Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Petit Alpiniste Illustré

Le Petit Alpiniste Illustré

by Apoutsiak

Sphynx depuis Konkordiahutte - ski de randonnée

Apoutsiak — Ski de randonnéeOberlandRaid à skibut
 hésitations sur la météo, capricieuse, nous rentrons à bon port vaincu par ses affres et ses caprices.

(vidéo en bas de l'article)

Topo

Depuis Konkordiahutte, descendre les escaliers (raides) et mettre les skis ( avec les peaux dessous !) remonter le Jungfraufirn en restant d'abord en rive gauche puis en son centre. Viser le sphinx, l'entré se situe versant Est ( 3450)

Carto profil et Fichier GPS




Fichier GPS au format GPX ( clic droit enregistrer sous)
Profil : cliquer sur l'onglet

Météo :

Brouillard, jour blanc, tempete

Récit.

Au départ, au programme de ce 3ème jour : le Grossgrunhorn. Joli 4000 de l'Oberland, une première partie assez raide à ski et les 150 dernier mètres en mixte facile, la course est côté PD+ en alpinisme. Le réveil a sonné à 4 h 30. Au cours du déjeuner, nous nous rendons compte qu'il neige dehors, il faut changer le programme. Nous décidons de quiter le refuge et de remonter au sphynx, nous peaufinerons le programme en fonction des évolutions météo : différentes solutions :
Remonter vers le Trugberg et basculer vers le sphinx par la Monschjochhutte ( si la météo est mauvaise on laissera tomber le Trugberg)
ou remonter directement au Sphinx.

Arrivés sur le glacier, les nuages stagnent à 4000, les matthieux ne sont guerres motivés pour attaquer le Trugberg. Je me range à la décision de la majorité , un peu déçu. Nous "remontons " la bien plate Konkordiaplatz, au loin, deux points nous précedent. Aujourd'hui, c'est au tour de Mathieu d'être malade. J'envisage de gravir à la va vite la Jungfrau. Mais la météo me rappelle à l'ordre, au fond, le ciel est noir derrière le sphinx, et il se remet à neiger, il faut rentrer !
Mon appareil photo tombe en rade de batterie, dommage, ça m'occuppait, après une pause, je prends mon rythme. Le mauvais temps est là, jourblanc, visibilité réduite aux pans de glaciers environnants, des bourrqsques de neige nous eznveloppent. Je vérifie  que les deux Matthieux restent en visuel de temsp en temps. puis voilà l'entrée du sphinx. J'attends les deux Matthieux en les encourageants. Nous rentrons, et prenons le train suivant pour une longue descetne dans la vallée ! Arrivés à la petite Scheidig, la Jungfrau est dégagée, je n'y comprends rien, en 1 h 30  la météo semble avoir completement changées. Nous sommes peut être partis trop tôt. Trop tard, nous descendons vers Grund et Grindelwald. Fin d'un trop court mais très joli raid, dommage que la météo ne fusse pas meilleur.

Photos

Départ sous la Konkordiahütte et ses 200 mètres d'échelles...

Konkordiahütte

a chaque jour un "Matthieu" différent en difficulté...


vidéos
:





Raid en Oberland - les liens


Part One : Wildhorn - Wildstrubel

1er jour : Wildhorn depuis les Rousses (par les Audannes) descente sur Wildhornhütte (3246 m)
2ème jour : Wildhornhütte - Wildstrubelhütte
3ème jour : Wildstrubel  (3243 m) et retour aux Rousses

Par Two : Glacier d'Aletsch


4ème jour : Mönch
5ème jour : Gross et Hinter Fiescherhorn (4048 et 4025 m) Grunhornlucke Konkordiahütte
6ème jour : remontée au Sphinx

Ski de randonnée : Traversée du Grosses et de l'HinterFiescherhorn

Apoutsiak — Ski de randonnée4000alpinismeRaid à skiOberland
Magnifique journée de ski de randonnée, 2ème jour du raid en Oberland après le Mönsch la veille
(vidéo en bas d'article)


Matthieu à proximité du GrossFiescherhorn

le parcours en résumé :

Départ du Mönchsjochhutte
Ascension du Fieschersattel
GrossesFiescherhorn
Hinterfiescherhorn
Descente versant Est sur le Walliserfiescherfirn
Grunhornlucke
Konkordiaplatz
Konkoriahutte

Topo :

De la Monchsjochhutte ( 3657 m ) basculer versant Est sur l'Ewigschneefald. Viser le bas du glacier  qui mène au Fieschersattel ( environ 3250 m !) Remonter le glacier en direction du col plutôt rive gauche. A l'applomb du col, mettre les skis sur le sac et remonter vers le col, fin en mixte facile !
Du col, passer lrepremier éperon rocheux versant Est et remonter vers l'arête. L'arête alterne des portions en neige avec des portions rocheuses faciles qui se passent en glénéral par le fil, de toute façon ,c'est évident et le rocher est bon !

Sommet du Grossesfiescherhon 4048 m.

Rejoindre le col, basculer versant Est et remonter les pentes de l'hinteressfiescherhorn. Laisser les skis à la rimaye, gagenr le fil de l'arête et par des rochers faciles le sommet !

Sommet de l'hinteressfiescherhorn 4025 m

Revenir en arrière et basculer sur le walliserfiescherfirm passer sur la courbe de niveau 3600 m ( carte suisse) et basculer rive gauche (crevasses séracs) passer à proximité du point 3433 et poursuivre jusqu'au plat du glacier. Traverser le glacier pour parvenir à la base de la Grunhornlucke ( 3070 m)
Remonter la grunhornlucke et basculer versant Ouest sur le Gruneggfirn rejoindre la base de l'eperon menant à la Konkordiahutte. Remonter les escaliers jusqu'au refuge (environ 120 m) 2850 m. (SAC)

Carto profil et fichier GPS



Profil : cliquer sur l'onglet

Fichier GPS format GPX clic droit, enregistrer sous.

Météo - conditions :

Beau temps, gros cagnard sur le Walliserfiescherfirn au dessus de finsteraarhorn hutte
légère brise dans al remotnée à la grunhornlucke
mais beau !

