Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Petit Alpiniste Illustré

Le Petit Alpiniste Illustré

by Apoutsiak

4000

Mont Blanc à ski 2021 - 4810 m

Apoutsiak — Massif du Mont BlancMont Blanc4000Ski de randonnéealpinisme
ascension du Mont Blanc, de nuit, au dessus des grands Mulets

ascension du Mont Blanc, de nuit, au dessus des grands Mulets

Deux grands et belles journées

Départ du Plan de l'aiguille pour gagner le refuge des grands Mulets par la terrifiante jonction.

De là, on rejoint le col des Dômes par le petit et le Grand Plateau aux séracs aussi fascinants que dangereux.

Puis on déroule sur l'arête des Bosses, toujours aussi jolie.

Partis à 5, sommet à 5, descente par la face Nord pour mes 4 acolytes , perso je préfère me contenter de partir de Vallot.

Accident à la jonction, 2 personnes dans une crevasse. Nous apporterons une modeste contribution au sauvetage. Et retour au plan de l'Aiguille par l'ancienne gare des glaciers.

 

Vidéo :

Vidéo : ascension du Mont Blanc à ski depuis les grands Mulets

Topo :

à suivre (désolé)

 

topo Mont Blanc à ski depuis les Grands Muletstopo Mont Blanc à ski depuis les Grands Mulets

topo Mont Blanc à ski depuis les Grands Mulets

Récit :

J'avais réuni la fine fleur de l’alpinisme européen... ou presque..., tous mes amis candidats au mont blanc à ski s'étaient rendus disponibles pour ces 2 journées.  Les voyants étaient aux verts, j'étais aux anges. J'avais donné  rendez vous à tout le monde à 10 h à la benne de l'aiguille, ça me laissait le temps de partir tranquille le matin pour arriver à Chamonix…

C'était sans compter Yves…

"Allo"

"Ils annoncent température caniculaires, ça serait mieux de partir tôt"

"Effectivement, ils annoncent chaud" … il faut changer les plans, au dernier moment, je décide d'avancer le rendez vous à 7 h 45. Prévenir tout le monde, et partir rapido à cham' ce soir plutôt que demain matin. C'est quand même un peu dommage. Il est 18 h 30 Je boucle mon sac, je bouffe à la va vite, et je file.

La nuit tombe, l'autoroute Suisse ferme entre Saint Maurice et Martigny. La loose. Me voilà sur des petites routes à louvoyer. Je finis par me retrouver sur le parking des Grands Montets. J'installe la voiture en mode "nuit" et me couche... Voilà une course qui début bien dans la précipitation

 

Le lendemain matin, je me réveille à 7 h moins 10, Bastien est garé à coté de moi, on file à Cham, on se gare on retrouve Benjamin et on prend les tickets. J'appelle Yves, il s'est trompé d'heure ! Bilan on fera deux groupes pour aller au refuge. C'est assez désorganisé pour un début de course.

Plan de l'AiguillePlan de l'Aiguille

Plan de l'Aiguille

Une fois que la benne nous ai déposé au plan de l'aiguille et après un crémage en règle, on est parti. Le gardien m'a conseillé de partir par le bas, par le chemin d'été. Pas vraiment engageant, ça ressemble vraiment à un chemin d'été avec des pentes expos et beaucoup de déchaussage  alors qu'en haut, il y a une belle trace, presque continue et des cordées lointaines qui nous attirent (on ne le sait pas encore mais il y a aussi un sérac au dessus de l'éperon Frendo qui menace de s'effondrer avec ses 10 à 20 000 m3 de glace, ça nous aurait sans doute aidé à prendre la décision... (mais on ne le savait pas, et on ne voyait rien).

Bref on descend rejoindre la neige et on part avec nos peaux vers le haut. Petite hésitation pour descendre la moraine, on skie alors des coulées d'avalanche avant de remettre les peaux. Tout va bien. 

Deux petites descentes un peu raides et voilà le grand glacier qui mène à la jonction… Nous y sommes...

Mont Blanc à ski 2021 - 4810 mMont Blanc à ski 2021 - 4810 mMont Blanc à ski 2021 - 4810 m
Mont Blanc à ski 2021 - 4810 mMont Blanc à ski 2021 - 4810 m

Encordés, nous voilà partis, moi devant, Bastien en second et Benjamin ferme la marche. Je mène la cordée à mon rythme, la trace est loin des séracs, mais plus on avance plus je vois que le chemin est truffé de crevasses, il y en a tellement que parfois tu te rends compte qu'il y a un trou... quand tu as le ski dessus ! Vraiment pas agréable comme sensation. On avance corde tendue, puis on remonte vers les séracs, vers la trace de de "descente" Un gros sérac est là, je sais que François mon cousin est décédé par ici il y a bientôt 20 ans. Le paysage est aussi spectaculaire qu'il est inquiétant. On passe sous l'énorme bloc qui pourrait nous transformer en crêpe si l'envie lui venait. Et on arrive au lieu de déchaussage des skis. Je  demande à deux cordées si ça passe bien sans crampons. Elles me confirment. On fera comme ça. Et bim on part pour la jonction proprement dite. Un chaos de glace impressionnant entre 2 grands glaciers. On commence par descendre dans le trou par une sente en glace qui passe bien. Il faut remonter en face, le premier pas est grand, sans crampons, il faut poser le genou, oui , on aurait peut être du les mettre, mais à présent il est trop tard, à la fois , ça n'est pas non plus catastrophique. 

En haut, voilà une cordée,  il faut croiser. Je papote avec la première avant de rejoindre le second un peu en dessous. Je fais venir Bastien, il y a 3 pas en glace un peu raide. En arrimant correctement mon piolet, ça passe bien, la suite est plus facile, on remonte sur le second glacier, avant de le longer et de retrouver une zone chaotique, avec des trous et de la glace salle, attention à ne pas tomber, on fini par sortir du passage... Impressionnant .

passage de la jonction ce jour là, caméra embarquée - en continue pour la partie chaotique

juste avant la Jonction proprement dite, en montant au refuge des Grands Muletsjuste avant la Jonction proprement dite, en montant au refuge des Grands Mulets
juste avant la Jonction proprement dite, en montant au refuge des Grands Muletsjuste avant la Jonction proprement dite, en montant au refuge des Grands Mulets

juste avant la Jonction proprement dite, en montant au refuge des Grands Mulets

traversée de la Jonction, en montant au Grands Muletstraversée de la Jonction, en montant au Grands Muletstraversée de la Jonction, en montant au Grands Mulets
traversée de la Jonction, en montant au Grands Muletstraversée de la Jonction, en montant au Grands Muletstraversée de la Jonction, en montant au Grands Mulets
traversée de la Jonction, en montant au Grands Muletstraversée de la Jonction, en montant au Grands Muletstraversée de la Jonction, en montant au Grands Mulets

traversée de la Jonction, en montant au Grands Mulets

On remet les skis, il commence à faire chaud, et on remonte les pentes un peu raide (puis moins) sous le refuge. L'ambiance est bizarre au dépôt des skis. On croise les vainqueurs du Mont Blanc du jour, de retour de leur exploit. Pour nous, tout reste à faire. 

On remonte la via ferrata et on arrive au refuge. 

Yves et Bertrand arriveront une bonne heure plus tard, Bertrand avec de la Tomme de Savoie (entière) et un bon petit saucisson qui aura un grand succès.

Comme souvent, le programme se divise en sieste, papotage et admiraion du paysage, notamment la vue des toilettes, les plus belles toilettes du monde à mon humble avis.

Repas du soir et tout le monde au lit, demain on se réveil à 2 h 30

montée aux grands Mulets, sous le refugemontée aux grands Mulets, sous le refugemontée aux grands Mulets, sous le refuge
montée aux grands Mulets, sous le refugemontée aux grands Mulets, sous le refugemontée aux grands Mulets, sous le refuge
montée aux grands Mulets, sous le refugemontée aux grands Mulets, sous le refuge

montée aux grands Mulets, sous le refuge

le refuge des Grands Mulets

le refuge des Grands Mulets

les plus belles toilettes du Monde, Refuge des grands Muletsles plus belles toilettes du Monde, Refuge des grands Mulets

les plus belles toilettes du Monde, Refuge des grands Mulets

Nuit correcte, réveillé, habillé, nourri, et hop dehors. Petite via ferrata nocturne (faux pas se la coller quand même) et on retrouve nos skis. Toutes les cordées sont déjà parties, on est les derniers à quitter le refuge

Et c'est parti, on part dans la nuit avec les peaux et les couteaux, Je suis devant,  avec mes 4 acolytes en file indienne derrière . Chamonix en bas brille de mille feux.  la neige est dure on aperçoit juste la trace que l'on suit comme des moutons. 

On avance, les conversions s'enchaînent, la pente se raidit, on décide de mettre les crampons, ça sera plus safe. Et hop c'est fait, on remonte la pente, qui continue de devenir plus raide (c'est sans fin) Heureusement la trace est profonde, on fini par rattraper une première cordée. Les discussions sont réduites , juste prendre des nouvelles de celui qui te suit... de temps en temps. Chacun termine sa nuit.

La trace va buter sur un petit sommet, il faut alors redescendre  à flanc pour faire une petite pause.

Départ pour le Mont Blanc, de nuitDépart pour le Mont Blanc, de nuitDépart pour le Mont Blanc, de nuit
Départ pour le Mont Blanc, de nuitDépart pour le Mont Blanc, de nuit

Départ pour le Mont Blanc, de nuit

On repart, encordés, comme hier;  la première : Apoutsiak, Bastien et Benjamin, derrière, les anciens Bertrand et Yves. On a choisi de garder les skis sur le sac ,on pense être plus efficace. Une cordée n'a pas fait le même choix, elle reste sur les skis. Nous partons devant et prenons  rapidement le large. On longe au maximum le bord du plateau afin de rester, au maximum, à l'abri des séracs. On est exposé aux séracs en serrant à gauche, nous a annoncé le gardien, je suis sa prescription à la lettre. A droite, au dessus, d'énormes séracs menacent, on voit bien que de temps en temps, ça tombe, il y a les stigmates sur le plateau. J’accélère légèrement, on sort de la zone de danger, plus de trace de bloc sur la trace. On repart à droite vers un collet, quelques crevasses, nous voici sur le Grand Plateau avec la Face Nord du Mont Blanc pile en face de nous et le soleil qui vient nous réchauffer.

L'occasion d'une petite pause fort sympathique. Je peauffine ma décision, non, je ne descendrais pas la face Nord à ski, le bas me semble raide, la face est toute traffolée, elle semble bien dure, sans doute verglacée par endroit. Ca fait un moment que je réfléchis à la décision, je vais me contenter de descendre à ski depuis Vallot, ça sera déjà pas mal. Je la skierai dans une prochaine vie, la mienne est déjà bien remplie !

 

Ski entre le petit et le Grand Plateau, Mont BlancSki entre le petit et le Grand Plateau, Mont BlancSki entre le petit et le Grand Plateau, Mont Blanc
Ski entre le petit et le Grand Plateau, Mont BlancSki entre le petit et le Grand Plateau, Mont Blanc

Ski entre le petit et le Grand Plateau, Mont Blanc

ski entre le petit et le Grand plateau, Mont Blancski entre le petit et le Grand plateau, Mont Blancski entre le petit et le Grand plateau, Mont Blanc
ski entre le petit et le Grand plateau, Mont Blancski entre le petit et le Grand plateau, Mont Blanc
ski entre le petit et le Grand plateau, Mont Blancski entre le petit et le Grand plateau, Mont Blanc

ski entre le petit et le Grand plateau, Mont Blanc

On repart, toujours dans le même ordre, Bastien galère avec la corde, en seconde position, elle prend la fâcheuse habitude de passer sous ses skis puis de l'emberlificoter ... O n s'arrête, Bastien fait un saut périlleux pour se libérer de la corde, et on repart. Bon parfois c'est un peu plus complexe que ça mais on fait ça dans la bonne humeur.

On repart vers le haut, petit rythme tranquille, à ma façon, grand virage et on revient vers le col des Dômes. Il y a un peu de glace par endroit, je veille à l'éviter.  à droite, les cordées à pied en provenance du Gouter, croisent celles  en provenance du sommet. On ne devrait pas avoir trop de monde sur l'arête, la marée est déjà passée !

Et zou, direction la pente sous Vallot où nous opérons une petite pause technique : mettre les skis sur le sac pour mes acolytes, laisser mes skis là pour moi.

Entre le Grand Plateau et le col des Dômes - Mont Blanc depuis les Grands MuletsEntre le Grand Plateau et le col des Dômes - Mont Blanc depuis les Grands Mulets
Entre le Grand Plateau et le col des Dômes - Mont Blanc depuis les Grands MuletsEntre le Grand Plateau et le col des Dômes - Mont Blanc depuis les Grands MuletsEntre le Grand Plateau et le col des Dômes - Mont Blanc depuis les Grands Mulets
Entre le Grand Plateau et le col des Dômes - Mont Blanc depuis les Grands MuletsEntre le Grand Plateau et le col des Dômes - Mont Blanc depuis les Grands Mulets

Entre le Grand Plateau et le col des Dômes - Mont Blanc depuis les Grands Mulets

Entre le Grand plateau et Vallot - Mont Blanc deuis les Grands MuletsEntre le Grand plateau et Vallot - Mont Blanc deuis les Grands MuletsEntre le Grand plateau et Vallot - Mont Blanc deuis les Grands Mulets
Entre le Grand plateau et Vallot - Mont Blanc deuis les Grands MuletsEntre le Grand plateau et Vallot - Mont Blanc deuis les Grands MuletsEntre le Grand plateau et Vallot - Mont Blanc deuis les Grands Mulets

Entre le Grand plateau et Vallot - Mont Blanc deuis les Grands Mulets

Je rejoins la trace, on a réduit l'encordement, et on remonte vers Vallot, c'est raide et en neige dure, rapidement on rejoint Vallot pour quelques photos, j'adore ce petit abri posé sur cet éperon, je trouve l'endroit magique même si je déconseille à mes compagnons de rentrer dedans, car dedans, tout est violet, il n'y a que des gens ultra fatigués, qui sont à la limite de vomir ... Dans mon souvenir, je n'y suis rentré que 3 fois, c'est la couleur violette qui domine, la halte n'est pas recommandée.

La suite est vers le haut, la première pente sous la première bosse est raide. Je l'attaque d'un  bon rythme, je sens que je ne suis pas trop mal. Derrière, je sens que Bastien a un léger coup de mou, "pour une fois !" me dis je !

Oui parce que ma cordée, faite d'alpinistes d'un haut niveau, est arrivé ici un peu émoussée : Bastien a eu la bonne idée de faire le 110 km du Swiss Canyon trail la semaine dernière et Benjamin, sort de nombreuses sorties montagne, notamment 2 4000 des Monts Roses les deux derniers jours. Et donc , ce qui devait arriver arrive, la corde se tend derrière moi, je suis obligé de ralentir (un peu, et ça m’arrangerait presque !)

Bref, tout se passe bien , on se retrouve dans la partie plus raide qui mène à la première bosse et on croise quelques cordées, toujours dans la bonne humeur. J'essaie de nous décaler quand je vois des cordées dite de débutants à la descente, notre cordée expérimentée supporte facilement ces écarts.

Première bosse, superbe, courte pause et on repart.

du bivouac Vallot à la première Bosse - Mont Blancdu bivouac Vallot à la première Bosse - Mont Blancdu bivouac Vallot à la première Bosse - Mont Blanc
du bivouac Vallot à la première Bosse - Mont Blancdu bivouac Vallot à la première Bosse - Mont Blancdu bivouac Vallot à la première Bosse - Mont Blanc
du bivouac Vallot à la première Bosse - Mont Blancdu bivouac Vallot à la première Bosse - Mont Blancdu bivouac Vallot à la première Bosse - Mont Blanc

du bivouac Vallot à la première Bosse - Mont Blanc

J'attaque la seconde, tout va bien, je fins par me rendre compte que j'ai un avantage par rapport à mes compagnons de cordée, je ne porte pas mes skis, ce qui explique sans doute une partie de ma bonne forme. A la fois, ils n'avaient qu'à laisser leurs skis à Vallot... Bref, je vais bien. La trace longe la deuxième bosse et vient traverser une crevasse en plein milieu de l'arête, ça c'est nouveau, je n'ai jamais vu de crevasse à cet endroit là. On rentre dans la large, et peu profonde crevasse, puis on déboule de l'autre coté, c'est un peu plus raide au dessus. J'avance. Derrière, mes deux  compagnons passent leur temps à me demander des pauses pour scruter la face Nord, la bonne excuse ! "alors là, tu vois, on va longer le sérac, puis là, il faudra traverser la crevasse sans tirer trop à gauche... Et là, en bas ?" "Ben là en bas, je ne vois pas trop..." , "faudra peut être prendre à droite" "à droite... - hésitation' sans doute !"

Bon, moi j’insiste pour ne pas faire de pause inutile, je sais que ça casse le rythme, et si ça ne casse pas LE rythme, ça casse MON rythme, et mon corps n'aime pas ça .

On arrive à la grosse crevasse de 4700 m, cette année elle est sympa, elle est bouchée et le retour sur l'arête est facile, et hop, on est juste sous l'éperon de la Tournette, jolie vue sur le bassin de Tré la Tête.

Je repars vers le haut, je sais qu'il ne reste rien, mais qu'on n'est pas tout à fait arrivé. Petit replat, une cordée "pas douée douée arrive du dessus" on hésite à s'élancer, il y a ceux qui attendraient qu'elle soit en bas pour s'engager, et les autres, dont je suis, qui proposent de se décaler au moment où on les croisera. Et comme, "c'est moi le chef !", ben on repart. On arrive à hauteur de la cordée, très lente, on se décale et on continue de monter hors trace, ça fait un bon exercice. Au dessus la pente fini par se coucher, c'est la longue arête finale.

Des Bosses au sommet du Mont BlancDes Bosses au sommet du Mont BlancDes Bosses au sommet du Mont Blanc
Des Bosses au sommet du Mont BlancDes Bosses au sommet du Mont Blanc
Des Bosses au sommet du Mont BlancDes Bosses au sommet du Mont Blanc

Des Bosses au sommet du Mont Blanc

Tranquillement on remonte vers la cime, avec comme souvent à ce moment là un peu d'émotion. L'occasion de penser à tous ceux qui nous ont appris la montagne et qui ne sont plus là. C'est bête mais ça me le fait souvent quand je suis sur la partie finale du Mont Blanc. Je pense à papa, qui n'était pas le champion dans le choix de ses randos avec nous , je pense à Jacques, qui m'a un jour dit que je grimpais comme un chamois, ça  n’était sans doute pas vraiment la réalité, je n'ai jamais vraiment bien grimpé, mais ça n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd, j'y pense encore aujourd'hui !

Je ne vais pas faire la liste de tous ceux à qui j'ai pensé, l'arête (et la liste) est longue.

On commence à voir les cordées stoppées au sommet, vient notre tour, je me retourne, on se congratule avec Bastien et Benjamin (dont c'est le premier Mont Blanc, j'attends toujours le champagne !) Bertrand et Yves suivent, frais comme des gardons, leur cordée a prêt de 120 ans !

Et Bertrand nous sort sa tomme, pour le meilleur morceau de tomme... du monde, à 4800 m. On se régale.

Sommet du Mont Blanc et Tomme de SavoieSommet du Mont Blanc et Tomme de SavoieSommet du Mont Blanc et Tomme de Savoie
Sommet du Mont Blanc et Tomme de SavoieSommet du Mont Blanc et Tomme de SavoieSommet du Mont Blanc et Tomme de Savoie
Sommet du Mont Blanc et Tomme de SavoieSommet du Mont Blanc et Tomme de Savoie
Sommet du Mont Blanc et Tomme de SavoieSommet du Mont Blanc et Tomme de Savoie

Sommet du Mont Blanc et Tomme de Savoie

Une fois les traditionnelles photos réalisées, j'attaque la descente, je laisse les 4 fantastiques à leur face Nord.

Je galope sur l'arête (sans courir mais d'un bon pas)

Je me décale quand je croise les cordées et j'avance (tout en oubliant pas de faire quelques photos) J’avale la première partie, je me finis par dépasser une longue cordée des pays de l'Est, il sont 5. J'arrive au col entre les bosses et je m'arrête pour regarder et filmer les 4 fantastiques... Ils sont tout petits dans cette immense face Nord.  Delà , je perçois leur concentration, le choix de l'itinéraire. Je les vois se diriger vers la crevasse qui barre le haut de la face et la traverser, un par un.

De là où je suis, je n'arrive pas à les distinguer, mais j'imagine qu'Yves a pris le leadership pour la descente, c'est celui qui mange le plus de dénivelé.

