Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Petit Alpiniste Illustré

Le Petit Alpiniste Illustré

by Apoutsiak

Mont Blanc 4810 m - mes 12 ascensions

Apoutsiak — Mont BlancMassif du Mont Blanc

 

Mont Blanc arête des Bosses 1992

 

Mont Blanc par les 3 Monts 2000

 

Mont Blanc arête des Bosses 2002

(bivouac au dessus de l'aiguille du Gouter)

 

Mont Blanc arête des Bosses 2005

(bivouac au col des Dômes 4300 m)

 

Mont Blanc traversée de l'aiguille de Bionnassay 2006

 

Mont Blanc Traversée : Arête des Bosses - 3 Monts 2009

 

Mont Blanc arête des Bosses à la journée 2011

 

Le Mont Blanc en Amoureux 2013

voie normale arête des Bosses

 

Mont Blanc Arête de Peuterey puis fin de l'arête du Brouillard - 2016

avec Yannick Grazinani

arête de Peuterey - Bivouac à Eccles - Pointe Louis Amédée - Mont Blanc de Courmayeur

 

Mont Blanc - Mont Maudit 2017

le 81ème 4000 (par l'arête des Bosses et le sommet en aller retour

 

Mont Blanc - Père et fils 2018

arête des Bosses

 

Mont Blanc du bas à la journée 2019

Bionnassay Mont Blanc 32 km - 3400 m de déniv

 

Mont Blanc 4810 m - mes 12 ascensions
Mont Blanc 4810 m - mes 12 ascensionsMont Blanc 4810 m - mes 12 ascensions
Mont Blanc 4810 m - mes 12 ascensionsMont Blanc 4810 m - mes 12 ascensions
Mont Blanc 4810 m - mes 12 ascensionsMont Blanc 4810 m - mes 12 ascensions

Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay

Apoutsiak — Mont BlancMassif du Mont Blancalpinisme4000

Un vieux rêve, enfin réalisé .

 

En chiffres, c'est pas très romantique, mais ça donne :

32 km

3400 m de dénivelé

19 h 35 !

 

Vidéo :

Topo

 

Accès parking :

Après Saint Gervais, sur la route des Contamines Montjoie, prendre la petite route à gauche qui monte raide et rejoint le hameau de Bionnassay puis le parking des Crozats (1405 m) parking gratuit, toilettes.

Mont Blanc depuis le bas (Bionnassay)

Du parking des Crozats (1405 m), rejoindre la piste qui surplombe le parking (et part vers l'est), passer le Planet et poursuivre vers l'Are (on peut également rejoindre Bellevue puis suivre les rails du TMB, mais c'est interdit, et moins joli !)

Le sentier traverse un alpage et commence à monter le long du glacier  de Bionnassay (quelques passages équipés (câbles, marches) puis un bon sentier amène au Nid d'aigle (2372 m)

De là, on prend le sentier qui mène aux Rognes (névés en début de saison) puis le suivant qui ramène à hauteur du refuge de Tête Rousse (baraque de la brigade blanche en haut). Remonter le glacier de Tête Rousse et par une pente puis 2 pas d'escalade rejoindre le Grand Couloir.

Le traverser, prudemment (attention à la descente en général l'après midi, chutes de pierres +++) Remonter ensuite en suivant les câbles puis la sentes qui ramène à l'éperon qui longe le Grand couloir. Rester globalement sur le fil de l'éperon, sauf sur la dernière partie ou on se retrouvera un peu plus à droite. En 2019, des points rouges biens visibles ont été peints, facilitant la recherche de l'itinéraire. En suivant les câbles, on rejoint l'ancien refuge du Gouter.  3817 m.

Remonter derrière le refuge la pente de neige (équipée) et suivre l'arête qui passe au dessus du nouveau refuge du Gouter. On remonte alors les pentes du Dôme du Gouter en contournant la zone de séracs par la droite puis en bifurcant à gauche à 4200 m pour passer à l'épaule du Goûter (4280 m environ) Faux plat descendant pour rejoindre le col des Dômes (4236 m)

Petit coup de cul pour rejoindre le bivouac Vallot (4362 m) La pente se raidit pour atteindre la Grande bosse, puis la petite bosse, on passe à proximité de l'éperon de la tournette avant de gagner le sommet du Mont Blanc par l'arête (4808 m)

Descente

Par le même itinéraire, attention à la traversée du Grand Couloir - chutes de pierres)

Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay

Récit

3400 m ... 3400 m ... 3400 m .... suis je capable de gravir 3400 m de dénivelé en une journée. Mon maximum doit tourner autour de 2700 m, et encore, avec les descentes à ski. Je tourne le problème dans tous les sens, je n'ai pas la réponse. Bon, pour me rassurer, je sais que j'ai déjà gravi le mont Blanc depuis le Nid d'Aigle à la journée, et j'avais du redescendre jusqu'aux Houches au retour, ayant raté le dernier train... Ça rajoute juste 900 m de dénivelé...

J'avoue que l'idée de gravir le Mont Blanc, à la journée depuis le bas, me trotte dans la tête depuis quelques temps. Ça fait parti de ma "todo list".

Je scrute la météo, la semaine précédente, canicule, pas bon pour la traversée du Grand couloir. Chaque jour je me fais un petit point météo. La prévision s'améliore, pas d'orage le soir, par contre la canicule sera bien là, limite température positive au sommet !

J'attends le samedi matin pour prendre ma décision. Météo ok, pas d'infos sur la Chamoniarde concernant les conditions, on fera sans. Feu vert pour le sommet.

 

Bon, ce samedi, je bosse jusqu'à 15 h. Dès que j'ai fini, je charge la voiture, en route pour Chamonix; En fait, je dis en route pour Chamonix, mais c'est plutôt Saint Gervais l'objectif. Arrivé sur zone, je prends la raide petite route de Bionnassay et retrouve le parking du Crozat.

je croise deux randonneurs qui terminent leur rando, un joli tour passant par Bellevue, le Nid d'Aigle et la descente sous le glacier de Bionnassay. On passe un bon moment à échanger nos expériences. La suite, c'est, repas frugal, lecture (La Gouteuse d'Hitler de Rosella Postorino pour ceux que ça intéresse...) et tentative de dodo à 20 h. Pas très efficace. Il y a du passage à tout moment sur le parking, et même si les gens sont plutôt discrets, ça fait du bruit !

Bim, il me semble avoir entendu le réveil. Allez zou je m'habille ... mais... il me semble... je regarde ma montre ... 23 h 45. Flûte, trop tôt, mon cerveau a buggé je me recouche tout habillé. Je ne dors pas ... 00 h 10, ça sonne, pour de vrai ! L'avantage, c'est que je suis déjà habillé, petit déjeuner rapide, un ersatz de Redbull, et c'est parti !

 

Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay

Je gagne, la piste, et je remonte dans la nuit noire vers les cimes. Bon, pour l'instant, on ne s'emballe pas, je n'y suis pas encore. Je passe à coté d'un troupeau de mouton. Un patou aux dents acérés m’aboie dessus. Puré, je vais me faire dévorer à 5 minutes de la voiture, mon projet était plus ambitieux... On retrouvera des lambeaux de corps sur le bord du chemin demain matin. Peut être qu'il ne restera plus rien, je serai porté disparu. Le PGHM ira sans doute en hélico sonder les crevasses du glacier pour retrouver mon corps, puis au bout de 10 jours, l'abandon des recherches sera proclamé, forcément, ils n'auront pas cherché au bon endroit...

Mais, par chance, et uniquement par chance, je suis passé? Sans doute le patou n'avait il pas assez faim, ou ma viande n'est peut être pas appétissante, ça en serait presque vexant ! Je survie donc à ce premier obstacle imprévu. Plus loin, un chevreuil vient me rappeler que j'entre dans le wilderness (pour les non anglicistes, google trad est ton ami). Le halo de ma frontale éclaire mon chemin, qui se met à grimper dur, je rejoins l'alpage de l'are. Les yeux des vaches d'Herens brillent. Je traverse le long plat et le sentier se remet à grimper, ça tombe bien, l'objectif est plus haut...

Je croise une première "échelle", en fait il s'agit d'une succession de marches métalliques, le sentier est ardu, il sillonne dans une falaise, croisant ça et là une cascade, ça doit être beau... De jour, vivement le retour ! Il y a pas mal d'eau lorsqu'il faut traverser les torrents, et j'humidifie le bout de mes baskets dans ces passages  à gué. Rien de grave.

Au dessus, des bouquetins m'accueillent au milieu de la nuit. Leurs yeux brillent, eux aussi, sous les étoiles. En un peu plus de 2 h je rejoins le Nid d'Aigle, déjà 900 m de dénivelé avalés !

Le timing est respecté.

 A pour le timing, je me suis prévu (pour ceux que ça intéresse) :

2 h du parking au nid d'Aigle

2 h Nid d'Aigle - Tête Rousse

2 h Tête Rousse - Goûter

4 h 30 - 5 h Gouter Mont Blanc

Hors pause soit un total de 10 à 12 h en fonction de la forme

Je n'ai rien anticipé pour la descente.

 

 

Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay

Au dessus, je connais, je suis passé par là à de moultes reprises. J'ai emmené au sommet du Mont Blanc, amis, femme ou fils, sans compter les tentatives en solo avec bivouac au col des Dômes, bivouac au Gouter (ce deux dernières quand c'était autorisé, à la belle époque ! ) , ou ascension à la journée depuis le Nid d'Aigle.

Un petit bout de piste, puis un sentier puis rapidement... la neige. Bon je suis les traces en leur faisant confiance. C'est par moment plus raide, parfois moins . Les baskets n'adhèrent pas top dans cette neige gelée, j'ai prévu de basculer en mode alpiniste à hauteur de Tête Rousse. Pas de lune, le ciel est d'encre, personne à l'horizon, je progresse, je sais que les cordées doivent partir des refuges au dessus.  Ma solitude est complète, elle ne va pas durer. Dans la nuit, j'ai du mal à reconnaitre l'endroit.  Petite hésitation, mais je poursuis et je me retrouve à hauteur des Rognes. la suite est plus facile, il n'y a plus de neige, il suffit juste de retrouver le sentier qui mène à Tête Rousse. A gauche, les lumières de Chamonix, à droite, celles des Contamines... C'est beau, mais je ne traine pas, il y a encore de quoi s'occuper au dessus.

J'arrive enfin à la hauteur de Tête Rousse. Et là tel superman, ou plutôt tel le têtard se transformant en grenouille, la chenille en papillon,  le trailer fatigué, se transforme en alpiniste affuté... ou presque. (ah flute, j'ai oublié de placer mon abracadabra ...)

Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay

Bon, c'est ma première pause, 3130 m environ : ça fait déjà 1700 m de dénivelé, je suis  à la moitié, mais quand on y réfléchi plus précisément, les difficultés sont devant moi : la montée au Gouter plus technique, puis l'altitude au dessus de 4000 m et la fatigue qui va se cumuler , je ne devrai plus être trop frais après 3000 m de déniv. Et je ne compte pas la descente, mais ça, on verra après !

Le jour point, à droite, le refuge de Tête Rousse, dont les derniers candidats au sommet s'extirpent. Derrière, l'aiguille de Bionnassay se dévoile, devant les lucioles sont partis à l'ascension du grand couloir, certains sont même à proximité du refuge du Gouter. Celui ci joue le rôle de phare dans la nuit.  Le tableau est sombre, mais c'est beau.

Et hop, c'est reparti, les crampons sous les pieds. je remonte le glacier et me retrouve derrière une cordée. Visiblement ils viennent des pays de l'Est. On vient buter sur le couloir, je troque mes bâtons contre mon piolet. Je demande à mes Estiens (les habitants des pays de l'Est) si je peux leur passer devant, ils ne sont pas prêts. Et go, je traverse le couloir rapidement, mais sans trop me presser au risque de m'emberlificoter les crampons. Car il y a plusieurs techniques pour traverser le couloir, je vais les décrire ici.

Le Fangio : le Fangio a eu connaissance de la dangerosité de l'endroit. il connait la règle qui veut que moins tu reste au contact du danger , moins tu prends de risque, donc il bourrine, à fond tout en maitrisant sa trajectoire, c'est très spectaculaire à voir, et efficace

Le Ayrton Senna : (j'sais pas si c'est correct d'écrire ce qui suit) De même que le fangio, il speed, mais au détour d'une goulotte, il se prend le crampon dans la lanière de se guêtres, Bilan, il évite les pierres, mais pas la chute qui 'emmène loin la bas au fond du couloir. On a peur rien qu'au moment où il démarre la traversée.

Le Contemplatif : Le contemplatif sait que le danger vient du dessus. Il  avance lentement, inspectant scrupuleusement les pentes au dessus de lui. Il n'a pas trop conscience de la vitesse des chutes de pierre et de leurs rebonds aléatoires. Le contemplatif prend son temps, mais parfois il traverse.

Le prudent : lui, il sait que le danger vient du haut, mais également de sa technique. bilan, il avance prudemment, mais régulièrement, scrutant de temps en temps les affres du couloirs. Je crois que je fais parti de cette dernière catégorie.

le Cartomancien : lui, tout simplement, il ne met pas de casque, il sait que les pierres vont l'éviter, il l'a lu dans sont horoscope ce matin. Les oracles sont favorables et sa allège le sac. Jusqu'au jour où ...

Tiens voilà justement un trailer qui passe... sans casque !

 

Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay
Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay

De l'autre coté du couloir, je range le piolet et les crampons avant d'attaquer la suite. J'avoue que mes quelques expériences me sont du grande aide, sans compter les nouveaux points de peinture rouge très utiles pour s'orienter. Et je galope, je maitrise, tel Thésée, les méandres de ce labyrinthe, toute proportion gardée bien sûr. Je garde un œil sur la gauche, le grand couloir dégueule déjà quelques pierres et nous ne sommes que le matin. Comment se passera t'il tout à l'heure à mon retour ? Je commence  à croiser des cordées, d'abord celles qui ont fait l'ascension hier et redescende du Goûter aujourd'hui, puis celle qui sont partis tôt ce matin. Je dépasse les dernière cordées parties depuis Tête Rousse. Voilà les derniers câbles et l'ancien refuge du Goûter. Il est 7 h , j'appelle Sandrine pour lui indiquer ma position, pour l’instant tout va bien. Je grignote et je remets les crampons. Une cordée sympa dépassée un peu plus bas me repasse devant. Je me remets en route, plus que 1000 m, à présent, il va falloir gérer l'altitude.

Je traverse l'arête du Gouter sans m'arrêter au nouveau refuge. Et j'attaque la grande pente du Dôme du Gouter. Une première cordée me dépasse, puis une seconde. Oh la vache, la fatigue. Je ressemble au capitaine Haddock dans Tintin au Tibet. Je décide de faire une bonne pause à l'épaule du Dôme, mais elle est encore loin l'épaule du Dôme. Une envie de dormir me prend. Mon rythme est devenu très lent. Finalement, il faut que je m'arrête tout de suite. Mais, fort de mon expérience, j'ai la solution (même si c'est la première fois que je l'utilise) Un ersatz de redbull au fond du sac. Je bois l'infâme breuvage,  et bingo, ça marche, en 5 minutes, je suis moins fatigué. Bon, je ne vais pas très vite, mais la grosse fatigue est passée.

 

Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay
Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay
Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay
Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay

 Je traverse quelques crevasses, profondes, il faudra se méfier à la descente. A droite, sur l'aiguille de Bionnassay, des cordées tels des funambules sur l'arête, progressent. La corniche est petite à présent, elle s'est effondrée. l'arête est moins jolie !

Je rejoins l'épaule du Dôme ou règne un alpiniste allongé, je prends de ses nouvelles, en anglais, il revient du sommet et tout va bien . Parfait, je poursuis dans la descente, légère , vers le col des Dômes où j'avais bivouaque en 2005, le réveil n'avait pas été facile  !

Et hop, il faut rattaquer la petite pente qui mène à Vallot. Je croise quelques cordées et me retrouve sur le plat. Plus que 400 gros mètres, les plus jolis, sans aucun doute.

Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay
Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay
Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay

Et c'est reparti vers le haut, je rejoins l'arête de la grande Bosse. Une cordée arrivent du dessus, ente nous, un trou ! Une grosse crevasse. Je branche la Go pro trop tard pour filmer le passage de la cordée. Tant pis, je la laisse tourner, si jamais je tombe dans le trou, ça permettra aux gendarmes de comprendre ce qui s'est réellement passé. Bon par chance, j'évite la chute, le trou était profond et je continue au dessus.  Voilà la petite bosse, jolie, élégante, je la traverse, avant de remonter en direction des rochers de la Tournette. A gauche, d'ancienne trace de ski  me narguent dans la face nord, oui, cette face Nord à ski, c'est mon rêve, j'attends juste les bonnes conditions (et le partenaire dispo pour m'y lancer !)

L'énorme crevasse qui barrait le haut de la face à 4700 m n'est pas un obstacle, pour l’instant cette année. Je sais qu'il ne reste plus grand chose. Je fonds sur deux alpiniste qui peinent à fond. je les dépasse en les encourageants le sommet est à moins de 10 minutes !

Le voici, YES !

 

Et de 12. Oui, c'est la douzième fois que je foule ce sommet, et j'avoue que je ne m'en lasse pas ! J'ai d'ailleurs encore d'autres projets, soit à ski avec descente face nord soit en alpi, j'adorerai gravir la Brenva...

Vu qu'on est au sommet, je me dis que je vais tenter la roue, que j'avais réussie à l'Elbrouz. Bon, là je tente, et je me ramasse. Je me relève, me remets en position de départ, puis je laisse tomber, je sens que je n'ai plus assez de puissance pour la faire... tant pis.

Je me fais une bonne pause, avant de repartir.

Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay
Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay
Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay
Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay
Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay

Et zou, il ne reste que 3400 m de descente. J'avoue que je ne me suis pas amusé à calculer le temps de descente, trop aléatoire et dépendant trop de mon état de forme.

Je recroise la cordée sympa 250 m sous le sommet. Ça fait du bien. J'enchaine les passages clefs, quelques nuages s'élèvent, mais ne m’inquiètent pas. Je ne descends pas très rapidement les jambes sont un peu lourdes, je l'avoue. Je rejoins une cordée de catalans ,on discute (ils parlent Français, c'est une chance, car mon catalan est plus que limité !) Puis je leur passe devant avant de filer sur Vallot.

Petite descente et on attaque la rébarbative remontée à l'épaule du Dôme. c'est dans la tête. Il fait chaud, j'ai les jambes qui ont 3400 m de déniv dans les fibres musculaires, mais il faut encore monter. Je parviens en haut et me lance dans la descente du Dôme. Les crevasses sont menaçantes, il faut faire de grand sauts, les réceptions sont aléatoires. Quand tu passes au dessus, tu vois qu'elles sont larges et sans fond. C'est pas le truc le plus intelligent du monde de se balader à cet endroit à cette heure ci non encordé. Trop tard pour renoncer, le salut est vers le bas. Je saute comme je peux les terribles obstacles, amortissant comme je peux les réceptions, ça serait dommage que la lèvre se casse sous mon poids !

Arrive le deuxième obstacle casse moral de la descente : la remontée vers les refuges du Gouter.  Tout au mental comme d'hab', sans trop de vitesse mais sans s'arrêter. je passe à nouveau devant le nouveau refuge, sans un regard. Et nouvelle pause à l'ancien refuge pour enlever les crampons. Là 2 Russes semblent perdus, il viennent des 3 monts et ne connaissent pas la descente; Je leur explique, qu'ils doivent suivre l'éperon, les câbles et le grand couloir. Ils veulent descendre à Chamonix, de toute façon, pour le train, il est trop tard. je leur dis de suivre les rails jusqu'à Bellevue, avant de descendre aux Houches avec un H ! Ils semblent satisfaits.

Je peux repartir.

 

Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay
Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay

Le début de la descente est laborieux. Les câbles me gênent et je ne suis pas positionné comme je voudrai sur les prises. Finalement je finis par trouver le sens de la marche et à être plus efficace.  A droite, le Grand couloir est inquiétant. Une sorte de cascade continue due à la fonte des neiges en haut. Ça emporte des blocs de pierres et les chutes de pierres sont fréquentes. C'est lugubre et assez stressant quand on sait qu'on va passer 400 m en dessous. 

J'avoue avoir averti les alpinistes du bas de grosses chutes avec ma grosse voie. "Pierre !" " Pierre !"

Un gars me rattrape et me suit. Je lui demande s'il veut passer devant. En fait non. Bon ben je lui propose de descendre ensemble et de traverser le couloir ensemble, l'un surveillant l'autre, ça sera plus prudent.

Proposition validée, on descend donc ensemble en papotant. Ce qui est étonnant , c'est qu'il a fait le même truc que moi en partant 2 h avant du parking où il était monté en vélo depuis chez lui ! C'est marrant de se retrouver !

Je suis dans le rythme et on descend tranquillement mais surement. Voilà le départ de la traversée. Je suis prêt en premier, je pars donc en premier tandis qu'il me surveille. Les chutes de pierre ont créé une "ornière" de 3 m de large au milieu du couloir. Ça passe bien pour moi, je me mets à l'abri en face.

C'est son tour, je surveille le haut du couloir qui semble être continuellement en mouvement. Des pierres chutent mais sont parfois arrêtées par la neige. Je donne le feu vert, il part, à mi chemin je lui dit de stopper, une pierre devrait tomber de mon coté. C'est bon, en haut, c'est toujours specaculaire, heureusement la neige bloque pas mal de projectiles. Fin de traversée, on poursuit sur le sentier en crampon avant de basculer sur le glacier de Tête Rousse et de rejoindre la cahute de la brigade Blanche.

 

Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay

Ah la cahute

Il y a la un brigadier (ben oui, c'est la brigade blanche)

"Bonjour, on n'a pas la réservation pour les refuges en dessous on peut passer ?"

Ça le fait sourire

Je lui explique que j'aurais bien aimé savoir, moi s'il m'avait jugé compétent et assez solide pour sortir le Mont Blanc à la journée. Bon ben là c'est trop tard et il ne m'indique pas s'il l'aurait fait. Dommage.

On discute de la brigade, des trains, ah oui, les trains, et ben moi je suis favorable à ce qu'il y aie un train qui parte à 5 - 6 h du mat, ça permettrait aux alpinistes d'éviter le couloir en fin de matinée. Il valide mon idée mais m'avoue que c'est compliqué. C'est toujours facile de critiquer les alpinistes aux mauvaises heures aux mauvais endroit, mais quand on voie que les trains déversent les cordées au Nid d'Aigle à 9 h 9h 30, ben forcement elles se retrouvent vers midi dans le couloir.

Bon j'avoue que je n'ai pas attaqué Jean-Marc Peillex bille en tête, c'est son patron.

Parce qu'au fond de moi, je pense qu'il est paradoxal de faire une communication sur Zidane au sommet (monté en hélicoptère au col des Dômes), ou PPDA ou Gérard Holtz, et dire aux mondes que le Mont Blanc n'est pas pour tout le monde.

Il est paradoxal de dire qu'il y a trop de monde sur la voie normale et vouloir rouvrir l'ancien refuge du Gouter...

Il est vrai que ce sommet est gravi par des gens qui n'ont rien à faire là, mais les mesures de restrictions me sont insupportables.

Enfin, que dire des guides qui réservent deux nuitées sur les refuges pour assurer le sommet. Deux nuitées, c'est empêcher quelqu'un de pouvoir réserver. Et ça, personne n'en parle, oui, je dénonce ! (ce blog n'est vraiment pas un blog plan plan, il est engagé ) Une cordée, ça devrait être une nuitée.

Fin du coup de gueule

Je rapelle que je n'ai rien dit de tout  cela au brigadier, reste à espérer que Jean-Marc me lise. J'ai comme un doute.

Et même s'il me lit, il y a peu de chance qu'il se dise : "mais oui, il faut que je contacte ce gars, qui a  de supers idées." Peu de chances....

 

Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay

On est reparti vers le bas, sur le sentier puis dans les névés sous les Rognes. Je suis descendu sur le cul, dans la neige. Au loin, des orages éclatent au  dessus des Contamines. Ça serait pas mal de ne pas se faire tremper avant la voiture. On surveille les éclairs, inquiétant... On va finir comme dans premiers de cordée, foudroyé sur un rocher. Je repense que j'ai un piolet dans le dos, dressé vers le ciel. Tel un paratonnerre, qui ne parerait pas grand chose à part attirer la foudre. Je raconte à Arnaud mes épisodes de foudre aux Dômes de Miage, le plus terrible orage  de ma vie !

On fait une pause pour récupérer de l'eau, ça fait du bien. Je commençais à être complètement déshydraté.

Passage au Nid d'Aigle, fermé. reste les 900 derniers mètres. D'abord un joli sentier avec plein de bouquetins qui ont la fâcheuse tendance à occuper le sentier. Et quand ils daignent nous laisser la place c'est pour descendre sur le lacet suivant.  Ça nous amuse.

Il pleut quelques fines goutes juste de quoi nous rafraichir, on surveille l'orage qui semble passer derrière l'aiguille de Bionnassay pour aller chez nos amis trasalpins, excellent choix, merci à eux.

S'en suit la partie plus technique, des câbles et des pieux qui bringuebalent... On traverse de superbes cascades.

Puis vient la partie finale. J'appelle Sandrine, il ne reste que 20 minutes. Bon, 20 minutes, c'est mon estimation, car 20 minutes plus tard,  je vois un panneau : parking 45 minutes. Je rappelle pour indiquer que je me suis un peu emballé, j'ai pris mes désirs pour des réalités. Je crois que je suis monté plus vite que je ne suis descendu. Arnaud a la pêche, mais il a la gentillesse de m'attendre. On croise des alpinistes qui vont bivouaquer avant le sommet.

Le temps de ralenti, mes pieds frottent dans mes chaussures et j'ai les pieds recroquevillés.

C'est long, c'est beau mais c'est long. Je passe devant le patou à pas feutrés. Il ne m'a pas vu. Ouf. Arnaud quant à lui est parti cherché son vélo caché dans la forêt.

Je parcours les derniers mètres, ouf ! Ils est 20 h

19 h 35 sur la montagne !

32 km et 3400 m de déniv.

 

10 minutes plus tard, je vois Arnaud arrivé, dépité, on lui a piqué son vélo ! La loose absolue. Je le ramène chez lui, mais c'est vrai que ça gâche un peu la fête. Reste juste à espérer que ça soit le propriétaire du champ qui se soit énervé. Ça y est, il pleut l'orage est là. Je laisse Arnaud au Bettex et prend la route e la maison. Bien fatigué. J'arriverai à minuit 10 à la maison, pile 24 h après mon réveil !

 

Fin d'une bonne grosse journée comme je les aime

Qui a dit que j'étais un bourrin ?

 

Alpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis BionnassayAlpinisme : Mont Blanc à la journée depuis Bionnassay

Vidéo : TWENTY - An accidental history of freeriding by Guido Perrini

Apoutsiak — Vidéo - Mountains around the world

20

Un petit bout (accidentel) de l'histoire du freeride

Topo Rando Jura : Pic de l'Aigle - Cascades du Hérisson - Lac de Narlay

Apoutsiak — JuraRandoTrail

L'une des plus belle rando du massif du jura !

Avec pas mal d'option

Pleins de choses à voir

 

Vidéo :

 

Vidéo pour vous faire une idée !

topo rando jura - source géoportail IGN - pic de l'aigle cascades du hérisson - lac de narlay

topo rando jura - source géoportail IGN - pic de l'aigle cascades du hérisson - lac de narlay

Topo Rando Jura : Pic de l'Aigle -  Cascades du Hérisson - Lac de Narlay
Topo Rando Jura : Pic de l'Aigle -  Cascades du Hérisson - Lac de Narlay
Topo Rando Jura : Pic de l'Aigle -  Cascades du Hérisson - Lac de Narlay
Topo Rando Jura : Pic de l'Aigle -  Cascades du Hérisson - Lac de Narlay
Topo Rando Jura : Pic de l'Aigle -  Cascades du Hérisson - Lac de Narlay
Topo Rando Jura : Pic de l'Aigle -  Cascades du Hérisson - Lac de Narlay

Topo

Se garer soit au Frasnois soit au joli parking au bout du lac du petit Maclu.

Le topo est décrit depuis ce point

Remonter la cote de Maclu et suivre l'arête (pleins de belvédères sur les lacs) on suit l'arête jusqu'au pic de l'Aigle

Descendre sud est le sentier raide et rejoindre le GR 559A. (Du pied du pic de l'Aigle démarre l'option longue décrite plus loin Sentier des cairns, lac de Bonlieu)

Rejoindre Ilay et le haut des cascades du Hérisson. descendre le sentier des cascades (magnfique) sans oublier de traverser sous le Grand saut et de profiter de l'ombre de la grotte située un peu plus loin (depuis quelques années, le passage sous le grand saut semble interdit. Dommage !)

On termine par l'éventail.

On quitte alors les cascades pour remonter à Menetrux en Joux puis par la route on gagne la Fruitière et sa jolie chapelle. La suite se déroule sur des pistes forestières pour passer au Belvédère de la Grande roche et descente sur le Frasnois.

On contourne alors le joli lac de Narlay avant d'attquer la dernière mais rude montée (attention, le sentier de départ n'est pas bien visible) On rejoint alors le Mont des Ifs et la caverne à la vieille (il faut quitter le chemin et descendre un peu hors sentier pour la trouver)

retour au parking par sentier et piste

 

Le topo GPS est à télécharger ici

29 km et 950 m de dénivelé pour le petit parcours

 

Topo Rando Jura : Pic de l'Aigle -  Cascades du Hérisson - Lac de Narlay
Topo Rando Jura : Pic de l'Aigle -  Cascades du Hérisson - Lac de Narlay
Topo Rando Jura : Pic de l'Aigle -  Cascades du Hérisson - Lac de Narlay

Option longue

Depuis le pied du pic de l'Aigle rejoindre les Saillards (sentier en pierrier superbe)

 puis emprunter le sentier des cairns (toujours superbe !)

Rejoindre le Belvedere de Maguenay puis descendre pour rejoindre le joli lac de Bonlieu

Delà on rejoint le village de bonlieu puis la crête qu isurplombe les cascades du Hérisson (on ne les voit pas) jusqu'au Belvedere de la Dame Blanche.

Descente technique pour rejoindre le pied des cascades. Remonter les Cascades (Eventail, grand saut, Gour Bleu , saut de la Forge, saut Girard). En haut des cascades on rejoint le hameau : la Fromagerie, que l'on traverse. Puis un sentier en lapiaz permet de rejoindre le Frasnois, retour à la voiture par le Mont des Ifs (ou pas, selon la forme)

 

Pour info : 34 km et 1270 m de dénivelé pour la version longue !

le fichier GPS est téléchargeable ici

J'ai parcouru les deux circuits.

Le premier en mode trail tourisme, le second en compétition de trail lors du trail trait morbier (randons à césar ce qui est à césar)

en cas de souci avec les fichiers GPS, n'hésitez pas à me les demander dans le formulaire de contact

Topo Rando Jura : Pic de l'Aigle -  Cascades du Hérisson - Lac de Narlay

Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m

Apoutsiak —
Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m

J'en avais foulé la cime en 2011 avec Steph, malheureusement, le brouillard nous avait accueilli au sommet. L'idée etait de faire ce sommet par beau temps

 

Vidéo :

Topo
 
Montée  à la Täschhütte 2701 m
En voiture, de Täsch, traverser le village et prendre à gauche une petite rue qui monte à l'Est. La suivre jusqu'à Täschalp et Ottafe 2205 m. Pour info, il y a un refuge de l'Europaweg à Täschalp !
Remonter la piste de 4x4 qui longe les paravalanches de Rotbach puis la piste qui part à flanc sous la Wissgrat. Prendre le sentier qui raccourci la piste ! toujours à flanc . Par un petit sentier en lacet atteindre le refuge !
 
