Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #alpinisme tag

Ski de Randonnée : Pigne de la Lé 3339 m - Pointe de Bricola 3658 m

Publié le par Apoutsiak

Ski de Randonnée : Pigne de la Lé 3339 m - Pointe de Bricola 3658 m

Le Pigne de la Lé est à mon avis l'un des plus beau belvédère des alpes !!!

 

Topo

 

Montée à la cabane de Moiry depuis la Forclaz (les Haudères – val d'Herens)

 

De la Forclaz 1727 m remontéer le sentier qui rejoint les « pioches » que l'on suit jusqu'au hameau du Tsaté. Rejoindre alors le Liapey d'Enfer puis le col du Tsaté

J'ai fait un passage vers la pointe du Bandon 3064 m que l'on rejoint par un couloir raide (45°) puis une arête cornichée qui devient mixte sur la fin (pour mémoire je me suis arrêté 20 m sous le sommet avant le mixte)

Du col du Tsaté basculer versant Est jusqu'au lac de la Bayenna et gagner le versant ouest de la moraine gauche du glacier Moiry. Remonter dans ce vallon jusqu'au point 2687 m puis redescendre sur le glacier. Attention à se placer ni trop près des séracs en amont, ni trop près des crevasses en aval...

Traverser le glacier et rejoindre les pentes raides à droite de la cabane puis par une traversée Expo rejoindre celle ci – cabane de Moiry 2825 m

 

Pigne de la Lé 3396 m

 

De la cabane de Moiry : traverser au Sud Est (pentes raides est expo) pour rejoindre de larges névés. Les remonter pour rejoindre ka base de la face Nord Ouest du Pigne. Longer la base en direction Sud et contourner l'éperon Sud Ouest du Pinge et remonter les pentes terminales . Vue *****

 

Pointe de Bricola 3658 m

 

Redescendre les pentes terminales du Pigne jusqu'à 3300 m environ. Longer la Base des Bouquetns et traverser en direction de la Pointe de Bricola. Arête finale en mixte facile, je me suis arrêté au « Dôme »

 

Descente : par le même itinéraire

Ski de Randonnée : Pigne de la Lé 3339 m - Pointe de Bricola 3658 m
Ski de Randonnée : Pigne de la Lé 3339 m - Pointe de Bricola 3658 m
Ski de Randonnée : Pigne de la Lé 3339 m - Pointe de Bricola 3658 m
Ski de Randonnée : Pigne de la Lé 3339 m - Pointe de Bricola 3658 m

Récit

 

Impossible de trouver un partenaire pour cette fenêtre météo. Les partenaires habituels sont tous occupés et les posts sur skitour et camptocamp ne mordent pas. Pourtant elle est là cette fenêtre, je la lis sur les site météo et je la sens.

Je me résoud à partir seul.

 

A 9 h 30 , je suis à la forclaz, ski sur le sac pour une grosse centaine de mètres de portage. Puis du ski, d'abord en évitrant l'herbe puis plus facile. Je remonte les pistes pusi bascule en esperant me trouver dans le bon vallon. La météo est maussade, il fait gris, la neige fait même sont apparition. J'inspecte régulièrement la carte et le GPS, je veux éviter de me trouver dans le mauvais vallon...

Les nuages se lèvent un peu pour que je le vois : LE col ! Je gravis les derniers mètres.

Au col je suis accueilli par des bourrasques de neige. Je me suis prévu une petite option sans sac : la pointe du Bandon : 200 m de déniv fastoche. Je laisse skis et sac au col et attaque un couloir un peu raide. Un peu raide, c'est un pléonasme : il est RAIDE. Et je suis monté light : les crampons sont dans le sac, le piolet est dans le sac. Neige béton, dur d'enfoncer les chaussures. Je commence à regretter de ne pas avoir pris mon matos. A aucun moment ça ne se couche. Je sens que la descente va être également galère... J'essaie d'emprunter l'itinéraire qui me semble le plus propre, pas évident. Enfin , ça se couche. Une corniche, je me tiens à l'écart. Plus loin il ya deu mixte, gavé de neige fraiche. Je décide de m'arrêter là, j'ai déjà assez joué.

Demi tour, descente raide, concentré je progresse vers le bas. La neige est toujours aussi dure. Le prochain coup : je passerais en crampons : confort.

Voilà le col, je rechausse les skis et file. Je rejoins le lac de la Bayenna sous la neige puis le vallon morrainique. Je remets les peaux et c'est reparti. J'ai tendance à passer par la morraine pour voir le passage qui permet de gagner le glacier, mais il est loin. La visibilité est réduite, jour Blanc, désagréable, je déteste ! Un petit col, ça redescend doucement, mais pour rejoindre le glacier , la pente est raide, et je n'y vois pas à 10 m. Le relief est absent. Je finis par passer, pas très élégamment... Petite pause avant de traverser sous les magnifiques mais mençants séracs. Je me tiens à distance et file.

Dernière pente, raide et en neige plutôt dure. Puis traversée expo pour gagner la cabane.

 

La porte s'ouvre.

Tout est nickel, il y a même du gaz mais je ne parviendrais pas à l'alluimer (je vous l'ai déjà dit que je n'étais pas doué)

Pour le bois, le souci, c'est qu'il n'y a qu'une feuille de papier journal bien humide... Il va falloir être bon, une fois n'est pas coutume... Je joue les bucherons pour fabriquer du petit bois. Premier essai, le papier journal, trop humide se consumme. Seconde tentative avec du PQ, ça prend, grande est am joie. Et c'est parti pour une soirée neige et flotte ou l'objectif principal est de transformer l'un en l'autre... Entre deux je mange, puis file au lit, pour une nuit méga fraiche . Le thermomètre de la Suunto a enregistré 4°C7 dans la cuisine le matin alors qu'elle avait chauffé la veille !...

