Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Petit Alpiniste Illustré

Le Petit Alpiniste Illustré

by Apoutsiak

Raid à ski en Ortles - Jour 1 - Hésitations

Apoutsiak — Raid à skiSki de randonnée

... Comme souvent

 

Vidéo

Topo

Accès routier

Route pour info

Martigny - saint Bernard - vallée d'Aoste - Turin - Milan - Bormio - Santa Caterina - Forni

Parking payant (à payer à la sortie de Santa Catarina di valfurna

Au dessus du parking, il y a le refuge Forni 2178 m

 

Topo à ski

Depuis le parking, remonter le vallon plein Est puis la piste qui permet de gagner le rifugio Branca 2493 m

Monte Branca

Depuis le refuge partir en direction du cole Pasquale tout en restant rive droite du vallon ( à gauche de la moraine en montant) remonter au mieux les pentes par un mouvement enveloppant (j'aime bien les mouvements enveloppants)

 rejoindre l'arête puis par celle ci, la cime branca 3100 m (non nommée sur certaines cartes) (c'est une antécîme du Monte Pasquale)

 

Raid à ski en Ortles - Jour 1 - HésitationsRaid à ski en Ortles - Jour 1 - HésitationsRaid à ski en Ortles - Jour 1 - Hésitations

Récit

 

Comme souvent, tour démarre par une hésitation.

la météo annonce une grosse perturbation sur les alpes en milieu de semaine, sauf ... les alpes du Sud. Ou partir, soit dans l'Ortles, le plan initial, pas mal de route, mais une découverte pour nous. Ou, le tour du Viso, météo meilleur, mais peu de neige dans le secteur. La semaine se passe à scruter les différents sites météos et à prendre des nouvelles de l'enneigement dans les coins les plus reculés des alpes.

Bilan , vu que tout le monde veut aller découvrir l'Ortles, on ira là bas, tant pis pour la perturbation, la météo a bien le temps de changer...

Présentation de Tout le Monde (j'aurais pu, du , commencer par ça) :

Nath, Suissesse, Skieuse de randonnée et alpiniste, pleine de projet d’expédition, c'est la première fois que nous allons skier ensemble (après une tentative avortée à la brèche Puiseux)

Yves, l'ancien du groupe, mais surtout, le plus rapide ! Impossible de suivre ses spatules quand il est à pleine vitesse.  Des dizaines de milliers de mètres de dénivelé chaque hiver... Nous avons déjà quelques jolis sommets ensemble : Tête Blanche, Dômes de Miage, Ruinette Pigne d'Arolla...

Dernier détail, l'heure de départ, oui, ce Week-end, c'est le changement horaire... Je veux quand même dormir un peu. Après avoir pas mal tergiversé, réveil à 3 h 30 ( 2 h 30 ancien horaire) , rendez vous à 5 h 45 chez Nath puis un peu plus tard à Martigny pour retrouver Yves. Courte hésitation, quand au choix de la voiture. On prend celle d'Yves... On le regretera... bien plus tard.

Raid à ski en Ortles - Jour 1 - HésitationsRaid à ski en Ortles - Jour 1 - HésitationsRaid à ski en Ortles - Jour 1 - Hésitations
Raid à ski en Ortles - Jour 1 - Hésitations

Et zou, c'est parti , sur les routes roulantes du col du Grand Saint Bernard, puis sur l'autoroute de la vallée d'Aoste. Peu avant Milan, Yves me passe le volant, pour la traversée de Milan, pas glop...  S'en suit la longue remontée vers Bormio, le long du lac de Come puis une vallée sans fin !  Je voudrais refiler le volant à Yves, mais pas de place e parking, je finis par me fair ela petite route d'accès au parking, raide, vertigineuse, tout fini par une descente raide sur 200 m, et voilà le parking, plein à rabord !

 

On pique nique rapidement, on s'équipe, on se chambre puis on fini par partir, la première journée est cool au niveau effort : 1 h 15 de ski annoncé ( 300 m de déniv)

Une montée en T shirt, sous le soleil, on ne le sait  pas, mais le retour sera bien différent... On ne le sait pas, parce qu'on n'est pas devin ! Et c'est pas plus mal (voir les épisodes suivants) Le refuge approche, quel bruit en arrivant sur la terrasse, on est bien en Italie !  Petite pause, le temps de laisser du matos. Avec Yves on veut faire un peu de déniv histoire de rentabiliser la journée et le beau temps. On part derrière le refuge (erreur mais c'est pas grave) on rejoint un petit plateau et on voit un joli sommet antécîme au loin, notre but. Au début de l'ascension, je suis devant, mais j'ai la mauvaise idée de faire une vidéo (pour CE blog) Yves, qui était sagement calé dans mes skis (tellement calé qu'il avait tendance à taper dedans). Grâve erreur, il part devant et file sans s'arrêter. Impossible de prendre son rythme. Je me prends une grosse claque. L’intervalle entre nous croit, je ne vois plus qu'un petit point au loin... La neige est soupe mais skiable.  Heureusement, Yves m'attend à l'arête, en fait, il a vu 3 chamois, autant vous dire que quand j'arrive, ils sont partis depuis longtemps. J'enrage !  Une petite arête un peu large, à ski puis un sommet tout plat, avec une jolie vue sur tous les sommets à venir !

Petite pause photo et repérage avant de redescendre. Mes premiers virages sont hésitants, je finis par me lâcher. La neige soupe se laisse apprivoisée. Par endroit elle a  déjà un peu regelé et n'est pas tant agréable à skier. Yves virevolte, moi, moins !

 

Les pentes se succèdent, les replat aussi, le refuge est déjà là. Derniers virages, on est accueilli par Nath. Juste le temps de se changer avant d'aller manger !

Ah oui, truc important, ici, tous les repas sont délicieux, quel que soit le refuge !

Raid à ski en Ortles - Jour 1 - HésitationsRaid à ski en Ortles - Jour 1 - Hésitations
Raid à ski en Ortles - Jour 1 - HésitationsRaid à ski en Ortles - Jour 1 - Hésitations
Raid à ski en Ortles - Jour 1 - HésitationsRaid à ski en Ortles - Jour 1 - Hésitations
Raid à ski en Ortles - Jour 1 - Hésitations

J'aurais voulu faire un 4000 ...

Apoutsiak — humeurChasseronJuraSki de randonnée

...Mais la météo en a décidé autrement.

