et je grignote un peu...

vient le temps de repartir, mon casque a disparu, et merde, bon avec un peu de chance, il a du glisser dans la combe et je devrais le retrouver (ce qui est logique compte tenu de son emplacement). Je chausse e tje contourne la portion méga raide pour revenir à la verticale de ma pause... RIEN ! La loose 2 ! rien, je scrute, mais iln'y a rien, Un Sirocco de Petzl , méga light ! les 180 grammes auront été emportés par le vent. C'est quand même la loose, et je n'ai rien vu partir !

Je repars vers le ba, la neige est bonne, légèrement transfo, petit canyon puis grande combe, j'avale la pente. Je me retrouve au petit collet (près de ce qui aurait du être la cabane de Prafleuri ....  pour une pause grignotage. La suite est facile, me faire la combe, remonter les quelques mètres puis slier dans un couloir en neige soupe pour éviter de porter !

2100 m je déchausse, trop tôt, je dois marcher dans de la neige soupe en m'enfonçant plus que jusqu'aux cuisses pendant 10 minutes ! Ensuite, ça déroule sur le sentier. Je rejoins Pralong où deux vieux sont surpris de me croiser avec mes skis. Je rejoins alors ma puissante berline de marque Française. Ouf. Pique nique

 

Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose

Je range mon matos et je me mets au volant, mais elle déconne dur. La loose 3 !!! Elle ne démarre pas et m'affiche des messages d'erreur sur le tableau de bord. C'est vraiment la journée de la loose ! Bon il me faut trouver des pinces dans ce village qui semble désert. En face de la voiture, je vois deux anciens qui ramassent des cailloux dans la rivière. Je file leur demander de l'aide. Bingo , ils habitent là et le type  des pinces. J'ai de la chance dans ma malchance. Et zou, en deux temps trois mouvement, ma voiture démarre. par contre je ne sais pas pourquoi elle ne voulait pas démarrer.

Je décide de descendre à Sion trouver un garage et des explications. Garage Citroën, un jeune fort sympathique  me dit que ma batterie est "pleine charge" et me conseil d'aller passer un "coup de valise" au garage Renault à 10 km d'ici... Vu que je compte remonter au fin fond du Turtmanntall, je décide d'assurer le coup et je file au garage Renault. Là aussi un garagiste fort sympathique, comme chez Citroën, il s'amise à démarrer plusieurs fois la voiture, qui démarre comme une fleur (je ne sais pas si l'expression existe)!  Par contre je comprends que la valise n'est pas disponible et que ça le saoule de l'amener. Il me dit que ça devrait aller et de me garer en descente ....

Bien ,je repars donc vers de nouvelles aventures, et je pars vers Sierre puis la petite route peu large du Turtmantall, qui est fermée... à 8 km de Gruben ! Que faire, passer la barrière et risquer de se faire coincer sans batterie en fond de vallée (la dépanneuse ne montera sans doute pas en cas de problème) Je décide de jouer la prudence, même si c'est la loose 4. Je file vers Arolla et la pointe de Vouasson, classique mais efficace.

Et zou, retour en arrière pour me retrouver pas très loin de mon premier parking. Beaucoup de temps perdu alors que je comptais glandouiller l'après midi !

Je me gare non loin de Satarma, près de la rivière, je débranche tous les appareils électriques de la voiture pour assurer le coup, je dine d'un plat dégueulasse je bouquine avant de me coucher.

 

Demain, réveil 6 h

 

Vais je encore me tromper d'itinéraire, la voiture va t'elle démarrer, vous le saurez en lisant la journée de demain ? Peut être pour al journée de la loose 2 !

 

Voir les commentaires

Ski de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 m

Publié le par Apoutsiak

La face Nord  Grande Cimarella fait partie des voies de ma "Todoliste"

Mon rêve

Elle a été gravie il y a 5 jours et serait en bonne condition, alors GO !!!

 

Vidéo :

Topo

Refuge des Evettes :

Depuis l'Ecot, remonter au mieux le chemin d'été, et  gagner par le col des Evettes (2561 m), le refuge du même nom 2590 m.

Face Nord de la Grande Ciamarella

Depuis le refuge des Evettes

Descendre à flanc à droite du cirque (ouest) et gagner le plan des Evettes (plat !) le poursuivre jusqu'au glacier des Evettes que l'on remonte en rive droite puis suivre la direction du col Tonini (3327m) la pente est plus raide sur le haut, corniche possible.

Traverser vers le pied de la face nord que l'on remonte au mieux (non parcourue) à prioiri, 50 55°, en condition en juin

La Pointe Tonini est accessible en 10 minutes à ski puis à pied depuis le col Tonini

Retour depuis la Ciamarella

N'étant pas un maître en ski de pente raide ,je comptais redescendre vers le refuge Gastaldi (Sud) avant de remonter au passage Collerin puis redescendre vers la vallée d'Averolle via le refuge d'Averolle.

Ski de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 mSki de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 mSki de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 m

Pas de pote disponible, et pas envie d'emmener un inconnu dans un plan qui pourrait être galère, je pars donc seul vers la vallée de la Maurienne où j'ai passé pas mal de vacances dans ma jeunesse. J'arrive donc à l'Ecot en fin d'après midi, oui, ma petite femme a voulu que nous fassions un petit footing ensemble ce matin, je ne suis pas en avance...