Sous la crevasses, ils enchainent quelques virages que j'immortalise. Avant de filer, bon, les slovaques (je sais pas s'ils sont slovaques, mais je ne sais pas (non plus) si comment on appelle les habitants des pays de l'Est (les Estivaux ?) Bref, les Slovaques me sont repassés devant, et je dois me les refaire dans la montée à la petite bosse. Ils ne vont pas très vite alors le dépassement se fait plutôt rapidement. puis c'est la descente un peu raide qui mène à Vallot, je rejoins rapidement mes skis.

 

Descente du Mont Blanc, du sommet à Vallot (par les bosses)Descente du Mont Blanc, du sommet à Vallot (par les bosses)Descente du Mont Blanc, du sommet à Vallot (par les bosses)
Descente du Mont Blanc, du sommet à Vallot (par les bosses)Descente du Mont Blanc, du sommet à Vallot (par les bosses)
Descente du Mont Blanc, du sommet à Vallot (par les bosses)Descente du Mont Blanc, du sommet à Vallot (par les bosses)

Descente du Mont Blanc, du sommet à Vallot (par les bosses)

Et là, bingo, la neige est super bonne juste transfo. Je me fais une super descente pour rejoindre le Grand Plateau, une petite traversée et je rejoins le reste du groupe au point de rendez vous, ils sont arrivés là, il y a seulement 5 minutes.... J'ai été relativement rapide sur l'arête des Bosses.

On fait une pause, apparemment, j'ai bien fait de ne pas descendre la face Nord, ils ont eu des passages chauds, je lis encore la frayeur sur leur visage. La face, un peu trop traffolée, et des passages en glace ou en neige béton dans des parties à plus de 45°. Sachant que la neige sous Vallot etait excellente, je ne regrette pas mon choix.

 

On attaque la descente, sous les mégas séracs à gauche, objectif, ne pas trainer, à la descente c'est plus facile qu'à la montée. Je ferme la marche avec mes petites cuisses qui ne pensent qu'à une chose : faire une pause tant elles sont pleines d'acide lactique. Bon, les 4 Fantastiques n'ont pas mes soucis, ils filent à vive allure vers le petit plateau puis en dessous.

On se retrouve au dessus du refuge, dans une zone avec des crevasses, étonnant, je n’avais rien remarqué ce matin, dans la nuit noire...

On fait une pause vers le refuge, Bertrand doit ramener sa frontale au gardien. A son retour, il nous descends une bouteille d'eau, cool !

Descente sur les Grands MuletsDescente sur les Grands MuletsDescente sur les Grands Mulets
Descente sur les Grands MuletsDescente sur les Grands Mulets

Descente sur les Grands Mulets

Départ vers le bas, dans une neige qui devient soupe, il ne va pas falloir trainer à la jonction

Quelques virages plus tard, nous sommes sur zone : LA JONCTION

On enlève nos skis et une femme au milieu de la jonction nous interpelle de loin : "N'avancez pas, il y a des personnes qui sont tombées dans une crevasse" Il y a de l'agitation sur zone, nous sommes bloqués.  Je ne suis pas optimiste, on va passer la jonction à la mauvaise erreur, sachant que la suite est assez expo...

Bref on attend, l'hélico de la sécurité civile fait un premier passage, puis vient se poser à 30 m de moi. 2 gendarmes du PGHM en descendent, ils nous passent devant pour aller vers les victimes. Sur place, vu l'exposition des deux types qui sont dans une zone chaotique, ils décident des les moufler avant de les médicaliser.  Ils reviennent, je propose à l'un des deux gendarmes de les aider s'ils ont besoin d'aide.

Les 2 victimes reviennent à pied, le premier à quelques écorchures sur la face , le second a plus de sang et semble plus touché. Ils médicalisent le second dans une coquille à mes pieds et me demandent de brancarder le gars jusqu'à l'hélico. Le tout doit se faire encordé, Il va falloir synchroniser le brancardage avec l'assurance de Bastien et Benjamin.

Je me retrouve au chevet du blessé, le cuir chevelu semble avoir pris, ça n'est pas forcement grave mais ça saigne pas mal. Pourquoi ne pas avoir mis de casque à cet endroit. Bon ça n'est pas le moment de faire des remarques au gars, j'essaie de le rassurer, je vois qu'il a froid, je luis explique que le vent s'est levé, c'est la raison de son frisson (peut être pas que).

Début du brancardage, je suis à la tête du gars, on avance relativement vite dans une neige soupe, le gars est super lourd, je titube presque, in petto je me dis "ne pas tomber, ne pas tomber !" , mes crampons font ce qu'ils veulent, me tordant les chevilles, je brancard va de gauche et de droite, "surtout, ne pas tomber" "la vache qu'est ce qu'il est lourd !" On pose le brancard à l'endroit ou l'hélico doit atterrir.

Le gendarme me briffe sur ce que je dois faire ensuite, on se décorde dans un premier temps, la corde ne doit pas se prendre dans les pales de l'hélico.

L'hélico arrive dans un bruit assourdissant, je suis à présent du coté des pieds du brancard avec mission de le grimper dans l'hélico, et hop, c'est fait, ensuite il faut charger le matos des deux alpinistes suisses dans l'hélico.  Les skis, les sacs, le matos de secours, les bâtons. Une fois le tout chargé, les deux secouristes montent dans l'hélico et je me tiens accroupi, en attendant que l'hélico parte. Le gendarme secouriste me fait un signe d'au revoir, le mécanicien surveille les abords de l'hélico, je suis à 2 m de lui, la turbine balaye tout, l'hélico décolle, le mécanicien me fait "petit pouce en l'air" (je me suis cru sur facebook) avant qu'un nuage de neige recouvre tout, je mets ma tête entre mes jambes en attendant l'accalmie, qui ne tarde pas. 30 secondes plus tard, c'est le SILENCE !

Les gendarmes auront été efficaces.

 

Nous on esperait presque qu'ils nous proposent de nous emmener...

hélico de la sécurité civile à l'approche PGHM - secours à la jonction - Mont Blanchélico de la sécurité civile à l'approche PGHM - secours à la jonction - Mont Blanc

hélico de la sécurité civile à l'approche PGHM - secours à la jonction - Mont Blanc

On ne traine pas, je me ré encorde, skis sur le sac et on avance. Pendant le secours, François D'Haene est passé, il ne s'est (même) pas arrêté. Bastien l'a reconnu, pas moi, il a déjà filé.

Quand on se remet en route, Bertrand et Yves sont déjà de l'autre coté de la Jonction

On part un peu stressé, l'accident n'y est pas pour rien. On passe les blocs, on arrive à la zone où on pense que les deux gars sont tombés (à priori, le premier est tombé, son acolyte l'a retenu un moment, a réussi à amortir sa chute, par contre il a fini par basculer  lui aussi et est tombé sans assurance, 7 m de chute dans cette zone peu sympathique). On ne traine pas, la zone chaotique, la petite traversée puis la descente. En bas, Benjamin est déjà remonté, gros bruit, je lance "pierre", une grosse pierre de 40 cm de rayon environ  vient de tomber à moins de 2 m de Bastien, elle a du glisser sur le sérac au dessus. Nouveau bon coup de stress, l'adrénaline à fond et on n'est pas sortis. On galope vers la sortie, ouf !

Bertrand et Yves nous ont attendu.

On rechausse les skis et on file, croisant au passage quelques cordées qui montent. Il est trop tard et je le sais bien, le sauvetage nous a mis dedans...  Le parcours est magnifique et effrayant, à droite,  les centaines de séracs du glacier, plus ou moins menaçants, sous nos pieds , de temps en temps, une crevasse, simple petite trace, mais on voit bien qu'elles sont profondes. On skie vite, espérant que si le pont de neige s'effondre, on sera déjà de l'autre coté. Quelques virages avant une longue traversée.  Ca n'est pas mon passage préféré, on va bientôt sortir de ce coupe gorges (mieux que Roland à Ronceveau)

 

Jonction au retourJonction au retourJonction au retour

Jonction au retour

On est sorti du glacier, enfin.

A présent la consigne du gardien est claire, il faut passer par le chemin d'été

Et le chemin d'été, je ne me fais pas d'illusion, c'est raide et expo, surtout à cette heure un peu avancée. Malheureusement, le chemin d'hiver , que nous avons pris hier est expo, un énorme sérac menace sous l'aiguille du midi, 20 000 m3 de glace d'après le gardien. Ça fait beaucoup, même si je ne me rends pas compte exactement de la quantité.

Bref, on part vers le bas avec un avantage, on sait que Yves et Bertrand sont montés par là. Si c'est trop expo, on pourra toujours rejoindre la gare des glaciers et descendre sur le tunnel.

On part pour une traversée à flanc avec quelques portages. La traversée est raide, par endroit il en faut pas s'en coller une , sinon, c'est le grand saut. Bref, on traverse, on déchausse, on rechausse , on file. En dessous de nous, par moment, le vide se creuse, il me tétanise, je n'en montre rien...  pas glop. On fini par arriver à la gare des glaciers  pour une petite pause. La décision est prise de continuer vers le plan de l'aiguille. Flûte moi j'étais parti pour une bonne pause. Benjamin est stressé de rater la benne. Pour moi, il ne devrait pas y avoir de problème, mais tout le monde est reparti alors que j'ai encore mon sac grand ouvert. Encore une fois, je galope derrière. Je finis par rejoindre le groupe lors d'un déchaussage. On avance , même si c'est encore loin. On a repéré au dessus François D'Haene qui n'a pas respecté la consigne, il va passer sous les mètres cubes de glace, sans doute sans le savoir.  Bon, ils skis tellement vite que si le sérac tombe, il ne pourra sans doute pas le rattraper.

Pendant ce temps, nous on déchausse et on rechausse, sans oublier de nous moquer d'Yves et Bertrand qui sont incapables de nous décrire ce qu'ils ont vu à la montée (pourtant c'était de jour !)

Dernier déchaussage, j'essaie d'optimiser au max, puis on remonte skis sur le sac vers le plan de l'aiguille que l'on rejoint, enfin ! Et voilà, un joli Mont Blanc validé, et pas de souci pour la benne , on est hyper large !

 

 

de la jonction au plan de l'Aiguillede la jonction au plan de l'Aiguillede la jonction au plan de l'Aiguille
de la jonction au plan de l'Aiguille

de la jonction au plan de l'Aiguille

voilà le reportage de france 3 concernant la menace de chute de glacier sur l'itinéraire d'accès au refuge des Grands Mulets

Épilogue

Dans la benne on a retrouvé le guide et sa cliente qui ont mouflé les deux suisses, en fait, personne ne les avait vu tombé, le guide traversait, il a vu un bâton et entendu une voix qui venait du fond de la crevasse. Ils (avec le PGHM) ont décidé de moufler les deux Suisses, vu le risque de sur accident (tout aurait pu leur tomber dessus)

 

Sur le parking à Chamonix, le Suisse (peu blessé) est arrivé en taxi pour récupérer sa voiture, à priori sont partenaire de cordée n'est que peu atteint, le séjour à l'hopital de Sallanche devrait se terminer ce soir... Bonne nouvelle !

 

Finalement, tout est bien qui fini bien

 

 

 

 

A Arnaud, François et Marshal

Ski de randonnée : Pollux - 4092 m - récit d'un sauvetage avorté

Apoutsiak — Ski de randonnéeValaisZermattalpinisme4000

Une belle journée de montagne sur un sommet plutôt facile (faut quand même pas mal tirer sur les bras) et une après midi à organiser un sauvetage inutile.

Récit complet de la journée, du pseudo sauvetage et d'un autre sauvetage intercurrent

Bonne lecture

 

Vidéo :

Topo:

Accès départ

Pour info : parking à Täsch ( 15 € par jour)

Train Täsch Zermatt

Traverser Zermatt à pied (Nord Sud 1 km 100)

Prendre alors le téléphérique pour Matterhorn Paradise (Klein Matterhorn) 3817 m

 

Sommet :

De Klein matterhorn, descendre au col 3793 m CNS puis aller jusqu'au Breithornpass en visant le point 3824 m

Longer au mieux les pentes du Breithorn en passant sous le point (3821 m CNS et en allant au plus loin. On repeaute avant l'éperon du bivouac Rossi et Volante. Remettre les peaux et se diriger vers le pied du Pollux. Un couloir évident à droite vous appelle.

Laisse les skis. Remonter le couloir (40 °) en neige (couloir élégant) puis tirer légèrement à gauche dans un système de vire pour rejoindre les chaînes.

Passage un poil physique pour remonter la première partie des chaînes. (on parlera de technique de bourrin !)

On parvient à une breche, prendre alors à gauche, toujours des chaînes, mais plus facile. On sort alors à la vierge. La suite est une jolie arête à 35 ° qui mène au sommet

Descente par le même itinéraire, possibilité de faire deux rappels de 15 m chacun pour redescendre les chaînes sans effort !

 

 

Pollux, couloir d'accès

Pollux, couloir d'accès

Récit :

On a passé la nuit dans un petit hôtel à Randa, et oui, le petit alpiniste s'embourgeoise ! Bref on a bien récupéré de la journée de la veille et de l'ascension du Grand Cornier (point 3714 m)

Enfin c'était pas gagné, Benjamin semblait quand même bien fatigué la veille au soir. Ce matin, le voilà guilleret !

On file au parking géant de Täsch, puis par chance on choppe le premier train, sans attendre. Voilà Zermatt, la magnifique et la huppée. Comme à chaque fois, on remonte la rue principale entourée de boutiques de luxe. C'est toujours étonnant, ces villes de montagne, il semble que parfois  elles aient perdu leur âme, elles sont toutes tournées vers le tourisme de luxe, oubliant ceux qui en font leur réputation : Nous. (Fin de coup de gueule, oui, je sais un peu mou, faudra peut être que je retravaille ce passage !)

Nous ne croisons le premier magasin de montagne qu'après une longue marche.

Benjamin se baffre de viennoiserie dans une jolie boulangerie. Et nous voilà aux caisses des remontées mécaniques. La carte bleu chauffe mais pas au point de rendre le terminal inutilisable. On se met dans la queue des télécabines, au milieu d'autres skieurs de randonnée, mais également de skieurs de piste. Et c'est parti pour une montée à 3800 facile, en 3 tronçons ! On se retrouve dans le dernier télécabine géant (28 places par benne !) les premiers ! Et donc on déboule à 3800 m avec la montagne pour nous. Bon ça ne dure pas longtemps !

Le haut est moche, des cables de téléphérique, des passages de neige damée. Je déteste !

 

 

 

Pollux

Pollux

Et c'est parti, courte descente sur la piste, il faut déjà traverser des fils et les pistes de ski défoncée par les dameuses (je n'ai pas tout compris j'avoue) Ensuite on tente de continuer sans les peaux. Pas forcement le bon choix. On finit par les mettre pour les 5 minutes qui nous séparent su Breithornpass, encore un mauvais choix tactique. Voilà le col, et hop, il faut dépeauter. C'est bien , ça nous occupe !

La neige est béton et pour mon plus grand plaisir, il faut descendre un poil dans le jour blanc. Les skis vibrent au contact du mur blanc, le ski est désagréable. Le temps n'est pas catastrophique mais le ciel est bas et j'ai du mal à estimer les pentes, comme souvent. Je me rends compte qu'il fallait tirer plus à gauche plus à flanc. Je tire alors à gauche en poussant sur les bâtons. Dans les portions descendantes , je suis crispé comme pas possible et Benjamin me le fait remarquer. Je déteste cette neige !!! Dire qu'on a fait du si bon ski hier ! C'est tout crispé que j'enchaine les portions de descente et les portions planes où il faut pousser sur les bâtons. En plus, pas un virage, pied gauche amont, un jour il faudra que je pense, àa faire affuter mes carres...

On fini par accéder au pied ud bivouac Ross et Volante et il faut remettre les peaux. Et repartir vers le haut... en faux plat. C'est toujours mieux qu'une descente à flanc en neige béton. petit youpi !

On avance sur le schwartzor, on voit des traces dans la face Ouest, par endroit, ça a l'air en glace,  et on rejoint le dépôt des skis, petite pause, tout va bien , voici la partie ludique.

 

en direction de Pollux sur le plateau des monts rosesen direction de Pollux sur le plateau des monts rosesen direction de Pollux sur le plateau des monts roses
en direction de Pollux sur le plateau des monts rosesen direction de Pollux sur le plateau des monts rosesen direction de Pollux sur le plateau des monts roses

en direction de Pollux sur le plateau des monts roses

Encordés, moi devant, Benjamin derrière, et on est parti, le couloir se redresse tranquillement, la taille des marches augmentent aussi petit à petit. Je ahane à chaque pas. On opère quelques judicieuses pauses pour faire des vidéos, le petit couloir est très esthétique.

A la sortie du couloir on papote avec deux français, de la suite et de leur projet pour le lendemain.

Je profite du moment, c'est tranquille. Au dessus, la pente se couche, il y a quelques rochers. La trace est profonde, elle nous évite toute hésitation. on remonte vers une vire 5 m avec juste la place pour les crampons, j'avoue que l'on progresse tout en papotant.  puis une petite sente enchaîne, à droite, le Castor nous surveille , et nous annonce des lendemains difficiles avec toute la glace présente !

Voilà enfin les chaînes, je reste devant (bah oui, je fais le fier) je récupère le peu de matos que l'on a emmené. Benjamin bougonne, il trouve qu'on n'a pas été assez prudent et qu'on est parti avec trop peu de matos.  Bon, moi je pense qu'on devrait se débrouiller.

 

Vue de dessous c'est austère : après une courte traversée, il faut remonter sous un bloc coincé légèrement surplombant et remonter sur la gauche pour le passer. Waoutch, ça a l'air chaud ! surtout ne rien en laisser paraitre.

Je traverse, fastoche, puis je remonte. Au départ c'est pas trop difficile, c'est sur de la neige avec des prises à droite et à gauche, on progresse presque en opposition.  Le bloc coincé me rejette en arrière, position désagréable. Je remonte mes pieds au maximum au fond du couloir, mais plus je piétine plus je m'enfonce, hors mon but était de monter ma jambe au plus haut pour trouver la première prise.

Pour la prise de pied, c'est facile, il y a une trace de crampons avec les pointes, tant tout le monde met son crampon au même endroit. Le pied gauche est tout trouvé, le pied droit vient en face, sur la paroi opposée, je bourrine sur la chaîne et passe au dessus du bloc. Yes, c'est passé, mais je suis tout essoufflé ! Je ne me souvenais pas que c'était si physique il y a 20 ans ou presque (je suis passé ici durant l'été 2003)

Je fais venir benjamin à moi, lui donnant au passage quelques précieux conseils (et oui ça donne un petit coté pro) je sais qu'il n'en avait pas besoin, il grimpe mieux que moi ! Je repars vers le haut, rien de bien technique, mais ça reste du gros tirage sur la chaîne. Je parviens à une brêche qui surplombe un bloc coincé sur lequel je me juche  ! (et oui j'ai écris je me juche et c'est sans doute la première fois de ma vie !)

Bref, bien juché, je fais venir à moi Benjamin. Puis je repars, c'est plus facile, il y a des réglettes partout sur les 15 derniers mètres.  et hop, en 3 minutes c'est emballé, je me retrouve a dessus.

 

Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)
Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)
Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)

Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)

reste juste à faire venir Benjamin

Un guide Suisse allemand arrive par le haut, tout en braillant sur sa cliente. sans me poser de question, il installe son relai à coté du mien (ni sans me demander) tout en braillant sur sa cleinte : "Krrrröte Krrrötte !"

Benjamin est déjà parti

La cliente commence déjà à descendre.

Il aurait pu attendre tranquillement que Benjamin arrive, il n'aurait perdu que 2 minutes.

Benjamin est à l'arrêt au milieu des chaînes, j'ai perdu l'audition de mon oreille droite. "KARABINER LINKS - KARABINER LINKS !"  Les décibels sont là, le plaisir d'être ici moins. Je le sens stresser ce guide, stresser de devoir passer sur toutes les cordées qui montent ! La client est enfin en bas. Il arrête enfin de brailler. Il part en désescalade sur la chaîne en lâchant à peine un remerciement... Ca c'est fait, Benjamin reprend son ascension et me rejoint, on débriffe l'événement. Et oui, les guides, il veulent surtout rentrer tôt chez Bobone parfois !

Courte pause à la vierge, il reste une petite centaine de mètres. Je repars , tranquille, il ya une trace, par moment la glace n'est pas loin ! O nprogresse sur l'arête, le Castor à droite, le Lyskamm plus loin.

Déjà les derniers mètres et le bonheur d'être là haut, ensemble, c'est déjà notre 11ème 4000 en commun !!!

