Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Petit Alpiniste Illustré

Le Petit Alpiniste Illustré

by Apoutsiak

Rando

Rando : Tour des 7 Laux 3 jours - pic de la Belle Etoile

Apoutsiak — RandofamilleFauneAgatheLouis
Magnifique rando dans les 7 Laux, à la recherche des Bouquetins
Toutes les variantes sont possibles !

Topo

Jour 1 : Fond de France - Refuge des 7 Laux (2135 m)

De Fond de France (1089 m) , prendre le GR de pays : Tour du Pays d'Allevard ( en direction du lac noir) e tremotner le raide sentier jusqu'au chalet du Gleysin de la Ferrière. Remonter le sentier en direction du lac Noir. Passer au cul de la Vieille (1856 m)  et rejoindre le lac Noir. De là, traverser les barrages et rejoindre le refuge en contournant le lac carré (2135 m)

Jour 2 : Pic de la Belle Etoile (2718 m) - Pic de l'apparence (2714 m)

Du refuge des 7 Laux, prendre le sentier qui traverse le barrage du lac Carré et le lac de la Motte pour longer le lac de Cottepens. Au niveau de la cabane des Forges. De là prendre direction Est et rejoindre  au mieux le lac situé au Sud du lac de la belle étoile Remonetr plein Est vers le sommet de la belle étoile sente et cairns)(éviter de passer par l'arête Est, beaucoup plus technique ...) attention, rocher délité par endroit (parfois très délité !) .

Du pic de la Belle étoile possibilité de poursuiver jusqu'au pic de l'Apparence. Le sommet n'est pas balisé. Suivre au mieux l'arête en contournant les difficultés versant Ouest ou Est. L'arête est originale, et constutuée de garnde lame magnifique)  A un passage clef, il faut monter sur une terrasse et traversée une sorte de tunnel sur 5 mètres. entre des rochers ( il y a un cairn repaire à la sortie !) de là c'est plutôt versant ouest ou sur l'arête. Pour la partie finale. Sous le sommet, remonter un couloir en qui permet de parvenir au Nord du sommet, de là les 5 derniers mètres sont raides mais faciles attention là aussi à la qualité du rocher !!!
Retour par le même itinéraire au refuge !

Jour 3 : Refuge des 7 Laux - Habert de Muret par le col de la Vache et le pas de la Coche

Du refuge des 7 Laux, longer le lac de Cottepens rive droite puis le lac du Clos. Au niveau de la Bergerie au bout du lac du Clot prendre plein Est, la sente remonte le vallon. Attention de ne pas aller trop à droite sur la crête des Ilettes, les cairns y poussent parfois, et indique le pic de la Belle Etoile ! REjoindre le col de la Vache ( la fin est assez mal cairnée) 2556 m

Du col prendre la sente qui descend le pierrier (ou mieux le névé)  et suivre les cairns dans les gros blocs. C'est un pierrier géant !!!  passer au poitn 2322 m et retrouver le sentier qui passe à proximité du point 2084 sous lepic du Pin. Suivre le sentier qui passe à flanc et qui ne figure pas sur la carte IGN plein Sud pour rejoindre le Pas de la Coche et le lac de la Coche (1989 m) De là descente vers le Habert d'Aiguebelle et par le Balcon des 7 Laux vers le Habert de Muret (1336 m)



Récit

Première randonnée famille organisée par mes soins... Le pricipe étant d'emmener Agathe (10 ans), Simon son cousin ( 8 ans) et Louis ( 7 ans) dans un périple de 3 jours.

Simon devant le lac noir

Premier jour :


Après les courses de dernières minutes de la veille ( achat de chaussures de rando pour Simon - bouffe et élasto - compeed ), nous voilà tous les 4 sur la route tourmentée de Fond de France, les mères éplaurées n'avaient que leurs yeux pour pleurer...

Départ raidos, dans la forêt, le sentier ne rigole pas, mais c'est bien, ça dénivèle et l'ambiance est là !!! Quelques hélicos nous survolent, je ne parviens pas à en trouver la signification. Arrivés à la sortie de la forêt, nous pique niquons, observant au loin quelques marmottes.



Nous repartons et je me coltine le sac de Louis, qui fatigue. Petite pause au lac Noire et voici le monde au refuge des 7 Laux. Là les rotations d'hélicos reprennent, en fait une association de la vallée a organisé un repas au refuge des 7 laux pour 100 personnes : 2 X 25 rotations ! Bonjour le développement durable ! L'arguement étant que des vieilles personnes rêvaient de remonter au 7 Laux, j'en ai vu pas mal capable de marcher (et de brailler aussi !) Bref, petit point noir ( non GROS ! )


J'ai bien eu le temps de peauffiner les cadrages d'hélico !





Les enfants font trempette,je bouquine avant une délicieuse tartiflette. Agathe réussi à mettre une grosse dans l'eau la gardienne sympa, nous organise le sechage, parfait !)

Coucher de soleil depuis le refuge des 7 Laux - lac de Cottepens

Début de nuit



Le lendemain matin, réveil à 7 heures petit dej et départ avant 8 heures, les troupes sont rodées ! On long les lacs et je merdouille un peu pour rejoindre lel lac de la belle étoile. Je merdouille encore en voulant attaquer le sommet par l'arête sud, erreur, arête trop technique pour les enfants mais bouquetins !
Bref on monte, on redescend, on passe dans des pierriers et on retrouve le sommet pour le pique nique.

C'est parti

petit lac au dessus du lac de la Belle Etoile

Le Mont Blanc, à gauche, le pic de l'Apparence

Au loin, un bouquetin, nous décidons de partie vers lui et de faire le sommet suivant. De bouquetins en bouquetin  (on avance sur l'arête) C'est le cache bouquetin ! On avance en esayant de ne aps se faire remarquer, c'est dur . En les suivant, on croise un tunnel.  L'arête est plate et belle, on arrive au sommet. Il faut alors redescendre. Je remerdouille sous le lac de la Belle Etoile ( c'est la deuxième fois, je sais ) cette fois, je suis parti encore plus à droite ! ( Sud) Et voilà le refuge, il est déjà 18 heures, les troupes sont fatiguées !


