Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Petit Alpiniste Illustré

Le Petit Alpiniste Illustré

by Apoutsiak

Massif Du Mont Blanc

Ski de randonnée : Aiguillette des Houches - 2285 m

Apoutsiak — Ski de randonnéeMassif du Mont Blancbut
Ski de randonnée : Aiguillette des Houches - 2285 m

Aiguillette des Houches 2285 m

 

Topo

 

Se garer au Bettey 1352 m au dessus des Houches (10 minutes de voiture environ)

parking avant le village.

De là, rejoindre le Plan de la Cry en remontant dans le village puis suivre le sentier qui amène au Chalets de Chailloux.

Passer par le point 1996 m carte IGN puis emprunter une direction ord Est . Remonter la dernière pente raide pour atteindre l'aiguillette des Houches (2285 m)

Ski de randonnée : Aiguillette des Houches - 2285 m

Récit :

 

Dernier jour de vacances aux Houches, je souhaite en profiter avec le sommet du village.

Je rejoins le parking, de nombreux raquettistes en provenance de la perfide Albion se préparent, ils suivent attentivement les conseils de leur accompagnatrice. Ils partent à gauche quand je pars tout droit, on ne se reverra pas !

Je remonte les hameaux enneigés impressionné par l'absence de voiture. Tout se fait à pied. La classe, mais je ne pense pas que Sandrine apprécierait...

Voilà le sentier, des traces de raquettes fraîches, 2 ou 3. Je remonte le sentier, à fond, 600 ou 700 m / h quand ça n'est pas trop plat. 3/4 d'heure plus tard, je rejoins d'autres anglais, ils sont deux, je les passe, à moi la trace. J'opère une petite pause avant les chalets de Chailloux. Puis me remets en route. Vigilant, il a neigé et les risques d'avalanche ne sont pas nuls. La visibilité est réduite.

J'opère une grande traversée. Je ne parviens pas à bien identifier e sommet, par contre de belles pentes dans lesquelles je n'aurais aucune confiance sous la crête à 2300.

Je décide de m'arrêter sur un petit col (qui s'avèrera se situer juste en aval du sommet de l'aiguillette 40 m environ en dessous au sud)

Les deux raquettistes m'ont suivi, et poursuivent vers le sommet.

La descente est bonne (à part au départ où je trouve un peu de croute) puis c'est la forêt sous les Chailloux, et je décide de couper le sentier. Par moment c'est un excellent choix, parfois, c'est une galère intégrale, avec la peur d'avoir à remonter... Forêts de sapins infranchissables qui fouettent le visage. Neige sans consistance qui fuit dans les pentes raides sous les skis. Du beau ski combat...

Bon il faut dire qu'avec le GPS, j'arrive plutôt à m'en sortir, mais je me suis tout de même bien battu.

Je file dans les hameaux vers la voiture.

Une jolie petite sortie en solo, à faire par beau temps, et jusqu'au sommet !

 

Ca compte comme un petit but quand même ...

 

 

Ski de randonnée : Aiguillette des Houches - 2285 m
Ski de randonnée : Aiguillette des Houches - 2285 m
Ski de randonnée : Aiguillette des Houches - 2285 m

Ski - Freeride - Vallée Blanche

Apoutsiak — Ski de randonnéeMassif du Mont BlancLouis

Aiguille du Midi

Chamonix

Par la Vraie Vallée Blanche

(Glacier du Géant - mer de Glace - Chamonix

 

Et une de plus avec Louis !

Vallée Blanche avec un enfant.

 

 

 

Carto fichier GPS

 

Au format GPX

 

Vallée Blanche

Ski - Freeride - Vallée Blanche
Ski - Freeride - Vallée Blanche
Ski - Freeride - Vallée Blanche
Ski - Freeride - Vallée Blanche
Ski - Freeride - Vallée Blanche
Ski - Freeride - Vallée Blanche
Ski - Freeride - Vallée Blanche
Ski - Freeride - Vallée Blanche
Ski - Freeride - Vallée Blanche
Ski - Freeride - Vallée Blanche
Ski - Freeride - Vallée Blanche
Ski - Freeride - Vallée Blanche

Ski de randonnée : Tour des Aiguilles Crochues

Apoutsiak — Ski de randonnéeMassif du Mont BlancfamilleLouis

Jolie rando, avec Louis.2 cols :

le col des Aiguilles Crochues 2701 m

et le col de Bérard 2460 m

Traversée depuis Les Praz de Chamonix - le télésiège de l'Index - Et le Buet

Topo

 

Depuis le télésiège de l'Index, gagner le haut du petit téléski au Nord. De la remonter la combe pour gagner le col des Aiguilles Crochues. Attention à la fin 150 m entre 40 et 50°

Du col redescendre à flanc sous l'aiguille du Belvédère et la pointe Alphonse Favre pour remettre les peaux vers 2300 m et gagner le col de Bérard.

Du col descendre dans le vallon de Bérard au mieux, attention, grand plat au milieu. La fin se fait en général en rive droite du cours d'eau. On rejoint alors les pistes de ski du Buet.

Ski de randonnée : Tour des Aiguilles Crochues

Carto fichier GPS

Fichier GPS au format GPX

A suivre

Récit

 

Nous voilà partis avec Louis pour la traversée des Aiguilles Crochues.

Caisse - Queue pour prendre le téléphérique de la Flégère - puis on chausse, télésiège de l'Index. On en profite pour tester les ARVA sur le testeur en haut de la station. Malheureusement avec nos forfaits randonneurs on ne peut pas prendre le dernier petit téléski qui fait gagner quelques dizaines de mètres.

 

La météo n'est pas parfaite, mais ça devrait passer. Louis espère du monde sur la course, il sait que souvent, les randonneurs l'encouragent, il va être déçu, on ne va voir personne, à part deux "collègues" à plus d'un kilomètre.

C'est parti pour rejoindre le haut du petit téléski par une longue traversée à flanc. On n'est pas encore vraiment parti, on voit des skieurs et on entend fort le bruit des remontées. Ah, quand on aura détruit tout ça...

Enfin nous voilà au départ réel. Louis se retourne souvent pour voir s'il n'y aurait pas "d'encourageurs" en partance... Les conversions s'enchaînent, Lous pétouille par moment. Je tache de choisir la trace la moins raide afin que ses skis aux peaux droites, tiennent facilement sur la trace.

La pente se raidit. nous laissons les skis pour attaquer la suite à pied, encordés. Tout se passe bien, 20 minutes plus tard nous sommes au col, dans un léger brouillard pour une pause ravitaillement.

On attaque la descente à flanc dans le temps gris. Au départ de la poudre, puis une partie bien croûtée avant d'enchaîner dans une trace parfois verglacée à flanc. Bien désagréable, mais tout se passe bien. Nous repeautons pour repartir vers le col de Bérard.

On retrouve de la bonne neige dans ce vallon et le col est atteint sous quelques flocons. L'heure de se restaurer : sandwich, chips et actimels remplissent nos estomacs.

On attaque la descente déjà bien tracée de partout, mais en poudre. Je parviens à faire un joli salto avant en butant dans un caillou couvert de neige que je n'avais pas vu ! Spectaculaire mais sans gravité !

Sur le plat, Louis galère un peu. C'est ça, l'inconvénient d'être trop léger, on manque de glisse et de puissance sur les portions peu raide !

Enfin on rejoint le chemin qui mène au Buet, Louis est un spécialiste de ce genre de ski. Un régal. Voilà les pistes de ski et la civilisation !

Reste à rentrer en stop aux Houche, 4 voitures, nos remerciements à eux : Un saisonnière de Vallorcine, un skieur de randonnée Grenoblo-Parisien, un Anglais Chamoniard, et un Corse moniteur de ski. De petites rencontres bien sympathiques. Je me demande même si ça n'est pas la partie que Louis a préférée...

 

 

Ski de randonnée : Tour des Aiguilles Crochues
Ski de randonnée : Tour des Aiguilles Crochues
Ski de randonnée : Tour des Aiguilles Crochues
Ski de randonnée : Tour des Aiguilles Crochues
Ski de randonnée : Tour des Aiguilles Crochues
Ski de randonnée : Tour des Aiguilles Crochues
Ski de randonnée : Tour des Aiguilles Crochues

Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m

Apoutsiak — Ski de randonnéeLouisfamilleMassif du Mont Blancalpinisme

Nouveau record d'altitude pour Louis après les 3429 m de la Tête Blanche

Après la traversée des Aiguilles Crochues la veille, je décide que nous enchainerions avec l'ascension du col du Tour Noir, la fenêtre météo est brêve...

Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m

Topo :

 

Prendre les remontées mécaniques pour monter aux Grands Montets (possibilité de partir de Lognan ou du bas, mais avec un enfant de 12 ans sans passer par le refuge, ça semble compromis...

Ayez de la patience les jours de beau temps, il en faut !

Descendre le glacier des Rognons plein ouest pour rejoindre le glacier d'Argentière.

"Remonter" le glacier en direction du refuge d'Argentière (j'ai mis remonter, mais c'est assez plat), 2 choix : soit passer sous le refuge soit remonter un peu plus loin pour prendre la rive droite du glacier des Améthystes.

On reste dans les deux cas en rive droite du glacier des améthystes, puis en son milieu vers 3300 m avant de gagner le col du Tour Noir 3535 m , la pente se redresse quelque peu.

Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m

Carto fichier GPS

A suivre

Récit

 

Après la traversée des Aiguilles Crochues la veille, je décide que nous enchainerions avec l'ascension du col du Tour Noir, la fenêtre météo est brève...

Nous filons au magasin de location pour avoir des skis de rando corrects (et pas les skis décathlon bricolés) Dès qu'il les voit, Louis est sous le charme, des Dynastars verts fluos avec la carte dessus et des fixations plum ! Même s'ils font 1 m 60, ce qui m'ennuie un peu pour les conversions, nous les prenons, il n'y a plus que ça. Le loueur est un peu inquiet qund je lui parle de mon projet : emmené Louis au col du Tour Noir. "Vous avez un guide" - "Non !" "Vous en avez déjà fait ?" - "Oui !"

 

Nous voilà dans la queue de la caisse du téléphérique vers 8 h 10, pendant que c'est la cohue pour prendre le télé, il a neigé cette nuit, et il fait beau.

Il nous faudra près d'une heure pour gagner le sommet des Grands Montets. En haut , grand beau, sans vent, il ne fait même pas froid malgré les -14°c annoncés !

Nous descendons les escaliers et commençons la descente. Miam, 30 à 40 cm de poudreuse sur une neige dure traffolée, c'est un régal. La descente du glacier des Rognons fut un moment génial, et trop court, seuls 5 skieurs étaient passés avant nous là où nous sommes passés !

Déjà en bas, il faut peauter, et pas une trace sur le glacier d'Argentière. C'est beau, mais il va falloir tracer.

Je me mets à la tache, et Louis me suit tranquillement. Nous passons sous la verte et mon (?) couloir Couturier Sous les Droites, graviers l'été dernier et devant les Courtes, un superbe souvenir de traversée avec Isabelle.

 

Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m

Nous décidons d'attaquer la moraine du glacier sous le refuge. La neige est dure par endroit et Louis doit déchausser pour passer un petit raidillon. Puis j'enchaine les conversions, de jolies Z dans cette montagne vierge.

Il fait faim, j'opère une judicieuse pause pique nique juste avant de pause les skis sur le glacier, 11 h 50. On repart tranquillement, un groupe de 5 a fait une autre trace plus à l'Est nous décidons de la rejoindre afin de moins nous fatiguer.

Il fait une chaleur a crever, je skie en carline polaire manches courtes, ça ne va pas durer.

Je vois une fille à l'agonie, je le précise à Louis, je sais que ça va le motiver. Et ça marche, 5 minutes plus tard, il l'a dépassé. Mais ô horreur, que vois-je ? Des gens dépeautent... CA fait seulement 10 minutes que nous sommes dans leurs traces ... Aucun d'entre eux n'ira plus loin. Flûte. Loin derrière, je vois 3 personnes qui pourraient venir nous relayer.

Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m

Je poursuis, la trace se fait, mais Louis en deuxième position doit tout de même forcer un peu. Nous arrivons au long plat avant le col. Je sens que Louis fatigue et nous décidons de chanter tout en nous donnant des objectifs accessibles : le pied d'un couloir, un ressaut...

Le temps a changé, jour blanc, vent et froid. J'ai du mal à apprécier la pente. Quelques conversions, me voilà au col, balayé par le blizzard. Louis me rejoint. Nous sommes heureux et fier ! Les premiers au col du Tour Noir dans la poudreuse. Malgré le temps , la descente devrait être bonne.

Je m'occuppe des manips, tandis que je mets Louis à l’abri du vent. Il rechausse et part.Je le rejoins. Ensuite, c'est petite godille ou grands virages, c'est selon. Parfois c'est ski dans la trace quand il y a trop de neige et pas assez de pente.

 

Nous croisons le groupe de 3. Je me rends compte que c'est un groupe avec guide, il m'explique que ses deux clients n'ont pas été capable de nous rattraper. Moi qui aie tant espéré partager la trace...

Superbe ski , juste un peu de croute avant de rejoindre le glacier d’Argentière, et Louis mange la neige ! Ensuite c'est pas mal de pousse bâton. Et de nouveau du ski quand on rejoint les traces descendant des Grands Montets. Visibilité réduite, m'occupe de trouver l'itinéraire et tout se passe bien. On rejoint la piste noire, puis Lognan, je me gaufre 2 fois sur une piste verte, je dois être un peu fatigué.

Ensuite descente dans un monde incroyable vers Argentière sur la piste rouge. Je joins Sandrine au téléphone pour lui dire que tout va bien. Et voilà la voiture, opération Tour Noir réussie, et nouveau record pour Louis !

Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m
Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m
Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m
Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m
Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m
Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m
Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m
Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m
Ski de randonnée : Col du Tour Noir - 3535 m

Randonnée : Le Chapeau - belvédère sur la mer de Glace

Apoutsiak — RandoMassif du Mont Blanc
Mer de glace - glacier des Bois  - évolution 1936 - 2013 - vue du Chapeau

Mer de glace - glacier des Bois - évolution 1936 - 2013 - vue du Chapeau

et feu l'ancien glacier des Bois

Magnfique vue sur les aiguilles de Chamonix mais surtout le front de la mer de glace

 

Topo :

14 km - 850 m dénivelé

 

Se garer au Grassonnet au Sud d'Argentière

Gagner le sentier balcon jusqu'au dessus des Chosalets.

Tirer à droite en direction des Bois desChosalets

Retour Sud ouest pour passer sous le télésiège de la Pendant et rejoindre les chalets de la Pendant et son alpage.

On gagne alors la tête des Prapators 1844 m puis descente sur le belvédère de la mer de glace ***

Retour vers le Chapeau (Chalet) puis descente vers le Lavancher avant de reprendre le petit balcon Nord pour rejoindre le parking

 

Pour info circuit fait en mode trail

 

 

 

 

Carte Topo :  Argentière le Chapeau - source Géoportail

Carte Topo : Argentière le Chapeau - source Géoportail

Randonnée Chapeau - Front de la mer de Glace - ancien glacier des Bois
Randonnée Chapeau - Front de la mer de Glace - ancien glacier des Bois
Randonnée Chapeau - Front de la mer de Glace - ancien glacier des Bois
Randonnée Chapeau - Front de la mer de Glace - ancien glacier des Bois
Randonnée Chapeau - Front de la mer de Glace - ancien glacier des Bois
Randonnée Chapeau - Front de la mer de Glace - ancien glacier des Bois
Randonnée Chapeau - Front de la mer de Glace - ancien glacier des Bois
Randonnée Chapeau - Front de la mer de Glace - ancien glacier des Bois
Randonnée Chapeau - Front de la mer de Glace - ancien glacier des Bois

Randonnée Chapeau - Front de la mer de Glace - ancien glacier des Bois

Alpinisme - éperon Frendo - Aiguille du Midi - 3842 m

Apoutsiak — alpinismeMassif du Mont Blanc

Topo

 

Pour les détails, consulter le topo de camp2camp.

En gros : approche, depuis le refuge du Plan de l'Aiguille

Remonter le sentier qui remonte la moraine du glacier des Pélerins.

Remonter le glacier pour gagner la base de l'éperon (crevasses)

remonter en ascendance à droite des rochers faciles avant de revenir sur l'arête.

Les passages en III et en IV se succèdent

Un surplomb en V. (pour info je me suis fait une maxi pédale)

On rejoint la "neige"  contourner le bastion rocheux par la gauche pour gagner une jolie arête que l'on suit. Poursuivre vers les rochers légèrement à gauche. Contourner le dernier bastion par la gauche et gravir  une goulotte raide avant de rejoindre l'arête Midi Plan puis l'Aiguille du Midi

 

Interlude : Chamonix au coucher du soleil

Interlude : Chamonix au coucher du soleil

De fins placages de neige ou de glace...
De fins placages de neige ou de glace...

De fins placages de neige ou de glace...