Ski de Randonnée : Pigne de la Lé 3339 m - Pointe de Bricola 3658 mSki de Randonnée : Pigne de la Lé 3339 m - Pointe de Bricola 3658 m
Ski de Randonnée : Pigne de la Lé 3339 m - Pointe de Bricola 3658 mSki de Randonnée : Pigne de la Lé 3339 m - Pointe de Bricola 3658 m
Ski de Randonnée : Pigne de la Lé 3339 m - Pointe de Bricola 3658 mSki de Randonnée : Pigne de la Lé 3339 m - Pointe de Bricola 3658 m

Départ au lever du soleil, magnifique, départ comme je les déteste, avec une traversée expo sur une neige verglacée par la nuit. Ca passe, je remonte les névés raides, l'avantage, c'est que c'est moi qui fait la trace, alors c'est à ma guise. La poudreuse fait son apparition un peu au dessus. Elle a l'air délicieuse, mais il va falloir la tracer. Car il n'y a personne dans le Vallon de Moiry aujourd'hui !

Je contourne la base du pigne et remonte vers le sommet ! La vue est magnifique : l'Obergabelhorn, le Zinalrothorn, le Weisshorn, au loin on voit le Cervin et le grand glacier de Moiry.

 

Il faut filer, vers la pointe de Bricola, courte descente, je remets les peaux, et ça repart dans la poudreuse à tracer. Je trace loin des crevasses, ou au mieux. La find de la montée est longue, un vilain faux plat sans fin. Voilà un Dôme, si ça n'est pas la pointe de Bricola, je décreterai que c'est le Dôme de Bricola. Déjà les lenticulaires sont sur le Grand Cornier, annonçant la fin de la fenêtre météo. Et c'est parti pour la descente. La poudre est parfaite, légère. Au loin , les 4000 se couvrent. Le passage raide à proximité de la cabane est en neige dure, vu l'expo, je reste prudent. Je remets les peaux pour remonter sur la moraine en rive gauche du glacier. Puis nouvelle descente pour retrouver le pied du col du Tsaté. Reste 4000 m. J'ai oublié un truc pour cette sortie : La crème solaire. Je sais que je suis crâmé, je le sens. Je subis un peu ces 400 m ! Je trouve une trace de montée, étonnant, je la suis, trace typée Suisse tendance dré dans le pentu. Et quand on a moins de guibole, c'est un peu dur, mais c'est toujours mieux que de tracer...

 

Voilà le col, le ciel est devenu tout gris. Descente dans le Val d'Herens au mieux, parfois trop palt, il faut pousser sur les bâtons. La neige est transfo, parfaite pour une fin mars !

 

Je déchausse et mets les skis sur le sac pour un e courte descente jusqu'à la voiture, où j'arrive crâmer dans les deux sens du terme !!!

Voir les commentaires

Les 5 plus belles arêtes des Alpes

Publié le par Apoutsiak

La semaine dernière, je me suis offert le livre de Stéphane Maire "Alpinisme en Suisse"

Dans la page consacrée au Blüemlisalphorn il évoque les arêtes qui mériteraient la palme de plus belle arête des alpes.

 

Fan de ces traversées aériennes, je me suis dit que ça pouvait être un nouveau jeu intéressant

 

Alors, les nominées sont :

 

Parcourue avec Laurent en 2006, superbe arête !

arête et corniche de bionnassay

arête et corniche de bionnassay

Traversée Est Ouest, entre ciel et terre.

Traversée réalise en avec Helmuth et Jean-Marc 2007

 

Liskamm traversée

Liskamm traversée

L'arête est très effilée mais moins longue que les deux autrs courses.

Nous l'avons allongée : en partant du Piz Argient et en poursuivant par le Piz Zupo et les terrasses de Bellavista : plus de 3 km d'arête magnifique !

Traversée réalisée en 2014 avec Anne.

 

Entre les Piz Palü

Entre les Piz Palü

  • Les Arêtes de Rochefort

Que je n'ai pas (encore ) parcourues. A faire dans le cadre d'une traversée Rochefort Jorasses (projet ajourné en 2014 du fait d'un souci de conditions...)

 

 

Arête Rochefort Jorasses

Arête Rochefort Jorasses

  • L'arête Blüemlisalphorn Morgenhorn

Après la jolie face Nord du Blümelisalphorn

Itinéraire que j'ai en tête depuis quelques années

 

 

 

J'ajouterais à cette liste :

 

Sans doute plus aisée, plus classique, mais réellement belle

De nombreuses ascensions par un peu tout les versants (voie Normale, arête Mettrier, couloir Est...)

Traversée des Dômes de Miage : l'arête

Traversée des Dômes de Miage : l'arête

 

A vous de compléter cette liste...

Voir les commentaires

Alpinisme : Triangle du Tacul - Goulotte Chéré

Publié le par Apoutsiak

Ma première voie dans le triangle du tacul

Avec une météo plutôt capricieuse (comme souvent cette année !). Jolie goulotte pour faire chauffer les mollets. Heureusement, on y trouve de rafraichissantes spindrifts !

 

 

 

Vidéo

Topo

Descendre de l'aiguille du midi au refuge des Cosmiques (ou au col du Midi si l'on y dort pas !) rejoindre le pied de la goulotte. De là remonter cette goulotte (évident) bien marquée à droite du triangle du Tacul !