 

Nath m'avait gentiment proposé d'aller dormir à Gnifetti, d'y manger des pâtes puis d'aller faire un 4000 à ski au dessus. Proposition alléchante ! J'avais hésité, c'était un peu loin, mais mon attirance pour les 4000 est toujours là.

Jeudi , je prends le bulletin des risques d'avalanche Suisse avant de m'engager. Risque 4 !!! :-( ... sur presque toute la Suisse.

Bref , c'est la loose. Vendredi, je ne sais pas par quel miracle, le bulletin redescends à 3, avec un risque marqué au dessus de 2000 m et de grosses accumulations dues au vent.

Je laisse tomber les 4000 des Monts Roses, je vais me contenter d'un petit Chasseron.

 

Aussi, je me fais un bon petit week end sport : 16 km de trail Vendredi au dessus de Vesoul.

Samedi, un joli Chasseron. Bon , je m'attendais à une poudreuse de neige, Ce fut une neige un peu humide qui m'a accompagnée.  Une fois que j'ai compris où il fallait skier, je me suis fait de belles descentes ... 1400 m de déniv et un joli soleil !

Et Dimanche, nous sommes montés à Nancy pour le semi marathon de Nancy ( tout ça pour être dans un bon sas lors de Marseille Cassis...) ( oui Sandrine a décidé que nous ferions Marseille Cassis cet automne...). J'avais pour objectif faire moins d' 1 h 30... Bon alors ma semaine sport à fond, plus un vent de face continu ( pourtant la course faisait des boucles mais j'ai eu l'odieuse sensation de courir en permanence face au vent ... ) la fin du semi étant dantesque : une énorme averse pendant les 20 dernières minutes (certains on eu la grêle). Bilan de mon plan d'entrainement catastrophique, de ces conditions météo peu favorables et de mon léger surpoids... 1 h 33 et 34 secondes. Bon, je me suis bien amusé, et ça me permettra de ne pas me mêler à la plèbe lors de Marseille Cassis !

Heureusement qu'il y a les semaines de garde pour récupérer !!!

J'aurais voulu faire un 4000 ...
J'aurais voulu faire un 4000 ...
J'aurais voulu faire un 4000 ...
J'aurais voulu faire un 4000 ...
J'aurais voulu faire un 4000 ...
J'aurais voulu faire un 4000 ...

Ski de Rando : Brèche Puiseux - glacier du Mont mallet

Où j'ai reformé la mythique cordée avec Anne.

 

Vidéo :

Topo :

Prendre le téléphérique de l'aiguille du midi ( 50 € l'aller simple, info mars 2019).

Descendre à pied l'arête effilée et chausser au pied de l'arête, descendre soit la vallée blanche classique, soit le grand envers soit le petit envers (ou même la vallée noire en rive droite)

Sous le refuge du requin ( 2516 m) traverser au mieux le glacier au niveau de la salle à manger (séracs) Gagner le pied du glacier des periades. Le remonter en rive droite.  Vers 3100 m passer la rimaye et mettre les crampons pour remonter le couloir ( 45°)

Jusqu'à la brèche puiseux. 3432 m

remonter l'arête à gauche jusqu'au bivouac des Periades.

Un rappel de 60 m ( ou 2 de 30-40m) permettre d’accéder au glacier du Mont Mallet.

Descente à ski (crevasses séracs) de la rive gauche du glacier. ainsi que de celui de Leschaux

Descendre la mer de glace et remonter à la buvette des Mottets avant la descente par la piste sur Chamonix

Ski de Rando : Brèche Puiseux - glacier du Mont mallet
Ski de Rando : Brèche Puiseux - glacier du Mont malletSki de Rando : Brèche Puiseux - glacier du Mont mallet
Vallée BlancheVallée Blanche
Vallée BlancheVallée Blanche
Vallée BlancheVallée Blanche

Vallée Blanche

Récit :

 

Les cordées se font et se défont. J'avais proposé la sortie à Nath, qui m'appelle quand je suis sur la route, trop malade pour envisager le projet. La loose. Heureusement que j'avais également proposé à Anne la sortie. On va reformer la mythique cordée des 82 4000...

Je me retrouve à Cham' un peu tôt. J'ai le temps de trouver une place de stationnement. Et je me fourvoie comme un débutant pour trouver la caisse de l'aiguille du Midi, où je m'octroie une petite sieste.

Je me pose. Je suis le deuxième dans la queue !!! Anne arrive avec Thierry (qui a prévu de faire du vélo pendant que nous skierons) .

On papote, notre dernière course ensemble, mon 82ème 4000, le Zinalrothorn, plus de 2 ans, déjà !

Et zou, un téléphérique, et zou un second. Les sardines biens serrées dans leur boite, mais c'est le prix à payer... On s'équipe dans le couloir et on file. Erreur, avec ma haute taille, mes skis, sur le sac,  touchent le haut de la grotte, m'obligeant à des contorsions me permettant de ne pas abimer mes précieux engins...  Paysages magnifiques après la grotte de glace, Go !

Descente tranquille sur l'arête. On chausse et on décide de partir pour le grand envers. La neige est bien dure et dégue alors qu'elle était annoncée bonne. Petite déception. Elle reste skiable. On tire à gauche, tout en se méfiant des crevasses et des séracs. Quelques passages raides. Ca passe pour l'instant. On se retrouve dans le couloir sous l'aiguille du Plan. Reste à descendre. Il fait froid, un froid vif, qui te gèle les poils du nez, on a tout enfilé : doudoune, goretex et mes nouveaux gants millets dont je suis pleinement satisfait ! ( non, non, je n'ai aucun sponsor !!! Enfin, si quelqu'un de chez millet lit ses lignes... à bon entendeur )

Le glacier est sec, il y a quelques passages bien raides, bien glacés, qui nous font hésiter. On se retrouve au dessus du refuge du requin et on rejoint la vallée blanche. On traverse le glacier et c'est la pause pour remettre les peaux.

Anne arrive 5 minutes plus tard, elle s'est croutée sur la plat, je n'avais rien vu !

 

 

 

Remontée du glacier des PeriadesRemontée du glacier des PeriadesRemontée du glacier des Periades
Remontée du glacier des PeriadesRemontée du glacier des Periades
Remontée du glacier des PeriadesRemontée du glacier des PeriadesRemontée du glacier des Periades

Remontée du glacier des Periades

Il y a du monde bien au dessus de nous. On est un peu en retard. Rien d’inquiétant. C'est parti sur le glacier des Periades. La trace est bonne mais verglacées. Ça grimpe bien dans un toujours magnifique paysage. On discute, Je sens bien que comme d'hab, je freine Anne qui a beaucoup plus la pêche que moi, Rien n'a changé ! dans l'ombre, il fait toujours aussi froid.