Récit

 

Mon objectif initial était la traversée des Grandes Jorasses, Objectif grandiose, mais quand Julien, mon guide m'apprenait qu'elle ne serait pas en condition, je décidais de participer au Don du sang, le Frendo, ça ne devait pas être très long ... erreur.

 

Débarrassé de 480 ml de sang inutile, je me retrouvais à Chamonix ce Vendredi matin pour une rando trail personnel, que l'on pourra également appeler : footing en montagne. Départ de la vallée pour rejoindre le Chapeau et la magnifique vue sur la mer de glace (voir l'article à venir)

Après 14 km de footing et 850 m de dénivelé, je sais, c'est pas l'UTMB, mais pour moi, c'est déjà pas mal, me voilà à la gare de Téléphérique de l'Aiguille du Midi ou je retrouve Julien, mon guide.

Téléphérique, courte descente au refuge du Plan, "discutage", bouquinage, dégustation de l'excellent repas, et zou au lit, demain, le réveil est à 2 h...

 

Court aparté médical. Afin d'opérer une bonne nuit, je me suis administré un demi Stilnox au coucher, et 2 heures plus tard, je ne dormais toujours pas !  Je sais que je suis lourd et que la posologie était sans doute légère mais tout de même... Alors j'ai repris un deuxième demi stinox, plus efficace celui là, mais l'histoire ne dit pas si je n'aurais pas aussi bien dormi sans celui ci... Bizarrement, le lendemain, par moment, je me suis surpris à dormir au relai... Un effet retard peut être...     Fin de l’aparté médical.

 

2 heures, le réveil sonne, petit déj peu bavard, à 2 h 45 nous sommes hors du refuge, Chamonix tout illuminé en dessous. C'est parti, je me mets dans les pas de Julien, rando tranquille jusqu'au glacier des Pélerins où nous cramponnons.

On remonte le glacier pour venir buter sur  une maxi crevasse, on redescend, contourne et zou, nous voilà sortis. La suite est plus facile, des rochers tranquilles, quelques passages de III, rien de bien méchant, sauf qu'il y a pas mal de neige.

Plus on monte, plus c'est dur. La pente s'accentue. La neige est maintenant bien présente et recouvre les prises, ce qui rend l'escalade délicate. Nous grimpons en crampons. J'enlève régulièrement mais gants dans les passages difficile pour bien "tenir" le rocher. La neige en profite pour me glacer les doigts, que je replonge après chaque passage dans mes gants chaque fois plus humides. Pas glop !

Nous voilà face au dièdre en IV. J'observe Julien, s'élever tout en finesse sur un fin placage de neige et de glace, serais je capable d'en faire autant. J'essaie de mémoriser chacun de ses gestes pour tenter de les reproduire quand viendra mon tour. Il rejoint la base du dièdre et s'élève élégamment avant que je le perd de vue. Le vent s'est levé, la Face Nord est dans l'ombre, je suis un brin frigorifié. je suis presque content quand mon tour vient de grimper.

 

 

 

A gauche : le Grand dièdre - à droite, Julien tout en finesse
A gauche : le Grand dièdre - à droite, Julien tout en finesse

A gauche : le Grand dièdre - à droite, Julien tout en finesse

Après une courte hésitation, je passe le fin placage de très belle manière. puis c'est le long dièdre de plus de 20 m ! C'est un peu la guerre, je bataille, tire sur les bras, coince mon sac à dos, mais je progresse. La technique n'est pas toujours académique. Je parviens au relai assez fier d'avoir passé ce que je crois être le passage le plus difficile. Erreur.

A chaque relai, j'ai l'impression qu'on repart avec une dalle complètement enneigée, non prisu. Dur. A celui ci, la dalle est encore plus raide et encore moins prisu... et avec plus de niege bien entendu. Je merdouille, sentiment bien désagréable de ne pas être au niveau. Avec l'aide de Julien je finis par progresser pour m'apercevoir qu'il a réussi à contourner ma dalle ... sans avoir à la gravir... Il me semblait bien qu'il y avait peu de traces...

 

Voilà le surplomb, Julien m'indique de bien tirer sur les dégaines, ça , je sais faire. Lui est passé en deux coups de cuillère à pot. Il est loin, c'est mon tour, je m'installe une judicieuse pédale, et bourrine comme un sourd pour m'élever au dessus de l'obstacle... En matière de bourrinage, je suis assez doué, sauf que dans cette course, j'ai beaucoup bourriné et je n'ai plus beaucoup de bras...

Ca passe, je le rejoins, je sais que nous allons aborder la portion de neige où je devrais être plus à mon avantage...

 

L'Aiguille du Plan vue du Frendo

L'Aiguille du Plan vue du Frendo

La voilà, la neige.

au départ tout va bien, corde tendue, j'ai l'impression d'être plus en forme que Julien. Il faut dire qu'il essaie de me faire de belles marches.

Nous rejoignons l'arête, esthétique, avec la Benne de Téléphérique qui passe tous les quarts d'heure, on doit leurs faire un beau spectacle...

La pente devient plus raide, la glace en dessous n'est pas parfaite, et je sens que je suis bien naze de tout ce début de course. Crampes à deux doigts, puis crampes aux abdos (des trucs qui ne me sont jamais arrivés) Comment ça s'étire, les abdos ?  Je repars essayant de trouver un rythme. Les piolets et crampons ne tiennent pas toujours parfaitement, et je fatigue. Terminé pour la corde tendue. Premier relai, je ne parviens pas à trouver de rythme. Julien me conseille d'y aller plus doucement. Au deuxième relai, ça va un peu mieux. Il m'annonce qu'il reste une grande longueur, et moi quand on me dit qu'il reste une grande longueur, je sais que ça veut dire deux, mais qu'on n'ose pas me le dire parce que tu es nase et que ça va te gâcher le moral... Il file, une fois la corde tendue, je pars. Il faut traverser une sorte de cascade à la glace dure mais solide, puis voilà la goulotte, raide (70° ?) longue (80 m ?) la glace est top, et je parviens à trouver un bon rythme : piolet piolet... crampon crampon... piolet piolet.... crampon - crampon...

Je profite de la récupération des broches pour reprendre mon souffle, sinon pas d'arrêt entre deux points.

La goulotte est finie, voilà de la bonne neige, avec des bonnes traces , alleluja, enfin des bonnes traces. Bon, il ne reste qu'une cinquantaine de mètres, mais bon, ça egayera ma fin de course

C'est parti pour la section neige/glace
C'est parti pour la section neige/glace
C'est parti pour la section neige/glace

C'est parti pour la section neige/glace

On sort à l'aiguille, de gentils touristes des pays de l'est me demandent mes gants pour faire une photo, je leur propose aussi mon casque, l'un d'eux enfilent mes gants, trempés et froids.

Nous gagnons le téléphérique, l'avant dernière benne, où nous redescendons serrés comme des Sardines (et ça n'est rien de le dire). Des touristes admiratifs me demandent des détails sur la course, et ça n'est pas peu fier que je leur réponds...

 

Le fin mot de l'histoire revient à Julien : "Ca vaut presque une face Nord des Droites dans ces conditions". Dommage que j'ai un peu "subi" la course... Je crois que je n'aurais pas du être si altruiste et garder mon sang pour la course...

L'arête de neige vue du dessus - à droite : ça fait mal aux mollets
L'arête de neige vue du dessus - à droite : ça fait mal aux mollets

L'arête de neige vue du dessus - à droite : ça fait mal aux mollets

Le Mont Blanc en amoureux...

Apoutsiak — Massif du Mont BlancMont Blanc4000Les 100 plus bellesalpinisme

Par l'arête des Bosses

Avec Sandrine

Et de 8 !

 

Quelques photos en attendant, je les trouve pas mal...

 

Topo

  Topo photo du Mont blanc par l'arête des Bosses

N'hésitez pas à me contacter par mail pour plus d'informations, ou ajouter des commentaires !

Pour voir les photos en gros : clic droit + afficher l'image

 

Topo : Du Nid d'Aigle à Tête Rousse Mont Blanc 2005

Topo Mont Blanc - du refuge de Tête Rousse au refuge du Gouter

Montée au refuge du Goûter Du refuge de Tête Rousse au refuge du Goûter Du refuge de Tête Rousse au refuge du Goûter - vu depuis ce dernier (du haut)

Du refuge du Goûter  au Dôme du Goûter

Du Dôme du Goûter au sommet du Mont Blanc - l'arête des Bosses proprement dite   L'arête des Bosses et le Dôme du Gouter vu du dessus

Carto , fichier GPS

 

Fichier GPS au format GPX

 

Récit

 

21 ans qu'elle attendait ça...

