Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Petit Alpiniste Illustré

Le Petit Alpiniste Illustré

by Apoutsiak

- Avalanche - caméra embarquée - chute

Apoutsiak — Vidéo - Mountains around the world

Voilà une petite vidéo, d'un skieur emporté par une avalanche. Caméra embarquée BELLE PLAQUE A VENT !!!  Plus d'infos sur skipass.com.

A chaque fois que je la revois, j'ai des frissons

Et toujours pas de nouvelles de  mon Orthovox S1 qui est commandé chez EXPE...

 

et ci dessous une autre vidéo

 

 

Le Suchet en raquette et ... en luge

Apoutsiak — Ski de randonnéeJurafamilleAgatheMarieLouis

Enfin, la neige est tombée, après quelques hésitations (du type ski de rando - pas ski de rando ? ou avec ou sans les enfants), Dimanche 10 Décembre  nous partons pour Entre les Fourgs et le refuge de la Queue. Quelle joie dans la voiture lorsque nous avons vu les premiers champs enneigés !

Arrivés sur le parking enneigé, nous pique niquons  et nous équipons pour ne pas avoir froid, il fait -5°C et il y a 5 centimètres de neige. Nous sommes 3 en raquettes ( Sandrine Agathe et moi), Louis et Marie marcheront, une luge à leur disposition pour certains passages. Marie, rapidement, profite de la luge tandis que Louis fait la trace dans la profonde ( et la profonde, quand on n'a que 5 ans, c'est de la neige par moment jusqu'aux cuisses) Nous remontons dans les magnifiques forêts d'Entre les Fourgs vers la roche marquée, les arbres sont magnifiques.

A la roche marquée changement de technique, il faut enlever les raquettes et longer le torrent dans un passage plus technique. Nous passons dans le lit du torrent pour  gagner la grande Combe.  Une petite pause barres de céréales est bienvenue. Nous remettons les raquettes, je trace avec la luge et alternativement Louis ou Marie dedans. Les organismes sont fatigués notre groupe n'avance plus ... même Sandrine souffle.  Nous continuons la remontée de la grande Combe. Je termine avec Louis la montée bien raide vers la ferme. Je redescends chercher Agathe pour l'aider à remonter le raidillon puis une troisième fois pour Marie qui n'en peu plus, elle attendra là avec Sandrine.

Nous repartons au dessus de la ferme pour regagner le bois, nous reperons les premières traces à pied, en raquettes mais également de skis, dans les endroits ou la neige a été soufflée, traces de ski caillou, je ne regrette pas de ne pas les avoir amené ! Il y a des accumulations de neige et des endroit où seuls 5 cm persistent. Agathe et Louis parviennent au sommet fatigués.

Courte pause , il est 15 h 35, nous redescendons, je tire la luge puis la retient dans certaines descente avec Agathe et Louis dessus. Agathge décide de m'aider elle se met devant et je retiens l'engin. Louis est aux anges. Nous rejoignons Sandrine et marie avant de de redescendre tous ensemble. Louis et Marie profitent de la luge que je guide. Ils sont aux Anges. Le passage délicat est l'occasion de nous faire dépasser par deux groupes, alors que jusque là nous étions seuls. Nous atteingnons la voiture vers 17 heures, la neige a un peu fondue, par endroit c'est impressionnant, pour le ski de rando, ça sera plus tard.

 

Rendez vous à Metabief ou aux Rousses le week end prochain  pour une séance de ski de piste en famille !

 

Vidéo skieurs emportés par une avalanche - Avalanches DANGEREUSES - ARVA

Apoutsiak — vidéo - Les vidéos d'Apoutsiak

Trouvé en surfant sur le net ( sur Skitour, pour être précis ce petit lien ) Jolie avalanche de plaque avant pour la première vidéo, pour la seconde , accrochez vous, du stress pour les skieurs.

 

Tout celà pour  remettre en place quelques (vagues) notions de sécurité

 

Ne partez jamais sans la trilogie ARVA Pelle Sonde (pour tous les participants)

Ne partez Jamais seuls !

Consultez le BRA (Bulletin des risques d'avalanche) avant de partir (l'ARVA , la pelle et la sonde doivent dans la mesure du possible être inutiles (à part peut être pour construire un igloo !)

Sachez renoncer !!!

 

Pour plus d'informations sur les avalanches et l'utilisation des ARVAs, allez voir ici

Plaque à vent

Diverses avalanches (plaques et poudreuses)

Le gendarme héréditaire de l'aiguille du Moine

Avant hier, je surfais sur camp to camp, quelqu'un y avait rentré l'aiguille du Moine par la voie Normale. Etant donné que j'ai pris deux buts sur cette montagne, je lis le compte rendu. Et je vois que dans celui ci on parle du gendarme héréditaire cher à Guillaume, et Guillaume, c'est votre serviteur... c'est à dire en quelque sorte ... moi !