Je me charge pour 3 jours avec les skis sur le dos, et c'est parti pour la montée aux Evettes.

D'abord le sentier, parsemé de ruisseaux qui coulent, car il fait chaud puis quelques névés, le sentier n'est plus accessible, je grimpe au mieux. Je croise mes derniers randonneurs (les derniers avant 3 jours !) et je rejoins le col, enneigé, sans les skis, de peur de mouiller les peaux, ça m'évitera une galère demain...

Voilà le refuge, je bouffe, je profite du paysage de ce cirque des Evettes toujours  magnifique et je me couche... à 7 h 30 (je crois que c'est mon record !)

 

Ski de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 m
Ski de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 m
Ski de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 mSki de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 m
Ski de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 mSki de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 m

Réveil à 3 h 30, départ à 4 h 12, j'ai pris tout le matos pour faire la traversée. L'idée est de faire la face nord de la Grande Ciamarella aujourd'hui avant de filer vers le Grand Paradis, pour la face nord de celui ci ensuite... (elles sont en condition, les retours d'internet semble parfait)

Je pars donc confiant, même si le ciel est gris. Bon à 3 h du mat, tu ne sais jamais bien à quoi t'en tenir, tu vois qu'il y a des nuages, mais impossible des les distinguer, est ce le gentil petit cumulus ou le sombre nuage d'orage ?  Impossible à dire...

Le début se fait dans une neige pleine de trous (sans doute liés à la pluie) Bien désagréable, mais la descente est courte et rapide, il faut déjà remettre les peaux pour le long plat.

Oui, il est long, ce plat qui permet de rejoindre le pied du glacier des Evettes. Je finis par retrouver une vielle trace et atteindre le glacier. Je mets les couteaux par sécurité, la pente devient raide  et la neige est dure par endroit.

Je me fais une belle trace dans la partie raide, les conversions s'enchaînent, le ciel s'éclaircit. Il y a des nuages, pas mal de nuages. Je reste optimiste...

Après un replat, la trace passe dans les coulées d'avalanche de la petite Ciamarella, il y a des traces de pas, le regel est mauvais, je parviens à enfoncer mon bâton dans celle ci. Mauvais présage. Des Corbeaux noirs planent à proximité, pas bon, ne manquerait plus qu'un chat noir et une échelle, mon sort serait joué !

Ski de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 mSki de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 m

Je remonte au mieux les pentes du Col Tonini, louvoyant dans les coulées d'avalanche.

la pente se redresse. Je quitte les skis et les mets sur le sac je rejoins le col après un dernier mètre un peu raide. Le ciel est bouché. Mais je poursuis et rejoins le pied de la face à ski.

Vu les conditions, je change de plan, je vais gravir la face Nord en aller retour, 2 grosses heures pour monter, 1 h 30 pour descendre. Je vais pouvoir laisser les skis et tout le matos en bas et aller ainsi plus vite.

Les nuages sont là, 100 à 200 m au dessus de moi. Je débute ma montée, rejoins la rimaye, qui est bouchée par une coulée d'avalanche, fastoche. ça se poursuit au dessus, 50° environ. Après 50 m je fais une première pause. Hésitation, mes pieds s'enfoncent profondément, je ne vois pas grand chose au dessus... Je creuse pour étudier la nivologie du jour, c'est vite vu, de la flotte, de la flotte et encore de la flotte... Zero regel nocturne et une neige imbibée d'eau. Je réfléchis, mais je poursuis, 30 m de plus. Je m'arrête. Et là, je me dis ,"quand tous les voyants sont au rouge, c'est qu'il est temps de redescendre ! " Et je repars dans l'autre sens., la descente est rapide, il faudra un jour relire les études sur la prise de décision.

Je pars vers l'Est pour voir la base de la face par curiosité et voir s'il y avait d'autres accès.

 

Ski de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 mSki de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 mSki de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 m

Puis je reviens sur mes pas. Je vais aller rejoindre la pointe Tonini  avant de renter au refuge des Evettes

Col Tonini atteint en 5 minutes, il gresilotte, le temps tourne. Je remonte les pentes tranquille de la pointe Tonini

Une norme bang retentit , l'orage. La vache, ça fait peur. Je poursuis vers le sommet qui est à 5 minutes, il pleut, la visibilité est réduite. Je laisse les skis et le sac pour les derniers mètres, un poil d'escalade facile voilà le sommet. Je ne m'éternise pas. Il pleut à torrent. Le retour va être pénible. Je redescends aux skis puis au col. Quelques mètres raides à pied avant de remettre les skis. La neige est lourde mais ça se skie. Le masque se couvre de gouttes de pluie, il faudra que je pense à inventer les essuie glace à masque !... Toutes les 30 secondes je passe ma main pour évacuer les gouttes et tenter d'y voir mieux.

Un îlot rocher, des traces à droite et à gauche, j'hésite, je suis plutôt engagé à gauche, je décide d'y passer alors que je pense être monté par la droite. Rapidement je me rends compte que c'est le mauvais coté, plus raide et avec des crevasses. Je fais quelques virages, laissant les crevasse aussi loin que je peux. Un poil de stress dans ces conditions difficiles... Je rejins la trace, les derniers virages avant le grand plat. Il va falloir pousser sur les bâtons. Je ne remets pas les peaux, elles sont trempées.