Sa première tentative, en 1992, s'était soldée par une nuit dans les toilettes de l'ancien refuge du Gouter, toilettes qui surplombaient le vide, et qui, pour y accéder, nécessitait une scabreuse traversée sur la glace, en chausson en plastique, un simple cordelette, était sensé protégé, l'alpiniste à la pleine vessie, de la chute...

 

Le projet de retourner au Mont Blanc a débuté il y a 18 mois. La météo nous a fait annulé 2 tentatives, une le 14 Juillet  de l'an dernier, une fin juin 2013, alors que nous avions des places dans le nouveau refuge du Gouter !

 

Jeudi dernier, annulation de ma course du fait des conditions ( au départ, était prévu la traversée des Grandes Jorasses avec Christophe Profit, vaste programme) J'en parle à Sandrine et lui évoque la possibilité de faire le Mont Blanc Samedi Dimanche. Les places au Gouter se libère au compte goutte, je ne sais pas par quel phénomène. J'en récupère une à 6 h 30 du matin, une seconde vers 7 h 30. 

 

Vendredi, 14 h, nous voilà à Chamonix, dévalisant une librairie, et quelques magasins de matos, ah Chamonix ! Nuit au refuge La Montagne, et nous voici au Fayet pour le TMB de 7 h 20. Tout se passe bien.

Le rutilant TMB Jeanne nous accueille, avec d'autres prétendants. Un guide, fait l'apologie du Cervin : C'est un tas de caillou branlant, une sorte de gros cairn sans intérêt. Sandrine jubile, je lui suggère que le guide n'a pas du faire la traversée et a sans doute du se contenter du versant Suisse. Il y va de ses anecdotes concernant les guides Zermattois, les frontales, les cordes fixes relevées, légendes montagnardes ou réalité.

 

Arrivés au Nid d'Aigle, nous démarrons tranquillement la montée, pas de souci jusqu'à la cabane des Rognes, ni jusqu'au Nid d'Aigle où une petite pause s'impose. Nous repartons avec corde crampons et casque. Je perds un crampon, je décide de le resserrer, d'un geste sur, je remets la talonnière, elle me reste dans les mains, je vois un bout de métal au sol, c'est le pas de vis du crampon qui a cédé, c'est grave. Je tente sans trop y croire un bidouillage avec les lanières, avant de jeter l'éponge, je monterais au Gouter sans crampon ! On verra pour la réparation sur place.

Arrivés au abords du Grand couloir, également appelé couloir de la mort, nous avons la joie d'observer une magnifique chute de pierres.  Le ton est donné. Je mousquetonne notre corde, et sans trainer nous traversons, au sec (de pierre) , et sans trop de stress.

Arrivés en face, la pression retombe un peu.

On attaque les pentes du refuge.

Sandrine grimpe correctement. Et nous rejoignons l'ancien refuge, puis le nouveau.

 

J'évoque au gardien mon problème de crampon, un aide gardien me propose de me prêter les siens, j'accepte volontiers, je sais qu'aucun bricolage de la talonnière ne tiendra toute la course. Et il me file des crampons BD presque neufs... MERCI !!!

Courte sieste, bouquinage et soirée mémorable avec deux Viennois (de Vienne au Sud de Lyon, pas d'Autriche) et deux guides Suisses, qui ont été engagés par deux richissimes Russes pour gravir le Mont Blanc. Les anecdotes, caviar, foie gras et ascension lendemain de cuite nous font passer une amusante soirée. Les guides s'inquiétant de la vitesse de leurs clients.

 

Bonne nuit dans le dortoir (accompagné d'un demi Stilnox) il parait que j'ai ronflé... Rien entendu...

 

Montée au Noveau refuge du Gouter
Montée au Noveau refuge du GouterMontée au Noveau refuge du Gouter
Montée au Noveau refuge du GouterMontée au Noveau refuge du GouterMontée au Noveau refuge du Gouter

Montée au Noveau refuge du Gouter

2h00... moins dix, des alpinistes sont déjà en partance. On se décide pour s'habiller, aussi tôt dit, aussi tôt fait, On se retrouve à 2 h moins deux devant la porte du réfectoire fermée. Deux minutes plus tard nous sommes devant le petit déjeuner, au Nutella, miam. 45 minutes plus tard, nous voilà en partance, moi avec mes nouveaux crampons, Sandrine avec la pression d'un hypothétique échec.

Et c'est parti. Court plat pour rejoindre la pied du Dôme avec les frontales qui scintillent. Je prends un rythme lent, suis je capable d'aller plus vite, Sandrine a l'air de le trouver correct. On se fait dépasser par quelques cordées, mais tout va bien. Au détour du "sentier" on dépasse les guide Suisse et leurs deux Russes qui semblent progresser correctement. Il fait nuit noire, le rythme est régulier, il fait froid mais pas de vent. Nous basculons à l'épaule du Dôme dans la nuit. Rapide descente cers le col des Dômes , raidillon vers Vallot et première pause. Sandrine a la pêche et j'en suis ravi. On grignotte et on repart. Assez rapidement on rejoint 4-5 cordées qui bouchonnent dans l'arête avant les Bosses. J'hésite a réaliser le dépassement de la mort, mais je doute que Sandrine apprécie, de se trouver hors trace, sur le fil de l'arête, avec un rythme très augmenté... Je décide de faire quelques photos pour passer le temps. Le groupe d'étalle, Je fini par identifier la cordée bouchonnante, et passe. Ce sera le seul endroit où nous serons réellement ennuyé par le monde. Voilà les Bosses, le sommet est proche, les Rochers ou s'est scratché le malabar princess, le jour point, si on avance bien on pourra avoir le lever de soleil au sommet. Des cordées sont déjà dans la descente, elles n'ont même pas attendu le lever de soleil ... Dernier raidillon, arête finale, le soleil se lève. Le vent froid nous glace mais le paysage est comme d'habitude magnifique, peut être encore plus cette fois ci !

L'arête devient moins raide, voilà d'autres cordées, le sommet.

 

 

 

 

Montée au sommet du Mont Blanc, arrivée au lever du soleil
Montée au sommet du Mont Blanc, arrivée au lever du soleilMontée au sommet du Mont Blanc, arrivée au lever du soleilMontée au sommet du Mont Blanc, arrivée au lever du soleil
Montée au sommet du Mont Blanc, arrivée au lever du soleilMontée au sommet du Mont Blanc, arrivée au lever du soleil

Montée au sommet du Mont Blanc, arrivée au lever du soleil

Quelle joie d'être là avec Sandrine. Nous sommes heureux.

Le vent glacial ne nous empêche pas de profiter de l'instant.

Nous nous organisons un concours de saut, pour épater les enfants.

Sommet du Mont Blanc !Sommet du Mont Blanc !
Sommet du Mont Blanc !
Sommet du Mont Blanc !Sommet du Mont Blanc !Sommet du Mont Blanc !

Sommet du Mont Blanc !

al

Et c'est parti pour le retour

1 h pour rejoindre Vallot, 1h pour rejoindre le Gouter.

Je rends mes crampons d'un jour à mon sauveur

Léger pique-nique

Et nous repartons pour la longue descente de l'aiguille du Gouter

Sandrine débute avec ses crampons, la progression est malaisée, elle finit par les enlever, et ça déroule, ou presque. Si le mixte un peu péteux est mon terrain de prédilection, ça n'est pas le cas de Sandrine qui descend à son rythme.

On finit par aborder le grand couloir. C'est un peu le souk, il y a du monde. Je souhaite traverser au plus vite. On est à l'abri (des chutes de pierre du couloir), chute de pierre au dessus de nous, je me protège. J'entends "aïe", me retourne, c'est Sandrine qui a reçu la pierre. Gros stress, elle fait une salle tronche. Au dessus une alpiniste s'excuse. La pierre a tapé juste à l'arrière du casque et à la base du cou. Sandrine se remet, je décide de partir. Je mousquetonne notre corde. Au bout de 10 m je me rends compte que la corde est trop courte , et qu'il faut libérer des anneaux de buste, stresssssss maximum. Quelle buse ! En 10 secondes, c'est fait, nous filons de l'autre coté, à l'abri, houf.

Redescente sur le glacier de Tête Rousse, mini pause et descente vers le Nid d'Aigle, les genoux de Sandrine souffrent (c'est pas nouveau)

On arrive à 13 h 35 au TMB, le train est là mais il est complet, il part à 40 et il faudra attendre 14 h 55 pour le train suivant. sieste. et départ, nous retrouvons nos amis Viennois dans le train. avant de retrouver le Fayet et la voiture.