On m' appris que tout commence toujours par un "petit un historique" donc ... petit 1 historique ;-)

Il y a une disaine d'année, je suis venu avec Thib, mon frère  . Nous sommes montés, de Chamonix jusqu'au Couvercle sans prendre le train. Au programme du lendemain... la voie normale de l'aiguille du Moine. Le lendemain, tout se passe bien, nous remontons jusqu'au petit glacier à la base de la face sud, nous rejoignons le couloir du départ de la voie et remontons les deux premiers couloirs comme indiqué sur le topo. Puis une sente  et des cairns nous emmènent sur la montagne jusqu'à une arête infranchissable avec un gendarme !. Nous redescendons et tentons plus à l'ouest, un dièdre  en V en grosse... il y a bien des sangles et des spits, mais pour notre niveau trop dur. Nous passons de longues heures à chercher la voie, des cairns il y en a... PARTOUT, mais de là à trouver le bon chemin.

Juillet 2001, de retour au Couvercle avec Isabelle (en prenant le train du Montenvers , évolution de la situation professionnelle oblige) , ascension de la pointe Isabelle avec Isabelle puis traversée des Courtes (MAGNIFIQUE). Un petit coup de crampon dans la cuisse d'Isabelle en fin de traversée , des steri strips à 3800, la médecine de guerre, ça me connait, puis franc succès quand j'ai ouvert la pharmacie du refuge ou l'ensemble des médicaments avaient au minimum passés la date de péremption de 10 ans.  (voir là pour de plus amples informations).

J'explique à Isabelle  mon souhait de gravir le Moine, elle me répond, pas de problème je l'ai déjà fait avec quelqu'un , c'était super simple. Tant mieux, ça ne m'était pas parru évident la première fois !

Bref nous partons, moi, le couteau entre les dents, elle, les steri strips sur la cuisse pour cette nouvelle tentative, la météo est bonne et stable. Nous remontons le petit glacier. Premier problème, pour atteindre la base de la voie, il faut descendre dans une énorme rimaye et remonter son bord supérieur rocheux, patiné et tremper. Après prêt d'une heure d'attente , nous passons et attaquons les 2 couloirs ( là, je suis très à l'aise, je sais que c'est le bon début de voie !!!) Puis, c'est le classique grand louvoiement entre les cairns , les éperons rocheux et les arêtes ... pour arriver face au gendarme...

50 ans plus tôt mon Grand père (Henri Bolon) venait déjà en montagne et le l'aiguille du Moine avait été l'un de ses objectifs. J'ai interrogé ma Grand-ère à ce sujet et elle me parle de nombreux échecs successifs dont certains où elle aurait participé... Grand Père a pris des photos de ces échecs et sur l'une d'elle on retrouve le même gendarme que celui que j'ai atteind 50 ans plus tard

C'est bien un but héréditaire !!!

 Au cours d'un forum de camp to camp, j'ai raconté cette histoire de but héréditaire et de gendarme atteint en systématique. Loïc, un membre de camp to camp a buté au même endroit (ce qui à mon avis est un très grand classique) et a eu la bonne idée de le prendre en photo  comme je le proposais sur le forum pour valider le but. Il a du modifier la course en notant la présence de ce gendarme héréditaire cher à Guillaume. Cette allusion me fait bien plaisir, c'est idiot, mais c'est comme ça. Merci à lui.

 

Gendarme---Aiguille-du-Moine---31-Juillet-2001-2.jpg
Bassin-de-Talefre-10-7-1953.jpg

31 Juillet 2001 avec Isabelle Saillard

(Apoutsiak)

10 Juillet 1953 Henri Bolon (mon Grand Père)

 Pour retrouver :

le forum camp to camp sur les buts responsable de l'expression but héréditaire

le topo de l'aiguille du Moine par la voir normale

 

 

 

 

 

( traduction : but = echec)

expedition de Lionel Daudet aux Kerguelen

Apoutsiak — alpinisme

Une Grand-Mère, les îles Crozet, les îles Kerguelen , une expé à vous de recoller les morceaux

carte îles Kerguelen

carte îles Crozet

îles Crozet

Pour beaucoup, vous ne le savez sans doute pas, votre petit Apoutsiak est le petit neveux d'un certain Monsieur Crozet, qui a découvert les îles du même nom, il y a un certain temps. Pour être plus exact, le capitaine ayant cassé sa pipe (enfin je le pensais, pour tout comprendre lire ci dessous l'histoire des îles Crozet), Monsier Crozet est devenu maîre à bord (après Dieu), il est tombé sur les îles , et là bingo, son nom passe à la postérité. Deuxième précision, on m'a toujours parlé du cousin de ma grand mère, mais j'ai l'intime conviction que ça n'est pas un cousin de première génération et que quelques générations nous séparent. ( les îles ont été découvertes en 1772)

les îles Crozet (merci Wiki) Histoire des îles

Les îles Crozet furent découvertes par l’expédition de l’explorateur français Nicolas Thomas Marion-Dufresne qui fit débarquer son second Julien Crozet sur l’île de la possession le 24 janvier 1772. Crozet prit alors possession de l’archipel au nom de la France. Le capitaine britannique James Cook nomma ces îles d’après Julien Crozet, ayant également donné son nom de Marion-Dufresne à l’île Marion, de l’archipel du Prince-Édouard.