Récit

Après une nuit accompagnée d'un ronfleur de competition, à 5h 30, nous nous levons. Petit déjeuner, préparation et nous voilà sur le glacier. La neige est irrégulière, rapidement il faut tracer jusqu'à la base du ieschersattel. Mathieu est loin devant, l'autre, Matthieu, loin derrière. Nous nous regroupons au moment de peauter à 3250 m , 150 m en dessous de ce que nous avions prévus. Il faut remonter vers le Fieschersattel (col). Je m'accorche au rythme de Mathieu, qui est bien régulier, tandis que Matthieu galère un peu derrière. Une pause permet de nous regrouper, nous repartons, passage de rimaye puis il faut dépeauter, il est temps, ma peau pleine de neige, s'enlève toute seule ! pourvue qu'elle tienne toute le raid... Skis sur le sac, l'ordre des alpinistes est le même. Je tourne quelques images pour ce blog ! dans la pente, c'est toujours plus impressionant. Je finis par rattraper Mathieu qui hésite sur la sortie à prendre. Je décide de prendre l'option des deux suisses que nous accompagnons depuis 2 jours, dans le mixte. Le rocher est bon, il faut juste faire attention et je sors sur l'arête rapidement. Je me remets à tourner des images des Matthieux soufflants dans le passage teshnique et assurant chaque pas. Enfin nous voilà au Fieschersattel. Nous partons sans les skis vers le sommet, les Suisses qui filent à 200 à l'heure nous ont conseillé de contourner les premiers bastions rocheux. Je m'execute, un peu trop, après de la glace vive facile, voilà un passage rocheux délicat, je passe après une longue hésitation, au moment de rejoindre la galce, mon crampon gauche s'enlève, position précaire, je décide de réaliser un relai pour améliorer cette situation. Matthieu me rejoint, la pente qui suit est raide (très raide), nous décidons de faire demi tour. Crampon remis, nous repartons et trouvons le bon passage un peu avant. La sutie est une succession de névé et de passages rocheux faciles jusqu'au sommet (enfin, ça monte et ça descend  assez souvent tout de même ...) Enfin, le sommet, nous n'y resterons pas longtemps, nous observons Mathieu sur l(Hinterfiescherhorn ( hésitants entre lui et ... une vierge !)
Retour au Fieschersattel, je décdide de gravir l'Hinterfiescherhon à fond pour ne pas perdre trop de temps. Je mets les skis, les peaux et file. Je rejoins rapidement la rimaye où Mathieu m'attend. Il me propose de s'occupper de mon matos pendant que je file au sommet. Et je file , et en 5 minutes je suis au sommet. Je vois Mathieu en bas qui me conseille, je redescends, de nouveau les skis et nous rejoignons Matthieu. Le début de descente est difficile pour moi. La neige est inégale et je me gauffre à deux reprises : dans la croute ! C'est toujours épuisant de se relever. Puis la qualité de la neige s'améliore, moquette, légèrement transformée. Il faut rester concentré il y a de grosses crevasses. Nous filons rive gauche du glacier. puis c'est la descente entre les crevasses et lle long des séracs, un peu stressant. Nous rejoignons le plat du glacier sous le cagnard. Nous traversons le WalliserFiescherhonfirn. jusqu'au pied de la Grunhornlucke. Il faut repeauter, je me mets dans la roue de Mathieu, tandis que Matthieu débute sa grosse galère . Nous rejoignons relativemetn rapidement le col et Mathieu descend aider Matthieu. ( faignant que je suis, j'ai hésité à descendre l'aider sans bâton... anticipant la grosse galère pour remonter à pied...)
Du col, excellent ski pour rejoindre la Konkordiaplatz. Puis c'est la remontée à la Konkordiahutte par les raides mais efficaces escaliers.

Arrivé au refuge, il y a une buvette sur la terrasse, et le soleil seche le matos. Nous profitons de la vue exceptionnelle sur le plus grand bassin galcière des alpes !

Photos :


Départ de la Mönschjochhütte

En Oberland, les glaciers sont grands et parfois très plats ( nos amis Suisses)


L'Aletschhorn


Matthieu devant le glacier d'Aletsch et la Konkordiaplatz ( grand et plat....toujours !)

La pente se raidi


Mathieu au Fieschersattel





Matthieu au FiescherSattel


Vidéo







Raid en Oberland - les liens

Part One : Wildhorn - Wildstrubel

1er jour : Wildhorn depuis les Rousses (par les Audannes) descente sur Wildhornhütte (3246 m)
2ème jour : Wildhornhütte - Wildstrubelhütte
3ème jour : Wildstrubel  (3243 m) et retour aux Rousses

Par Two : Glacier d'Aletsch


4ème jour : Mönch
5ème jour : Gross et Hinter Fiescherhorn (4048 et 4025 m) Grunhornlucke Konkordiahütte
6ème jour : remontée au Sphinx

Alpinisme : Mönch arête Sud Est

Apoutsiak — Ski de randonnéeOberlandbutalpinismeRaid à ski

 

Premier jour de ce raid en Oberland
(vidéo en bas d'article)

 

Dreckhorn et aletschhorn depuis la Mönschjochhutte


Topo :

 

 

Accès : à Grindelwald, se garer à Grund. Prendre le train qui mène à la petite Scheidig puis celui qui emmène au Jungfraujoch ( 150 CHF - environ 100 € l'aller retour)

Topo : Du jungfraujoch, prendre pied sur le glacier et partir plein est en direction de la Mönchjochhutte. Arrivés au pied de l'arête, gagner la base de celle-ci et laisser les skis. Remonter l'arête qui alterne portion en neige et parties d'escalade, le rocher est globalement bon. Gagner le point 3887 m De là, passer l'arête effilée, et remonter vers l'antécîme Est , de là, le sommet.




Carto Profil et et Point GPS

 

 

 

 

 


Profil : cliquez sur l'onglet adéquat
fichier GPS : clic droit "enregistrer sous"

 

 

 

 

Météo et Conditions

Beau avec vent en rafale sur l'arête
30 à 40 cm de poudreuse

Récit

 
Deuxième partie de ce magnifique raid en Oberland. Après une nuit passée dans un BandB de Grindewald, je retrouve les deux Matthieu à Grund. Nous prenons le fameux train qui passe à la petite Scheidig ( 7 h 17 je crois) . La pause est courte entre les deux trains. puis ce sont les mythiques pauses dans la face Nord de l'Eiger, je suis soufflé par tant de verticalité : la face est austère !
Arrivé au sommet, il faut s'équiper, et nous voilà sortis du sphinx, c'est un peu le cirque blanc : le cirque à touristes. La piste est dammée jusqu'au refuge, il y a des skieurs de randonnée, des touristes...  Arrivés au pied de l'arête, nous laissons les skis, et c'est parti. Je suis bien acclimaté, ce qui n'est pas le cas de Matthieu malheureusement. Quelques passages en neige facile, d'autres en rocher, tout va bien, il y atout de même pas mal de neige sur l'arête (environ 30 à 40 cm de fraîche)
Le vent nous balaie le visage de temps en temps, mais ça va. Nous parvenons au point 3887 m . L'arête est fine mais tracée, hésitation de mes deux accolytes. Je passe devant, l'arête est fine et impressionnante, la neige est piégeuse, poudreuse, elle ne tient pas. a tension est palpable, il faut rester très concentré. Enfin, c'est passé, la suite reste technique, un peu de rocher puis un nouveau passage sur arête, fin mais plus facile. Au dessus, deux cordées nous précèdent. L'une file lentement vers le sommet, tandis que l'autre hésite, les pentes sont visiblement chargées. Hésitation, que faire, buter ici ou progresser de 100 mètres vers l'antécîme et sans doute buter aussi. La décision est prise nous rebroussons chemin. La descente est plus aisée, les passages délicats avalés ! Nous nous retrouvons au pied de l'arête puis au refuge. Accueil de la gardienne très sympathique dans ce refuge  très confortable. Le repas est délicieux. Seul bémol, le prix de l'eau minérale... 13 CHF ! ( 8 € environ !)
 
Oublions ces soucis pécuniers pour une nuit d'anthologie, avec ronfleur... vive les boules quies !

Voilà comment prendre un joli but, avec le sourir !


Photos

Départ du Sphinx... Avertissement

Sérac sous le Mönch

Départ de l'arête Sud Est du Mönch
 

Sur l'arête

Coucher de soleil sur le Grosses Fiescherhorn, objectif du lendemain...
à suivre

Vidéo
 

 

 

 

 

 


Raid en Oberland - les liens

Part One : Wildhorn - Wildstrubel

1er jour : Wildhorn depuis les Rousses (par les Audannes) descente sur Wildhornhütte (3246 m)
2ème jour : Wildhornhütte - Wildstrubelhütte
3ème jour : Wildstrubel  (3243 m) et retour aux Rousses

Par Two : Glacier d'Aletsch

4ème jour : Mönch
5ème jour : Gross et Hinter Fiescherhorn (4048 et 4025 m) Grunhornlucke Konkordiahütte
6ème jour : remontée au Sphinx

 

 

 

Un peu de musique adoucit les moeurs !!!