D 4 II P3

 

 

Carto fichier GPS

Fichier GPS au format GPX

Récit

 

Maudit, je suis maudit, ça fait 3 semaines que c’est le grand beau, voilà que mon week end dispo arrive, et ils annoncent du moche.

Au départ, Jeff voulait m'emmener faire l'Innominata au Mont Blanc, je luis annonce que je suis plus intéressé par la Blanche de Peuterey ou l'arête du Brouillard, deux itinéraires qui rapportent plus au chasseur de 4000...

En début de semaine, la météo s'annonçant moyenne sur le Mont Blanc et meilleur en Valais, je propose l'Obergabelhorn ou le Zinalrothorn.

 

 

Mais la météo s'assombrit

Je connais Jeff, et je sens la proposition de goulotte au Tacul.

 

Bim, bonne pioche, il me propose la Bodin Afanasieff... Connais pas. Au départ je pensais que c'était à droite de la Chéré (ben oui, je connaissais pas) mais en cherchant dans le Damilano, je me rends compte qu'elle est toute à droite de l'épaule du Tacul. Superbe itinéraire, bien engagé, Ca me plait !

 

Rendez vous est pris à 16 h ce Vendredi pour prendre la benne. Après un footing matinal avec ma dulcinée, je rejoins Chamonix. Un coup de benne plus tard, nous voilà à l'aiguille. Temps (très) mitigé ! On s'équipe devant les touristes (classique) et on décolle sur l'arête. Toujours aussi effilée, c'est sûr que pour les débutants, elle peut être impressionnante !

Une arête plus tard, un petit plat plus tard et une courte remontée (mais à fond, je suis avec Jeff, on arrive au refuge essoufflés (26 minutes tout de même, c'est le GPS qui l'a dit ! ).

Bon accueil, il y a la un groupe en partance pour le Mont blanc (ils vont butter) et un guide et ses deux clients Belge en cours d'acclimatation pour le même Mont blanc la semaine prochaine.

Petite sieste pour Jeff, je bouquine et délicieux repas (lasagne) avec Rab de dessert !!! en compagnie du guide et de ses deux Bruxellois. On a passé une excellente soirée !

Cordée de guide et des deux belges le matin en direction de l'arête des Cosmiques

Cordée de guide et des deux belges le matin en direction de l'arête des Cosmiques

Nuit difficile, le vent qui frappe le refuge, la chambre est froide, les éclairs qui éclairent la fenêtre... ça ne sent pas bon. Je me lève à minuit... ciel étoilé, on voit la vallée... Miam !

Je me recouche, dors par intermittence...

4 h 45, Le réveil de Jeff sonne. On se réveille difficilement. Direction le petit dej, son pain croustillant et son Nutella, j'en fais discrètement une orgie ! Bon, tout n'est pas rose : dehors, la visibilité est nulle, il neige et les flocons voyagent à l'envers : du bas vers le haut ! Quelqu'un aurait il retourné le refuge cette nuit ???

Il y a 20 à 30 cm de poudre légère. Et ça continue de tomber ! On décide de se recoucher... Jeff me réveille à 8 h 30.

Le brouillard est tombé.

On part pour la Chéré (Ben oui, pour la Bodin Afanassieff, il y avait le risque d'errer au sommet du Tacul dans le brouillard sans compter la neige fraiche tombée... pas top !)

La gardienne : vous avez des masques ? Jeff répond que oui... Je sens qu'on va manger de la poudreuse !

Sommet de la Goulotte Chéré

Sommet de la Goulotte Chéré

9 h 11, on quitte le refuge, derrière la cordée Franco Belge qui file vers l'arête des Cosmiques bien platrée. Visibilité corrrecte pour le moment. on descend vers le col du Midi puis on avance vers le Tacul. Les nuages nous dévorent. Visibilité 20 mètres. Jeff progresse lentement (ça change !) on aperçoit une ombre grise, sans doute la rimaye.

Pause sous la rimaye, on laisse les sacs et on essaie de repérer le départ de la goulotte à l'occasion d'une éclaircie. C'est bon ! Jeff part, rimaye passée efficacement puis remontée  pour rejoindre la barre rocheuse à fond. C'est mon tour, bon, j'avance assez vite (à mon goût) mais beaucoup moins que Jeff. Pente à 45 - 50 ° gavée de neige, ça cramponne bien... premier relai.

 

Jeff repart, je l'assure, la corde fait des siennes, il me faut et l'assurer et déméller les torons... Et vu qu'il avance vite, je dois réaliser les deux opérations de concert ce qui n'est pas une mince affaire. Relais. A mon tour, je contourne l'éperon rocheux et me voilà dans la pente. Je peine à trouver un rythme efficace. J'essaie d'assurer chaque appui. La pente devient raide, bien raide ! Quelques broches plus tard, je suis au relais suivant.

 

...

 

Relais suivant, il est sur la droite, légèrement protégé par un bloc rocheux. Vaché à la cordelette, Jeff est déjà parti. Les spindrifts déjà présente s'intensifient ! Les plus grosses recouvrent l'intégralité de la goulotte ! Jeff disparait dans le brouillard de poudre ! Je mange dur, les spindrifts d'une part et quelques morceaux de glaçons envoyés par Jeff. Et pim, un glaçon dans le genou : Aïe !

 

C'est mon tour. Je m'applique dans cette portion raide. Les piolets ancrent bien malgré leur âge avancé : 13 ans ! Les crampons, eux, dans leur prime jeunesse, s'avèrent efficace.

C'est le passage à 85°, sur une 15aine de mètres. C'est raide, mais ça passe bien. J'arrive au relai suivant tout de même bien essoufflé.

 

 

 

 

Le guide 'No bonjour" et son client !

Le guide 'No bonjour" et son client !