Au début du XIXe siècle, les îles Crozet étaient souvent visitées par des chasseurs de phoques, provoquant leur quasi disparition vers 1835. Après cette date, la chasse à la baleine fut la principale activité menée autour de l’archipel, particulièrement par les baleiniers du Massachusetts, aux États-Unis.

Les naufrages , le navire français Tamaris coula et son équipage se réfugia sur l’île aux cochons. Ils attachèétaient fréquents aux abords des îles Crozet. Le chasseur de phoques britannique Princess of Wales coula en 1821 et les rescapés du naufrage passèrent deux ans sur les îles. En 1887rent une note à la patte d’un pétrel ; la note fut trouvée sept mois plus tard à Fremantle en Australie, mais les naufragés ne purent être sauvés. La fréquence des accidents maritimes autour des îles était telle que la Royal Navy y envoyait de temps en temps un navire (à intervalles de quelques années) pour récupérer d’éventuels survivants.

Après 1923 et l’affirmation de sa souveraineté, la France administre les îles Crozet comme une dépendance de Madagascar, mais elles deviennent un district des Terres australes et antarctiques françaises en 1955. En 1961, une première mission a lieu sur l'île de la Possession. En 1963, la base permanente est construite au-dessus du site de Port-Alfred, elle reçoit en 1969 le nom d'Alfred Faure (chef de la première mission). À l’heure actuelle (42e mission en 2005), la station possède une équipe de 18 à 30 personnes suivant la période de l’année et les scientifiques y réalisent des recherches en météorologie, biologie, géologie, magnétisme terrestre et sismographie

En gros, ça n'a presque rien  a voir avec le sujet, mais tout de même, pas loin (vu d'ici des îles Crozet, il y a les Kerguelens, et sur les Kerguelens, il y a un sommet qui s'appelle le Mont Ross. Une expé est en train de tenter de le gravir et de faire une magnifique traversée d'arêtes... expé composée entre de Lionel Daudet, Sebasstien Foissac, Philippe Pellet, Emmanuel Cauchy et Véronique Grilleau-Daudet . Bon courage à eux, il me semble que la météo sur les Kerguelens ne laisse que de brèves fenêtres météos et qu'il y a toujours beaucoup de vent (pour une course d'arête...)

Le Grand Ross et le Petit Ross

Pour info : vous retrouvez le récit de cette expé sur les sites suivants. Bravo à eux et bon courage.

http://yannick.michelat.free.fr/Telross.htm

http://alpinisme.blogs.liberation.fr/mon_weblog/

 

La montagne, c'est fini, demain ,je pars à la mer...

Apoutsiak — Vidéo - Mountains around the world

Voilà, ce qui pourrait bien m'arriver, si je ne prends garde...

8 jours sans article, je pense que vous saurez trouver des occupations, déterrer de vieux sujet ou de vieilles vidéos de LPA TV par exemple...

Shark vs Seal

Un petit requin devore une petite otarie qui passait par là(ou peut être est ce un phoque) ... impressionnant -  bon appetit à lui ( Dure la nature et sa loi implaccable) .  Rien à voir avec la montagne, mais étant donné que je pars à la mer...

 

quelle saison !

Apoutsiak — humeur

Le 3 Octobre 2006

Je crois que cette fois ci, la saison est bien terminée. Mais quelle saison... La plus belle de ma courte carrière d'alpinisme. J'ai commencé par apprendre aux enfant à skier aux Rousses et à Metabief, en parvenant sur 4 sommets du Jura en ski de rando ( Grand Colombier - Suchet (but) - Chasseron et Chasseral par la fameuse combe Grède) puis 5 jours avec Odyssee montagne et Yannick Grazianni ( Petite Verte par le couloir Chevalier, Couloir Vogler à l'aiguille du Midi, cascade de glace) , 5 jours avec Jean- Michel au col du Simplon, 3 jours de raid à ski vers l'Aletschhorn grâce à camp to camp, puis une semaine en juillet avec Claire achevée par une magnifique traversée de la Meije. La petite Verte avec Thib cet été puis, pour finir Bionnassay Mont Blanc avec Laurent avant de buter le week end dernier sur l'arête Gallet au Dolent !

 

Débuter l'année par un but au suchet, la terminée par un but au Dolent... ( entre les deux, juste un but au Rofflehorn, pas mal !

Quelle magnifique année !

Merci à Sandrine pour sa patience ainsi qu'à tous mes partenaires de cordée !

Sauf "exception", je remprends en decembre, 2 mois de trève, c'est court...

