Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Petit Alpiniste Illustré

Le Petit Alpiniste Illustré

by Apoutsiak

Ski de randonnée : Pollux - 4092 m - récit d'un sauvetage avorté

Apoutsiak — Ski de randonnéeValaisZermattalpinisme4000

Une belle journée de montagne sur un sommet plutôt facile (faut quand même pas mal tirer sur les bras) et une après midi à organiser un sauvetage inutile.

Récit complet de la journée, du pseudo sauvetage et d'un autre sauvetage intercurrent

Bonne lecture

 

Vidéo :

Topo:

Accès départ

Pour info : parking à Täsch ( 15 € par jour)

Train Täsch Zermatt

Traverser Zermatt à pied (Nord Sud 1 km 100)

Prendre alors le téléphérique pour Matterhorn Paradise (Klein Matterhorn) 3817 m

 

Sommet :

De Klein matterhorn, descendre au col 3793 m CNS puis aller jusqu'au Breithornpass en visant le point 3824 m

Longer au mieux les pentes du Breithorn en passant sous le point (3821 m CNS et en allant au plus loin. On repeaute avant l'éperon du bivouac Rossi et Volante. Remettre les peaux et se diriger vers le pied du Pollux. Un couloir évident à droite vous appelle.

Laisse les skis. Remonter le couloir (40 °) en neige (couloir élégant) puis tirer légèrement à gauche dans un système de vire pour rejoindre les chaînes.

Passage un poil physique pour remonter la première partie des chaînes. (on parlera de technique de bourrin !)

On parvient à une breche, prendre alors à gauche, toujours des chaînes, mais plus facile. On sort alors à la vierge. La suite est une jolie arête à 35 ° qui mène au sommet

Descente par le même itinéraire, possibilité de faire deux rappels de 15 m chacun pour redescendre les chaînes sans effort !

 

 

Pollux, couloir d'accès

Pollux, couloir d'accès

Récit :

On a passé la nuit dans un petit hôtel à Randa, et oui, le petit alpiniste s'embourgeoise ! Bref on a bien récupéré de la journée de la veille et de l'ascension du Grand Cornier (point 3714 m)

Enfin c'était pas gagné, Benjamin semblait quand même bien fatigué la veille au soir. Ce matin, le voilà guilleret !

On file au parking géant de Täsch, puis par chance on choppe le premier train, sans attendre. Voilà Zermatt, la magnifique et la huppée. Comme à chaque fois, on remonte la rue principale entourée de boutiques de luxe. C'est toujours étonnant, ces villes de montagne, il semble que parfois  elles aient perdu leur âme, elles sont toutes tournées vers le tourisme de luxe, oubliant ceux qui en font leur réputation : Nous. (Fin de coup de gueule, oui, je sais un peu mou, faudra peut être que je retravaille ce passage !)

Nous ne croisons le premier magasin de montagne qu'après une longue marche.

Benjamin se baffre de viennoiserie dans une jolie boulangerie. Et nous voilà aux caisses des remontées mécaniques. La carte bleu chauffe mais pas au point de rendre le terminal inutilisable. On se met dans la queue des télécabines, au milieu d'autres skieurs de randonnée, mais également de skieurs de piste. Et c'est parti pour une montée à 3800 facile, en 3 tronçons ! On se retrouve dans le dernier télécabine géant (28 places par benne !) les premiers ! Et donc on déboule à 3800 m avec la montagne pour nous. Bon ça ne dure pas longtemps !

Le haut est moche, des cables de téléphérique, des passages de neige damée. Je déteste !

 

 

 

Pollux

Pollux

Et c'est parti, courte descente sur la piste, il faut déjà traverser des fils et les pistes de ski défoncée par les dameuses (je n'ai pas tout compris j'avoue) Ensuite on tente de continuer sans les peaux. Pas forcement le bon choix. On finit par les mettre pour les 5 minutes qui nous séparent su Breithornpass, encore un mauvais choix tactique. Voilà le col, et hop, il faut dépeauter. C'est bien , ça nous occupe !