 

Pollux - sommetPollux - sommetPollux - sommet
Pollux - sommetPollux - sommet
Pollux - sommetPollux - sommet

Pollux - sommet

Pollux - sommetPollux - sommetPollux - sommet
Pollux - sommetPollux - sommet

Pollux - sommet

La pause est longue, on mitraille, on inspecte la peu avenante face du Pollux qui est notre objectif de demain. Au départ on voulait descendre sur la cabane du Mont Rose, mais vu la tête du glacier, ça fait longtemps qu'on a renoncé à ce projet ambitieux et crevassé !

 

Pollux - la viergePollux - la viergePollux - la vierge

Pollux - la vierge

Il faut attaquer la descente, d'abord la partie en neige puis la pause à la vierge, moins ventée que le sommet.

On laisse passer la cordée qui nous suivait sur le passage des chaînes, pour une fois qu'on n'est pas pressés, on a juste à profiter.  C'est notre tour de descendre les chaînes, on a choisi de le faire en rappel, plus sécur et plus tranquille, l'autre cordée est parti en désescalade.

Benjamin se lance le premier. Première partie facile, rien à dire, je le rejoins assez rapidement. Ensuite on a un doute, un rappel va t'il être suffisant (on n'a que 30 m de corde) On balance la corde et on interroge le dernier de la cordée de dessous. "Pas de problème"  et zou, c'est reparti, Benjamin d'abord puis ma pomme. Il ya juste le passage du bloc coincé qui se révelle peu agréable à descendre , mais ... ça paaaasssse !!!

Me voilà sur la vire du bas, vaché, je rappelle la corde qui gentiment évite le peu de bequets présents. Pendant se temps, Benjamin la love et nous volà reparti vers le bas tout en papotant, notre principale occupation du jour. Les passages sont toujours esthétiques.  On rejoint le haut du couloir et tranquillement les skis. pour une dernière pause.  Il n'y a plus qu'à rejoindre le bivouac, malheureusement, il n'y a pas ou peu de trace.

 

Pollux descentePollux descentePollux descente
Pollux descentePollux descentePollux descente

Pollux descente

On repart avec les peaux pour une courte descente sur le Schwartzore, rapidement traversé, puis je passe devant pour remonter à flanc vers le bivouac, la fin parait raide... Benjamin me fait remarquer qu'il y a une grosse corniche au dessus de nous. La visibilité est mauvaise, j'hésite, il passe devant pour avancer de 10 m et on enlève les skis dans la pente.

Je charge le sac en restant bien concentré, le moindre truc qui tombe descend de 100 m directement sans espérance de l'arrêter. Benjamin a des doutes pour la suite, les pentes lui semblent trop chargées.  Je pars devant. je contourner une première benne puis longe la seconde en biais. J'arrive à faire la trace d'un bon pas dans cette neige ou les pieds s'enfoncent. Je remonte vers le crux, sous une petite barre, j'attends Benjamin puis je repars à gauche, c'est beaucoup plus facile qu'il n'y paraissait, hop, petit passage raide, ensuite, ça se couche et le bivouac est là. On y accède par au dessus, il ne faut pas s'en coller une !!!

Et voilà le mignon bivouac Rossi et Volante avec la surprise : il y a déjà 4 duvets dans le petit espace. Une cordée est à l'approche dans nos traces, on ne sera pas seuls ce soir

Bivouac Rossi et VolanteBivouac Rossi et VolanteBivouac Rossi et Volante
Bivouac Rossi et VolanteBivouac Rossi et VolanteBivouac Rossi et Volante

Bivouac Rossi et Volante

Il est 14 h, on a le temps.

2 Suisses entrent dan le refuge. Il s'agit d'Axel et Fred avec lesquels on va passer une belle après midi.

2 Slovaques arrivent alors.

Il reste 2 duvets appartenants à 2 inconnus qui sont sans doute partis vers la Roccia Nera d'après Fred qui les a vu déposer leurs skis vers midi au dessus du bivouac.

On vaque à nos occupations et nos occupations, c'est faire fondre de l'eau. Il faut notamment aller derrière le refuge, remonter la pente (glissante) et revenir sans perdre son précieux chargement de neige) Bref, ça fond et on papote. Nous on découvre Fred et Axel. qui ont dévalé à ski la pente ouest du Pollux Les Slovaques ne sont pas en reste en offrant de la goutte à tout le monde, voilà qui réchauffe l’atmosphère. L'ambiance est bonne, le temps passe...

 

5 h on commence à s'inquiéter, les 2 qui sont partis devraient être déjà là. la Roccia Nera n'est pas loin (une heure max) et l'aller retour pauses comprises n'aurait du leur prendre que 3 h max. On décide d'attendre un peu avant d’alerter les secours, afin que s'ils sont nécessaires, ils puissent intervenir avant la nuit. Le temps s'est couvert. On ne veut pas déclencher des secours pour rien mais on se demande ce que la cordée fabrique sans ski sur le Breithorn...

17 h 30 on se décide à déclencher les secours alors que je pensais faire une petite sieste. Les Suisses n'ayant que peu de reseau, je suis le candidat pour appeler.

112

attente...

longue attente

"pronto"

forcement je ne parle pas Italien. nouvelle attente, conversation à 3, difficile, il y a un memebre d'une plateforme de secours, , un traducteur, et moi. Sans compter les tonalités qui se surajoutent par moment.

J'explique qu'une cordée est parti à midi pour la Roccia Nera, qu'elle devrait être là vu que le sommet est tout proche, que le plafond et bas et ne permet pas à un hélico de survoler le sommet...

Le gars me demande de rappeler un numéro

panique on n'a pas de paier pour le noter. Axel a la présence d'esprit de prendre son téléphone

Nouvel appel

Je renouvelle mes explications

Le gars me demande un maximum d'information, et de fouiller le matériel. Fred pense assez vite qu'il ya deux groupes. sur la table de la cuisine et en dessous : un téléphone, un piolet, un bruleur et une gamelle et de la bouffe en désordre, d'autre part sur la couchette en haut à gauche, 2 duvets et du matos bien ranger. On découvre qu'il ya une fille dans le groupe, mais pas de papiers.

Une seconde fouille nous permet de trouver dans le téléphone le nom du propriétaire : Gabin Aplic (oui j'ai changé le nom... ;-) )

Il y a une Carte Bleue, une carte vitale, une carde de club d'escalade à Nice, et une carte de rendez vous chez le dentiste. Flûte c'est un Français qui a laissé ce souk dans le refuge, j'ai honte.

Je fais part de nos trouvailles au secouriste, il me dit qu'il me rappelle. Je lui indique aussi que l'on pense qu'il y a deux groupes

On attend,  et on décide de faire monter une équipe vers le sommet. Étant responsable du téléphone, je suis coincé au refuge (dommage j'aurais bien aimé jouer les saint Bernard) Je récupère les portables d'Axel et Fred. Il neigeote à présent

Axel, Fred et Benjamin commence à se préparer. Je leur donne quelques indication sur la configuration du sommet, dans le brouillard qu'il ne se prenne pas la corniche... Surtout pas de suraccident. Je vérifie qu'ils ont des boissons chaudes.

Le type des secours me rappelle. Il m'annonce que Bastien Aplic a été rapatrié il y a 3 jours et que le secours est terminé. Je dois alors me battre pour lui faire comprendre qu'il ya deux personnes sur la montagne et qu'il y a deux groupes. Qu'on a bien retrouvé les affaires de Bastien , mais qu'il y a aussi d'autres personnes. La lutte est dure, il y a une sorte de quiproco de secours. Je finis par le convaincre, on fait le point ur le secours avec lui. Pendant ce temps, les 3 "secouristes" sont prêts. Fred annonec qu'ils vont y aller à ski, "ça ira plus vite" Et là, je me dis que c'est bien que je n'y aille pas. Axel et Fred vont aller à fond, j'ai de la peine pour benjamin qui va galérer à les suivre. Moi, connaissant les lieux, j'y serai aller à pied, tranquillement , à mon rythme. Pauvre Benjamin, je ne l'envie pas finalement.

Bon les 3 sont prêts, j'explique aux secours qu'on envoi des secours, vu la météo , ça nous semble la meilleur solution. A ce moment là, un cri vient du dehors, une cordée est sur le retour, fin de secours. J'annonce la bonne nouvelle à mon interlocuteur, et nous finissons par raccrocher

Les deux allemands arrivent, tout le monde se retrouve dans le refuge. On fini par comprendre qu'ils sont allés à la Roccia Nera puis ils ont attaqué la traversée des Breithorn (comment comptaient ils rentrer ici sans ski...) puis à la selle, il sont descendus dans la face pour revenir par le plateau qui ramène au bivouac. Dans le brouillard, navigation au GPS au milieu des crevasses.

Les Allemands ne se sont pas rendu compte de tout ce qu'on avait mis en place pendant leur absence...

On mange et on se couche (attention il y a une suite)

En direction de CastorEn direction de Castor
En direction de CastorEn direction de Castor
En direction de CastorEn direction de CastorEn direction de Castor

En direction de Castor

Castor
CastorCastorCastor

Castor

La suite :

 

Le lendemain, réveil tranquille vers 5 h . J'ai décidé de prendre le matos d'Alban sur mon sac (piolet, réchaud, téléphone et paiers) Fred et Axel sont partis il y a 1/2 h pour la traversée Castor Lyskamm.

On descend, on rejoint le pied du Castor dans le vent et on laisse les skis. Une énorme  barre de glace barre la face, et pourtant la trace passe par ezlle. Benjamin n'est pas inspiré et son inquiétude est contagieuse. Je lui propose de contourner la glace en passant par la neige à gauche. Je pars devant, d'abord à gauche puis dans la pente raide. Au dessus, ça se couche. Je pense qu'il suffit de revenir sur la droite. Je tire alors à flanc avant de redescendre de 5 m, il ya de la glace partout. On discutaille, on s'arrête, c'est vrai qu'on a  les crampons lights, c'est sans doute un peu juste. On sait aussi qu'on doit redescendre par le même itinéraire. Je pousse sur la droite pour rejoindre la face, je sens la glace sous mes crampons.

Discussion rapide, on signe le but, on reviendra et de toute façon, je suis déjà venu ! Que de glace dans cette face pour la saison ! Incroyable ! ca passait en prenant un peu de risque avac les bons crampons.

Demi tour, on rejoint les skis et zou direction Matterhorn paradise, qui n'en est pas un (pour moi ) On retrouve les pistes, les Italiens qui montent en peaux sur celles ci dré dans le pentu, et on rejoins Trockener steck, fin de l'aventure (ou presque)

 

Il y a encore une suite !

 

retour à Zermatt
retour à Zermatt
retour à Zermatt
retour à Zermatt
retour à Zermatt
retour à Zermatt

retour à Zermatt

Ski de randonnée : Pollux - 4092 m - récit d'un sauvetage avortéSki de randonnée : Pollux - 4092 m - récit d'un sauvetage avorté
Ski de randonnée : Pollux - 4092 m - récit d'un sauvetage avortéSki de randonnée : Pollux - 4092 m - récit d'un sauvetage avorté

La suite de la suite :

 

Retour à la maison, et C'est l'inspecteur Apoutsiak qui prend en charge le dossier

Via Messenger j'arrive à joindre la salle d'escalade d'Alban

Ainsi que son Bureau des élèves, Alban est étudiant en médecine

Je compte exploiter tous les indices en ma possession

J'utilise la carte de son dentiste, la secrétaire me dit qu'il n'est pas client mais avec la carte vitale, elle me donne le nom de son médecin traitant, l'enquête progresse, je dois appeler le Dr T , de Nice.

Un sypatique secrétaire m'annonce qu'elle connait la maman d'Alban, l’étau se resserre , je touche au but. Elle me dit de rappeler le lendemain.

De mon coté je cherche sur internet, il y a eu un accident sur Pollux il y a 3 semaines qui pourrait correspondre, deux jeunes de 22 et 17 ans, l'un d'eux est tombé de 200 m en ajustant ses crampons. Tout de suite ça m'amuse moins de prolonger les recherches, mais je suis lancé. Pas sur que ça soit cet accident.

Le lendemain, je rappelle la secrétaire du Dr T, elle me passe le numéro de téléphone de la mère d'A. Je l'appelle, elle est ravie que je l'appelle, son fils va bien et son compagnon de cordée aussi, ils se sont mangé une avalanche et ont du être hélitreuillés

Je prends l'adresse d'Alban et file à la poste lui envoyer le Colissimo

Le lendemain on arrive à se parler au téléphone

En fait ils ont attaqué la traversée du Breithorn, et au milieu de la traversée on choisi de descendre. Alban a fait partir une plaque sur son compagnon Hector.

Hector s'est retrouvé la tête en bas dans la rimaye et Alban a du le dégager alors qu'il avait une fracture de la cheville.

J'ai eu Hector le lendemain, qui m'a raconté la suite. Sans téléphone, il a du descendre le glacier tout seul, au milieu des crevasses (pas glop) jusqu'au refuge des guides du Val d'Ayas à pied pour appeler les secours.

 

Et tout est bien qui fini bien, Alban en a pour quelques mois avant de s'en remettre, ils en seront quitte pour une belle frayeur !

____________________________________

Et voilà, 2 récits de sauvetage en un seul récit, pas mal non

J'envoi plein de bisous à tous les protagonistes croisés ce jour là !

A bientôt là haut !

 

 

Vidéo : Alpinisme - Grand Paradis 4061 m

Apoutsiak — 4000alpinismeLes 100 plus bellesvidéo - Les vidéos d'Apoutsiak

Grand Paradis depuis le refuge Chabod

Voie normale

 

Vidéo : Mont Blanc à ski - 4810 m

Mont Blanc à ski depuis le plan de l'Aiguille - la jonction, nuit au refuge des grands Mulets - Petit plateau, grand plateau, col des dômes, Vallot arête des Bosses, Sommet du Mont Blanc en 7 h 30

Descente par la face Nord pour les 4 fantastiques, par l'arête des Bosses pour moi avant de reprendre les skis à Vallot, neige de cinéma, juste transfo comme il faut Accident à la jonction, une cordée de genevois tombe dans une crevasse, 2 guides les mouflent et on aide (modestement) le PGHM à l'embarquement des blessés dans l'hélico (rien de grave pour eux, tant mieux)

Retour par le chemin d'été conseillé au plan de l'aiguille moins rapide et moins ludique mais plus safe (grosse exposition aux séracs de la face nord de l'aiguille du midi

Avec Yves, Bertrand, Bastien et Benjamin

Jonction

traversée de la Jonction, en montant au Mont Blanc par la voie des Grands Mulets

âmes sensibles s'abstenir

faut pas avoir la phobie des crevasses (ni des séracs, ni des chutes de pierre)

pas l'endroit le plus sain de la terre

 

Vidéo : Ski de randonnée : Pollux - 4092 m

Ascension de Pollux depuis Zermatt - klein Matterhorn (Petit Cervin) - nuit au bivouac Rossi et Volante

Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m

Apoutsiak — 4000Les 100 plus bellesOberlandSki de randonnéealpinisme

J'ai rarement été aussi lessivé lors d'une ascension, la mauvaise nuit dans l'igloo y a été pour beaucoup. Mais j'ai bien fait de m'accrocher, la vue du sommet de l'Oberland était superbe !!!

 

Vidéo :

Topo :

De la Finsteraarhornhütte (3048m) redescendre les escaliers pour chausser les skis. Remonter au mieux les pentes qui mènent à la Frustucksplatz (3617 m ) déchaussage obligatoire pour la traverser.

Rechausser de l'autre coté (un peu plus raide) avant de remonter au mieux les pentes qui mènent au Hugisattel (4088m)

Delà, à pied, passer le premier ressaut en traversée à droite puis remonter versant Ouest les pentes rocheuses puis neigeuses. Quelques passages sur le fil de l'arête avec vue sur l’impressionnante face Est.

Sommet 4274 m

descente par le même itinéraire.

 

Topo ascension du Finsteraarhorn depuis la Finsteraarhornhütte Swissmap carteTopo ascension du Finsteraarhorn depuis la Finsteraarhornhütte Swissmap carte

Topo ascension du Finsteraarhorn depuis la Finsteraarhornhütte Swissmap carte

Récit :

Je reprends le récit de la veille après la traversée du Grosses Fiescherhorn 4049 m...

La veille au soir donc :

On enlève les skis , on sort les pelles et on se rend compte qu'il y a 25 cm de neige sur de la glace. Puré les conditions horribles pour faire un igloo ! sans compter que c'est de la neige poudreuse, pas sûr qu'on arrive à la tasser !

Bon, on hésite à se mettre à un endroit plus plat, là c'est un peu en pente. Vu que tout le matos est là, on décide d'y rester. Je trace l'igloo et on se lance dans le pelletage. Je vois que Benjamin est efficace. Le tas de neige se forme, lentement... Et vu qu'il n'y  a pas beaucoup de neige sur la glace, plus on avance, plus il faut aller loin pour pelleter, moins on est précis...

Le soleil doit être couché et la luminosité diminue. Le tas n'est pas énorme mais ça prend forme; Je tasse régulièrement la neige. J'essaie également d'estimer si on va arriver à dormir à deux dans l'édifice.

Après 1 h d'effort, le tas me parait assez gros, je commence l'évidage. Benjamin me laisse cette tache , disons... humide. Alors je creuse, je creuse, la neige bien tassée me semble assez solide. J'attaque l'autre coté et crée un tunnel dans le trou. A chaque coup de pelle , la neige tombe, parfois dans mon cou. Je dois ensuite l'évacuer. Benjamin dehors essaie de faire place nette.

Finalement, l'igloo a pris forme, il fait nuit à présent, il est tard. Je rebouche l'entrée au vent. J’aplanis le sol.

Benjamin s'installe dans la partie droite tandis que j'attends dehors. Il fait -16°C, un vent de 30 km/h balaye le glacier, je suis congelé !  Dans l'igloo, il peine à enlever ses chaussures et à s'installer dans l'espace exigu.

Enfin , vient mon tour, mais je suis gelé. Je gonfle mon matelas, l’installe avec mon duvet et pénètre dans l'antre. Chaussures enlevées, je mets mes peaux contre moi, je crois que je n'ai même pas éteint mon ARVA !

On ne mange pas, on ne boit pas, on essaie juste de se reposer.

Au bout de 5 minutes, je me mets à trembler, je n'ai pas froid mais mon corps a une réaction bizarre. Je tremble, à fond ça dure 1 minute, ça s'arrête 20 secondes et ça reprend. Ça doit être une réaction au froid. Et je prends le rythme, tremblement, court repos, tremblements.

Au bout de 45 minutes, je décide de boire de l'eau chaude. J'installe le Jetboil et y fait fondre des morceaux d'igloo. On ne peut pas s'assoir, je suis à moitié allongé. Et je bois 1/2 litre d'au de fonte chaude. Je me brule la langue à la première gorgée. Le liquide chaud vient réchauffer le corps fatigué, la fréquence des tremblements s'estompe, un peu.

Je finis par m'endormir.

3 h du mat, la mauvaise sensation de sentir le froid sous ma hanche en contact avec la neige. Mon matelas s'est dégonflé. Je me contorsionne pour le regonfler. Opération délicate d'autant plus que j'ai les lèvres gelées et que ça fait des perte d'air (c'est pas étanche !) Bon, le résultat devrait suffire à mon bonheur... Mais 10 minutes plus tard, rebelote. C'est mon matelas qui est percé, la loose.

La fin de la nuit se fera de la façon suivante, 1/4 d'heure de chaque coté, pour ne pas geler. Et entre les retournements, un court dodo, bien trop court.

Au réveil le lendemain, je ne suis pas très frais, je fais fondre de la neige pour remplir nos gourdes et prépare nos sachets déshydratés  pour manger un peu. En fait, on ne mangera quasiment rien.

Je sors de l'igloo, il fait toujours aussi froid mais la météo est magnifique. Les cordées en route vers le Finsteraarhorn se mettent déjà en route, on est maxi en retard. Nous prévoyons de monter à la Finsteraarhornhütte réparer mes bâtons et les peaux de Benjamin avant de poursuivre vers le sommet... bien loin ...

Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m

Il fait beau, on voit le sommet du Finsteraarhorn ensoleillé. On ne prend que le nécessaire, le reste restera à l'igloo. Benjamin part avec 1 litre d'eau, moi avec 1/2 litre, je complèterai avec de la neige...

Les peaux sous les skis, nous voilà parti vers la cabane, sous le refuge, les traces de descente ont verglacé avec le froid, on fini par remonter le long du peu de poudreuse qu'il reste sur les bords du large couloir. On laisse les skis, on remonte les escaliers du refuge. Nous voilà dans l'entrée.