Les courses en 2006

Suchet Jura ski de rando
Grand Colombier Jura ski de rando
Chasseron Jura ski de rando
Chasseral Jura ski de rando
Goulotte Vogler - aiguille du Midi Mont Blanc Alpinisme hivernal
Couloir Chevalier - Petite aiguille Verte Mont Blanc Alpinisme hivernal
Courses autour de l'hospice du Simplon : Monte Leone - Breithorn - Boshorn Valais Ski de rando
Raid à ski glacier d'Aletsch - Aletschhorn Oberland Ski de rando
Pilier Nord Est des Bans - Gioberney - Traversée de la Meije - Meije Oreintale Oisans Alpinisme
Petite Aiguille Verte Mont Blanc Alpinisme
Traversée Bionnassay Mont Blanc Mont Blanc Alpinisme
Dolent arête Gallet Valais Alpinisme

 Meije Doigt de Dieu vu du Grand Pic, photo Guillaume Ledoux

 

 

Dessin animé : Bernard à la montagne

Apoutsiak — alpinismeVidéo - Mountains around the world

 

 

 

Agathe, Marie et Louis ont adoré !... moi aussi !

But au Dolent par l'arête Gallet

Apoutsiak — alpinisme

La montée au bivouac du Dolent est une montée sans histoire. Départ de la Fouly, le sentier est magnifiquement balisé jusqu'au bivouac (balises rouges et blanches) et très bien tracé, quelques passages avec des échelles et des chaînes, rien de bien difficile. Nous avons mis 2 heures 1/2.

Partis à 9 heures du matin, nous en avons profité pour faire un petit repérage : nous sommes montés jusqu'à 2900 mètres, le glacier au dessus présente des passages entre 40 et 45° en glace, nous avons trouvé un couloir en rocher délité que nous comptons prendre le lendemain : base du couloir : 2910 m. La voie classique prend des vires à 2830 m qu'il est difficile d'atteindre : 1 "saut" de 1 mètre avec réception sur du rocher "sans trop de prises..."

Nous redescendons contents de nos découvertes.

Couloir classique : 2850 mètres - difficilement accessible 1 mètre avec réception délicate...

2910 m : Solution tentée mais délicate : rocher extrêmement délité.

Mauvaise idée !

Passage à 40-45° en glace : la solution à adopter en fin de  saison . Attentino aux ponts de neige.

Nous retrouvons une autre cordée "camp to camp" : David et Frédéric, nous discutons tout l'après midi dans ce magnifique bivouac.

Il pleut toute la nuit...

Le lendemain matin, à 5h30, il pleut encore, je laisse dormir les martiens. à 7 h 10, il ne pleut plus, je saute au sol et entreouvre la porte, ça n'est pas le grand beau, mais il y a du ciel bleu. Nous décollons à 8 h 10. 5 minutes plus tard, sur le glacier, Laurent merdouille quelque peu l'art de la manoeuvre ( et oui, tu aurais pu remplir ta gourde la veille....  ;-) ), Frédéric et David passent devant.  Nous les suivons 5 minutes en arrière. Il décident de passer par le glacier alors que nous tentons notre couloir en rocher délité repéré la veille. Laurent meilleur grimpeur passe devant, il  me balance la moitié de la montagne sur le casque... Nous décidons de rebousser chemin et de suivre les deux futurs aspis. Petit raidillion à 40° (peut être 45°) en glace, puis il faut louvoyer entre les crevasses. Il y a maintenant 40 cm de neige sur le glacier. Merci à David et Frederci pour la trace. Un pont de neige est impressionnant : 5 mètres de lond sur 1 m 50 de large sur 2 d'epaisseur ... stresss ... Comme dans un dessin de Samivel, la trace est magnifique et louvoie d'un pont de neige à l'autre.

Nous regagnons la rive droit du glacier. 50 mètres d'escalade facile, je réussi à casser mes lunettes en me cognant le casque contre un rocher... Nous arrivons à un petit col, il neige. Nous regardons , DAvid et Frédéric qui ont bien plus d'esxperience que nous, batailler avec la montagne , le rocher est completement recouvert de neige, dry tooling ! Nous les observons de longues minutes, ils avancent extrêmement lentement. Le sommet est bouché, il reste encore prêt de 700 m d'ascenssion, l'arête finale à 50° sera peut être trop chargé, il faudrat alors redescendre ce passage en mixte délicat. Ne pas se mettre dans une situation inconfortable ou délicate.

S'ils n'étaient pas là, le demi tour s'imposerait... Hésitations...

Nous décidons de redescendre. Sage décision à mon avis.  Nous desescaladons les rochers et reprenons le passage de Samivel. Le pont de neige étroit et la galce un peu raide. Nous retrouvons la soucoupe rapidement. Petite pause pour refaire le sac, puis une heure de descente pour retrouver la voiture.

Il me semble que c'est seulement mon deuxième but de l'année après le Roffelhorn, mais poursuivre aurait été à mon avis imprudent. On reviendra...

Bravo à Frédéric et David qui ont réussi la traversée en 12 heures.

La vidéo suivra dans quelques jours.

 

La montagne sera encore là l'année prochaine !