La neige est béton et pour mon plus grand plaisir, il faut descendre un poil dans le jour blanc. Les skis vibrent au contact du mur blanc, le ski est désagréable. Le temps n'est pas catastrophique mais le ciel est bas et j'ai du mal à estimer les pentes, comme souvent. Je me rends compte qu'il fallait tirer plus à gauche plus à flanc. Je tire alors à gauche en poussant sur les bâtons. Dans les portions descendantes , je suis crispé comme pas possible et Benjamin me le fait remarquer. Je déteste cette neige !!! Dire qu'on a fait du si bon ski hier ! C'est tout crispé que j'enchaine les portions de descente et les portions planes où il faut pousser sur les bâtons. En plus, pas un virage, pied gauche amont, un jour il faudra que je pense, àa faire affuter mes carres...

On fini par accéder au pied ud bivouac Ross et Volante et il faut remettre les peaux. Et repartir vers le haut... en faux plat. C'est toujours mieux qu'une descente à flanc en neige béton. petit youpi !

On avance sur le schwartzor, on voit des traces dans la face Ouest, par endroit, ça a l'air en glace,  et on rejoint le dépôt des skis, petite pause, tout va bien , voici la partie ludique.

 

en direction de Pollux sur le plateau des monts rosesen direction de Pollux sur le plateau des monts rosesen direction de Pollux sur le plateau des monts roses
en direction de Pollux sur le plateau des monts rosesen direction de Pollux sur le plateau des monts rosesen direction de Pollux sur le plateau des monts roses

en direction de Pollux sur le plateau des monts roses

Encordés, moi devant, Benjamin derrière, et on est parti, le couloir se redresse tranquillement, la taille des marches augmentent aussi petit à petit. Je ahane à chaque pas. On opère quelques judicieuses pauses pour faire des vidéos, le petit couloir est très esthétique.

A la sortie du couloir on papote avec deux français, de la suite et de leur projet pour le lendemain.

Je profite du moment, c'est tranquille. Au dessus, la pente se couche, il y a quelques rochers. La trace est profonde, elle nous évite toute hésitation. on remonte vers une vire 5 m avec juste la place pour les crampons, j'avoue que l'on progresse tout en papotant.  puis une petite sente enchaîne, à droite, le Castor nous surveille , et nous annonce des lendemains difficiles avec toute la glace présente !

Voilà enfin les chaînes, je reste devant (bah oui, je fais le fier) je récupère le peu de matos que l'on a emmené. Benjamin bougonne, il trouve qu'on n'a pas été assez prudent et qu'on est parti avec trop peu de matos.  Bon, moi je pense qu'on devrait se débrouiller.

 

Vue de dessous c'est austère : après une courte traversée, il faut remonter sous un bloc coincé légèrement surplombant et remonter sur la gauche pour le passer. Waoutch, ça a l'air chaud ! surtout ne rien en laisser paraitre.

Je traverse, fastoche, puis je remonte. Au départ c'est pas trop difficile, c'est sur de la neige avec des prises à droite et à gauche, on progresse presque en opposition.  Le bloc coincé me rejette en arrière, position désagréable. Je remonte mes pieds au maximum au fond du couloir, mais plus je piétine plus je m'enfonce, hors mon but était de monter ma jambe au plus haut pour trouver la première prise.

Pour la prise de pied, c'est facile, il y a une trace de crampons avec les pointes, tant tout le monde met son crampon au même endroit. Le pied gauche est tout trouvé, le pied droit vient en face, sur la paroi opposée, je bourrine sur la chaîne et passe au dessus du bloc. Yes, c'est passé, mais je suis tout essoufflé ! Je ne me souvenais pas que c'était si physique il y a 20 ans ou presque (je suis passé ici durant l'été 2003)

Je fais venir benjamin à moi, lui donnant au passage quelques précieux conseils (et oui ça donne un petit coté pro) je sais qu'il n'en avait pas besoin, il grimpe mieux que moi ! Je repars vers le haut, rien de bien technique, mais ça reste du gros tirage sur la chaîne. Je parviens à une brêche qui surplombe un bloc coincé sur lequel je me juche  ! (et oui j'ai écris je me juche et c'est sans doute la première fois de ma vie !)