Séance bouquetins








Même au sommet, on voit un bouquetin en dessous ( voir à gauche de la casquette de Louis...)

Vue du sommet du Pic de l'Apparence : le pic de la Belle Etoile


Les lentilles eurent moins de succès que la tartiflette, le lac toujours autant. Le gardein n'est pas avare de conseil superbe accueil pour ce petit refuge !

3ème jour. Nouveau départ le long du lac de Cottepens puis du lac du Clos. Un sentier part dans le vallon de la Vache. Au départ tout va bien, sur le haut, je sens que ça merde, et le col n'est pas noté sur le GPS, les cairns partent à droite. On voit un randonneur. e l'alpague, il est perdu . n fait le point (héhé avec sa carte neuve, je peux noter les coordonénes du col, à l'époque de ma carte ,1984, il n'yavait ni GPS ni coordonnées GPS !) Et hop, le tour est joué, on arrive sur un collet, le randonneur part en éclaireur chercher le col et reveint nous annoncer que c'est bon. Bonne pause. Descente du col de la Vache un pierrier infame. Croisons quelques bouquetins temeraires. Et enfin un sentier ! Au dpéart j'avais prévu de mopnter au Grand Clot et au col de l'Aigleton, mais les troupes m'ont l'ar fatigués, le sentier sera existant par le pas de la Coche.

Retour au refuge des 7 Laux lac de Cottepens

Au col de la Vache

Et chance, un seniteir prend à flanc et évite de perdre de l'altitude. Nous arrivons au pas de la Coche, hésitation, est ce qu'on se baigne au lac de la Coche ? la réponse fut non, on, attendra le lac de Virieu ce soir !  Bon pqiie nique avant la descente du lac, on a croisé des randonneurs dépités de ne pas atteindre le col. Au détour d'un virage, j'entends "Guillaume", c'est mon père, chargé de faire la navette qui est venu à notre rencontre, nous ferons le reste de la descente en sa compagnie, le rythme c'est ralenti ! Arrivé à la voiture, il faudra une bonne heure pour faire la navette et retrouver ma voiture, merci Claude.
Puis plus tard, le fameux lac de Virieu poru une bonne baignade !!!
Bravo aux randonneurs

Dernier regard vers les 7 Laux

lac de la Coche

et retour avec Papé


Topo profil Carto et ficher GPS


Rando Alpine : Traversée de la Pointe de Vallaisonnay 3020 m

Apoutsiak — alpinismeRandoVanoise
Jolie rando, un peu sport qui permet de découvrir deux jolis vallons de Vanoise, la montée se fait par le vallon des Glières et le lac des Glières, la descente par le plan Serry et le refuge de Plaisance. On peut ainsi la réaliser en un, deux ou trois jours ( avec des variantes pour ce dernier choix  ou avec des enfants...)

Pour info : terrain à Marmotte dans le vallon de Champagny
terrain à Bouquetins versant Plaisance


marmotte dans le vallon de Champagny

Topo :

Départ : Le Laisonnay d'en Haut (1600 m refuge)

Prendre la piste qui monte à l'Est dans le vallon de Champagny (possibiliter de couper les lacets) et gagner le refuge des Glières ( 1996 m) Possibilité de passer au lac des Glières.

refuge des Glières

Remonetr en direction de la Croix des Ecuries et du chalet des Gardes et prendre le sentier de gauche en direction du col de la Grassaz.
Avant le col, prendre les pentes herbeuses (Nord) et viser le point 2830 m sur l'arête ( terrain à chamois, éboulis) Pousuivre globalement sur l'arête (Lappiaz puis terrains caillouteux pour atteindre le sommet ) 3020 m

Descente :
Pousuivre l'arête dans des rochers parfois délicats, en direction du col de Roche Noire et bifurquer au Nord (attention, pas trop tôt, barres rocheuses) descendre au Nord au mieux (névés, rochers éboulis) à l'est de la Roche des Chèvres et rejoindre le Plan Serry, et le sentier. De là on gagne le refuge de Plaisance et par le couloir du Mollard, on revient au Laisonnay d'en Haut

Remarque : en dehors des sentiers, 2 cairns sur l'ensemble de l'itinéraire.

carto - profil - Fichier GPS





Récit :

Début de balade familial, à profiter de la flore abondante, des papillons mulitcolores, puis des marmottes peu farouches avant de rejoindre le refuge des Glières. Pique nique puis montée au lac des Glières.
Je laisse là femmes et enfants pour filer vers le sommet, objectif, le premier arrivé à la voiture a gagné ! Bon, ils ont un handicap : les barrages sur le lac et les marmottes qui ralentissent grandement le groupe.

A fond les manettes sur les sentiers, je file, il y a pas ma l de plat, désagréable quand on veut aller vite.  Je quitte le sentier pour des pentes herbeuses, et des champs de marmottes. Quelques sentes à moutons puis des pentes pierriers non stabilisé avant les beaux Lappiaz de l'arête, le sommet se fait attendre, j'essaie de viser le point le plus haut ! Courte pause,  face à la Grande Casse, coup de talkie, je décide de descente versant Plan Serry, vers Bellecote et le refuge de Plaisance.

Face Nord de la Grande Casse

Le début de descente se fait dans des pierriers délicats puis je descend un peu tôt à droite. Courte remontée et nouvelle descente, cette fois c'est la bonne. Les rochers sont bien rangés : des zones bleues, d'autres rouges, d'autres noires, à certains endroits il y amélange, j'aime le orange sur le noir... La descente est toujours un peu délicate, sur les névés à moitié fondus... Enfin , voilà le Plan Serry, et le sentier, j'ai l'impression de revenir d'un autre monde, ( oui, il y a peu de monde sur ce sommet !)


panorama Grande Motte - Grande Casse - Epena - Pointe des Vonets - Grand Bec

Je dépasse quelques randonneurs, passe par le refuge de Plaisance, pas vu de bouquetins, et redescend vers la vallée de Champagny . Au talkie j'apprends que les "autres" ne sont pas en bas, je reprends le chemin pour els rejoindre, 10 minutes ! nous descendons au refuge du Laisonnay pour une bonne glace !