Descente du Mont Blanc
Descente du Mont Blanc
Descente du Mont Blanc
Descente du Mont Blanc
Descente du Mont Blanc
Descente du Mont Blanc
Descente du Mont Blanc
Descente du Mont Blanc
Descente du Mont Blanc

Descente du Mont Blanc

Randonnée : Lac Blanc - lac des Chéserys - Tour des 8 lacs

Apoutsiak — RandoMassif du Mont BlancFaune

Randonnée sur le balcon Nord

Départ du télésiège de l'index

Retour à la Flégère

Lac Blanc

Tête sur les lacs

Lac des Chéserys

Randonnée : Lac Blanc - lac des Chéserys - Tour des 8 lacs

Topo

 

Prendre le téléphérique de la flégère puis le télésiège de l'index

Du sommet, emprunter le balcon nord en direction du lac Blanc

Au niveau du lac Blanc, le contourner et remonter vers Tête sur les lacs

REjoindre alors le lac des Chezerys par les névés

Des lacs des Chéserys on rebascule direction Sud ouest vers les cjhalets des Chéserys sur le GR du Tour du Mont Blanc et de là la Flégère

 

Carto fichier GPS

pour info, la rando a été réalisée fin juin une année de neige, elle ne passe donc pas systématiquement par des sentiers enneigés au moment de sa réalisation.

Attention notamment à la descente entre tête sur les lacs et les Chéserys. "Couloir" de neige qui sui visiblement le trajet d'un torrent !

 

Fichier GPS au format GPX rando lac blanc lacs des Chéserys

 

 

 

Récit

Me voilà sur le parking du téléphérique de la Flégère

Je rejoins la caisse,

la guichetière "Vous allez au lac Blanc ?"

Moi "Oui !"

Elle "Il faut être équipé"

Moi, in peto, quoi, il faut des chaînes et des pneus neige... Hésitation " équipé ???"

Je lui montre vaguement que je possède des chaussures de rando de toute beauté qui devrait suffire pour mon entreprise.

Elle "Ca passe mais c'est délicat en ski de rando"

Je suis à pied

Moi "Il faut les raquettes ?" ( ça tombe bien je les ai dans la voiture)

Elle "..." Je vois bien qu'elle hésite concernant sa réponse, sans doute ne sait elle pas...

 

Difficile de savoir quelles conditions je vais trouver en haut. Peut être vais je m'enfoncer jusq'au cuisse et regretter mes raquettes...

 

Je vous passe la négociation pour savoir si je prenais l'aller retour ou pas

Finalement je me retoruve dans le téléphérique sans raquettes ni ski de rando.

 

Aiguille Verte

Aiguille du Plan (aiguilles de Chamonix)

 

Arrivée en haut du téléphérique de la Flégère , je fais quelques photos, du Mont Blanc et de la Verte

J'hésite à monter trop vite, une barre de nuage a l'air d'englober le haut du téléphérique de l'Index.

Je m'apprête à y aller, l'employé de la compagnie du Mont Blanc vient vers moi

"Prenez votre temps... pour vous équiper chaudement, il fait froid là haut !"

Et je monte dans le télésiège trempé alors qu'il fait beau !

 

Le télésiège me monte, vers le mauvais temps, il se met à grésiller, puis nous pénétrons dans le brouillard. En haut un nouvel employé m'accueille

 

"Espèrons que ça se lève", tu m'étonne, il neige et on y voit à une 100 aine de mètre, moi qui voulait faire un repérage pour les Droites et un petit reportage photo, je suis servi !

 

Effectivement, il y a de la neige, au large.

Mais il y a une bonne trace. Je pars, et ça déroule, quelques passages en dévers un peu impressionnants, je comprends mieux les avertissements de la guichetière, elle ne savait pas à qui elle parlait, j'aurais du l'avertir qu'il s'agissait du Grand Apoutsiak, excellent montagnard devant l'éternel, ou presque !...

Assez rapidement , je rejoins le lac Blanc, complètement enneigé, Je décide de remotner jusqu'à Tête sur les lacs, lieu sauvage, ou personne ne va, l'absence de sentier l'été y est sans doute pour quelque chose. Je décide de basculer sur les Chéserys. Je trouve un joli couloir un peu encaissé qui m'y amène , et en descendant le Mont Blanc se dévoile. J'opère une séance photo dont je ne suis pas hyper satisfait... La suite, consiste en l'enchaînement de tous les lacs des Chéserys, projet bien plus facile à réaliser que celui d'enchaîner les 82 4000 des alpes. En une 20aine de minutes la boucle est faite.

 

Lac des Chéserys, au fond le massif du mont blanc

 

Je jette un coup d'oeil sur la carte pour prendre le bon sentier de retour.

Sentier où les chamois gênent quelque peu la progression

Je croise quelques randonneurs du Tour du Mont Blanc lourdement chargés. Ils ont oublié cet excellent adage : "light is beautifull !"

Je suis peut être mal placé pour donner CE conseil...

Je galope jusqu'à la Flégère pour gagner les Praz de Chamonix et le gîte la Montagne

 

Bouquetin (bouquetinou) sur fond de Mont Blanc

 

Au gîte, je rencontre Pierre, un randonneur solitaire qui est parti des Vosges à pied et compte rejoindre Nice ... Joli projet ! Nous discutons pendant un bon moment.

Le tout avant de retrouver Anne à la gare du Fayet, pour la fameuse ascension des Droites... A suivre ici !

 

 

 

Photo

 

Mont blanc scindé en deux par des nuages - et Chamonix au pied.

 

Le front de glacier du glacier des Bossons

 

Le front de la mer de glace et le Montenvers en haut à droite

 

L'aiguille du Midi - on aperçoit la trace et les cordées qui montent au Mont Blanc du Tacul

 

La lac des Chéserys et le Mont Blanc

Alpinisme : les Droites - 4000 m

Apoutsiak — 4000Massif du Mont BlancAnnealpinismeAD

Depuis les Praz de Chamonix

Par le refuge du Couvercle

 

Vidéo :

 

Topo

 

Refuge du Couvercle

On peut prendre le Train du Montenvers à Chamonix et rejoindre directement le Montenvers, nous avons choisi de partir du bas

 

Des Praz de Chamonix, se garer au parking avant l'hélistation des Bois (PGHM)

traversée l'Arveyron et remonter la piste vers le Nord

Un sentier part sur la droite (Chemin de la Filia) on rejoint le chalet des Motets

De là un sentier balisé point jaune permet de gagner le Montenvers (en réalité on passe sous le terminus versant mer de glace (Est) passer à la vire des guides et descendre les longues échelles du Montenvers (longues et mythiques)

Sur la mer de glace , remonter celle ci, et rejoindre la jonction du glacier de Leychaux. Le bas du glacier de Leychaux est en cailloux (la glace est dessous), repérer les cairns permettant l'accès le plus aisé. rejoindre les échelles des Egralets

 

Pour info le passage est impressionnant par moment (possibilité de s'assurer)

remonter ensuite la moraine qui donne accès au magnifique refuge du Couvercle 2687 m

 

les Droites 4000 m

Depuis le refuge du Couvercle

Prendre l'itinéraire de l'aiguille Verte (couloir Whymper)

passer sous le chien rouge, le Moine, la Nonne et l'Evêque (plein Nord !)

à l'altitude 3000 m partir plein est pour gagner la base du couloir descendant de l'éperon Oriental des Droites (évident)

passer la rimaye du couloir et le remonter (50-55°) (dans les topos il est noté 45, mais à mon avis c'est sensiblement plus raide !)

en haut du couloir, poursuivre en suivant l'éperon tout en restant légèrement versant Est.

Ca doit passer un peu partout en mixte, parfois un peu athlétique.

On rejoint une dernière pente de neige assez raide, et le sommet ! 4000 m

Vue ***

 

Descente

redescendre sur 50 m puis basculer versant Est

Il y a des rappels équipés

prévoir 2 X 40 m afin d'éviter des desescalades parfois un peu techniques

une fois sous al tour des Courtes, descendre le large couloir

et rejoindre le glacier de Talèfre

Passer sous le Jardin de Talèfre et rejoindre soit le refuge soit les Egralets

 

 

 

Alpinisme : les Droites  - 4000 m

Récit

 

Après une jolie rando au lac blanc la veille, et un bon repas concocté par Anne au Gîte la montagne, nous voilà vers 9 h 30 aux Praz de Chamonix près le l'héliport du PGHM.

Bon , Anne a décidé que nous partion du bas, je me serais bien vu faire un petit tour en train du Montenvers, mais sa décision est irrévocable, je dois quitter l'île, euh non, nous partirons du bas, des Praz.