Au loin on voit des skieurs dans le dur, mais on ne les rattrape pas. Le couloir apparait au dernier moment. 15 alpinistes sont dedans. On arrive à la rimaye, où un gars sympa me reconnait. Il me dit qu'il fait demi tour. J'essaie de l'encourager, en lui disant qu'il ne reste plus grand chose mais je sens que son guide n'est pas prêt de changer sa décision. Il me conseille de passer par la droite du glacier à la descente.  Conseil noté ! Petite pause, on remonte jusqu'au dépôt des skis. Puis on file dans le couloir, crampons au pied, tout en discutant (on n'a pas arrêté !)

Je profite du paysage pour faire quelques images. Trô Bô !

Anne trépigne derrière.

Je la laisse passer, et me fait larguer direct. J'avais pourtant l'impression d'avancer. Retour à la dure réalité pour moi, je pensais être rapide comme le guépard, je ne suis qu'un escargot qui avance avec peine !

Avec l'excuse des vidéos , je parviens à reprendre ma position de leader, l'honneur est sauf.

De l'ombre, nous sommes passés au soleil, c'est l'été d'un coup. Je sue à grosse goutte, on a hâte de faire une pause afin d'enlever des couches de vêtement. La raideur du couloir y est peu propice. Les acides gouttes de sueur viennent sournoisement jouer le rôle de collyre dans mes yeux. Ça piiiiiiqueeeee !

dire qu'il faut atteindre le bivouac pour changer de tenue.

Couloir de la Brèche PuiseuxCouloir de la Brèche Puiseux
Couloir de la Brèche PuiseuxCouloir de la Brèche PuiseuxCouloir de la Brèche Puiseux
Couloir de la Brèche PuiseuxCouloir de la Brèche Puiseux
Couloir de la Brèche PuiseuxCouloir de la Brèche Puiseux

Couloir de la Brèche Puiseux

Ski de Rando : Brèche Puiseux - glacier du Mont mallet

J'arrive donc en tête à la brèche, ma sournoise manœuvre ayant portée ses fruits.

Bon, la brèche porte bien son nom, il n'y a pas de place. C'est le périph aux heures de pointe. J'ai même du mal à voir le paysage de l'autre coté. Les guides descendent en moulinettes leurs clients à la vitesse de la lumière. Pressés de rentrer à Cham' voir leurs épouses.

Étant donné qu'on avait pris la décision de monter au bivouac. Je pars à gauche, sous les cordées pour rejoindre l'arête. Et gravir les 50 m qui nous séparent du bivouac. Quelques pas d'escalade faciles, et nous arrivons à ce bijou : le bivouac des Periades. Pause pique nique et photo, le lieu s'y prête !

 

Avec le vent on a gardé nos couches de vêtements, d'autant plus que la suite est à l'ombre, la nuit tombe vite sur le glacier du Mont Mallet.

 

S'en suit le rappel. Anne part le poser, mais il me semble qu'elle hésite. On a perdu nos automatismes. Je délove la corde et lui passe, incompréhension, hésitation. On a failli balancer le rappel sans l'attacher. Ça ne nous est jamais arrivé. Je finis par contrôler chacune des ces actions. Elle hésite même lorsqu'elle met en place son Machard. A la fois, une bonne hésitation vaut mieux qu'une chute certaine ...

Nous qui avons fait plus 100 rappels en haute montagne ! ...

Finalement elle part, doucement, dans ce couloir  assez long. Vient mon tour. Go, je pars, le sac lourd avec les skis dessus, qui me tire en arrière. La corde est longue à passer. J'arrive en bas tout essoufflé.

Brèche Puiseux - Bivouac des PeriadesBrèche Puiseux - Bivouac des Periades
Brèche Puiseux - Bivouac des Periades
Brèche Puiseux - Bivouac des PeriadesBrèche Puiseux - Bivouac des PeriadesBrèche Puiseux - Bivouac des Periades

Brèche Puiseux - Bivouac des Periades

Ski de Rando : Brèche Puiseux - glacier du Mont malletSki de Rando : Brèche Puiseux - glacier du Mont malletSki de Rando : Brèche Puiseux - glacier du Mont mallet

Le glacier est déjà en grande partie à l'ombre, mi février, sou la face Nord des Jorasses, le soleil se couche tôt. On a décidé de suivre les conseils du guide croisé à la montée. Passer sous les Jorasses pour avoir la meilleur neige. Le défaut, c'est qu'on a pas le temps de remonter pour basculer de l'autre côté. Il faut traverser au milieu et au milieu il y a des crevasses et des séracs. Coup de chance il y a une trace qui y part.

On suit donc la spectaculaire trace. Entre crevasses et séracs. Le ski léger, très léger, on a bien conscience de skier sur des œufs, et si la coquille se brise... c'est la grosse chute ! Longer un sérac, louvoyer entre deux crevasses.  Finalement, la trace tente de traverser le complexe glacier mais n'y parvient pas, il faut remonter un peu pour retrouver la descente classique, en rive gauche. On parvient à enchainer les virages. La neige est bonne même s'il y a eu beaucoup de passage !

 

Le paysage est impressionnant : Les arêtes de Rochefort et les Grandes Jorasses, pleine face nord,

La verte les Droites les Courtes ! Tant de jolis sommets déjà gravis ! :-)

Championnats du monde de Verticalité ou de sommets mythiques (quoi que les guides russes à l'Elbrouz ne connaissaient pas la verte, ça m'a déçu !)

Descente glacier du Mont MalletDescente glacier du Mont Mallet
Descente glacier du Mont MalletDescente glacier du Mont Mallet
Descente glacier du Mont MalletDescente glacier du Mont MalletDescente glacier du Mont Mallet
Descente glacier du Mont MalletDescente glacier du Mont Mallet

Descente glacier du Mont Mallet

Enfin on skie, de jolis virages dans une bonne neige. L'imposante face nord des Jorasses observe nos circonvolutions. Le cadre est magique ! On rejoint le glacier de Leschaux pour un gros schuss. On retrouve les cailloux à la jonction de la mer de glace. Puré que c'est sec !  Attention les semelles des skis ! au départ ça passe encore. Ensuite, ça devient compliquer ! On repique sur la gauche pour rejoindre la trace de la vallée blanche, d'où les derniers skieurs descendent . On skie en slalomant entre les quelques rochers affleurants.  Bas de mer de glace, petit canyon, toujours quelques maléfiques rochers en quête de fragile semelle. Hormis quelques touchettes, ça passe. On dépasse quelques groupes.  Et nous voilà au pied de la remontée des Mottets.