Rimpfischhorn
de Täschhutte remonter vers Chumibodmen (sentier quand il n'y a plus de neige !) et poursuivre vers la partie gauche de l'alphubelgletscher. remonter vers 3450 m au "sommet" du Vorder wand. Le conseil : venir "taper" au plus loin de l'arête, la descente est plus facile (sous le point 3761 m CNS)
 De là, 80 m de descente bien négociée permettent de rejoindre le glacier de Mellich à ski (Mellich gletscher)
Remonter le glacier en passant sous les 2 éperons 3550 m puis 3650 m avant de passer sous la face Nord Rejoindre le Rimpfischsattel (Crevasses... Grosses sur le haut), lieu du dépôt des skis.
Vu du sattel, il y a deux couloirs,  à droite d'un gros éperon. Remonter le couloir de gauche sur les 2 /3 puis basculer à gauche vers la face Nord (III) Remonter un second couloir au mieux (relais en place à contrôler !) et gagner l'antécîme puis le sommet du Rimpfischhorn 4198,9 m par une arête aérienne puis des rochers faciles !
(On peut également remonter l'arête de l'antécîme sur son intégralité, ça passe ! II et III max)
 
Descente
Par le même itinéraire.
 
ou :
 
Variante 1 (de 2011) , pour éviter la remontée sur l'alphubelgletscher on peut descendre  le mellichgletscher puis rejoindre la moraine et le sentier (en rive droite) passer sous le point 2731 m puis suivre le sentier à flanc avant de remonter à la Täschutte (en fait c'est pas très rentable, mais vu qu'on l'a fait, je la propose...)
 
Variante 2 (2019)
Du sattel, redescendre  la combe par l’itinéraire de montée, on peut soit viser le point 3394 m (ce qu'on a fait) ou, plus logiquement et plus facilement, viser le point  3310 m CNS au sud de ce point et de la barre, il y a une rampe que l'on peut  suivre sur le bord du glacier. (Du point 3394 m il faut traverser le glacier pour rejoindre le pied de la barre rocheuse, et la rampe.)  Retraverser le glacier au sud avant de ressortir du glacier.
 
 
topo Rimpfischhorn ski (source Swiss geo map) variante 2

topo Rimpfischhorn ski (source Swiss geo map) variante 2

Récit

 

Un beau week-end de pentecôte s'annonce, et, avec Ovidiu, on a prévu "l'aventure extrême" : l'ascension de la Jungfrau par la Guggiroute.  C'était sans compter la météo capricieuse, qui fait qu'Ovidiu jette l'éponge.  On est jeudi, la fenêtre météo se limite à Vendredi Samedi et je n'ai pas de partenaire de cordée. J'aimerai bien aller au Rimpfischhorn... Mais je me laisserai emmener où le vent me mènera...  Ovidiu m'a fait passé le mail d'un de ses potes, ... qui veut grimper... et moi, en matière de grimpe.  On laisse tomber. Un grande réunion m'empêche de poursuivre mes recherches l'après midi. J'active mes réseaux dans la soirée.

Le partenaire de cordée, c'est comme une truite, il faut ferrer et pour celà, il faut un bon appat sur l'hameçon.

Bref, je propose mon Rimpfischhorn, et Benjamin, avec qui je n'ai jamais fait de montagne semble intéressé, sauf qu'il bosse. J'ai l'argument qu'il faut : la montée au refuge ne dure que 1 h 15, je vais même jusqu'à lui  calculer son heure d'arrivée (heure qui s’avérera juste ! ) Il ne me garantie pas de venir. Le plan est qu'on se retrouvera au refuge le soir s'il vient.

 

Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m

Je pars tranquille dans la matinée et je rejoins Täschalp. Au programme une petite sortie trail sur le sentier balcon qui surplombe la vallée entre Täsch et Zermatt ( de Taschhalp à Tuftra)

Je croise un randonneur, je file à flanc, ça reste agréablement assez roulant. Malheureusement, les sommets sont un peu bouchés. Je passe sous un glacier rocheux. J'ai vu un  reportage sur l’excellente chaîne MBlive sur ces glaciers rocheux qui provoquent des glissements de terrain. Là tout est organisé pour prévenir le randonneur : panneaux et abris. Je traverse la zone dangereuse et je passe 40 m ou un glissement de terrain a emporté le sentier. Je passe un gars hors d'âge, qui nettoie le sentier avec un balai. Quelques névés viennent ralentir ma progression. Ça passe.  Je rejoins le petit hameau endormi de Tuftra, il n'y a pas âme qui vive.

Le temps de faire quelques photos puis demi tour.

 Je repasse devant l'ancien, qui me dit de faire attention lors de la traversée du pied du glacier rocheux  (je ne sais pas s'il ne m'a pas reconnu). Je lui indique que je serai prudent. Oiseau de mauvais augure, j'ai d'un seul coup un doute. Et si je me prenais une pierre... Si je faisais un faux pas, basculant dans le vide, on retrouverait mon corps déchiqueté, les yeux mangés par les corbeaux quelques jours plus tard en contrebas du sentier. Les gens sur camp2camp analyseraient avec précision les raisons de ma chute, mes erreurs commises, mon inexpérience chronique...

Par chance, je parviens à traverser le périlleux passage, peut être l'oracle s'est il juste trompé de 24 h, demain, il faudra être prudent. Je file vers la voiture où je change de tenue, je passe du trailer au skieur alpiniste...

et là

ô horreur

Quelle buse

j'ai oublié mon ARVA (DVA pour les plus jeunes... J'aime ces changements de dénomination)

Bref, c'est la loose. Pour une fois, je n'ai pas eu le temps de faire ma checkliste avant de partir (j'ai oublié aussi ma go pro, mais c'est moins grave...)

Je pars tout de même, un peu moins lourd.

Je suis déjà monté à Täschhütte 3 fois, une fois l'été pour réaliser la traverser l'Alphubel par la Rottgratt puis la grandiose traversée  Täschhorn Dom, une seconde fois pour gravir l'Alphubel et le Rimpfischhorn à ski avec Steph (mon 41ème 4000) et enfin l'an dernier, pour mon 83ème 4000, l'Alphubel en solo à ski. Bref , je connais la montée, elle est courte : 1 h 15 - 1 h 20 si tout va bien. Je vois que le sentier qui coupait la route du départ a disparu, tant pis. Je m'élève tranquillement, quand le téléphone sonne. Un bip strident, insupportable. Je regarde le message, c'est l'un de White Risk, l'application Suisse d'avalanche, qui, fort judicieusement, en cas de gros risque, envoie un message d'alerte... Et c'est le cas. Et moi, le looser, qui ai oublié mon ARVA.  Je ne pensais pas qu'on aurait des risques d'avalanche, il faudra être prudent. Ça fait tout de même la deuxième alerte après le vieil homme croisé au pied du glacier rocheux... Une goutte de sueur perle dans mon coût, froide, elle vient glisser le long de mes vertèbres, glaciale, j'ai peur. La Pythie n'est pas favorable à l'ascension.

 

Je poursuis pourtant vers le haut. Il me semble que le refuge est ouvert, j'aperçois ce qui semble être un drapeau qui flotte.

Derniers virages, voici le refuge. Je m'annonce, je me repose un peu puis je surveille Benjamin depuis le haut.  Il progresse assez vite. Je vais à sa rencontre (enfin par hyper loin non plus, je suis en crocs du refuge). Finalement il a déjà mangé. Je mange tout en papotant et en partageant quelques graines avec Benjamin. Le groupe voisin, nous file leurs dessert. Parfait. On se couche vers 10 h.

 

Malheureusement, les enfants de même groupe font le souk dans le dortoir voisin.  J'entends Benjamin qui s'énerve, et je finis par aller gueuler ! (Non en fait je suis resté calme et ça s'est avéré très efficace), 10 minutes après, le calme est revenu.

Je n'ai pas bien dormi pour autant.

réveil à 3 h 30

Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m
Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m

3 h 20, je sens que benjamin est réveillé, bonne pioche, il me propose de dormir les 10 minutes prévues initialement. 10 minutes plus tard, mon téléphone hurle et réveille tout le refuge. Je tarde à arriver à l'éteindre "euh... désolé ! "

On s'habille et on descend déjeuner. Puis partir, ski sur le sac.  On suit le sentier et on rejoint la combe, d'habitude enneigée, à 5 minutes du refuge. Pas de neige, on poursuit jusqu'à la combe suivante que l'on remonte. Voilà la neige, pour éviter de faire trop de manip on continue de porter. Mais la neige est inconsistante. Les alpinistes à pied qui veulent aller à l'Alphubel vont en chier ...  On fini par chausser. Je sens que Benjamin a plus la caisse que moi, mais il préfère se mettre dans ma trace pour ne pas bruler des cartouches. Il fait froid, le vent est glacial et j'ai eu la bonne idée de ne pas prendre de doudoune par économie de poids. J'ai eu du nez ?

Tranquillement on s'élève. L'avantage quand tu connais le coin, c'est que tu ne stresses  pas de faire des erreurs d'itinéraire.

on arrive à la barre rocheuse de 3400 m. On commence à vouloir la descendre en laissant les peaux, mais on se rend compte que c'est nul (surtout Benjamin) bref, on enlève les peaux et on zou, neige béton, raide, mais ça passe, faut juste ne pas faire d'erreur, sinon c'est descente méga rapide en bas.

Je reste concentré tandis que Benjamin enchaîne les jolis virages. En bas, repeautage. Le soleil est là, malheureusement il ne chauffe pas. Encordés, nous remontons le long faux plat qui ramène sous le Rimfischhorn.

 

Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m
Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m
Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m
Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m
Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m

Je tache de prendre l'itinéraire le plus efficace et le moins exposé. La neige est dure et les couteaux sont bien utiles, rythmant notre ascension de leur tintinnabulement. On commence à voir des crevasses. De plus en plus grosses, de plus en plus perfides. Les couteaux dans la glace peinent à pénétrer. Mais on progresse tranquillement. Une grosse crevasse, en réalité une sorte de rimaye dans laquelle nous avions du skier avec Steph en 2011, nous barre la route. Un pont de neige verglacé en permet le passage. Nous la traversons sans encombre.  et remontons la dernière partie qui amène au col pour une bonne pause. Reste 200 m !

Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m

Je repars devant, les crampons ont remplacés les skis,  d'abord la pente est douce, mais elle se redresse et devient verglacée. On pause les bâtons derrière un rocher, ne gardant que les piolets. Pente à 45° bien tracée. je file, puis bascule à gauche comme le propose le topo ( en plus il y a des traces, donc fastoche)

 

on rejoint LA Dalle, parce qu'avec steph, on avait bien hésité lors de ce passage, une dalle inclinée mais peu prisue. Je passe, que dire, je virevolte, je suis presque déçu... Le mixte n'est jamais dur, on fini par rejoindre l'arête. J'hésite, deux choix s'offrent à moi, à gauche, la pente à 50° verglacée ou longer les rochers. Après avoir hésité on se lance le long de l'arête (en fait on aurait pu rester dans les rochers... C'était mieux) . De toute façon, je vais passer ma montée à hésiter sur l'itinéraire.  Mais on progresse même si la partie technique nous parait plus longue que prévue.  On déboule sur l'antécîme, la vue est magique sur le sommet.  Courte descente impressionnante et dernière escalade facile, voilà le sommet, , la vue, le vent, le froid. Je me cale contre un rocher un peu abrité du vent pour la pause.

 

Pause courte on a laissé les sacs au col, bilan : un peu de photos , une barre avalée et on file !

Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m
Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m
Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m
Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m

Finalement , en descente ça déroule. on voit mieux les passages et... on est déjà passés par là ! On croise une cordée qui a choisi l'option couloir raide en glace et qui broche à tire larigot. tout se passe bien, au point que je ne vois même pas la dalle qui m'avait semblé être le crux de la voie la dernière fois ! On se retrouve dans le couloir au dessus du col puis au Sattel pour une petite pause. Mais il fait froid, toujours, donc elle ne  dure pas.

 

On file vers le bas avec mon plan en tête, essayer de rejoindre le fond du vallon de Taschhalp, j'ai repéré hier que la neige descendait très bas.

C'est partir, d'abord en neige dure puis ça s'adoucit. Passage de la grosse crevasse sans souci puis bon ski. La transfo est là,  On longe la longue arête du Rimfischhorn. puis on tire à gauche, on va skier à vu pour la descente.

 

Et c'est là qu'il faut que je vous parle du plan foireux

Un plan foireux est, comme son nom l'indique, un plan qui aurait pu être simple, mais qui , à l'aide  d'un cerveau torturé, devient complexe, dangereux ou bien moins facile que prévu.

Là on est pile dans ce cadre, mais on ne le sait pas encore, la vie est mal faite...

 

 

Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m

Bref, premier arrêt pour voir où ça passe, le but est de tirer sur la gauche pour rejoindre un vallon bien enneigé. Et on tire à gauche, mais, oui, il y a un mais, la pente devient raide et des séracs apparaissent. ca ne semble pas passer. On repart sur la droite, on se retrouve sur un éperon. Benjamin me propose, fort à propos de sortir la carte. Ça semble passer entre les rochers et les séracs.  Et zou, c'est raide mais ça passe (et c'est magnifique) . Bon ça ne résout pas le problème de rejoindre la combe de gauche mais ça permet de descendre. Un peu plus bas, nouvel obstacle, encore des séracs à gauche. Flûte. Et benjamin qui semble fatigué. Ce coup ci il faut remonter, en canard. Je commence à évaluer le dénivelé qu'il va falloir accomplir pour ce sortir de ce mauvais pas. Je traverse le glacier à plat en évitant comme je peux les crevasses , tout en position descente.  Je ne prends pas une pente qui semble bonne entre deux zones de séracs (trop dangereux mais on verra depuis le bas que ça passait)  Finalement on rejoint une rampe. Ça passe... pour l'instant. (voir la carte du topo pour ceux qui souhaitent suivre nos pérégrinations précisément.)

J'attends que Benjamin me rejoigne avant de repartir vers le bas, la neige est bonne, on en profite, mais on n'est pas sortis, après la grande traversée à droite que nous venons de faire, je souhaite tirer à fond à gauche pour trouver ma combe.  Je file donc en traversée. Et j'arrive au bord du glacier, glace vive, raide. Et Merde. Je vois bien que Benjamin fatigue, mais poliment il ne dit rien, il ne m'insulte pas alors qu'il serait en droit. Bon, j'avoue, j'ai de la ressource et je sens que ça peut passer au dessus, il semble y avoir une rampe qui permette de sortir du glacier  et de rejoindre ma fameuse combe enneigée, tout ça s'il n'y a pas de crevasse infranchissable entre deux .

je déchausse et remonte de 30 m à pied, skis en main. En haut j'attends Benjamin, à mon avis ça passe

Je rechausse, entame la traversée dans la neige lourde (plein sud) Ca y est je vois bien l'ensemble, ça passe !!! Plan foireux presque... terminé !

Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m
Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m Ski de rando : Rimpfischhorn 4199 m

Benjamin me rejoint. on est passé. Maintenant, ça n'est plus du grand ski mais il suffit de descendre au mieux cette combe. La neige est lourde, il y a même parfois des trous d'eau et des rochers. Je mène toujours. Quand la neige est bonne, je file, c'est agréable. Je passe près d'un rocher, la vache il y a un chamois. Apeuré il se met à galoper juste devant moi. La neige étant lourde il peine à progresser (même s'il avance quand même) J'ai failli le percuter. Je le vois haletant, avec ma vitesse, je suis juste 5 mètres derrière et le moment dure, je finis par m'arrêter, il poursuit son énorme effort pour me fuir. Moment incroyable (ça me fait penser à Agathe, ma fille, qui avait failli percuter elle aussi un chamois à Metabief... tel père, tel fille ! )

Bas de combe

Neige méga lourde

Les skis qui s'enfoncent dans prévenir. Benjamin est mort. Je reste devant pour tenter de trouver le meilleur passage. La neige n'a jamais été aussi lourde. C'est ça de vouloir skier à basse altitude en juin, le fameux revers de la médaille.

Je m'en sors bien et déchausse assez bas. Je descends sur une pelouse pour le pique nique. Opération séchage. Benjamin me rejoint et on partage le frugal repas.

Il souhaite rentrer à son rythme, et j'avoue que je suis un peu pressé, j'ai mon anniversaire à fêter en famille, et mon petit plan foireux nous a fait perdre une petite heure.

On se sépare et je file sur la piste vers le bas.

Une grosse demi heure plus tard je suis à Taschalp

dans la soirée je suis à la maison pour fêter mon anniv et préparer mon matos: demain, au programme : la montée du Poupet en course à pied à Salin les Bains. Mais ça, c'est une autre histoire !