Belle rando !

refuge des Plaisance - Grand Bec


Photos :


Papillon ? Coccinelle ? ( ou un croisement ??? ) Zigène cendrée !!!

Dans les Lappiaz sous le sommet

Trou

Sommet de Bellecote et Dôme des Pichères



Liens : semaine alpi/ rando à pralognan

Sommet de Bellecote - Dôme de Bellecote 3417 m
Pointe de la Vallaisonnay traversée 3020 m
Pointe des Volnets face Sud  3247 m
Pointe de la Réchasse - alpinisme en famille 3212 m


Rando : au coeur des glaciers : la Jonction

Apoutsiak — RandoMassif du Mont BlancMont Blanc
Dôme du Gouter et Grands Mulets depuis la jonction

La Jonction est un endroit mythique, Jacques Balmat et le Docteur  Paccard y ont bivouaqué avant de réussir la première ascension duMont Blanc le 8 Août 1786 m. De gros blocs rocheux les ont abrité juste en dessous de celle ci. C'est le fameux gîte à Balmat !


A part l'histoire det éperon, le lieu est magnifique, les glaciers qui descendent du Mont Blanc viennenet se séparer en deux au niveau de la jonction, à gauche le glacier des Bossons et à droite, le glacier de Taconnaz ! En fait à droite, le glacier qui part ne rejoint plus depuis quelques années le glacier de Taconnaz, la faute au réchauffement climatique !



Topo


Se garer au Mont juste avant le tremplin olympique (partie haute) au dessus des Bossons
Remonter le sentier qui longe la morraine rive gauche du glacier des Bossons ( le glacier n'est plus là, il est plus haut !)  et rejoindre le chaler du glacier des Bossons poursuivre le sentier qui mène au chalet des pyramides (1895 m) au dessus , possibilité de contourner le bec de Corbeau ou de passer au sommet de celui-ci, fortement déconseillé par les panneaux ( je l'ai fait... pas bien, quelques pas rando à la con !)  le contournement s'opère par le flan ouest du corbeau (sentier)
Passer sous le Mont Corbeau, versant Bosson, puis, par des dalles quelques passages équipés et des sentes (cairns points de peinture), gagner le gîte à Balmat. et de là la Jonction toute proche.

Variante : possibilité de aprtir du Mont et de passer par la morraine de Taconnaz, un passage un peu technique permet de rejoindre une sente qui rejoint le bec de Corbeau. A utiliser à la montée par bonnes conditions météo ! Pour randonneur averti d'après Christian de Camp to camp ( voir le forum )

Carto profil fichier GPS


 



Récit.


Journée de transition après la grosse rando de la veille. Je décolle du gôte la Montagne et suis prêt à 8 heures au Mont. Le temps est couvert, Sandrine m'annonce des éclaircies à partir de Midi, je vais enfin voir la tête de cette jonction que j'ai pu apprécié sur les phtos de Grand-Père.
Départ humide dans la forêt, je cherche à voir le glacier des Bossons, mais il est loin. La fonte des glaciers, c'est un peu le triste thème de cette rando, le glacier des Bossons en est le triste exemple ! ( celui de Taconnaz aussi !). Je remonte au chalet du glacier des Bossons, un moteur d'avion (celui du malabar Princesse ?) erre à proximité de la terrasse . Je poursuis mon ascension, le temps est humide, le sentier excellent, on peut dépeauter du dénivelé sans souci ! passage au chalet des pyramides. puis arrivée sous le bec du Corbeau. Des panneaux danger m'atirent sur ce vieux sentier ( ancestral ?) petit pas d'escalade, je passe, et rejoins le sentier normal, conseillé logiquemetn pour les randonneurs, on ne se refait pas ! Il bruine un peu.
Un bouquetin m'envoie quelques pierres sous le corbeau, danger , je file, quelques pas d'escalade, quelques névés empêchent de bien suivre le sentier, mais des cairns ramènent dans le droit chemin, des Chamois galopent de l'autre quelques moutons en estive, c'est magnifique, mais couvert !  Le Dôme du Goûter se découvre, un lenticulaire à l'approche, le mauvais temps vient, pourtant Sandrine m'a annoncé le beau pour midi ! ( sur les bases de la météo)

Passage au gîte à Balmat et Jonction MAGNIFIQUE.
Pensée pour François Dupety disparu avec ses amis à quelques encablures de cet endroit, si proche et si inaccessible à la fois. Les séracs et les crevasses empêchent tout accès au refuge des Grands Mulets, autre époque que celle de Paccard et Balamat où le Mont Balnc pouvaient s'envisager par là !
A gauche le glacier des Bossons et l'aiguille Verte, devant, le Tacul, le Maudit, les séracs ou Vicendont et Henry ont attendue leur mort lente... Le refuge des Grands Mulets et à droite le Dôme et l'aiguille du Gouter devant le glacier de Taconnaz.

En allant à droite de la jonction coté Taconnaz, on peut voir que les glaciers sont disjoints, il ne s'alimentent plus l'un l'autre, fonte des glaciers qui va s'accélérer !