Je rentre dans la salle à manger, j'explique à la gardienne nos différents problèmes : mon bâton coincé, il me faut une pince pour le débloquer. Elle me dit que son mari va venir dans la salle des chaussures m'amener le précieux outil. Et j'attends, j'attends, 10 minutes plus tard, il arrive, mais dans la chaleur du refuge, mon bâton a dégelé, je peux l'agrandir sans outil. Bon ben voilà u truc de regler...

Je vois un panneau Pomoca réparation, je lui demande s'il est possible d'avoir de la colle pour les peaux de Benjamin. Il acquiesce dans un rictus désagréable. 10 nouvelles minutes plus tard il revient avec de la colle en spray, nickel. J'avais mis les peaux sur le ban en bois, il me fait signe d'un air dédaigneux d'aller ré-encoller dehors, dans le froid...

Je file doux sous le regard du cerbère

Il y a 21 ans, en 1999, j'étais venu dans ce refuge avec le CAF de Besançon, j’avais eu l'outrecuidance de commander un chocolat chaud lors du petit-déjeuner, et , je m'étais fait engueuler par le gardien, c'était thé ou café, bon bah c'était pas comme si j'avais demandé poliment...

Bref, peut être est ce le même gardien. Le doute m'habite ! ...

Je me retrouve dehors à ré-encoller les peaux de Benjamin.

Celui ci a négocié avec la gardienne une nuit dans le refuge, elle nous a trouvé des places, on aura pas à redormir dans l'igloo ! Yeeeeeeeesssss !!!

Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m

On quitte le refuge, requinqués

on retrouve les skis et c'est parti, la trace de montée est super, jamais trop raide, on n'a même pas besoin des couteaux. J'avance dans ce décor paradisiaque ! J'avance doucement, la nuit en igloo a laissé des traces.

Gentiment, Benjamin prend patience et se cale dans mes skis, je sens qu’exceptionnellement je ne vais pas faire beaucoup d'images aujourd'hui. Je regarde derrière le Gross Wannenhorn, j'aimerais bien un jour revenir et gravir les sommets de 3900 m, l'Agassizhorn, le klein grunhorn et le trugberg (déjà gravi celui là ) Bon il faudra revenir...

Plus je monte, plus je ralenti...

Je sens que Benjamin s'inquiète "ça va Guillaume ?" , je dois vraiment aller lentement. Ça en vient à m’inquiéter. Je paye ma nuit... déjà que je n'étais pas en grosse forme ces derniers temps...

Mentalement je divise la course en 3 morceaux, la première : atteindre la Frustucksplatz, la seconde jusqu’au Hugisattel à 4000 et la 3ème avec la partie alpinisme sur l'arête

J'avance lentement, mais j'avance sous la face Est du Finsteraarhorn austère et imposante, elle ressemble un peu au gardien de la cabane...

il reste un grand virage à droite vers le Frustucksplatz (place du déjeuner pour les non germanophones) on enlève les skis quand le rocher est trop présent et on rejoint l'épaule pour une bonne pause.

Les autres cordées sont loin, là haut sous le Hugisattel.

 

Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m

On mange , on boit , on profite de la vue magnifique sur cette partie de glacier avec les grosses crevasses puis on repart.

Je mets les couteaux pas sécurité dans la partie raide. Je n'avançait déjà pas vite, alors avec les couteaux... Rapidement on les enlève, la trace est toujours aussi bien faite, béni soit celui qui a tracé, sans lui , je ne serai pas là ! A plusieurs reprise Benjamin me propose de faire demi tour, il a peur que je veuille aller au sommet pour lui, mais j'y vais ... pour moi, lentement certe, mais je sais que je vais y arriver...

Je chope régulièrement de la neige pour la boire et m'en saupoudrer, afin de compenser le manque de flotte embarqué avec moi.

Et j'avance, lentement, trop lentement.

Je regarde mes spatules, mes pas sont riquiquis. Mais j'avance. Au loin, très loin au dessus de nous, les cordées s'agitent sur l'arête.

Je scrute le GPS et surtout l'altitude. Gagner 10 m me prend de longues minutes. Heureusement, je sais qu'au Hugisattel on change d'activité... Ça me fera du bien.

Le voilà, ce Hugisattel, reste juste la rimaye à passer. Je me lance, neige dure, fatigue et faux mouvement, me voici par terre. Mon ski est venu taper dans mon genou gauche, la douleur est intense mais pas insupportable, avais je besoin de ça ? . Je réussi après de longues minutes à me relever, je finirai à pied les derniers mètres

Hugisattel, la pause, enfin, je suis rincé.

Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m

On tache de trouver une place pour poser nos skis et nos sacs, au milieu des skis et des sacs des autres cordées. La tache n'est pas aisée. On profite de la pause, on boit, on mange un peu et on repart, encordés, je pars devant, Benjamin derrière.

Et je tape directement dans le premier ressaut, une petite barre pas dure mais pas facile non plus. toutes les prises sont à main droite, dommage pour la main gauche. Je merdouille un peu mais fini par trouver une solution pour progresser, je travers la vire au dessus vers la droite, je contourne le petit rognon, la suite semble plus aisée. J'assure Benjamin sur un joli béquet afin qu'il vienne à moi.

On poursuit et déjà on croise une première cordée, rapide, efficace, tout va bien.

Au mixte de la première partie fait suite une pente de neige en dévers. Au dessus un guide et ses deux clients. Vu que je monte, je suis prio (oui, pour moi la règle veut que ceux qui descendent laissent passer ceux qui montent) Le guide semble ne pas connaître ma règle , il me grogne qu'il souhaite passer, je suis déjà parti. Je lui réponds que je quitterai la trace à leur passage. J'avance donc et je vois son visage rouge de colère. Le guide au dessus, descend, je le sens stressé par ses clients. A leur approche, je me décale sous la trace, tout en continuant de progresser. Pas un bonjour, pas un merci, sympa l'ambiance montagne !  Bon, je réfléchis et je me dis que c'est peut être lui qui a fait la trace ce matin, trace qui m'a permis de me retrouver là. Mais bon, c'est pas une raison pour bouder...

Et on poursuit une courte portion en rocher précédent une nouvelle pente de neige. La suite en mixte, nous croisons des cordées.

Un gars s'interroge sur le fait que je n'ai pas de gants. Je lui explique que je les ai avec moi mais que je grimpe sans, j'ai la chance de ne pas craindre le froid (ou au moins le petit froid) Je suis étonné que ça l'ai surpris !

Benjamin s'interroge sur ce qu'il reste à gravir. "Vous avez fait 1/3 !" nous lance une dame. Il a des doutes, on doit en être à la moitié. Je sais qu'il va falloir être patient, l'arête n'est pas courte et il y a beaucoup de cordées à croiser !

A la cordées suivante, une fille me dis "je n'aimerais pas être à votre place, sachant ce qu'il reste à gravir..." Je garde la remarque pour moi, pas la peine d'atteindre le moral de Benjamin. C'est vrai quoi, on ne dit pas une phrase comme ça.

Les croisements se passent bien. Je m'essaie même à l'allemand. Du schlaffst in Fisnteraarhornhütte ! lance-je à un guide. Ce lui ci me fait comprendre qu'il ne comprend que l'allemand. Mais c'est ce que je pratiquais !!! C'est vraiment  la loose !

 

Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m

Au dessus nous arrivons à ce que les cordées nous ont présenté comme le crux. Benjamin est passé devant, il passe au dessus de l'obstacle et descend un passage merdique. Vient mon tour, je trouve un petit couloir qui passe vraiment facilement. On remonte alors vers le sommet, une dernière pente de neige, une petite arête effilée et la croix !

Yes !

Bah c'était pas gagné

La vue est superbe de ce magnifique promontoire. La première fois, j'avais eu droit au brouillard au sommet, là, c'est le grand beau !

La pause est longue, au moins 20 minutes à admirer, à papoter, à profiter. Il fait presque chaud, quel contraste avec les températures de ce matin dans l'igloo !

On profite, je me rends compte que je suis monté ici au mental. Je n'avais vraiment aucune force pendant toute la montée.

Avant de repartir, vers le bas, et le confort du refuge...

Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m

Et on repart, Benjamin devant et moi derrière.

Notre cordée est rodée. Je suis content, on a laissé du temps aux autres cordées on ne devrait pas avoir à les dépasser, manœuvre toujours délicate. On avance à un bon rythme, je me sens en forme à présent. On repasse le premier crux, sans souci puis on progresse, quand le terrain devient un peu plus technique on trouve un béquet pour assure la suite, mais en gros on fait le plus gros "corde tendue".

On avale les pentes de neige puis le dernier mixte. Voilà la barre au dessus du Hugisattel, il y a encore une dizaine de personnes au col, on les a quasiment rattrapés ! Alors qu'on avait plus de 2 h de retard au départ !!! Incroyable, je ne sais pas comment on a fait !

Benjamin se lance dans la désescalade. ça passe, je le rejoins, pas de souci, nous revoilà au Hugisattel pour une nouvelle bonne pause.

Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m

Et c'est parti pour la portion ski, la neige est bonne, la glace n'est pas loin en dessous mais ça reste tout à fait skiable. On se fait quelques bonnes pauses pour reposer les cuisses. En quelques minutes nous sommes  à la Frustucksplatz, on remet les skis sur l'épaule et on remonte les quelques mètres. Puis on attaque la petite traversée avant de remettre les skis.

En dessous, la neige est toujours correcte, on en profite même si on est quand même bien fatigués.

Voilà déjà l'approche du refuge. On décide d'y rentrer par le bas (il y avait possibilité de traverser au dessus.)

On remonte les escaliers et on file au refuge d'hiver.

Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m
Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m Ski de randonnée : Finsteraarhorn - 4274 m

On décide d'aller boire un coca dans le refuge principal. Le meilleur coca de ma vie !!!

Le repas arrive déjà, avec des pâtes à la bolognaise et un service un peu lent à notre goût , nous, on voudrait vite aller dormir, et Benjamin veut aller récupérer des affaires à l'igloo. On a un peu de retard dans les heures de sommeil.

Je commence une petite prédiction quant à la qualité du dessert. Au départ je pense à une crème au chocolat. Mais je suis touché par une vision plus précise, en fait, ça sera un abricot en boite ! Et bingo, 10 minutes plus tard, l'abricot avec une lichette de crème chantilly arrive sur nos tables.

Une fois dévoré on file rejoindre notre petit refuge d'hiver où nous sommes seuls !

Benjamin a décidé de descendre à l'igloo récupérer les duvets pour les faire secher. J'avoue que je n'ai pas le courage de faire l'aller retour. Je m’occupe d'allumer le feux. Le bois est hyper sec, en 5 minutes le poêle s'embrase.

Le confort des couettes, le bonheur d'être là et de pouvoir se reposer. Ca tranche avec la nuit précédente !

Un peu de musique avant une longue belle et confortable nuit

Demain, est prévu, le retour au Jungfraujoch par la grunhornlucke ! On a laissé tomber l'idée de gravir le grossgrunhorn en passant... Et oui, on devient raisonnable !

Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo

Apoutsiak — Ski de randonnéeOberlandalpinisme4000

Logiquement, on fait le Grosses et l'hinteres Fiescherhorn, nous on a pas eu le temps, pour une fois qu'on est raisonnable. Une aventure épique entre des séracs menaçants, un froid de gueux et une nuit en igloo mémorable !

Vidéo :

Topo :

du Jungfraujoch rejoindre le Mönchsjoch 3624 m par la piste qui mène au refuge.

Descendre l'Ewigschneefeld, un peu de pente au début puis faux plat descendant jusqu'à 3250 m environ.

Remonter vers le Fieschersattel en restant à droite du glacier (longer l'éperon rocheux) la fin se fait à pied en traversant sur la gauche.

Fieschersattel 3923 m.

Du col, contourner la première petite tour (pas la seconde plus grosse et tentante) prendre pied sur l'arête et remonter la seconde tour. Rappel au sommet 10 m environ De là Remonter l'arête plus ou moins sur le fil. Certains passages se fond dans des vires de neige versant Ouest. Gagner le sommet en 3/4 d'heure environ.

Pour la descente, rejoindre le pied du rappel de la montée où un rappel vous attend. Idéalement opérer un rappel de 25 m. Si la corde est trop courte, il faut rejoindre le couloir de glace et le désescalader (désagréable)

rejoindre le col

possibilité de gravir l'hinteres Fiescherhorn (en face)

Descente :

Du col, viser le col qui se situe sous le Kleines Fiescherhorn Ochs (attention une crevasse barrait l'itinéraire lors de notre passage passage bien sur la gauche du glacier obligatoire.

Suivre alors les pentes sous le Kleines Fiescherhorn (crevasses, séracs notamment sous le point 3425 m danger +++ )

rejoindre le pied du Walliser Fiescherfirn et de là le pied de la Finsteraarhorn hütte atteignable en 10 minutes environ.

Ou, moins confort, établir un igloo sur le plat du glacier !

 

Topo Raid en Oberland J1 Carte : Du Jungfraujoch à la Finsteraarhornhütte par la Grosses Fiescherhorn

Topo Raid en Oberland J1 Carte : Du Jungfraujoch à la Finsteraarhornhütte par la Grosses Fiescherhorn

Récit :

Les choses ont bien changé depuis mon dernier passage, à Grindelwald il fallait prendre le train pour la petite Scheidegg, aujourd'hui, on pénètre dans un énorme parking de supermarché, pour prendre des œufs géants qui mènent directement à la gare Eigergletscher. Le mythique village de la kleine scheidegg est délaissé. J'ai l'impression que la montagne perd ici un peu de son âme. La dernière fois c'était il y a déjà 12 ans avec l'ascension du Mönch par le Nollen avec Jeff.

Station de kleine Scheidegg, donc , nous posons nos skis en vrac dans le premier wagon avant de trouver une place dans le train confortable. Et zou en route pour le Jungfraujoch et ses 3500 m.

Sitôt dit, sitôt fait, reste à retrouver nos skis et bâtons au milieu des centaines d'autres. Je suis dans les derniers à percevoir le dernier élément de mon équipent , l'aventure va pouvoir commencer.

Bon, revenons sur les derniers jours. En début de semaine, on se rend compte que tous les refuges du coin, desservant les 4000 de l'Oberland sont complets. Au début on voulait gravir l'Aletschhorn, mais les infos sur la face Nord convoitée nous laissait perplexe et on s'orientait plus sur le Finsteraarhorn, les Fiescherhorn et le Gross Grunhorn. Il nous fallait une place le premier soir à finsteraarhornhüttte puis une autre le lendemain à Konkordia. Benjamin nous met sur la liste d'attente pour Konkordia et harcèle les gardiens de la Finsteraarhornhütte toute la semaine mais rien n'y fait, il n'y a plus de place.

Je ne manque pas de ressource, j'ai un plan B, on va dormir en igloo... Il y aura juste à le construire une fois sur place, j'ai l'habitude, ou presque.

... c'est donc les sacs bien lourds que nous traversons les longs couloirs du Jungfraujoch.

Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo
Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo

Nous débouchons sur les plateforme où chacun trouve une petite place pour s'équiper. Le ciel vrombi du bruit des avions et des hélicoptères qui surplombent le plus long glacier des alpes.

Nous passons la ficelle qui sépare les alpinistes (nous !) des touristes (bah ceux qui restent derrière la barrière). Nous chaussons les skis et partons sur la piste damée en direction de la Mönchsjochhütte.

Le sac est bien lourd avec le matos d'alpi et le matos igloo sans compter la bouffe pour 3 jours. Nous passons sous la belle face Sud du Mönch avant de rejoindre le Mönchsjoch devant lequel trône un avion et ses deux pilotes. Petite pause au col avant d'attaquer la descente. Au bout de 4 virages , mon talon se détache. Et M.....ma fix s'est encore déréglée. comme au Tödi il y a 3 semaines.

Nous arrêtons les skieurs qui nous suivent pour savoir s'ils ont un outil pour réparer... Bah non ! (en anglais sinon ça serait trop facile) Je remets les peaux et file rejoindre le refuge du Mönchsjoch ,100 m au dessus.

A Mag 2 je rejoins le col, déchausse et me faits la partie en terre au dessus. Il y a la une jolie fille qui semble m'attendre. Bon, je ne suis pas là pour batifoler. Je lui demande si elle parle français, elle le parle très bien "je suis française me précise t-elle" voilà qui va me faciliter les choses. C'est l'aide gardienne auvergnate du refuge. Bien sympa elle va me chercher le "tournevis qui va bien" Je m'installe pour serrer à fond tout en papotant avec mon auvergnate qui a gravi la veille le Mönch avec son compagnon , sa première course d'alpinisme de sa vie ! Je la félicite pour sa belle ascension (c'est classe , le Mönch comme premier 4000) et je file, pas le temps de compter fleurette d'autant que son chevalier servant devrait ne pas trainer à arriver pour me casser la gueule.

Je file dans l'autre sens, je rejoins Benjamin qui me précise que je devrai faire contrôler mon matériel. Pas faux !

 

On poursuit vers le bas, enfin le bas c'est beaucoup dire, c'est un faux plat descendant où il faut pas mal pousser sur les bâtons, alors, tel un shadock, je pompe, enfin je pousse.

Les sommets défilent, enfin doucement, à gauche, notre objectif, le Grosses Fiescherhorn, puis l'Hinteres enfin le petit et le Gross Grünhorn, ce dernier est l'objectif de dans 2 jours... C'est loin !

On laisse un gros groupe partir à droite vers le Trugberg, on traverse le glacier et on met les peaux.

Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo

Et hop, c'est parti pour la montée, bien tracée. Le seul hic, le poids du sac, qui lacère les épaules et qui tue le dos, sinon, la vie serait belle, parfois, ça se joue à pas grand chose ...

Le temps change avec notre petite ascension. Si en bas il faisait beau, un doux brouillard nous accueille plus haut, avec une petite neigeote, pour l'instant rien d’inquiétant, on sent le ciel bleu au dessus !

Comme d'hab, Benjamin a la soquette légère, il file devant puis m'attend de temps en temps. Je monte à mon rythme, pas de pachyderme aurait dit Enguerran. Bref je progresse doucement, profitant de ce paysage gigantesque pour les alpes, de grosses crevasses, jolies mais redoutables à gauche, une arête acérée à droite, la trace judicieusement faite au milieu.

 

On met les skis sur le sac, et hop on repart vers le haut. J'aime ces changements qui me redonnent du baume au cœur. On remonte facilement jusqu'au Fieschersattel, plus facilement qu'il y a 12 ans où on était passé dans du mixte péteux (je ne sais pas pourquoi ?)

Au col, je sais qu'il ne reste pas grand chose, je suis assez optimiste en dépit de la météo  qui n'est vraiment pas top...

Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo
Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo
Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo

On part en laissant skis et sac au col, on laisse même la corde, je n'ai pas souvenir d'un truc bien difficile (ah, la mémoire) et hop on suit les traces à droite, dans la neige puis on arrive à un couloir de glace que je reconnais, on avait rebroussé chemin dedans il y a 12 ans, la loose (j'avais même perdu un crampon là à l'époque)

Têtus, on le remonte puis on vire sur la gauche. C'est raide, le rocher est de qualité aléatoire. On tente un premier passage (enfin je tente) puis Benjamin tente un peu plus à droite sur une dalle qui ne m'inspire pas.

Une cordée qui était devant nous, descend en rappel, le gars nous explique que c'est plus simple de passer sur l'arête juste au niveau du col, le topo camp2camp n'est pas tellement précis,  il faudra que je le corrige...

Bon, décision est prise de faire demi tour et de prendre la corde. On se retape le couloir englace à rebour, pas glop !

Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo
Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo
Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo

Retour au col, météo dégueulasse, on repart. J'avance devant et monte sur le premier gendarme, c'est assez évident en restant sur le fil de l'arête. On retrouve le rappel, je passe devant, Benjamin me rejoint, la montagne a bien changé en 12 ans, je n'ai pas souvenir de rappel ...

Je poursuis, le temps est au mauvais, il fait gris, la visibilité à moins de 100 m et il neige. La progression n'est pas compliquée mais il ne faut pas s'en coller une. Je déchiffre la montagne avec plaisir, il faut dire que ça n'est pas technique.

Ambiance hivernale, on progresse et on se retrouve enfin au sommet, il est déjà assez tard, déjà 16 h.

Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo
Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo
Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo

Hop demi tour

Benjamin devant, ouvre les averses de neige, derrière, je m’engouffre dans la brèche. on descend assez vite, tout en restant prudent, il y  a de la neige partout.  On rejoint le point de rappel, Benjamin part devant. Je descends à mon tour et ô joie, il va falloir descendre le fameux couloir de glace, la corde n'est pas assez longue pour passer toute la difficulté ! ... Youpi.