Apoutsiak — humeur
Génial !


Playing For Change | Song Around The World "Stand By Me" from Concord Music Group on Vimeo.


Pendant ce temps là, je suis  sur leps pentes du Grand Combin ( ou pas) ou sur le Mönsch, la Jungfrau, le finsteraarhorn, le Grossgrunhorn.... le Hinter Fischerhorn, le Gross fischerhorn... en Oberland... à suivre !

Vidéo : Catherine Destivelle - passion des cîmes

Apoutsiak — Vidéo - Mountains around the worldhumeur
   



Le film est génial, à voir et revoir !!!

Vidéo : 4 jours au refuge des Conscrits - Lex Blanche - Dômes de Miage

Apoutsiak — alpinismeMassif du Mont BlancDômes de Miage

 



4 jours au refuge des Conscrits, été 2008 :

1er jour : montée aux Conscrits
2ème jour : Lex Blanche face Nord Ouest
3ème jour: couloir Dud Est Dômes de Miage
4ème jour : Aiguille nord de Tré la Tête ou tête Blanche et descente

avec Claire et Régis

L'article complet sur les 4 jours

 

 

 



 

 

Ski de rando : Traversée des Dômes de Miage descente par Armancette

Vidéo en ligne - en bas de cet article !



Ben ce fut le Week end hold up, ça sentait bien le bon gros but Dimanche matin à l'approche du col des Dômes, et finalement c'est passé en traçant toute l'arête des Dômes de Miage, avec une descente extraordinaire dans la poudreuse sur le glacier d'Armancette


Topo ski de rando : traversée des Dômes de Miage et descente par le glacier d'Armancette

du parking de Cugnon 1175 m, gagner le refuge de Tré la Tête par les Plans
De celui ci remonter vers le Mauvais pas et gagner le bas du glacier au mieux ( soit au pied du gacier soirt, en fin de saison en suivant le chemin d'été , plus en rive droite ( chaînes )

Remonter le glacier d'abod rive gauche puis le traverser lorsque la pente devient plus raide (possibilité de gravir cette pente) et remonter le glacier en rive droite ( en face des échelles) rester rive droite du glacier et gagner le refuge par les pentes légèrement à l'est.

Du refuge réaliser une traversée ascendante en visant la base de l'éperon de la pointe des Conscrits, poursuivre sur le glacier, toujours à flanc en direction du point 3169 de la carte IGN par un léger virage à droite rejoindre le point 3336 m
remotner la pente  un peu raide (crevasses) et les pentes (moins raides) qui mènent au col des Dômes(3533 m)
Du col, gravir l'arête et passer par les Dômes 3633 - 3666 et 3670 m d'où l'on peut chausser les skis et descendre vers le col de la Bérangère (3348m)
Descendre le glacier d'Armancette, passer en passant sous la barre rive droite et viser le point 2772 m de la carte IGN. Passer sous la poitne de Covagnet et poursuivre en restant sous l'arête du Monthieu Passer au lac d'Amancette et prendre le sentier du Tour du Pay du Mont Blanc puis les Feugier et enfin Le Cugnon !


Carto Profil et fichier GPS

Pour le profil cliquer sur l'onglet




Fichier GPS au format GPX clic droit sur enregistrer sous

Le récit

Ca c'est joué à pas grand-chose...

Tout d'abord, Vendredi, je me rends compte que j'ai mal lu le SMS de Brieuc, vite, je mets une annonce sur camp to camp, une sur skitour et réponds à une annonce de C2C... Je pars faire un tour de VTT, histoire de profiter de mon vendredi après midi, et quand je reviens tout s'éclairci, nous serons finalement 4 et la rando se fera aux Dômes de Miage avec descente sur Armancette !

Samedi, départ à 6 heures de la maison, je retrouve mes 3 acolytes : Stéphane, Gérald et Florent aux Contamines, à 10 h nous sommes partis. Un peu de portage jusqu'à 1660 m. Nous chaussons, et profitons d'une trace assez régulière qui nous mène au refuge de Tré la Tête. Je croise Brieuc qui avait prévu de faire le couloir des Italiens à la grande Casse et qui se retrouve comme nous sur les Dômes grâce à la nivologie limite...

Nous filons vers le mauvais pas où il fait déchausser pour descendre en bas du glacier. Et rechausser pour quelques mètres et pique niquer.

 

 

 

 

Miam miam : reblochon de Stéphane, Toblerone de Florent,  je fais pâle figure avec ma saladette niçoise et mes sandwichs au pâté Olida...

Le groupe de Brieuc nous repasse, il y a du monde éparpillé sur le glacier, nous repartons, la montée est bien plus agréable à ski qu'à pied...

La trace passe dans la gorge en rive droite du glacier, ça monte sans problème, Brieuc et son groupe filent en direction du col des glaciers (ils ont la caisse !) Nous gagnons le refuge sous le cagnard, le petit raidillon final est un peu dur mais bon....

Au refuge, c'est bière, sieste, bouquinage, observation des skieurs du col des glaciers et attente du repas.

 

au refuge...


avalanche ( sans doute liée à une chute de )sérac sous le Dôme des glaciers

 

Délicieux se repas, (j'adore ce refuge et ces gardiens) des diots avec des lentilles et du riz dans une petite sauce, je ne vous dit que ça... Je ne parle même pas de la soupe avec quantité astronomiques de petits légumes !

Départ pour les dortoirs confortables, réveil à 6 h -5, comme d'hab', des énergumènes se lèvent à moins 20 et réveillent tout le monde (je faisais pareil quand j'étais jeune, pour être prem's en piste ...) mais là, le glacier est grand et il va falloir tracer...

Nous décollons les premiers, les deux énergumènes eux décident de filer vers le Mont Tondu.  Florent nous fait une belle trace. Mal réveillé, j'ai mis les couteaux, pensant que je serais plus à l'air dans les dévers du départ, en fait, ils me ralentissent, je les enlève, pour les regretter 5 minutes plus tard... Mais ça passe... 2 skieurs sympathiques nous rattrapent  et ne se bouscule pas pour nous dépasser. On est monté  trop haut, 10 m de descente et nous voilà sous la pointe des Cosmiques. Je passe devant, c'est le jour blanc, on n'y voit que dal, en particulier pas la pente ( ça me rappelle, il y a 14 ans avec Thib lors de mon second périple ici, dans le jour blanc, Thib pensait qu'on faisait le tour de la montagne en colimaçon !)  Il y a une meute 10 minutes derrière nous. Je fais une pause, me retrouve seul aevc des skieurs devant, et d'autres derrière. A 3000 m 2 skieurs font demi tour, ils visaient le col de la Bérangère et apprennent qu'ils sont allés (beaucoup) trop loin ! Nous remontons le glacier, je salue Brieuc et son groupe, nous sommes intercalés les uns avec les autres, je filme cette montée tranquille, il faut alimenter le blog ! Il neigeote, nous rejoignons la base du col des Dôme ou classiquement on passe à droite le long de l'éperon rocheux. Je fais une photo ( je fais toujours une photo à cet endroit là) et comme à chaque fois, il y a du monde ! C'est raide mais ça passe, au dessus, Eole nous accueille ou zéphir, je ne sais plus. Les randonneurs sont éparpillés, beaucoup plus espacés. Loin devant les deux qui ne voulaient pas faire la trace mais qui la font quand même, puis Florent ensuite Gérald et ma pomme qui fini après bien des efforts à prendre la roue de Gérald (j'aime bien prendre la roue de quelqu'un ça permet de dormir un peu en skiant !)