Il pleut des cordes. Je traverse les Plan des Evettes, puis ça remonte, j'essaie de remonter sans peaux, la neige collante et les skis mals fartés permettent de gagner de l'altitude puis je décide de finir à pied les derniers mètres.

Je reviens au refuge, les gouttières dégueulent des litres d'eau, je suis trempé.

 

Ski de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 mSki de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 m

L'objectif va être d'allumer le poêle,

Précision et petite aparté

Pour l’aparté, quand je suis arrivé hier au refuge des Evettes, il n'y avait pas de PQ dans les toilettes et je n’avais pas fait le plein, bref, il me restait deux feuilles. Mais, par chance, j'avais trouvé du papier journal pour le feu, papier journal que j'ai dédié à l'essuyage de mon postérieur (une feuille pour 3 jours , c'est peu mais ça devrait le faire). C'est beaucoup moins confortable, beaucoup moins efficace, mais c'est tout ce que j'ai !

Et le dilemme, c'est soit, garder mon papier comme PQ pour demain, soit l'utiliser pour allumer le feu

Et, j'ai trouvé la solution. La meilleur pour mon confort intime : je garde le papier pour mon arrière train et j'essaie d'allumer le feu avec mon Butagaz.

Et zou, me voilà dehors, bûches en main, tentant de faire bruler le bois humide.

Je guerroie de longues minutes.

Des que ça prend, je file au poêle

Ça ne part pas.

Je fais de nombreuses tentatives.

je ne suis pas bien doué doué....

Je désespère.

Je déprime.

Je fins par penser au suicide...

Dans tous les cas impossible de repartir demain vers le haut, sans avoir sécher tout mon matos, mes fringues, mes peaux...

Je finis par aller lire sur mon lit, congelé, de son coté, le feu finit par prendre, un peu tout seul.

Yeeeeeeeeeessssss !

Et zou, tout passe en mode séchage, et c'est la vie qui reprend.

Je vais enfin pouvoir faire des projets pour demain !

 

Le soleil revient, je me fais une petite sortie pour téléphoner, oui, il n'y a pas de reseau...

 

 

Ski de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 mSki de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 m
Ski de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 m
Ski de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 mSki de randonnée : But à la Face nord de la grande Ciamarella - Pointe Tonini - 3327 m

Voir les commentaires

Ski de randonnée - But au Mont Vélan - couloir Hannibal

Publié le par Apoutsiak

3 grosses journées de montagne en préambule... montée au refuge des Conscrits avec Yves le premier jour. Puis Dômes de Miage "à l'envers" en raison de conditions météo déplorables le matin. Descente vers 15 h et remontée au bivouac de la Maye sous le Dolent dans la foulée départ 20 h arrivée au bivouac 22 h 15.... !!!

Le 3ème jour , Arête Gallet avec Mathieu, et descente à la voiture.

 

J'opère une petite sieste puis je me cherche un logement sur booking.com, l'objectif, être sur la route du Grand Saint Bernard pour gagner du temps demain matin. Pas mal de gîtes sont fermés. Je trouve un logement à Finhaut. je branche le GPS, et là hoops, c'est marrant, ça ne me mène pas où je croyais... Je me rends compte que j'ai confondu Finhaut et Fionnay ! La loose, je vais perdre 40 minutes aller... et retour !

tant pis, c'est fait.

J'opère donc la traversée qui m'amène à Finhaut. Je récupère les clefs de ma chambre. Je bouquine, je me fais une bonne salade valaisanne au repas avant de partir me coucher. Réveil 5 h.

 

Ski de randonnée - But au Mont Vélan - couloir HannibalSki de randonnée - But au Mont Vélan - couloir HannibalSki de randonnée - But au Mont Vélan - couloir Hannibal

Petit dej dans la chambre, jus de fruit et gâteaux. C'est parti. Je redescends à Martigny avant de remonter à Bourg Saint Bernard. Une heure plus tard je suis sur place. Pas mal de nuages sur les sommets, comme les autres jours... Tout ça vient d'Italie, comme d'hab ! Je mets les skis et je pars. Au dessus je vois un gars tout seul puis 2 personnes presque au niveau du glacier, cool, ils vont me faire la trace !

Je remonte la station désaffectée. Les pylônes rouillés, stigmate d'une époque qui sera bientôt révolue. J'ai un bon rythme et je vais aborder le passage raide. Le gars tout seul a mi les skis sur le sac pour monter sur une portion sans neige.

La trace, une fois n'est pas coutume est parfaite et je monte relativement facilement. Il ne faut pas tomber mais ça passe ! Je suis tout fier de remonter cette portion raide sans trop stresser. Forcement je vais plus vite que le gars à pied. Il remet les skis et je finis par le rattraper. Cet un ancien, on discute deux minutes. Il est en balade. Puré moi, j'ai une montagne à gravir alors j'abrège un peu la discussion alors que j'ai un peu l'impression qu'il comptait taper la discute plus longtemps. Suis pas très poli !

Oui parce que les voyants ne sont plus au vert ! la cordée de 2 est parti dans un petit couloir à gauche (Dent de Proz) , donc je vais devoir tracer. Et les nuages s'accumulent, menaçants sur le glacier de Proz sur lequel je me trouve.