Bon le début je maitrise, ensuite, il faut enfoncer le petit piolet light de 200 g dans de la glace noire bien épaisse... J'ai essayé, ça ne marche pas trop. Tension, concentration, je descends prudemment. Le passage n'est pas long, mais je n’apprécie pas l'absence de point solide pour s'appuyer. Après une bataille de quelques minutes, je sors... ouf, je rejoins benjamin et on file vers le col et le matos.

 

Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo
Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo

Il est bientôt 17 h et on doit encore descendre et construire l'igloo.

Oui au départ on avait prévu de faire l'Hinteres Fiescherhorn.

Je sais qu'il n'est pas loin, mais je sais que la journée va être longue et que demain une autre grosse journée nous attend.

Pour une fois, je suis raisonnable, on décide de descendre.

On reviendra pour refaire le second sommet (pourtant c'est rando, dans mon souvenir ...)... ou pas !

Et hop c'est parti pour la descente, au GPS, on y voit goute, il neige, le ciel est bas et la journée décline déjà.

Au bout de 50 m on fait un point carto avec Benjamin (pour le coup on fait une fine équipe)

Bon, pour l'instant on est bon, attention aux crevasses et aux séracs, cette descente est réputée technique et exposée.

On ne va pas être déçu.

On progresse vers le bas, au loin une vaguelette, plus on s'approche plus on se rend compte que c'est une énorme crevasse qui coupe toute la face. On trouve une trace de descente qui pique, logiquement, à gauche vers un col afin de contourner l'obstacle. On la suit mais il faut pousser sur les bâtons c'est plat et parfois il faut remonter.

On contourne l'énorme crevasse et on part vers le bas dans les traces. La visibilité est moyenne mais la neige est bonne. Les virages s'enchaînent. A droite il y a d'énorme crevasse du Waliser Fiescherfirn.

On passe quelques grosses crevasses, surtout ne pas perdre la trace, sinon, on est mal.

Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo
Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo
Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en iglooSki de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo

On parvient à un passage bizarre, à gauche d'énormes séracs, surplombants, à droite les crevasses du glacier. Je pars devant, pensant que la trace se poursuit plus loin. Je me retrouve dans une pente raide et verglacée sous les séracs " ne pas rester là, ne pas rester là" Je décide de partir à rebours vers la sécurité toute relative de la zone crevassée... Stressaumètre au taquet, virage dré dans le pentu verglacé, je file me mettre à l'abri du sérac, vers les crevasses, c'est mieux mais précaire. "Entre deux maux, il faut choisir le moindre !" J'indique à benjamin de rester à l'abri du sérac en serrant les crevasses.

On n'est pas sorti, quelques virages verglacés et il faut traverser sous les énormes séracs. Je file, les menaçantes tours à ma gauche. Je déteste ce passage. La météo n'arrange rien. A fond , mon ski vient buter dans un petit bloc de glace, me voilà par terre au plus mauvais endroit. Se relever vite et filer. Je remets mes skis parallèles comme mes aïeux me l'ont appris et je fais un énorme effort pour me relever, oui il faut aussi relever le sac à dos.

Derrière, je vois Benjamin arrêté, pas au meilleur endroit, il vomit ! Flûte, il ne faut pas trainer là. Ça commence de plus en plus à ressembler à la retraite de Russie. Je lui indique que je vais faire une pause plus loin à l’abri des séracs. Je file. Il me rejoint, petite pause. Fin des grosses émotions.

 

Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo
Ski de randonnée : Grosses Fiescherhorn 4049 m - nuit en igloo

Je repars devant pour la partie finale, on essaie juste de ne pas perdre les traces et c'est plat...

Jour blanc, neige, conditions difficiles, les traces sont en parties découvertes mais on y arrive. Le tout est de ne pas les perdre.

On fini par passer sous la couche de brouillard et je commence à regarder où nous pourrions faire un igloo. Bah il n'y a pas beaucoup d'endroits. On arrive sous le refuge. Je vois un gros rocher à gauche, avec un peu de chance il y a une congère associée. J'amorce mon virage pour vérifier mon hypothèse, et là, c'est le drame, en fait c'est le glacier, il n'y a point de congère... demi tour, déception.

On descend un peu, je m'arrête.

On enlève les skis , on sort les pelles et on se rend compte qu'il y a 25 cm de neige sur de la glace. Puré les conditions horribles pour faire un igloo ! sans compter que c'est de la neige poudreuse, pas sûr qu'on arrive à la tasser !

Bon, on hésite à se mettre à un endroit plus plat, là c'est un peu en pente. Vu que tout le matos est là, on décide de rester. Je trace l'igloo et on se lance dans le pelletage. Je vois que Benjamin est efficace. Le tas de neige se forme, lentement... Et vu qu'il n'y  a pas beaucoup de neige sur la glace, plus on avance, plus il faut aller loin pour pelleter, moins on est précis...

Le soleil doit être couché et la luminosité diminue. Le tas n'est pas énorme mais ça prend forme; Je tasse régulièrement la neige. J'essaie également d'estimer si on va arriver à dormir à deux dans l'édifice.

Après 1 h d'effort, le tas me parait assez gros, je commence l'évidage. Benjamin me laisse cette tache , disons... humide. Alors je creuse, je creuse, la neige bien tassée me semble assez solide. J'attaque l'autre coté et crèe un tunnel dans le trou. A chaque coup de pelle , la neige tombe, parfois dans mon cou. Je dois ensuite l'évacuer. Benjamin dehors essaie de faire place nette.

Finalement, l'igloo a pris forme, il fait nuit à présent, il est tard. Je rebouche l'entrée au vent. J’aplanis le sol.

Benjamin s'installe dans la partie droite tandis que j'attends dehors. Il fait -16°C, un vent de 30 km/h balaye le glacier, je suis congelé !  Dans l'igloo, il peine à enlever ses chaussures et à s'installer dans l'espace exigu.

Enfin , vient mon tour, mais je suis gelé. Je gonfle mon matelas, l’installe avec mon duvet et pénètre dans l'antre. Chaussures enlevées, je mets mes peaux contre moi, je crois que je n'ai même pas éteint mon ARVA !

On ne mange pas, on ne boit pas, on essaie juste de se reposer.

Au bout de 5 minutes, je me mets à trembler, je n'ai pas froid mais mon corps a une réaction bizarre. Je tremble, à fond ça dure 1 minute, ça s'arrête 20 secondes et ça reprend. Ça doit être une réaction au froid. Et je prends le rythme, tremblement, court repos, tremblements.

Au bout de 45 minutes, je décide de boire de l'eau chaude. J'installe le Jetboil et y fait fondre des morceaux d'igloo. On ne peut pas s'assoir, je suis à moitié allongé. Et je bois 1/2 litre d'au de fonte chaude. Je me brule la langue à la première gorgée. Le liquide chaud vient réchauffer le corps fatigué, la fréquence des tremblements s'estompe, un peu.

Je finis par m'endormir.

3 h du mat, la mauvaise sensation de sentir le froid sous ma hanche en contact avec la neige. Mon matelas s'est dégonflé. Je me contorsionne pour le regonfler. Opération délicate d'autant plus que j'ai les lèvres gelées et que ça fait des perte d'air (c'est pas étanche !) Bon, le résultat devrait suffire à mon bonheur... Mais 10 minutes plus tard, rebelote. C'est mon matelas qui est percé, la loose.

La fin de la nuit se fera de la façon suivante, 1/4 d'heure de chaque coté, pour ne pas geler. Et entre les retournements, un court dodo, bien trop court.

Au réveil le lendemain, je ne suis pas très frais, je fais fondre de la neige pour remplir nos gourdes et prépare nos sachets déshydratés  pour manger un peu. En fait, on ne mangera quasiment rien.

Je sors de l'igloo, il fait toujours aussi froid mais la météo est magnifique. Les cordées en route vers le Finsteraarhorn se mettent déjà en route, on est maxi en retard. Nous prévoyons de monter à la Finsteraarhornhütte réparer mes bâtons et les peaux de Benjamin avant de poursuivre vers le sommet... bien loin ...

Mais ça c'est un autre récit

A suivre donc

 

Vidéo : Ski de randonnée - Grosses Fiescherhorn - 4049 m

Apoutsiak — OberlandSki de randonnéealpinisme4000

Du Jungfraujoch à la Finsteraarhornhütte en passant par

le Mönchsjoch, le Fieschersattel - le Grosses Fiescherhorn

météo variable

igloo à l'arrivée (voir vidéo suivante : finsteraarhorn)

Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m

Apoutsiak — alpinismeValais4000
Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m

Un 4000 facile, par une voie pas "normale" mais néanmoins facile.

Une jolie journée de montagne...

 

Vidéo :

 

Topo :

Parking à l'entrée de Saas Fee payant et obligatoire.

Traverser une partie du village pour prendre les télécabines et rejoindre Felskinn en 2 tronçons.

De là, rejoindre le métro Alpin et indiquer au préposé que vous souhaitez descendre à la station intermédiaire (le préposé prépose dans la cahute qui se situe à gauche avant le contrôle des forfaits, il ne parlait pas le Français lors de notre passage, pour information) . Il faut alors signer une attestation. (décharge)

Prendre le métro, descendre à la station intermédiaire (dans le tunnel). Il y a deux portes logiquement automatique (pour nous elles ne fonctionnaient pas, on a du les ouvrir manuellement)

On débouche sur la moraine au dessus du glacier Hohlaubgletscher vers 3200 m environ.

Redescendre sur le glacier, sente puis moraine raide sur le bas. Traverser le glacier vers le sud puis remonter les pentes plus raides en direction de l'arête (crevasses) Traverser des bandes rocheuses.

Le suite se situe en général sur l'arête ou sur son versant Nord. On poursuit en direction du sommet (ouest), la pente se redresse et vient buter sur une barre rocheuse.

traverser à droite sur 20 m sur une vire "sableuse" pour remonter un couloir de 10 m.

Prendre alors la vire sur la gauche qui ramène sur un plateau (broches scellées, descellées ) rejoindre le plateau. Monter en ascendences à gauche sur l'arête et venir sous une petite barre rocheuse. La contourner en passant par la droite et rejoindre le sommet par une arête facile.

 

Descente

Du sommet revenir en arrière sur 20 m, puis par un mouvement enveloppant, descendre en direction du Feejoch (col) de là, globalement au Nord en évitant les (très) grosses crevasses, puis vers 3650 m, prendre au Nord Est, en gardant un œil sur les séracs au dessus.

Rejoindre les pistes de ski qui ramènent  à la station de Mittleallalin et au métro alpin.

 

 

Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m

Récit :

Il est bien tôt quand nous quittons l'hôtel. Nous laissons les sacs inutiles dans une petite pièce et on traverse la Perle des Alpes encore endormie. Il ne fait pas grand beau, mais ça, on s'y attendait. La station semble encore endormie.

On déboule au téléphérique, il y a une queue monstre de skieurs des équipes nationales de pleins de pays qui font la queue. Fort heureusement, nous alpinistes, on est prio pendant 10 minutes. Et zoup, on coupe la file d'attente, on sera les premiers à prendre les billets quand ils ouvriront la porte.

De toute façon, un gars vient annoncer que ça n'est pas skiable aujourd'hui, et les pauvres skieurs doivent retourner dans leurs lits. C'est quand même la loose de se lever à point d'heure pour ça. On se débarrasse de quelques francs suisses superflus aux caisses et on se retrouve les premiers dans les œufs. C'est bizarre de prendre des œufs de nuit. J'en profite pour mettre de la crème solaire, ça fera peut être venir le soleil que la météo annonce timide aujourd'hui.

 

Arrivés à la station intermédiaire, nous rejoignons le pied du métro alpin. Il faut alors signer une décharge au cabinier pour sortir à la station intermédiaire Hohlaubgrat du métro. Forcement le type ne parle pas un traître mot de français. Je crois que j'ai signé dans la case guide. L'usurpateur est de retour. A la fois, le document ainsi que les explications n'étaient pas hyper claire. Par contre, tout est clair quand il faut nous expliquer l'ouverture et la fermeture des portes.

 

Métro alpin, un peu déçu, je m'attendais à des installations rutilantes, alors que le truc est vieillot. Bon , ma déception passe vite. On atteint rapidement la station Hohlaubgletscher. On est les seuls à sortir du métro alpin sous l’œil étonné des quelques autres alpinistes. On ouvre la porte, qui s'ouvre assez difficilement et est encore plus difficile à refermer. On marche dans un tunnel et on débouche devant un tunnel en tôle, sur une moraine, 100 m au dessus du glacier. Une sente nous permet de descendre presque en bas. Malheureusement, un éboulement nous oblige à être fin sur le bas, c'est raide, en gravillon, toute chute serait extrêmement désagréable. Et quand c'est fin, ça n'est pas mon terrain... mais je passe...

Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m

Voilà le glacier, les crampons, la corde et la motivation. Je pars devant, et oui, aujourd'hui, la course est facile, je devrais m'en sortir. Au loin, on voit deux cordées, parties de la cabane Britania, une est de l'autre coté du glacier, un peu au dessus de nous, la première est bien plus haut, presque sur l'arête.

Et hop, c'est parti, les crampons crissent dans la glace vive. Le ciel est gris, le lever de soleil se fait tout en nuances : violacées.

Et j'avance, surveillant les quelques crevasses judicieusement réparties. La partie est plane, aisée. Une cordée est loin au dessus, presque sur l'arête.

 

Une fois la traversée réalisée, vient la montée. C'est plus raide, mais pas extrême. La trace est bonne. Il suffit de rester concentré. On passe une petite rimaye, ça grimpe au dessus et on rejoint l'arête. Il y a un peu de vent. Et pas mal de nuages sur les sommes alentours. Un poil de glace pour contourner les rochers puis vient l'arête proprement dite. L'Allalinhorn se voile de nuages puis se dévoile. La mariée est jolie.

 

Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m
Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m
Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m

Je profite de la patience de Benjamin pour effectuer une pause vidéo bien longue, pour filmer les mouvements des nuages et la cordée précédente qui progresse. On aborde la dernière pente de neige, un peu plus raide. Il y a un peu de glace, on s'est encordé court. Pour le coup rien de bien technique, on remonte la pente facilement pour buter sur les rochers.

Le brouillard nous couvre. Je pars devant, petite traversée à droite, puis bien un couloir délité. Une fois de plus, le topo ne correspond pas : une main courante était annoncée, il n'y a rien, mais ça n'est pas très technique. Je traverse à gauche, petite passage plus raide. Une barre métallique vient m'accueillir, mais ô horreur, elle bringuebale. Je poursuis mon chemin en quête d'un endroit sûr où poser un point. Seuls des blocs de schistes instables se présentent à ma vue. Je finis par trouver un béquet potable , je fais venir Benjamin à moi. Le béquet pli, mais ne rompt point.

J'ai presque rejoint la cordée de devant. Ils sont partis à droite, ils sont tout proches mais le brouillard donne l'impression qu'ils sont loin... Je pars sur la gauche, une sente accueillante précède un petit pas d'escalade facile. Au dessus, je traverse légèrement vers la droite, sous une barre rocheuse. Le brouillard est là, mais nous sommes à l'abri du vent. Petite pause, le sommet ne semble plus très loin, mais on ne sait pas ce qu'il nous reste à parcourir.

On contourne la barre la trace part en ligne droite, 3 minutes plus loin, voilà le sommet et le monde : les gens montés par la voie normale sont déjà là ! C'est la queue pour faire un petit selfie au sommet, nous prenons notre ticket, oui, au sommet de l'Allalinhorn, il faut faire la queue et prendre son ticket pour gravir les 3 derniers mètres.

Notre patience est mise à rude épreuve mais on parvient à la croix. Et zou, un joli sommet pas trop difficile validé !

Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m
Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m
Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m
Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m
Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m
Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m
Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m

On papote avec un couple de Français qui ont vécu longtemps en Nouvelle Zélande, c'est le retour à la montagne après diverses opérations des genoux ! Bravo à eux !

Le brouillard est là, on décide d'attendre une éclaircie, ça doit être bien joli, la vue de ce sommet lors d'une éclaircie.

Alors on attend...

Lentement...

Sournoisement, le froid s'insinue par chaque pore de nos vêtements, et au bout de 20 minutes, on jette l'éponge. Dans l'itnervale, des cordées sont arrivées puis reparties. Sans attendre l'hypothétique éclaircie sur laquelle nous avions parié.

 

Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m
Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m

Et c'est parti, avec le brouillard on y a voit pas plus qu'à 20-30 m, pas intérêt de paumer la trace sur le glacier hyper crevassé . On bifurque à droite dans la partie rocheuse avec une sente. La glace n'est pas loin, il fait froid dans ce ban de brouillard. On avance, on suit la trace qui rejoint le col. Je bifurque à droite afin d'éviter de remonter vers l'Alphubel, ça serait ballot.

On y voit goutte. On rejoint les deux anciens un peu plus loin à l'approche des premières crevasses. J'avoue qu'on les a un peu laissé sur place. Bon on progresse prudemment, bien corde tendue, tout en gardant le rythme. J'avoue que je sais qu'après la descente il y aura le long retour vers la maison. Alors j'avance. On passe sous la couche de brouillard. Vue sur le glacier de l'Allalin et ses pistes de skis. Véritable verrues dans ce paysage. On croise des cordées, pas encordées ! Au milieu de crevasses sans fond ! On en croise une, réellement spectaculaire, pont de neige épais juste assez large, mais de chaque coté, un grand vide. On ne traine pas. Plus bas, on croise l'escalier qui permet de traverser la grosse crevasse d'accès au bas du glacier. Bah oui, ici, il y a un escalier pour traverser les crevasses. C'est dommage de ne pas pouvoir imaginer qu'une course n'est pas en condition à un moment dans la saison et de reporter ses envies de montagne sur un autre sommet. Bon pour l'instant , le triste escalier de crevasse est en mode stockage en attendant la fin de saison. Nouvelle plaie dans ce paysage. La perle des alpes porterait elle mal son nom ?

 

Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m
Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m

On passe donc au dessus de la petite crevasse que l'escalier servira à franchir plus tard en saison.

On croise de nombreuse cordées, dont certaines avec des chiens, Benjamin est fan, il opère des pauses photos pour immortaliser les instants. Reste une partie exposée aux séracs. On reste sur notre rythme rapide. Je surveille inquiet, les séracs menaçants au dessus de nous. On fini par sortir du passage exposé.

 

On fini par enlever les crampons. Une autre cordée, à la montée est en train de les mettre. On a de l'avance. Reste une piste de ski à longer. Les traces de dameuses sont assez désagréable à suivre. Reste une remontée. Une nouvelle piste , mi boue, mi glace nous ramène à la station supérieure du métro alpin. Derrière nous, le sommet de l'Allalinhorn se découvre, juste pour nous narguer. Trop tard, on ne va pas remonter maintenant.

 

Reste à redescendre en métro, puis en benne, à traverser le village pour rejoindre l'hôtel, nous changer en rentrer à la maison.

 

Merci à Benjamin pour ces jolies journées de montagne

Mon second Allalinhorn après le premier, à ski, depuis le bas. en dormant à Britannia

Alpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 mAlpinisme : Allalinhorn Hohlaubgrat 4027 m

Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal

Apoutsiak — alpinismeValais4000ZermattLes 100 plus belleshumeur
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal

Grosse frayeur quand une dalle large de 1 m 50 commence à glisser dans ma direction, juste au dessus de moi, juste le temps de m’aplatir contre la paroi en espérant qu'elle me passe au dessus.

Je suis là pour écrire, le récit complet en dessous...

 

Vidéo :

Topo

Refuge Resegotti :

Se garer au parking de Ponte au Nord d'Alagna Valsesia 1212 m

parking payant

possibilité de prendre la navette pour le bout de la route

même si vous vous sentez en bonne forme, la navette est conseillées la (les) journée (s) sont longues... 1400 m

Suivre la piste qui part en sous bois, en direction Nord Ouest. Elle vient longer le pied d'une barre rocheuse et d'un torrent, on rejoint l'alpe Vigne tout à gauche de la barre avant de revenir vers le Rifugio Barba-Ferrero CAI 2247 m – pause obligatoire !

Ce refuge est incroyable, ambiance jazzy et accueil incroyable du gardien. Une destination en soi.

Passer derrière le refuge et remonter la sente qui louvoie ensuite entre les barres avant de gagner la moraine du glacier de la Cesia (sentier) gagner un replat puis par de grandes dalles rejoindre le glacier. Le remonter direction Nord Est puis basculer vers l'ouest pour venir buter sous le bivouac. Remonter les éboulis désagréables et rejoindre le rifuggio Resegotti 3425 m

Couvertures dans le refuge . Un poêle qui fonctionne, névés à proximité pour l'eau.