Nous sommes sortis des grosses difficultés. La pente se couche (55-60° tout de même) A mon tour de passer devant. C'est bien concentré que je pars . Une broche, une pente raide, en glace. Je donne de tout petits coups de piolet pour assurer les ancrages. Ca grimpe parfaitement. De temps en temps , ça éclate la glace et il faut replanter. Alors j'ancre à fond, et parès je galère à retirer le piolet ! Classique.

Une broche, une dégaine et une autre broche suivante, je me retrouve au relais, fier comme Artaban Je serai passé en tête un court moment dans cette goulotte. Je suis bien essouflé. Et Jeff me rejoint quelques secondes plus tard ... Trop fort.

 

Il me propose de repartir devant, perso, j'ai les mollets en feux et il est monté si vite que je n'ai pas eu le temps de récupérer. Je le laisse donc terminer. Il file, et là, c'est un peu la galère. Il va tellement vite que j'ai du mal à suivre avec la corde. Assurage hyper rapide. Fatigant aussi pour les avants bras. Enfin il est en haut !

je pars, la longueur est facile (c'est pour ça qu'il filait, le bougre) un petit passage mixte, en traversée. Puis de la bonne neige (j'avais tout de même pas les talons pausés) Un petit ressaut et voici le sommet de la goulotte !

 

Jeff, me fait un petit topo sur les sorties des goulottes du Triangle et zou, on bascule sur les rappels ! Alors les rappels, c'est classique, il part devant, je me prépare, quand c'est libre je file, puis quand j'arrive, une fois vaché, MA mission : Rappeler la corde... Et 2 fois 60 m, c'est hyper dur à rappeler ! il faut tirer comme une brute tout en restant homogène dans le tirage. Le souci , c'est qu'à chaque rappel, il faut recommencer... J'ai les avants bras en feux, les doigts cripsés sur la corde. Chaque rappel augmente ma douleur !

Souffrance !

 

Au milieu de la voie, on croise une autre cordée. Un guide et son client, sans doute, je lance un bonjour, un mugissement me répond, bon, le guide n'a pas l'air de très bonne humeur.

Il file à la vitesse de l'éclair (comme Jeff) sautillant des piolets vers les crampons, je suis scotché !)

Jeff m'annoncera qu'il n'a pas eu de réponse  à son bonjour... lui aussi !

 

 

Vue du bas, encore un peu de soleil...

Vue du bas, encore un peu de soleil...

Plus bas, le client est plus sympathique (et plus lent), chaque piolet est ancré profondément, les pas sont lents, très lents !

Et moi pendant ce temps, je dois me taper de rappeler les rappels ! Tout en prenant des bouts de glaçon dans le Genou ... Ouïe !

Dernier rappel, rimaye traversée, je passe l'obstacle, facile, je descend rejoindre Jeff, tout en rappelant la corde. la corde vient tranquillement. elle descend... et bascule en partie dans la rimaye. Je rappelle, et là, c'est le drâme ! la corde est coincée au fond de la rimaye. Je remonte vers celle ci, la voilà, profonde et tortueuse, tourmentée et sombre ! Je reste prudemment sur la lèvre inférieure ! J' essaie de décoincer la corde , le premier brin coince , mais le second vient ! Je le tire délicatement... 5 minutes plus tard, tout est remonté ! Je redescends vers Jeff.

On avalle la corde, et on file, pause sur le glacier au soleil. On remonte au refuge pour grailler une croûte au fromage délicieuse ! (Depuis la veille je l'avais repérée sur le menu).

Puis décollage pour rejoindre l'aiguille du midi, dans le brouillard. On remonte relativement rapidement. L'arête est fine, mais passe bien. On se retrouve à l'aiguille. On file vers le téléphérique où il faudra attendre la benne 25 minutes (on en profite pour trier le matos) et le retour, en héros (ben oui, on a quand même 2 piolets techniques dans le dos ! )

 

Dernière course d'alpinisme de 2015 ? ... A suivre

Voir les commentaires

A Venir : Biancograt au Piz bernina et Face Nord Nord Est de la Lenzspitze

Publié le par Apoutsiak

Récit photos et vidéo dans la soirée ou demain....

 

J 1 : Montée à la cabane Tscherva depuis Pontresina

J 2 : Biancograt Piz Bernina nuit au refuge Marco e Rosa

J 3 : à l'abordage des 3900 :

            Piz Argent - Piz Zupo - BellaVista - Piz Palu et descente au col de la Bernina

J 4 : Montée à la Mischabelhutte

J 5 : Face Nord Nord Est de la Lenzspitze et traversée sur le Nadelhorn

 

 

A Venir : Biancograt au Piz bernina et Face Nord Nord Est de la Lenzspitze
A Venir : Biancograt au Piz bernina et Face Nord Nord Est de la Lenzspitze
A Venir : Biancograt au Piz bernina et Face Nord Nord Est de la Lenzspitze
A Venir : Biancograt au Piz bernina et Face Nord Nord Est de la Lenzspitze

Voir les commentaires

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

Publié le par Apoutsiak

Sortie classique avec Louis (mon fils de 12ans)

Et son nouveau record !

4ème génération à passer au sommet !