Et là, je sais qu'il y a un segment STRAVA (strava étant une application pour sportif connecté) Bref, j'suis un peu bête, mais je me décide de la faire à bon rythme. Je pars à peu prêt en même temps qu'Anne. Et je marche d'un bon pas. Le sac est un peu lourd (oui , on a pris un rappel de 60 m et le matos de sécurité !) Anne perd du terrain (pour une fois) elle n'a pas du comprendre (oui, il faut avouer que je ne l'ai pas avertie !). Je l'entend râler que c'est long ! Ah ça fait du bien de l'entendre râler, ça prouve que c'est bien elle ! je marche à fond? La trace a regelé et glisse pas mal par endroit. Ne pas molir. Le passage est long, je le sens, mais surtout j'entends les commentaires d'Anne derrière. Replat final, je ne me désunie pas et je file à la Buvette des Mottets, j'ai sans doute fait un bon temps !

Je fais le chemin inverse pour retrouver Anne un peu plus bas avec sa tête des jours moyens, elle n'a pas aimé la remontée !

Petite pause avant la descente finale sur la piste. Attention aux cailloux

On s'amuse bien quand même.  Une pause pour couper les rails du funiculaires, rejoindre les pistes du Montenvers et le bas des pistes où Thierry nous attend. Le pauvre, avec la glace il n'a pas pu faire de vélo comme il le pensait. Et nous attend, frigorifié. On rejoint ma voiture, on papote puis c'est l'heure du départ pour un long voyage avec 50 minutes de bouchons en prime autour du lac Léman

C'était sans doute le prix à payer !

 

Merci Anne et Thierry !

 

Ski de Rando : Brèche Puiseux - glacier du Mont mallet
Ski de Rando : Brèche Puiseux - glacier du Mont malletSki de Rando : Brèche Puiseux - glacier du Mont malletSki de Rando : Brèche Puiseux - glacier du Mont mallet

Vidéo Nadelgrat en vidéo Nadelhorn

Apoutsiak — vidéo - Les vidéos d'Apoutsiakalpinisme

Nostalgie

Juin 2013

 

Chasseron mon amour

Apoutsiak — Ski de randonnéeJuraChasseron

Samedi dernier, Bulletin des risques d'avalanche à 5 sans le sud de la France, à 4 à pas mal d'endroit. Bilan, je vais me contenter d'un joli Chasseron tout en poudre... MIAM

première montée, qui vois je derrière moi, Arnaud Simard, que j'avais rencontré l'an dernier sur ce même Chasseron. Arnaud est l'un des rares sénateurs du Tor des Géants, 9 fois finisher des 9 éditions !

Bref, on se fait 3 descentes ensemble... Une dans la combe, une dans le couloir du téléski et une sous les petites Roches. De la poudre à gogo et même du soleil (qui n'etait pas tant attendu)

En bas je remonte seul pour la Maya, par chance, il y a une trace ce qui va me faciliter la tache, je rattrape un groupe du CAS de neufchatel. le traceur a l'air en forme et connait parfaitement les lieux. On papote, on passe devant la quille du Diable et on arrive au sommet, pour un pique nique en groupe.

Je repars avec le petit groupe pour une jolie descente. En bas, on se sépare, je remonte aux petites roches, avant de descendre sous la Merla, la remonter, passer au sommet du Chasseron, me choper le brouillard avant de redescendre par les Roches Eboulées et retrouver ma voiture à Noirvaux.

 

Bilan : 23 km, 2300 m de dénivelé

De la poudreuse

Du beau temps

De belles rencontres !

 

MERCI

Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour
Chasseron mon amour

Vidéo Ski de rando au Chasseron - quelques images prises au vol

Apoutsiak — ChasseronSki de randonnée

les photos suivront ... ;-)

Portfolio Chamois au Chasseron

Apoutsiak — ChasseronJuraSki de randonnée
Portfolio Chamois au Chasseron
Portfolio Chamois au Chasseron
Portfolio Chamois au Chasseron
Portfolio Chamois au Chasseron
Portfolio Chamois au Chasseron
Portfolio Chamois au Chasseron
Portfolio Chamois au Chasseron
Portfolio Chamois au Chasseron
Portfolio Chamois au Chasseron

Chasseron 2019

Apoutsiak — Ski de randonnéeChasseronJura

Dans la poudreuse mais sans sous-couche

avec Franck

Zabardast : vidéo intégrale de l'expé au Pakistan

Apoutsiak — Vidéo - Mountains around the world

Thomas Delfino, Léo Taillefer, Zak Mills, Yannick Graziani, Hélias Millerioux, Jérôme Tanon.

The intimate travel diary of an incredible Freeride expedition into the heart of the Karakoram range. The search for one of the most beautiful mountains to ski on the planet, standing at 5880m. An adventure so remote, so high, so committed that no mistakes were allowed. During five weeks, the crew pushed deeper and deeper inside Pakistan, with a 150 km loop in complete autonomy, pulling sleds filled with food, tents and solar panels across gigantic glaciers. As far from home as one can get. A meeting point of Freeriding and Mountaineering. A true adventure.

Bonne année 2019 !

Apoutsiak — vidéo - Les vidéos d'Apoutsiakhumeur

et comme chaque année, on vous propose une petite rétrospective de l'année précédente.

une version longue, pour ceux qui ne veulent rien rater

et une version courte, un condensé de 2018 - un extrait du nectar de  2018 au parfum d'aventure

 

Bonne lecture à  tous !

version longue

version courte

Viséo : accimatation Elbrouz - Pashtukov Rocks - 4700 m

Apoutsiak — vidéo - Les vidéos d'ApoutsiakElbrousElbrouzElbrusExpé

Acclimatation et rencontre avec un renard

Alpinisme : Elbrus - 5642 m елбрус

Apoutsiak — alpinismeElbrusElbrousElbruzexpéLes 100 plus belles5000m
Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрусAlpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрусAlpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус

Forcement, le sommeil ne vient pas

je tourne et retourne

Je change l'oreillé de sens (oui, j'aime quand il est frais)

et le rechange, espérant une hypothétique amélioration

Bon je patiente

 

enfin 11 h sonne (du soir bien sûr)

Je me lève, m'habille dans le couloir et récupère mon matos

je le descends et file dans le réfectoire, la gardienne est devant un film sur Edward Snowden... Oui, ça fait un peu film de propagande en Russie...