Au loin derrière, le ciel est sombre, orageux, le vent ne pousse pas les nuages vers moi, je peux me mentir, ça va me passer à coté, de toute façon, je suis seul, personne engagé avec moi dans une mauvaise décision. Après la demi heure de beau temps, je redescends, il pleut, légèrement puis plus fort. Je me pause 2 mintes au gîte à Balmat avant de repartir, pour tout avouer je fais un trucque je detestais avant : je telephone en montagne pour organiser le mont blanc de demain... Sandrine pour la météo, Laurent et Anne pour les dernières informations et le matos à ne surtout pas oublier ! La pluie redouble, je me fais saucer ! Je galope rapidement, mais s'en forcer. Je contourne le bec de Corbeau mais hésite à prendre le sentuier de Taconnaz qui est à priori interdit, sous cette flotte, c'est pas génial et engagé, si ça passe dans des barres, je suis mal ! Raisonnable, je vais rejoindre le sentier de montée. Ca craque, l'orage est à deux 3 km pas plus, le ciel me tombe sur la tête. Je file vers le bas, je suis déjà trempé. Je repère les zones à risque, et je cours dans cette descente. Un petit sapin foudroyé sur un promontoire me stresse, je décide de ne pas n'éterniser du tout... J'en-quille quelques lacets, je vois et sens la foudre et craque, une seconde plus tard, le tonnerre, leger sursaut, j'ai l'impression d'avoir vu une étincelle devant mes yeux, je suis sur que le sapin a morflé, je continue de courir tout en restant concentré, les zones me paraissent moins expos à présent. Chaud, mes trempé ! Quelques autres coups de tonnerre, l'orage s'éloigne, la pluie redouble à tout moment, je suis trempé jusqu'aux os ! enfin à la voiture, toute une opération pour se changer sans tremper la voiture ni ses habits propres... Reste de la journée à faire des amplettes au vieux campeur !
Et la météo qui annonçait des avers éparses sans grosses précipitation, il a plu toute l'après mdi et toute la nuit ! pas très précis tout ça !!!

rando réalisée le 19 Juin 2009

Photos

Le refuge des Grands Mulets et la barre de sérac du Grand plateau, lieu du drâme de Henry et Vincendon




Grands Mulets et Dôme du Gouter

Dôme et Aiguille du Gouter depuis la Jonction



Comparatif 1935 - 2009

1935, ci dessus : André Bolon (mon Grand Oncle) à la Jonction, devant le Tacul, le Maudit et le refuge des Grands Mulets
2009, Ci dessous, même endroit, météo plus capricieuse



Aiguille du Gouter 1935
Aiguille du Gouter Juin 2009 sans la chève !



Dôme du Gouter 1935 - 2009, en bas de l'image, au centre, on voit les rochers apparents aujourd'hui !








A François

Randonnée alpine - Traversée Buet - Cheval Blanc - Col de la Terrasse

Apoutsiak — RandoMassif du Mont BlancMont BlancFaune
Bouquetin vers la pointe du Genevrier

Magnifique traversée qui permet de rencontrer des Bouquetins à foison ! ainsi que quelques marmottes.
Peut se réaliser en plusieurs jours, à une allure normale, la traversée se fait en 12 à 15 heures !
Rando alpine sérieuse qui ne peut être réalisée en toute saison, doit pouvoir se réaliser à ski moyennant quelques variantes ...

Rando 2300 m de dénivelé  - 26 km - 12 à 15 heures

Topo

de Buet  (1350 m) prendre le sentier qui monte en direction de la cascade de Bérard puis du refuge de la Pierre à Bérard (1925 m) prendre les sentes Nord Nord Ouest en direction du col de Salenton (2526 m) poursuivre sous l'aiguille de Salenton ( à l'est)  et poursuivre jusqu'à l'arête de la Mortine et le relai radi puis le sommet du Buet ( 3096 m) - annoncé 6 h .

Du sommet prendre l'arête du Buet (Nord) Neige raide au dessus du glacier de Tré les Eaux- Corniches? et rejoindre le point 2808 m. Descendre cette antécîme, cables et poursuivre sur la crête de la montagne des Eves.
Passer à la pointe du Genevrier (2870 m)  rejoindre le col du Genevrier puis le cheval Blanc  (2831 m) Borne.  Partir plein Est (cairn) et rejoindre la sente dans la pente ( cables) suivre cette sente qui part en direction du Col  Vieux et descendre dans la combe sous le col des Corbeaux. à droite on trouve les fameuses traces de dinosaures d'Emosson  (pas vue pour ma part... mal cherché).

Remonter la morraine Nord Est puis prendre la direction du col de la Terrasse ( Sud Est) Lapiaz cairns ! (2649 m)
Au col de la Terrasse partir versant Est raid rocher délité merdique.Descendre au mieux "les Combes" raide ! Rejoindre le chalet de Loriaz (2020 m) puis le Buet par le sentier qui part (Sud Est)

Vous êtes enfin arrivés !



réalisé le 18 Juin 2009

Profil carto fichier GPS

Fichier GPX format GPS





Récit

Léger but objectif ce matin là, je me reporte sur cette rando que je compte faire aevc les enfants sur plusieurs jours. Départ vers 8 heures, à fond mais pas trop, remontée dans la forêt puis longue remontée du Vallon de Bérard. Au refuge, je poursuis, derrière moi un énorme groupe démarre, à fond ! Quelques bouquetins agrémentent cette zone, je file vers le col de Salenton, déjà la neige, je n'ai pas de guêtre, je dépasse quelques randonneurs et me retrouve dans le brouillard, le sentier est relativement bien marqué. Je croise dans le fog quelques randonneurs et voilà le sommet.  3 h 50 ! ( 6 heures annoncée)  Courte pause. Je file sur l'arête, relativement facile sauf le passage des cables, long !  nouvelle pause au col avant le  Genevrier ou je joins Sandrine  devant un bouquetin. Escalade facile sur l'aiguille du Genevrier puis nouvelle descente et 3 chamois qui me filent sous le nez. Je poursuis en direction du Cheval blanc pour une nouvelle pause. Nouvelle descente un peu technique, je file vers les traces de dinosaures... Belle ramasse ! une marmotte peu farrouche m'accueuille, mais je suis bredouille, pas de traces alors que c'est le but de ma balade !
Je remonte vers le col de la terrasse et plonge ensuite vers vallorcine , les premiers lacets sont très raides  et un peu casse gueule, je louvoie, un peu trop à gauche, un peu trop à droite, je rejoins un névé pour une nouvelle partie de ramasse (il n'y a que ça de vrai !)  puis je rejoins le sentier et le chalet de Loriaz.. Nouveau beau sentier qui me ramène à la voiture au Buet. Une bonne grosse rando comme on les aime !


Panorama : Les Aiguilles du Tour, le glacier du Tour, l'aiguille du Chardonnet, le Dolent (aufond) le glacier d'Argentière, les Courtes et les Droites ( la Verte reste dans les nuages)


Logement !