Topo :

 

Refuge Albert 1er

3 options s'offrent à vous :

Depuis le tour par la morraine : long, rébarbatif mais ECONOMIQUE

Depuis le haut de la télécabine du Charamillon

ou depuis le haut du télésiège du col de balme par le sentier balcon (1 h 45)

 

Aiguille du Tour par le col Supérieur du Tour 3542 m

Du refuge, partir derrière le refuge (à repérer la veille) cairn et gagner le plat du glacier sous le col du Midi des Grands vers 2840 m. Contourner par la droite les 3 éperons (2 de l'aguille du Tour 1 de l'aiguille de Purtscheller) remonter le couloir en provenance du col supérieur du Tour et par 30 mètres d'escalade (II III max) gagner le col 3289 m

 

Basculer versant Trient. Remonter le glacier jusque sous al rimaye sous le sommet de l'aiguille sud. Passer la rimaye et gravir en diagonal vers la droite pour rejoindre l'arête Nord de l'aiguille Sud du Tour (30 mètres au dessus du col environ. Remonter cette arête jusqu'au sommet (II III)

 

Descente : par le même itinéraire

 

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

Récit :

 

Tout est une histoire de météo

Elle annonçait Beau temps avec quelques averses l'après midi, on a été servi

11 h, il pleut à Argentière, on décide de "glandouiller un peu en attendant que ça se lève. On sandwiche dans le coffre de la voiture tandis que les averses passent. Le ciel bleu apparait on file au Tour, coup de télécabine, il fait beau, au milieu du télésiège, ça se gatte, il bruine et le brouillard est là. En haut, il pleut, FORT. On est trempé. On sort les blousons. on garde les shorts pour laisser les pantalons au sec !

C'est parti sous cette flotte. on espère que la météo a dit vrai, on rêve d'éclaircie. aux averses presque permanentes succèdent des périodes de vent glacial. Dire qu'à la télé hoer, le monsieur météo expliquait que le vent était du à une tempête tropicale... j'ai pas bien senti le coté tropical de la tempête !

On file dans ce brouillard, trempés jusqu'aux os. Louis garde le moral. Les conditions ne sont vraiment pas top, trop tard pour renoncer. Je fais quelques vidéo grâce à mon nouvel appareil photo étanche, l'occasion est trop belle pour ne pas le tester !

le refuge ne se dévoile que lorsque nous sommes à 50 mètres de celui ci. On y entre trempés. Malheureusement, les places sont chers même pour les vêtements !

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

Après midi en refuge classique, Un chocolat pour se réchauffer, séchage des affaires (comme on peut), lecture, sieste... réveillée par un tintamarre dans le couloir. quelqu'un court dans le couloir. ça ne peut être qu'un enfant. avec le parquet flottant le bruit de course emplit le refuge. Le bruit va d'un bout à l'autre du couloir et revient. Le souci c'est que ça dure plus d'une demi heure. De toute façon, je suis réveillé. Je décide de sortir et d'expliquer au gêneur que pour beaucoup, la sieste, c'est sacré !

Je sors, et croise, un adulte en train de courir, sans doute un gars qui s'entraine pour l'UTMB, je luis annonce "vous savez que ça raisonne et que vous réveillez tout le refuge" "Ah bon ! " il file... vers les escaliers, je le retrouve là, en train de faire des montées descentes... ils sont fous ces UTMBistes !

 

Repas sympa avec une grande tablée de jeunes, de guides et d'hollandais ! puis corvée de vaisselle pour Louis et moi et au lit.

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

Réveil 3 h 40, décollage 4 h 45, on louvoie dans la nuit sur les rochers menant au glacier. cairns gigantesques. Sur le glacier on file. parfois derrière une cordée, parfois devant une autre. Ça ne bouchonne pas, le regel est bon. On passe la passage à Marie. Le soleil peine à se lever, j'ai encore des courbatures de mon trail avant hier. Louis est en forme. Il y a pas mal de nuages dans le ciel, et le vent nous glace un peu !

Courte pause avant de repartir pour le col Supérieur du Tour, un passage d'escalade et voilà le col dans le vent, je suis congelé, on ne traine pas et on bascule coté Trient.

 

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

On galope jusqu'à la rimaye. Un Grand pas on remonte jusqu'aux rochers et zou escalade facile. Perso , ça m'a paru beaucoup plus long que les autres coups. J'aide un gars qui a le crampon qui se fait la malle. on suit cette cordée jusqu'au sommet. Louis me suit en stressant pour la descente, saura t'il se refaire les pas d'escalade à la descente. il faut dire qu'il y a parfois de grands pas !

 

Sommet, record battu (de 9 mètres) pour Louis (ça efface des tablettes le col du Tour Noir !)

4ème génération au sommet après mon Grand-père, sans doute ma Grand-mère, ma mère, et moi !!! (et je ne compte pas les oncles et tantes) il y a de la génétique au sommet ! L'amour de la montagne est il ancré dans les gênes, vous avez 2 heures !!!

 

On sort notre phrase : "à 3500 mètres, l'oxygène se fait rare !" pour la vidéo , phrase tirée d'un reportage de M6 à l'aiguille du Tour qui nous avait fait explosée de rire et qu'on se sort régulièrement en famille ! Ils sont trop forts ces journalistes !

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

Descente rapide, tout se passe bien, je film une "belle" chute de pierre sur la rimaye qui aurait pu mal tourner ... mais tout se termine heureusement bien. On file vers le col supérieur du Tour, puis sur le plat du glacier. Je filme le passage d'une crevasse pour belle maman, elle va me tuer si elle sait que son petit fils passe là !... On galope jusqu'en bas du glacier puis jusqu'au refuge .

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

Après avoir ingurgité un délicieux brunies - chantilly et papoté avec les gens de notre tablée de la veille, nous filons vers le bas dans le monde, il fait beau à présent et le sentier est noir de monde, randonneurs , alpinistes ( je ne sais pas pourquoi ils montent, demain, il fait pourri...) nous rejoignons facilement la Balme puis la voiture, tout content  de notres jolies sortie !

Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m
Alpinisme : aiguille du Tour - 3542 m

Voir les commentaires

Les 9 4000 de l'Oberland

Publié le par Apoutsiak

Les 9 4000 de l'Oberland

Par ordre d'ascension

 

Le Finsteraarhorn 4274 m (Juillet 1999)

L'Aletschhorn 4193 m (Mai 2006)

Le Gross Fiescherhorn 4049 m (avril 2009)

L'Hinter Fiescherhorn 4021 m (avril 2009)

Le Mönch 4107 m (Septembre 2009)

Le Gross Grünhorn 4044 m (Avril 2014)

La Jungfrau 4158 m (Avril 2014)

Le Schreckhorn 4078 m (reste à gravir)

La Lauteraarhorn 4042 m (reste à gravir)

 

 

 

 

Les 9 4000 de l'Oberland

Finsteraarhorn

 

Aletschhorn

 

Hinterfierscherhorn

 

Gross Fiescherhorn

 

Gross Grunhorn

 

Jungfrau

Mönsch

Schreckhorn Lauteraarhorn

Voir les commentaires

Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m

Publié le par Apoutsiak

Après un but il y a quelques années, me voilà de retour par l'autre versant.

 

Jolie ascension en très bonne condition

 

En attendant le topo et le récit complet, voici la vidéo

Topo

 

Accès à la cabane Weissmieshütte

 

Prendre les télécabines de Kreuzboden 2397 m (30 CHF aller retour)

 

De là, rejoindre la cabane soit en remontant la piste de ski, soit en empruntant le sentier sur la crête. Attention aux marmottes sur le sentier !

 

Sommet :

De la Weissmieshütte 2726 m , rejoindre la piste au Nord et la remonter pour gagner le plateau au dessus (pont 2892 m CNS) et Hohsaas, le haut de la télécabine 3135 m.

Rejoindre le glacier : Triftgletcher par la piste.

Rester en rive droite et traverser le palteau glacière vers 3200 – 3300 m

remonter au mieux le système de bandes de glace. (crevasses) et rejoindre l'arête qui passe par le poitn 3307 m vers 3500 m d'altitude.

Remonter cette arête pour arriver au Nord du point 3813 m puis suivre l'arête versant Ouest jusqu'au sommet 4017 m

 

Descente

par le même itinéraire.

 

Carto - fichier GPS

Récit

Mardi, nous venons de terminer l'ascension du combin de Tsessette et j'apprends que la météo est mauvais pour le week-end, et qu'Anne ne pourra me rejoindre ce soir. Que faire, rentrer ou trouver un sommet à faire rapido pour profiter de cette semaine de vacances. Un coup de fil à ma routeuse préférée, la Yann Giesendanner de Haute-Marne : ma femme ! Demain devrait rouler. Je vérifier que je peux atteindre Saas Grund avant la fermeture du téléphérique et je file dans la vallée de Saas.

 

16 h, je suis équipé et plonge dans la télécabine qui me projette à Kreuzboden. Je pars en baskets, skis sur l'épaule et les pompes de ski en bandoulière ! La neige n'est pas loin. Devant pareil spectacle, les marmottes fuient, c'est vrai que je dois faire peur ! La neige arrive rapidement après 20 minutes de marche, je chausse les skis. Tranquille je remonte les névés. Un passage le long d'une cascade est assez stressant, je finis pas passer le ski au fond.

 

Quelques virages, voilà le refuge, 2 allemands en provenance du Weissmies m'accueillent, ils l'ont fait à pied, et ont l'air bien nase (surtout le plus jeune)

Séchage, préparation de la course du lendemain, repas, et au lit... A 19 h 50, j'ai dormi d'une traite jusqu'à 4 h du mat et j'ai du bien ronfler (ben oui, j'ai le nez bouché en ce moment!)

Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m

4 h, je décolle en essayant de ne pas réveiller les « casques à pointe ». 4 h 35, je fais une photo du coucher de lune et je pars. Je me suis prévu 2 h pour rejoindre le glacier. La montée remonte une piste (bleue je pense) et ça grimpe efficacement. Je laisse le Lagginhorn et son lenticulaire. Voilà déjà Hohsaas, 1 h seulement que je skie.

Je me fourvoie un quart d'heure en voulant suivre une hypothétique trace sur mon GPS alors qu'il suffisait de suivre la piste... Je me prends une bonne gamelle dans la croute en réparant mon erreur ! Il suffisait... de suivre la piste !

Bref, voilà le glacier, j'enfile mon casque et c'est parti, d'abord rester en rive droite puis traverser le plat glacière en se méfiant des sournoises crevasses. Je traverse une énorme coulée d'avalanche pour me retrouver en rive gauche. Je me pause des questions, qu'est ce que je fais là, seul dans cette grosse montagne. La réflexion laisse place à l'action, je progresse. Je dois être un tout petit point dans cette immensité de glace vu du bas !

Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m

Je mets les skis sur le sac quand c'est raide et trace vers le haut, il me semble que c'est le plus facile pour traverser la zone , comment dirais je … tourmentée. Je rejoins la trace des allemands, c'est plus facile , même si la trace est souvent trop profonde, ils ont du descendre fort tard, hier … Je traverse et gagne le point 3530 m pour une première bonne pause. Je poursuis à ski, puis à pied dans la portion raide de l'arête, pas envi de m'en coller une sur cette neige bien dure ! , voilà l'arête , le brouillard (un nuage stagne sur le sommet depuis ce matin) et le vent ! Je laisse les skis au col enfile mon masque et pars pour les 200 derniers mètres. Visibilité réduite, je suis les traces de mes prédécesseurs. Je longe l'arête, et progresse vers le haut, le vent forci, la visibilité rétréci, tiens, voilà le sommet, dire que j'avais buté à 50 m de celui-ci par l'autre versant il y a quelques années.