entre le col et le second Dôme


Le col arrive, la neige tombe en petit flocon mais bien intensément et le vent souffle super fort et en rafale. Nous mettons les skis sur le sac sortons les piolets, Stéphane nous rejoint. C'est la tempête, le groupe de deux hésite à monter vers les Dômes. Je propose de partir voir au sommet du second Dôme (on ne fait pas le premier, à l'Est du col ders Dômes) après, on verra... Nous nous inquiétons de nos skis sur nos sacs qui vont faire une belle prise au vent. Brieuc m'annonce que lui et son groupe font demi tour. Gérald part devant tandis que mon crampon se défait, je décide de le rerégler, dans le blizzard, ça n'est pas facile, mais je repars derrière mes 3 coéquipiers. Rapidement nous arrivons sur l'antécime du deuxième Dôme, je passe devant et en moins d'une minute nous sommes dessus. Ambiance dantesque avec la neige et le vent, le brouillard, on aperçoit le second Dôme dans la purée de poix, je pars devant, on verra sur place, descente facile vers le col entre le deuxième et le troisième Dôme. L'arête est recouverte d'une couche de poudreuse tassée avec un fond dur, on y voit vraiment mal les reliefs et les pentes Nord et Sud sont globalement très impressionnantes, en fait, la gauche est raide et la droite est encore plus raide. J'avance lentement (mes partenaires ont du penser très lentement mais poliment, ils ne m'ont fait aucune remarque) et j'assure chaque pas, j'ai froid aux dents  tellement il pelle ! On s'encorde, la bataille se poursuit, pas après pas, le baton parfois perce la neige poudreuse dans la pente de droite, mon fidèle piolet ne fait pas de bêtise. Enfin voilà le sommet. Après c'est plus facile. Gérald passe devant, ouahou que c'est reposant... l suffit de mettre ses crampons dans les traces et la présence d'un premier de cordée permet de se faire une idée du relief. Courte descente , Dôme suivant - et dernier Dôme. Gérald et moi (les moins téméraires) décidons de descendre un  peu pour chausser. La pente est raide, nous sommes corde tendue, tout à coup, je vois que la pente s'accentue et le crampons de Gérald partir ... Je le bloque, il fat une sorte de soleil (peut être un peu exagéré là) il a passé la rimaye. Je décide de passer par un autre chemin plus à droite.

 

Sommet des Dômes


On Chausse. Florent inaugure la séance chute dans la peuff, suivi de Stéphane, sous l'œil de mon objectif (voir vidéo) Les conditions sont extras : 40 cm de poudreuse. Nous filons vers le col de la Bérangère, la visibilité nous inquiète, le passage de 4 surfers nous décide, nous descendrons par Armancette. Gavage... La neige est facile à skier, un régal. Court passage sur de la neige non adhérente à la glace, je me gaufre en sortie de virage. Dur de rechausser dans ces conditions mais j'y arrive.  Re bon ski !!!  Miam miam, encore meilleur que le reblochon de Stéphane !  Petit passage à flan et nouvelle descente, on touche parfois un peu les cailloux mais bon, la neige est parfaite, En dessous de 2400 m elle est un peu transfo moquette. Ski toujours facile, puis c'est le moment triste vers 1800 m, il faut déchausser. 100 m de descente pour atteindre le lac d'Armancette et nouveau pique nique Reblochon avec en dessert, des mikados !!!

On remet les skis pour un peu de ski combat dans la soupe et les arbustes. On déchausse à 1520 m pour prender le sentier enneigé à flanc. Quelques chaussages, quelques déchaussages un coup de GPS et on retrouve le sentier de montée et la voiture ! 2500 m de descente !


Descente du glacier d'Armancette - jour blanc au départ...






Météo :


Au départ, la météo annonçait 30 % d'ensoleillement samedi et 70 % Dimanche, mais le bulletin du samedi soir était nettement plus pessimiste (bulletin pris au refuge) : Passage d'un retour d'Est Dans la nuit, puis éclaircie, puis arrivée de nuages d'altitudes entre 3000 et 4000 m occasionnant de faible précipitation... Météo France est à l'ouest, il n'y a pas eu d'éclaircie, des rafales de vent impressionnantes et  des chutes de neige relativement importante ( sur l'arête)

 

Photos

 




Brieuc dans la montée sous le col infranchissable

En direction du col des Dômes, la pente se redresse

Sommet du 3ème Dôme dans la tempette !!! d'où l'intérêt du commentaire, permettant de situer l'action !


Les joies du ski de rando à la descente ( au dessur du lac)

Vidéo :







Liens :

Les Dômes de Miage par beau temps !

Vidéo (par beau temps et en été... )

Dômes de Miage par le couloir Sud Est ( course originale, photos magnifiques et vidéo)

Courses à réaliser depuis le refuge des Conscrits

L'Apouts'trombinoscope : Mes compagnons de cordée-liste non exhaustive

Apoutsiak — alpinismehumeur

L'Apouts'trombinoscope

J'ai eu l'idée d'un trombinoscope lors de la traversée de l'aiguille de Bionnassay, celà fait bientôt 5 ans que j'utilise le forum a d'alpinisme camp to camp et de skirando  pour trouver des compagnons de cordées. Si vous vous reconnaissez dans cette liste, n'hésitez pas à mettre un commentaire, et merci encore pour ces bons moments passés encordés !

 

Cet article sera complété au fur et à mesure.

 

Photo Nom - Prénom Courses réalisées Remarques
Thibault Ledoux dit Oncle Blackos, mon petit frère. Pleins...  : Aig d'Argentière- Aig du Tour -Strahlhorn - Fluchthorn - Petite Aiguille Verte - barre des Ecrins - Mont Blanc - Pigne d'Arolla - pointes D'orents - Albaron - petite Ciamarella - Dômes de Miage -  Dent d'Herens

Surfeur... de Gwada... a rapidement froid aux doigts...

m'a laissé orphelin... snif

Olivier Harry Tentative de traversée du Chardonnet, avortée à la bosse. Camp to camp
 Helmuth VanPottelbergh
 Rottgtratt à l'Alphubel - Traversée Taschhorn Dom - traversée du lyskamm  Camp to Camp
Christian Thiollot Traversées des Monts Roses : Pointe Dufour - Lyskamm - Castor - Breithorn CAF de Besançon
photo-de-Enguerran-Faure--photo-guillaume-ledoux-apoutsiak-aiguille-verte.jpg Enguerran Faure  Couloir Piaget aux Agneaux - Whymper aiguille Verte

Et oui, Enguerran, ça y est, tu fais parti des Apouts'trombinosquipés !
Camp to camp 2007
Stéphane Peiti

But au Dolent n°3 - But sur Midi Plan - traversée des pointes Lachenal - Semaine à Zinal à la cabane du Mountet - But au Wildhorn... But au Vélan


Raid en Bernina


Peiti, mais au bon goût fruité !!!

Campt to Camp 2008
 Jeff
Jean François Sechet
 But au Dolent n° 3
Mönch par le Nollen - Zinalrothorn
 Camp to Camp 2008
 Brieuc de Jecquelot
 Séjour au bivouac de l'envers des Aiguilles Dorées
Grande Lui - Aiguille du Tour par cle couloir de la Brèche
 
Philippe

Traversée de l'aiguille du Chardonnet

Aiguille du Tour Noir

Camp to camp
Sophie-Ferlin.jpg  Sophie Ferlin
 Raid en Bernina
 
Xavier Obermesser Tentative sur le Pleureur par le bivouac des Pantalons Blancs - Grande Lui - Grand Darrey Camp to camp
 
 Stijn Vandendrissche

 Jolie sortie passant par la Rotgrat à l'alphubel et par la magnifique traversée Taschhorn Dom

Eperon Migot Chardonnet

 Camp to camp
Isabelle Saillard Traversée des Courtes - pointe Isabelle - Evêque - Tournette ...

