Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Petit Alpiniste Illustré

Le Petit Alpiniste Illustré

by Apoutsiak

La flamme olympique au sommet de l'Everest

Apoutsiak — humeur
La flamme olympique aurait atteint le sommet de l'Everest.

Forcemment, il y a un doute : ce brouillard, la vitesse des ascensionistes, 31 alpinistes au sommet au même moment... Le sommet interdit à toutes les autres expeditions, versant Tibetain (chinois) ainsi que versant Népalais ( sans doute par pression diplomatique des Chinois sur le Nepal...), permettant, en cas d'echec, la diffusion d'une vidéo réussie, et un sommet sans témoin !  De toute façon , sommet ou pas,  il y aurait eu doute dans tous les cas, et ça ne change pas grand chose !

Juste une façon pour les Chinois d'affirmer de nouveau leur domination sur la province du Tibet !
Le Tibet libre, vaste utopie, je le pense, mais on peut tout de même esperer un meilleur sort pour les habitants de cette provinceavec un peu plus de justice...

On peut noter que la vidéo de Youtube a été spamée dans ses commentaires par les Pro Chinois : Trop fort !!! (d'ailleurs, d'autres vidéos concernant la flamme au sommet de l'Everest sont spamées)




et, pour équilibrer un peu le débat ou plutôt les vidéos, rappelons la facilité avec laquelle la flamme à traversé Paris... A chacun son Everest ( et dans ce cas, l'Everest de certains n'est pas celui qu'on pense...)


Finalement, j'en ai mis deux, c'est pas génial pour l'équilibre du débat, mais bon... Je n'ai jamais parlé d'impartialité.


vidéo : Ueli Steck : la face Nord de l'Eiger en 2 h 47 !

Apoutsiak — Vidéo - Mountains around the world
Le 13 Février 2008, le suisse, Ueli Steck a réussi à gravir la face Nord de l'Eiger en 2 h 47 et 33 secondes.
Je ne comprenais pas comment il avait fait...
Quand je vois la vidéo, je comprends mieux... il va 10 fois plus vite que moi !

alors bravo

Les premiers ascnsionnistes de la face Nord ont mis 4 jours : du 21 au 24 Juillet 1938, ils s'appelaient Heinrich Harrer, Anderl Heckmair, Fritz Kasparek et Ludwig Vörg

Je reste impressionné !

Le renard du Chasseron

Apoutsiak — humeurFauneChasseronJura


Article pour l'instant rare, fruit d'une rando en famille, mais le topo restant intéressant : je le publie.
Donc rando famille ! ( pour enfants entrainés et compétents !)

Le topo,  justement

Montée

De la vallée de Noirvaux ( sorte de transformateur vers 1020 m), gagner la ferme des Deneriaz Dessous, en suivant la route forestière. De la ferme, prendre à droite le sentier pedestre qui penetre dans la forêt puis se met à grimper relativement fort. On gagne alors l'alpage et la ferme de la Merla.
Remonter la combe (si agréable en ski de rando) soit au milieu, soit en prenant en lisière de forêt, àdroite, vous trouverez un sentier (solution plus sympatique, surtout avec des enfants )

Le sentier traverse alors la combe (traversée ascendante)  avant de  filer vers le col du Chasseron.

De celuis-ci, on gagne le chalet hôtel du Chasseron et le sommet
Le-randonn-e-le-renard-du-Chas-u-sommet-la-Merla-ferme-01bc.jpg
vue depuis le sommet : la ferme de la Merla et la Grande Combe à gauche


Descente : plein Nord, en prenant bien garde de ne pas filer au Grandesonne dessus mais bien de prendre à l'ouest de celles ci. Puis à l'altitude 1458 m le sentier plonge dans la forêt pour se diriger vers les roches Eboulées.

Deux options pour la suite, soit prendre le chemin carrossable qui passe par les Deneriaz dessus et rejoint Noirvaux, soit, solution plus aventureuse, plongée dans le vallon à gauche pour rejoindre le torrent  en passant par les barbelés et les passages raides sans sentiers. On rejoint le chemin carrossable après les Deneriaz dessus.

De là, le faux plat descendant vous ramène au dessus de Noirvaux

La météo :

Beau temps, ciel légèrement voilé.

Les conditions :

Encore un peu de neige, à partir de la Merla
Nous ne sommes pas passés par le col mais sommes montés en haut de la combe, passage en neige un peu raide.
Neige dans la descente au dessus de 1300 mètres, bonne soupe



Le récit :

La rando etait imposée, et l'idée d'aller arpenter les montagnes avait rencontré  un très faible succès  dans la jeune génération ! Leur mère avait soutenu le mouvement contestataire, mais j'avais tenu le cap : nous irions gambader dans le Jura Suisse !

Le départ de la rando s'effectue vers 10 h 30, chacun cherche son rythme : le mien ! La montée aux Deneriaz dessous ne pause pas de probleme, ensuite, les pentes un peu raide font souffler les plus anciens Marie et Louis filent !  A la Merla, je décide, sous la pression de la foule de pique niquer. Il n'est que 11 h 30 , certains siestent sur les rondins de bois tandis que d'autres organisent une partie de ramasse sur un petit névé !
Le-randonn-e-le-renard-du-Chas--Marie-siest---la-merla-1335.jpg
"certains siestent sur des rondins de bois ..."


Vient alors la remontée de la Grande Combe, d'abord rive gauche, en lisière de forêt, puis en traversée ascendante vers la droite. Les traversées de névés se succèdent. En haut de la combe, je décide de remonter directement sur la crête. Les 20 m terminaux sont délicats. Je monte les enfants un par un, 4 passages ( un premier pour faire la trace et voir et 3 pour monter Agathe Marie et Louis.
Le-randonn-e-le-renard-du-Chas--papa-pic-de-n-ouvielle-b211.jpg
sortie du "crux"de la voie  -   photo Agathe Ledoux


Reste l'arête qui mène au chalet hôtel puis au sommet. Le toboggan est bien tentant mais entouré de neige, nous n'y aurons pas accès...

Au sommet, pas mal de monde, nous nous trouvons un rocher où je me repose tandis que les enfants vaquent à leur jeux : dessins - photos et ballades entre les névés.

Le-randonn-e-le-renard-du-Chas-the-et-Marie-n-v--neige-9c8f.jpg
descente enneigée

Nous repartons  pour la descente dans la soupe. les névés se succèdent, les chutes aussi, le tout dans la bonne humeur. Il faut descendre sur les Roches éboulées... et, quand nous arrivons en haut de la combe, je vois des gens, et un renard à quelques mètres... " c'est pas possible, c'est un chien" me dis-je ! mais non. Je m'approche et salut les deux randonneur " ça vous arrive souvent d'attirer les renards ?" , ils m'expliquent que le renard est semi apprivoisé par les randonneurs. Les enfants sont aux anges, le renard vient, prend un peu de nourriture à leur pieds, repart dans la forêt la chacher, 5 minutes après il renouvelle l'opération, toujours méfiant, mais toujours plus téméraire. Tout le monde profite du spectacle .... incroyable !