 

 

Vidéo : le petit alpiniste illustré 2006 - Chutes en tout genre - alpinisme ski de randonnée VTT

Apoutsiak — vidéo - Les vidéos d'Apoutsiak

 


 

 

 

 

Une vidéo de plus, merci à tous les acteurs de cette vidéo...

C'est à mon avis ma meilleur video.

Chutes - ski de randonnée - alpinisme - VTT -  Vidéo - Luge

Bonne lecture

Vidéo : Jean-Michel à la montagne - ski de randonnée

Apoutsiak — vidéo - Les vidéos d'Apoutsiak

 

Et voilà un premier montage vidéo : Jean-Michel à la montagne... J'ai eu un peu de mal à rapatrier la vidéo mais j'y suis arrivé...  vous la retrouverez également sur ce lien : "ôde à Jean-Michel" vous y trouverez une partie de notre séjour au col du Simplon et sur le Roffelhorn.

J'y ai même mis de la musique, celà ne devrait pas vous casser les oreilles ...

la véritable source Mont Blanc

Apoutsiak — humeur


 

caillous_et_eau_en_provenance_-llaume_ledoux_apout

10 Septembre 2006, je récolte un peu de neige sur les deux sommets principaux foulés ce jour : l'aiguille de Bionnassay et le sommet du Mont Blanc. Et voilà comment corriger l'affront : j'ai la véritable eau source du Mont Blanc, récoltée par mes soins. Bon, je n'ai pas de quoi en produire une bouteille âis c'est un début, et s'il le faut , j'irais refaire mon stock autant de fois que necessaire...

J'ai même effectué un mélange de cépage : , je vous donne le truc pour un arôme plus alpin : 1/3 Bionnassay (4052m) - 2/3 Mont Blanc (4807m). A récolter le même jour ! A vous de trouver les plats qui vont avec ( le Bolino hachi parmentier - ou les lasagnes déshydratées pas assez cuites...)

Bref, je me retrouve avec 20 ml d'eau Source du Mont Blanc certifiée conforme par mes soins. Pas comme ces pâles pastiches...

Le prix de vente est de 775 euros HT le ml ( et oui, ce qui est rare est cher) faire offre dans les commentaires...

Pour ceux que ça intéresse, je possède également deux cailloux sommet de la Meije ( récolte primeur de juillet 2006 Grand Pic) . Attention, le prix va être calculé au milligramme ;-)

 

C'est pas tout ça, je retourne peut être sur le Cervin dans 15 jours , préparez vos porte-monnaie !

Epilogue

Bon..., ils ont l'air idiots mes deux petits cailloux séparés de leur maman Meije...Idiots et tristes !  Faudra que je pense à les  remettre à leur place ( en passant par la Pierre Alain par exemple...) . Je vous parle même pas de la neige du Mont Blanc, en dépit de mon pot stérile, il y a un joli voile nuageux qui s'est développé à l'intérieur.

C'est la première fois que je ramène des choses de montagne, François m'avait réclamé un caillou du Cervin, je me suis dit qu'un autre de la Meije lui ferait plaisir... Et puis les enfants, ça fera plaisir aux enfants. Mais si tout le monde fait comme moi, la Meije va devenir  un vulgaire Terril

Je dois mener une reflexion d'envergure sur ma pratique de la montagne...

 

 

Alpinisme Aiguille de Bionnassay - 4052 m

Apoutsiak — alpinismeMont BlancMassif du Mont Blanc4000Les 100 plus bellesAD

 

 

travers_e_de_l__aiguille_de_bi-_de_bionnassay_img_9310-7c79.jpg

 

  • Montée au refuge Durier 2375 m - 6 heures
  • Montée à l'aiguille de Bionnassay : 3 h 30
  • Dôme du Gouter Mont Blanc : 1 h 30
  • Sommet du Mont Blanc : température 5°C vent nul : O km/h - 4 personnes !
  • Visibilité ***

Pour info : Fermeture du refuge Durier ce lundi du refuge du Gouter dans 15 jours (26 Septembre) dernier TMB 16 h 35 - Derniere benne de téléphérique pour l'aiguille du midi 17 h 30

 

10 heures , Samedi 9 Septembre Parking de la Gruvaz. C'est le départ, j'ai le sac sur le dos, mais il y a un problème, mon dos est mouillé. Je ressort mon sac, enlève mon camelback... il est percé. Pour changer, je monterais avec une gourde. Nous discuttons pendant ce temps avec deux belge qui montent aussi à Durier. Nous passons par les chalets des Miage, nous paumons sous les barres rocheuses retouvant le sentier après avoir longé un torrent dans une végétation abondante...  Le sentier remonte alors une (très) longue morraine ( sur laquelle nos pique-niquons  qui mène au refuge de plan glacier. (seconde pause). De là nous traversons le glacier de Miage  pour rejoindre la base de l'éperon qui mène au col de Miage. Et là c'est  une longue montée pour arriver au refuge Durier (3369m) - 2350 m de deniveler.