CAF Besançon

peut être en 2007...

Laurent Bolis Aiguille de Bionnassay - Mont Blanc - le spécialiste du Bishorn !!!
Camp to camp
Claire Santoni traversée de la Meije éperon Nord Est des Bans Gioberney
Lex Blanche -  couloir Sud des Dômes de Miage -  Arête Gallet Dolent
Camp to Camp
  Matthieu Evrard
 But au Dolent n°3 - But sur Midi Plan - Traversée des Pointes Lachennal
 Camp to Camp 2008
Bruno Calligaro Mont Blanc Un italien sur le chemin du Mont Blanc
Jean-Marc Lafontaine

raid sur le glacier d'Aletsch - traversée du Lykamm - but au Dolent (le 2ème...)  raid Strahlhorn Fluchthorn Allalinhorn

Balmhorn - Rinderhorn


But sur Midi Plan - traversée des pointes Lachenal - arête des Cosmiques


Camp to camp 2006
François Wolf raid sur le glacier d'Aletsch Camp to camp 2005
Pascal Vallet Mont Blanc de Cheillon - Luette Camp to camp
anne_3__camp_to_camp_guillaume_ledoux_apoutsiak_2006.jpg Anne Guillouzic

raid sur le glacier d'Aletsch Aletschhorn
But sur Midi Plan - Traversée des pointes Lachenal - arête des Cosmiques Aiguille du Midi

Mont Blanc traversée

Dent d'Herens - Dent Blanche

Camp to camp 2005
RemiBacot Couloir en Y à l'aiguille d'Argentière - bivouac sur le glacier d'Argentière Camp to Camp 2007
 Régis  But au Dolent n°3  - Tête Blanche (aiguilles de Tré la Tête)
 Camp to Camp 2008
Florent raid sur le glacier d'Aletsch - ski de randonnée au col du Simplon
Camp to camp
Jean-Michel Rudant raid en Oberland Finsteraarhorn
5 jours au col du Simplon
But au Wildhorn
CAF Besançon -Zen attitude- Grand ronfleur devant l'éternel ( sans aucune contestation)
Anne Sophie VanBierVliet Un jour on arrivera à un sommet... un jour... Ne jamais désesperer... future belle soeur
Manuel Kurth Dolent à la journée... dur dur Camp to camp
Laurent March'hyenne GR 20 - VTT  - Dômes de Miage - Traversée des pointes Lachenal Midi Plan - Mont Blanc traversée

le plater de baton M'sieur Marchienne
Mathieu Stievenart Mont Blanc - Pointe Richardson - Dôme des Ecrins - Roche Faurio Club Montagne ENVL
Jacques-Yves Dufour Dent Parrachée - Grande Chible... autour de Valloire quoi ! Ca passe... même quand ça passe pas !
Emmanuel Bolon Aiguille de l'Index Bolonie
Jehanne Bolon  Grand Paradis -  + de magnifiques rando dans Belledonne et la Vanoise

Bolonie 

 la descente face à la pente

Sandrine Ledoux Mont Pourri - Dôme des Ecrins Mont Blanc du Tacul - Grand Paradis - Tresetta... Rechasse Mi amor, elle en supporte, chaque jour que Dieu fait !

 

Merci à tous pour les bons moments passés en haut (et en bas !!!)


dernère mise à jour 7 Mai 2011

Si vous avez des remarques, faites les dans les commentaires !

Déjà vue 10000 fois sur Youtube !!! Le Mont Blanc

Apoutsiak — vidéo - Les vidéos d'ApoutsiakhumeurConseils Techniques
Ben ouai, ça y est, la vidéo le Mont Blanc pour les nuls a été vue plus de 10 000 fois sur Youtube ! (10513 fois à l'instant ou j'écris ces quelques lignes !) Donc ça n'est pas sans une certaine fierté que je remets cette vidéo en ligne ... et pourtant ça n'est pas MA meilleur !

Je ne saurais  que conseiller à l'internaute hésitant la vidéo de la traversée des Dômes de Miage, celle de l'Aiguille Verte (couloir Whymper)  , celle de la traversée Lachenal - Cosmiques à l'aiguille du Midi , l'arête Gallet au Mont Dolent, La Lex Blanche par la face Nord Ouest , la Traversée du Lyskamm !



 
 
et pour info, au 31 Mai 2013, cette vidéo a été vue 61 915 fois !


 

 





 

Des Chamois au sommet du Chasseron

Apoutsiak — Ski de randonnéeChasseronJuraFaune

 

 

Nouvelle virée sur le Chasseron ( la sixième de l'hiver ) avec  du suspense, de la faune sauvage.... bref une jolie sortie.

Topo :

J'ai fait le tour des Combes suivant
Départ de Noirvaux
Chasseron par les Dénériaz dessous et la Merla (en Wedze !)
descente aux dénériaz dessous
De nouveau Chasseron par la Merla (en trab)
Descente en direction des Roches éboulées ( en suivant des traces, je suis parti trop au NW et suis descendu sous la crête, pour rejoindre la combe, traversée à flanc jusqu'à la combe
Descente de la combe des Roches éboulées
retour aux Dénériaz dessous
Sommet des Petites Roches
Descente  dans la combe à 1300 m
Relontée de la combe et descente à Noirvaux par les Dénériaz dessous

1750 m environ 5 h 30

Météo :

Gris, plus ou moins, avec rarement du soleil
brouillard sur la crête entre le somet et les Roches éboulées !

Conditions :

Soupe en dessous de 1350 m (parfois trop)
Neige variable dans la combe au dessus de la Merla (dure pour acceder à la crête)
Moquette impeccable hord forêt sous les Petites Roches



Carto et profil :

poue le profil, cliquer sur l'onglet : profil !!!

 

 

 

 

Récit :

Le Week end avait mal commencé ... , après le tour de VTT de 30 km sous et sur la pluie ( il est tombé des trombes d'eau vendredi et samedi) samedi matin, avec boue à gogo et cycliste très humide !, j'avais comme consigne dimanche matin : "Ne rentre pas trop tard !"
FAcile à dire avec le changement horaire et le concert du Brass Band Sagona la veille au soir ( au passage je vous recommnade cet excellent orchestre de Cuivre qui etait accompagné par Fabrice Millescher comme solliste (voir la vidéo ci après de ce  dernier .. ça vous changera.) 
Bref, couché assez tard, je me lève vers 7 h - le quart de la nouvelle heure... et je file vers Noirvaux. A 9 heures, le parking est vide (étonnant non ?) Je pars, Wedze aux pieds, skis sur le dos.
Je laisse les skis aux Dénériaz dessous et file dans la forêt. Les Wedze sont toujours aussi désagréables à la dans les montées raides ( la faute aux peaux droites). Je rejoins la combe que je dois tracer. Quleques passages avec de la glace sous jacente me font pester !
Arrivé sous la crête je décide de déchausser et de monter tout droit dans la pente( Dré dans l'pentu) petit passage à 45 ° en neige bien dure. De la crête le sommet, avec les chamois qui broutent l'herbe sous celui ci ! Je dépeaute et retour, je décide de descendre par le col, la neige est poudreuse et ne colle pas dutout avec la neige glacée sous jacente, mes les carres neuvestiennent bien. Je traverse, la combe est assez agéréable à skier, par contre les bois sont délicats.
Je remonte en trab, sans déchaussser ( y a pas, les peaux parabollqiues, c'est le pied !)
Je décide de descendre sur les Roches éboulées  pour pique niquer.  Le brouillard m'englobe, je décide de suivre les traces de montées (erreur) je vois bien qu'elles ne passent pas à l'endroit habituel, mais dans la purée de poix, si ça passe à la montée, ça doit passer à la descente !
La trace bascule versant nord ouest à pied !!! à un moment j'ai cru que c'etait des traces de Chamois. Le passage est raide, je le skie et décide de rejoindre les Roches éboulées, à flan , dans la forêt. Question ski, ça n'a pas grand intérêt et, bilan de l'opération, j'arrive au sud, à l'altitude des Roches éboulées et  la neige est pourrie !
Je rejoins le bas de la combe, croise 4 skieurs et pique nique.
Je file aux Dénériaz dessous et remonte aux petites Roches, je dois de nouveau tracer la combe, quelques passages délicats (toujours sous les petites Roches) sortie à ski sur la crête. Je dépeaute et nouvelle descente, dans la forêt, la neige est lourde, mais dans la combe  , de la moquette !!! Vraiment agréable à skier. Lorsque la combe se termine, dans la forêt ( 1300 m) , la neige devient lourde, je décide de remonter en haut de celle ci. Je remotne, retrouve mes traces de montées, dépeaute au sommet et descend  ce coup ci jusqu'au Dénériaz dessous et à Noirvaux !