Après 1 heure, resté là, nous décidons de descendre enfin aux Roches éboulées, un peu d'escalade. Puis nous repartons pour couper le virage des Deneriaz dessus dans le vallon, à l'aventure. Pas de sentier, mais ça passe, c'est un peu scabreux par moment.
Nous retrouvons, le long chemin qui ramène à la voiture.

"Maman ne va jamais nous croire !"

Les photos :
Le-randonn-e-le-renard-du-Chas-athe-et-Marie-le-renard-7bee.jpg
Le renard, Agathe et Marie


Le Renard du Chasseron




Topo GPS du Chasseron ou travail des insectes xylophages ?


La vidéo :

 ... à suivre



Raid en étoile bivouac de l'envers des aiguilles dorées bivouac Plines

Apoutsiak — Ski de randonnéeRaid à skiMassif du Mont Blanc
cliquez sur les photos pour acceder aux différents articles


1er jour :
Ski de randonné : Grands Montets
col du Chardonnet
fenêtre de Saleinaz
col Droit
bivouac de l'envers des Aiguilles Dorées



2ème jour
Ski de randonnée : Grande Lui

 

Raid---ski-bivouac-de-l-envers-a-Grande-Lui-ar-te-


3ème Jour
Alpinisme : Aiguille du Tour par le couloir de la brêche
Raid---ski-bivouac-de-l-envers-br-che-aiguille-du-



4ème jour
Ski de randonnée
Col du Chardonnet Argentière
Raid---ski-bivouac-de-l-envers-tsiak-col-du-Chardo


Ski de randonnée : Col du Chardonnet, traversée Est - Ouest

Apoutsiak — Ski de randonnéealpinismeMassif du Mont Blanc

vue depuis le col du Chardonnet sur l'aiguille Verte

Topo :


Du bivouac de l'Envers des Aiguilles Dorées rejoindre la rive Gauche du glacier de Saleina et la remonter pour aboutir au pied du col du Chardonnet. Laisser les skis et gravir la pente (40- 45 °)
Descendre versant Ouest  au centre puis en rive gauche le glacier du Chardonnet. le bas de la pente peut s'effeectuer au centre du glacier s'il est en condition !


montée au col
Météo :

Grand beau

Conditions :

Neige Ultra dure
Soupe un peu 200 mètres au dessus d'Argentière



Récit de la course :

Dernier jour de raid, à 5 h 30 je ne dors plus, nous décidons de partir. Rejoindre le glacier de Saleina et remonter le long chemin vers le col du Chardonnet ! Nous sommes seuls sur le glacier , pour une fois je trace, en fait je ne trace pas grand chose sur cette neige dure, mais j'imprime le rythme et je choisi l'itinéraire : tout droit !
Brieuc dort drrière mes spatules.
Deux conversions plus loin, nous sommes au pied du couloir du col du Chardonnet
Nous cramponnons, la neige est hyper dure. Je le trouve bien raide ce couloir, plus qu'à l'aller !
Brieuc m'attend au sommet.
Nous redescendons côté Argentière, la neige est dure mais parfaitement skiable, je réalise quelques photos. Un passage crouteux me stresse : "et si toute la fin de la descente estait comme ça ?) en fait non, ça reste dure, il s'agit de trouver des endroits non trafolés!

Nous descendons la dernière pente, Brieuc virevolte, tandis que je me fais quelques dizaines de mètres en dérapage, on ne se refait pas !
Nous traversons le glacier d'Argentière et rejoignons les hors pistes qui descendent des Grands Montets, ski dans les crevasses bouchées du glacier ! Puis nous arrivons sur les pistes officielles et Lognan.  La musique à cette gare de téléphérique est à fond et marque le fameux retour à la cvilisation ! Il est 9 h 30 nous basculons sur la piste fermée qui ramène à Argentière : champ de bosse dure, histoire de nous épuiser. Un court portage et c'est l'arrivée dans un peu de neige soupe !

Retour à la maison pour un petit parcours de VTT.

Photos :


Les petits matin blême : Brieuc
4 alpinistes sur le chemin du col de Saleina

Courtes et Tour des Courtes bassin d'Argentière
La face Nord des Courtes : magistrale


Vidéos

Alpinisme : Aiguille du Tour - par le couloir de la Brêche

Apoutsiak — alpinismeSki de randonnéeMassif du Mont BlancRaid à ski
Lever de soleil face Nord aiguille d'Argentière
 
Lever de soleil sur l'aiguille d'Argentière, Sebastien et Alexandre

Topo

Difficulté : AD I (perso je mettrais AD + !!!)

Du bivouac de l'Envers des Aiguilles Dorées , gagner le col du Pissoir par le col Droit ou la fenêtre de Saleina. Ce col peut également être atteind du refuge de Trient (plus proche)
Descendre le col du Pissoir ( PD 45°) si la descente est délicate, passer par le col du Midi des Grands pour rejoindre le pied du Couloir

On peut également atteindre le pied du col du Pissoir par le refuge Albert 1er (c'est le plus rapide)

Du pied du couloir, remonter ce couloir par les passages les plus évidents (voir récit ci dessous) relais sur bequets ou sur broches. Au sommet du couloir, un bloc coincé barre le passage, c'est le Crux de la voie, difficilement protégeable (friends à droite, piolet coincé au dessus) en bourrinant un peu ça passe, attention, au rocher branlant dans ce petit couloir... (bequet au dessus correct pour relai)
On atteint alors une pente de neige qui mène à la brêche.
De la brêche, atteindre le sommet Nord par l'arête facile ! ou redescendre par le couloir Est 
 
Aiguille du Tour couloir de la Brèche Brieuc
En montant à la fenêtre de Saleina en ski de randonnée  


Météo

Beau, se couvrant par des lenticulaires sur la Verte et sur le Mont Blanc... sans conséquence...

Conditions

Couloir en bonnes conditions nous etions partis pour faire une goulotte en face Nord de l'aiguille Nord mais... pas de glace

Récit de la course

Lever à 4 h 30 pour un départ un peu avant le lever du soleil...
Magnifique sur l'aiguille d'Argentière, la Grande Lui et le Chardonnet.
Nous passons par la fenêtre de Saleina en neige (très) dure donc.
Puis nous partons vers le col du Pissoir tandis que Sebastien et Alexandre nous quittent pour l'arête de la Table.
 
 
Lever de soleil sur l'aiguille d'Argentière



Nous laissons les skis au col du Pissoir pour descendre au pied du couloir du Pissoir
de là, nous traversons  à droite pour trouver une hypothétique goulotte en face Nord de l'aiguille Nord, et là , rien, pas la trace de glace... ah si, très haut une goulotte de 40 cm de large sur plus de 100 de haut, ça n'est pas la bonne, elle est infaisable, nous décidons de filer vers le couloir de la Brèche.
 
Acceder au couloir trop à droite, le crux de la voie ?

Nous remontons la pente qui butte sur  un passage en glace entre deux rochers. Brieuc s'y essaie, et redescends, je décide de contourner l'obstacle par la droite, mais je me retrouve sur une dalle recouverte de Neige. Je redescends également. Brieuc retente "son" passage et passe. Il monte alors dans l'axe du couloir mais ça ne passe pas, je lui conseille d'aller faire un relai sur un gros bloc plus à gauche, il traverse la pente de neige et m'assure.