 

Cresta Signal

Du refuge bivouac, partir vers l4est en direction du Passo Signal, soit sur la crête soit en contrebas au Sud, ça passe en général assez bien.

Passo Signal 3769 m

On vient buter sur une partie plus raide.

La suite est complexe, un peu flou, on coutourne certaines difficultées par la droite ou par la gauche. Je mets en pièce joitne le topo dessiné, sans être sûr de son exactitude, pourtant il a l'air bien fait. Durant al course on n'a jamais su vraiement où on en était par rapport aux hypothétiques gendarmes.

 

Sortie par l'arête de la cresta et un petit couloir de neige.

 

Descente : par la voie Normale de la Punta Gnifetti

Le téléphérique ramène alors en trois tronçons à Alagna Valsesia

Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal

Récit

 

Elle m'attend

 

Nous voilà à Alagna, traverser le village et trouver le parking, payant... Je déteste les parking payants en fond de vallée. Je trouve que ça entrave ma liberté. C'est sans doute juste mon coté rapia qui ressort.

Bref, je pars en quête de monnaie, mais comme c'est le cas de dizaines de personnes sur le parking, je rentre bredouille. Je finis par aller réserver des places en minibus. Ça tombe bien, c'est 3 € par personne, avec la monnaie ça devrait me faire les 2 jours de parking. Arrivé au parkmètre, je me rends compte que la dame de la cahute ne m'a pas rendu la monnaie correctement. Bref, je n'ai pas assez de monnaie. Je mise tout, tapis dans le parcmètre, même si ça ne suffira pas, à part si on prend un but. Ça fera un petit stress supplémentaire à la descente.

 

Bref on prend un minibus qui nous fait gagner une demi heure, j'ai un peu honte, j'aurai préféré gravir cette partie à pied. Ce soir, je ne le regretterait pas, mais ça, je ne le sais pas encore.

 

Et hop, départ, beaucoup de monde sur cette partie, énormément de randonneurs partis en quête d'un refuge où manger. On se retrouve dans le flot des marcheurs, le sac lourd, le soleil nous assomme, la canicule est là. Premier hameau traversé, première fontaine, on s'abreuve et on refroidi la machine qui déjà est en surchauffe.

Ça repart, le nombre de randonneurs faiblis, nombreux sont ceux dont l'objectif est le refuge Crespi Calderini. Un avantage : le rythme est plus régulier, un inconvénient : je reste toujours un peu fier de marcher au milieu de gens avec un sac garni de matériel technique. Je sais, c'est enfantin, mais c'est comme ça, on ne se refait pas !

Au loin, une jolie jeune fille, aux lignes élégantes. Je vois Benjamin qui allonge le pas. Le bougre ! Comme souvent, je lambine derrière. A la vue de la belle, j’accélère discrètement, avec pour objectif de me retrouver dans les effluves de celle ci. Bon, j'ai beau m'atteler à al tache, je reste à bonne distance. Benjamin, lui, profite du spectacle. J’aperçois même, son œil libidineux devenir salace. Moi, je lambine derrière pour mon plus grand regret.

 

A force d'effort, je réduis mon retard, Benjamin, est déjà loin devant. J'atteins enfin mon but au bout de longues minutes, le visage harassé, la sueur fétide perle de mon corps putride. Pas sûr que mon corps de vieil aventurier fasse l'effet escompté... J'atteins enfin mon but, écrivais je , quand le compagnon de vie de la dame, un grand baraqué aux tatouages imposants lui indique la pause. Je blêmis, tout ça pour ça ! Je n'aurai pas atteint les effluves fleuris, objectif de chacun de ces derniers instants, je repars penaud, je lambine à nouveau derrière...

 

Là haut, elle m'attend.

Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal

Heureusement, le paysage est beau, et je me remets assez rapidement de ma mésaventure. A droite d’impressionnantes cascades, une barre rocheuse coupe l'accès au refuge Barba Ferrero.

Devant, Benjamin, égal à lui même galope, j'en viens à me demander s'il n'a pas déjà repéré une nouvelle gueuse. Rien n'est moins sûr.

 

On remonte sous la barre avant de virer à droite, sur le plateau, pour revenir vers le refuge. Il y a du bruit, beaucoup de bruit, ambiance jazzy, le refuge est incroyable, le gardien aussi, sous cette canicule, des bouteilles de blancs sont rafraîchis dans une fontaine cascade, en dessous, des canettes de coca, une bière, tout cela en libre service. Une corbeille de fruit vient agrémenté le tableau. Il y a du monde, du bruit, l'ambiance est à la fête. On se pause là pour pique niquer. Moi, ma pauvre boite de sardine, tandis que Benjamin s'offre un magnifique panini. Le gardien bien jovial vient nous demander notre objectif : Cresta Signal, le sommet des Français et des Suisses nous lance-t-il

 

L'heure est déjà avancée. Je me souviens de la réponse de Jeff quand je lui est annoncé qu'on partait pour la Cresta Signal : Ça n'est pas très dur, mais la montée au bivouac est hyper longue !
Et nous voilà, quittant ce refuge unique à l'ambiance chaloupée.

Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal

Les premiers pas sont difficiles dans le gazon qui suit le refuge, retrouver la sente, puis la suivre, peu de gens poursuivent au dessus, et ça se voit. On reprend un petit rythme, Benjamin s'est mis dans ma roue, il sait qu'à mon rythme on arrivera en haut, pas vite, mais avec certitude.

Au dessus, les nuages font leur apparition, c'est dommage on aura pas de vue, en contrepartie, on n'a un peu moins chaud, en ces temps de canicule, c'est une chance.

 

La végétation devient moins verte, le paysage devient plus minéral, au dessus, à 4000 m, les nuages sont déjà là. On croise un couple avec deux énormes chiens. « Attention, celui-ci mort » nous annoncent ils sérieusement. Quelle idée de ce balader en montagne avec un chien mordeur au milieu de tant de monde... Ils ne se sont même pas écartés du sentier, nous avons du laisser la place au Cerber.

Court replat au dessus. Le GPS m'indique la marche à suivre. Au loin on aperçoit deux alpinistes qui filent vers la droite sur le glacier. Cool, ça sera tracé.

Quelques dalles nous amènent au glacier, on enfile les crampons. Et zou, reste à suivre les traces, qui partent à droite. Petit doute, Benjamin sort son smartphone, tandis que je consulte la trace GPS de la montre... Les traces de pas partent à droite, le bivouac est à gauche. Qu'est ce qu'ils sont allés faire par là ?

On part sur la gauche, on remonte une pente un peu raide. Deux bouquetins traversent tranquillement au dessus de nous. On repique vers la gauche et on recoupe la trace GPS... Bonne nouvelle on est retrouvé ! Par chance, on retrouve aussi des traces de pas. Sont elles d'aujourd'hui ou d'hier. Je pense plutôt qu'elles datent d'hier mais sans certitude. On avance. Benjamin une dizaine de mètres devant moi. On aperçois le bivouac. La trace vient buter sur la barre rocheuse juste en dessous.

 

On assiste depuis là à l'hélitreuillage d'alpinistes sur le sommet de droite, sommet où sont montés les deux personnes vue sur le glacier deux heures plus tôt. Les nuages nous empêchent de bien voir. A priori, l'hélico n'a pas eu le temps de rapatrier tout le monde...

 

Le passage est délicat, une rimaye puis une dalle gravillonneuse. Tel un chat, Benjamin progresse comme si de rien n'était sur au dessus de l'abîme. Je pars sans conviction, le geste peu sur, je progresse lentement. Si Benjamin ressemble à un chat, moi ça serait plus le pingouin maladroit. Bon, je finis par surmonter l'obstacle. La suite est plus facile même si il faut rester vigilant dans cette barre rocheuse raide.

 

On rejoint le bivouac, il faut accéder par la terrasse et gravir la rembarde. On contourne le bivouac. J'entends que Benjamin salut quelqu'un. Nous ne serons pas seuls ce soir.

Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal

On se pause, on papote avec le guide Suisse et son client. On essaie de comprendre les différents topo qui décrivent l'arête différemment. On se dit que l'autre cordée est là et que c'est signe de beau temps... Eux aussi d'ailleurs, pas sur que notre prévision soit fiable... On profite de l'eau déjà fondue. On mange et on se couche.

Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal

3 h 10, le réveil sonne, la partie dortoir du bivouac reste assez spartiate, humide... Je m'habille et je file déjeuner. Enfin , déjeuner est un bien grand mot, je grignote trois gâteaux secs en buvant un peu d'eau à la boisson énergétique. Je peaufine mon sac. Dehors, il ne fait pas beau. Le guide, qui est sorti le premier, a vu une partie de ciel étoilé, puis ça s'est bouché. Le ciel est sombre, dans la plaine du Pô on aperçois des éclairs, beaucoup d’éclairs... C'est pas gagné.

Le guide et son client partent devant, nous sommes 5 minutes derrière. La première partie est facile, une arête en pente douce avec un gros névé qu'il faut prendre soit sur le fil , soit dans la pente en dessous, rien de bien méchant. Je suis devant, je laisserai Benjamin se taper les passages d'escalade extrême (enfin extrême pour moi parce que Jeff il a dit qu'il n'y avait pas de difficulté, mais méfiance... Jeff, il est très fort ! )

 

20 minutes après le départ, on rattrape l'autre cordée. Les éclairs nous entourent de tout part, le spectacle est assez impressionnant. Chacun essaie de choper du réseau pour consulter la météo. Forcement le guide y parvient le premier. C'est pas pour rien qu'il a eu son diplôme. A priori, c'est bon pour ici. Il y a 20 ans, j'aurais fait demi tour direct. Le orages s'approchent, sur une arête engagée comme celle là... Je ne suis tout de même pas sûr qu'on prenne la bonne décision.

 

Mais on repart, sur cette arête facile. On passe le petit sommet avant de redescendre au col, les Suisses nous ont pris 5 minutes. J'essaie de repérer par où ils passent, ça nous évitera d'avoir à chercher.

 

Plus haut, elle m'attend.

Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal

Et c'est repart vers le haut, la grimpe est facile, la vue est jolie, l'arête enneigée en dessous, au dessus , c'est rocheux et moins élégant. On grimpe, on suit des vires, l'escalade au départ n'est jamais difficile. Par contre, rien n'est bien distinct. Il est difficile de retrouver les détails décrits dans le topo. On avance pour venir buter sur un premier obstacle. Benjamin le franchi avec brio ! J'avoue que je suis un peu apeuré par l'obstacle. Je franchi cette partie plus en rampant contre les parois qu'en grimpant. Le bourrineur des alpes , l'usurpateur des 4000 a encore frappé. Je suis passé.

Et on grimpe, de droite puis de gauche. Ça fait longtemps qu'on ne voit plus les deux Suisses. Nous sommes livrés à nous même. Il y a 3 gendarmes « caractéristiques » décris dans le topo, le problème c'est qu'on ne sait pas si on est au premier, au second ou au 3ème. Ça nous fait hésiter régulièrement sur le chemin à suivre.

On rejoint en Nord une partie en neige. Ça fait déjà 4 ou 5 fois que l'on met puis qu'on enlève les crampons. Hésitation, encore, j'hésite à remettre les campons pour une portion qui semble courte. Je vais voir, mais la prudence me fais redescendre. Hop on chausse, on remonte, on a bien fais de cramponner, la glace n'est pas loin, les rochers non plus. Les crampons crissent mais on avance.

On opère une traversée sur la gauche. Une grande vire, on descend comme on peut. Et là , deux choix s'offrent à nous : soit un dièdre à gauche, soit une dalle à droite avec un spit. Bon, ben le spit attire, on remonte jusque là. Rejoindre le spit n'est pas chose facile. Pente gravillonneuse et exposée. Je rejoins Benjamin, la suite semble bien dure, trop dure. On décide d'aller voir de l'autre coté, ou comment perdre 20 minutes dans une hésitation. Je repars vers le bas, re-pente gravillonneuse exposée.

On rejoint le pied du dièdre. Benjamin se lance. Au pris d'un gros effort, il force le passage et installe un relais au dessus. C'est mon tour. La vache, c'est peu prisu. Je pars un pied à droite l'autre à gauche. Mes mains cherchent vainement de gros baquet comme prise. Il faudra se contenter de trucs fuyants... je déteste. Une fois de plus, je rampe. Je bourrine comme un sourd avec les bras, tandis que mes jambes cherchent à trouver d'inexistantes prises. Je suis plus une limace qu'autre chose, mais une limace en difficulté, ma bave n'adhère pas.... Le souffle court, je parviens à surmonte le dièdre. Je m’étale de tout mon long au dessus, je suis passé. Je ne suis vraiment pas un bon grimpeur, faudra que je travaille là dessus ! Bon, bref, je suis passé. Il faut repartir, alors on avance, lentement mais on avance.

 

Un peu plus haut, on se retrouve sur une vire en rocher pourri. Nouvelle hésitation, Benjamin décide de passer au dessus de moi avant de tirer à gauche. Il remonte à ma droite puis traverse au dessus, il met le pied sur une grosse dalle 1 m au dessus de moi. Une bonne grosse dalle de 1m50 sur 2 m. Mon regard perçois le léger mouvement de celle ci. Elle glisse au dessus de moi, je suis direct dans l'axe. Deux solutions s'offrent à moi : soit me déplacer de 2 m sur la droite, solution qui risque de prendre trop de temps ; soit me baisser et me coller à la paroi, la dalle pourrait me passer par dessus, solution rapide mais au résultat incertain. De toute façon, pas le temps de réfléchir, c'est plus un reflex qu'une réflexion, je me couche le long de la paroi. Me calant contre la roche. Dans un fracas la dalle tombe. Elle passe au dessus de moi, mais je ressens une douleur sur la cheville droite. Je hurle. Je me retourne, la première douleur est violente. Me voilà allongé sur le dos. Je ne sais pas quelle est l'étendue de la lésion. Je bouge le pied doucement. À priori, ça fonctionne, il n'y a pas de fracture... Ouf ! Je reprends mon souffle. J'essaie de rassurer Benjamin, mais je ne suis pas encore debout. J'ai encore bien mal, je ne comprends pas comment la dalle n'a pas brisé tous mes os en tombant dessus. Je me relève, lentement, il y a une petite douleur, mais rien de catastrophique, à priori pas d'entorse ! Quelle chance. Je lis dans le regard de Benjamin toute son inquiétude. Je le rassure, ça devrait aller et il n'est pas responsable. C'est juste un coup de malchance.

Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal

On repart, la douleur s'estompe. Je boite à peine. C'est un miracle que la roche n'est touché que mon talon, c'est également un miracle que je parvienne à marcher. La dalle m'attendait, je vous l'avais bien dit ! J'essaie de comprendre, comment se fait il que je m'en sorte indemne. Les questions se bousculent. Est ce que je n'ai pris qu'un autre bloc plus petit sur le pied. ? Avais je le temps de me décaler sur la droite ? Je sens que Benjamin tergiverse. Il se sent responsable, il n'en est rien. On avance dans ces pentes monotone. On remet pour la nième fois les crampons. Des pentes de neige, tracées forcement, les Suisses ont passés par là. Pour le coup on avance bien, on rejoint des dalles faciles puis le fil de l'arête, à gauche dans les nuages, le refuge Margherita marque le sommet. On attaque la partie finale par de l'escalade facile. Benjamin part à gauche. Ça ne passe pas. Il me propose de repasser devant, je m’exécute, ça me fera du bien. Je contourne un gros bloc par la droite puis une pente de neige permet de gagner le plateau sommital. Je me moque de Benjamin qui m'a laissé passer devant pour ça ! On se retrouve heureux de cette jolie sortie au rocher délicat !

 

Reste juste un bout de glacier en dévers pour rejoindre la cabane. On progresse dans un joli paysage, la pointe Dufour à droite, le Lyskamm devant. Reste quelques mètres et nous voilà sur la terrasse du refuge. Le soleil a fait son apparition pour les derniers mètres ! Magnifique !

On prend le temps de se pauser, de faire quelques photos et de discuter.

Que faire demain, ?

On est à peine arrivé qu'on se demande quoi faire demain.

Bon la raison est simple, la météo n'est pas bonne.

 

On décide de manger au refuge et de checker la météo pour faire le point.

Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal

Benjamin commande un bout de pizza, il fait chaud dans le refuge. Les gardiens ont l'air blasés. Mauvais signe, le refuge a l'air de se vider.

Effectivement, la météo n'est pas bonne, demain est annoncé pourri, on ne pourra pas faire grand chose. Soit on reste sur place et on passe la journée à glandouiller , soit on redescend pour trouver un autre objectif et on se repose en bas. (Au départ on avait pensé faire soit la traversée du Lyskamm, soit l'ensemble des 4000 qui descendent sur Gnifetti)

Bon on décide de descendre, notre projet d'ascension du Cervin a du plomb dans l'aile, pas question d'aller sur les pentes du Matterhorn s'il y a de la neige fraîche en quantité. Cette année pour moi , c'est la loose, il fait grand beau tout le temps, sauf quand je pars en montagne, et je suis obligé de jouer avec des systèmes météos compliqués.

 

1 h après on est sur le glacier et on croise une cordée des pays de l'Est. Chargés comme des mules ahanant sur la trace. Ils progressent peu, on les voit le plus souvent.. à l'arrêt pour récupérer du pas précédent (je me moque , mais il y a un peu de vrai)

Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal

On avance, on sent que le temps tourne. Les nuages s’amoncellent et on n'a pas envie de jouer à chercher la trace sur cet immense glacier trop crevassé.

Je galope donc, observant les 4000 alentour et regrettant de ne pas pouvoir en gravir un ou deux au passage. On passe sous les séracs avant de remonter vers le Lisjoch. A la descente je suis devant, et oui, je ne suis pas un bon grimpeur, mais comme bizuth suicide testeur de crevasse, je suis un champion. Au col hésitation, petit coup de GPS, la trace de celui ci part à gauche alors que la trace à pied semble partir à droite. On joue la sécurité, on part à gauche, en fait , ça va nous faire un détour par le bivouac Giordano et le pied de la pyramide Vincent, rien de bien grave. On laisse le joli bivouac et ses crevasses d'accès, avant de basculer. Au loin, la Punta Giordani me fait de l’œil, le seul 4000 gravi en famille avec tous mes enfants ! Un grand souvenir même si l’ascension en elle même n'a qu'un intérêt tout relatif ! Bref, je profite de la vue dégagé sur notre 4000, avant de poursuivre la descente. On rejoint une cordée qui monte. Le premier me demande l'altitude, en italien. 4000 m , c'était leur objectif du jour. Ils décident de faire demi-tour

 

Nous on poursuit, on récupère l'axe du glacier. En dessous une zone hyper crevassée, 4 grosses crevasses, la dernière est énorme. Plusieurs cordées la traversent et s'arrêtent juste après, on ne sait pas trop s'ils sont sur la première ou la seconde. Regroupement général. Incroyable, inquiétant, ils ne savent même pas s'il y a un pont de neige à cet endroit là. On arrive, je me décale et je décide de leur expliquer qu'ils devraient s'espacer et ne pas rester là (ils sont au moins 12, tous serrés et une autre cordée de leur groupe arrive) Je bafouille en Anglais en leur faisant des gestes, il faut qu'ils s'espacent, c'est dangereux de rester comme ça ! Bon avec mes gestes c'était plus intelligible que juste mon anglais. Le chef du groupe me lance un « ouai ouai » , genre « ouai ouai je gère », mais il ne change rien...

On continue étonné de ce comportement. On poursuit de crevasse en crevasse. On tire à gauche et ça continue, on en longe, on en traverse. Il fait gris à présent. On remonte légèrement pour passer au dessus de Gnifetti, Benjamin négocie une pause, je lui accorde.

Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal
Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal

La pause est courte (oui ,je ne suis pas un grand fan des pauses, et encore moins des pauses longues : la pause, ça ne sert à rien , ça casse le rythme!)

On repart sur cette petite glace vive assez désagréable à cramponner. Et bim, Benjamin se tort la cheville ! Flûte. On s'arrête, il râle un peu. Pas sûr qu'il puisse marcher demain si c'est nécessaire. Flûte on a notre projet de Cervin ou d'autre 4000 à gravir.