Bref, bien juché, je fais venir à moi Benjamin. Puis je repars, c'est plus facile, il y a des réglettes partout sur les 15 derniers mètres.  et hop, en 3 minutes c'est emballé, je me retrouve a dessus.

 

Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)
Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)
Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)

Pollux ascension finale couloir et chaînes (devant Castor)

reste juste à faire venir Benjamin

Un guide Suisse allemand arrive par le haut, tout en braillant sur sa cliente. sans me poser de question, il installe son relai à coté du mien (ni sans me demander) tout en braillant sur sa cleinte : "Krrrröte Krrrötte !"

Benjamin est déjà parti

La cliente commence déjà à descendre.

Il aurait pu attendre tranquillement que Benjamin arrive, il n'aurait perdu que 2 minutes.

Benjamin est à l'arrêt au milieu des chaînes, j'ai perdu l'audition de mon oreille droite. "KARABINER LINKS - KARABINER LINKS !"  Les décibels sont là, le plaisir d'être ici moins. Je le sens stresser ce guide, stresser de devoir passer sur toutes les cordées qui montent ! La client est enfin en bas. Il arrête enfin de brailler. Il part en désescalade sur la chaîne en lâchant à peine un remerciement... Ca c'est fait, Benjamin reprend son ascension et me rejoint, on débriffe l'événement. Et oui, les guides, il veulent surtout rentrer tôt chez Bobone parfois !

Courte pause à la vierge, il reste une petite centaine de mètres. Je repars , tranquille, il ya une trace, par moment la glace n'est pas loin ! O nprogresse sur l'arête, le Castor à droite, le Lyskamm plus loin.

Déjà les derniers mètres et le bonheur d'être là haut, ensemble, c'est déjà notre 11ème 4000 en commun !!!

 

Pollux - sommetPollux - sommetPollux - sommet
Pollux - sommetPollux - sommet
Pollux - sommetPollux - sommet

Pollux - sommet

Pollux - sommetPollux - sommetPollux - sommet
Pollux - sommetPollux - sommet

Pollux - sommet

La pause est longue, on mitraille, on inspecte la peu avenante face du Pollux qui est notre objectif de demain. Au départ on voulait descendre sur la cabane du Mont Rose, mais vu la tête du glacier, ça fait longtemps qu'on a renoncé à ce projet ambitieux et crevassé !

 

Pollux - la viergePollux - la viergePollux - la vierge

Pollux - la vierge

Il faut attaquer la descente, d'abord la partie en neige puis la pause à la vierge, moins ventée que le sommet.

On laisse passer la cordée qui nous suivait sur le passage des chaînes, pour une fois qu'on n'est pas pressés, on a juste à profiter.  C'est notre tour de descendre les chaînes, on a choisi de le faire en rappel, plus sécur et plus tranquille, l'autre cordée est parti en désescalade.

Benjamin se lance le premier. Première partie facile, rien à dire, je le rejoins assez rapidement. Ensuite on a un doute, un rappel va t'il être suffisant (on n'a que 30 m de corde) On balance la corde et on interroge le dernier de la cordée de dessous. "Pas de problème"  et zou, c'est reparti, Benjamin d'abord puis ma pomme. Il ya juste le passage du bloc coincé qui se révelle peu agréable à descendre , mais ... ça paaaasssse !!!

Me voilà sur la vire du bas, vaché, je rappelle la corde qui gentiment évite le peu de bequets présents. Pendant se temps, Benjamin la love et nous volà reparti vers le bas tout en papotant, notre principale occupation du jour. Les passages sont toujours esthétiques.  On rejoint le haut du couloir et tranquillement les skis. pour une dernière pause.  Il n'y a plus qu'à rejoindre le bivouac, malheureusement, il n'y a pas ou peu de trace.