Je pars pour la deuxième longueur, en neige, droit au dessus du bloc , en rive droite du couloir, puis je traverse vers le couloir dans un mixte plutôt neigeux vers le centre du couloir je remonte encore quelques mètres pour faire un relai sur broche au centre du couloir.

Brieuc me rejoint pour une longueur qui parrait délicate. Il remonte le couloir au dessus de moi puis part à droite sur de la glace (le couloir oblique à droite) et rejoint la glace sous une barre rocheuse puis remonte pour faire un relai sur bequet en rive gauche.

A mon tour de passer devant pour un passage en glace, relai sur broche en rive droite. (4ème longueur) 
 
Aiguille du Tour couloir de la Brèche Crux pas lo
 
dernière longueur raide en neige avant le bloc coincé (à gauche)
 
Ensuite, c'est un couloir de neige qui se redresse de plus en plus sans moyen d'assurage. Brieuc parvient à un bloc coincé, qu'il ne parvient pas à passer, je le rejoins. Hésitation... Pas moyen d'assurer, je regarde à droite, la niege légère porte peu et le haut du couloir ets à 50 - 55 °.
Différentes tentatives se soldent par des échecs, je mange de la glace en grande quantité, vive le casque !!!, Dommage qu'il n'existe pas de modele pour la main gauche ...
Brieuc peste, je l'encourage, il pause un friends et parvient à coincer  derrière le bloc. Il bourrinne, et passe "ça engage", il parvient à grimper en opposition en haut de ce passage.

A mon tour, je décide d'y aller franco, le passage me parraissait plus facile avant , quand je donnais des conseils à Brieuc... "place ton pied là, prends la prise ici.." En fait, il n'y a pas grand chose pour se tenir, et la neige sur laquelle on débute a tendance à partir. Je me lance dans du dry tooling, et c'est l'echec, le piolet glisse, je stresse et redescends au départ. Je cale mes crampons , et monte difficilement, je récupère le friends, puis le piolet que je laisse pendouiller devant moi, je me redresse, la dificulté reste continue, je tache de planter mon piolet gauche dans une toute petite plque de glace, et le droit ??? je cherche à le planter dans une petite plaque de glace à droite... trop petite... je croise alors avec le gauche... trop compliqué... Et cette prise de main là, elle a l'ai pratique ! Et là, la prise que je tiens viens en arrière, je crie, le bloc me vient dessus, je vois la corde que se tend le piolet gauche tient dans la petite plaque de glace, je me retrouve avec l'enorme bloque devant les jambes, je réussis à  le laisser passer, et je l'entends débarouler la pente pendant de longues secondes..., je regarde alors son ancien emplacement, , c'est net ! je bourrine encore un peu mais les difficultés sont passées, Brieuc me prend en photo à la sortie du passage comme si on sortait d'une bouche d'égout. Je suis à bout de souffle épuisé par cette longueur délicate nerveusement. Nous remontons alors à la brêche de l'aiguille du tout par une pente de neige tranquille.

La montée au sommet est une promenade où il faut rester concentré, nous  retrouvons Sebastien et Alexandre qui terminent l'arête de la Table et échangeons nos parcours.

Retour alors au pied de l'aiguille du Tour puis délicate descente vers le col du pissoir dans 40 cm de soupe ! Je crois que j'ai entendu Brieuc pester (pour une fois que j'avais la forme...)
De là, descente sur le glacier du Trient et remontée au col Droit ( sans les peaux...) puis descente du col Droit vers le Bivouac des Plines.

Aiguilles du Tour glacier du Trient
Long retour sur le plateau de Trient vers le col Droit ...


Au bivouac, sensation étrange, un accident ayant eu lieu dans le couloir Barbey à l'aiguille d'Argentière que nous progetions éventuellement pour le lendemain, ils pensaient que c'etait nous qui nous étions faits prendre...  L'impression d'être un mort vivant dans leur regard à notre arrivée au refuge.
Cette nouvelle nous a refroidi, une plaque à vent etant parti au dernier quart de la voie, les alpinistes ont du faire une sacrée dégringolade. En fait j'apprends 2 jours plus tard que la corniche du sommet a cassé et n'aurait fait qu'un blessé (conditionnel bien sûr !). S'il n'y a qu'un blessé c'est une bonne nouvelle !



Cette nouvelle calme nos ardeurs, je pense à ces alpinistes que nous avons observés de la pente , en bas, de loin,  le matin alors que nous nous dirigions vers la fenêtre de Saleina, les pensants mots ou gravements blessés. L'idée d'aller gravir le couloir Barbey le lendemain, même si la pente est purgée  est écartée, alors que cette même idée nous emballais il y a 24 heures...  Nous sommes tout pensifs dans le bivouac

 
Vidéos
 


message personnel : Sebastien , je n'ai pas retrouvé ton couteau (ni ma crème solaire d'ailleurs)



 

Ski de randonnée : Grande Lui

Apoutsiak — Ski de randonnée
...Neige...




Topo :

Brieuc traçait sur les traces de Stéphane Brosses devant le couloir Nord Est de la Grande Lui


Du bivouac de l'envers des Aiguilles Dorées descendre sur le glacier de Saleina, vers 2750 mètres et le traverser au mieux en évitant les zones crevassées ( il est possible de traverser le glacier soit en dessous soit eu dessus d'une zone complexe, j'espere que cette phrase est assez claire, lorsque vous serez sur place, vers 2900 m , vous comprendrez !

Bref, la traversée du glacier etant effectuée, vous remontez une rampe du glacier qui descend de la Grande Lui (évidant) (rampe droite gauche) puis il faut rester en rive droite du glacier tout e ncontournant les crevasses avant de gagner le pied du couloir qui mène à une brêche sur l'arête Est de la Grande Lui.

Le couloir est à 45°, le remonter , atttention, mixte au sommet et parfois glace.

De là,  deux solutions :
1°) rejoindre la voie normale de la Grande Lui au dpart de l'A Neuve, remonter  le glacier (direction Ouest pour rejoindre le sommet par sa facette et son arête Ouest (F)

2°) Longer l'arête Est de la Grande Lui et la rejoinre 100 mètres plus en amont. suivre alors le fil de l'arête (escalade facile et aérienne) puis la face sud de la Grande Lui pour gagner le sommet (PD)

Descente par le même itinéraire les "bons " descendront le couloir à ski !

Crampons ou skis, il faut parfois choisir !



Météo :

Grand beau !!!

Conditions :

Brieuc a dit "de la neige de cinéma" il me semble que c'est la bonne expression, on est même remonté sous le couloir pour bien en profiter !