Ski de rando : Pointe de Vouasson - 3490 m

Apoutsiak — ValaisSki de randonnéealpinisme
Ski de rando : Pointe de Vouasson - 3490 m

Serait ce la journée de la loose 2 après la pire journée de touts les temps la veille

Vous le saurez en lisant le récit (complètement ....)

 

Vidéo

Topo

Je suis parti de Sarmata 1805 m, on peut partir de La Gouille 1834 m, plus logique...

Rejoindre par le sentier le lac bleu : 2100 m puis le Remontze du Ché Blanc 2422 m et les Crosayes sous la cabane des Aiguilles rouges; remonter la combe en direction de la Pointe des Darbonires et passer au Nord, gagner le glacier, remonter Ouest Nord Ouest en direction de la pointe de Vouasson 3490 m

Ski de rando : Pointe de Vouasson - 3490 mSki de rando : Pointe de Vouasson - 3490 mSki de rando : Pointe de Vouasson - 3490 m
Ski de rando : Pointe de Vouasson - 3490 m

Récit

Nouvelle nuit dans la voiture, après la journée de la loose, c'est pas gagné !

Je me réveille après avoir bien dormi et je déjeune. La voiture me met un message... Batterie faible, démarrer la voiture et ... bien sûr, elle ne démarre pas. Tant pis, je vais me faire ma journée de ski, je gérerai ça en rentrant ! Ça va sans doute m'occuper l'esprit pendant la balade.

Je m'équipe, et je pars, ski sur le sac, la neige semble bien loin... Je suis à Sarmata, un peu en dessous de la Gouille, le départ habituel, je traverse le hameau endormi avant de remonter une sente qui ramène au sentier classique. Pas de neige. La suite, je connais, aujourd'hui, je ne vais pas me tromper (et oui, lecteur, je sais que tu espères une grossière erreur d'orientation de ma part, mais aujourd'hui, je suis sur MON terrain) !

Le sentier remonte vers le lac bleu, qui est en réalité vert, va comprendre !

Je poursuis, il y a un peu de neige, mais c'est bien trop pauvre pour skier ! Et zou, avec mes deux skis toujours sur le sac, j'avance. La neige merdique sur le sentier, mais pas assez pour skier. 2300 m Enfin, elle est là : LA Neige.

Ski de rando : Pointe de Vouasson - 3490 m
Ski de rando : Pointe de Vouasson - 3490 mSki de rando : Pointe de Vouasson - 3490 m
Ski de rando : Pointe de Vouasson - 3490 mSki de rando : Pointe de Vouasson - 3490 m

Et je poursuis, tout en surveillant le vallon de gauche, une trace semble y descendre et j'essaie de deviner d'où elle vient ? d'au dessus de la cabane  ou dans le vallon en biais en dessous. Je finis par trouver le passage, impeccable à la descente, ça devrait me ramener non loin du lac bleu ! Yes !

Je suis seul, c'est rare de se retrouver seul par beau temps sur une course comme ça. Je pense aussi à ma voiture, il va falloir trouver des gens sympathiques qui auront des pinces pour la redémarrer. Tout ça pourra peut être se finir en dépanneuse si ça tourne mal. Pour l'instant, objectif sommet !

Une harde de chamois avance tranquillement au loin. Les marmottes me sifflent, va savoir pourquoi ?

Un lagopède décolle.

Je passe sous le refuge et je rejoins le petit collet au dessus. trop de vent pour faire une pause, flûte, je monte encore un peu, mais le vent forci . Bilan, pause dans le vent ! Mal joué.  Je repars pour les 200 derniers mètres, je quitte les skis pour les sommets sommitaux où je ne traine pas !

Ski de rando : Pointe de Vouasson - 3490 mSki de rando : Pointe de Vouasson - 3490 mSki de rando : Pointe de Vouasson - 3490 m
Ski de rando : Pointe de Vouasson - 3490 mSki de rando : Pointe de Vouasson - 3490 m
Ski de rando : Pointe de Vouasson - 3490 mSki de rando : Pointe de Vouasson - 3490 m

J'attaque la descente dans le vent. Il m'a toujours été difficile de faire le premier virage. Peur que la neige ne soit pas telle que je l'ai pensée. Peur de me crouter donc . Il n'est pas beau mais il passe. La neige est un poil croutée mais ça passe même si ça n'est pas du grand ski. Je finis par trouver de la bonne poudreuse en versant Nord. Je rejoins le petit collet, je descends un peu pour être à l'abri du vent, et je me fais une petite pause.

Est il trop tôt pour descendre.

La neige a t'elle bien décaillée

Ça serait dommage de descendre trop tôt.

en fait, je réfléchis trop, Il faut descendre MAINTENANT !!!

 

Et Yes, juste le bon moment, juste décaillée.

De la neige de rêve !

C'est le bon moment. J'enchaîne les virages et ça passe vite.

Je me retrouve déjà sous le refuge. Flûte, j'ai skié trop vite et j'ai raté le couloir que je voulais prendre. Où est il, un peu au dessus ? Je remonte en escalier quelques mètres puis j'hésite. En fait, il y a une trace qui part en dessous, pas la peine de remonter.  Je redescends, c'est le bon endroit, je file en traversée rejoindre la grande combe à droite visée ce matin

Je rejoins a combe qui est parfaite, les virages s'enchaînent et je rejoins le replat qui mène au lac bleu. Je déchausse sur une centaine de mètres, une marmotte détalle à mon arrivée.

Je rechausse un peu plus loin et je croise quelques randonneurs qui me font de grands saluts !

Derniers virages dans une combe en soupe, puis je déchausse. Je charge les skis sur le sac et je rejoins le sentier. Il y a moins de 300 m de portage pour ce reste de descente, bien joué. La descente est rapide, je vois ma voiture bien sage, j'espère qu'elle va démarrer. Si ça n'est pas le cas, il faudra arrêter une voiture, espérer qu'elle est des câbles,  et esperer qu'elle démarre. Je resterai en pantalon d'alpi, pas de short ça fait trop touriste,  et je mettrais ma polaire bleu, elle fait un peu gendarme, ça aidera sans doute les gens à s'arrêter. Pour vu qu'elle démarre...

Je croise un chevreuil qui file vers le haut. La journée aura été riche en faune. Je rejoins le village endormi, je le traverse tout en cherchant du regard les voitures, signe de la présence des habitants et j'en repère une.

 

 

 

 

Ski de rando : Pointe de Vouasson - 3490 mSki de rando : Pointe de Vouasson - 3490 mSki de rando : Pointe de Vouasson - 3490 m
Ski de rando : Pointe de Vouasson - 3490 mSki de rando : Pointe de Vouasson - 3490 m

Ma voiture est à 100 m au milieu d'une zone vide, une voiture quitte la route et vient se garer juste à coté. Je salue le pilote qui en sort et lui demande s'il a des câbles. Réponse affirmative, je lui explique mon problème et la probabilité que ma voiture ne démarre pas. Pas de souci pour lui.

J'AI VRAIMENT de la CHANCE !!!

Et zou, voiture en place, câbles presque mis quand une femme sort de sa voiture. A priori, je comprends qu'ils ont déjà eu problème en voulant aider quelqu'un. Pour tant, moi, qui suis loin d'être un grand bricoleur, je repère facilement le pole + et le pôle - de leur voiture...

Mais elle se braque, on consulte la notice de la voiture, et bien joué, la batterie sur le dessin, n'est pas celle de la voiture !!! On consulte internet, oui, il y a de la 4G à Sarmata ! On reconnait vaguement la batterie. mais la madame est trop anxieuse. Je décide d'aller voir dans le village, trouver de l'aide.

 

Je marche les 300 m qui me sépare de celui ci, je trouve le chalet avec la voiture garée devant, je toque. Un râle m'invite à entrer, je fais répéter puis je finis par m’exécuter. Une odeur de tabac froid me prend à la gorge quand je rentre. Le chalet est sombre et sent la poussière, j'avance presque à tâtons dans un couloir, et me retrouve face à un type en chaussettes, allongé sur son lit ! Je lui explique ma problématique tout en doutant qu'il soit l'homme de la situation.

"J"arrive dans 5 minutes" m'annonce t'il

Retour à la voiture, mes deux anciens, skieurs de randonnée, regardent les batteries avec circonspection. Le pire, je saurai faire. Mais bon.

Le valaisan arrive dans une vielle voiture bleu pétaradante.  Il s'en extirpe. L'homme est petit, maigre, tout dépenaillé, le début de barbe hirsute, j'ai encore son odeur de tabac dans le nez.

On échange les voitures de place, on branche les câbles... ça ne marche pas, le scenic affiche tous les messages d’erreur du monde. Puis un gros panneau STOP Rouge s'affiche sur l'écran de la bête. Et plus aucune réaction quand j'appuie sur Start, c'est grave.

Les deux anciens ne se sentant plus utiles s'en vont (ils ont été sympa de rester et de m'aider)

Je décide d'appeler un garagiste local. Il me conseille de débrancher la batterie.  Le vieux type au tabac froid va cherché des outils chez lui et revient avec  des clefs de compétition. démontage, remontage, ça ne marche pas... Une seconde fois, toujours rien. Je décide de faire une dernière tentative avant d'appeler une dépanneuse... Je débranche, j'attends plus longtemps  que les fois précédentes, je rebranche... Nouvelle tentative, le moteur tourne un peu mais cale, à la seconde tentative, il part ! YEEEEEEEEESSSSSSSS !

Finalement, j'ai de la chance !

Je propose au type de lui payer un coup, il refuse poliment, ce bon samaritain.

Je file en débranchant le stop and start afin d’éviter de tirer sur la batterie. En route vers ma Franche Comté. J'ai vraiment eu du bol !

Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose

Apoutsiak — ValaisSki de randonnéebut
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose

Et c'est rien de le dire...

 

A vous de lire l'article... wink

 

Vidéo

Topo

Metailler

se garer à Pralong : 1608 m

longer la route et remonter le sentier pédestre, remonter le mayentsets (avalancheux +++ pour info)  et gagner le point 2135 m CNS

Prendre alors plein sud dans le peit canyon  et rejoindre les chalets d'Allève Remonter la combe jusqu'à un collet vers 2600 m et remonter la grande pente au nord ouest. Elle débouche sur un petit canyon

De là gagner le Metailler , je me suis contenté de l'antécîme de la pointe 3147 m au sud

 

Rosablanche

même topo jusqu'aux chalets d'Allève 2214 m

prendre alors plein sud (expo aux avalanches et basculer dans la combe de Prafleuri (descente potentiellement merdique) Remonter cette combe et gagner la cabane de Prafleuri 2662 m Partir au Nord ouest et rejoindre le point 2909 m avant de tourner Sud ouest pour gagner le glacier de prafleuri, le remonter (sud) et gagner le sommet de la Rosablanche 3275 m (3 pas d'escalade à la fin)

 

Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose

Récit

Tout débute parfaitement pour cette sortie, je fais la route la veille, pour rejoindre Pralong, la route au dessus du village est fermée. Je décide de revenir sur mes pas pour trouver un emplacement tranquille pour dormir. Je me gare en bord de route, celle ci est peu passante, le village a l'air presque mort. Il est 11 h 15 quand je me couche dans mon précieux véhicule.

 

Le lendemain , 6 h , 3°C, petit déjeuner vite avalé, je me prépare, je range la voiture, et c'est parti. Portage obligatoire en ce milieu du mois de neige, la neige semble loin. Je remonte la route et je trouve le sentier qui part à droite. Je commence à remonter le sentier, le rythme est bon. De toute façon, le sommet n'est pas très difficile.  Au dessus, je trouve la neige, , je finis par chausser, trop tôt, donc déchausser, porter et rechausser plus loin. Tout se passe bien, il y a une trace !

 Je regarde, impressionné les vieilles traces d'avalanche, il ne doit pas faire bon trainer ses guêtres ici en début de saison...

Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose

Je poursuis dans un joli canyon, légère descente, devant moi, la belle face Nord de Vouasson, gravie il y a longtemps ... Le barrage des Dix, ferme la vallée, je rejoins le pied des chalets d'allève.  Je papillonne dans la trace, à gauche, une trace part en direction du barrage, bien expo, la combe de prafleuri s'offre à moi, bien tracée. Et je la remonte, à ma façon, c'est à dire pas aussi raide que mes prédécesseurs, ces bourrins Helvetes incapables de faire une trace Normale !!!

Je remonte tranquillement ma combe et j'arrive à l'altitude 2600 m...

Le refuge devrait ne plus être loin, je le cherche du coin de l'oeil. Je ne vois rien. Il peut être caché au dessus. J'y ai prévu ma pause. Ca fait un col, puis une petite pente raide, je devrais voir le refuge du dessus...  Je remonte la pente raide. Wooom ! Ouh là je n'aime pas ça, il ya une plaque. Avertissement sans frais. La pente n'est pas large, mais je n'ai pas envie de la tester, je la remonte  droite, où ça me parait safe... Bon, j'avoue que c'est un peu à l'instinct, mais je sais que c'est comme ça que les accidents arrivent !

Au dessus, pas de trace du refuge, l'altimètre indique que je suis un peu au dessus. Je redescends quelques mètres. Rien. je consulte le GPS, la trace serait à 2 km dans le mauvais sens. Aurais je mal paramétré ma trace ? Je ne comprends rien. Je fouille l'endroit. Et si le refuge avait brûlé ? Ca arrive régulièrement, le Mittlealetschbiwak a bien été dévoré par les flamme cette année (on devait d'ailleurs y aller avec Ovidiu dans notre premier projet de cette semaine ...)

Je cherche mais je ne trouve rien. Pas grave, je sais que je dois prendre au Nord Ouest, en plus il ya la trace.  Merdique, elle passe dans les rochers, je déchausse, je rechausse, je me retrouve dans une pente expo... Je déchausse et redescends à pied dans la combe, je serai mieux.

La pente est raide, je trace, je retrouve une vieille trace et je m'en inspire... Ca devient plus raide, c'est bizarre, sur la carte ça semblait presque plat... Je poursuis, je tire un peu plus à gauche... Woooom ! Deuxième avertissement. Je repars à droite et reste sur la droite de la combe, un peu moins raide, pourtant, je sais que si la plaque part, elle a ses limites propres...

Haut de la combe, je retrouve un petit canyon, sympa et accueillant.

Je le remonte et parviens à un collet. C'est marrant, le glacier me paraissait plus grand sur la carte. Je la ressors pour la 10ème fois de ma poche. Je ne comprends rien ! mais rien du tout ! Je sors mon smartphone et enclenche l’appli swissgeomap (j'ai de la chance, il y a du réseau) Je clique sur le point de géolocalisation... Suspence, la carte charge, le point s'affiche, et je vois Metailler indiqué.... Non, je me suis completement planté, qu'est ce que je fais là ? Mon cerveau bugge complètement.  Je resors ma carte pour essayer de comprendre, je me suis trompé dès les chalets d'Allève, bien plus bas, pensant être déjà dans la Combe de Prafleuri. Le looser, qui se fait passé pour un expert en orientation ! Je comrpends mieux le GPS qui me disait que j'étais loin !

Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose

Je réfléchis à présent aux possibilités qui s'offrent à moi : monter sur le Metailler est impossible, les pentes raides du sommet sont trop chargées. Par contre l'antécîme est possible, et de toutte façon, revenir en arrière corriger l'erreur prendrait trop de temps. Le soleil chauffe !

Je repars vers le haut, toujours tracé, (vers l'antécîme) tout se passe bien jusqu'à celle ci, au loin la Rosablanche me nargue, elle est au moins à 2 km à vol d'Oiseau, comment peut on se planter comme ça, incroyable ! Je fais une pause à l'antécîme, je sors mon casque, et je grignote un peu...

vient le temps de repartir, mon casque a disparu, et merde, bon avec un peu de chance, il a du glisser dans la combe et je devrais le retrouver (ce qui est logique compte tenu de son emplacement). Je chausse e tje contourne la portion méga raide pour revenir à la verticale de ma pause... RIEN ! La loose 2 ! rien, je scrute, mais iln'y a rien, Un Sirocco de Petzl , méga light ! les 180 grammes auront été emportés par le vent. C'est quand même la loose, et je n'ai rien vu partir !