 

Pollux descentePollux descentePollux descente
Pollux descentePollux descentePollux descente

Pollux descente

On repart avec les peaux pour une courte descente sur le Schwartzore, rapidement traversé, puis je passe devant pour remonter à flanc vers le bivouac, la fin parait raide... Benjamin me fait remarquer qu'il y a une grosse corniche au dessus de nous. La visibilité est mauvaise, j'hésite, il passe devant pour avancer de 10 m et on enlève les skis dans la pente.

Je charge le sac en restant bien concentré, le moindre truc qui tombe descend de 100 m directement sans espérance de l'arrêter. Benjamin a des doutes pour la suite, les pentes lui semblent trop chargées.  Je pars devant. je contourner une première benne puis longe la seconde en biais. J'arrive à faire la trace d'un bon pas dans cette neige ou les pieds s'enfoncent. Je remonte vers le crux, sous une petite barre, j'attends Benjamin puis je repars à gauche, c'est beaucoup plus facile qu'il n'y paraissait, hop, petit passage raide, ensuite, ça se couche et le bivouac est là. On y accède par au dessus, il ne faut pas s'en coller une !!!

Et voilà le mignon bivouac Rossi et Volante avec la surprise : il y a déjà 4 duvets dans le petit espace. Une cordée est à l'approche dans nos traces, on ne sera pas seuls ce soir

Bivouac Rossi et VolanteBivouac Rossi et VolanteBivouac Rossi et Volante
Bivouac Rossi et VolanteBivouac Rossi et VolanteBivouac Rossi et Volante

Bivouac Rossi et Volante

Il est 14 h, on a le temps.

2 Suisses entrent dan le refuge. Il s'agit d'Axel et Fred avec lesquels on va passer une belle après midi.

2 Slovaques arrivent alors.

Il reste 2 duvets appartenants à 2 inconnus qui sont sans doute partis vers la Roccia Nera d'après Fred qui les a vu déposer leurs skis vers midi au dessus du bivouac.

On vaque à nos occupations et nos occupations, c'est faire fondre de l'eau. Il faut notamment aller derrière le refuge, remonter la pente (glissante) et revenir sans perdre son précieux chargement de neige) Bref, ça fond et on papote. Nous on découvre Fred et Axel. qui ont dévalé à ski la pente ouest du Pollux Les Slovaques ne sont pas en reste en offrant de la goutte à tout le monde, voilà qui réchauffe l’atmosphère. L'ambiance est bonne, le temps passe...

 

5 h on commence à s'inquiéter, les 2 qui sont partis devraient être déjà là. la Roccia Nera n'est pas loin (une heure max) et l'aller retour pauses comprises n'aurait du leur prendre que 3 h max. On décide d'attendre un peu avant d’alerter les secours, afin que s'ils sont nécessaires, ils puissent intervenir avant la nuit. Le temps s'est couvert. On ne veut pas déclencher des secours pour rien mais on se demande ce que la cordée fabrique sans ski sur le Breithorn...

17 h 30 on se décide à déclencher les secours alors que je pensais faire une petite sieste. Les Suisses n'ayant que peu de reseau, je suis le candidat pour appeler.

112

attente...

longue attente

"pronto"

forcement je ne parle pas Italien. nouvelle attente, conversation à 3, difficile, il y a un memebre d'une plateforme de secours, , un traducteur, et moi. Sans compter les tonalités qui se surajoutent par moment.

J'explique qu'une cordée est parti à midi pour la Roccia Nera, qu'elle devrait être là vu que le sommet est tout proche, que le plafond et bas et ne permet pas à un hélico de survoler le sommet...