Le récit :



Départ tranquille ce matin là, au départ etait prévu le couloir Ouest ( AD), arrivé sur le glacier, hésitation, il a tout de même beaucoup neigé... prudemment (trop ? nous ne le saurons jamais), nous décidons de partir sur la voie normale. Traversée du glacier, une fois de plus, c'est Brieuc qui trace (ou retrace quand on trouve une trace ...)
Nous gagneons le pied du couloir et je peux voir dans l'oeil de Brieuc l'envie de dévaller toutes ces faces pleine de peuf !
L'ascension du couloir est rapide avec un peu de rocher sous jacent en haut, un Italien nous aura prévenu à son pied ( il descendait ) "très dangereux, en glace !!!", au sommet du couloir, à part les quelques rocher affleurant sous la neige, ça passait bien !

Du col, on voit le Dolent, et MON arête Gallet qui est intégralement tracée... à ski ! Je déprime, qu'est ce que je fais sur la Grande Lui alors que l'arete Gallet est en condion, c'est vraiment trop injuste !
La déprime est intense, mais passagère, nous reprenons le fil de la course.


L'ascension de l'arête est agréable et esthétique avant le sommet.
Grande Lui Brieuc arête

sur l'arête enneigée devant le Grand et le petit Darret



Nous filons pour redescendre et Brieuc réussi à se faire des amis dans le couloir qu'iul skie tandis que certains le gravissent ! Belles vidéos pour moi !!!


Et là, dans 40 cm de poudre legere, nous redescendons le glacier. Trop heureux, nous remontons au pied du couloir pour recommencer ...

La remontée au refuge est un peu dure (comme la veille). Nous retrouvons Alexandre et Sebastien de retour d'une tentative epique sur la demi traversée des Aiguilles Dorées en montant par le couloir Copt !
Bonne soirée au bivouac.

Les Photos :


ça bouchonne dans le couloir Nord Est
Brieuc va ensevelir tout le monde en 3 virages !


L'aiguille d'Argentière et le couloir Barbey (face Est)
Aiguille d'Argentière couloir Barbey Corniche

La corniche de l'aiguille d'Argentière, le lendemain la partie droite s'effondrera provoquant un départ de plaque à vent ( on voit à gauche qu'un première plauqe est partie )



La vidéo :



Ski de randonnée : col du Chardonnet - fenêtre de Saleina - col Droit : des Grands Montets au bivouac de l'envers des aiguilles Dorées

Apoutsiak — Ski de randonnée

col du Chardonnet vu des grands Montets
Le col du Chardonnet depuis le glacier d'Argentière


Topo


Des Grands Montets ( 20 € l'aller simple) descendre sur le glacier d'Argentière en évitant les crevasses. traverser celui-ci et remonter le glacier du Chardonnet , d'abord en rive gauche, puis au milieu. jusqu'au col.

Du col descendre versant Saleina, soit à ski, (pour les meilleurs) , soit à pied, voir en rappel (relai au col !)
col du Chardonnet à ski Brieuc
Brieuc aborde le couloir Est du col du Chardonnet

Continuer direction Nord pour rejoindre la fenêtre de Saleina, qui se gagne à ski quand la neige et bonne ( ainsi que le skieur...)
De là, longer le versant Nord des aiguilles Dorées (long et plat) pour gagner le col Droit.
De ce dernier descendre sur le bivouac de l'envers des  Aiguilles Dorées ou bivouac des Plines.

Météo :

Il pleuvait sur la route ce matin là, le temps d'arriver et de prendre la benne... Grand beau

Conditions :

30 à 40 cm de peuf, on n'a même pas eu a tracer le col du Chardonnet, 5 skieurs sont passés devant nous, heureusement, la forme etait ailleurs, mais pas dans mes cuisses !
Par contre il a fallu tracer la portion fenêtre de Saleina col Droit, on a fait des relais avec Brieuc, c'etait dur dur  !

La course

Le but de l'opération etait de prendre une hypothétique première benne des Grands Montets, prévue initialement à 8 h 30... quelques temps plus tard, 9 h 30, nous accedons enfin au téléphérique, vers 10 h 30, la benne dégueule son lot de skieur au sommet des Grands !

Le sac est lourd : 4 jours de bouffe et le matos d'alpi.

Brieuc enchaîne les virages pendant que je descends laborieusement vers le glacier d'Argentière. Vient l'heure de la traversée de celui-ci et des premières conversions dans la pente du col du Chardonnet. La forme n'y est pas, je grimpe à un rythme lent... très lent.
Brieuc essait poliement de m'attendre, mais ses jambes de feux le poussent à filer au col, où il m'attend. Je descends sur le rappel que me propose un gars puis fini en desescalade. Brieuc descend magistralement le col à ski
Courte descente en faux plat, puis faux plat montant vers la belle fenêtre de Saleina. Je parviens à passer le raidillon final à ski : c'est une première. De là, longue galère dans la neige profonde, à plat, pour rejoindre le col Droit. Nous nous relayons, mes relais sont courts, je n'ai plus rien dans les jambes. Quand Brieuc trace, il me largue !


Col du Chardonnet fenêtre de Saleina col Droit
Brieuc sous les aiguilles Dorées trace ... et me largue !

Au col Droit nous dépeautons pour la descente de celui-ci... en neige croutée ! dur le final. J'arrive explosé au bivouac de l'envers des Aiguilles dorées, et là, au travail, il faut faire fondre de la neige et faire secher le materiel, dur, la vie d'alpiniste.
Nous sommes 7 au bivouac, l'ambiance est conviviale.

Les photos
Grands Montets Mont Blanc crevasse

on ne pourra pas dire qu'on a pas été prévenus !



col du Chardonnet à ski Brieuc
chacun sa technique dans le couloir sous le Chardonnet : rappel, ski , crampons !



La vidéo

vidéo : chute dans une crevasse - ski sur glacier

Apoutsiak — Vidéo - Mountains around the world
Bon petit stress pour ce free rider (on reconnait facilement le free rider au skieur de randonnée à son look !) qui saute une première crevasse avant de s'en manger une autre
A priori il s'en sortira sans corde donc sans mouflage, heureusement. (tiens il faudra que je fasse un article sur le mouflage à l'occasion)

D'où l'intérêt de parfois s'encorder sur glacier et de skier dans le bon sens ! On voit ainsi l'obstacle arrivé, et on peut l'éviter !!!

Fort heureusement tout se termine bien.



1957 : ski sur l'aiguille de Croche au dessus des Contamines Montjoie

Apoutsiak — Alpinisme 1900 - 1960 photos Henri et Louis Bolon
Quelques photos de 1957 où mon Grand-Père,  Henri Bolon, emmène un groupe  ( dont geneviève Bolon, ma Maman...)  au sommet de l'aiguille de Croche au dessus des Contamines Montjoie, il n' y avait pas de remontée mécanique sur ce sommet à l'époque) le tout en ski de randonnée, skis sur le sac !


undefined
sac à dos et skis de l'époque !!! ( ce genre de sac, d'un confort tout à fait relatif,
 a été utilisé jusqu'aux années 80 !!!)

undefinedDépart vers les sommets

undefined
Le groupe derrière son chef bien aimé ( le chef est toujours bien aimé... règle n° ???)



undefinedpause devant le Mont Blanc, l'arête des Bosses, l'aiguille de Bionnassay et les Dômes de Miage

undefinedVoilà la fixation low tech de l'époque
robuste , fiable, simple à utiliser et à bricoler !!!
Seul hic : le délanchage automatique, ligaments croisés solides obligatoire !

undefinedsauf erreur de ma part : l'aiguille de la Bérangère et le glacier d'Armancette

undefined
Le groupe devant les Rondeurs de l'aiguille de Croche






Alpinisme : Traversée des Monts Roses

Apoutsiak — alpinismeRaid à skiValaisMonts RosesZermatt
 
 

Réalisée en Juillet  2003 avec le CAF de Besançon

Pour info, comme chacun sait, l'été 2003 a été le plus chaud depuis bien longtemps, les rimayes sont bien ouvertes (rimaye du nez du Liskamm en glace et vertical sur quelques mètres) et les sommets en bras de chemise, voir les photos au sommet de la pointe Dufour...