Ski de randonnée - But au Mont Vélan - couloir HannibalSki de randonnée - But au Mont Vélan - couloir HannibalSki de randonnée - But au Mont Vélan - couloir Hannibal

Et je pénètre dans la purée de poix, un brouillard à couper au couteau. J'avance, dès que ça se lève un peu, je repère le pied du couloir. Je branche le téléphone sur la carte et le point GPS pour vérifier ma position. C'est pas gagné !

altitude 3000 m. Un peu en dessous du pied du couloir. Dans une coulée d'avalanche, je fais une pause. Je ne m'engage pas dans un couloir comme ça sans visibilité, d'autant plus que j'ai prévu de descendre de l'autre coté, avec son parcours peu évident, louvoyant entre les crevasses et les couloirs à trouver...

Je décide de laisser un quart d'heure au beau temps...

Je téléphone à Sandrine, je m'installe tranquillement, dans ma ouate.

Un quart d'heure plus tard, je signe le bordereau de but. Ça faisait longtemps que je n'avais pas pris un bon petit but.

J'enlève les peaux, et je pars vers le bas. Suivant les quelques traces qui me permettent d'avoir des repères visuels. Je passe sous les nuages, la visibilité redevient correcte.  La pente est raide, elle n'a pas dégelé, mais ça passe. Au pied, il y a 4 personnes qui montent. Je papote avec le premier. Je lui annonce les conditions au dessus. Il a l'air motivé et essaie de me motiver à remonter avec eux ! Je ne dis pas si j'avais descendu 100 m, mais là, j'ai déjà parcouru 500 m de descente et ma décision est prise ! Je les laisse à leur objectif ! Je descends la piste de ski et rejoins ma voiture et l'ancien ! On a enfin le temps de discuter un peu.

Le soleil pointe le bout de son nez. Peut être que ça passait. Trop tard, j'ai pris ma décision ! Et dire que les 4 vont peut être réussir à passer. Il faudra revenir !

Fin d'un gros WE de ski avec un joli but.

Ski de randonnée - But au Mont Vélan - couloir HannibalSki de randonnée - But au Mont Vélan - couloir HannibalSki de randonnée - But au Mont Vélan - couloir Hannibal

Voir les commentaires

Ski de randonnnée : Giglistock 2900

Publié le par Apoutsiak

Une sortie ou j'ai failli renoncer à de nombreuses reprises.

Mais  comme je suis un peu têtu et que mon envie d'aller voir un peu plus loin est plus forte que mon envie de rebrousser chemin, je suis parvenu au sommet.

 

Vidéo :

Topo :

Aller à Gadmen, Gadmen se situe sur la route du Sustenpass après interlaken et remonter jusqu'au virage de Saageli - 1357 m (places de parking à l'intérieur du virage)

Emprunter le sentier en face , il ramène à la rivière.Steinwasser.

Rester sur la rive droite et traveverser le tunnel (j'ai traversé) et remonter au mieux le vallon (il faut passer assez vite en rive gauche, nombreuses coulées d'avalanche) Remonter au delà de Wyssemad. De là on commence à monter au Sud en suivant le sentier sur la carte. Direcction Lischen 1811 m puis le Giglibach. Remonter au mieux les pentes en direction du collet à l'ouest du Brunnenstock (2763 m) la fin est à 50° sur 20 m

Basculer versant Sud et remonter les pentes qui amènent au sommet du Giglstock : 2920 m.

Récit :

 

Pas de partenaire en ce premier jour de sortie au Sustenhorn (j'ai rendez vous le lendemain avec René de C2C) Bref, je pars tout seul (je sais, c'est mal) tôt le matin, dans ma petite voiture en direction du Sustenpass. Le temps est beau. J'arrive à Gadmen vers 9 h 30.

 

Je prépare mon sac, et là, c'est le drâme ! Mon GPS indique fièrement : batterie 12% ! Et moi, sans GPS, je ne joue plus. Mon sang ne fait qu'un tour. J'ai opportunément emmené un chargeur. Je vais lentement faire mon sac pendant que ça charge, avec un peu de chance, ça doit passer.

Donc je fais lentement mon sac, surveillant du coin de l’œil que pépère GPS augmente sa charge. Au bout d'une demi heure, j'ai pris mon temps, il indique 37 %, ça devrait suffir, au moins pour la montée.

Et je pars, à ski, à plat puis en légère descente, passer sous un tronc d'arbre. Je parviens au lit du torrent, traversée sur un barrage. Ce que je ne sais pas, c'est que rive droite il y avait un petit tunnel qui m'aurait évité des surprises...

Ski de randonnnée : Giglistock 2900Ski de randonnnée : Giglistock 2900
Ski de randonnnée : Giglistock 2900Ski de randonnnée : Giglistock 2900

Je repars donc en rive droite, sur une trace raide et complètement regelée. Je finis par enlever mes skis, pas envie de me retrouver dans le petit lac, juste en contrebas de cette pente bien raide. Ça doit être ça , une pente expo !  Je rechausse les skis au dessus, par pour longtemps. Une petite falaise me coupe le chemin. De nouveau j'enlève les skis, pour descendre une 20 aine de mètres dans un pierrier infâme et dans les vernes.