Je repars vers le ba, la neige est bonne, légèrement transfo, petit canyon puis grande combe, j'avale la pente. Je me retrouve au petit collet (près de ce qui aurait du être la cabane de Prafleuri ....  pour une pause grignotage. La suite est facile, me faire la combe, remonter les quelques mètres puis slier dans un couloir en neige soupe pour éviter de porter !

2100 m je déchausse, trop tôt, je dois marcher dans de la neige soupe en m'enfonçant plus que jusqu'aux cuisses pendant 10 minutes ! Ensuite, ça déroule sur le sentier. Je rejoins Pralong où deux vieux sont surpris de me croiser avec mes skis. Je rejoins alors ma puissante berline de marque Française. Ouf. Pique nique

 

Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la looseSki de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose
Ski de randonnée : Objectif Rosablanche - résultat Metailler (3150 m) : la journée de la loose

Je range mon matos et je me mets au volant, mais elle déconne dur. La loose 3 !!! Elle ne démarre pas et m'affiche des messages d'erreur sur le tableau de bord. C'est vraiment la journée de la loose ! Bon il me faut trouver des pinces dans ce village qui semble désert. En face de la voiture, je vois deux anciens qui ramassent des cailloux dans la rivière. Je file leur demander de l'aide. Bingo , ils habitent là et le type  des pinces. J'ai de la chance dans ma malchance. Et zou, en deux temps trois mouvement, ma voiture démarre. par contre je ne sais pas pourquoi elle ne voulait pas démarrer.

Je décide de descendre à Sion trouver un garage et des explications. Garage Citroën, un jeune fort sympathique  me dit que ma batterie est "pleine charge" et me conseil d'aller passer un "coup de valise" au garage Renault à 10 km d'ici... Vu que je compte remonter au fin fond du Turtmanntall, je décide d'assurer le coup et je file au garage Renault. Là aussi un garagiste fort sympathique, comme chez Citroën, il s'amise à démarrer plusieurs fois la voiture, qui démarre comme une fleur (je ne sais pas si l'expression existe)!  Par contre je comprends que la valise n'est pas disponible et que ça le saoule de l'amener. Il me dit que ça devrait aller et de me garer en descente ....

Bien ,je repars donc vers de nouvelles aventures, et je pars vers Sierre puis la petite route peu large du Turtmantall, qui est fermée... à 8 km de Gruben ! Que faire, passer la barrière et risquer de se faire coincer sans batterie en fond de vallée (la dépanneuse ne montera sans doute pas en cas de problème) Je décide de jouer la prudence, même si c'est la loose 4. Je file vers Arolla et la pointe de Vouasson, classique mais efficace.

Et zou, retour en arrière pour me retrouver pas très loin de mon premier parking. Beaucoup de temps perdu alors que je comptais glandouiller l'après midi !

Je me gare non loin de Satarma, près de la rivière, je débranche tous les appareils électriques de la voiture pour assurer le coup, je dine d'un plat dégueulasse je bouquine avant de me coucher.

 

Demain, réveil 6 h

 

Vais je encore me tromper d'itinéraire, la voiture va t'elle démarrer, vous le saurez en lisant la journée de demain ? Peut être pour al journée de la loose 2 !

 

Vidéo : ski de randonnée Le Metailler 3150 m - la journée de la loose - moi, je voulais aller à la Rosablanche !

Apoutsiak — vidéo - Les vidéos d'ApoutsiakValaisSki de randonnée

Tout ne se passe pas TOUJOURS comme prévu

Un long moment d'inattention...

Et tu te retrouves à plus de 2 km à vol d'oiseau de l'objectif !

 

 

Ski de Randonnée : La Grande Lui 3509 m

Apoutsiak — Ski de randonnéeValaisMassif du Mont Blancalpinisme

Sortie classique de fin de saison dans un cadre majestueux

Vue sur la magnifique face Nord du Dolent !

 

Vidéo :

Topo :

Se garer à la Fouly 1593 m

Traverser la rivière et le bout du village pour prendre la rive droite du vallon du glacier de l'A Neuve

Le remonter; Au niveau de la pierre Javelle, basculer direction Nord et gagner un replat.

On trouve alors le pied de la combe du refuge.

Remonter cette combe (on peut gagner le refuge par une traversée parfois exposée aux avalanches.)

Refuge de l'A Neuve 2735 m

De là remonter la combe en direction du petit Darrey, virer à l'Est, pente un peu plus raide et gagner le plateau supérieur

J'ai gagné le sommet en prenant le couloir de neige à droite du gendarme situé à l'ouest de la Grande Lui (45 50°) puis l'arête facile jusqu'au sommet - 3509 m

 

 

La FoulyLa Fouly

La Fouly

Récit :

 

D'habitude, quand je pars en montagne pour une grosse journée, je me lève aux aurores, et je me fais la route le matin de la course (et quand je dis aurores, c'est plutôt le milieu de la nuit...). Cette fois, ci, je change la méthode... Tin tin tin, suspense, que vais je sortir du chapeau...  Et ben je pars la veille au soir. Je vois, vous êtes déçus, vous pensiez à une révélation incroyable. Et bien désolé, je vous laisse tout de même lire le récit de cette jolie journée.

Bref, Lundi soir, après une belle journée de travail, je rentre à la maison retrouver les enfants. Oui, je ne retrouve pas Force Roz', qui travaille à l’extérieur. Je ne vais pas vous raconter TOUTE ma vie non plu !

Bref, je prépare un bon repas, que l'on déguste ensemble puis je regarde l'émission "Quotidien" jusqu'à la première pub, et je quitte la maison. Non, pas d'inquiétude, Marie et louis ont bientôt 18 ans, ils devraient parvenir à survivre 24 h !!!

L'avantage en partant tard, c'est qu'il y a beaucoup moins de circulation. Donc sur la route , tout va bien... Ou presque. Quelque chose me turlupine. J'ai prévu de gravir le Vélan par le couloir Annibal, Voie sur laquelle j'ai déjà butée 3 fois. Et, la météo est bonne, mais le Bulletin d'évaluation des risques d'avalanche est difficile à interpréter. Je m'explique : Risque 2 d'avalanche, donc plutôt raisonnable mais avec une zone à risque couvrant les versant Ouest Nord et Est au dessus de 2200 m. Le Vélan mesure 3700 m, largement au dessus des 2200 m indiqués dans le bulletin, et le couloir est orienter Sud Ouest, donc si on veut chipoter c'est pas ouest, mais c'est vraiment pour chipoter...

Accessoirement, la pente du couloir est bien supérieur à 30°, pente fatidique pour le déclenchement des avalanches...

Je réfléchis tout en roulant. Et je prends la décision de prudence : changement d'objectif, on va aller faire simplement la grande Lui.

Oui, la météo nous impose une sortie à la journée, pascal n'est dispo qu'aujourd'hui et de toute façon, il fait pourri demain !

 

je passe un coup de téléphone à pascal, et on se donne rendez vous à Martigny

 

Je roule.

La Fouly

La Fouly

Martigny, j'arrive au parking, Pascal est déjà là. J'extirpe mon grand corps dégingandé de la voiture et je salue Pascal, c'est la première fois qu'on se rencontre. Bon, pour vous décrire Pascal, ben c'est assez simple, il ressemble à Jésus, mais avec une Goretex. Même barbe, même stature, de nuit, on apercevrait presque l'auréole !  On ne traine pas sur le parking, en route pour la Fouly, on va tacher de trouver un endroit pour dormir sur la route.  Et on remonte la vallée sauvage, au détour d'un virage, un petit parking fera l'affaire.

 

On papote un peu, et on prépare chacun nos affaires, j'avoue que je suis devenu un spécialiste de la nuit en voiture : J'ai enlevé les sièges arrière, j'ai emmené un matelas, un coussin et mon duvet -15°C ...

Bref, tous les ingrédients pour passer une bonne nuit.

Et je passe une bonne nuit. Réveil à 6 h. -3°C !  Quand je sors de l'habitacle, Pascal est déjà debout. On déjeune rapido et on termine la route qui nous amène à La Fouly.

Sur le parking, un type est déjà là.  A peine le temps de lui dire bonjour, qu'il est déjà parti, vers quel sommet, je ne le sais pas, il y a deux classiques dans le coin : le Dolent et la Grande Lui. Trop tard, El Diablo est parti.

 

en montant à la Grande Luien montant à la Grande Luien montant à la Grande Lui

en montant à la Grande Lui

On traverse les ruelles de la Fouly, puis mon idée est de suivre la route de droite, sur la carte. On trouve la route, mais celle ci ne mène pas à un sentier mais à un camping... En cul de sac. Il faut louvoyer dans les vernes, avec les skis qui accrochent. On retrouve le lit de la rivière, de gros blocs inconfortables pour la marche. On traverse la rivière pour se retrouver sur l'autre rive, et traverser de nouveaux arbustes et enfin , ô Graal suprême, retrouver un sentier. Et la neige. On chausse les skis.

 

Pascal n'a pas une grande expérience, et je luis donne quelques conseils. On est parti, sur la rive droite du vallon, la trace monte dans les pentes pour éviter les arbustes, puis fini par redescendre. Pascal, me demande de boire, et là, tout s'éclaire, Je suis Marie-Madeleine qui vient éponger le front du Christ dans son ascension vers le Golgotha... Et en matière de calvaire, on ne va pas être déçu...

Bref, Jésus boit, et on repart. Moi j'ai mon petit pipeteur qui me permet d'éviter les pauses superflues !

le soleil darde, on commence à cuire, je me retrouve en carline.

 

Pascal se débrouille bien, le rythme est correct et , même si les conversions ne sont pas parfaites, il s'en tire très bien.

On remonte le vallon ,on repasse en rive gauche, il faut louvoyer entre quelques cailloux, ce qui demande un poil de technique. El Diablo est loin devant, il file vers le sommet.

Jésus redemande à boire, je lui indique qu'on fera la pause plus tard, on ne va pas s'arrêter toutes les cinq minutes.

 

Grande lui : Le Dolent, arête Gallet - l'A neuveGrande lui : Le Dolent, arête Gallet - l'A neuveGrande lui : Le Dolent, arête Gallet - l'A neuve
Grande lui : Le Dolent, arête Gallet - l'A neuve

Grande lui : Le Dolent, arête Gallet - l'A neuve

S'en suit un long passage à plat, Jésus montre quelques signe de faiblesse ( je ne sais plus comment c'est écrit dans l'évangile, mais l'idée, c'est ça) Et là, point de Simon de Sirène pour venir porter ton sac à dos. J'essaie juste d'adopter un rythme lent mais efficace. Malheureusement, je largue Jésus qui chute pour la première fois. On parvient à un nouveau virage, et Jésus chute, dans sa conversion, pour la seconde fois, retentant immédiatement sa chance, il chute pour la troisème fois... Le calvaire, je vous savais prévenu !

 

Jésus ne parvient plus à avancer. Il fait dix mètres et se pause sur ses bâtons, essoufflé.

On attaque la partie plus raide, sous le refuge. Ce qui n'arrange rien. Je sais qu'il n'ira pas en haut, le risque est trop grand de le retrouver crucifié. Il me propose de me laisser aller au sommet et de m'attendre.

Parfait pour moi, je lui indique que je vais lui laisser du matos superflus à la hauteur du refuge qui est un peu plus haut)

Je l'entends murmurer : "père, père pardonne lui, il ne sais pas ce qu'il fait !"

Grand Combin, A Neuve Dolent arête Gallet - cabane de l'A NeuveGrand Combin, A Neuve Dolent arête Gallet - cabane de l'A Neuve
Grand Combin, A Neuve Dolent arête Gallet - cabane de l'A Neuve
Grand Combin, A Neuve Dolent arête Gallet - cabane de l'A NeuveGrand Combin, A Neuve Dolent arête Gallet - cabane de l'A NeuveGrand Combin, A Neuve Dolent arête Gallet - cabane de l'A Neuve

Grand Combin, A Neuve Dolent arête Gallet - cabane de l'A Neuve

Je file, en haut  de la combe, el Diablo n'a pas pris son temps. Je décide de faire un petit pointage. Il me faut 50 minutes pour rejoindre le haut de la Combe,  il me sera impossible de le rattraper.

On arrive à la pente raide, qui donne accès au plateau sommital, le vent froid des glaciers me congèle, je suis toujours en carline, et c'est vraiment trop juste. J'opère une pause "polaire". Les paysages sont magnifiques, la face Nord du dolent, sa jolie arête Gallet, la convoitée A Neuve, superbe !

Le plateau est là, j'essaie de trouver où est El Diablo qui devrait m'avoir fait une jolie trace vers le sommet. Je ne vois rien. J'enquille donc le plateau, je ne vois pas de trace dans la face sous l'arête. Quand je le vois, Satan s'approche en godille. Il s'arrête et m'annonce qu'il n'est pas aller au sommet, mais qu'il y avait des traces là où il s'est arrêté. Parfait, rien à tracer, ça va être les doigts dans le nez. Et le Diable, repart de sa belle godille vers les enfers (ou la Fouly, je ne sais pas)

sur fond de Dolentsur fond de Dolent

sur fond de Dolent

sommet de la Grande Lui altitude 3509 m dolent - aiguille d'argentière (Barbey) Dolentsommet de la Grande Lui altitude 3509 m dolent - aiguille d'argentière (Barbey) Dolentsommet de la Grande Lui altitude 3509 m dolent - aiguille d'argentière (Barbey) Dolent
sommet de la Grande Lui altitude 3509 m dolent - aiguille d'argentière (Barbey) Dolentsommet de la Grande Lui altitude 3509 m dolent - aiguille d'argentière (Barbey) Dolent

sommet de la Grande Lui altitude 3509 m dolent - aiguille d'argentière (Barbey) Dolent

Je dépose les skis, et j'attaque la montée jusqu'à l'arête, tout à gauche du plateau. Une fois sur celle ci, je ne vois aucune trace. Ah, le Diable m'a entourloupé ! Me voilà au mauvais endroit. Je scrute l'arête, ça ne passe pas, ou ça passe peut être, mais il va me falloir des heures pour traverser un énorme gendarme. Je décide de redescendre et d'attaquer la facette sous l'arête à gauche du sommet.

Je redescends, je déplace mes skis, et je traverse à pied pour me retrouver sous la facette.

Et c'est reparti vers le haut, d'abord facile, puis une portion mixte, que j'ai défini, depuis le bas, comme le Crux de la voie. Il a beaucoup neigé, et les prises sont masquées sous une épaisse couche de neige. Les crampons crissent. Le piolet grince. Son ancrage, incertain, me stresse.

Prise à main droite, piolet au dessus, j'élève ma jambe gauche, sur un blog lisse. Si tu as peur, tu n'appuies pas, et si tu n'appuies pas, ça va glisser. Il faut être franc avec l'appui. Ce que j'essaie de faire. Je bascule , su rl pied gauche et je m'élève. Ouf, encore deux pas technique, ensuite la neige, j'vance vers le haut en longeant les quelques rochers qui apparaissent par endroit. Puis dré dans le pentu, tout droit jusqu'à l'arête. Le cardio à fond, quelques pauses pour récupérer  et m'y voici. Le reste est facile : une centaine de mètre d'arête sans difficulté ! YES

Dolent arête Gallet

Dolent arête Gallet

Je redescends, d'abord l'arête puis la face, le pas de mixte est passé facilement, avec mes grandes jambes, c'est plus facile. Jez retraverse jusqu'à mes skis. Je passe un coup de téléphone à Pascal pour lui annoncer que je vais arriver d'ici une demi heure, j'ai bien conscience que j'ai été un peu plus long que prévu.

 

Dolent arête Gallet détail glace
Dolent arête Gallet détail glace

Dolent arête Gallet détail glace

Et zou, descente à ski, d'abord dans une poudreuse tassée, mais toujours dans ce paysage de rêve.  La pente augmente quand on quitte le plateau, je poursuis mes grands virages. J'opère juste quelques pauses pour laisser le temps à mes cuisses de récupérer.

J'enchaine avec la combe à droite du refuge.

La neige est juste transfo à présent, j'en profite toujours. Je scrute le bas de la pente, où il me semble voir mon dépôt de corde. Pascal devrait m'y attendre.

Je file, je surveille qu'il n'y aie pas de trace en direction du refuge, mais vu le risque d'avalanche, peu de chance qu'il se soit dirigé par là .