Bonne ambiance dans le refuge qui est complet. L'organisation est impeccable et l'ambiance est bonne. Tout le monde fait la même course, c'est normal, il n'y a que ça à faire du refuge Durier...

Nuit Blanche (ou presque) -  dur.

le refuge Durier 3369 m

3 h 30 Dimanche 10 Septembre Refuge Durier 3369 m

 Lever déjeuner préparer, nous quittons le refuge vers 4 h 15, c'est la pleine lune, les piles preque vide de ma frontale éclaire juste mes crampons. Nous remontons les douces pentes de neige émaillée de parties rocheuses qui mène à la parti rocheuse.

Nous quittons les crampons (ce qui à mon avis est la bonne solution) avant d'attaquer l'escalade ( 15 20 mètre à droite de l'arête Sud dans une fissure de 5 mètres environ.  Je bourrine un peu pour faire le premier pas (d'après Laurent il y avait une prise pied droit que je n'ai pas vu) coincement du bras, coincement du genou dans la fissure. Bref je passe. Le reste de l'escalade est plus facile dans un rocher délité... Méfiance, même les bequets solides ne le sont pas ! Nous rattrapons la cordée précédente composée de Phil et de Raph (de camp to camp) qui grimpent en crampons, ça m'a l'air beaucoup plus merdique... Au relais nous discuttons. Pour info, il faut plutôt rester à proximité de l'arête plutôt que de partir à droite. Nous sortons cette escalade, rechaussons les crampons pour aller au sommet après 3 h 30 de montagne. Le paysage est magnifique, le soleil n'est pas lever mais le jour est là.

Nous attaquons la descente vers le col de Bionnassay, il faut passer le long de la magnifique coniche. Je pensais avoir affaire à une arête très effilée, elle ne l'est pas tant que ça.  Au col, il faut de nouveau remonter vers le Piton des Italiens puis le Dôme du Gouter avec un faux plat d'anthologie avant d'atteindre le sommet...

 

travers_e_de_l__aiguille_de_bi-sous_le_sommet_img_9297-48a3.jpg

 

 

11 h 15 Dôme du Gouter

De là, je file vers le Mont Blanc, à fond, il faut absolument que nous ayons le TMB de 16 h 35 ( le derniere) Je maintiens le rythme à 8 m/ minutes au minimum. Je passe Vallot, puis la Grande et la petite bosse, je fatigue un peu vers 4600 mètres avant de reprendre l'ascension du dernier raidillon et de la longue arête, qui me parraît plus longue que d'habitude ( elle doit faire au moins 300 mètres) Le sommet, il fait beau, je suis juste en polaire , pas un brin de vent et il y a juste 4 personnes. Quelques photos, je bois un coup avant de me lancer à corps perdu dans la descente. Je depasse deux Franc Comtois, nous échangeons quelques mots, puis je file, la remonter du Dôme du Gouter est toujours aussi galère. Je bascule toujours à fond vers l'aiguille. Je croise les belges qui sont très  content de savoir que je suis allé au Mont Blanc. Je rejoint Laurent qui est descendu avec Sandrine et Christophe et qui m'attend.



 

 

Petite pause dans une parfaite odeur d'urine venant des toilettes du refuge.  10 minutes plus tard nous quittons le refuge pour filer vers le TMB. Pas de problème, inutile de mettre les crampons, il y a encore plus de cables que l'année dernière (c'est mon impression), je commence à maitriser la descente du gouter, pour une fois je ne me suis pas trompé, en restant bien sur l'arête. La traversée des Grands couloirs n'est qu'une formalité ( sèche - cable imprenable) puis la descente jusqu'au Nid d'Aigle est bien longue. Nous y parvenons à 15 h 45.

nous retrouvons Sandrine, Christophe, François et son ami belge à la gare. Le TMB s'ébranle à 16 h 50, nous papotons durant la lente progression du train. Sandrine, aimablement nous prend en stop pour nous ramener au parking de la Gruvaz sous la pluie.

 

 

 

 

 

travers_e_de_l__aiguille_de_bi-e_de_bionnassayimg_9314-4827.jpg

 

 

travers_e_de_l__aiguille_de_bi-_le_mont_blanc_img_9329-971c.jpg

 

 

 

 

 

 Merci à Laurent, compagnon de cordée fort sympathique. et à bientôt pour remettre ça ( la Dent Blanche par exemple). Promis, je vais m'améliorer en escalade...