Et je ne suis pas arrivé trop tard à la maison, on a eu le temps de faire un bon tour de vélo !

 


Vue du sommet, un Chamois me nargue


 
Un peu de culture dans ce monde de brute
 

 

 

J'déprime grâve !

Apoutsiak — humeur
HUMEUR MAUSSADE...


Le week-end s'annonçait bien, Stéphane était de la motiv pour faire une jolie sortie, et moi, je voulais me faire deux jours de montagne, qui comptent comme une semaine de vacances, en refuge, genre dépaysement total.

Je me voyais déjà rentrer fièrement la sortie sur camp to camp ( tandis que Stéphane ma rentrerait sur skitour...) Dômes des Miage , arête Mettrier, Guillaume Ledoux, 28 Mars 2009.
Moi, le "spécialiste" des Miages, ça aurait fait une jolie course sur ce magnifique sommet à rajouter.

je me voyais déjà , arpentant l'arête approchant la verticale ( n'exagérons rien...) et descendant à ski, le magnifique glacier d'Armancette( celui là, je l'ai déjà parcouru, il y a fort longtemps...)

Bref, tout allait bien même si un bémol venait assombrir le début de semaine, Stéphane commençait à avoir des doutes sur la faisabilité de la Mettrier en mars, mais ça n'était pas grave, pleins d'autres projets restaient faisables...

Consultant la météo tous les duex jours, je pouvais à loisir observer le passage de multiples perturbations sur notre belle région, et venant de l'ouest, elle poursuivait leur chemin en direction des alpes voisines... et de mon terrain de jeux.

Hier, Jeudi, j'envoie un mail à Stéphane dont al teneur de vait être la suivante : "alors, on fait quoi ?" Tout mon désarroi tenait dans ses 4 mots, et je n'esperais pas grand chose quand la réponse est tombé, je vous la livre telle qu'elle, en copié collé : "je reviens de faire un check meteo ... samedi c'est pourri de chez pourri ... dimanche c'est variable ... c'est à mon avis pas la peine de faire des plan à la con :-( "



Et là, c'est le drame ! ( à prononcer avec le ton M6 merci)

Heureusement, j'ai un plan B, Samedi, VTT le matin, et suivi de la compet de judo des enfants l'après midi
et Dimanche, un petit coup de Chasseron, je crois que ça sera la 6ème fois, cet hiver...

Bon, bref, c'est un peu la déprime mais pas trop ( je ne vous conte pas la belle tendinite qui m'empêche d'aller courir...)

Mis à part ça tout va bien madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien...

Belle société qu'une société où le seul souci est de se plaindre de la météo qui nous "gâche" le Week end... à méditer

Une classique... efficace

Freerider = petit-ciboulot une vidéo de plus pour le prouver...

Apoutsiak — Vidéo - Mountains around the world


Tout est dans le titre
Et tout est bien qui fini bien...

Trail des Mont de Gy - vidéo 2009 : les rushs de Martine

Apoutsiak — Trail des Monts de Gy
J'avais demandé à une amie de filmer la course dans les rues de Gy, à la chapelle du Calvaire ainsi qu'à l'arrivée, ce fut chose faite. J'ai monté la vidéo ce week end et voici le résultat ( merci au portable de Sandrine, moins récalcitrant que le mien, on a les ordis qu'on mérite....)

Bref, voici la vidéo

Merci à Martine, femme de coureur et digne héritière de Martin Scorsese


Au choix : la vidéo ci dessus avec google video , + longue ( pour les derniers et les bénévoles ) mais de moins bonne qualité


et ci dessous, vidéo moins longue mais de meilleur qualité (il manque seulement 2 min 40 par rapport à la vidéo ci dessus mais la qualité est bien meilleur !!!)
Si vous avez l'ADSL avec une bonne bande passante cliquer sur HQ pour l'avoir en très bonne qualité !


Bonne lecture


Les autres vidéos du trail 2009 sont ici :

MAGNIFIQUE BUT AU WILDHORN... trop de neige... faut le faire !

Apoutsiak — Ski de randonnéeOberlandbutSteph
L'équipe de choc avait été réunie de longue date, Stéphane Jean-Michel et votre serviteur partaient à l'assaut du Wildhorn, seule manquait à l'appel une présence féminine qui se désistait au dernier moment, dommage !

Le projet est de réaliser l'ascenion du Wildorn par la biennommée Wildhornhutte et de redescendre par le même chemin, choix dicté par le risque d'avalanche important à la suite des énormes chutes de neige de la semaine...

Je rejoins Jean-Michel Rudant ( je mets son nom afin que sa descendance puisse le retrouver sur Google ... ) à 6 h 20 à Besançon puis, étape à Lausanne à 8 heures  pour nous retrouver au dessus de Lenk vers 10 heures... On met les chaînes pour les 6 derniers kilomètres et Ô horreur la route est barrée avant Iffigenalp, elle n'est plus déneigée...

Nous nous équipons et decidons de passer par l'Iffighore pour rejoindre le refuge ce qui rajoute 300 m de déniveler, une pécadille... Chargés comme des mules (piolets crampons, baudards cordes bouffe réchauds...  nous prenons l'azimut adéquat et roule ma poule c'est parti. C'est Stéphane qui part dans les 80 cm de poudreuse le premier je le suis, au bout de 5 minutes c'est le premier relai, nous avançons déjà lentement, très lentement. Un groupe de 4 nous rejoint, et sympatiquement les deux "leaders" prennent également des relais ( la chance pour nous !!!) Le paysage est magnifique, il y a prêt d'un mètre de neige fraiche par endroit, nous avons de la neige jusqu'aux cuisses. Jean-Michel se bat avec ses fixations qui le fotn déchausser sans le prévenir... En plus, c'est facile de remettre des TLT dans 1 m de peuff.  La trace quitte la forêt, il faut tirer au sud, nous arrivons sur un petit sommet vers 1800 m, nos hôtes nous quittent, ils nous auront bien aidés !