Hôtel du Buet  *
1/2 pension entre 39 et 44 €
chambre 10 au design année 70
plomberie et lavabos années XIX ème
bonne ambiance
magnifique : la soupe aux orties de Vallorcine - miam !



Photos

Refuge de la Pierre à Bérard

Sommet du Cheval Blanc - direction des Traces de Dinosaures

En guise de dinosaure... cette marmotte !


Vidéos



Topo Franche Comté : randonné à la source du Lison

Apoutsiak — RandoJurafamilleAgatheMarieLouis

Jolie rando dans la Franche Comté profonde : on vous l'avais bien dit que la Franche Comté etait un fromage ... avec des trous dedans !



Sources du Lison et canal



Topo


De Nans Sous Sainte Anne ( à 12 km de Salin les Bains) remonter jusqu'au parking des sources du Lison :c'est le départ.


De là, direction la source du Lison, puis le Creux du Billard, revenz sur vos pas et changez de rive, pour atteindre la source (et la grotte ) de la Sarrazine. revenir au pont et suivre le Lison en rive gauche sur 1 km, prendre le chemin qui monte à gauche. Le chemin passe devant la taiianderie (100 m en dessous, elle se visite !) pousuivez (balisage jaune bleu ) jusqu'à un croisement. Prendre la direction du Vieux Château et trouver le belvedere. REdescendre au croisement, prendre la direction Crouzet Migette, traverser Migette et retrouver la route qui descend sur Nan, emprunter le chemin qui descend à gauche de la route, il passe devant un Chêne ancestral (300 ans) et revient vers la Source du Lison et le Parking.


Carto et fichier GPS




Merci Géoportail et skitour


Le fichier GPS est ici, faire enregistrer sous





10 km et 450 m de déniveler

Récit.


3ème ou 4ème fois que nous nous rendons à la source du Lison, la neige et le froid nous accueille, et chance, pour une fois, il n'y a pas grand monde. La Source est magnifique avec un débit impressionant, nous remontons au Creux du billard, les boules de neige fusent, je suis une cible importante et me défend avec application (Lous, je te hais)

Retour aux Sources pour une trève et le pique nique ( et oui, on a du faire une trève, on ne s'en sortait pas !) Un randonneur m'annonce que mes phares sont restés allumés, j'y file...


Nous partons alors vers la grotte de la Sarrazine, que Sandrine annonce nulle alors qu'elle est magnifique avec sont toit à 90 m de long.

Redescente et parcours buccolique le long du Lison avant la longue montée vers le Chateau. Courte pause bobos au milieu, et nouvelle aggression au sommet, les boules de neige fusent ici aussi, il faut dire qu'il y a pas mal de neige. Descente vers Mijette, je porte à nouveau Marie qui  a mal au pied chef derechef.  Traversée du hameau desert de Mijette, et nous filons vers le Vieux Chef, que nous n'arrivons pas à enserrer à 5 !!!

REtour au parking pour une mauvaise surprise, impossible de démarrer notre automobile. De gentils randonneurs nous tracteront et la descente n'y suffira pas, vive l'électronique !!! 1 h 30 plus tard et renault assistance du dimanche soir , nous repartons vers notre hâvre de paix, le porte monnaie bien vidé !!!


Pas la peine d'aller aux Etats Unis pour trouvers des Grans Cannyon et des sommets originaux : Le Vieux Château

Attention aux indiens !



Photos



Le Creux du Billard, la grotte au dessus aurait été occupée par des hommes préhistoriques (passionnés de spéléo sans doute...)



Le Source de la Sarrazine n'est pas à sec !



Le Vieux Chêne de 300 ans et les loulouches de 7 et 10 ans




Rando : Le Ventoux dans la tempête

Apoutsiak — Rando

Partis pour une rando tranquille au dessus de Buis les Baronnies en famille, nous nous sommes retrouvés dans une tempête de neige au sommet du Ventoux, au col des Tempêtes !

Départ de rando enneigée !


Topo


Distance : 9 km

déniveler 525 m


Rejoindre le Mont saint Serein en partant de Malaucène sur la route du Ventoux


Garer la voiture au bout de la station

Prendre le sentie aui passe à droite du camping, c'est le GR 9 et le suivre  jusqu'à une intersection à la Grave Faouletiere. Quitter le GR 9 en direction du point 1471 m de la carte IGN. Remonter le sentier en lacet (GR4) en direction du sommet du Ventoux. Le sentier est d'abord en forêt puis sur le crâne (du chauve !)

Rejoindre le point 1750 m puis le sommet à proximité de la longue vue !


Descente


Par la route puis par les pistes de ski (rouge)  vers la Loubatiere et la station du Mont Saint Serein


Image Geoportail - IGN


Récit


Nous partions pour avaoir froid, nous allions être servi. La météo annonçait un temps froid mais sec, elle avait vu juste pour l'un des deux paramètres, pas pour l'autre...

Chacun équipés de bicouche (collant plus pantalon) la voiture avait pris les lacets du Ventoux au dessus de Malaucène, nos estomacs aussi. Le verglas ne nous faisait pas peur : Sandrine avait eu la bonne intuition (féminine) de mettre les pneus neige la semaine précédente.


La Station du Mont Saint Serein; déserte nous accueille, et nous quittons la voiture en ordre de bataille : moi devant pour faire la trace dans les 30 cm de neige. L'ambiance est bonne, nous observons les traces daes animaux ( lapins chamois, chevreuils) et profitons de la montagne seuls.

Une maman chamois et son petit ont eu la bonne idée de se montrer pour le plus grand bonheur de Marie !

Le temps se dégrade, il neige, Louis commence a avoir froid aux pieds, je le réchauffe et nous repartons, le brouillard nous englobe, le sentier est à peine visible nous le perdons par moment (voir carte !), mais mon sens de l'orientation inné (ou la chance...), nous permet de retrouver le bon chemin. Le vent se lçve 150 m sous le sommet, celà de vient difficile. Nous chantons des chansons, ôde au chamois quelque peu antichasse, j'y tiens le rôel du méchant chasseur... Enfin la rembarde de sécurité, nous remontons vers le sommet, Temête au col des Tempêtes ! Nous stoppons à la table d'orientation et redescendons par la route, nous protegeants lors des bourrasques de vent.