J'arrive au dépôt de matos, et là, rien, personne. Rien n'a été touché. Bon, il n'a pas eu la force de monter jusque là. Je charge le tout sur mon sac et j'entame la descente. En dessous, personne, Pascal serait-il descendu aux enfers avant de ressusciter ? (d'où son absence) En plus vu qu'il a du croiser El Diablo...

 

Bon en attendant, je cherche mon acolyte dans le vallon. L'appelant de temps à autre pour ne pas le louper, dès fois qu'il fasse une sieste. Je déclenche une petite coulée de neige humide dans une pente un peu raide.

Puis je poursuis en dessous.

je ne le trouve pas. Ma consigne était clair, il devait m'attendre, mais il a du trouver le temps long...

Tout devient terre à terre, je commence à psychoter sur les mesures à prendre.

Au loin, je vois un skieur, qui chute. "Mon Dieu, mais c'est lui ! " Je descends, mais je ne vois rien , j'ai du rêver. J'appelle au cas où, et on me répond, il est juste en dessous, caché par quelques arbustes. Je le retrouve toujours par terre, il n'a pas bougé depuis sa chute !

Je lui fait part de mon inquiétude. Il m'indique, que voyant El Diablo qui lui a affirmé que j'étais quasi au sommet, il avait décidé de redescendre. Satan avait encore sournoisement frappé !

le calvaire de Pascal est allé jusqu'aux vomissements. Sale journée pour lui, mais que fait Ponce Pilate ?

On repart ensemble pour un slalom de fin de saison. Et on est assez efficace pour descendre sans déchausser jusqu'à 1650 . Ne reste que 5 minutes à faire à pied, skis sur le dos, un avant goût de paradis.

On retrouve la voiture, en route pour les bouchons créés par les frontaliers pour moi.

Pour Pascal, Satan frappera une dernière fois, sa voiture rend son dernier souffle sur l'autoroute du retour.

 

Mon Dieu, mais quelle belle journée

(toutes mes excuses auprès de ceux que mes allusions religieuses auront dérangé ...)

 

Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m

Apoutsiak — Ski de randonnéealpinismeValaisAnne

2ème jour de notre séjour dans le massif des Combins

Avec au départ comme objectif le Tournelon Blanc... Mais la météo a quelque peu contrarié nos plans

Magnfique descente par le col de Boveire sur Bourg Saint Pierre

 

Vidéo :

 

 

Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m

Récit :

 

Je n'ai pas trop mal dormi.

Il y a eu du vent toute la nuit, le refuge à couiné, grincé, ce fut une nuit impressionnante.

Je lève un œil, et je vois Thierry déjà en train de se préparer. Je lui demande s'il est l'heure, il me confirme que oui !

En route pour l'aventure, et l'aventure c'est : ce préparer dans la nuit du dortoir, sans réveiller les autre... ou plutôt en tentant de ne pas réveiller tout le monde. En plus , j'ai fait un truc que je fais rarement, j'ai monté mon sac à dos dans ma chambre sans en préparer le contenu. Bref, j'essaie de ne pas éblouir nos voisins, j'essaie de ne pas faire cliqueter cette broche à glace, dont l'unique but dans la vie est de venir faire tintinnabuler sur mes couteaux … tel le traineau du père noël...

 

Se rajoute en plus la fourbure lié à la journée d'hier, et je n'ai aucune souplesse ce matin.

Je descends dans le réfectoire, où le gardien nous accueille. Il surveille particulièrement Anne, qui se sert abondamment. Une tension se crée entre le bourru gardien (pléonasme) et la sportive accomplie ( oui, qui connait un gardien qui n'est pas bourru?) . Je déjeune rapido, je finalise le rangement du sac , et je file dehors préparer mes peaux et mes skis.

Au moins, j'aurais une victoire ce week-end : j'ai mis presque une demi heure à mes deux acolytes pour al sortie du refuge ! Ça sera la seule du week-end.

Je me retrouve donc à glandouiller pendant près d'une demi heure, tandis que les tourtereaux se préparent.

Le vent est là, une alpiniste recherche une de ses peaux, qu'elle avait peu judicieusement laissé à sécher dehors. Le vent l'a emportée...

Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m

Et on démarre. Sur la moraine, je joue mon rôle de leader en menant le petit groupe. Anne lambine derrière, elle démarre en mode Diesel, m'explique Thierry. Le vent est là, le Combin est toujours sous un énorme nuage, à notre gauche, la crête qui mène au Tournelon Blanc est balayée par le vent. C'est pas gagné …

 

Au bout de la moraine, il faut en descendre, c'est glacé, c'est raide, les peaux accrochent mal, je descends prudemment, tandis que je sens la pression d'Anne qui file derrière moi. On se retrouve sur le plat du glacier, le vent forci, on avance d'un bon pas, mais on se fait bousculer par le vent de temps en temps. Il faut de temps en temps s'arrêter, temps les bourrasques nous déstabilisent. Sur la crête du Tournelon Blanc, le vent décoiffe fort, sans doute proche de 100 km/h. Je commence à penser que nous n'irons pas au sommet. On discute avec Anne, on décidera au pied de la pente. En attendant, on avance, bousculés par le vent !

 

Je me pause près d'un rocher, dans un trou abrité du vent, afin de mettre mes lunettes. La tempête est bien là, je décide de renoncer au Tournelon Blanc, il a l'air de faire meilleur à l'ouest du massif... pour l'instant... Je m’inquiète, on va devoir descendre un versant que je ne connais pas, si la tempête s'en mêle, on va devoir jouer du GPS...

Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m

Je poursuis et finis par rejoindre Anne et Thierry au pied du Tournelon Blanc, en fait, pour être honnête, je ne les ai pas rattrapés, ils m'ont attendu... Je leur indique ma décision, vu le vent, ils acceptent, et on file vers l'ouest, traverser le Grand glacier de Panossière. Je stresse un peu au passage de lignes de fissures qui sont sans doute la marque de sournoises crevasses.

Du stress mais pas le choix, il faut traverser. Je finis par retrouver une vieille trace, c'est idiot mais c'est rassurant, alors que le risque est le même. Thierry, Rantaplan, est passé devant. Il prend beaucoup d'avance, je papote avec Anne derrière. Étonnamment, le temps tourne, et il semble faire meilleur sur le Tournelon Blanc. Peut être avons nous pris la mauvaise décision. Anne me propose de faire demi tour. Il est trop tard. On surveille du coin de l’œil si des cordées partent vers le Tournelon... On serait vert.

Ici, coté petit Combin, le vent est moins important et le soleil perce. C'est quand même plus agréable.

 

On rejoint le plateau, Thierry est vraiment loin maintenant, Anne fini par me larguer elle aussi. Je me retrouve tout seul, comme un malheureux, derrière.

Thierry, qui débute en ski de rando (depuis peu de temps) se met à tracer la pente raide. Avec talent, la trace est parfaite, ni trop raide ni pas assez, les conversions bien placée. Il poursuit même au dessus des dernières traces à pied, dans une pente particulièrement raide. Dépot des skis sous une barre rocheuse.

Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m
Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m
Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m

Je ne suis pas encore prêt quand ils partent. Tant pis, je serais encore seul dans la partie alpi. Avec un peu de chance, vu qu'ils doivent tracer, je vais peut être les rattraper... Ben non, Anne est repassée devant, et ils galopent. Pente à 50°, Anne est à fond, elle n'a pas usurpé son surnom de Duracell. Thierry, la colle. Je suis 30 m plus bas. La partie raide s'achève sur une jolie arête. J'en profite pour faire quelques photos, reste un peu de glace, une partie mixte facile et le sommet. Yes !

 

Après la photo protocolaire, on part dans la descente... Et … je me fais également larguer ! Y'a pas de justice ! Moi, le vieux briscard des montagnes, je me fais larguer par un jeune chien fous débutant... Rantanplan est vraiment trop fort. Je descends concentré. D'autant plus que je me rends compte que mes crampons bottent. C'est vraiment la loose, ces crampons Camp Corsa Nanotech. Après avoir cassé la barre frontale l'année dernière aux Dômes de Miage, avoir tordu la barre centrale au Mont Blanc avec Louis, je me retrouve avec des crampons qui bottent à fond, alors que j'ai mis du scotch américain en guise d’anti-botte. Ça n'améliore pas mon rythme. Je descends prudemment, mais je descends, tapant bien les crampons pour débotter. Je finis par rejoindre Anne et Thierry. Quand j'enlève les crampons, je vois la neige collée dessous, … et ça fait peur !

Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m

On chausse les skis, Anne serait chaude pour enchainer avec le Combin de Corbassière, mais j'avoue que je me sens un poil fatigué. Je lui propose de redescendre assez bas pour profiter du ski avant de remonter au col.

Solution validée.

 

Anne part devant, je la rejoins, et Thierry se débat avec la pente. Je passe devant, et je vise le trou créé par une crevasse... enfin, je crois. Hop on remet les peaux, je pars devant, mais rapidement, Duracell et Rantanplan me passent, et me larguent. Je suis vraiment trop nul. Bon, je laisse les deux sportifs partir, impossible de suivre leur rythme au risque d'exploser. Quelques virages suivant, arrive le dépôt des skis, je n'y suis pas encore qu'Anne et Thierry filent dedans, quand je suis au pied, ils sont déjà à mis pente du petit couloir. Je prends le temps de mettre mes skis sur le sac. Et hop, départ pour le couloir, pas trop raide et pas trop long, voici le col et la fin des difficultés, il fait beau. La pause pique nique est la bienvenue. Saucisson, tome de chèvre, reblochon, accompagné de pain au noix, il ne manquait que le vin rouge.

 

Et c'est là qu'est mon heure de gloire, pas due à mes capacités de skieur, mais à la qualité de mes skis, les ZAG Ubac, 95 au patin : ils tournent tout seuls. Et d'un piètre skieur emprunté, la métamorphose donne un chamois des descentes ( si la neige est bonne uniquement …)

Après une petite traversée, on passe à une poudreuse tassée légèrement croûtée, puis, le Graal : de la poudreuse ! Et les Zag, tournent , et font de moi un skieur de compet... Quel plaisir. Anne, avec ses allumettes, s'applique à faire de la godille. J'avoue que je profite des grandes courbes. Quel bonheur !

J’enchaîne les virages à vive allure.

Je fais des pauses pour attendre mes deux comparses.

 

J'avoue que j'ai bien profité de la descente, tout en gérant l'itinéraire.

Après la poudreuse du haut, la transfo en dessous. Puis, à basse altitude, des trous d'eau, le ski qui s'enfonce soudainement dans la fange ! Je parviens à éviter des tomber au prix d'un effort important.

Ce phénomène m'est propre, Thierry et Anne qui doivent peser 20 kg de moins que moi, surnagent malgré leurs skis étroits.

Faudra que je pense à faire un régime...

 

Vient le bas de la neige, un passage sur une piste étroite, avant de quitter les skis à 2OOOm

Reste le portage 40 minutes skis sur le dos pour rejoindre la civilisation.

 

2 belles journées de montagne. Faudra revenir pour le Tournelon Blanc et le Combin de Corbassière !

 

à une prochaine

Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m
Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m
Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m
Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m
Ski de rando : Combin de Boveire 3663 m

Ski de Rando : Petit Combin 3663 m par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats

Apoutsiak — Ski de randonnéealpinismeValaisAnne

Traversée Bourg Saint Pierre - cabane de Panossière

 

pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué... Plutôt que de monter à Panossière par le chemin normal, y acceder en se faisant un joli petit sommet au passage. Bon ça rajoute plein de difficultés et de dénivelés, mais ça offre une jolie course !

 

Vidéo

Topo :

Se garer au Nord de bourg Saint-Pierre en face de la station service (Notre dame de lorette sur la CNS) 1621 m

Remonter la piste qui part vers le nord et rejoindre le Creux du Mat. Poursuivre en direction du torrent d'Allèves.  Passer sous le Boveire d'en Bas 2227 m (Sud) . remonter la Combe de Lane puis virer à droite vers le glacier de Boveire. à 2900 m,  virer dans le couloir en contournant le point 2977 m CNS. Remonter le couloir plein nord avant de basculer vers l'Est dans un couloir secondaire (glacier pendant proprement dit).  Remonter le couloir pour parvenir à la crête; De là, on rejoint le Petit Combin à 200 m.

 

Descente : Par un mouvement enveloppant, rejoindre le glacier des follats que l'on descend surtout en rive droite dnas la seconde partie. traverser le glacier de Panossière avant de remonter sur la moraine qui mène à la cabane (bien visible)

Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats
Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats

Récit :

 

Je le savais...

Je le savais qu'en emmenant Thierry et Anne, j'allais en ch..... Ben oui, ils font du sport H24 ! Elle a passé son temps à aller deux fois plus vite que moi dans mes ascensions des 82 4000 (on a quand même 39 4000 en commun)  et Thierry est un ancien champion d’athlétisme...

Je le savais...

J'allais passer un sale quart d'heure. L'expression est mal à propos, c'est plutôt un sale 10 h ... et 10 h... C'est long !

 

Bref, covoiturage depuis Martigny pour rejoindre Bourg Saint Pierre "La Maudite" ... Ski sur le sac et c'est parti. Il n'y a pas un pêt de neige, on n'a pas fini de porter ...

Comme souvent, on papote. Poliment, mes deux acolytes me laissent devant. Pour faire le rythme, mais surtout pour ne pas me larguer en avançant trop vite. On traverse un torrent comblé par une avalanche et on rejoint le Creux du Mat. Pour l'instant , tout va bien ... Légère hésitation quant à l'itinéraire à suivre, heureusement, j'ai la carte dans ma poche, et zou on repart sur le bon chemin. 2000 m, voilà enfin la neige. Au début on marche dessus pensant qu'il va falloir déchausser. En fait il n'en est rien. on se fait une petite pause pour passer en mode ski. Il y a pas mal de nuages ce qui rend la montée plus facile, on évite le cagnard du printemps. Je trace pour l'instant devant mes deux champions : Duracell et Rantanplan. Bon ben Duracell, vous la connaissez. Rantanplan est le nouveau venu, un peu chien fou qui n'a peur de rien et qui peut suivre son maître pendant des kilomètres en plein désert sans se plaindre. (J'ai longuement hésité entre Rantanplan et Superman... Mais Superman est moins rigolo... NDLA)

 

Pause pique nique avant le couloir.

Pour moi, c'est une boite de filet de merlans à la moutarde. Tout ça en l'honneur d'Yves qui a passé son séjour en Ortles à en manger. J'agrémente ce poisson (Riche en oméga 3 pour les nutritionnistes) avec un petit excellent petit Reblochon, merci Anne et Thierry !

Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats
Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats
Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats

On repart vers le haut, dans une neige bien dure et une pente raide. Anne galope devant Thierry qui la colle. Un an à peine qu'il fait du ski de rando, il se balade dans la pente, conversion après conversion... "Il est fort , ce Rantanplan ! " Je jette l'éponge, la pente devient trop raide pour moi, et je chausse les crampons. Thierry a la politesse de m'imiter, tandis qu'Anne galope vers le haut à ski. On se retrouve à deux, en crampons.  Thierry me laisse sur place, méditer sur l'importance de l'entrainement et la nutrition sur la performance... Faudra que je pense à perdre ces quelques kilos en trop... J'arrive bon dernier là ou Anne met les crampons.

On repart vers le haut avant une petite traversée pour rejoindre l'axe du couloir.

Resouci (ou souci derechef, ce qui est plus correct) de poids. Anne trace devant, Thierry passe derrière, et je laboure la trace en m'enfonçant jusqu’aux cuisses par moment... faudra vraiment que je pense à perdre ces kilos superflus... ( Je crois que je me suis trouvé un surnom : le laboureur.)

Et le laboureur, il a un gros défaut : même quand c'est tracé, il s'enfonce encore, et donc se fatigue même quand il est derrière.

On poursuit vers le haut. Quelques zones en neige méga dure, je parviens alors à suivre le rythme de mes deux partenaires, mais dès que c'est plus facile, je perd du terrain, alors qu'Anne se tape la trace !!! Les pauses sont rares, trop rares, je parviens à de rare moment à passer devant pour réaliser une photo ou une vidéo. Ça casse un peu le rythme, mais ça me permet de revenir (sournoisement je l'avoue) aux avant postes !