Le parcours a l'air plus facile ensuite, ça doit passer à ski, mais en 20 minutes, je n'ai pas beaucoup avancé... Je poursuis donc, c'est un peu plus facile mais il faut tout de même remonter les énormes coulées d'avalanches de cette année 2018. Et c'est pas toujours facile à remonter une avalanche, il y a des gros blocs de neige, des murs de neige, je galère, sans rythme... mais je remonte le vallon. Le GPS m'indique qu'il est temps de remonter vers le sommet et de quitter le lit du ruisseau, enfin ! Je remonte des pentes un peu raides  mais qui passent relativement, suivant parfaitement le GPS. Puis il bifurque dans une forêt coupée de falaises. Je merdouille un peu au départ. Puis je me rends compte que ça devient méga raide ,je vais devoir monter à pied.

Je quitte le skis, les fixe sur le sac et j'entreprends la montée, 3 pas faciles puis la galère commence. Une couche de croute puis en dessous, une neige sans portance, jusqu'aux cuisses ! Il me parait impossible de monter longtemps comme ça. Je redescends en dessous et me pose, tout essoufflé. Que faire, puré si je m'en retourne, c'est la loose, mais remonter plus haut me semble trop physique. Je fais le tour des différentes hypothèses.  Redescendre et remonter au sustenpass pour atteindre le sommet par un autre versant... trop long. Si je revient à la voiture, je trouve qu'il est méga tôt pour buter.  Finalement je décide de forcer un peu le passage, on verra bien au dessus.

Et je suis reparti, pour une galère. les skis dans les branches des sapins, les pieds s'enfonçant sous la croute de neige. Chaque pas est bien galère. Je progresse tout de même. Il y a des passages ou la neige est inconsistante, d'autre où elle est un peu plus dur. Je progresse entre les  barres rocheuses, lentement.

Ski de randonnnée : Giglistock 2900Ski de randonnnée : Giglistock 2900
Ski de randonnnée : Giglistock 2900
Ski de randonnnée : Giglistock 2900Ski de randonnnée : Giglistock 2900Ski de randonnnée : Giglistock 2900

La pente devient plus raide. J'hésite à progresser. Je peux encore faire demi tour. C'est vraiment raide et expo. Le GPS m'indique que je suis au bon endroit, j'ai quand même des doutes. Je regrette de ne pas l'avoir vérifié sur la carte, truc que je fais toujours d'habitude. Au dessus, il semble que la pente s'aplanisse, ça me motive. Et je pars dans cette pente raide, la neige est bien dure à présent. Je progresse, remonte un petit couloir et me retrouve enfin dans des pentes plus cool. J'opère une pause, c'est passé, pas très agréable quand même.

 

Je remets les skis et je repars vers le haut. La première partie m'a bien calmé La suite a l'air plus tranquille, mais je vais devoir faire la trace tout du long, il n'y a que de vagues traces de descente, et je ne sais pas d'où elle vienne ! Je repars à flanc vers la droite. Je suis tout seul dans cet immense endroit.  Je progresse vers le haut; visant une sorte de vallon. La neige y est poudreuse ,"c'est là qu'il faudra prendre à la descente" me dis je.  A la montée, je prends les pentes plus verglacées à droites, pas parfaites mais plus faciles à tracer ! Je rebascule dans le vallon puis remonte la moraine du glacier Taleggigletscher. Le col est bientôt là. Le temps s'est gâté , pleins de nuages, de la neige...  La pente est bien raide sous le col. J'opère une pause. Le GPS a rendu l'âme, ou plutôt sa batterie .  Vais je aller jusqu'au col. Hésitation , je suis bien naze et le col est raide... 2 arguments pour redescendre. Mais je ne connais pas la vue du col. Un argument pour aller voir au dessus. Et , contrairement à ce que les mathématiques me proposent ainsi que mon corps... Je décide d'aller voir au dessus. Je remonte les quelques mètres à 50°, la neige est correcte et je suis vite en haut.  Je me fais une pause. C'est étonnant, neige, il y a du soleil, des nuages et du ciel bleu ! Je grignote, j'appelle ma routeuse météo qui glandouille au Portugal (d’ailleurs ce titre de routeuse météo va bientôt disparaitre à l'heure de la 4G, plus besoin de l'appeler pour savoir où aller !). Je fais une petite vidéo où j'annonce le but (voir vidéo !)

 

Le soleil point

Le sommet parait si proche...

Moins d'une demi heure à vue de nez (toujours s'en méfier)

Je consulte la carte... Il n'est vraiment pas loin.

 

Je décide de descendre chercher mes skis pour aller au sommet.

 

Ski de randonnnée : Giglistock 2900Ski de randonnnée : Giglistock 2900Ski de randonnnée : Giglistock 2900
Ski de randonnnée : Giglistock 2900

Je descends.

Je charge les skis sur le sac...

Je remonte.

Je remets les skis tout en laissant le matos inutile au col. le GPS à nouveau en charge.

Et je file. De ce coté ci, c'est la fournaise. Le soleil tape, je cuit. Au début c'est un faux plat, puis la pente se redresse sous le sommet . Yes. J'ai bien cru ne jamais y arriver à ce sommet. Et pourtant il n'a pas une grande renommée.