Je file devant, il faut redescendre, 150 mètres chèrement gagnés ! avec les peaux en poussant sur les bâtons, dur dur ! Jean-Michel et Stéphane me suivent à bonne distance. Faire la trace est épuisant et les rlais vont maintenant revenir très souvent (ou être très longs, c'est au choix. Je rejoins le chemin d'été et Steph prend le relai, nous garons les distances dans les passages "à risque", la trace reste plane, que d'énergie dépensée sans monter. Steph me fait le coup du "pas de probleme on va y arriver, mais je suis sceptique... Il est déjà 15 heures et il y a prêt de 1000 m encore à gravir !!! On n'arrivera qu'à 23 heures ?!?

J'aime son optimisme qui ne trompe que lui ( quoi que ça n'est même pas sûr), et pourtant, je passe pour un grand optimiste. Steph me dit de passer devant, je m'execute, je sais que ça va être dûr, j'avance lentement, un ski après l'autre, essayant de garder un peu de souffle , j'essaie de prender un peu de pente pour gagner de l'altitude, nous sommes 500 mètres sous le Iffighore, sans compter la distance...

Stéphane me rejoint, nous allons faire une paus epour décider la suite... Et bien la suite... Il faut redescendre, c'est évident, nous sommes trop tard et trop loin du Iffighore et du refuge !

Nous pique niquons ( pour moi, c'est boite de maïs - petits gâteaux)

Dépeautage, et c'est parti pour une longue descente où nous devrons pousser sur les bâons la plus par du temps du fait de la quantité de neige.  Le premier fait la trace en poussant, et les deux autres l'empruntent pour ne pas se fatiguer !!!  Je chute , à l'arrêt  impossible de me relever seul, Stéphane me donne un bon coup de main ! A un moment, la pente s'accentue, nous sommes déscendus trop bas, il faut repeauter et remonter pour traverser au dessus de la barre), je passe devant, rapidemnt, nous nous retrouvons au dessus d'une zone skiable !
Et c'est reparti pour une lourde descente, un traceur et deux suiveurs... Nous passons dans la forêt et imperceptiblement, nous nous laissons aller vers la gorge de la rivière, un peu galère, il faut skier sur des ponts de neige et louvoyer entre les arbres, jusqu'à ce que ça ne passe plus !
Stéphane part à pied pour remonter vers une combe, nous le suivons un peu las mais heureux d'être là ! De nouveau la descente, on skie un peu et enfin la voiture avant de descendre à Lenk pour trouver un hôtel grâce à Mon allemand sans faille ( et à la gentillesse et au Français de l'hotesse d'acceuil de l'hôtel Krone à Lenk) comment on traduit gîte en allemand déjà... et ben, ça ne se traduit pas, ça n'existe pas. Nous finissons dans un petit hôtel de Saint Stéphan avec Stéphane un coup de pâtes et au lit.





Jean-Michel qui m'avait promis de ne plus ronfler, a menti... Il est en course pour le championnat du monde (et moi pour celui de l'insomniaque de l'année !

De toute façon on n'a pas le droit de prendre de petit déjeuner avant 9 heures, il est 6 h 52 et je suis bien réveillé, deux heures à glandouiller, à se pomponner pour cette deuxième journée. Nous avons différentes option, celle qui tien la corde, remonter au point 1800 m atteint hier par nos traces  et redescendre tranquillou dans les belles pentes !

Finalement ,le petit déjeuner aura 20 minutes d'avance et nous filons sur la route d'Iffigenalp. Sur le parking, des traces de ski partent vers Iffigenalp nous décidons d'aller voir ce qui se passe de ce coté là. Montée qui coupe les lacets de la route, passage prêt de chalets enneigés aux allures de chmpignon, quelques portions de palt qui me font déprimer avant la descente, il faudra pousser encore sur les bâtons. Nous attetignons Iffigenalp, station fantôme... un téléphérique flambant neuf attend des clients qui ne viendront pas aujourd'hui. Nous décidons de faire une petite pause un peu au dessus sur le balcon d'un chalet pour un concours international de saut en longueur réception  un mètre plus tard dans un mètre 50 de peuff !

Jean-Michel film tandis que je lance les hostilités et que Stéphane me suit, quel plaisir de se réceptionner dans cette quantité de neige. On a essayé de réaliser quelques figures, mais avec les chaussures de ski, ça n'etait pas évident !

Nous poursuivons l'ascension, long plat avec des couloirs d'avalanche à gauche et l'Iffighore à droite ! Ca remonte, nous atteignons un petit chalet, courte pause avant de repartir pour l'Iffigsee. Nous croisons des Heliskieurs  qui nous avouent  avoir du mal à skier dans cette neige, j'ai encore oublié d'emmener mon bazouka pour éliminer cette vermine !!!
Nous devisons sur leur équipement qui nous parrait bien léger pour une course glacière avec de bons risques d'avalanche : le guide a un petit sac à dos, les clients n'en ont pas ( où sont leurs sondes et leurs pelle? de toute façon, il n'ont ni crampons ni piolets, ni baudards, pour la corde, le guide en avait peut être une petite dans sans son petit sac) Bonjour la sécurité !

Nous arrivons à l'Iffigsee pour un pique nique au soleil !
Et c'est parti pour une descente bien agréable, la neige s'est unpeu tassée et on peut skier !!! Nous filons  vers Iffigenalp, j'avalle les plats tandis que Stéphane le spécialise du fartage, a les skis qui collent. Nous rejoingnons Iffigenalp où la fraise à dégagé la route, dommage pour la descente, nous devons longer les bords de la route où il erste de la neige ou de la glace. Le reste de la descente est sympa quand il faut quitter la route pour des champs de bosse ou la neige guide nos skis dans la bonne direction. Et voilà la voiture et le retour avec Harih Vatanen comme pilote et des carottes comme coupes faims

Ah, je vous ai dit que j'avais oublié la crème solaire... Tout se paye !














Et la vidéo avec cascades et effets spéciaux !



Vidéo du trail des Monts de Gy 2009

Apoutsiak — Trail des Monts de Gy
trail des Monts de Gy, part one !




Part Two ! ... 2ème partie (fin du 24 km et arrivée)







Après avoir bien guerroyé avec mon ordi ( et diviser la vidéo en deux ) voici le résultat ci dessus ( la première partie) la deuxième dans une à 3 heures. L'ordi a failli passer par la fenêtre à plusieurs reprises mais mon flegme britannique a permis de ne pas en arriver à ces extrémités ! ( m'fin, c'était bien limite...

Bref vous trouverez ci dessous les messages précédents qui permettent de comprendre mon désarroi de ce matin !



Mon ordi ayant décidé hier soir de faire des siennes au moment de l'enregistrement final du montage de la vidéo, je fus  dans l'impossibilité de publier la vidéo ce jour, et je risque de devoir recommencer le montage à zéro soit 3 h de travail... Bilan, la vidéo ne sera en ligne au mieux que ce soir (mardi ) ou  demain

Maudit ordinateur !

Avec toutes mes excuses !

pour ceux qui voudraient revoir la vidéo 2008 en attendant...

Portfolio Alpinisme

Apoutsiak — alpinismeportfolio


Overblog nous a mis à disposition de magnifiques albums photos

L'occasion de redécouvrir quelques photos de montagnes prises par votre serviteur...

Alors bon diaporama, ça commence par la traversée des Monts Roses et l'ascension de la pointe Dufour par la cabane des Monts Roses !






Trail des Monts de Gy - Gy moins 10 !!!

Apoutsiak — Trail des Monts de Gy
Rappel important,

le trail des Monts de Gy, c'est le

1er Mars 2009

Départ 9 heures à Gy


Les infos sur le trail

Bulletin d'inscription

N'oubliez pas votre certificat medical portant mention :
pratique de la course à pied en competition

et votre serviteur, a profité de son après midi d'hier pour réaliser le balisage au sol (km + direction)  lors d'une sortie VTT hivernale !