Les photos sont disponibles dans un meilleur format dans l'album photo alpinisme

Premier jour - Monte Rosa Hütte

depuis le Gornergratt, la Nordend et la Pointe Dufour, point culminant des Monts Roses et de la Suisse et deuxième sommet des Alpes... année sèche


Le premier jour est consacré au couteux voyage... on n'a rien sans rien.
D'abord de chez vous à Tasch (parking) puis en train de Tasch à Zematt
Enfin en train à Crémaillère pour rejoindre ke Gornergrat à 3135m
Vu classique de Zematt sur le Cervin !

Topo : dpuis le Gornergratt   il s'agit de rejoindre le Gorne rgletcher puis de le traverser pour rejoindre la MonteRosa hütte à 2795 m.( L'itinéraire doit prendre 1 h 1 h 30 vu de 5 ans plus tard !)




Castor et Pollux vus depuis la Monte Rosa Hütte Le Lyskamm ouest et le tourmenté GrenzGletscher  


  Cervin face Est Dent d'HerensLa face Est du Cervin - triangle isocèle ?


Deuxième jour - Monte Rosa Hütte - cabane Marguerita
Nordend pointe Dufour



Attention : c'est la plus longue journée de ce périple (environ 12 heures )
De Monte Rosa Hütte il s'agit de remonter jusqu'à Plattje (3277 m), un passage assez complexe entre les crevasses  s'en suit ! puis il suffit de suivre la trace jusqu'au Sattel - 4359 m( on a essayé de faire la Nordend, mais des crevassses de 15 mètres de large nous ont barré le chemin !
Ensuite, un peu d'escalade en III à 4000 pour atteindre le sommet par l'arête !
De là, il faut redescendre  vers le Grenzsattel 4453 m pour attaquer  la Zumsteinpitze (4563 m). La montée est sèche, il faut rester ver l'arête et ne pas partir à droite. puis passage au col Gnifetti avant de rejoindre la cabane Marghuerita sur la punta gnifetti, bonne courte galère pour l'atteindre ( nous sommes arrivés à 18 h, les autres cordées à 23 h 30 une cordée d'Autrichiens à 2 h du mat.

Grosse grosse journée !



Long louvoyage dans le labyrinthe de crevasses vers 3300 mètres, je crois qu'on a perdu prêt d'une heure à cet endroit... Votre serviteur au Sattel 4359 mètres, on a laissé tombé la Nordend : crevasses trop grosses ( et c'est rien de le dire )
Breithorn Cervin fglaciers des Monts Roses

Le Breithorn Cervin et l'Obergabelhorn depuis la pointe 
Nordend depuis la pointe Dufour
Zumsteinspitzedepuis lea Dufourspitze
Du sommet il reste juste :
1°) à descendre au Grenzsattel ( AD+ 1 h)
2°) à remonter auZumsteinspitze ( 100 m de deniv positif à 45°)
3°) redescendre au col Gnifetti pour remonter à la cabane margherita, les deux dernières montées calment un peu !!!
Total denivelé de la journée : 2051 mètres !!!
La vierge du sommet
Sommet de la pointe Dufour Monts Roses
Zumsteinspitze et pointe Dufour Monts Roses
Il faisait chaud au sommet 4634 m tout de même, même pas froid ! on y est resté une heure...
je n'ai pas mis de photos de nous à la cabane le soir, on voit qu'on est très fatigué... pas là !
Le soir ,il a fallu attendre les autres cordées et leur frontales qui ont , pendant un temps bien long, disparues à la descente de la pointe Dufour, derrière la Zumsteinspitze


13-Zumsteinspitze le dernier coup de cul

Le truc qui m'a tué : quand on arrive au Grenzsattel,
court raidillon pour gagner la Zumsteinspitze
Tout est dans la tête !!!

Troisième jour : cabane Marguerita - cabane Gnifetti
traversée des Monts Roses proprement dite la journée des 5 4000 !

Traversée des Monts Roses panoramaLes 4000 des Monts Roses depuis le Nez du Lyskamm - Naso del Liskamm


Journée cooool, après celle de la veille... Toute en descente ou presque!
En virevoltant par 4 ou 5 4000

  • Parrotspitze 4436 m
  • Ludwigshöhe 4341 m
  • Schwartzhorn ou Corne Nero 4321 m la seule partie un peu technique de la journée : 35 mètres à 40° avec un  départ en glace
  • Balmhorn 4167 m bivouac Cristo Del Vette sur cet ilot rocheux au milieu du glacier, avec un monumental Christ.
  • Pyramide Vincent 4215 m
  • Ne pas oubler la Punta Giordani 4046 m... nous l'avons fait ... oublié... pour les 82 4000 faudra repasser !
avant de descendre sur Gnifetti

Si on est trop fatigué par la journée de la veille, on peut choisir l'un ou l'autre des sommets, tous indépendants les uns des autres.

Journée de "récup".

Nez du Miskamm rimaye delicate
Premier sommet de la journée la Parrotspitze dans le brouillard les rimayes etaient impressionnantes mais passaient relativement bien

 

Guide au sommet- Schwartzhorn

Mon préféré dans la série, le Schwartzhorn ou Corno nero, qui a un peu plus de caractère. Une cordée débouche au sommet. Pour les observateurs, c'est la photo du fond de ce blog (un peu travaillée il est vrai ...) Corno Nero depuis la Ludwigshöhe
Schwartzhorn vue-sur-la ludwigshohe
Ludwigshohe vue-sur-le-schwa-llaume-Ledoux-Apout
Depuis le sommet du Corno Nero, la Ludwigshöhe et sa rimaye, au fond, la pointe Dufour Corno Nero Rimaye délicate glace puis pente à 45 °
Pyramide Vicent vue du Balmhorn
Le Balmhorn, îlot perdu au milieu du glacier La débonaire piramide vincent vue depuis le Balmhorn, à gauche la pointe Giordani. qu'on a pas vu...