Il se met à neigeoter. On a bifurqué dans la seconde partie du couloir. Le tout fait prêt de 800 m, jamais hyper raide, mais tout de même un peu. Ça fait chauffer les mollets !!!

Et on avance, Duracell, l’infatigable, devant. Rantanplan à ses basques, Le laboureur est plus ou moins loin... derrière. Je vie ma vie d'alpiniste laborieux. On progresse, on passe à proximité de la glace du glacier pendant. Anne accélère... Ou c'est moi qui ralenti... La loi de la relativité s'applique sans doute ici.

Tiens en parlant de relativité, petit aparté, je vais vous expliquer un truc incroyable.

Imaginons que vous êtes dans un train...

Ce train fait le tour de la terre... (jusque là, tout va bien également)

Il accélère pour atteindre presque la vitesse de la lumière (299 792 458 m/s largement plus rapide que moi dans le couloir, je sais !)  Juste pour info, il n'atteint pas la vitesse de la lumière (c'est impossible). Si vous avancez dans le Wagon, dans le sens de la marche... Et ben le temps va ralentir.  incroyable non ! Et ben c'est ça la relativité. (en plus vous allez vieillir moins vite)

Fin de l’aparté, revenons en à nos moutons...

Je me retrouve derrière. Anne accélère. Thierry dans la roue (ils font beaucoup de cyclisme). Voilà un laboureur dépressif dans la trace. Je les vois qui rejoignent le goulet final. Le rythme ne faibli pas. Je monte à mon rythme et rejoins le haut du couloir, puis le plateau du petit Combin. Le vent nous accueille. Le plateau est verglacé par le vent. Je trace un peu devant, mais Thierry me dépasse et me laisse sur place. Anne a la gentillesse de faire les derniers mètres avec moi.

Sommet, Yes ! 2100 m de déniv tout de même dont 400 m de portage (pour cause d'absence de neige) et 800 m de portage couloir !

Je tente la roue du sommet comme à l'Elbrus ! et ça passe

Anne en fait de même, avec grâce !

 

Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats
Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats

Après la séance photo, il faut penser à la descente. Et je reprends mon rôle de leader. Ben oui, je suis le seul à avoir étudié le topo. On se fait l'arête à ski avant de basculer. On a choisi de descendre par le glacier des follats, plus technique et plus direct (et surtout, je ne l'ai jamais descendu !!!)

La neige est correcte au début

Rantanplan, qui est, je le rappelle, débutant (ou presque) se débrouille comme un chef. Ça me dégoute, il est doué en tout : en athlétisme, en trail, en triathlon, en ski de rando (montée ET descente !); Il a réussi à se faire la descente, sans faire trop de dérapage !

Après la bonne neige, on se retrouve dans une neige hyper dure et trafolée bien désagréable à skier. Il faut contourner quelques crevasses.  J'ouvre la route. Le vent est bien là, un gros foehn annoncé pour les deux jours.

Derniers virages avant de rejoindre le grand glacier de Panossière. Gros schuss. Avec mon poids, j'assure. Les deux poids plumes ne font pas le poids (Ça a aussi ses avantages ...) Un peu de pousse bâton puis on remet les peaux pour remonter la moraine du refuge.

Et c'est bibi qui trace (pour une fois) Ne vous inquiétez pas, Duracell et Rantanplan sont bien calés dans mes skis !  on rejoint le haut de la moraine, puis ensuite le refuge.

Installation, courte sieste (il est 17 h quand on arrive au refuge) puis excellent repas avec spaghetti aux champignons. Seul regret, il n'y avait pas beaucoup de rabe. Et j'avoue que notre gourmandise... Ce qui m'a fait râlé : voir après le repas que certaines tablées n'avaient pas fini leur plat !... :-( J'avoue j'ai un peu enragé ...

 

Demain, l'objectif est le Tournelon blanc avant de rentrer en passant par le Combin de Boveire...

Une grosse journée en perspecive (mais peut etre un peu moins grosse ;-) )

Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats
Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats Ski de Rando : Petit Combin 3663 m  par le glacier Pendant - Descente par le glacier des Follats

Vidéo : Ski de rando au Combin de Boveire 3665 m

Apoutsiak — Ski de randonnéeValaisvidéo - Les vidéos d'Apoutsiak

Au départ on avait prévu Tournelon blanc + combin de Boveire

un mur de Foehn sur le Grand Combin avec un vent violent nous ont fait nous contenter du Combin de Boveire...

Traversée Cabane de Panossière - Bourg Saint Pierre

Vidéo : Ski de Rando : Petit Combin par le glacier Pendant 3663 m

Apoutsiak — Ski de randonnéeValaisvidéo - Les vidéos d'Apoutsiak

Descente par le glacier des Follats

Traversée Bourg Saint-Pierre Panossière

Raid à ski en Ortles : Jour 5 : dans la tempête

Apoutsiak — Raid à skiSki de randonnée

Dernier jour dansen Ortles, après l'été des premiers jours et les sorties en T shirt, on se retrouve au coeur de l'hiver avec les galères qui vont avec ...

 

Vidéo

Récit :

Bon ben ce coup ci, la perturbation est là. Il a encore neigé toute la nuit. On descend lentement à la cuisine pour le petit dej. il y a de grosses accumulations autour du refuge. Celui ci grince sous les coups de boutoir du vent !

On glandouille, on étudie la suite, et on ne voit rien. Il était prévu de basculer sur MartellHütte, mais les pentes chargées vont nous empêcher de passer le col. On est coincé ici, la solution est sans doute vers le bas, rentrer à la voiture. Dommage, on avait prévu une superbe traversée par le haut le dernier jour : Du Monte Cevedale au  Palon de la Mare, il faudra revenir ...

 

Les heures passent à papoter, on en profite même pour revoir les mouflages...  à 11 h, je décide de faire une sortie vers le col du Zebru. Mes acolytes ne goutent pas de ce jeux là... Je partira seul. Je sors tout équipé, combinaison de combat. Ça bastonne dur. L'important : ne pas se perdre dans cette purée de poix. GPS en route obligatoire.

Je pars en direction du col, flocons à l'horizontal, je n'ai pas trop froid sous mes 36 couches de vêtements. Ambiance polaire. Je me retourne régulièrement, le refuge est balayé par les bourrasques, il disparait de ma vue de temps en temps. Impressionnant.

Je poursuis comme je peux, cherchant des repères visuels qui facilitent ma progression.  Par endroit, le vent a enlevé toute la neige. J'avance sur des pentes peu raides, hors de question de m'engager dans une pente dangereuse dans ces conditions. Le refuge est déjà loin, je ne le vois plus depuis longtemps. J'ai presque chaud, malgré cette météo dantesque.

La pente se redresse, j'ai fait près de 200 m de déniv. impossible de poursuivre par ce temps. J'enlève mes peaux et je fais demi tour

A présent il faut retrouver le refuge. Mes traces de montée ont disparu. Je regarde la trace sur le GPS, le refuge n'est pas non plus à 10 km...

Je tire sur la gauche, retrouve une zone légèrement rocheuse qui me sert de repère visuel, et je me retrouve à 500 m du refuge, toujours balayé par les vents. Je fais un détour vers les américains qui ont fait une sortie DVA, avant de rentrer, content de retrouver l'abri du refuge.

 

Raid à ski en Ortles : Jour 5 : dans la tempêteRaid à ski en Ortles : Jour 5 : dans la tempêteRaid à ski en Ortles : Jour 5 : dans la tempête

On décide de rentrer dans une heure. Tandis que Nath profite de sa grippe dans la chambre, on mange l'un une pizza, l'autre un gâteau. Puis on boucle les sacs, et c'est reparti dans le mauvais. Devant le refuge, un gars nous conseille de suivre les poteaux électriques (excellent conseil)

Visibilité nulle (toujours) je vois bien que mes associés veulent me laisser devant, me taper la trace et régler les problèmes de visibilité. Et je trace, il faut souvent pousser sur les bâtons dans cette descente. On d'un poteau à l'autre, c'est sans intérêt mais on progresse. Le vent se calme, par contre il neige à gros flocons. Chacun commence à s’inquiéter de savoir si on va pouvoir sortir du parking... Pour l’instant, il faut l'atteindre...

On enquille poteaux, et on arrive à proximité d'un pont. Au choix, suivre les poteaux (et descendre) , ou traverser le pont et remonter de l'autre coté. On choisi la seconde solution, par prudence. il faut remonter, en position ski, et tracer, la galère. C'est long et usant,  mais on y arrive. On attaque la descente, la visibilité est meilleur, on peut couper les virages et skier. malheureusement,  on commence à  toucher les cailloux, il n'y a pas une assez grosse sous couche, la loose jusqu'au bout, et c'est pas fini.

On retrouve la piste, la voiture n'est plus qu'à 500 m. Là voilà, je regarde avec inquiétude la route d'accès. Va t'on parvenir à remonter les 200 m ? Nath n'y croit pas. J'ai de l'espoir, je suis d'un naturel optimiste ...

 

Raid à ski en Ortles : Jour 5 : dans la tempêteRaid à ski en Ortles : Jour 5 : dans la tempête
Raid à ski en Ortles : Jour 5 : dans la tempête
Raid à ski en Ortles : Jour 5 : dans la tempêteRaid à ski en Ortles : Jour 5 : dans la tempêteRaid à ski en Ortles : Jour 5 : dans la tempête

Il neige toujours, la voiture est là. On range rapido les sacs et les skis, et zou on pellete autour de la voiture pour la dégager ( 50 cm de neige !). Yves installe brillamment les chaussettes. et zou grosse marche arrière sur le parking... Ça passe YES. Pour l'instant c'est plat ! Plus qu'à monter.

première tentative qui avorte au quart de la montée. C'est pas gagné. Je propose de pelleter la trace. Je me lance. Nettoyage de la trace de la roue gauche. Plié en deux sur ma pelle à neige, je pellete. Travaille harassant... Et tel Sisyphe, travail sans fin, il neige derrière moi !

J'enjoins Nath a s'occuper de la trace de route droite.  Elle fait 10 m et s'arrête ! J'en suis déjà presque à la moitié. En bas Yves peaufine l'installation des chaussettes.

Mon travail sans fin progresse. Ne reste qu'un quart du chemin à pelleter (avant de faire la seconde roue)

Yves fait une tentative qui échoue à plus de la moitié. Sans doute aurait il du attendre qu'on dégage la trace de la seconde roue. Maintenant c'est tout damé, ça va glisser...

Je termine la trace de gauche et attaque la droite par le haut jusqu'à la trace d'Yves (si vous n'avez pas tout compris, ça n'est pas grave) Plus d'une heure que je pellete. J'ai une technique assez efficace : je pellete 2 - 3 m puis je fais une pause. J'enrage quand je vois que Nath est en train de passer des coups de téléphone et de mettre des photos sur les réseaux sociaux... A deux on serait... calcul... 2 fois plus rapides non ?

Yves monte au refuge Forni, au dessus du parking, pour trouver de l'aide. A priori le chasse neige est passé il y a 1 h, il repassera dans 1 h 30 si tout va bien...

Finalement, Nath ayant trop froid, Yves lui propose d'aller au refuge Forni, je lui aurais bien proposé de pelleter un peu : ça réchauffe...

Nouvelle tentative, échec, la chaussettes gauche est broyée.

Il neige tellement qu'il faut re-dégager la trace (déjà 20 cm de poudreuse se sont déposés depuis notre arrivée !) Sisyphe ! 1 h 30 que je passe ma vie avec ma pelle à neige...

Je motive Yves pour qu'on dégage la trace à 2; Et c'est parti !

Quand un gros 4X4 Land Rover avec des chaînes à l'avant et à l'arrière vient depuis le haut. Je décide d'aller lui demander de l'aide. En fait, c'est un taxi italien. "Les chaussettes : La mierda" ! Ils nous conseille d'aller à 20 km d'ici d'acheter des chaînes , et de nous ramener.

Ok pour nous Et c'est parti, Forcement avec le 4X4 et les 4 chaînes, ça passe tranquille. Mais pas rapide. Il descend prudemment, mais ça glisse quand même, la quantité de neige est impressionnante.

Dès que je suis monté dans le 4X4, j'ai eu froid, jusqu'alors, tout allait bien. La neige qui me recouvrait à fondu, je suis trempé, et vu qu'il ne fait pas très chaud...

40 minutes plus tard on est au garage. Le garagiste n'a que des chaînes assez chères à proposer. On n' a pas le choix.  On les prend et on remonte. Re-40 minutes plus tard, on arrive au parking. Le taxi nous aide à mettre les chaînes (il est même super efficace); je suis transi de froid et laisse tout le monde s'affairer.

Enfin, on est prêt, on remercie notre taxi (et on le paye) et go pour la loooooongue route.http://alpinisme.over-blog.net/-2

 

pelletage à Forni...

C'est Yves qui prend le premier relais. Il avance prudemment et assez vite on se retrouve derrière un chasse neige.

Arrivé au village, il passe la conduite à Nath

Et Nath, elle ne conduit pas.... elle pilote !  Un vrai mec; Elle gueule derrière le camion Slovène qu'elle ne parvient pas à dépasser. Elle dépasse à des endroits plus que dangereux. Elle roule à fond, coupe les virages

J'ai l'impression de retrouver notre chauffeur de l'Elbruz .

"J'ai peur !!!"

Yves, derrière, est circonspect : c'est sa voiture.

Nath et Yves enlève les chaînes dans un tunnel, j'avoue, je suis congelé, je ne suis pas sorti de la voiture.

Un vrai rallye que cette descente vers Milan.

Je tente de papoter avec Nath, qui n'entend rien, elle a une oreille complètement bouchée ...

Yves reprend alors la conduite avant de me la repasser après la mégapole.

D'un coup, tout le monde s'endort. Et je me fais l'autoroute Milan Turin, seul éveillé dans la voiture. Yves reprend le volant dans la montée au Grand saint Bernard. Surprise dans le tunnel. Il est possible qu'on soit arrêtés pendant une demi heure ! Pas cool...  Heureusement, la pause ne dure que 10 minutes.

On laisse Yves à Martigny, et je dépose Nath à Aigle avant de retrouver ma Franche comté.

Fin d'une jolie semaine

Il faudra revenir !

 

FIN

Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)

Apoutsiak — Raid à skiSki de randonnéealpinisme

Ah, le sommet des rois... le Grand Zèbre, ce sommet devait marquer l'apogée de la semaine, la perturbation est venue jouer avec nous. Je crois qu'elle a gagné

 

vidéo

Topo

Depuis le rfuge Pizzini, remonter en direction du gros bastion rocheux évident au Nord. Le contourner par la droite ou par la gauche (on est passé par la gauche et ça m'a paru plus court.

Rejoindre le pied du couloir

Couloir 40-45° qui mène en 200 m au col : Paso di Bottigla

De la remonter en longeant les rochers à main gauche puis remonter la face (50°) pour gagner un petit couloir qui permet de mener au sommet

Note : les 200 derniers mètres n'ont pas été parcourus.

topo du grand Zebru - en vert : non parcouru :-(

topo du grand Zebru - en vert : non parcouru :-(

Récit

Nous avons négocié un réveil à 6 h 30 (logiquement c'est 7 h) j'esperais secrètement devancer la perturbation annoncée dans la journée. Nath restera au refuge (elle a la grippe) on retrouve ainsi l'équipe de choc, à 7 h 30 devant le refuge, globalement nuageux avec quelques percée de soleil.

cette nuit, il a bien neigé, et le vent n'a rien arrangé : il y a de grosses accumulations et plus aucune trace sur le glacier. Il va falloir tracer... Et je m'y colle. Et zou, comme un dessin de Samivel, je m'amuse à faire une trace élégante (c'est important) Je louvoie, de droite, de gauche, essayant de faire une trace logique et esthétique. Le soleil joue avec les nuages, nous offrant de jolies perspectives. Le sommet du Gran Zebru, objectif du jour, reste sous la bonne garde d'un gros nuage.

 

Le sommet, venons en, j'adore son nom : En Italien, Gran Zebru : le Grand Zebre. J'imagine le magnifique animal, broutant au sommet. Avec la tranquilité liée à l'absence de Lion. J'espère juste que nous pourrons le voir.

Son nom Allemand est un appel : Koenigsspitze : le pic des Rois. Bon ben, on est les rois, le pic est là bas, il n'y a plus qu'à s'y rendre et ainsi faire la synthèse. On y sera à notre place.

Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)
Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)

Je trace, je trace, mais je sais que je vais devoir traver la partie alpinisme. J'ai donc l'idée saugrenue, de laisser passer Yves, afin qu'il joue aussi dans la neige fraiche. Grave erreur, comme d'hab, je me retrouve largué, et bien entendu déprimé. Classique. Bon  il fait une  pause et m'attend, je repasse devant avant de refiler me mistigri de la trace. La fin est raide, la neige ultra-dure avec une fine couche de poudreuse dessus. Le temps tourne, le soleil a filé, ne reste  que le plafond nuageux et le vent... Bien présent. C'est pas gagné. La remontée au pied du couloir est un peu galère, les appuis mal assurés.

Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)

Dépôt des skis, crampons, piolet, baudrier encordement.

Je sais que j'ai pris les crampons light, à la voiture, j'ai hésité, crampons classiques sans souci, ou les light avec un souci de réglage... J'ai choisi la légèreté, il va falloir assurer. Jeremotne le couloir, dans la tempête, on se fait balyer par le vent, il neige un peu. A mi couloir, je perds mon crampon gauche, j'avais bien vu deux minutes avant qu'il y avait un souci, mais je pensais , j'esperais que ça tiendrait. Je le refixe. Mais je n'ai plus confiance, je bascule en rive droite du couloir essayant pr là d'éviter le vent. Echec.  Il faut régler le crampon. Tout est compliqué dans la tempête : enlever le sac et le crampon, sortir le couteau suisse, trouver le tournevis et dévisser, tout ça dans une pente à 45°. Le tout dans le vent et les bourrasques de neige... Je dévisse, tour après tour, sans gants !

C'est long, Yves, poli, ne me fait aucune remarque, alors que j'ai déjà cassé ces crampons, sur l'arête de la Bérangère aux Dômes de Miage, au plus mauvais moment.

Je dévisse, tout en essayant de ne pas sortir complètement la vis, il me faudrait alors retrouver le pas de vis, et dans ces conditions, ce serait alors mission impossible. Enfin j'y suis, je sers le  crampons de un cran... Et je revisse. J'y suis, je réenclenche la talonnière du crampon. ca force mais ça passe; Pourvu que rien ne casse à présent. Ça serait dommage de prendre un but maintenant...

 

On poursuit vers le haut et on rejoint le col, dans le vent, devant nous la Grande Face du Mont Zébru apparait en partie, oui , nous allons pénétrer dans les nuages.

La suite se fait le long des rochers, à gauche de la grande pente de neige; Un passage assez raide mais pour l'insntant on voit bien les traces . Il neige à gros flocons, avec le vent, parfois à l'horizontale !

Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)

Au dessus la trace part dans la face, en diagonale. J'arrive à la suivre, même si je dois tout retracer, la neige est bien présente et bien accumulée. J'avance, je sais qu'il ne reste pas grand chose, 200 250 m tout au plus, une grosse heure pour arriver au sommet. Malheureusement, il n'y a plus de trace. Je poursuis droit vers le haut. Je me prends une première spindrift, je sais que la fac est énorme, attention à une éventuelle accumulation. J'avance tout en cogitant. Je ne vois plus rien, 10 m tout au plus. Brouillard vent et neige .  Je n'ai que les lunettes de soleil, mais j'y vois assez bien. Je réfléchis à la situation, je me retourne, je vois Yves  qui me demande ce qu'on fait ? Bon ben quand on est deux à se demander si c'est raisonnable, c'est sans doute qu'il est temps de faire demi tour. Pas envie de se prendre la montagne sur la tronche, pas envie de galérer pour retrouver la trace à la descente, sachant que delà, ça ne va déjà pas être simple.

Les rabasses de neige sont là pour nous aider dans notre choix si ça n'avait pas déjà été fait.

Demi tour donc. en dessous, plus de trace dans cette pente à 50°; On perd de l'altitude relativement rapidement en essayant de trouver le petit couloir le long des rochers à main gauche. Je scrute le GPS, les lunettes me gênent, je les soulève, erreur, le givre les envahie et me défonce les yeux. Bon pour la parie GPS on est à 10-15 m de la trace... Yves repère l'entrée du couloir, le reste ne demande plus de s'orienter.  La descente le long des rochers est difficile, mes lunettes se remplissent de buée. Quand je les ôte, je me prends la neige en plein sur la cornée. Les conditions sont difficiles. on rejoint le  col. De là, on galope dos à la pente dans le couloir pour rejoindre nos skis.

 

Toujours le vent, toujours la neige, mais le brouillard est au dessus. A nous la poudreuse. On est vite sur les skis, premier virage, sous la douce poudreuse, de la glace travaillée par le vent. Et bim, le ski qui se coince. Et boum arrêté , et vlan... par terre ! Je bascule lourdement à gauche et tombe sur mon bâton.  Pile sur la plaie qui avait du mal à cicatriser suite à un gros soleil en VTT il ya 15 jours. J'ai mal au bras... J'ai mal à l'épaule. La neige est pourrie. Flûte ! Je me redresse... contus !

Je repars prudemment dans la pente, en fait la neige est dégueulasse dans le raide, je vois qu'Yves galère à ma gauche.  On se retrouve quand c'est moins raide, la neige est bien meilleur. C'est agréable. Nos jolies traces de ce matin on complètement disparue.

Le sommet du Grand Zèbre reste dans les nuages. Retour au refuge, le temps s'est un peu calmé. Je passe voir le gardien lui annoncer notre mauvaise fortune.

On passe le reste de l'après midi à papoter, à bouquiner, à dormir, à reagrder les groupes arriver ou partir du refuge.

Et la soirée à manger le délicieux repas gargantuesque des gardiens.

Le gardien nous a proposé soupe de carotte ou gnocchi

Au départ on souhait, Yves et moi , gouter les gnocchi, mais le gardien nous fait comprendre que..

va pour la soupe de carotte.

Bilan : une soupe à tomber par terre, et, bien entendu, des gnocchi ... avec du rabe .... et ce ne fut que l'entrée ! Bon on a accompagné tout ça d'un bon vin rouge de la vallée. La vie est belle !

 

 

 

Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)Ski de rando : But au Gran Zebru - 3851 m (Koenigsspitze)

Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m

Apoutsiak — Raid à skiSki de randonnéealpinisme

Deuxième belle grosse journée de montagne, comme je les aime.

 

Vidéo

Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m

Topo

Monte Pasquale 3553 m :

Depuis le refuge Cesare Branca, remonter le vallon Nord Nord Est au dessus du refuge en direction du col Pasquale.

venir buter contre la partie raide

Remonter la base de cette partie raide puis prendre le couloir de gauche

Plusieurs choix s'offrent à vous.

1°) Rester dans le couloir le plus à gauche pour déboucher juste sous le Monte Pasquale.

2°) rebasculer dans le couloir de droite et sortir au col à gauche. De là, longer la base des rochers sur 50 m avant de remonter un petit couloir qui permet d’accéder à un plateau qui mène assez logiquement au sommet

3°) Accès direct au Monte Cevedale en montant au col de droite puis remonter l'arête du Monte cevedale, traverser à gauche (pente raide parfois en glace) et rejoindre la voie Normale du Monte Cevedale

 

Monte Cevedale 3769 m

Du col Pasquale, redescendre sur le plateau à 3200 m du Monte Cevedale

Remettre les peaux, remonter le glacier assez raide 35° (voir un peu plus) vire à droite sous la barre rocheuse qui coupe la pente, puis remonter en direction de l'arête (séracs et crevasses à main droite) Du dépot des skis, on longe l'arête versant Sud  puis sur le fil sur les 100 derniers mètres (facile quand tracé ...)

 

Descente :

Par le même itinéraire jusqu'à 3200 m puis évident pour rejoindre le refuge Pizzini

 

Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m
Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m

Récit

 

Les départs en Italie sont tardifs... Oui, avec un réveil à 7 h, il n'est que 8 h quand tu te retrouves sur la terrasse du refuge ski aux pieds. Tout le monde est dehors, personne ne démarre, finalement, on se décide, on sera devant.  Et notre petit groupe s’élève au dessus du refuge, avec un groupe de 4 derrière. Je mène les hostilités , imprimant un classique rythme, lent mais régulier.  La vue est superbe sur les sommets atteints hier : Pizzo Tresero et Punta San Matteo. Les appareils photos en ont vibré de plaisir !

On maintient le rythme jusqu'au pied du col, la pente se redresse, l'occasion d'une petite pause ravito bienvenue.  On met les couteaux et on repart vers le haut. Le groupe de 4 qui nous a rejoint pour la pause, nous demande de ne pas faire une trace trop raide, et ça tombe bien, "c'est pas le genre de la maison" . En plus , la trace, et il faut dire qu'elle est parfaite, même si elle a été parfois couper sauvagement par des descendeurs.  Je suis donc la trace, Nath derrière moi, et Yves en serre fil. On est obligé de le mettre là, dans le cas contraire, il file devant et on ne le revoit plus !

 Bref, ça grimpe, 2 "collants pipettes" nous déposent dans la montée, sans couteaux, ils avancent à une vitesse supersonique.

Je les observe avec admiration : C'est raide et verglacé quand même.  Nath, voyant la pente, et la qualité de la neige, décide de monter à pied... Mauvaise idée. C'est désagréable à ski, mais ça passe. Avec Yves, on poursuit. La trace est moins nette, il faut plus assurer. Plus on monte, plus la pente est raide, les deux collants pipettes, toujours sans couteaux, parviennent à remonter un passage que tout le monde passe à pied ... Trop fort. Bon ben nous on met, plus classiquement les skis sur le sac, Yves prend ses crampons, j'y pars sans, 12 m à 45°, nous voici au col. Nos collants pipettes ont pris la direction du Monte Cevedale par l'arête. Il ne reste que 300 m, ça semble dans la poche.

Quand Yves arrive, il est moins optimiste. Nath est dans le dure en dessous. Elle ne souhaite pas monter au Monte Cevedale, et la pente en dessous semble bien pentue pour la skier.

Bilan, changement de programme, il faut aller à l'autre col, redescendre la partie raide, contourner un sommet rocheux au milieu du col et remonter de l'autre coté...

Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m
Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m
Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m
Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m

Sitôt dit, sitôt fait, on se retrouve du coté du col qui permet de descendre plus facilement. On change d’objectif, on va essayer de faire monter Nath au Monte Pasquale. Un groupe avec guide monte à pied par l'arête. J'ai repéré un judicieux couloir un peu plus à droite en neige. Au dessus, c'est magnifique. par contre le manque de neige de ce début 2019 est flagrant, des portions de glaces apparents sans un centimètre de neige. Même avec les crampons ,c'est spectaculaire d'y marcher. On remonte jusqu'au sommet, où on retrouve un groupe de Français. Nath, en dessous, à retrouvé son Dom Juan, guide Italien. Ils sont déjà en train de faire des photos avant d'arriver au sommet. Vous la sentez la nouvelle idylle.

Au sommet, ben c'est la classique séance photo, Yves avec les chocolats aromatisés à l'alcool, Nath et son drapeau de lutte contre l'endométriose, et moi... sans rien.

Au loin, on voit des barbelés, stigmates de la première guerre mondiale et de la guerre des glacier entre les Autrichiens et les Italiens. Il y a même des baraquements sur certains sommets...
 

Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m

On redescend à pied au col. Puis on chausse les skis pour une partie raide. Tandis qu'Yves virevolte dans la raide face. Les deux champions du dérapage se font concurrence. J'ai juste un avantage par rapport à Nath, je vais un poil plus vite (mais ça ne se joue à pas grand chose)

Voilà la rimaye, sournoise (les rimayes sont toujours sournoises), avide de cher fraîche, mais maquée d'une fine pellicule de neige instable (enfin je n'en suis pas sûr, mais j'imagine) Bref dérapage avant, pour aller à ce qui semble le plus solide, Je me retrouve dans des gravillons, virage. Yves me gueule, "je t'avais dit de tourner avant" trop tard. La rimaye ne veut pas de moi, ça passe Nath met quelques minutes à nous rejoindre, elle suivra le bon itinéraire, elle.

On arrive à enquiller quelques virage que voilà déjà le lieu du divorce. On laissera là Nath qui descendra avec Dom Juan tandis que je parviens, difficilement, à convaincre Yves de monter au Monte Cevedale. Je fus même à deux doigts d'échouer.

Nath étant entre de très bonnes mains (trop) On repart vers le haut

Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m
Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m
Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m

Bon, j'avoue, le temps est en train de tourner. Les nuages sont là, un peu plus haut, ils nous attendent. Et ça n'est pas très engageant. Je suis devant, Yves, derrière , vient régulièrement taper dans l'arrière de mes skis, je ne dois pas aller assez vite. Je fais quelques images , et Yves passe devant et fini par me larguer. Flûte... On bascule le long de grosses crevasses. A présent, il neige, pourvu qu'Yves ne se démotive pas (sa motivation n'était déjà pas énorme au départ) Mais non, je le vois  qui avance. On est dans le brouillard, la visibilité se réduit. Tout est blanc. la vue ne va pas être énorme au sommet. La trace d'Yves avec la neige s’efface. On est passé du beau temps au mauvais, en une heure...

 

Le dépôt des skis arrivent, il y a une 30 aine de skis là. Mais les cordées redescendent. Seul un groupe de 8 est en partance pour le sommet.  On laisse les skis et les sacs, n'emportant qu'appareil photos et équipés de piolet crampons.

Une énorme trace nous permet de suivre facilement le chemin du sommet. On passe la rimaye, le groupe est juste au dessus de nous, on les aperçoit quand les vagues de brume se dissipent un peu.

Dernière arête, on contourne un baraquement empli de neige et on rejoint les autrichiens au sommet. Dans le brouillard. On papote avec eux, ils partent. On ne fait pas long feux, un trou dans les nuages nous permet d'envisager la course du dernier jour entre ce sommet et le Palon de la Mare, mais on n'en est pas là...

Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m

Descente...

Au bout de 5 minutes on rattrape les Autrichiens qui nous laissent gentiment passer. Puis on galope jusqu'aux skis. Visibilité nulle heureusement qu'il y a la trace. On ne perd pas de temps, et nous voilà à ski, la suite va  se faire au GPS, et je sens qu'Yves s'en remet complètement à moi. Moi qui deste skier dans le jour blanc, me voilà servi. Et pas la peine d'attendre les autrichiens, ils ne descendent pas par ici.

Je skie doucement, essayant de trouver d'hypothétiques traces, faisant le point sur le GPS bien régulièrement. La couche nuageuse ne doit pas être si longue que ça. J'essaie de retrouver quelques vagues repères notés à la montée. Le souci, c'est que les repères, ce sont des crevasses ou des séracs. Je propose à Yves de passer devant, pour me reposer un peu, il décline mon invitation. Dommage, je sens que je nous ai mis dans la mouise et que je dois nous en tirer.

Avec le GPS et les rares repère visuels, je parviens à progresser, et à passer sous les nuages... YES !

On y voit clair (ou presque)

Reste la grande pente, et moi, je dis, à grande pente, grande traversée, je commence par couper la pente pour trouver la meilleur neige... Ben non, neige dure et trafolée. Pas glop, mais ça passe, j’enchaîne les  virages, Yves aussi, on se retrouve à 3200 m, les difficultés derrière nous.

Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m
Raid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 mRaid à ski en Ortles Jours 3 : Monte Pasquale 3553 m - Monte Cevedale 3769 m

Les grand schuss vont se succéder avec pour objectif, d'atteindre Pizzini au mieux, sans avoir à trop pousser. On fait peu de pause, on cherche à tout moment la meilleur trajectoire pour enrouler ce grand vallon glacière. Quelques petites remontées et voilà Pizzini

 

Nath sort nous accueillir (oui son chevalier servant est redescendu dans la vallée) Le refuge est nul : pas de téléphone, pas de WIFI

Mais Nath , il n'y a pas qu'internet dans la vie.

En fait le refuge est pas mal du tout, chambre de 6 pour nous 3, et nourriture 5 * (voir même plus) avec rabe à l'infini !

On a le temps de se poser, de faire secher, de se reposer avant de manger.

Demain, l’objectif, c'est le Gran Zebru, si la météo le permet, rien n'est moins sûr, la perturbation semble déjà là...

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>