Nous quittons la route pour la piste de ski qui devrait nous ramener à la station du Mont Serein, le vent se calme, l'ambiance est meilleur. Enfin, la voiture, nous pique niquerons à l'intérieur !!!


Dans la forêt


Google Earth



Photos


Agathe vers le sommet


Sandrine, Louis, Marie et Agathe

"On a eu froid !"


Enfin la descente







Sur les traces des dinosaures

Apoutsiak — RandoJurafamilleAgatheMarieLouis
Dinosaure diplodocus Jura LoulleVisoterra.com
Rando famille dans le Jura, à proximité de Champagnole, à la recherche des extraordinaires traces de dinosaures de Loulle !
Il y a 140 millions d'année, des diplodocus se promenairent en bordure de plage... dans le Jura !

14 km 400 m de denivelé


Topo :

De Ney ( Départemental 471 en venant de Champagnole) Se garer à l'église et prendre le chemin de la Chapelle. Passer la Chapelle et aller au Belvedere de Bénédegand (699 m) la montée est légèrement expo par moment (cables) pousuivre toujours en suivant le balisage jaune et rouge, en direction du Sud Est et profitez des belvédères. Rejoindre le sentier qui longe la falaise au dessus de Cize et amène au belvédère de Surmont. De là , direction Sud ouest et la route Forestière qui passe au dessus de Pillemoine.
Suivre la petite route de Loulle et visiter le fameux Lapiaz.

De là, revenir en arrière (400 mètres) et prendre à gauche dans le champs (panneau) suivre alors le chemin forestier qui amène au Graal : les fameuses traces de Dinosaures qui datent de 135 à 150 millions d'années ( le Dimanche, des guides vous font la visite !)

Après votre visite, prenez le chemin à gauche en sortant dans la carrière qui monte dans le bois de Surmont et rejoint le bois de Ney, descendre sur Ney par un chemin forestier à flanc pour rejoindre l'église de Ney.

Récit

Le "En Vadrouille" 2008 proposait cette sortie originale, à la première occasion, nous sommes partis en famille en quête du Graal !!! Premièr montée raide et un peu technique au dessu de la chapelle (main courante en place). De là, nous profitons du belvedere pour pique niquer (étape importante ! ).
Ensuite, long parcours au dessus de Champagnole avant de redescendre vers Loulle... pause sieste et photos !
Passage vers les Lapiaz avant de retrouver un peu plus loin les traces de dinosaures.
Incroyable

Cartographie et profil

Ici (merci skitour)

Fichier GPS

(au format GPX) (clic droit puis enregistrer sous)

Photos :

Dinosaure - diplodocusVisoterra.com


Photos perso à suivre ...



du Petit au Grand Mountet

Apoutsiak — alpinismeRandoValaisSteph
... et Mammouth sommet Est !



4 Jours à la cabane du Mountet

1er jour : Zinal Petit Mountet

2ème jour : Petit Mountet - Grand Mountet - Mammouth Est
3ème jour : Blanc de Moming
4ème jour : Traversée du Mammouth


2 ème jour de ce séjour alpinisme au dessus de Zinal ! Il fallait rattrapper le temps perdu (si possible) : monter au Grand Mountet et aller se promener au dessus !

Topo :

Petit Mountet (2142 m)  - Grand Mountet (2886 m)
Du Petit Mountet, prendre la piste pour redescendre au pont (1908 m) et 250 m de perdus ....
De là prendre le super bon sentier en rive gauche du vallon ( super bon mais aussi super long...) balisage vraiment parfait !
Il grimpe d'abord en face du refuge du petit Mountet avant de lentement partir vers le Sud ( bouquetins - cables lorsque le terrain est difficile !) Le sentier contourne la base du Besso puis la base du Mammouth avant de rejoindre le Grand Mountet ! ( vous verrez, c'est le panneau cabane 30 minutes qui tue !!!)

Compter 3 h 30 à 5 heures

Pour le sommet Est du Mammouth
Rejoindre la morraine du glacier du Mountet et la remonter pour rejoindre la Forcle (45 minutes) de là suivre l'arête du Mammouth ou son versnat Nord pour atteindre le sommet 3219 m ! (15 à 45 minutes en fonction des conditions)




Conditions :

Neige à gogo au dessus de 2000 mètres rendant notre lourde progression ... lente !
60 cm de neige à 3000, trous entre les blocs sous le Mammouth.

Météo :

Grisouille


Carto GPS


Carto
fichier GPS au format GPX


Récit :

Chargés comme des mules on est redescendu dans le vallon avant d'attaquer les pentes versant Est du Glacier de Zinal. Gentiment, quelques bouquetins se sont sacrifiés pour nous egayer la montée, ce fut réussi.
Steph, monsieur sécurité, décidait à se moment là de cahusser les crampons ( oui, il faut dire qu'il y avait pas mal de verglas) tandis que le vieil imprudent que je suis, poursuivait le troupeau au ralenti dana la neige. Après les bouquetins, les cables, avec toujours pas mal de neige, puis le fameux paneau : cabane 30 minutes. Nous sommes arrivés à midi à la cabane et après un frugal repas et une petite sieste, somme montés au Mammouth Est ou à côté : 50 à 60 cm de fraiche sur des gros blocs avec des trous partout : la Suisse, l'autre pays du fromage? à non, ce sont les pays bas, mais ça pouvait tout à fait coller... un vrai gruyère à déblayer.

Retour à la cabane et à son confort pour une bonne soirée, même si je n'ai pas fait long feux...
Nos projets de 4000 sont loin il y a énormément de neige


Photos :















Vidéos :





Zinal - refuge du Petit Mountet

Apoutsiak — alpinismeRandoValaisSteph


4 Jours à la cabane du Mountet

1er jour : Zinal Petit Mountet

2ème jour : Petit Mountet - Grand Mountet - Mammouth Est
3ème jour : Blanc de Moming
4ème jour : Traversée du Mammouth


Topo :


Départ de Zinal (1675 m) parking au sud du village
remonter le grand plat ( c'est bizarre de remonter un grand plat, mais c'est comme  ça !) de la Navisance plein sud
jusqu'au Vichiesso) et prendre le chemin à droite (panneau) à flan qui permet de gagner la cabane du Petit Mountet
2142 m

Remarque :
Glace possible dans certains passages en début et en fin de saison !