Je me décide à faire un tuto enlevage des peaux sans déchausser. Truc que je me suis mis à faire depuis les Lofoten. En gros, c'est la troisième fois, dont une première ratée !

Je branche la caméra, j'enlève la première peaux sans souci. Je me lance pour la seconde. Au  départ, tout va bien, puis la peau se coince... Je tire vainement, le skis en l'air, la pointe coincée dans la neige... Je vais m'effondrer. Impossible de décoller la peau qui  a du gelé sur le skis. Dans un effort herculéen, je parviens à la dégager. YES... "On coupera au montage", en fait, je n'ai rien coupé, j'ai juste accéléré le passage pour ne pas y passer la nuit.

C'est déjà l'heure de redescendre. J'ai l'impression de voir au loin des choucas en train de bouffer mon dépot de matos (et de bouffe !!!....)

Le col est vite atteint dans une neige revenue sympa. Je désescalade le col et rechausse. Point de choucas, ouf !  La poudreuse est assez lourde et tassée, parfois un peu croutée. Je ne fais pas du grand ski, mais je me débrouille. La poudreuse envisagée au milieu du vallon est trop dense. Je me débrouille sur la neige dure revenue. Je bascule vers la droite, et poursuis tout au fond de la combe à l'est (je n'y suis pas passé à la montée mais ça doit être le bon chemin) Je suis des traces de skis, à flanc, c'est techniqiue mais ça passe. Quelques courts passages raides. Puis un passage en croutasse infâme me ramène au fond du vallon qu'il faut redescendre. Le départ se fait très bien puis il faut repasser par les coulées d'avalanches. Je ne me débrouille pas trop mal. Et je repasse les obstacles, la petite remontée de la falaise infâme et la petite descente en glace, toute revenue à présent. Je traverse le lac et je vois un tunnel, je vais y jeter un coup d’œil. Il m'aurait éviter 10 minutes de galère sur le mauvais versant... je remonte vers la voiture, qui, fidèle, m'attend patiemment ! Tout en faisant l'iventaire des moments ou j'ai failli renoncer ! Incroyable que je sois arrivé en haut .

Voir les commentaires

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Publié le par Apoutsiak

Deux sommets peu connus, mais en fait ce sont deux 4000 un peu techniques des alpes (4035 m et 4102 m) . L'idée était de montée au Couvercle puis de gagner le Col Armand Charlet par le couloir du col (un couloir parallèle au Whymper à la Verte. De là, à droite pour l'aiguille du jardin, puis retour au col pour gagner à gauche, la Grande Rocheuse.

Puis ç'aurait été rappel puis Aiguille Verte et retour par le Whymper

ou

descente directe dans le Whymper

ou

descente par le col Armand Charlet le couloir

Mais rien ne s'est passé comme prévu

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Topo

Accès au refuge du Couvercle

Depuis le Montenvers.

Prendre le sentier qui mène aux échelles du Montenvers qu'il faut bien entendu redescendre. Attention au pierrier délité en bas de celles ci.

Remonter la mer de glace et gagner la jonction avec le glacier de Leschaux. Gagner le refuge soit par les échelles des Egralets (pour ceux qui aiment le gaz ils vont être servis) et la morraine du glacier de Talèfre

Soit par la rive gauche du glacier (à droite donc) par la Pierre à Béranger. Rocher pourri et moraine parpinante. C'est la solution choisie en ce 25 mai 2014

Accès aux sommets

Du refuge du Couvercle, gagner le pied du couloir (c'est le même itinéraire que pour gagner le pied du Whymper), il faut suivre la rive droite du glacier en longeant la base du Moine , de la Nonne et de l'évêque. Passer le Whymper, c'est le couloir suivant La Rimaye se situe à 3530 m.

Remonter le couloir jusqu'au col Armand Charlet 3998 m.

A droite sommet de l'aiguille du Jardin avec 5 à 10 m de mixte : 4035 m

A gauche sommet de la Grande Rocheuse en neige.

Descente soit par le Whymper soit par le couloir (attention pour la seconde solution, désescalade)

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Récit

 

Mercredi, mail de Jeff, qui me propose une sortie ce Week-end, voilà une proposition qui ne se refuse pas.

Il me propose une goulotte au Grand Capucin puis un couloir Rebuffat à la Tour Ronde.

Je valide.

Puis mon esprit s'envole vers les 4000, et je repère l'aiguille du Jardin et la Grande Rocheuse qui doivent être en condition (et oui, le Whymper a été fait la semaine dernière et il l'est et le couloir d'accès possède la même orientation)

Jeff me répond qu'il y a trop de neige. (il pensait que je proposais l'arête du Jardin). Alors là, je sors les arguments chocs, les photos de chaque aiguille glanées sur internet pour lui montrer qu'en haut au pire il y a 10 - 15 m de mixte. Et à mon grand étonnement, mes arguments font mouche.

Vendredi, la voiture pleine, direction Chamonix, en faisant étape à la Fully en suite pour me tester sur un kilomètre vertical (que je parcours en une heure environ, loin des 32 minutes du vainqueur de 2013 ...) puis je vais me ruiner au Vieux Campeur, il y a pas mal de matos à changer...