 

La gardienne vient nous servir des œuf, de la saucisse et du porridge.

J'attaque l’œuf .. à 11 h du soir au réveil … la saucisse … au même horaire …. puis le pooridge... bon je stoppe à la moité du pooridge.

Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрусAlpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрусAlpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус

On se prépare, je suis prêt le premier à moins le quart ( 45 minutes c'est mon temps moyen pour me préparer le matin en refuge...) Misha et Rachana sont prêt à minuit, à minuit deux on est dehors, dans le froid de la nuit caucasienne. Et c'est parti, Misha devant, Rachana puis moi pour fermer le ban.

Pour la tenue : en bas : un pantalon d'alpi et par dessus, un pantalon type doudoune !

En haut : un carline + une polaire manche longue + une polaire manche courte + une doudoune légère + une Gore tex + une doudoune épaisse

Sur la tête : une cagoule + bandana Népal

 

Je n'ai pas trop froid, il fait entre – 20 et -25°C

 

On traverse le haut de la station de ski endormie, les motoneiges au repos, les dameuses somnolent, en attendant demain. Nous montons, traversons le plateau, la lune elle nous fait bye bye , elle part se coucher à l'ouest, je remarque qu’étonnamment, il y a assez peu d'étoiles dans le ciel, et je ne comprends pas pourquoi, la pollution lumineuse est faible et le ciel est clair. Truc à éclaircir, y aurait il une autre pollution dans le coin ( il y a 10 fois moins d'étoiles que dans les alpes)...

 

Au bout du plateau séance cramponnage avant de repartir, on remonte la piste puis le second plateau

L'œuf a du mal à passer, la saucisse aussi, ça doit être la journée de la digestion et je suis servi... On passe sous le mémorial toujours dans le même ordre, sans s'arrêter, très lentement et je finis par remarquer que Rachana, marche un pas derrière Misha, avec le même rythme qui lui... EXACTEMENT. Et ça me fait flipper, j'avais déjà remarqué qu'elle restait toujours calée derrière lui, mais là, ça fait peur. (suffit de regarder la vidéo pour ceux qui douteraient de mon affirmation)

 

C'est son ombre... The shadow.

Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрусAlpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрусAlpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус
Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус

Derrière, parfois je suis sans trop de souci, le rythme est lent. Je monte soit derrière soit en zigzagant (Mishal a tendance à tracer dré das le pentu ( à la Suisse) ) J'ai même eu l'autorisation, hier, de passer devant pour prendre quelques photos et vidéos , alors j'en profite.

 

On progresse et débute la mégapente des Pashtukov rocks (que j'aurais appelé pastafolrocks toute la semaine...) . À 30 - 35 °, sans fin.

 

Je m'amuse lors des pauses à passer devant Rachana. Dans la nuit, elle me lance un regard noir, empoigne son piolet et vient me le planter, tel les sbires de Staline sur Trotsky, dans le crâne.  Je souffre le martyre, le sang jailli du pertuis, mais j'ai la présence d'esprit de boucher le trouve avec le fond de crème solaire que j'ai dans la poche. Ouf. L'Hindoue a son petit caractère... On ne m'y reprendra plus

Derrière nous une rivière de sang fini par geler, laissant ainsi la trace de ma souffrance ainsi que la couleur du communisme sur le glacier Caucasien .

 

Ça avance et je commence à regarder en dessous si les motoneiges sont en route, nous avons rendez vous à 5 h au Pastafol rocks et ils ne sont plus très loin.

Misha finit par m'expliquer qu'on se retrouve plus haut, au virage avant la traversée. Je braque la frontale à fond, puissance maximium, la pente et sans fin, déprimante à souhait. Et plus raide qu'en bas. On est à 4700 m, je suis sûr qu'il y a encore 300 m de déniv comme ça.

 

Heureusement, c'était sans compter le lever de soleil, magique. D'abord un léger changement de couleur du ciel, à l'est. Pour finir par un superbe embrasement. On mitraille, et les motoneiges finissent par nous dépasser et déposer Boris, Victor et Cataline au virage, 150 m au dessus de nous.

On opère une pause avant la jonction , sur une dameuse en panne, envahie de neige à prêt de 5000 m ! On remonte encore les 50 m qui nous séparent du reste du groupe. Retrouvaille, joie d'être à nouveau réuni. Ils ont vraiment shunté la partie sans intérêt.

Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус
Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрусAlpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус
Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрусAlpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус

On repart dans la traversée. Enfin un « sentier de glacier » fait de pas d'homme et non de machines. Rachana, the shadow, est à sa place, puis vient Cataline, Victor et Boris, qui ferme la marche.

Je suis l'électron libre, en forme, je peux me permettre de m'arrêter, de faire des photos , de repasser devant et de recommencer, sans véritablement réguler mon allure. Le soleil est rasant, la lumière magnifique. Misha et moi en profitons pour faire de multiples photos (et vidéos pour moi)

 

Le groupe se scinde un peu en deux, devant Misha, the shadow et Catalin, derrière, Victor et Borris, j'ai tendance à faire la jonction entre les deux.

 

Après la traversée, on prend la direction du col entre les deux sommets, pause au col, où Victor se met à jouer au Mexicain, il braille dans la montagne des insultes mexicaines. El loco !

 

Il faut repartir, Misha s'encorde avec Rachana et moi tandis que Boris prend Catalin et Victor.

On galope dans la pente un peu raide au dessus du col. Une corde fixe est en place, c'est presque trop facile. On déboule sur un plateau. Pause pour attendre les autres.

 

Je reviens en arrière, au virage pour faire une petite vidéo, ils sont 50 m derrière, je vois Boris qui tempête, il faut dire qu'il a Victor a gérer et il ne va pas très vite. En fait, Victor perd son baudrier, il descend sous ses genoux !!! Bref, ils mettent des plombes, là où je suis, le vent est là, les -20° annoncés par Boris au col, me calment. Je finis par prendre une photo de trop loin et remonter jusqu'à Rachana blottie dans une sorte de trou dans la neige. Je surveille du coin de l’œil, tout mouvement suspect de son piolet... Ils finissent par arriver. Le sommet est tout proche. On repart à fond (pour les 3 premiers) petite pente, un passage horizontal, Misha accélère, j'embraye , YES ! 5642 m Rachana nous rejoint, belle émotion, même si la course n'a pas été hyper dur, nous sommes heureux d'être là, ensemble ! Catalin fini par arriver et Victor et Boris achèvent notre succès !