Attention : dans un bouquin sur les cabanes, les coordonénes GPS sont fausses
Voici les bonnes :



Météo :

Il faisait beau, mais de nuit, on n'a pas bien vu...

Conditions : verglas par endroit  !


Récit :

Histoire de patience : c'est là que je suis le meilleur. ( et je me prette au jeux du blog de raconter ma vie, logiquement, c'est le but d'un blog)
Nous avions rendez vous avec Stéphane au parking du Grand SAint Bernard avant Martigny vers midi, 14 heures derniers carrat, finalement nous avions opté pour la solution : il m'appelle lorsqu'il sera descendu de la Tour Ronde et rendez vous sur place...
Le temps passe à la maison, je suis coincé, que faire, aller me promener... et si le téléphone sonne... Et si ses batteries sont déchargées... Bon, là, c'est mon impatience qui prend le dessus, je sais qu'après 14 heures à Martigny, il sera difficile de parvenir au Grand Mountet dans les délais ...

Vroum vroum jusqu'à Martigny et je me mets en position "attente", je laisse deux messages à Steph, dont un SMS ( et oui, jeune lecteur, je passe AUSSI des SMS ! c'est grâce à Laurent, mais ça , c'est une autre histoire... je pique nique... ( 14 h 15)
Je fais mon sac.
16 heures, le téléphone sonne , c'est Steph, ils n'ont pas encore atteints leur bivouac vers l'Hellbronner. il sera là dans deux heures. Bon, pour le Grand Moutnet, c'est râpé, nous convenons de trouver une autre solution.
Ce qu'il y a de bien au relais du Grand Saint Bernard, c'est l'office du tourisme, la dame me renseigne, me fait des photocopies  de pages  sur les refuges : Prafleuri, Moiry ou le Petit Mountet !
Une baladette autour du lac ou des Terreneuve ramènent à terre leur propriétaires en combinaison de plongée et les paintballers se battent en duel...

Je rentre dans mon GPS les coordonnées des différents refuges et passe un coup de fil au petit Mountet, il est ouvert. Ca sera notre destination du soir.

Je décide d'aller trouver un parkinhg plus loin, au dessus de Sierre tandis que Steph est sur la route.
Arprès sa galère dans 60 cm de neige , attente dans les téléphériques, bouchons à l'entrée du tunnel du Mont Blanc, il me rejoint à Sierre à 18 h 30 !!! (il en a de la chance, son matos est chaud... et humide !!! )

Bref, à 19 heures, il fait nuit et c'est le départ. Chargés comme des mules, le projet est de monter tomber quelques 4000 : Zinalrothorn, face Nord de l'Obergabelhorn voir Dent Blanche.... Ca n'est qu'un projet... Le matos va avec : raquettes !, ARVA pelle sonde, matos d'escalade, piolets (2 !) crampons bouffe pour 3 jours et tutti quanti !!!  Au moins 20 kg sur le dos !

Petit Mountet by night, en 1 h 30, ça se fait bien, on a bien marché, de la neige dans certains passages humides.

Accueil impeccable de la gardienne, repas délicieux et nuit réparatrice pour cette longue journée avant celle de demain... la montée au GRAND MOUNTET




Carto GPS

Carto
fichier GPS au format GPX


Photos











vidéo





Rando en Guadeloupe : le sentier du littoral : Grande Pointe

Apoutsiak — Randonnée en GuadeloupeRandofamilleAgatheMarieLouis
ou pointe  à la Taste

Jolie rando sur le littoral à faire le matin quand il fait frais !!! A proximité de 3Trois Rivières

Sur la N1, en venant de pointe à Pitre, quitte la N1 au Trou au Chien après le village de Bananier et se garer au bout de cette route cul de sac

Rando facile.

du départ, on voit déjà la Grande Pointe

Topo :

Du parking, descendre vers la mer (sentier raide - escaliers) suivre le sentier qui longe alors la côte. Rejoindre  Grande Pointe ou pointe à la Taste où l'on découvre une ancienne batterie qui servait  à surveiller le passage entre la Guadeloupe et les Saintes (une autre batterie se situe au sommet du Chameau aux Saintes)

Le sentier penetre dans la forêt, il longe l'anse ravabotte, passe devant un ancien moulin envahie par la végétation. On profite du sable oir de la plage des Gallets le parking (à proximité de Trois Rivière - navette à prévoir) )  Possibilité de rejoindre  l'anse Duquery : petit sentier qui descend vers la plage.

Option longue : poursuivre le long d'Anse à la Boule puisAnse à la Source pour rejoindre le parc Archéologique des Roches gravées.

Courte variante : remonter la rivière qui part à l'extremité sud de la plage des Gallets : petite cascade et plants d'eau.

Grande Pointe

Récit :

Rando poulaquelle la difficulté provient principalement de la recherche du parking du côté de Trois Rivière, on n'a pas du être très doué.

Paysages magnifiques, entre l'ancienne batterie , le moulin et le littoral.

Chaud

Fichier GPS

Format GPX (à venir)

Photo :

l'ancienne batterie



L'ancien moulin





Randonnée en Guadeloupe : Le nez cassé

Apoutsiak — Randonnée en GuadeloupeRandofamilleAgatheMarieLouis


Rando sauvage au milieu de la dense forêt Guadeloupéenne

Vue possible sur la soufrière
dénivelé 500 mètres 5 heures : ne pas sous estimer cette petite rando

Topo :

Se garer à proximié de la clinique, au bout de la D 29.
De Papaye poursuivre le sentier qui poursuit la D 29 vers le Nord ( non marqué sur la carte)  faire un lacet pour rejoindre le haut du champ (plein est) Attention aux  boeufs . On retrouve une sente qui monte droit dans la pente (dré dans l'pentu pour les savoyards) et c'est parti pour la découverte de la forêt tropicale !!! Le sentier monte donc droit et assez (très) raide !!! (ficelle comme main courante !)