Bon , pour la vue faudra revenir.. ; Je fais quelques pitreries au sommet (il faut bien alimenter le blog qui est un gros mangeur …) avant de me lancer dans la descente à corps perdu, le but, avoir la télécabine avant midi (oui, tout ferme entre midi et 14 h!) Je rejoins les skis, puis neige béton sur une pente raide, ça descend rapido vers le passage technique, crampons piolet, j'effectue la traversée à pied, avant de remettre les skis dans pour la partie moins expo. Je file dans les coulées d'avalanche pour rejoindre le plat du glacier et son pied. Puré ce que ça va vite ! Depuis Hohsaas, la neige est juste revenue comme il faut et c'est un régal. Ayant bien repéré je parviens à rejoindre le refuge , à ski ! Je récupère mes quelques affaires et file vers Kreuzboden ses marmottes et ses télécabines. 11 h , je suis large !

 

Une belle journée de montagne...

Encore !

Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m
Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m
Ski de randonnée : Weissmies - 4017 m

Voir les commentaires

Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m

Publié le par Apoutsiak

Tsessette Express !

 

Par le Corridor

 

Reste encore quelques photos a publier

 

Les tentatives précédentes :

But dans la tempête dans le couloir du Gardien Juin 2008

Traversée Sud Nord (Valserey - Panossière face Sud -> couloir du Gardien par le Combin de Valsorey) juin 2009

Combin de Valsorey - Combin de Grafeneire Juin 2012

Combin de Tsessette : Juin 2014

 

 

 

Topo

 

Cabane F X Bagnoud – Panossière

 

Se garer à Mauvoisin 1821 m

emprunter le sentier qui mène à la Tseumette puis à la combe des Otanes (au dessus du point 2506 m CNS)

Remonter la combe des Otanes jusqu'au col des Otanes 2846 m (la combe garde la neige longtemps en fin de saison au chausse vers 2500 m!)

Redescendre au mieux plein ouest pour rejoindre la cabane de Panossière (cab FX Bagnoud) 2641 m

 

Combin de la Tsessette

descendre la morraine et ganger le glacier de Corbassière

Traverser le glacier en diagonal pour passer en rive gauche sous le Combin de corbassière (2 km!)

Longer la rive gauche et gagner la pente sous le plateau du déjeuner qui permet de gagner le plateau des Maisons blanches.

Remonter le plateau du déjeuner

remonter le Corridor, assez exposé au chutes de séracs !!! surtout dans sa première partie, (dans la seconde on peut se tenir à distance – à vérifier …) puis poursuivre vers le sommet par un dernier plateau … plat ! 4135 m

Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m

Récit

 

Au concours de celui qui est le plus en retard, c'est Enguérran qui a gagné : 1 h et quart, merci les grèves de Taxi, bilan, il est arrivé tout chaffouin à Martigny et passablement énervé. On a filé à Fionnay, laissé une voiture sur place puis on est monté au lac de Mauvoisin pour pique-niquer sous le cagnard.

 

Aparté refuge. Perso, je comptais monter au refuge pendant qu'il était ouvert mais non gardé (avant, en juin c'était comme ça et avant, c'était il ya deux ans!). Durant la semaine, Anne, connaissant mon projet, m'avertie qu'une sienne amie a contacté le gardien pour ce Week-end. Et que celui-ci lui a indiqué que le refuge était fermé, pas de local d'hiver. Je file sur le site internet, et effectivement, en tout petit en bas de page d'accueil il est indiqué qu'il n'y a pas de local d'hiver. Je consulte Enguerran pour décider d'y aller quand même, en bivouaquant !

Je suis outré du fait que l'on puisse fermer un refuge. Dans ce cas là, ça n'est plus un refuge, c'est un hôtel, enfin bon, on a beau maudir cette décision, on en est tributaire...

 

Bilan, entre 18 et 20 kilo sur le dos pour le départ sous le cagnard de Mauvoisin. Il fait chaud sur le sentier bien raide. Nous discutons tranquillement sous nos charges espérant la neige pas trop loin... Une heure et demi plus tard, Hosanna au plus haut des Cieux, elle est là, nous pouvons enfin chausser les skis, ça fait toujours quelques kilos de moins su le sac !

Nous remontons la combe tranquillement, pour gagner le col des Otanes. La pause est courte, nous filons vers la cabane. Un court déchaussage, nous permet de rejoindre la moraine du refuge où nous cherchons un emplacement de bivouac à l’abri des orages, pas facile sur une moraine...

 

Nous décidons d'aller voir la terrasse du refuge, et là, ô joie le refuge est ouvert, enfin juste le sas d'entrée où l'on enlève d'habitude nos chaussures. On a porté tout ce matos pour rien. Je suis vert ! Dans le refuge il est indiqué : ceci n'est pas un local d'hiver, ceci est un local de secours ! Et bien cela aurait pu être stipulé sur le site internet !

 

Nous sommes dégouté mais c content, cela résout notre problème de possible perturbation orageuse cette nuit, sous un toit en dur, c'est mieux !

Dans le refuge, il y a tout ce qu'il faut, on a tout monté pour rien : du gaz, des matelas, des couvertures, des ustensiles de cuisine et de la bouffe !

 

Pendant qu'Enguerran part pour la corvée d'eau j'opte pour la petite sieste dès qu'il est loin.