Je repars, un peu plus lentement. Benjamin marche prudemment mais il marche. On se retrouve dans le brouillard, on a coupé le passage par Gnifetti en prenant par la glace (ça évite les barres rocheuses) mais avec le brouillard ,je je ne suis pas hyper sur de moi, heureusement il y a des traces. On retrouve les rochers, on peut enfin enlever les crampons. Pour la suite, je sais qu'il faut prendre par des vires, et instinctivement, je trouve le début de la via ferrata, non visible depuis le sentier. Et c'est parti pour une partie plus physique, chute interdite. Pas plus interdite qu à 4000 m , mais interdite tout de même, quoique je préférerai mourir au dessus de 4000 m qu'en dessous, je trouve que ça fait plus prestigieux ! ( je sais, ça ne sert à rien, mais bon, cette idée me trotte dans la tête depuis un moment, alors je vous la livre )

 

Bon on descend dans des échelles, des barres pour se retrouver sur des vires. Je me rends compte que ça n'est plus la voie de montée. Je n'en dis rien à Benjamin, qui semble être dans le dur . Sa cheville endolorie y est sans doute pour quelque chose. Vire à droite, je merdouille pour trouver le bon itinéraire. Ça fulmine dans mon dos, mais étant donné que ça a été bien élevé, je n'entends rien. On retrouve le sentier, enfin sentier, il y a quand même de gros blocs à descendre et de grands pas à faire avant de rejoindre le glacier. En glace vive, parfois bien glissante. Il faut rester concentré. Benjamin s'inquiète. On ne voit pas la gare de téléphérique pourtant toute proche. Je le rassure. On poursuit la traversée du glacier puis une courte remontée avant de sortir du glacier et de rejoindre la benne. On achète nos billets. Puis on prend le téléphérique. A la station intermédiaire, il faut de nouveau acheter des billets. La vendeuse interpelle le cabinier lui demandant de nous attendre. Et ben pas cool, il part avant qu'on le rejoigne, il faut encore attendre. J'n profite pour rechercher un hébergement pour la nuit. 20 bonnes minutes plus tard, nous sommes dans sa benne. Un petit coup de télécabine plus tard on rejoint la station. Je laisse Benjamin et file à pied récupérer la voiture, bien loin à mon goût tout au nord du village...

 

Reste juste à récupérer Benjamin et à rejoindre notre hôtel.

Alpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta SignalAlpinisme : Punta Gnifetti - Signalkuppe : 4554 m Cresta Signal

Vidéo : Alpinisme - Cresta Signal Punta Gnifetti 4554 m

Apoutsiak — 4000Valaisalpinismevidéo - Les vidéos d'Apoutsiak

Vidéo de l'ascension de la Punta gnifetti par la Cresta Signal. départ d'Alagna Valsesia, refuge Barba Ferrero, refuge bivouac Resegotti, Cresta signal, Punta Gnifetti, Signakuppe, cabane Margherita, redescente sur le refuge Gnifetti et la Punta Indren au dessus de Gressoney la trinité

Alpinisme D

Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest

Apoutsiak — alpinisme4000ValaisLes 100 plus belles

Une magnifique course comme on les aime.

Une journée magique où tout se déroule sans problème... La journée de rêve !

Une cordée typée cancoillotte...

 

Sur un sommet gravi il y a longtemps et surlequel j'ai également pris un but, à 10 minutes du sommet

Les 2 ascensions :

Juin 2007 : But à 3972 m sur l'arête Sud Est du Weissmies

Juin 2014 : Ascension par la Face Nord-ouest à ski

 

Vidéo :

2 vidéos pour cette traversée du Weissmies : une classique, la version intégrale : du parking au parking.
La seconde , uniquement tournée avec la Go Pro, pour bien visualiser les obstacles à la descente (crevasses et séracs !)

Je vous conseille de regarder les deux !

Vidéo de l'intégralité de l'ascension du Weissmies

Crevasses et séracs lors de la descente face Nord (Go pro hero 6 HD)

Topo

Almagellerhütte

Depuis Saas Almagel

Se garer sur le parking à gauche à l'entrée du village (5CHF par jour)  1670 m

Il faut remonter le sentier qui mène à Almagelleralp (2192 m)
puis toujours en suivant le sentier , rejoindre le refuge 2892 m sous le Dri Horlini - Almagellerhütte (3-4 h)

Sommet :

Le deuxième jour, remonter les pentes du Zwischenberengpass (3270 m) puis prendre au nord (à gauche de l'arête) pour passer le premier  mamelon avant de rejoindre la neige sur l'autre versant (Est) . 
Le but du jeux est de remonter le névé le plus haut possible pour rejoindre l'arête Sud Est. Ensuite il s'agit de suivre l'arête jusqu'à l'antécimes 3967 m (pas de II III max) puis de suivre l'arête neigeuse effilée puis les rochers jusqu'au sommet.  Compter 4 h environ pour le sommet (ça peut pas mal bouchonner les jours d'affluence)

 

Descente :

Le retour peut se faire par la même voie ou par la voie normale (glacière)

Descente face Nord ouest

Descendre l'arête Sud Ouest jusqu'au col précédent le point 3815 CNS- Prendre alors la direction Nord Ouest  et descendre au mieux avant de bifurquer Nord Est afin de passer entre les crevasses

Rejoindre le bas du glacier, le traversée et rejoindre la station de Hohsaas (3101 m)

Nous sommes redescendus à pied jusqu'à Kreutzboden (2398 m) , possibilité de louer des Monstertrotti pour rejoindre Saas Grund (19 CHF)

Un bus permet de rejoindre Saas Almagel (3.6 CHF)

Topo Weissmies arête Sud Est

Topo Weissmies arête Sud Est

Un Dimanche de libre au milieu d'un océan de journée de travail avec le grand beau annoncé. Dans ma petite tête de petit alpiniste, l'occasion  était belle pour aller gravir le Pleureur en solo. Dans un coin de ma tête il y a une autre option : Gravir le Weissmies depuis le pied , et en faire la traversée. Ça serait assez classe, mais il me faut un partenaire de cordée. Bastien, avec qui je suis en contact depuis un moment est dispo, ça sera l'occasion de le rencontrer sur une jolie course. Et ça me changera des cordées internationales, Belgo-Suisse, Italo-Suisse, Roumaino-Française ou autre. Là, on va former une cordée qui fleur bon la cancoillotte ou le Comté, une belle cordée Franc-Comtoise, si tant est que la Haute-Saône fasse parti de la franche Comté...

Bref, Samedi soir, en route vers le Saastal, je récupère Bastien et nous voilà papotant sur la route des Alpes.

On a tellement papoté, qu'on est déjà arrivé. Il est 19 h 30 , le parking est au cœur du village et assez peu propice à une nuit dans la voiture. On se fait un petit pique nique dans le champs d'à coté. J'organise ma petite voiture en mode nuit et j'essaie de dormir. Il est 20 h 30. Bastien est parti dormir dans la forêt au dessus, on s'est donné rendez vous à 1 h 30 demain

C'est la loose, il y a plein de piétons qui passent juste devant ma voiture et un minibus qui n’arrête pas de faire des aller retour, La nuit est plutôt mauvaise...

Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest

1 h 30, forcement, je me suis endormi, et l’alarme du téléphone me tire un peu brutalement des bras de Morphée. Je m'habille, Bastien me rejoint, on déjeune en peaufinant nos sacs. L'idée est de gravir le Weissmies à la journée en montant par l'arête Sud Est, en descendant Face Nord Ouest jusqu'à Kreuzboden, puis louer des Monster Trotti pour rejoindre Saas Grund.

Et c'est parti, il fait nuit noire, et on remonte le sentier, sous la lueur des frontale. Saas Almagel étale ses quelques lumières en dessous, une cascade invisible chante dans la nuit. On prend un petit rythme tranquille, mais efficace. La balade nocturne se passe bien. et on rejoint Almagelleralp et ce qui ressemble à un hôtel. On ne traine pas, la promenade se poursuit. On aperçoit les frontales de deux alpinistes qui nous précèdent. Et rapidement, on se rend compte qu'il y en a  d'autres qui nous succèdent. On aspire à rattraper nos prédécesseurs tout en espérant ne pas se faire laisser sur place par nos successeurs. J’imagine que le même type de pensée doit leur traverser l'esprit... Ah ce monde de compétition.

Bref on avance sur le sentier qui grimpe bien.

On passe à coté d'une tente au milieu de nul part, et puis zou... plus de sentier. Bon on essaie d'imaginer où il a bien pu passer mais on ne trouve rien, heureusement les frontale des précédents nous aspirent, ils sont en train de faire une pause sur le sentier à notre gauche. Parfait ! Nous revoilà parti vers la cabane qui s'approche à grands pas. Je propose une pause, validée par Bastien. Cela fait 3 h qu'on marche, on est dans le timing "rapide" que j'avais imaginé. Parfait !

  Les dernières cordées qui ont dormi là quittent le refuge.  Nous on se ravitaille. Je me bois un petit red bull, en guise de café (je sais c'est mal, mais c'est ma façon de gérer ces journées à rallonge....)

 

Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest

La pause est courte, on est déjà reparti, à l'arrière des cordées repues par un bon sommeil  au refuge. La suite est balisée de façon impressionnante, des flèches bleues et blanches inratables ! On avance, on rejoint les premiers névés, quelques dalles à remonter en adhérence. Les soleil point, faisant rougir la chaînes des Mischabel, je vois même le Täschhorn qui me nargue !

Quand prendre LA bonne photo, on avance, on s'arrête, la vue est différente, la couleur aussi, cela passe du violet, au rose, puis à l'orangée avant de donner leur couleur "normale" aux montagnes.

Avec le lever de soleil, que l'on espérait avoir au col, on a perdu un peu de temps à mitrailler le moment. On dépasse les premières cordées juste avant celui-ci. On en profite pour admirer le paysage, les rochers rougis du sommet juste au sud et la mer de nuage sur la plaine du Pô.

On repart, avançant assez efficacement, on rejoindre le gros névé en versant Est. Le soleil nous réchauffe, on a la pêche et la journée est magnifique. Au dessus de nous des dizaines de cordées. On en dépasse une de temps en temps, la remontée du vallon neigeux est facile, mais la neige est bien gelée ce matin et vu qu'on n'a pas mis les crampons, prudence quand même.

Au dessus, il faut les mettre, petite pause avant de repartir, toujours dans le vallon. On opte pour la variante qui reste dans le vallon neigeux avant de rejoindre l'arête. Les cordées sur l'arête se détachent avec derrière l'Allalinhorn... magnifique !

On rejoint l'arête pour la partie grimpe, on enlève les crampons et c'est parti.

 

Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest

On a décidé de ne pas s'encorder. L'idée est bonne , mais on dénote avec les autres, qui tous ont choisi la corde pour se relier. La grimpe, dans mon souvenir, n'est jamais très technique (j'avais gravi l'arête en solo, avec de la neige en 2007 ! et oui, ça commence à faire un moment ) l'avantage, c'est qua ça ne prend pas longtemps pour dépasser.

L'ambiance est bonne, on papote, j'avoue que je me sens en pleine forme, l'avantage de faire des 4000 tous les 15 jours, l'acclimatation devient un peu permanente.  Je partage quelques mots avec quelques uns des alpinistes sur l'arête. Tout en en profitant pour faire des images pour la vidéo (voir au dessus ;-) )

Comme souvent, je suis surpris par les raideurs de quelques passages rocheux, mes souvenirs les ayants complètements effacés ! Faudra que je travaille la mémoire. Le rocher reste bon, la plupart du temps , c'est de la rando, à d'autres, ça grimpe un peu, ça n'est jamais très dur de trouver des prises. Il y a parfois du monde, on patiente, mais souvent, les cordées nous laissent gentiment passer ! Et hop on poursuit la progression, passant d'un groupe de Suisse en cours de validation chef de course CAS, à un guide avec deux débutants, qui tire ses boulets sur la course.

On rejoint tranquillement l'antécîme, juste le temps de mettre les crampons et de s'encorder pour l'arête finale.

Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest

Le paysage est magnifique, on est sur cette jolie arête, les Mischabel à gauche et le Lagginhorn et le Fletschhorn à droite. Une petite partie en mixte amène à une seconde antécîme  qui elle permet de gagner le sommet ! Yes !

Superbe, lors de mon ascension de 2014, par le versant Nord Ouest, j'avais atteint le sommet dans le brouillard. Là, c'est un superbe ciel sans nuage qui nous accueille !

Bon, lors de mes deux ascensions, j'étais seul, là, il y a du monde je cherche un endroit un peu abrité du vent pour la pause.

Photos, vidéo, on profite presque une demi heure au sommet !

Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest

On change d'encordement, on allonge, pour la descente, annoncée spectaculaire cette année ! Et c'est parti, on traverse les premières petites crevasses un peu en dessous du sommet. Juste pour se mettre dans l'ambiance, on parvient à un collet pour une pause technique, oui, je pensais avoir un problème avec la Go Pro, en fait, ce n'était rien.

On repart vers le bas, pour croiser la première grosse crevasse alors que je chantais "Yellow submarine" avec mon joli brin de voix. Bon, j'avoue que ça m'a calmé, je me suis tu pendant la traversée.

On commence à croiser des cordées en provenance de Hohsaas. Souvent des cordées avec guide. Et, étonnamment, autant les guides versant Saas-Almagel étaient sympa et avenant, autant ceux là semblent faire la gueule. Aucun ne me lancera un bonjour avant d'avoir reçu le mien, et leur bonjour ressemblera souvent plus à un grognement qu'à une véritable salutation. J'essaie de comprendre ce phénomène. Peut être la routine de monter sur un glacier exposé pour gagner sa croûte...

Bastien fait pourtant des efforts pour ne jamais gêner les cordées qui montent, sortant de la trace bien avant de les croiser et s'arrêtant si nécessaire.

 

Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest

En dessous, on croise un gars en solo, en cette saison , avec les crevasses qu'il y a , ça doit être chaud !

On rejoint une petite épaule avant de bifurquer à droite, au cœur du glacier. Bim, une énorme crevasse, plus spectaculaire que dangereuse. Ensuite, la trace louvoie, en longeant une lèvre  supérieure. Elle traverse à droite, à gauche, je scrute du regard les séracs au dessus... Pas sûr qu'on soit bien à l'abri.

On parvient au spectaculaire passage de la descente, dans la crevasse. Bastien se lance, je le suis , la crevasse a la bonne idée de craquer à mon passage, pas glop !

Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest

De l'autre coté, il reste une descente raide, la sentier glacière fait de jolis virages tout en coupant une crevasse verticale par 3 fois.

Premier pas , un peu impressionnant mais ça passe... en dessous, c'est plus large, il faut sauter avec un pied d'appui précaire. Petit coup de stress, et petit saut, j'observe au passage l'abîme, la crevasse est gigantesque, du dessus elle parait petite...  Le troisième passage est une promenade de santé, on se retrouve sur le plat du glacier que l'on traverse pour rejoindre la rive droite. Courte désescalade avant d'enlever les crampons !

Alors que toutes les cordées vont s'arrêter à Hohsaas, on a décide de descendre à pied jusqu'à Kreuzboden.  On parle de projets montagnes mais pas que. Une randonneuse en jupette vient égayer notre descente. Nos yeux avides et concupiscents sont en accords avec nos esprits débauchés. De projets "montagne" on en vient à parler projets "mariage". Seulement il y a un os, et de taille, la belle a déjà un Don Juan. Et le type à l'allure patibulaire ne semble pas homme à se laisser piquer sa dulcinée sans broncher.

C'est un peu penaud que nous poursuivons la descente, des images plein la tête...

Voilà Kreuzboden

Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest
Alpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord OuestAlpinisme : Traversée du Weissmies 4023 m - arête Sud Est - face Nord Ouest

Voilà Kreuzboden. Mais où sont les Monster trotti qu'on avait loué lors de notre descente au Lagginhorn. On fini par entrer dans la station, ils sont là... Yes. L'employé de la station me donne une fiche avec les instructions, logiquement, il faut une pièce d'identité. On a tout laissé à la voiture (chut , faut pas le dire !) Je négocie nos sacs à dos, remplis d'ors et d'encens, qui feront office de caution, le type accepte. Re Yes.

On paye, et on demande des VTT plutôt que des trottinettes. Il n' y a pas assez de VTT, on aura droit à un VTT et une trottinette, à partager.

Et c'est parti pour une jolie descente bucolique. On a vite l'impression que les engins n'ont jamais été révisés, les freins grinces, les amortisseurs couinent, la direction est imprécise. On s'amuse quand même sur la piste puis la route. Les kilomètres s'enchainent dans ces magnifiques paysages, juste le temps de rejoindre Saas Grund, je parviens à choper assez vite un bus qui m'amène à Saas Almagell ou la voiture m'attend, reste juste à rentrer

 

Merci Bastien !

 

Vidéo alpinisme : Weissmies 4023 m - traversée Arête Sud-Est - Face Nord-Ouest

Apoutsiak — vidéo - Les vidéos d'ApoutsiakValais4000

Depuis Saas Almagell par l'Almagellerhutte l'arête Sud Est, le sommet, le glacier verant Nord ouest , la station Hohsaas et la station Kreuzboden

Retour à Saas Grund en Monster Trotti

Tout ça à la journée ! 7 h depuis Saas Almagell au sommet

Alpinisme - Weissmies 4023 m dans le dédale des crevasses et des séracs de la face Nord-Ouest

Apoutsiak — alpinisme4000humeurValais

dans le dédale des séracs et des crevasses de la face nord ouest du Weissmies. Je vous emmène dans le labyrinthe de glace. Quelques passages impressionnants sur ce 4000 "facile" Petite vidéo pour les alpinistes, les anciens alpinistes et ceux qui rêvent de le devenir. Je vous emmène, encordé avec nous dans cette spectaculaire face Nord Ouest. Attention où vous mettez les crampons !

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Apoutsiak — alpinismeValaisZermattbut4000AD

L'arête Sud du Täschhorn est superbe

je l'avais déjà parcouru il ya 10 ans lors de notre traversée Täschhorn Dom

Je me souvenais d'une ascension rapide.

Ben aujourd'hui, ce fut long , très long ! (mais superbe !)

Presque sans fin

 

Vidéo

Topo

Topo Mischabeljochbiwak

De Täschhalp (2200 m) remonter légèrement la piste en direction  de la Täschhütte avant de prendre une sente qui permet de longer le torrent de Rotbach (attention, la sente n'est pas tout le temps hyper visible)

Rejoindre la piste vers 2500 m et revenir vers le torrent, on emprunte alors le sentier qui longe le torrent en rive gauche tout en suivant la moraine. Le sentier tourne en direction du Weingartensee. Ne pas rejoindre le lac mais suivre la sente qui remonte le vallon (sur la bosse) .

Repérer le point 3481 m et la vire qui se situe en dessous (cairns) suivre cette vire horizontalement. Pour sortir, continuer sur la gauche et contourner un éperon avant de remonter dans un couloir qui longe un torrent (le couloir présente des gravillons ) traverser le torrent et remonter la sente qui ramène au glacier.

Remonter le Weingartengletscher soit en restant en rive gauche au départ et en traversant les séracs, soit en allant chercher le centre du glacier et en le remontant au mieux.

Le glacier est très crevassé, méfiance (surtout à la descente quand il a bien chauffé)

Remonter en suite le glacier en rive droite et rejoindre le Mischabeljoch 3847 m puis le Mischabeljochbiwak auquel on accède par des échelles qui sont situés en dessous de lui.

Le bivouac est très bien équipé : poêle bois allumettes ustensiles de cuisine 20 lits couvertures et même des livres et des revues.

 

Topo Täschhorn

Depuis le Mischabeljochbiwak, redescendre l'échelle et traverser le col. Remonter versant Est de l'arête. (pieu au départ) Bien suivre les cairns qui indiquent parfaitement le chemin à suivre, soit versant Est soit sur le fil. On arrive à un grand gendarme qu'il faut contourner par la droite (Est) Remonter ensuite l'arête pour parvenir à un replat (4200 m) passer les quelques antécimes , traverser un couloir de glace et gagner le sommet par l'arête Est du sommet (la fin du parcours n'a pas été parcourue lors de cette ascension, et je ne me souviens plus de notre premier passage malheureusement)

descente :

  • soit par le même itinéraire,
  • soit par la Kinhütte (attention, un viaferrata en cul de sac pour cette descente et un glacier méga crevassé vous attendent)
  • soit en traversant sur le Dom
Topo descente du Täschhorn par la Kinhütte - source camp2camp

Topo descente du Täschhorn par la Kinhütte - source camp2camp

Récit

De retour de notre périple au Lauteraarhorn, j'ai un doute. Benjamin veut faire le Täschhorn, mais je ne le sens pas. Je lui propose tout un tas d'autres courses, notamment la traversée du Blumlisapl qui semble en condition. Il y a trop d'inconnu pour moi, le bivouac est officiellement fermé pour cause de Covid (on ne sait même pas s'il est ouvert) l'arête qui ne sera surement pas tracée. La neige qui risque d'être trop présente, les températures qui sont élevées.