La pente s'aplani, puis passe dans les racines (passage sport ) puis sort de la forêt pour rejoinde une crête aérienne  et rejoint le nez cassé !

Possibilité de descendre au dessus de Saint Claude et de rejoindre Papaye par la trace Delgres (itinéraire non emprunté)





Récit

Nous arrivames donc fort tard à Papaye après une long voyage : Gy Orly en voiture, Orly Pointe à Pitre en avion puis Pointe à Pitre papaye en voiture de location. La fin de la route de papaye est à 25 - 30 %  première obligatoire !

Bref, le lendemain, je decidais de faire une rando cool depuis le gîte !

Et nous parîmes tous les 5 avec un peu d'eau et quelques gâteaux pour une rando que je pensais torcher... Erreur !!!
Nous parcvenons à déjouer l'absence de sentier à la sortie de papaye et Louis retrouve la trace qui s'enfonce dans la forêt. C'est raide, mais l'ambiance est bonne. Le sentier s'aplani pour une longuie portion en faux plat ! C'estlong, il faut suivre les balises et profiter de la végétation.  100 mètres de passage délicat entre les racines où les enfants sont plus à l'aise que nous !

Le sentier se termine enfin par une section sur la crête envahie de végétation
Logement : gîte de Madame Jean-Marie à Papaye Nous rejoignons enfin le nez cassé.

La descente est longue elle aussi. Nous aurons mis 5 heures !!!



Météo :

Beau, brouillard au sommet !(classique dans ces contrées )

Plage suivante :

Plage du Rocroy où nous avons profité de l'excellent resto et du sable

Iguanes en quantité !

A tester :

les sources chaudes !!!

Photos :



Fichier GPS

au format GPX

retour accueil Gwada


Le Pic de Néouvielle - voie normale

Apoutsiak — alpinismeRando
Lac d'Omar et lac d'aubert

pic-de-n--ouvielle-le-sommet----droite-et-le-ramougn-photo-guillaume-ledoux-apoutsiak.jpg
A droite, le sommet du pic de Néouvielle

Le topo


Tout d'abord, acceder au lac d'Aubert, que l'on peut etteindre en voiture avant 9 h du mat ou en navette après, une autre solution consiste à se garer au barage d'Oredon et à y monter par les laquettes (1 heure environ) Remarque : la refuge d'Oredon est un refuge 3 étoiles : douches, couchettes confortables et Tartiflette délicieuse !

Remonter le sentier en direction de la Hourquette d'Aubert. Nous ne sommes pas allés jusque là, nous avons coupé par les gros blocs en redescendant légèrement Sud Ouest. Puis remonter les pentes pierreuse et parfois herbeuse en direction de la brèche de Chausenque (2790m). Peu de cairns sauf sur la fin (sans doute était on à côté de l'itinéraire...)
Prendre alors les névas s'il y en a qui remonte  vers le sommet que nous avons contourné par l'est avant de l'atteindre.

Nous somme s redescendus par la voie normale, commune au départ avec la voie de montée puis il faut bifurquer vers la Crête des Barris d'Aubert avant de rejoindre à flanc, l'itinéraire de montée au pas du gas que l'on redescend pour retouver la digue du lac d'Aubert

3 h 40 de montée environ pour 950 mètres (pauses comprises)

pic-de-n--ouvielle-le-lac-d-omar-lochness-photo-guillaume-ledoux-apoutsiak.jpg
Lever de soleil dans  le brouillard

pic-de-n--ouvielle-louis-Ledoux-descente-en-ramasse--photo-guillaume-ledoux-apoutsiak.jpg
Descente en ramasse
La Course

Et bien voilà, premier 3000 pour louis, avec prêt de 1000 mètres de déniveler, il n'est même pas arrivé fatigué (je  me suis même demandé à un moment s'il n'allait pas me larguer...) Pourtant cette course (rando) n'est pas facile pour un enfant, avec ses gros blocs sur lesquels il faut faire des grands pas.

Nous sommes partis dans le brouillard puis au dessus (magnifique) avant de passer sous la Hourquette d'Aubert. J'ai navigué au nez un moment (il faut avouer que j'avais oublié la carte à la résidence suite à quelques manoeuvres compliques la veille), bref, mon nez, que l'on pourra pompeusement nommer "sens de l'orientation" ne m'a pas trompé, nous avons fini par trouver de petits cairns discrets, puis des plus gros.
J'ai encordé Louis pour les passages sur les névés (surtout le premier légèrement en dévers sur neige dure).  Le sommet fut une belle récompense, Louis étais fier de lui, et moi aussi, je ne sais pas le quel de nous deux l'était le plus ?


pic-de-n--ouvielle-louis-Ledoux-pause-salvatrice--photo-guillaume-ledoux-apoutsiak.jpg
Petite pause


Descente vers la digue et le lac d'Aubert


pic-de-n--ouvielle-louis-Ledoux-au-sommet-photo-guillaume-ledoux-apoutsiak.jpg
Au sommet

pic-de-n--ouvielle-louis-Ledoux-au-sommet-photo-guillaume-ledoux-fier--apoutsiak.jpg
Fiers


Louis a adoré la descente en ramasse, j'ai trouvé un peu longue la traversée pour rejoindre la digue, mais nous sommes arrivés en forme à la voiture. (on est même allé faire de l'accrobranche avec Marie et Agathe après)

Les Conditions

Entre Lochness et Guadeloupe...

Remarques particulières

Bref, pour emmener un enfant de 5 ans  à 3000 avec 1000 mètres de déniveler, un enfant en forme et très motivé, ce qui fut le cas IL EN REDEMANDE LE BOUGRE !!!


Photos

pic-de-n--ouvielle-2-le-lac-d-omar-lochness-photo-guillaume-ledoux-apoutsiak.jpg
Au départ, le Lochness

pic-de-n--ouvielle-louis-Ledoux-au-sommet--guadeloupe-ilet-photo-guillaume-ledoux-apoutsiak.jpg

retour en Guadeloupe
<< < 1 2 3 4