Le gars me demande de rappeler un numéro

panique on n'a pas de paier pour le noter. Axel a la présence d'esprit de prendre son téléphone

Nouvel appel

Je renouvelle mes explications

Le gars me demande un maximum d'information, et de fouiller le matériel. Fred pense assez vite qu'il ya deux groupes. sur la table de la cuisine et en dessous : un téléphone, un piolet, un bruleur et une gamelle et de la bouffe en désordre, d'autre part sur la couchette en haut à gauche, 2 duvets et du matos bien ranger. On découvre qu'il ya une fille dans le groupe, mais pas de papiers.

Une seconde fouille nous permet de trouver dans le téléphone le nom du propriétaire : Gabin Aplic (oui j'ai changé le nom... ;-) )

Il y a une Carte Bleue, une carte vitale, une carde de club d'escalade à Nice, et une carte de rendez vous chez le dentiste. Flûte c'est un Français qui a laissé ce souk dans le refuge, j'ai honte.

Je fais part de nos trouvailles au secouriste, il me dit qu'il me rappelle. Je lui indique aussi que l'on pense qu'il y a deux groupes

On attend,  et on décide de faire monter une équipe vers le sommet. Étant responsable du téléphone, je suis coincé au refuge (dommage j'aurais bien aimé jouer les saint Bernard) Je récupère les portables d'Axel et Fred. Il neigeote à présent

Axel, Fred et Benjamin commence à se préparer. Je leur donne quelques indication sur la configuration du sommet, dans le brouillard qu'il ne se prenne pas la corniche... Surtout pas de suraccident. Je vérifie qu'ils ont des boissons chaudes.

Le type des secours me rappelle. Il m'annonce que Bastien Aplic a été rapatrié il y a 3 jours et que le secours est terminé. Je dois alors me battre pour lui faire comprendre qu'il ya deux personnes sur la montagne et qu'il y a deux groupes. Qu'on a bien retrouvé les affaires de Bastien , mais qu'il y a aussi d'autres personnes. La lutte est dure, il y a une sorte de quiproco de secours. Je finis par le convaincre, on fait le point ur le secours avec lui. Pendant ce temps, les 3 "secouristes" sont prêts. Fred annonec qu'ils vont y aller à ski, "ça ira plus vite" Et là, je me dis que c'est bien que je n'y aille pas. Axel et Fred vont aller à fond, j'ai de la peine pour benjamin qui va galérer à les suivre. Moi, connaissant les lieux, j'y serai aller à pied, tranquillement , à mon rythme. Pauvre Benjamin, je ne l'envie pas finalement.

Bon les 3 sont prêts, j'explique aux secours qu'on envoi des secours, vu la météo , ça nous semble la meilleur solution. A ce moment là, un cri vient du dehors, une cordée est sur le retour, fin de secours. J'annonce la bonne nouvelle à mon interlocuteur, et nous finissons par raccrocher

Les deux allemands arrivent, tout le monde se retrouve dans le refuge. On fini par comprendre qu'ils sont allés à la Roccia Nera puis ils ont attaqué la traversée des Breithorn (comment comptaient ils rentrer ici sans ski...) puis à la selle, il sont descendus dans la face pour revenir par le plateau qui ramène au bivouac. Dans le brouillard, navigation au GPS au milieu des crevasses.

Les Allemands ne se sont pas rendu compte de tout ce qu'on avait mis en place pendant leur absence...

On mange et on se couche (attention il y a une suite)

En direction de CastorEn direction de Castor
En direction de CastorEn direction de Castor
En direction de CastorEn direction de CastorEn direction de Castor

En direction de Castor

Castor
CastorCastorCastor

Castor

La suite :

 

Le lendemain, réveil tranquille vers 5 h . J'ai décidé de prendre le matos d'Alban sur mon sac (piolet, réchaud, téléphone et paiers) Fred et Axel sont partis il y a 1/2 h pour la traversée Castor Lyskamm.