 

Et là je me dis qu'un ami et lecteur de ce blog, rencontré au cours d'une sortie VTT avait comparé Anne au lapin de la pub Duracell, et que la comparaison est bien choisie. Elle ne s'arrête jamais.

Nous attaquons la montée en papotant, je me cale devant pour faire le rythme... 

Assez rapidement nous arrivons au Chalet des Mottets d'où nous inspectons le front de la mer de glace qui a depuis longtemps quitté le flanc du chalet.

Passage dans les blocs rocheux où deux traileurs nous dépassent , puis sous le Montenvers.

Viennent les échelles, gravies avec mon frère il y a une vingtaine d'année (il n'y en avait que 2 à l'époque(ouh là, ça fait vieux), à présent il y en à environ 8 et en bas, on n'est pas encore sur le glacier (et je ne vous raconte même pas l'époque de mes grands parents, , il touchait presque la glace en descendant du train).

Nous remontons le glacier pour une pause pique nique.

 

Repartant sur la mer de glace nous croisons une 20aine d'alpiniste un verre à la main et du vin à profusion ! on n'a même pas été invité, mais la vision était étonnante !

Voilà le carrefour de la mer de glace, le glacier de Leychaux n'est qu'un tas de cailloux ondulant, qui se crispe en basculant sous le glacier du géant. Ca n'est pas la vision magnifique du glacier ! 

Nous trouvons assez rapidement les cairns qui nous amènent aux échelles des Egralets. 

Impressionnante, parfois en léger dévers, les passages se succèdent avec pas mal de gaz et c'est assez long.

Nous sortons des Egralets ur un grand névé, tiens,  Anne (Duracell ?) est déjà loin devant, elle fait une pause pour m'attendre avant le refuge, et hop nous voici après 6 h de marche (pauses incluses) au refuge. 

Dès notre arrivée, le gardien nous donne de précieux conseils pour la course, l'accès en passant sous la Verte, et les conditions.

Petite sieste et bon repas avec deux futurs vainqueurs de la Verte (enfin je pense) l'équipe du refuge est très sympa. nous filons dans notre dortoir, où nous sommes seuls et où il fait très froid, au point que pour la première fois, je dors tout habillé (en plus des multiples couvertures...

 

Bonne nuit mais courte, le réveil me tire des bras de morphée à 2h, qu'est ce que je fais là ? 

Petit déjeuner avec Anne , seuls dans le réfectoire, la gardienne nous rejoint et nous souhaite bonne course, nous quittons le refuge à 3 heures, casque et frontale sur la tête, crampons aux pieds et encordés.

Bon au bout de 10 mètres, je perds un crampon, et oui, chez les alpinistes, il y a un souci, ce n'est pas le passage de l'heure d'hiver à l'heure d'été, mais le passage des chaussures de ski (l'hiver) aux chaussures de ski (l'été)

Anne gromèle devant, j'étais sensé opérer tous les reglages la veille au soir, ce que j'avais fais, mais devant l'événement, elle emetait de gros doutes.

Crampon raccroché on repart et je prie, "pourvu qu'il tienne, pourvu qu'il tienne"

Bon il s'avère que finalement , il tient !

On remonte sous les pentes du Moine, la lune éclaire grandement la montagne. La trace est bonne, au loin les cordées ont passé la rimaye de la Verte, elles sont 4 ou 5 dans les pentes du mythique sommet !

 

Mais que vois-je : une cordée de 3 est engagé sur les Droites, juste sous la rimaye du couloir. Qui sont ils, hier on nous avait annoncé que nous serions les seuls ! Nous ont ils caché leurs projets pour mieux nous passer devant ? Je calcule mentalement l'heure de leur lever.... Entre minuit et une heure. 

Ils ont plus d'une heure d'avance sur nous. Je les observe, sous la rimaye, ils mettent du temps, la rimaye serait elle super délicate, de loin, hier en montant , j'avais plein de doutes, elle parraissait difficilement franchissable sauf à l'endroit des coulées d'avalanche !...

Ils finissent par progresser... ça passe

Nous quittons la trace de la Verte, pour une traversée du glacier à flanc. Moi qui aime les changements de pied amont, voilà que nous allons rester "pied droit amont" pendant 2 km, alors comme on dit sur facebook : "j'aime pas !"

Voilà la rimaye, la cordée de 3 est sorti du couloir.

Pause, la météo est un peu cracra mais ça devrait passer. 

Anne part devant, j'aime autant, elle se tape la trace,et comme d'hab elle a de l'énergie à revendre. La rimaye passe sans souci contrairement à ce que je croyais. 

Le couloir, je le pensais à 45°, il est en réalité ou plutôt à mon avis beaucoup plus raide, 50-55°, la neige est parfois croutée, mais souvent très dure, ça chauffe pas mal les mollets, mais nous progressons assez vite, et l'éperon oriental des Droites est vite atteint. 

Virage à gauche, en neige au départ pour atteindre une zone en  mixte.

"c'est là que j'excelle", me dis je...

Alors là, on a un peu merdé, on a suivi des traces.

 

Anne tente un geste improbable, du dry tooling sur rocher branlant, je vous déconseille, elle bascule en arrière lorsque son piolet arrimé lâche, et s'arrête avec les deux piolets plantés dans la neige 2 mètres plus bas, j'avoue que j'ai un peu stressé à l'idée d'enrayer sa chute sur friend...

Bon on décide de passer ailleurs, ailleurs c'est lisse, nous revenons sur le passage, trouvant légèrement plus à droite un endroit plus aisé. Enfin plus aissé, façon de parler, un bloc énorme, poussant le sac à dos en arrière il falllait passer  le sac (et les bâtons) en mode contorsioniste, en ajoutant un peu de dry en sortie...

La suite c'est des passages de neige avec du mixte pas toujous évident mais parfois agréable. 

Il fait hyper froid et humide, mais la visibilité reste bonne , le plafond nuageux doit se situer à 5 ou 6000 m

 

La montée se passe bien, le sommet n'est plus très loin, un anneau de buste me gène, je tache de le remettre de la main gauche, tout en tenant mon piolet light, maladresse, le piolet m'échappe et file à vive allure dans la face Est, impossible de le récupérer, peut être sera t'il sur le plat du glacier en bas à la descente, mais je crois peu en cette hypothèse. 

J'avoue que j'ai juré, à présent il va falloir finir la course avec un seul piolet, et en racheter un neuf à Chamonix, comment foutre en l'air 100 €...

 

Dernier passage de mixte, dernière pente de neige. Nous nous abritons juste sous le sommet. Quand je dis abriter, c'est beaucoup dire vu que Anne était un peu protégée et que j'étais en plein vent, mais bon, ce fut une dernière pause avant le sommet, 10 mètres plus haut. 

On n'a pas trainé, on a vu la vue, les sommets, on a fait des photos, une petit vidéo pour vous avant de filer. 

 

Descente avec un piolet les passages gravis puis virer sur les rappels en face Est. Ce qu'il y'a de bien c'est que j'avais repéré la cordée de 3 à cet endroit là à la montée. 

Corde de 60, rappels de 30 m, il en faut beaucoup, en plus c'est un poil court, donc un rappel sur deux, il faut descendre de 5 à 10 mètres pour atteindre le rappel suivant, et c'est parfois scabreux. Celui qui attend au rappel se les gèle , d'autant plus qu'il s'est mis à neiger ! Et Anne qui a eu la bonne idée de ne pas prendre de descendeur, fait des demi cabestan pourris une fois sur deux. 

Je suis un peu congelé, mais tout se passe bien, on a quelques passages un peu chaud pour passer d'un rappel à l'autre, mais tranquillement on passe. 

Au troisième rappel, j'ai la chance de retrouver, miraculeusement, mon piolet ( qui a dit, c'est la preuve que Dieu existe !)  bien placé, planté, dans l'axe du couloir des rappels, il n'a pas du tomber loin de la cordée de 3 qui nous précede ...

On équipe un rappel à un endroit où nous sommes beaucoup trop courts. Mais au bout d'une grosse dizaine de rappels on se retrouve dans la pente sous la Tour des Courtes et le col des Droites. Et, c'est toujours raide, il faut descendre des centaines de mètres en désescalades face à la pente, c'est long, mais à cet exercice, je suis assez rapide...

 

Voilà le bas du glacier sous les Courtes. On opère une pause pique nique (comme d'hab on avait  quasiment rien mangé de la journée) On passe ensuite sous le Jardin de Talèfre, pas vu ni les bégonias ni les hortensias... Il faut rejoindre la moraine des Egralets, au début c'est évident par un petit couloir en neige,  puis on suit des traces qui ne nous mènent à rien. 

il faut tirer à droite, dans des dalles trempées par la neige et la pluie et traverséer de piégeux torrents. On perd notre petit quart d'heure (au bout de 12 h de course on n'est plus à ça prêt) Voilà le sentier. Anne file devant. il neige, je descend à mon rythme.