 

Quelle joie d'avoir tous réussi !

Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрусAlpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус
Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрусAlpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус
Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрусAlpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус
Summet de l'Elbrus
Summet de l'Elbrus
Summet de l'Elbrus
Summet de l'Elbrus
Summet de l'Elbrus
Summet de l'Elbrus
Summet de l'Elbrus
Summet de l'Elbrus
Summet de l'Elbrus

Summet de l'Elbrus

Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус

Après les embrassade, c'est la traditionnelle séance photo, la mienne est rapide, je fais 3 petits sauts, que Misha met dans la boite ! On se fait une photo de groupe puis c'est plus long, Catalin, peaufine ses photos en noir et blanc pour son Instagram, Rachana a plusieurs drapeau dont le drapeau Indien avec lequel elle veut une photo et le pire,  El Meixano, Victor a un énorme drapeau du Mexique et une casquette de certains de ses sponsors ! (oui Victor a des sponsors, LUI!) Le pire, c'est que c'est Catalin qui prend les photos, et qu'à priori, elles seront floues (la faute au froid?) Heureusement, je me suis amusé à prendre des photos de toute cette agitation, ce qui permettra à Victor de remercier ses généreux mécènes ! (oui Victor est une star dans sa ville au Mexique!)

 

Misha reprend en main le groupe, il ne faut pas rater la dernière benne. On file, je cours un peu sur le petit plateau sous le sommet et invite Misha à en faire autant ! Quel bonheur d'être là. On se réencorde, à 4, Victor et Boris, vivant une belle histoire d'amour sont ensemble. Je file vers le bas, tête de cordée , Malheureusement je vais un peu vite et il faut ralentir, Cataline à du mal à suivre mon rythme. Dommage, mais « la sécurité avant tout » je baisse le curser. Le col est vite atteint.

 

Je mets au défit Mishal de sauter un bâton trouvé sur le col, fixé entre me deux bâtons (à 1 m du sol environ, peut être un peu plus). Et vu qu'il se dégonfle et me réponds de le faire, je m’exécute. 10 m d'élan, envolée, réception. Je cours comme un footballer ayant marqué un but lors de la champion's league, attention, à cette altitude, tu ne fais pas un 100 m à fond au risque de te griller les poumons … Les autres trouvent la barre trop haute, c'est vrai qu'en saut, j'ai mon petit niveau. Et la nouvelle épreuve olympique de saut à 5300 m a lieu, Misha échoue lamentablement tandis que Rachana passe allègrement la barre.

Boris nous prend pour un groupe de cinglés mais me met au défit de faire une roue, il l'a fait, je suis obligé de tenter... Ça fait 25 ans que je n'en ai pas faite... Course d'élan, appel, bim, les mains, les crampons décollent, ça passe YEEEEEESSSSSS ! Comme souvent, je suis tout fier, ça m'arrive souvent

Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус
Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус
Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус
Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус
Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус

Bon, tout se fini en ravitaillement, petite sieste et nouveau départ, vers le bas.

 

Comme d'hab, Boris et Victor ferment la marche, Victor a les genoux en feu. Devant, on galope, on croise la seule cordée du jour à tenter le sommet avec nous (partis beaucoup plus tard)

 

Devant nous, un homme dans le sens de la descente, en rouge, vêtements de ski élimés, il avance tout hésitant sur la trace. Je vois le drame arriver gros comme une maison, 700 m de pente, j'ai pas envie de le voir dévisser, j'en parle à Misha. On prend en charge le type qui n'a visiblement pas le niveau et s'est retrouvé dans une fâcheuse position. Il est Russe, tandis que Misha lui explique comment se servir du piolet (que je lui ai sorti) je fais les manips pour ranger le bâton et sortir le piolet. Je lui place la main sur le piolet afin qu'il comprenne comment se tient l'engin, on repart, une fois au milieu de notre groupe, le gars est rassuré et avance d'un bien meilleur pas, on a bien failli assister une catastrophe.

On parvient au virage à 5000 m

Le type hésite à poursuivre sans nous.

Misha lui propose de prendre une motoneige, il refuse. Et continue sa route.

 

On a tous rendez vous ici, donc regroupement général, Victor et Cataline doivent descendre en motoneige. Malheureusement, pour eux, les conditions de neige ne sont pas bonne, et la motoneige ne peut que monter au niveau en dessous !

 

On se tape de descendre au Kangourou, nouvelle pause, la motoneige arrive, la manœuvre est délicate, le pilote n'en mène pas large, dans la pente à 35° l'engin menace de basculer, son pilote aussi.

Rachana et moi regardons ça de loin. On nous propose de prendre nos sacs à dos, Rachana refuse, et par solidarité (et parce que ça m'aurait bien saoulé d'utiliser une motoneige pour l'ascension, je fais pareil), on repart, Victor n'est pas encore là, Misha va l'attendre avec Boris, ils descendront plus tard. Nous voilà à deux dans la descente, on rattrape un polonais, un autre Boris, avec lequel on fait une partie de la descente. Je papote avec lui, il n'a pas réussi à monter au sommet, trop fatigué ! Le Russe en difficulté, finit par prendre une motoneige pour redescendre en bas.

Je ramasse quelques bouteilles d 'eau jetées sur le chemin !

Alpinisme : Elbrus - 5642 m                       елбрус

Et on rejoint le cirque de la station, le bruit des motoneiges, des dameuses, les gens qui crient (oui, ils ont peur sur la motoneige)

 

Au loin un énorme groupe d'alpiniste vient de la petite arête de gauche, rocher pourri garanti. Je lance à Rachana, « Un groupe comme ça, ça ne peut être que des militaires » On s'approche, j'ai un doute, ils sont tout habillés dépareillés. Et vu qu'on va plus vite qu’eux, on va en savoir plus. Après mon premier Priviet qui a une fois de plus débouché sur une réponse en Russe, on dépasse tout le groupe croisant quelques motoneiges, à fond, sur l'étroite piste , j'ai failli me prendre une gerbe de neige, de flotte et de boue mêlée dans la tronche, ça ne s'est joué à rien ; avant de retrouver le tronc d'arbre où l'on enlève les crampons. L'un d'eux nous interpelle en Anglais pour connaître les conditions sur l'Elbrus. Je finis par poser la question qui me brule les lèvres : Miltary or Tourist ? Nous avons des têtes de Touristes ? me répond t ' il . C'est vrai qu'ils sont dépareillés mais pas mal en militaire quand même. On salut Boris qui nous a rejoint et reste à discuter et on redépasse toute la troupe : On marche plus vite que l'armée Rouge !!! C'est pas classe, ça ! Le replat passé, on rejoint le bin'z du bas, les motoneiges nous dépassent, les Dameuses... Horreur !