 
Quatrième jour : refuge Gnifetti - refuge Quintino Sella
Traversée du Lyskamm : le mangeur d'homme

Pour nous, la météo n'etait pas bonne, on s'est contenté du naso del Lyskamm ou nez du Lyskamm. ( j'ai réalisé la traversée en 2007)

Pour le Lyskamm, ganer de Gnifetti le Lisjoch ( crevasses)
puis suivre l'arête, jusqu'au sommet (magnifique) 4527 m
Delà, toujours par l'arête en neige (quand en bonnes conditions) et quelques courts passages de rocher (max III) on gagne le sommet Ouest 4479 m avant de redescendre

Nez du liskamm rimaye delicate
2003 : montée au Nez du Lyskamm,
la rimaye est devenue un passage technique
à ne pas négliger... on a broché !

  Nez du Liskamm montée
montée au dessus du refuge Gnifetti

Arrivée au refuge Quintino sella
Descente dans un petit brouillard vers le refuge Quintino Sella



A quelques mètres prêt on est arrivé
 il est seulement midi 7 et l'après midi
s'annonce malheureusement fraîche...

Cinquième jour : refuge Quintino Sella - refuge des Guides d'Ayas
Castor et  Pollux



Comme on avait "loupé" la traversée du Lyskamm, on a fait le Lyskamm Ouest avant de se faire Castor puis Pollux lors de cette ème journée.

Depuis Quintino Sella, la montée au Lyskamm ouest est évidente si la face sous le sommet est en glace, possibilité de passer par les rochers)
De ce premier sommet, retour au Felikhorn ou l'on suit l'arête jusqu'au Castor ( corniches)
Descente alors vers le zwillingsjoch ou passo di Verra que l'on ne rejoint pas ( à la descente pente de neige raide parfois en glace au dessus et vers la rimaye)
Contourner la base de Pollux par le Sud et "attaquer " l'ascension par son flan ouest ( sur ma vieille carte de 1970 il est en neige, en pratique en 2003, c'est du petit rocher plus ou moins pourri). Il y a quelques sentiers qui se perdent... Dans mon souvenir, peu précis, on ne s'est pas perdu alors qu'on etait jamais sûr de nous ! il faut prendre tout le temps un peu direction Nord.
De toute façon, à un moment il vous faudra trouver une sorte de Via Ferrata pour alpinistes physiques ! vous serez au bon endroit. Une dernière pente de neige vous conduira au sommet !
Descente par le même itinéraire jusqu'au refuge des Guides d'Ayas. ( crevasses)

Note : les 100 plus belles il est écrit qu"'il est possible de rester sur l'arête frontière jusqu'au sommet de Pollux, mais il est préférable de tirer un peu à gauche (ouest)", je ne sais pas si la montée par l'arête frontière est encore possible aujourd'hui...
Liskamm ouest depuis castor

Castor et Pollux Monts Roses lever de soleil
Première ascension de la journée et premier
lever de soleil depuis le Liskamm ouest, vue sur Castor et Pollux
les jumeaux (Zwilinge pour les Germanophones)

Sommet du Liskamm ouest, vue sur le sommet Est, de gauche à droite : la Nordend, la pointe Dufour, la Zumsteinspitze, la cane Margherita et la Ludwigshöhe

Le sommet du Castor - Castore et son arête

Rimaye du castor cordée d'alpinistes
Cordée du CAF en légère difficulté- passage de la rimaye du Castor


Vierge du Pollux devant le Castor
Vierge de Pollux (antécîme) et Castor, 3ème sommet de la journée


Descente de Pollux un peu via ferrata...
"bourrineurs de tous les pays... unissez vous !"

Sixième jour : refuge des Guides d'ayas - petit Cervin

Traversée du Breithorn

Magnifique arête du Breithorn corniches
Conditions difficiles en 2003 pour l'accès à l'arête. Pas de neige, des Rimayes infranchissables , en glace, bref on a perdu un peu de temps avant d'y acceder. On aurait sans doute mieux fait de monter d'abord à Roccia Nera...

On est passé sous Roccia Nera au lever du soleil, et, n'etant pas specialiste de la liste UIAA des 82 4000 on a "mesquiné" ce sommet, pour essayer de gravir le Breithorn oriental. Entre la rimaye béante, les pentes de glace, on est parvenu à se hisser entre l'antécîme du sommet est et le sommet est au pris d'un rappel et de passages bien merdiques, Christian a assuré !
De là, le sommet Est ne présente pas de difficulté. Un peu de glace (beaucoup) dans la descente vers  le Breithornzwilinge où les cordées en provenance du téléphérique arrivent. Les 3 ressauts permettant d'atteindre le Breithorn central ne sont pas très difficile ( du III+)
Puis, c'est la magnifique arête  entre le sommet central et le sommet ouest à déguster sans modération.

On retrouve le monde  dans la descente du Breithorn Ouest, je crois qu'on a mis 20 minutes à rejoindre le téléphérique depuis le sommet ( à vérifier)

confirmation : le Breithorn ouest est vraiment un sommet facile... se mefier tout de même des 2-3 crevasses assassines !


 Breithorn oriental Zermatt
petit matin sous Roccia Nera Le Breithorn Oriental et le sommet central
Vue depuis le sommet oriental vers les parcours des jours précédents
D'un Breithorn à l'autre
Fier sur l'arête du Breithorn
Le sommet oriental vu depuis de Breithornzwilinge pas peu fier entre le sommet central et le sommet occidental où nous retrouverons ...  le MONDE !
Breithorn Occidental
Vue sur la voie normale du Breithorn ouest le groupe du CAF de Besançon- Merci

Périple terminé, en Juillet 2003, un gros éboulement obligeait la commune de Zermatt à "fermer" le Cervin, au moment où nous devions partir pour la traversée, dommage, la forme, l'acclimatation, le compagnon de cordée (Christian) et la météo.




Informations pratiques

Coordonnées des refuges

Monte Rosa Hütte : 0041 27 967 21 15
Cabane Margherita : 00.39 0163 91039
Refuge Gnifetti : 00 39 0163 78015
Refuge Quintino Sella :
00 39 175 94 943
Refuge des guides  du Val d'Ayas : 39 0125 308083

bivouac : Cesare e Giorgio volante
bivouac de secours : bivouac Cristo del Vette




Options et variantes :

Etait prévu 2 jours de plus : une étape de transition pour rejoindre le refuge Carrel et un dernier jour avec en "apothéose" la traversée du Cervin.

L'itinéraire peut également être réalisé dans l'autre sens, l'inconvénient de ce sens là est de se prendre la GROSSE difficulté (technique mais surtout physique) dès le deuxième jour. Pour le reste, ça s'enchaîne assez bien.




Mes pensées  vont vers François Dupety et ses amis qui disparaissaient sous le Mont Blanc tandis que je parcourais cet itinéraire.
"Là haut, le vent sera notre récompense !"

Raid à ski - Arolla - Valais : Tour du Mont Collon entre la Tête de Valpelline et le Pigne d'Arolla

Apoutsiak — Ski de randonnéeRaid à skiThibaultValaisLes 100 plus belles

Un des plus beau raid à ski d'europe (d'autant plus si on ne connait pas la region !, ce qui etait notre cas en 1998 !  )

Pour info, nous avons réalisé ce raid en autonomie question bouffe, début Juin. C'etait fut  peu rude pour les épaules de transporter 5 jours de bouffe, surtout le premier jour où nous avons du porter pendant 2 heures environ en montant à la cabane de Berthol, avec 27 kg sur le dos !