Nous passons les échelles des Egralets où j'ai l'impression de la rattraper, tout est trempé, les barreaux, les rochers, les échelles, chaque prise doit être assurée.

 

Sous les égralets nous filons dans les pierriers vers le bas, Anne a un co voiturage à 19 h 30 et je calcule que ça va être juste.

Je décide de lui proposer qu'elle parte devant, elle a la pêche, elle devrait y arriver.

Elle finit par accepter. Elle file presque sans me dire au revoir. Duracell, à fond pendant 20 h de course ...

Et ce qui est cool pour moi, c'est que je vais pouvoir descendre tranquille, même si tranquille, ça donne un temps  un peu trop long à mon goût !

 

Au début je vois Anne filer entre les cairns, galopant de pierre en pierre, sur le glacier de Leychaux. Je calcule rapido qu'elle m'a déjà mis un quart d'heure.

Quand je quitte le glacier de Leychaux pour la mer de glace, je la vois au loin sur la mer de glace, avec l'impression qu'elle court, par contre l'impression quelle court trop à gauche.

Je ne la verrais plus.

la mer de glace est longue, mais passe. La remontée par les échelles au Montenvers m'use mais je garde le moral, sous une fine pluie. Je tape un rocher avec le pied et ceci me confirme si j'aivas encore un doute que je me suis encore pété les deux ongles de pouce de pied... Comme dans l'ascension du Weisshorn l'été dernier ...

 Au Montenvers, il est 18 h, il n'y a plus presonne pour applaudir le valeureux vainqueur des Droites. Même pas un technicien du Montenvers.. Je suis passé par le haut (me coltinant 50 m de dénivelé supplémentaire) pour profiter des sentiers plus roulant. 

En fait, je me fourvoie, non seulement j'aurais gravi ces quelques mètres en plus, mais je me gourre et me retrouve quand même au chalet des Mottets que je voulais shunter. La suite, je déroule à 600 m/ heures, en dépit de mes doigts de pieds douloureux. (Au Weisshorn tout c'était terminé à 200 m/h  à 11 h du soir sur le sentier)

Voilà le plat, une ampoule en talon explose et me fait horriblement souffir, heureusement dans 10 minutes je suis à la voiture... Je boitille pour terminer, ça va être chaud demain pour le Mont blanc...

La voiture... 20 h...

 

Epilogue

  • j'apprendrais qu'Anne a mis 2 h à descendre, à 19 h elle était déjà aux Houches
  • Avec Sandrine on tentera de percer mes ongles de pieds avec le trombone et l'allume feux de l'hôtel des deux gares du Fayet (le réceptioniste se demandant ce que nous allions faire avec ces deux ustensiles). On arrivera pas à percer complètement la corne...
  • Une immonde ampoule était présente en talon, heureusement mère compeed pris du service...
  • Le lendemain matin, la météo pourrie pour le surlemendemain me privera d'un mont blanc avec ma dulcinée, mais également d'une potentielle descente d'apocalypse de celui-ci...
  • Le surlendemain, je passais chez l'excellent Docteur Boiteux, Grand perceur d'ongle devant l'éternel, qui d'un geste sur, muni de son briquet et de son trombonne, créa le premier jeyser de salle de consultation, un serum puissant jaillissait des antres de mes doigts de pieds... Garnissant plafonds et murs avec un esthétisme plus que parfait ...

 

 

 

 

 

Alpinisme : les Droites  - 4000 m
Alpinisme : les Droites  - 4000 m Alpinisme : les Droites  - 4000 m Alpinisme : les Droites  - 4000 m
Alpinisme : les Droites  - 4000 m Alpinisme : les Droites  - 4000 m

Comment réserver le refuge du Goûter 3817 m?

Comment réserver le refuge du Gouter ?

 

Les réservations se font exclusivement par internet !

Les réservations sont ouvertes 1 mois à l'avance (le 14 Juin à minuit pour celle du 14 Juillet au soir par exemple)

 

En pratique

 

Se connecter sur le site du refuge du Gouter

La page de ce blog sur le refuge du Gouter

A la page réservation en ligne

Perso je me suis mis une page avec l’heure « officielle » pour réserver au bon moment !

A l’heure dite , cliquer sur le jour du calendrier correspondant à votre réservation en indiquant le nombre de personne

 

En gros, (voir l'image ci dessous ) vous indiquez la date

puis le nombre de personne

A droite vous avez le calendrier

en vert les dates où il y a des places (avec le nombre, attention, parfois c'est 1)

En rouge le refuge est complet

En noir, si vous cliquez : la réservation n'est pas ouverte !

 

A savoir, il remettent des places en vente 2 – 3 jours avant la date dite : les annulations de dernière minute. Pour info ils remboursent les arrhes si on annule dans les 72 h !

 

 

 

Sans-titre-1-copie-1.jpg

 

Reste à espérer le beau temps pour la date fatidique

Sinon, il faudra recommencer !

 

Récit

 

J’ai réservé le refuge du Gouter !

J’ai le fameux sésame !

 

Bon il a fallu bagarrer : veille de grande course en montagne  (Grand Combin), ne pas se coucher, attendre minuit, l’heure fatidique ! Attention, quand je dis minuit, je ne dis pas 11 h 59, ni minuit 1, c’est bien à l’heure dite qu'il faut être dans les startings blocs !

Longue est l’attente, je me branche sur l’heure officielle pour avoir la bonne heure

Depuis 3 jours, il reste 37 places pour la nuit du 14 au 15 Juillet, nous sommes le 13 Juin, les réservations ouvrent à minuit …

Les secondes s’égrainent lentement.

C’est long, en plus demain, je me lève tôt pour aller à la cabane de  Pannossière avec pour objectif le Grand Combin.

En attendant c’est quelques secondes de passées

Hop 00 h 00 mn 00, je clique sur la date du jour, rentre mes coordonnées, apparemment c’est bon, à un moment, je vois sur l’écran qu’il ne reste que 8 places… stressss…  Code carte bleue, je suis presque content qu’elle soit débitée ! Ça ressemble plus à une inscription pour l’UTMB qu'à une réservation en refuge mais bon.

Je clos mon inscription, reçois le mail de confirmation et vais vérifier un truc qui me turlupine … à 00 h 03min et 00 sec il ne reste que ZERO places pour  réserver le refuge du Goûter

Les 37 places sont parties en 3 minutes !

A la fois, pour moi qui pensais que ça me serait impossible de réserver au Goûter, ce fut possible, donc finalement la méthode n’a pas que du mauvais !

 

A savoir, il remettent des places en vente 2 – 3 jours avant la date dite : les annulations de dernière minute. Pour info ils remboursent les arrhes si on annule dans les 72 h !

 

Pour l'ascension du Mont Blanc en amoureux... A suivre !

Rendez vous le Week-end du 14 et 15 Juillet

 

Pour l'accès en 2012

 

Le TMB n'amène pas jusqu'au Nid d'Aigle, il s'arrête à la station précédente : col du Mont lachat. Il faut prendre le sentier des Rognes qui rejoint l'itinéraire classique à la barraque forestière des Rognes

Note : ça fait environ 350 m de dénivelé en plus !

 

 

 

 

Vidéo : Mont Dolent - Arête Gallet et traversée

Apoutsiak — vidéo - Les vidéos d'ApoutsiakMassif du Mont BlancvidéoDolentAnneClaire

Portfolio : la jonction

Apoutsiak — humeurportfolioMassif du Mont Blanc

Le-Gouter-1935.jpg

Photo datant des années 1930 : Le Dôme du Gouter depuis la Jonction

 

Portfolio : photo montagne et alpinisme des années 1930

 

Deux randonnées 3 étoiles (voir beaucoup plus !) :

la Jonction sous le Dôme du Gouter

 

 la para, les glaciers balcon Nord

Portfolio : arête des Cosmiques aiguille du Midi

Apoutsiak — humeurportfolioMassif du Mont Blanc

 

arête des Cosmiques enneigées

 

Arête des Cosmiques

 

Course : Arête des Cosmiques à l'aiguille du Midi

 

à enchainer après la traversée des pointes Lachenal

 

vidéo dans les articles

Portfolio : Aiguille de Bionnassay - 4052 m

Apoutsiak — humeurportfolioMassif du Mont Blanc

travers_e_de_l__aiguille_de_bi-_de_bionnassay_img_9310-7c79.jpg

 

Corniche de l'aiguille de bionnassay

La plus belle arête du Monde ?