 

On passe devant des touristes interloqués par notre équipement et on retrouve le refuge. Victor et Catalin sont là !

 

Je monte ranger mes affaires, quand je redescends, je retrouve Misha et Boris qui viennent d'arriver. On fait les sacs et on file. Dommage on avait rendez vous avec le Polonais Boris. De toute façon, le couple de gardien est dans l'entrée, sac à main... en main, attendant qu'on quitte les lieux pour fermer le refuge. Je sens la gardienne s'impatienter devant le temps qu'on met à boucler nos sacs (pourtant on a été rapide). On quitte les lieux et on remonte les quelques mètres qui nous séparent du télécabine. Zoup, c'est parti pour une descente peu fatigante. On recroise les carabiniers à matraque !!! Fin de cette belle ascension.

 

Le lendemain, étant un jour de réserve, Misha nous emmène découvrir le Caucase profond. Un lac, un col magnifique, et une gorge profonde !

5342 m sommet de l'Elbrus

5342 m sommet de l'Elbrus

________________________________

 

Vol SL 1308 Minerali Vodie Moscou, siège 26 C ( couloir pour les ignares)

Au dessus de la Sainte Russie

 

Le type à coté de moi à une tête de terroriste...

Je m’inquiète

As t'il caché une kalachnikov dans son bagage à main ? Je le surveille du coin de l’œil avec toute la discrétion qui s'impose.. Je scrute chacun de ses gestes , guettant le moment où il va se trahir.

 

Étonnamment il regarde les yeux bleus de la blonde hôtesse de l'air lors des conseils de vol, tout en les lisant !!! A priori, un terroriste devrait se désintéresser des consignes de vol. J'ai des doutes.

 

A ma droite, une dame plutôt âgée, marquée par une vie de dur labeur, tourne les pages beauté du magazine aéroflot. Elle reste les yeux fixés sur une crème de jour dont elle aurait fort besoin, même si je doute qu'elle retrouve la tête est surtout les fesses du mannequin en tangua qui figure sur la pub. Je lis la déception sur son visage. Elle ne retrouvera pas ce corps de 20 ans (qui suis je pour commenter tout ça)...

 

A ma droite, mon hypothétique terroriste, feuillette lui aussi le magazine, les pages tournent, visiblement, il ne trouve pas chaussures à son pied en dépit d'un choix important d'article et de photos.

Je me suis sans doute trompé, le vol va se poursuivre sans souci, dans 2 h nous sommes à Moscou pour une escale de 5 h... Avant de repartir vers Zurich et la maison arrivée prévue sans doute entre 1 h et 2 h du matin

 

Tiens, mon terroriste s'est endormi...

 

_________________________

 

 

Je remercie l'ensemble du goupe Elbrustours : Rachana, Victor, Catalin, Boris et Misha,

Cette  semaine fut incroyable

Spaciba Bolchoï

Благодарю вас

Acclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et repos

Apoutsiak — humeurElbrusElbrousExpé

3ème jour au refuge, jour d'apprentissage technique et de repos.

 

A 9 h, je suis déjà dehors avec piolets et crampons, et j'en profite pour explorer la zone. Un névé d'exercice blindé de rocs. Je me fais toute les pentes raides, à la montée, à la descente. En travers.d'un sens, de l'autre. 45 minutes à me balader, j'ai fait des traecs partout ! Je rentre, assez satissfait de mon petit exercice. Le rendez bous est à 10 h. Chaucun sort et Misha, très pédagogue aborde les bases (le cramponnage, la position du piolet, le dévissage. On parcours une pente courte mais un peu raide, loin de mes pente préalablement traversées, puis un l'exercice de dévissage tourne au fiasco, la pente est trop peu raide et je ne glisse pas, sans intérêt pour s'arrêter.

 

Misha ne nous propose pas d'aller sur les pentes plus raide (je pense à cause des blocs de rochers...) et la matinée se termine un poil en queue de poisosn, conditions de terrain oblige.

Acclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et reposAcclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et repos

Nous mangeons à 14 h ( oui, en Russie, le repas de midi et pris entre 14 et 16 h ! ( je ne sais pas si c'est en Russie ou ici)

Et c'est l'occasion de parler des gardiens, en particulier de la gardienne, qui, je 'ai écrit dans un épisode précédent, nettoie et renettoie la bâtisse à chacun de nos passages. Elle est peu loquasse, et marmonne quand je lui parle en Russe : A mon priviet (bonjour) à mon spaciba bolchoï (merci beaucoup) à mon da svidania quand je quitte le refuge (au revoir) elle marmonne. Dur de lui faire même esquisser un sourire. Elle semble presser que la semaine s'achève. Exécute ses taches avec soin , mais sans allants et sans joie de vivre, aucune.

Avait elle prévue des vacances à la plage avant notre arrivée ?

Nul ne le sait, et je n'ai , aujourd'hui, encore pas trouvé de réponse , à cette attitude peu commerçante...

 

Fin de l’aparté

Acclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et reposAcclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et repos

et suite

Pendant le repas, je prends conscience que la journée de repos est faite pour se reposer (pas khon!) le réveil, ce soir va sonner à 10 h 30 pour un départ à minuit. Ouille ! 10 h devrait être nécessaire pour atteindre le sommet. Misha propose à Victor de monter en motoneige à 4700 m, Catalin est candidat à la même opération. J'encourage Victor à le faire, même si je déteste ce concept, je sais qu'il lui sera difficile de parvenir au sommet sans ça (et surtout d'en redescendre!) En plus il est monté à 4700 m aujourd'hui, c'est comme s'il repartait de là haut !

 

Je négocie avec Misha ½ h de sommeil en plus, et magnanime il accepte, on se lèvera à 11 h pour un départ à minuit, je lui ssuer que Rachana et moi ne mettrons pas plus d'une heure à nous préparer.

 

Direction le dortoir, où j'enquille les livres : l'ascension de l'Ogre dans la Karakorum par Dougal Haston, puis je termine le dernier Montagnes Magazines, avant d'attquer l'Art de la guerre de Sun Tzu, un des rare livre, en Français, présent au refuge (il n'y a quasiment rien à lire à part, ce livre, un magazine de moto en Anglais et un magazine Russe.