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

7 h 45, Samedi, Jeff est ponctuel comme une horloge astronomique, ça tombe bien, moi aussi, nous filons au Montenvers, et choppons le train de 8 h 30, blindé, (oui, c'est le premier train, rempli d'alpiniste en partance pour la mer de glace et sa fameuse école ( la high school of the ice see) et des hindous qui souhaite voir la mer de glace dans le brouillard (ils vont être servis)

Le train nous dégueulle à 1913 m, et nous nous mettons sur les rails du sentier, direction les échelles. Ça réveille,avec les skis sur le sac, c'est un bonheur. Je repense aux Droites, gravies l'été dernier et ce fameux retour à 20 h 30 jusqu'en bas dans la vallée, ben oui, à 20 h 30, il n'y a plus de train.

Mer de glace, pleine de cailloux. Ben on est pas prêt de skier. Je me demande même si c'est une bonne idée de les avoir emmené...

Finalement, sur un replat, on chausse. Jeff a pris ses skis d'approche, je suis avec mes skis de rando classiques. Au retour, ils vont souffrir...

On traverse un torrent grâce à un rocher-pont, nous voilà sur la rive droite. Tout va bien, j'ai déjà faim ! Après avoir bien insisté je réussi à glaner une modeste pause ravitaillement sur la moraine entre le glacier de Leschaux et la mer de glace. Ouf.

Nous louvoyons dans la morraine pour optimiser le ski et parvenons à remonter le glacier jusqu'au bas du glacier de Talèfre. Il faut déchausser pour gravir des rochers, où rien ne tient ! Quel bonheur. Le Nirvana du skieur alpiniste, un sac hyper lourd (ben oui, y a la bouffe, le matos, la corde de 60 m pour les rappels, deux piolets techniques) les skis sur le sacs, et sous les pieds, Ô joie, de jolies rochers ronds, et aucun d'entre eux ne décide de rester en  place ! Vous ajoutez un bon petit soleil qui vous tape sur le crâne, et vous retrouvez ainsi la bonne ambiance du bas de la moraine de la Pierre à Béranger.

Un peu plus haut, on retrouve la neige, pour gagner du temps on ne met pas les skis. Ca se remonte bien, mais on essaie de rester à l'abrit des chutes de pierre à droite. La pente se redresse, quelques chutes de pierre. L'une d'elle traitresse, feint un rebond à gauche avant de repartir à droite, droit dans mon épaule. "Outch ! " Bon, rien de grâve, la douleur  n'est pas importante, mais je suis pressé de quitter ce passage.

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Voilà le sommet de la moraine, un peu de rochers (toujours un peu instable) et voilà la neige. On peut remettre les skis pour une grande traversée du glacier de Talèfre. Je me retrouve devant, à tracer au mieux entre les bandes sans neige. Quelques déchaussages en rive droite et nous gagnons le refuges du Couvercle dans un dernier raidillon tout en soupe.

Un bon pique nique, une bonne sieste (2 heures ! ben oui la nuit va être courte on a prévu de se lever à minuit et demi). Vient ensuite la corvée d'eau, il faut aller chercher l'eau sous le nouveau refuge. Après avoir un peu cherché, nous trouvons une cascade. Nous remplissons à moitié les bidons du refuge avant de remonter. Deux techniques s’affrontent : moi, le bidon en main en guise de bâton, ça fait une trace bizard et ça tue un peu le dos, Jeff : le bidon accroché au sac à dos en son sommet, le déséquilibrant à tout moment. Bilan, on a bien trempé les peaux qui étaient sèches, mais on a de l'eau pour un régiment, ça devrait suffire pour les 7 personnes au Couvercle ce soir.

Soirée sympathique, repas à 18 h 30 avec deux souris entre les jambes... dont la résidence se situe dans les couchettes du bas de notre petit dortoir, à 19 h 30 nous sommes dans les dortoirs. Dur de s'endormir quand il fait grand jour, que les 5 autres alpinistes discutent dans la pièce à coté, de planche de surf, de voyage en Norvège, de Fjord, d'aurore boréale. Moustiques ou pas. "J'hésite entre ça et la bringue avec des potes dans les pays de l'est !" La Croatie... Bon ça fait toujours rêver.

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Minuit quinze, je contrôle fébrilement l'heure, plus qu'un quart d'heure à dormir. je crois que j'ai tout de même dormi. Minuit trente, j'éteins le réveil après la première sonnerie, je réveille Jeff et jette un coup d’œil fébrile par la fenêtre. On voit des étoiles. Oui, le premier réflexe de l’alpiniste, le matin, c'est de regarder le ciel pour savoir s'il fait beau. On déjeune en silence, à la bougie (oui, l'alpiniste aime le XVIIIème siècle, époque bénie où il n'y avait pas d’électricité, où l'on s'éclairait à la bougie). On échange quelques mots, en silence (notez que ça n'est pas facile !). On s'équipe, et on quitte le refuge aussi silencieusement que possible... La première porte claque et la seconde grince comme celle d'un vieux manoir hanté (désolé pour les autres occupants, mais à 20 h hier soir ils n'ont pas arrêté EUX AUSSI de faire des aller retour, et on a nous aussi profité de ces deux doux bruits.