Benjamin a insisté, on est quand même parti pour le Täschhorn

Je propose à Benjamin de dormir à Täschalp, pour partir tôt et monter au refuge par le Weingartengletscher dans de bonnes conditions. Le glacier a la réputation d'être crevassé.

On covoiture pour rejoindre le parking. Benjamin installe sa méga tente, tandis que je dors dans la voiture. Il pleut, on mange comme on peut et on se couche tôt. Demain, la montée au bivouac est déjà une course.

 

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Le réveil étant à 4 h 30, on déjeune, on balance la tente dans la voiture et à 5 h 10 on est parti dans le brouillard, moral au beau fixe, mais dans le brouillard quand même.  On remonte la piste puis on trouve une vague sente après avoir allumé le GPS pour vérifier la trace. La sente devient par moment sentier, Le sentier est bucolique, des fleurs de toutes les couleurs, des arbustes, on réussi à passer au dessus du brouillard, vue magique , du Cervin au Weisshorn avec une énorme mer de nuage qui fait la course avec nous. Le sentier est efficace, on réussi à gravir 450 m en une heure, le rythme est bon, on a quand même pas mal de matos sur le dos.

On fini par gagner la course avec les nuages, c'était pas gagné, ils n'arrêtaient pas de monter. On se retrouve sur une vilaine moraine avec un sentier un peu raide, mais on avance et on rejoint les pentes au dessus du lac au bout de 2 h. Petite pause pour faire le plein d'énergie et profiter du paysage...

On poursuit alors vers le Crux de la journée. Il faut d'abord rejoindre les névés, tout en longeant de loin la Rotgrat de l'Alphubel, gravie en 2007 avec Helmuth et Stinj

Les névés gagné, on remonte les portions raides en passant par les rochers puis on sort les piolets pour une traversé de névés qui permet de rejoindre la vire. Le début de la vire est rando, puis, plus on avance, plus ça devient technique. Hésitation, je fais sournoisement passé Benjamin, meilleur grimpeur que moi, devant...

 

 

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Après une première tentative dans une dalle bien trop difficile, on décide de partir sur la gauche à flanc. Benjamin contourne un éperon avec brio, je le suis comme je peux. Le style est moche, heurté, haché, mais je passe, là ou Benjamin avait survolé le passage. Bon je suis passé,  et là est le principal. Ensuite on remonte une dalle peu prisue, pleine de gravillon, le rêve. On fini par traverser et gagner la sente qui rejoint le glacier... Mon domaine !

 

On enfile les crampons et je repasse devant, les crevasses, même pas peur, je ne suis pas comme ma petite femme qui passe son temps à les sonder (voir la sortie traversée des Dômes de Miage d'il y a 15 jours où Sandrine avait tenter de sonder les entrailles du glacier... )

Bref je pars devant, Benjamin, 15 m derrière, comme dans les livres, parfait. Au départ on suit une vieille trace, qui s'efface par moment de façon étonnante. Je vise les endroits qui me paraissent les plus "safe" sur ce glacier qui a mauvaise réputation. Heureusement on est en début de saison et on est parti tôt, ça n'est pas très compliqué de trouver  un itinéraire. On voit quand même les perfides crevasses et leur légère dépression de terrain qui lézardent le glacier...

A gauche, des crevasses, à droite, des séracs, on vient buter sur une crevasse plus grosse que les autres. Je choisi de la contourner par la droite, puis je traverse, ça passe, au dessus, il y a encore 3 vaguelettes de crevasse puis plus rien (le terme de vaguelette ne préjuge en rien de la non dangerosité de la crevasse , NDLA)

Le soleil chauffe déjà, l'avant de mon crampon gauche botte, il fait chaud, on cuit. Le col qui paraissait si proche, s'éloigne à chaque pas, à moins que ça soit un mirage. Finalement notre ténacité aura raison de lui, le col se dévoile et la vallée de Saas, le Fletschhorn, le Lagginhorn et le Weissmies.

Je décide de filmer Benjamin tandis qu'il monte au bivouac par les échelles.  Une fois arrivé en haut, il tente vainement d'ouvrir la porte du bivouac, "C'est fermé !"  me lance t'il.

Streeeeeessssss

On avait envisagé cette hypothèse, sachant que les bivouacs sont sensés être fermés durant la période de Covid. On avait même évoqué cette hypothèse et j'avais dit, on bivouaquera dans nos sacs à dos. Ça le fera. J'aurais quand même préféré dormir dans le bivouac.

Heureusement, Benjamin se rend compte qu'il a manipulé les poignées à l'envers, le bivouac est ouvert, je le rejoins. Ouf !

 

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Le temps de faire une pause, pour manger un peu, j'avoue que je suis pressé d'aller faire une reco sur le sommet comme précisé dans les topos. Benjamin est moins chaud, mais vu qu'il est poli, il fini par venir.

On redescends l'échelle et je pars devant. J'avoue que je m'en suis pas mal sorti, de cairn en cairn, de sente en sente, d'une pente d'éboulis à une autre entrecoupée d'un petit passage d'escalade. Restant parfois face Est, parfois sur l'arête. La vue est superbe, le rocher est chaud, quel bonheur de grimper dans ces conditions. J'avance pendant une heure, je passe une section de neige, puis une autre, et je viens buter sur un menaçant gendarme. Je fais demi tour à son injonction et déclare la reco terminée. On fait une pause sur dalle, face à l'Alphubel qu'on a gravi il y a deux mois. Nos traces sont depuis longtemps effacée ( à se demander si elles ont été jamais écrite)

On repart pour la descente. Et même si on se fourvoie par moment, les cairns nous ramènent dans le droit chemin. On rejoint le col, et le confort du refuge.

Pendant que , telle une frénétique abeille, je m’occupe de mille taches, Benjamin part pour une sieste. Je crois que je l'ai saoulé. J'allume le feux, l'alimente, fais le plein de bois en allant le chercher à l’extérieur, fais fondre la neige. Chercher de la neige derrière le bivouac, la tasser, la ramener, la mettre sur le feux, vérifier le foyer...

Je finis par avoir une quantité d'eau appréciable.

Le refuge est bouillant, le bois est sec, il chauffe bien, trop bien, et le poêle ne permet pas de régler le tirage... Je finis par faire une petite sieste. L'heure du repas est là, les doutes reviennent.

Je prends la météo suisse qui annonce un isoterme 0°C à 5000 m. Non, pas ça, pas maintenant. Mon cerveau a du mal à intégrer cette information, l'isotherme, ils l’annoncent pour la  nuit ou pour la journée ...

Sur météoblue ils annoncent  -7°C au sommet du Dom cette nuit.

Je fais le point avec Benjamin. Les cordées mettent en général 3 h 30 pour atteindre le sommet. En mauvaise condition ça peut prendre 5 h max.

Je sens que mes doutes me reprennent, ce satané mal des rimayes que je traine depuis 3 jours. Pourtant ici, de rimaye, il n'y a point.

Je file au lit avec mes doutes...

 

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

3 h 30, le réveil sonne. La chaleur du feux est depuis longtemps partie. Les gestes matinaux sont réglés pour ne rien oublier. Ranger le lit et ramener les affaires dans la cuisine, s'habiller, déjeuner, mettre son matos. Il fait beau, c'est la pleine lune, 100 % a annoncé ma montre. Je mange mes gâteau du matin. Un petit thé et c'est parti. On sort encordés du refuge. Descendre les échelles et ne pas s'en coller une pour rejoindre le col, tout est verglacé et la corde qui sert de main courante est en lambeau...

Je pars devant, comme hier, je m'en étais bien tiré, je ne vois pas pourquoi ça ne se reproduirai pas. Il est 4 h 10 et le soleil point déjà derrière le Weissmies. J'avance à un bon rythme en mettant des protections aux endroit que je crois opportun (quand j'en trouve).

Je louvoie entre la face Est et l'arête, au gré des cairns. La frontale les éclairent un par un. Je me retrouve dans l'ombre du grand gendarme et pourtant il fait nuit. Et comme un cheval devant l'obstacle, je me cabre. Je ne vois pas de solution. Rapidement, je laisse Benjamin passer devant, il semble plus lucide que moi. Il contourne la bête. Je le suis, plein de doute.  Le mal des rimayes est bien là, et je ne sais pas pourquoi. Je ne l'ai jamais eu à ce point là. Le passage sous le gendarme est désagréable, en léger dévers, le sac frotte, les crampons crissent. On remonte sur l'arête, la neige, Benjamin prend un bon rythme. Rien n'est tracé. Il reste juste de vielles traces par endroit. On va devoir tout se taper, surtout Benjamin. Pourtant c'est magnifique, l'arête est fine, on la gravi parfois à l'ouest, versant Täsch, parfois à l'Est versant Saas. C'est spectaculaire  mais c'est ce que j'aime. La vue est splendide. Mais mon envie est restée accrochée sous le grand gendarme. Benjamin me demande même si je veux faire demi-tour. Je décline la proposition alors qu'une partie de moi souhaiterai être ailleurs qu'ici.

Benjamin progresse, le sommet est loin , très loin, le temps passe, et même si on va vite, la progression n'est pas très rapide tant on perd du temps à tracer, à choisir ou ça passe.  Mais je finis par croire qu'on va arriver au sommet, je sens la motivation de mon accolyte.

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Je consulte la montre, 3 h 30 qu'on est parti, on va de ressaut en ressaut, rencontrant des difficultés à chaque passage sans que ça soit irrémédiable. L'alti me donne 4150 m, on n'est peut être un peu plus haut, je ne l'ai pas recalé au bivouac.  Plus on monte, plus il y a de neige. Le paysage est superbe. Le sommet reste inquiétant, on n'a pas bien compris la fin du topo : traverser un couloir de glace puis remonter l'arête Est du Täschhorn, on n'est pas sur de notre coup. Alors on grimpe en regardant le boucler final, essayant d'y imaginer un passage, ça serait si facile si c'était tracé.

On va de bosse en bosse, ça monte, ça descend, Derrière chaque bosse il y a une autre bosse.

On parvient à une corniche. Benjamin hésite il la tapote avec son piolet, sans gros résultat et finit par  me demander de passer. Je suis content, on fait appel à moi quand il s'agit de bourriner... Ma spécialité. C'est mon talent. Je commence par y aller au piolet puis avec de grands coup de crampons et le tour est joué. Je suis tout de même content de passer devant et de ne pas subir ce mal des rimayes. Je trace 5 minutes, je  consulte ma mon alti, déjà 4 h 22 qu'on est parti.

Je regarde le sommet, si loin, le temps de tout tracer... à mon avis 2 h et minimum 1 h pour revenir ici. On va exploser l'horaire et la face Est qui chauffe à vu d’œil, on a déjà vu plusieurs avalanches. Je crois qu'on a assez joué. Il est trop tard, il fait trop chaud, rien n'est tracé. Il est prudent de rentrer !

On s'octroie une pause ou on papote. La décision est collégiale. La prudence engage à faire demi tour.

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

C'est reparti dans l'autre sens. Benjamin devant, fait la trace dans une neige qui se dégrade minute après minute. En face Est on s'enfonce jusqu'au genou, sans trop savoir si tout va partir sous les pieds. Le retour va être long. Benjamin peste, il a plein de neige dans les chaussures. J'avoue que je suis soulagé de ce demi tour, mais je ne serai tranquille qu'au refuge, voir sous les vires...

On progresse lentement, il faut repasser chaque petite bosse. Le col est  au fond, tout au fond, bien loin.  En face ouest, ça va encore, on s'enfonce à présent, mais la neige est correcte, quand on passe à l'Est, elle est trempée , sans consistance. On ne peut même pas espérer que nos traces de montée tiennent. Le gendarme est encore bien loin.

On avance dans la chaleur. Le paysage est magnifique et j'avoue que je profite de certains moments pour faire de jolies photos. Au loin on voit le monde au sommet de l'Alphubel.

Mais je reste concentré. Le terrain est délicat et le gendarme s'approche. Le stress également. Quand on est au dessus, je vois une vieille trace qui pars à gauche, alors que notre trace vient de la droite. Je propose à Benjamin de la suivre. Il s’exécute en pestant "c'est pourri". Je le rejoins puis il plonge à l'Est, il passe une dalle en m'annonçant que c'est mal commode.  Je ne le vois plus quand vient mon tour. Je remonte en longeant le pied du gendarme, je décide de contourner le bloc dalle, qui passe très bien par la neige, j'ai contourné sournoisement cet obstacle; on avance et je me rends compte qu'on est passé du coté clair de la force, le gendarme est derrière nous . Yes, soulagement ! Aujourd'hui, je n'étais vraiment pas  dedans ! Nouvelle pause, on n'en a pas fait beaucoup, puis je repasse devant pour nous guider dans la partie sans neige. De cairn en cairn je ramène notre cordée vers le col, puis vers le bivouac. Une cordée en est à l'approche en provenance de l'Alphubel.

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

On se fait chauffer de l'eau pour un thé.

La cordée entre, Un guide et son client, des Suisses Allemands des grisons. On leur propose à boire. Ils sont surpris de voir le bivouac ouvert. Ils viennent de la Langlfluh (Saas) sont montés à l'Alphubel et compte descendre à la Taschhutte (2700m) pour remonter ici demain et faire le Täschhorn dans la journée. Quelle bambée. D'autant plus qu'ils sont ici... maintenant ! Leur projet me parait incroyable, c'est déjà si long depuis ici, mais pour le coup, ils auront la chance d'avoir nos traces. On donne quelques infos au sympathique guide sur la voie et les conditions. Ils finissent par partir pendant que nous nettoyons le bivouac.

Et ça m'arrange, je ne voulais pas jouer les bizuths suicides sur le glacier crevassé. On les voit par la fenêtre traçant avec difficulté la neige soupe  du glacier. Un peu plus tard, on quitte nous aussi le charmant bivouac.

Descente des échelles et attaque du glacier, sans crampons, on se doute que ça va être "soupe à la grimace" J'avance d'un bon pas, mais Benjamin trouve que c'est trop rapide, j'essaie de ralentir le pas 5 minutes avant de retrouver mon rythme.

On avance et on voit notre trace de montée qui part à gauche, tandis que la trace de la cordée part à droite. A gauche, c'est une trace faite par mes soins à un horaire différent, il va falloir retracer. A droite, nos amis auront eu la courtoisie de tester les éventuels ponts de neige. J'avoue que j'aimais bien ma trace de montée , mais pas au point de vouloir la retester en mauvaise condition. On suit donc la trace de la cordée qui va contourner la grosse crevasse par la droite. Et ben leur solution n'était pas géniale géniale (ils nous ont dit qu'ils avaient repéré le tracé depuis le sommet de l'Alphubel) Bon maintenant qu'on y est, on ne peut plus rebrousser chemin. En contournant la grosse crevasse, on  passe sans doute sur un pont de neige, la crevasse n'est pas loin, on ne traine pas. Arrive plus bas un premier trou : l'un des deux a mis son pied dans une crevasse. Je l'annonce à Benjamin et j'opère un petit saut. On poursuit, tout en traversant le glacier vers la gauche. Et là, je vois un énorme trou ! ils ont du se faire peur : le trou fait 1 m de large, la crevasse est large et profonde, de notre coté on ne peut savoir où est exactement le bord. Dans ces cas là, ne pas tergiverser, il faut avancer . J'annonce l'obstacle à Benjamin, je prends appui sur la trace de ce coté ci de la crevasse (mais pas trop) , je saute, et hop me voilà de l'autre coté. J'avance un peu, une autre crevasse s'annonce, elle est bouchée, mais le ressac a tracé son contour. Malheureusement je vais être dessus quand Benjamin sera sur la grosse.

On se parle pour synchroniser les mouvements. J'attends le top départ tel un champion de formule 1. Des qu'il annonce j'avance, Benjamin fait un énorme saut, il termine en roulé boulé loin du trou (peut être a t'il battu le record du monde de saut en longueur à cette occasion, personne ne le saura jamais, je n'ai pas eu la présence d'esprit de mesurer le saut...) Bon, c'est passé.

On repart, j'avance, traversée légèrement descendante, mon pied gauche s'enfonce , je bascule en avant, flûte, une crevasse, je tente de me relever ,l'autre pied également dans un trou, la même crevasse, je bascule sur le coté, c'est pas rigolo. On était dans le sens de la crevasse. Invisible avant notre passage, l'autre cordée est passée sans dégâts.

Je comprends que l'autre cordée a mis les crampons, comme des moutons, on fait pareil.

Et hop on repart, vers la gauche, ils ont traversé les séracs. D'où les crampons. On les suit, de toute façon il n'y a plus aucune trace de notre montée. On aborde le passage avec prudence. Un peu de glace, de la neige, des trous, tu ne sais plus ce qui est une crevasse ou un pont de neige, de la glace ou pas. Un léger stress parcours la cordée. J’essaie de conseiller Benjamin au mieux.

Je suis la trace tout en vérifiant les endroits où j'ai des doutes. Passage peu agréable d’autant plus que j'ai été échaudé.

On fini par sortir sur la gauche dans des névés sympathique. A coté du glacier, tout parait sympathique et on rejoint la cordée des Suisses pour partager nos déboires glaciaires. Ils finissent par partir en empruntant le dos de l'éperon, tandis que nous avons décidé de partir par la vire, coté Sud (comme à la montée) Je descends une sente, je traverse  un ruisseau , une vilaine dalle non prisue m'accueille. "Coucou Guillaume, comment va ton mal des rimayes ?" me lance t'elle. Elle me parle ! J'hésite, le stress monte, Benjamin m'assure, sur du gravillon ,juste la corde à la main, autant dire que c'est du solo, si je pars, je l'embarque. J'hésite, je refais le geste à faire. Je finis par me lancer, une goutte de sueur perle sur mon front, zero prise, juste en adhérence, rien pour les mains, mon rêve... Je crois que je préfère re-traverser le glacier méga crevassé de tout à l'heure. C'est tout dire !  Mais je passe, le style n'est pas là, mais le résultat, lui, y est ! Je parviens à trouver un béquet pour assurer Benjamin, qui lui virevolte, et passe en deux secondes... je suis vraiment une bille, un usurpateur. Il faut descendre à présent. Hop je repasse devant, la dalle m'annonce "tu ne passeras pas, tu ne passeras pas, si tu tombe, c'est la chute, si tu chutes, c'est la tombe. " Effectivement, il y a du gaz, maladroitement je redescends comme je peux, je sais que le salut n'est pas loin. Enfin la vire. Benjamin me demande de l'assurer, je suis en bout de corde, pas un béquet pour mettre une sangle, pas une fissure où placer un friend... Je lève les yeux, et là, le spit, le spit décrit dans le topo est juste au dessus de ma tête ! Je fais venir Benjamin et lui fait part de ma trouvaille ! Je suis enfin soulagé, le mal des rimaye est passé, je me retourne, je vois la dalle qui fait la gueule, mais je sais qu'elle sera là la prochaine fois, à m'attendre et à me mettre la pression. il y a des jours et des lieux comme ça ! Je file sur la vire et on rejoint le névé

Pour une descente sur les fesses d'anthologie, pas sur que le fond de pantalon en Goretex est apprécié, les petits cailloux judicieusement disséminés sur le névé. On s’octroie une pause un peu plus bas. Benjamin espere secher ses groles complètement trempées, j'ai peu d'espoir !

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Je pars devant, rejoindre un cairn. Benjamin me rejoint, et on attaque la descente, qui il faut le dire, est efficace. Après avoir descendu en ramasse un dernier névé. On chope le sentier et on descend la moraine, le long du torrent qui charrie toute  la neige fondue du glacier. La descente est rapide, on papote, on discute de la prise de décision. Qu'est ce qui nous a fait faire demi tour. Et si ç'avait été le 82ème 4000, que l'hiver s'annonçait et que c'était la dernière fenêtre de beau temps, serait-on allé au sommet. Bien entendu, on n'a pas de réponse, mais prendre la mauvaise décision  pour une mauvaise raison, ça arrive malheureusement parfois. Aujourd'hui, ça serait peut être passé, mais on aurait eu une descente vraiment compliquée, et sur l'arête et sur le glacier !

 

La descente se poursuit dans un jardin magnifique sous le sifflement des marmottes Des fleurs de toutes les couleurs. Ça agrée cette fin de journée. On rejoint la voiture vers 17 h 15.

Reste à la ranger (ce qui n'est pas une mince affaire)

A séparer le matériel de l'un et de l'autre

Et à se rentrer !

Avant de repartir pour de nouvelles aventures

 

Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête
Alpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arêteAlpinisme : Täschhorn 4491 m - but à 4200 m sur une magnifique arête

Vidéo Alpinisme : Lauteraarhorn 4042 m

Apoutsiak — 4000OberlandAD

1 2 3 4 5 6 > >>