 

Moi qui est tendance à être super actif et à détester ne rien faire, me voilà servi. Je me repose sans drmir, esperant pouvoir le faire cette "nuit"

Acclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et reposAcclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et reposAcclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et repos
Acclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et reposAcclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et repos
Acclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et repos
Acclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et reposAcclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et repos

On reste calés l'après midi dans le dortoir, sommeillants, lisants, le corps tout entier concentré sur la suite.

Je finis par estimer que Rachana et moi serons bien avant Victor et Catalin au Pastafol Rocks. Ils se lèvent à 4 h pour un départ à 5 h , je fais mentalement le calcule et j'time qu'on va devoir les attendre au moins une heure. Mishal a l'air serein, j'ai peur qu'il ne souhaire faire de méga longues pauses dans le froid... Je lui explique mon interrogation, il m'affirme qu'il ne devrait pas y avoir de souci, je suis sceptiue, je nous ai vu marcher et nous avançons vite ! À suivre donc.

 

17 h : coucher de soleil, toujours magnifique, puis le reanrd fait son apparition, Misha tente de le faire s'approcher avec 3 bouts de fromage, l'animal est curieux mais méfiant, je parviens à faire de jolies photos. Toujours un moment magique de croisé ce bel animal.

D'une main, Mishal tente de le photographier, tel le Corbeau de l'autre il tient le fromage. Par l'odeur alléché, le renard lui tiet à peu prêt ce langage «  Misha, Misha, je préfère que tu m'envoie le fromage plutôt que de venir le chercher dans ta main » Le corbeau, enfin Misha, ne se sent plus de joie, il ouvre grande sa main et envoie le fromage » Le renard sans saisi et dit... Ben je me barre maintenant, tu n'auras pas ta photo !

J'avoue, pendant que Misha tentait d'amadouer Goupil, et ben j'ai mitraillé...

 

Vient le repas, ma gardienne préférée nous sert un bon repas à 18 h et à 19 h au lit

 

Demain, c'est le grand jour !

Acclimatation Elbrus - Jour 3 : Technique et repos

Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс

Apoutsiak — expéelbruselbrousalpinismeElbrusElbrous
Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс
Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс
Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс
Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс
Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс

Mauvaise nuit, je ne dors pas... ou trop peu, l'altitude sans doute

 

Réveil à 6 h pour une nouvelle journée d'acclimatation. Rendez vous à 8 h dehors. Je suis avec Misha, on attend les autres 10 minutes en discutant.

Quand ils arrivent, il s’énerve un tout petit peu : l'heure c'est l'heure ( bon quand Misha s'énerve, je vous rassure, c'est tout doux !) Et hop, en route.

La technique de Misha est simple, marcher lentement et faire des pauses toutes les heures ( comme avec ma tante Jehanne quand on partait en rando quand j'étais petit). Un peu long à mon goût mais très efficace.

Malheureusement , c'est le même chemin qu’hier avec les mêmes inconvénients. La glace sur la trace des motoneiges, le bruit, l'odeur de pétrole quand les engins te dépassent ou te croisent. Pause après pause, on progresse.

Visiblement, Rachana a une grosse patate, je me débrouille pas trop mal, Catalin un peu moins et Victor, le Mexicain est plus dans le dur. Sac à dos plus 2 sacs en bandoulières ( pour son appareil photo et son ravito en vol)

C'est rigolo, c'est Catalin et Victor, les 2 candidats aux Seven summits ( les 7 plus hauts sommets des 7 continents) qui avancent le moins vite...

Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцксAcclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс
Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцксAcclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцксAcclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс
Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцксAcclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс
Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс

La sortie n'est pas extraordinaire, mais le pire , c'est que la fin est pire. Une pente à 35 Degrés, une trace de dameuse large, rectiligne, homogène, un paysage qui ne change à aucun moment. Et dire qu’il va falloir remonter tout ça das 2 jours, le jour du sommet.

Catalin s'arrête à 4500 m, lors d'une pause, nous repartons, Misha accélère, au départ je parviens à suivre, puis plutôt que d'exploser, je prends mon rythme, seule Rachana parvient à le suivre. Victor est loin derrière. Les 200 derniers mètres sont tout aussi déprimants, même pente, même vue, même large trace rectiligne. Le pire du pire c'est qu'il n'y a pas vraiment d'objectif, on doit juste passer au dessus d'une bande de cailloux : le "pashtukov" rocks cailloux qui ressemblent vaguement à un kangourou ! Le point maximum : 4700 m , un lieu de retournement des motoneiges ! On se pause, j'arrive 2 minutes après Rachana et Misha. Victor met longtemps à nous rejoindre, nous l'encourageons de loin. A son rythme (lui aussi) il nous rejoint.

Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс
Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс
Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс
Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс

Presque le Mont Blanc, pas tout à fait. Assis dans la neige, devant le superbe paysage, les montagnes du Caucases, quelques 5000 et pas mal de 4000 avec de belles faces nord, qui me font , il faut bien l'avouer plus envie que ce fromage blanc qu'est l’Elbrouz...

Au dessus de nous, la trace se poursuit, toujours rectiligne, toujours monotone pour venir taper sur une bande de rochers, alors elle tourne à gauche , du bas , on ne voit pas bien où. On verra bien dans 48 h, à présent il faut redescendre.

La neige a été travaillée par le soleil, la descente est aisée, pause auprès de Misha, Victor a des problèmes de genoux et avance lentement.

 

Le groupe repart vers le bas, multipliant les pauses pour attendre Victor.

De toute façon on n'est pas pressés. On croise à nouveau des motoneiges, à fond, dans la soupe, et on se prend des gerbe de neige mouillée dans la tronche. Pas cool, d'autant plus que les motoneiges sont prioritaires, et n'ont en aucun cas obligation de ralentir. A toi de t'écarter avant de la croiser. Attention obligatoire.

On rejoint le téléphérique puis le refuge. Catalin se fait alpaguer par un Russe qui fêter un truc au refuge. Et c'est Vodka à gogo alors qu'il me semble qu' à notre arrivée, l'homme était déjà bien imbibé. Séance Sunset pictures (photos du coucher du soleil) puis tardivement, le renard fait son apparition, timide, trop sombre, les photos ne resteront pas dans les annales.

 

Au lit, j'ai du sommeil en retard.

 

Bonne nuit, enfin, je me réveil à 8 h après prêt de 12 h de sommeil !

 

 

 à suivre

Acclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцксAcclimatation Elbrus - jour 2 - pashtukov rocks 4700 m - паштуков роцкс
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>