Le topo :

undefined

Le raid

J 1  : montée à la cabane de Berthol

Notre seul souci, comme précisé plus haut fut le portage pendant 2 heures environ ( le ski de rando début Juin, c'est bien, mais ça use tout de même un peu ...

Seuls à Berthol ce soir là !

undefined undefined
Lequel des deux est le plus chargé ? 27 kg sur le dos... c'est trop !




J2 : de Berthol à la cabane des Bouquetins

Tête Blanche - Tête de VAlpelline, col du Mont Brulé


Thibault Ledoux cabane de berthol


Départ de Berthol, Thib dans le gîvre
 

Départ de Berthol dans un cadre magnigfique, seuls, tout est givré. Montée tranquille à Tête Blanche où nous découvrons le Cervin de près pour la première fois.
Courte descente pour attaquer la Tête de Valpelline et la vue imprenable sur la Dent d'Herens puis chouette descente  pour atteindre le raidillondu Mont Brûlé et une dernière descente vers la cabane des Bouquetins.

Nous aurons 2 accolytes ce soir là.



Thibault Ledoux Tête Blanche lever de soleil
Tour-du-Mont-Collon-Dent-Blanc-llaume-ledoux-apout
 Vers Tête Blanche  en arrivant à Tête Blanche devant la Dent Blanche
  Tour-du-Mont-Collon-Cervin--De-llaume-ledoux-apout
 
   TêteBlanche, Cervin et Dent d'Herens
 Tour-du-Mont-Collon-Dent-Blanc-llaume-ledoux-apout
 Tour-du-Mont-Collon-descente-d-llaume-ledoux-apout
 Tête de Valpellin, vue sur la Dent d'Herens et le Cervin
 col du Mont Brulé

 


J3 : Cabane des Bouquetins - cabane des Vignettes
par le col de l'Evêque et les pointes d'Oren

au lever, temps pourri, on est dans les nuages, il faut attendre, on commence à penser que la journée va se passer dans ce magnifique refuge, quand le plafond se lève, nous tenterons une sortie qui se terminera sur les pointes d'Oren. Craignants les crevasses, nous redescendrons en parti encordés vers le col de Chermotane. Long col de Chermotane ! Une longue pause plus tard, nous repartons vers la cabane des Vignettes, un passage délicat et en glace me laisse un bon coup de stress, nous merdouillons pas mal ensuite pour rejoindre la cabane, tentants vainement de passer par l'aête... idiot !


Nous seront 6 à la cabane ce soir là.


Tour-du-Mont-Collon-cabane-des-llaume-ledoux-apout
  Le brouillard s'est levé, nous sortons de la cabane des Bouquetins
Tour-du-Mont-Collon-d-part-de--llaume-ledoux-apout
  En remontant vers le col de l'Evêque
undefined   Sous les pointes d'Oren
undefined   au col de Chermotane.



 


J4 : cabane des Vignettes - Arolla
par le Pigne d'Arolla

Au programme , le Pigne d'Arolla, descente vers la cabane des Dix, Pas de Chèvre, Arolla.
La montée au pigne s'avère délicate, nous sommes dans la tempête, avec un vent à décorner des boeufs. Nous grimpreront une partie de la montée skis sur le sac !
Le sommet est rapidement gagné, nous basculons sur le col de la Serpentine, lmais là, impossible de trouver le passage ente les séracs qui permet de descendre sur le glacier et de rejoindre le lac des Dix.

Nous remontons après une heure - une heure trente de recherche ves le Pigne d'Arolla et redescendons aux Vignettes puis à Arolla par la voie normale de montée aux Vignettes.


undefinedMontée au pigne d'Arolla dans la tempette

undefined
Au sommet du Pigne d'Arolla

undefined
Sous la face Nord du Pigne d'Arolla



Variantes :


Variantes possibles : l'ascension de l'Evêque et pour les alpinistes, la face Nord du Petit Collon, courte mais belle, on peut également de la cabane des Dix gravir l'antécîme du Mont Blanc de Cheillon.

Possibilité également de réaliser le raid dans l'autre sens ( ce que j'ai fait un jour avec Isabelle et Jean-Michel)

Tour-du-Mont-Collon-vue-du-ref-llaume-ledoux-apoutDepuis les Vignettes : le Mont Collon, l'Evêque et les pointes d'Oren
undefinedDepuis l'Evêque : la tête de Valpellin, le Cervin et la Dent d'Herens


Edmund Hillary

Apoutsiak — humeur
undefined
Edmund Hillary  est décédé début Janvier.

 Ce Néo Zélandais est le premier a avoir foulé le toît du Monde l'Everest en compagnie du Népalais Tenzing Norgay ( que le grand public a tendance a oublier !)

Né le 20 Juillet 1919, il débute l'escalade à l'age de 16 ans. Sache, jeune lecteur, que la nouvelle Zélande possède des Alpes, que saura apprécier tout grimpeur
émérite. Pendant la seconde guerre mondiale, il est copilote dans l'armée de l'air.

En 1951, première tentative sur Chomolungma (l'Everest) avec une expedition Néo Zélandaise

 Il atteint le sommet de l'Everset le 29 Mai 1953 avec une expe britannique.



Suivront une dizaine d'expedition sur des sommets de l'Himalaya et le pôle Sud le 4 Janvier 1958



Le reste n'est que littérature, il a fondé une association Himlayan trust dont le but est de construire des écoles et des hopitaux en himalayaIl est décédé le 11 Janvier 2008 à Auckland en Nouvelle Zélande.



J'ai un grand respect pour cet aventurier alpiniste.

undefined
undefined


Déprime !

Apoutsiak — humeur
IMG_8326.JPG

Bon alors là, c'est le gros coup de déprime, je m'explique.

Eté 2007, dernière course, le Dolent par l'arête Gallet, et c'est le but (avant même d'être sorti du fameux bivouac de la Maye !) ( comme en 2006 d'allieurs , dernière course, but à l'arête Gallet à 3150 m !)

Automne 2007, fête de famille, puis  attaque conjointe de Coxiella Burnetti et Bartonella Henselae ! ( attaque sournoise mais efficace : 1 mois au tapis !) S'en suit une opération des yeux ( des deux yeux bien sûr)  , et me voilà, prêt à l'attaque, 6 mois plus tard. Ce Dimanche aurait pu servir à une répétition générale dans le Jura, sur les pentes du Chasseron, si la neige avait été présente et la météo plus clémente... Je me suis rabattu sur un tour de VTT dans les Monts de Gy, et suit revenu emboué (non, il ne manque pas de R !) Sandrine ne m'a même pas reconnu !

Bref, je m'etais une reprise  pour le Week end de Pâques, du genre : Tour ronde par le Gervasutti, traversée des Arêtes de Rochefort, Droite , ou bien la fameuse arête Gallet au Dolent, ou bien encore, l'arête Mettrier des  Dômes de Miage  puis la face Nord de la Lex Blanche, j'etais même prêt à aller faire un petit raid à ski du coté du Wildhorn....