Fin d'après midi a discuté de la stratégie de demain, pour nous c'est opération Tsessette, que nous avons loupé il y a deux ans presque jour pour jour, à 20 minutes du sommet environ, la descente du mur de la Cote, en glace nous avait pris 2 heures et il était déjà tard... Engue est favorable a une ascension Blitz type Tsessette Express en montant directement par le Corridor, j'opterais plutôt pour une traversée des 3 sommets en passant par le couloir du Gardien, la face nord Ouest est en glace) , beaucoup plus longue mais également plus élégante.

 

Pourvu qu'on ne butte pas...

 

2 lagopèdes en pleine mue (corps bruns ailes blanches) viennent briser nos discussions

 

Repas sympa puis coucher vers 8 h, le réveil est à 2 h 30 !

Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m

2 h 30, la musique du Grand Bleu trop rapidement éteinte, j'en aurais bien profité un peu plus, pour nous pas de Grande Bleue mais une salle froide et obscure. Petit dej vite avalé tout en s'équipant. Le bruit du bau dard et du matos qui cliquète, les frontales nous donnent un teint blafard. Il fait beau, mais le Grand Combin est couvert, un lenticulaire ? Dans le noir difficile de se prononcer.

 

Descente vers le glacier par la moraine, à pied, skis sur l'épaule, efficace. On chausse, et c'est parti pour 2 kilomètres de plat, la lune s'est couchée, il fait nuit noire. Au début Engue devant, puis derrière après qu'il ait opéré une pause. Nous remontons le glacier sous le Combin de Corbassière. Derrière nous ça se lève doucement et les couleurs ne sont pas bonnes... le mauvais temps ? Aller à Tsessette et en finir, c'est juste l'objectif. Je parviens à suivre Enguerran sans trop de problème. Pour une fois j'ai l'impression d'être en forme.

Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m
Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m

Gros coup de fatigue sur le plateau du déjeuner, je sens que la nuit a été trop courte. Et je quille sur mes skis tandis qu'Enguerran file sur la crête qui permet de voir le Corridor (« c'était pour skier au soleil prétendra t il à postériori) Je n'avance plus, je ferme les yeux pendant 5 ou 6 pas avant de les entrouvrir et de progresser. Engue fait une pause, je le rejoins. Je suis bien mûr pour une solution rapide. Corridor et Tsessette express, il ne faudra pas trainer.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas le Corridor, il faut le décrire : Un pan incliné pas très large , une 50 mètres au plus étroit sur 600 ou 700 m de long, avec 300 mètres au dessus, des immeubles de glace de plusieurs étages qui ne demandent qu'à tomber plus bas (des séracs) , c'est à dire sur le Corridor. (bon pour le couloir du Gardien, on n'est pas tout à fait sûr que ça soit moins exposé vue qu'en haut du couloir il y a un sérac et qu'on y passe près d'une heure et demi en dessous)

 

Bref, c'est la pause avant le Corridor, et je m'endors sur mon sac. C'est Engue qui me réveille en me parlant. On repart, il faut filer, la micro sieste m'a fait du bien. Je parviens à suivre à nouveau Engue. Nous passons la première partie, la plus exposée avant de nous retrouver un peu à l'abri. C'est magnifique, mais impressionnant, j'avoue que je n'ai pas beaucoup regardé tout en haut.

 

Enfin nous voilà au dessus du Corridor. Engué a un coup de barre, il file à fond sur 20 ou 30 mètres puis s’arrête. Je le suis à mon rythme, opérant des pauses quand je le rejoins. Je le laisse légèrement mariné dans sa galère avant de passer devant sur le plateau supérieur, espérant lui donner le bon rythme : le mien ! Je progresse tranquillement, le temps est magnifique, il reste moins de 100 mètres de dénivelé, je vois Engué qui galère à fond sur ces derniers mètres. Pour une fois que ça n'est pas moi... Le mythe de l'aspi invincible tombe ! Voilà le sommet, superbe. Engue me rejoins quelques secondes plus tard. Nous profitons du moment. Il m'aura fallu 4 sorties, 8 jours pour me faire les 3 sommets du Combin... (un but dans la tempête pour la première tentative, le Combin de Valsorey par la face Sud descente par le Gardien pour laEric Houlley deuxième avec brouillard sur le plateau supérieur, la traversée Combin de Valsorey et Grafeneire en butant à quelques encablures du Tsessete il y a deux ans.

Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m

A oui, en parlant de but, j'ai mesuré le temps qu'il nous a fallu pour atteindre le sommet depuis le point atteint il y a deux ans : 17 minutes ! 17 minutes sans aucun difficulté, un simple faux plat montant ! Merci Engué (ben oui, moi j'étais partant pour le sommet il y a deux ans)

Son seul argument c'est qu'auourd'hui on a une superbe vue.

 

Je lui propose sans conviction de monter au Grafeneire, mais Engue préfère en rester à son Tsessette Express, et la descente tranquille me plait pas mal...

 

Et zou, c'est pari pour la descente, Corridor avalé, en neige dure. Puis transfo ensuite. Le paysage file, on se fait plaisir. Une petite pause avant le plat du glacier, un poil de canard et voilà la moraine. On remonte au refuge, on récupère le matos laissé et on repart à ski vers plan Goli. Dernier déchaussage. On a la bonne surprise de voir qu'il font un nouveau sentier de bisse, bien plat, et hyper efficace. On prend une douche de cascade au milieu (obligatoire) , une pause au bien nommé lieu dit mon repos avant la trop longue descente vers Fionnay dans le cagnard.

 

Merci Engue pour ce Tsessette Express !

Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m
Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 mSki de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m
Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 mSki de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 mSki de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m
Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 mSki de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 mSki de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m
Ski de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 mSki de Randonnée - Grand Combin de la Tsessette - 4137 m

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>