Le Teasing vidéo



et la vidéo de l'édition 2008








Vidéo - Chasseron avec Agathe - ski de randonnée - raquettes

Apoutsiak — Ski de randonnéeJuraChasseronAgathe
Première sortie raquette /  ski de rando pour Agathe après la première de Louis début Décembre...
Dans une poudreuse de cinéma !!! et sous une neige battante ( je ne crois pas que ça se dise, mais c'etait le cas !!!

Topo

Toujours aussi simple
Se garer à Noirvaux (un peu au dessus)
Remonter aux Deneriaz dessous, puis dans la forêt à la derme de la Merla
Remonter la grande Combe
Gagner la crête soit dans l'axe soit 150 m à gauche du sommet de la combe.
De la crête , direction le sommet par le chalet hôtel du Chasseron !

Descente, dans la peuff par le même itinéraire

montée 2 h 30 (repas compris) descente 1 heure

Fichier GPS de la sortie et profil

pour le profil, cliquer sur l'onglet !



Fichier GPS au format GPX (cliquer droit fichier enregistrer sous !)


Récit :


On est parti cool ce matin là, et avons laissé Sandrine Agathe et Louis pour un programme également cool aux Fourgs : luge et course de chiens de traineau...
A 11 heures nous décollons du parking, Agathe, raquettes aux pieds et moi avec mes skis de rando et ses énormes chaussures de ski de piste et ses skis sur le sac à dos. Montée dans la bonne humeur il neige à gros flocon et Agathe est heureuse. Nous passons la Deneriaz et nos estomacs gargouillent... Il faut s'arrêter dans la forêt. Nous nous installons sous un sapin (à l'abrit  de la neige...) pour nous restaurer. Un pique nique particulier fait de biscuits apéros, de classiques sandwitchs et d'une boite de maïs que nous boirons, j'ai oublié d'emporter une cuillère !!!
Les estomacs pleins nous repartons dans les pentes plus raides de la forêt. Nous débouchons sur la combe, nous suivons la trace qui une fois n'est pas coutûme passe à quelques mètres de la ferme de la Merla. Une cordée nous dépasse.  Nous remontons la  combe, j'elargis la trace  p
our qu'agathe puisse y placer ses raquettes (désolé pour les puristes du ski de rando surtout qu'Agathe etait la seule en raquette de ce coté là ....)
Quelques pauses boissons ( une excellent jus de citron !) Le soleil fait de timides apparitions !
Voilà le haut de la combe, nous filons à gauche en direction du col, et là, c'est le drâme. En ski, ça passe tout seul, En raquettes dans l'étroite trace en dévers, c'est le souk, et ce qui devait arrivé arriva, Agathe redescend en glissant sur la trace du dessous... Je décide de monter au col et de redescendre aider Agathe à pied. Agathe enlève ses raquetes et je trace Dré dans le pentu en direction du col. Agathe s'est bien mise dans le rouge, nous faisons une courte pause avant la montée finale vers le Chalet Hôtel du Chasseron puis le sommet !

Un monde fou au sommet avec même une motoneige ( ! beurk !!!) qui semble tracer une course de raquettes qui a
urait lieu le lendemain (à confirmer). Quelques photos et c'est la descente. D'abord timide , chacun trouve ses marques, je décide de descendre par le haut de la combe. On sespace le temps de passer sous la crête. Une traversée, puis quelques virages, la neige est douce et poudreuse. Pour Agathe, c'est un peu dur, 60 centimètres de poudreuses. Et une première chute ! je remonte en escalier ( la marche à pied sans ski est proscrite !) Et nous repartons. La descente de la combe est un plaisir qu'Agathe trouve bien trop rapide. Nous arrivons dans la forêt. Ca tourne tout seul à part à quelques endroits un peu durs !

Nous nous retrouvons à la Deneriaz dessous c'est le faux plat avant une dernière descente.

Enfin la voiture, nous filons aux Fourgs retrouver Sandrine Marie et Louis, un peu de luge et la construction d'un bel igloo dans le quel nous tiendrons tous les 5 pour un gouter amusant !

Avant la journée du lendemain pleine de hors pistes dans la qstation de Metabief !

Au dessus de Noirvaux

Sous les deneriaz, il neige...

Sous la crête, en difficulté !

Au sommet

Toujours au sommet, avec son pôpô


Vidéo





Avalanche - même pas peur !

Apoutsiak — Vidéo - Mountains around the world
Z'ont même pas peur, mais sont tout de même quelque peu inconscient, c'est sans doute ce qui les sauve...



ARVA Pelle Sonde BRA et savoir renoncer !!!
Bonnes courses à tous
Malheureusement, pas de BRA... dans le Jura !!!

Suchet en famille, en raquettes et ski de rando et but !!!

Apoutsiak — Ski de randonnéeJuraraquettes à neigebut


Pour le premier but de l'année, c'est fait, et en famille en plus.


Tout avait mal commencé : la veille, rebellion générale , on ne veut pas de rando Dimanche. Je prépare le matos et une dernière  negociation me fait m'endormir en pensant à un dimanche piscine voir escalade en salle...
Ce matin, 8 heures, Sandrine a l'air motivée, bilan, bran le bas le combat, direction Entre les Fourgs...



Passé Jougne, je compte me garer au refuge de la queue... Erreur, le chasse neige a poussé la neige sur le chemin qui est "inemprutable !!!" Bref, je me résigne à monter dans le village sur la route bien enneigée.

Nous nous équipons dans la bonne humeur : Agathe, Marie et Louis en raquettes, j'utiliserais mùes Wed'ze de rando et Louis, n'aura rien, nous n'avons aps de matos pour 5, il marchera en queue de groupe pour profieter d'une trace plus solide ...



Nous remontons les pentes des pistes de ski d'Entre les Fourgs avant de les quitter en haut. Et là ... 60 cm de poudreuse aved une sous couche ramolo... Il faut tracer dur et les petites jambes des loulouches ont bien du mal dans cette quantité de peufff. Nous rejoignons le chalet de la Piagrette pour un pique nique dans la neige.

Nous repartons au Nord Est en direction du Suchet, je louvoie entre les arbres pour agrémenter la montée en faux plat.  Nous stoppons vers 1380 m pour une longue pause.

Recherche d'ARVA, bonhomme de neige, bataille de boules de neige avec tranchée (pour reviser la guerre de 14 !) trou à neige... On ne s'est pas ennuyé. Nous attaquons le retour sans succès et sans Suchet ( nous sommes (très) loin du but !!!  On est revenu au pifometre, GPS en main !!! , Agathe nous a trouv des passages exclusifs dans la forêt. Arrivé à la piste de ski, Agathe Marie et Louis ont échangés les araquettes contre des sacs poubelles pour une descente en luge d'enfer ! Sandrine a pris beaucoup de plaisir à descendre tout le matos ... pendant que je me faisais un petit hors piste de rêve.
Tout s'est terminé avec les 3 enfants sur ma paire de ski... Un peu casse gueule mais ça passe quand il n'y a pas trop de pente.



Donc joli but familial pour résumer !

Topo

pour les bons : D'ente les Fourgs : remonter les pistes de skis et rejoindre le Chalet Piagrette, poursuivre Nord Est jusqu'au point 1389 et redescendre la Combe du Commun  pour rejoindre la plateau de la Poyette  remonter toujours Nord Est jusqu'au sommet du Suchet ( croix 1554 sommet officiel plus loin 1588 m !)

 

 



Vidéo
 

 

<< < 10 20 30 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 > >>