Et hier, j'ai ziné la météo à 12 jours...
C'est la cata, ça va d'une perturbation à l'autre, de la neige à gogo, pendant tout le week end.


Relativisons :


Pendant que je me morfonds , après le massacre des moînes Birmans, c'est au tour des moînes Tbetains d'affronter les autorités et d'en subir les conséquences... Et moi, pathétique, je me plains !
Si vous voulez faire quelques chose...  ou encore là



http://4.bp.blogspot.com/_oIa-pVTbEdU/R_KFPiGtE8I/AAAAAAAAAAk/Q8QTl2fjo1g/S1600-R/drap640.JPG



IMG_8325.JPG


point météo du jour : mardi 18 mars 2008

Apoutsiak — Météo
Merci à Météo Chamonix tout de même


Météo quelques peu catastrophique ces prochains jours...   Bouhouhouhouhouh !!!

Mon week end est dors et déjà pourri !


UNE SERIEUSE OFFENSIVE HIVERNALE SE PREPARE.......

Situation générale et évolution

Persistance d'un flux de Nord à Nord-Est froid pendant 36 heures encore avec de l'air passagèrement humide mercredi propice à quelques averses ou faibles giboulées sur les reliefs.
Dès jeudi midi, le flux passera davantage au Nord-Ouest en liaison avec le creusement d'une profonde dépression 970 Hpa sur le Danemark. Une perturbation active balayera nos massifs de jeudi soir à vendredi soir suivie d'une traîne instable et froide pour le long week-end de Pâques.

Infos Neige et Avalanches

Enneigement désormais presque normale au dessus de 2000 mètres mais déficit de neige marqué en moyenne montagne. Quelques giboulées en journée de mercredi pourront tout au plus blanchir le sol localement notamment au Nord de nos massifs.
Offensive neigeuse de grande ampleur de vendredi à lundi avec un cumul de 40/80 cm de neige minimum prévu vers 2000 mètres et à peine plus faible vers 1500 mètres.

Prévisions pour ce soir et la nuit prochaine

Un ciel clair en montagne au dessus de 2800 mètres. En dessous les passages nuageux d'abord nombreux se disloquent en cours de nuit. Froid très marqué à toutes altitudes avec du gel possible à toutes altitudes et -7/-10°C en fin de nuit vers 1800/2000 mètres.

Prévisions pour le Mercredi 19 mars 2008

Après un début de journée bien agréable, des voiles nuageux gagnent nos massifs par le Nord avec de gros cumulus qui se développent le long du relief. Des ondées faibles et éparses reviennent par le Jura et les Alpes-Vaudoises en mi-journée. Celles-ci ne concernent que très peu les Savoies en particulier Maurienne et Tarentaise ainsi qu'en Valais où de belles éclaircies résistent. Quelques averses peuvent cependant toucher les Préalpes entre Chartreuse, Bauges, Aravis mais surtout Chablais et Beaufortain en milieu et fin d‘après-midi.

Isotherme 0°C vers 1300 puis 900 mètres.
Limite pluie/neige vers 1000m puis 700m
Isotherme -10°C vers 2800 puis 2500 mètres.
Maximales en vallées : 8 à 11°C

Temps plus sec la nuit suivante malgré quelques flocons de neige probables au Nord du Léman jusqu'en fin de nuit. Limite pluie/neige vers 600/800m. Belles éclaircies dans les vallées intérieures alpines.

Prévisions pour Jeudi 20 mars 2008

Temps assez ensoleillé en matinée puis le ciel se voile de plus en plus par le Nord-Ouest. Les nuages deviennent bien épais en cours d'après-midi. En soirée, les sommets sont accrochés avec les premiers flocons épars.
Le vent tourne de Nord à Ouest et devient fort dès la mi-journée sur tous les reliefs.

Isotherme 0°C en hausse temporaire vers 1200 mètres.
Isotherme -10°C vers 2700 mètres.
Maximales en vallées : 7° à 10°C

La nuit suivante, une franche dégradation se met en place dans un courant d'Ouest-Nord-Ouest, les nuages sont très nombreux avec un plafond nuageux qui s'abaisse rapidement avec l'arrivée des pluies ou neiges assez fortes. Les vents sont forts d'Ouest à toutes altitudes. Neige vers 600/800 mètres. Cumuls probables de 15 à 25cm vers 1500/1800 mètres durant la nuit du suc au Nord des massifs.

Tendance du Vendredi 21 mars 2008

Temps couvert avec des pluies régulières et souvent abondantes. Limite de la neige vers 600 mètres puis en baisse à 400/500 mètres le soir par le Nord. Les vents sont forts en altitude. Situation à surveiller dans nos prochains bulletins avec des cumuls neigeux localement importants pour cette journée.

Isotherme 0°C vers 1000 mètres puis en baisse le soir.
Isotherme -10°C vers 2400 mètres le soir.
Maximales en vallées : 4 à 6°C

Même type de temps la nuit suivante, temps humide et agité avec de fortes averses ou giboulées de pluies ou neiges jusqu'à 400 mètres en cours de nuit...

Tendance du Samedi 22 au Lundi 24 mars 2008


Persistance du mauvais temps froid. Fréquentes précipitations sous forme de fortes averses et giboulées avec neige jusqu'à 300/500 mètres. Brèves éclaircies dans les plaines et larges vallées. Toujours de fortes bourrasques de vent de Nord-Ouest à Nord sur les reliefs et certainement un fort risque d‘avalanche sur tous les massifs.

Tendance du Mardi 25 mars 2008

Passage à un temps assez ensoleillé mais restant toujours froid

Panneaux originaux... rencontrés en montagne

Apoutsiak — humeur
J'ai rencontré un floppée de panneaux originaux en montagne et ailleurs, en voici quelques uns....

Méfiance !



Inquiétant panneau au sommet des Grands Montets, en partant à la Petite Verte, la rimaye se révelera effectivement un peu délicate à passer !   Le danger vient peut être des mes accolytes ( photo de gauche)
undefined undefined
  Montée au refuge des Conscrits, le panneau a été déplacé depuis, pour être poser sur l'itinéraire de descente...  Laurent ne sait pas encore ce qui l'attend....
undefined  undefined
 Sommet du ballon d'Alsace, ce panneau indique le départ du magnifique couloir de la Vierge et de sa corniche, pour info, à la descente, ça passe en rive gauche du couloir ! 
undefined   
 Le Chasseron est réputé pour son froid, demandez à Sandrine, ma dulciné... Bonjour les "petits frisquet's"  Tous à vos cagoules !
undefined undefined
  Cabane Britania, le panneau a été depuis enlevé Au même endroit 4 ans plus tard ( le panneau a été enlevé !) 
undefined undefined  
 Roches éboulées au Suchet, frontière Franco Suisse avec la fleur de Lys - 1824 ( sous Charles X ou Louis XVIII ?)

vos réponses dans les commentaires....
 Monts de Gy, panneau de VTT classique, un conseil :
ralentissez !

Si tu tombes, c'est la chute, si tu chutes, c'est la tombe !
Img_3791.jpg

P1020454.JPG