On descend, on rejoint le pied du Castor dans le vent et on laisse les skis. Une énorme  barre de glace barre la face, et pourtant la trace passe par ezlle. Benjamin n'est pas inspiré et son inquiétude est contagieuse. Je lui propose de contourner la glace en passant par la neige à gauche. Je pars devant, d'abord à gauche puis dans la pente raide. Au dessus, ça se couche. Je pense qu'il suffit de revenir sur la droite. Je tire alors à flanc avant de redescendre de 5 m, il ya de la glace partout. On discutaille, on s'arrête, c'est vrai qu'on a  les crampons lights, c'est sans doute un peu juste. On sait aussi qu'on doit redescendre par le même itinéraire. Je pousse sur la droite pour rejoindre la face, je sens la glace sous mes crampons.

Discussion rapide, on signe le but, on reviendra et de toute façon, je suis déjà venu ! Que de glace dans cette face pour la saison ! Incroyable ! ca passait en prenant un peu de risque avac les bons crampons.

Demi tour, on rejoint les skis et zou direction Matterhorn paradise, qui n'en est pas un (pour moi ) On retrouve les pistes, les Italiens qui montent en peaux sur celles ci dré dans le pentu, et on rejoins Trockener steck, fin de l'aventure (ou presque)

 

Il y a encore une suite !

 

retour à Zermatt
retour à Zermatt
retour à Zermatt
retour à Zermatt
retour à Zermatt
retour à Zermatt

retour à Zermatt

Ski de randonnée : Pollux - 4092 m - récit d'un sauvetage avortéSki de randonnée : Pollux - 4092 m - récit d'un sauvetage avorté
Ski de randonnée : Pollux - 4092 m - récit d'un sauvetage avortéSki de randonnée : Pollux - 4092 m - récit d'un sauvetage avorté

La suite de la suite :

 

Retour à la maison, et C'est l'inspecteur Apoutsiak qui prend en charge le dossier

Via Messenger j'arrive à joindre la salle d'escalade d'Alban

Ainsi que son Bureau des élèves, Alban est étudiant en médecine

Je compte exploiter tous les indices en ma possession

J'utilise la carte de son dentiste, la secrétaire me dit qu'il n'est pas client mais avec la carte vitale, elle me donne le nom de son médecin traitant, l'enquête progresse, je dois appeler le Dr T , de Nice.

Un sypatique secrétaire m'annonce qu'elle connait la maman d'Alban, l’étau se resserre , je touche au but. Elle me dit de rappeler le lendemain.

De mon coté je cherche sur internet, il y a eu un accident sur Pollux il y a 3 semaines qui pourrait correspondre, deux jeunes de 22 et 17 ans, l'un d'eux est tombé de 200 m en ajustant ses crampons. Tout de suite ça m'amuse moins de prolonger les recherches, mais je suis lancé. Pas sur que ça soit cet accident.

Le lendemain, je rappelle la secrétaire du Dr T, elle me passe le numéro de téléphone de la mère d'A. Je l'appelle, elle est ravie que je l'appelle, son fils va bien et son compagnon de cordée aussi, ils se sont mangé une avalanche et ont du être hélitreuillés

Je prends l'adresse d'Alban et file à la poste lui envoyer le Colissimo

Le lendemain on arrive à se parler au téléphone

En fait ils ont attaqué la traversée du Breithorn, et au milieu de la traversée on choisi de descendre. Alban a fait partir une plaque sur son compagnon Hector.

Hector s'est retrouvé la tête en bas dans la rimaye et Alban a du le dégager alors qu'il avait une fracture de la cheville.

J'ai eu Hector le lendemain, qui m'a raconté la suite. Sans téléphone, il a du descendre le glacier tout seul, au milieu des crevasses (pas glop) jusqu'au refuge des guides du Val d'Ayas à pied pour appeler les secours.

 

Et tout est bien qui fini bien, Alban en a pour quelques mois avant de s'en remettre, ils en seront quitte pour une belle frayeur !

____________________________________

Et voilà, 2 récits de sauvetage en un seul récit, pas mal non

J'envoi plein de bisous à tous les protagonistes croisés ce jour là !

A bientôt là haut !

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article