Merci à Sandrine qui nous a racourci le retour à la voiture

Merci à François, Christophe, Raph, Philippe  et les autres pour la bonne ambiance au refuge et  tout au long de la course

Dent Blanche ou aiguille de Bionnassay

Apoutsiak — Préparatifs - au jour le jourhumeur

Pour ce week end, tous les voyants sont au vert ou presque :

  • J'ai un partenaire de cordée : Laurent (de camp to camp)
  • Les deux courses sont à priori en condition (pour Bionnassay, c'est sûr, pour la Dent Blanche), je dois vérifier.
  • Le refuge Diurier est réservé et gardé !
  • La météo est bonne jusqu'à Dimanche, sauf peut être de maudits orages qui pourraient compromettre un parcours sur arête... donc il faut prévoir un plan B, plan que pour l'instant je n'ai pas, mais je vais réfléchir (une course en AD en face avec un peu de mixte pas trop engagée, voilà les données du problème)

 

 

travers_e_de_l__aiguille_de_bi-dome_du_gouter_img_9309-1423.jpg
Dent Blanche Aiguille de Bionnassay

Un détail pour vous, sans doute, mais pour moi, c'est un SACRILEGE

Apoutsiak — humeur

Et voilà, encore une bourde des technico-commerciaux !!!

Sandrine achète une bouteille d'eau dans une grande surface, jusque là, tout va bien. La marque me plait : Roche des Ecrins, ,je me prends à rêver, les Ecrins avec Thib il y a une quinzaine d'année, le Pelvoux dans la tourmente il y a 5 ans, la Meije (je crois qu'elle ne fait plus partie des Ecrins mais bon...)  ce qui me plait moins, cest la photo sur la bouteille, il me semble bien que c'est le mont blanc, je pense que l'on voit l'arêtes des Bosses "entre" des et "Ectrins", je n'en suis même pas sûr.

Donc je propose un boycot de la marque , dès que j'aurais fini mon stock ;-)

Et voilà un bel article de fond qui fera date dans l'histoire de l'alpinisme !


 

Il y a possibilité de trouver d'autres marques avec d'autres montagnes, et d'autres boissons sans montagne !!!

Mont Blanc , le nouvel Everest

Apoutsiak — humeur

Alpes ou Himalaya, à vous de trouver la réponse

Mont Blanc, le nouvel Everest ? Dans la vidéo de TV Mountain sur l'acension du Mont Blanc par Gérard Holtz et ses amis, cette image m'a étonnée : l'un des membres du groupe monte avec un appareil qui ressemble étrangement à un masque à Oxygène !

Une autre petite remarque : J'ai dormi une fois au refuge du Gouter, nous étions 3 pour 2 couchettes (z'avions bien entendu réservé plusieurs mois à l'avance) avec le matos (le refuge avait mauvaise réputation concernant les vols) , là, il me semble qu'ils sont au large, c'est sans doute pour la télé, ou c'est que les temps ont changé, pour moi, c'était en 1992 ! Depuis, j'ai bivouaqué fraîchement au dessus du refuge (là ou à présent c'est interdit), puis au Dôme (du fait de l'interdiction de bivouaquer au niveau du refuge...

Je ne vois pas bien l'intérêt de dire : il y a trop de monde sur le Mont Blanc et pour promouvoir ce discours, emmener des 10aines de personnalités avec un joli panneau "la montagne à l'état pur". Ce qui à mon sens tant à bannaliser l'ascension de ce sommet !

Epilogue de mon enquête

Après enquête , en fait un bon vieux post sur le forum de camp to camp, il s'avère qu'il s'agit en réalité d'une expérimentation sans rapport avec l'expedition (bizard de l'avoir mis dans la vidéo ...)

Un témoignage de JCB : "il s'agissait bien de tests physiologiques menés par le Laboratoire d'étude de la physilologie du sport de l'université d'Evry. Huit "cobayes" répartis en deux groupes. Des habitants de Sallanches (ville située au pied du Mont-Blanc) non alpinistes mais adeptes de sports d'endurance et huit alpinistes confirmés (plusieurs himalaystes).
Cacun était équipé d'un boitier pour calculer le rapport entre l'énergie dépensée et la vitesse ascensionnelle, et d'un masque pour évaluer la quantité d'oxygène consommée.
Système expérimental permetant en temps réel de transmettre la saturation du sang en oxygène, la température corporelle, la pression artérielle et la concentration du sang en acide lactique. Cette expérience au Mont-Blanc permet également de tester la résistance de ce matériel puisqu'en 2007 et 2008, l'opération devrait être reconduite sur l'Everest.
Rien à voir avec la cordée folkorique des "personnalités" qui commence à nous gonfler car annuelle sous des polémiques politiciennes Haut-Savoyardes cautionnées par le Maire de Saint-Gervais
."

Merci pour les précisions et surprenant !

Pour en savoir plus sur le Mont Blanc

Faire un pan d'escalade

Apoutsiak — Conseils Techniques

Je suis un piètre bricoleur, mais je me suis tout de même lancé dans la construction d'un pan d'escalade dans mon grenier. (SAE)

Je n'aurais désormais plus de raison de merdouiller dans un pas de IV !