On décolle, nuit d'encre. Jeff m'indique que sa frontale est faible, c'est assez finement joué de s'en rendre compte le matin d'une course où l'on décolle à 1 h 05 et où le soleil se lève vers 6 heures. Je me cale derrière lui pour l'éclairer et c'est parti. Première pente raide. Jeff a du mal, les chaussures d'alpi dans les skis d'approche sans couteau, c'est pas top ! Tandis que je virevolte derrière. (Ben oui, chaussures de ski, ski de rando et couteaux, LE bon choix technique)

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse
But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Nous progressons, Jeff a l'air de vouloir longer la base de "l'éperon" Moine Nonne Évêque. Le souci c'est qu'il n'y a quasiment aucune trace. Je dois régulièrement mettre ma frontale "plein gaz" pour éclairer la montagne... ou presque. On avance, et je me trouve plutôt en forme car j'arrive à suivre Jeff relativement facilement... à moins que ...

La météo annoncée n'est pas parfaite et nous surveillons du coin de l’œil les nuages qui s'accrochent aux Jorasses ainsi qu'un hypothétique lenticulaire sur le Mont Blanc au loin. Dans le noir, rien n'est net. Jeff passe en mode crampons, il en a marre de se tordre les chevilles. 20 minutes plus tard, une pente raide me fait l'imiter. Il me dit qu'il n'a pas la caisse. C'est vrai qu'il a une sale gueule. M'enfin qui n'aurait pas une sale gueule en se levant à minuit 30 ?

Nous progressons, Jeff annonce le Whymper à notre gauche. On se croirait aux Louvres avec un guide conférencier des monuments de France, "à votre gauche, la Joconde de Léonard de Vinci" Sauf que dix minutes plus tard, je sors le GPS qui m'indique que 1°) on a pas atteint le pied du couloir Whymper et que 2°) on est trop haut. On opère un dépôt des skis, petite pause ravitaillement. Jeff a mal au ventre et à la tête. Qui a dit "alouette" ?

 

Nous poursuivons, toujours encordés, Jeff passe le pied dans une crevasse, je l'imite à mon passage alors que j'avais tenté la technique du gars qui se décale de deux mètres pour pas faire comme son prédécesseur... Rien de grave. La neige n'est pas régulière par moment et nous use quelques peu.

On passe sous le vrai Whymper, on contourne l'énorme éperon qui descend de la Grande Rocheuse et on commence à remonter ce qui nous semble être le couloir Armand Charlet.

C'est vrai que j'arrive à suivre Jeff facilement . Khomeiny serait il vieillissant ? Le Burgener haut savoyard serait il fatigué. La pente se raidi. La cordée s'élève vers la rimaye. Jeff s'affale pour une pause juste en dessous de celle-ci. Elle est béante, comme la gueule d'un cachalot affamé. Ça ne va pas. Jeff a froid, ses jambes tremblotte comme un alpiniste débutant, il a envie de vomir et la le mal de tête persiste.

Au dessus une énorme rimaye et un micro pont de neige me font comprendre que c'est le point de non retour. 500 mètres de couloir entre 45 et 55° nous attende si nous poursuivons.

J'essaie de réchauffer Jeff qui n'y  parvient pas . Je lui file un anti inflammatoire (automédication quand tu nous tient) Nous décidons qu'il est plus prudent de rebrousser chemin. Je suis hyper déçu, mais je sais que c'est la bonne décision. (J'enrage quand même car ça sentait bon le hold-up du week-end)

 

Ô Rage Ô désespoir...

 

 

3531 m 4 h du mat'

Nous rebroussons chemin, pour rejoindre les skis, au GPS, dans la nuit noir, on ne voit pas à 50 m même avec la frontale.

Puis c'est le skis, sur de la neige béton. Le bruit que font les skis sur la surface est insupportable, faudra que je pense à monter un casque antibruit la prochaine fois. Heureusement, ça se ski bien, mais ça durci les cuisses. On décide de descendre directement sans passer par le refuge. En jouant judicieusement on arrive à traverser de l'autre coté du glacier de Talèfre (quand je dis judicieusement , c'est relatif, il faut quand même pas mal pousser sur les bâtons mais ça aurait pu être pire...)

Descente, skis sur le sac, sur la moraine, avec les crampons sur le névé central puis sur les Rolling stones... Là, c'était pas la même musique... Mais je ne suis pas tombé. On se retrouve sur le plat du glacier de Leschaux. On file vers la jonction avec la mer de glace. On fait une pause sur la moraine. puis c'est ski sur glacier au programme avec pleins de petites pierre pour bien n.... (CENSURE) les skis. Mais bon j'avais pas envie de marcher. On essaie de trouver le meilleur passage à ski au milieu de ces cailloux. On fini par déchausser à porter des échelles. Je remonte les échelles, suant comme un boeuf et pensant à mes grands parents qui avaient le glacier au ras du Montenvers (ou presque), en plus, habilement, j'ai décidé de garder la Goretex, pour bien mariner dans mon jus. On pique un judicieux sprint pour avoir le premier train de 8 h 30... qui ne part ... qu'à 9 heures ! La pause au Montenvers passera vite. Premier train à la descente, seuls occupants. Nous dormons. A 9 h 30 nous sommes dans Cham. Il fait beau et ça m'énerve.

On a tout de même passé un bon moment, et ç'aurait pu être un hold up dont j'aurais été fier... CA n'est que partie remise.

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse
But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse
But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>