1°) : matériel

 

  quantité coût Remarques
Panneau Triply 110 X 250 2  en cours L'atelier d'autrefois
Chevron 50 X 70 2550 - 2200  - 1145 bcp  en cours  
Equerres de Charpente 70x70x50 16

 kit quincaillerie

entreprise : 120 e

Entreprises
VBA 5X50 Vis à bois 200    
VBA 4 X 17 Vis à bois 512    
Insert à visser (pour les prises) 256    
Plaquettes coeur 6    
Vis TH 12X80 3    
Ecrous M12 3    
Rondelles M12 6    
Sandow 1    
       
Maillon rapide 6  21 e (les 8) Entreprise Burdin
Chaîne 2 m 6  41 e  
Cheville + système de fixation au mur 3  0 e F Simonin 
Vis  FHC Zinc 10X50 lot de 100 1 51 e Entreprise Burdin

Les prises Entreprises :

  • Pump Friction : 75 e
  • Panic : 45 e
  • Molecule : 23 e
  • Kids : 59 e

 2°) Outillage

  • Perceuse
  • Mèche à bois 4 et 12
  • Mèche à Béton longue 6 et 8
  • Visseuse + cruciforme et trox
  • Equerre
  • mètre ruband
  • 2 Clefs 19

 3°) le plan de montage

Prière de télécharger le PDF suivant d'Entre Prises où tout est bien expliqué !

 

4°) : Les étapes du montage

 

 

Assemblage des Chevrons à l'aide des Equerres et des Vis à Bois 5X50
Mise en place des plaquettes sur les côtés du cadre
Meuleuse sur les extémités (pieds) du cadre
   Préparation des plaques de Triply
      Percement des tous tous les 15 centimètres avec un mèche de 12 (prétrou à 4 pour information)
vissage des inserts avec des vis à bois 4X17
Mise en place des plaquettes et des chaînes du le mur
Vérification de la hauteur du cadre
Préparation
Fixation du cadre
Utilisation intensive 5 minutes après la fin du montage !
Et voilà le travail !!!
  • Assemblage du cadre
  • Percer et inserer les panneaux
  • Monter le cadre en position
  • Fixation du Cadre
  • Fixation des panneaux
  • Repérer les positions 15 30 et 45
  • Grimper !

Et voilà le travail !

 

 

Remerciements : Merci à François Simonin pour ces conseils avisés même si sur le coup des mèches, c'est le vendeur  qui avait raison !

Merci à Christophe Espinasse pour la séance de portage

Merci à Philippe Paillard (l'Atelier d'Autrefois) et à ses ouvrier pour le travail sur le bois .

Merci aux vendeurs de chez Burdin pour leur patience (oui, je sais, je suis un piètre bricoleur...)

Topo photo : Petite Aiguille Verte

Apoutsiak — alpinismeMassif du Mont BlancThibault

Mardi 15 Août : comme prévu , la fenêtre météo est là, étant donné les conditions météo, nous ne sommes pas partis sur les pentes avalancheuses du Mont Blanc du Tacul ( et bien m'en a pris, une avalanche s'est déclenchée sur les pentes du Tacul le 19 Août, 4 jours plus tard...) et nous contenterons de la Petite Aiguille Verte.

Nous prenons la benne de 7 h 30 dans laquelle nous sommes seuls, je suis étonné mais serein. Du sommet des Grands Montets, nous appercevons 3 cordées remonter le glacier, elles ont du bivouaquer au niveau de la benne, bon esprit, il fait -7°C en haut et il y a 40 cm de fraiche.

Nous remontons rapidement les pentes tranquilles pour rejoindre les 3 cordées au niveau de la rimaye, elles décident de faire demi tour. J'attaque la passage, la rimaye présente un pont de neige suivi d'une courte traversée sur 5 mètres en glace avant de remonter sur 7 mètres environ un passage raide , toujours en glace. 20 mètres plus haut, je fais un relai sur un bequet. Malheureusement, Anne-So (ma future belle soeur ) ne passe pas, je redescends le délicat passage et nous la redescendons aux "Grands". Deuxième chance, seule une cordée est devant nous mais le téléphérique dégorge de volontaires pour le sommet. Avec Thib, nous rejoignons l'arête. Un peu d'escalade, jamais très difficle (le plus dur est un passage en III sup, mais avec la neige, on a du mal à voir les prises, je grimpe parfois sans gants, un peu d'onglet après les passages ! Le rocher est en général excellent !

Le sommet est atteint, la descente va être presque aussi longue avec le croisement des cordées qui montent. Il y a de tout, des guides qui braillent, sur leur clients, des guides qui sont sympas, d'autres moins, certains donnent des conseils, d'autres pas... Il y a un peu trop de monde à mon goût, mais je n'avais qu'à gravir un sommet moins ... téléphérique !

De retour en bas, nous décidons  de faire de l'école de neige et un peu de rocher sur l'arête qui part en direction de la petite Aiguille Verte. C'est une réussite, le rocher y est quelque peu pourri, mais l'arête amusante.

16 h 30 il faut reprendre la benne pour retrouver le plancher des vaches et aller manger une délicieuse tartiflette chez les Bret !

Le Mont Blanc et les Aiguilles de Chamonix depuis les Grands Montets

La vengence est un plat qui se mange froid et au pied des pistes !

 Danger crevasses

<< < 10 20 30 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 > >>