 

La Course : traversée de l'Aiguille de bionnassay - Dôme du Gouter - Mont Blanc

Portfolio : Aiguille Verte face Nord

Apoutsiak — humeurMassif du Mont BlancAiguille Verteportfolio

Aiguille Verte

 

 

Aiguille verte depuis le col du Chardonnet face Nord et coulioir Couturier

 

La course : Aiguille Verte 4122 m  - couloir Couturier

avec vidéo

Randonnée : La Para - les Glaciers - Plan - Montenvers - Balcon Nord

Apoutsiak — RandoMassif du Mont Blanc

 

  P1020795

Une magnifique randonnée avec un itinéraire parfois inédit : La gare de téléphérique désaffectée de la para, celle des glaciers et sa vue magnifique sur le Mont Blanc, le Dôme du Goûter et le glacier des Bossons, puis le mythique Balcon Nord avec la traversée  Plan de l'Aiguille Montenvers pour finir au signal Forbes

 

Rando 5 étoiles !

Superbes points de vue

Le circuit complet fait 21 km et 1700 m de dénvelé

possibilité  de le scinder en 2 ou 3 (refuge de Plan Glacier - Hôtel du Montenvers)

 

Topo

 

Se garer un peu avant la gare de péage du tunnel du Mont Blanc (juste après la douane)

1274 m

Traverser le pont le long de la route et prendre le sentier (panneau la Para) Remonter se sentier et atteindre l'ancienne gare de téléphérique de la Para 1685 m (ancienne benne , ancien mécanisme, quelques beaux grafitis (pas tous !)

De là poursuivre au dessus et par le sentier rejoindre la gare de téléphérique des Glaciers (2414 m) (possibilité d'aller jusqu'au glacier des Bossons)

De la gare des glaciers, prendre le sentier qui mène à la morraine du glacier des Pélerins la descente de la morraine est très merdique, raide et en petit cailloux, elle necessite un bon niveau technique ! Une fois sur le glacier (recouvert de pierre) gagner l'autre morraine, tout aussi merdique à remonter que celle que vous avez préalablemetn descendu !

De là, rejoindre la gare de téléphérique de Plan Glacier (2310 m) et le refuge de Plan Glacier

De là, emprunter le Balcon Nord, et le signal Forbes 2198 m avant de descendre sur le Montenvers (1909 m) de là Chamonix 1050 m on arrive au parking du Montenvers en face du cimetière !

 

Pour les personnes moins techniques possibilité de monter à la gare des glaciers en aller retour (sentier) évitant la délicate traversée du glacier des Pélerins)

 

Fichier GPS

 

 

 

 

 

Fichier GPS au format GPX


 

Photo

 

P1020390    P1020392
  L'ancienne gare de téléphérique de la Para
    Vue du dessus
 P1020395    P1020397
  La Para et sa benne
    ancienne pub
 P1020399
   P1020402

  Tag de qualité

(ils ne sont pas tous comme ça !)

    Réclame
 P1020407    P1020411
  tag     La Benne
P1020803    P1020792

  La gare des Glaciers et

le Dôme du Gouter

    La gare des Glaciers
 P1020432    P1020417
  Dôme du Gouter
    L'arête Nord du Dôme du Gouter
 P1020423    P1020422

  Les Bosses

(on voit une cordée sous celle de droite !)

    Mont Blanc
P1020425    P1020801
  Vallot     L'Aiguille du Gouter, la jonction et le glacier des Bossons
 P1020808    P1020819
  Le Plan de l'Aiguille
 

  Balcon Sud :

L'arête des Grans Montets de

l'Aiguille Verte

P1020447   P1020452
  Le Montenvers et la Verte
 

  L'Aiguille de la République

Montagne pointue !

 P1020460    P1020445
  En montant au signal Forbes
    La Verte et les Drus
     

 

 


15 Jours dans la Vallée de Chamonix été 2011

 

Alpinisme

 

Tête Blanche 3429 m depuis Albert 1er

 

Mont Blanc 4810 m à la journée depuis le nid d'Aigle

 

Traversée des Aiguilles Crochues

 

 

Escalade

 

Via Corda alpina des Mottets - sur les sentes des Chamois

 

 

 

Randonnée

 

Balcon Nord : L'index - lac blanc - col des Montets

 

Enorme Balcon sud : La para - les glaciers - le Plan de l'Aiguille - Signal Forbes - Montenvers 

 

 Sur les traces des dinosaures d'Emosson

 

 

 

Sur les traces des dinosaures d'Emosson

Apoutsiak — RandofamilleLouisMassif du Mont Blanc

Rando sympathique sur les traces des dinosaures du la d'Emosson

Si vous êtes fans de dinosaures il y a également la rando sur les traces de dinosaures de Loulle au dessus de Champagnole (Jura - France)

A faire en famille (petits randonneurs aguerris !)

 

Pour les adultes, il y a possibilité de faire une grande rando pour y arriver : Village du Buet, vallon de la Pierre à Bérard, Buet (3096 m) col du Genevrier cheval Blanc (2831 m) traces de dinosaures col de la Terrasse - Vallorcine Le Buet

 

P1020919Au départ, devant le dinosaure et le massif du Mont Blanc !

 

 

Topo

 

De Finhaut, remonter la route de Barrage d'Emosson (attention, elle n'est pas toujours ouverte)

se garer au parking de la  gueulaz, juste avant la voûte du barrage d'Emosson

 

De la Gueulaz, 1965, descendre et rejoindre la voute (escaliers)

Traverser la  voute et rejoindre ll'autre coté du barrage.

Prendre le sentier aui part avant la tête du Largey (au Sud ) et le suivre il rejoint les gorges de la Veudale et débouche sur un crête que l'on suit (point 2500 CNS)

Ca redescend alors d'une 50 aine de mètres, les traces de dinosaures sont entourées de barrière et de fils ! (Attention : neige en début de saison  ce qui empêche de voir les traces !)

 

Retour rejoindre la rive Ouest du barrage du veux Emosson (2205 m)  la suivre jusqu'à la voûte (tunnel) de là la route rejoint la barrage d'Emosson

 

Remarque 2011 : d'importants travaux en bas du Nant de drance empêche toute traversée de cette partie à pied, il y a une navette (gratuite au retour) que l'on prend au point 1962 m.

Pour info, il parait compliqué de traverser l'endroit à pied : barrières genre infranchissable , clef...

 

Remarques


Rando famille, pour petits randonneurs aguerri !

Les traces sont relativement petites (une grosse main) par rapport à celles de loulle.

Possibilité de croiser des Bouquetins

Se renseigner concernant l'ouverture de la route

et la possibilité de prendre la navette

Panorama dantesque depuis le barrage sur le massif du Mont Blanc !

Autre rando (pour les plus Grands : Buet - Cheval Blanc - traces de dinosaures retour par le col de la Terrasse, en 1, 2 ou 3 jours !

 

 

Fichier GPS et topo

 

Note : le fichier GPS est exceptionnellement incomplet, je ne l'ai allumé qu'au quart de la rando !

 

Fichier GPS au format GPX

 

 

 

P1020923Descente de l'escalier pour rejoindre le Barrage d'Emosson

 

P1020925Sur le sentier

 

 

P1020927

le bouquetin du jour (il y en aura d'autres...)

 

P1020931

Petits randonneurs (futurs grands ...)

 

 

P1020935

Les traces

 

P1020937

Les traces (comparatif avec la main de ma femme...) et si c'était elle...

 

P1020942

Au pied des traces

 

P1020944

Sur place

 

P1020946

Devant le panneau

 

P1020947

Le lac du vieux Emosson

 

P1020949

La voûte du lac du vieux Emosson

 

P1020950A la descente, Lis Martagon

15 Jours dans la Vallée de Chamonix été 2011

 

Alpinisme

 

Tête Blanche 3429 m depuis Albert 1er

 

Mont Blanc 4810 m à la journée depuis le nid d'Aigle

 

Traversée des Aiguilles Crochues

 

 

Escalade

 

Via Corda alpina des Mottets - sur les sentes des Chamois

 

 

 

Randonnée

 

Balcon Nord : L'index - lac blanc - col des Montets

 

Enorme Balcon sud : La para - les glaciers - le Plan de l'Aiguille - Signal Forbes - Montenvers 

 

 Sur les traces des dinosaures d'Emosson

 

 

 

Rando : Grand balcon Sud - Lac Blanc - lacs des Cheserys

Apoutsiak — RandoMassif du Mont BlancAgatheMarieLouisfamille

sur les traces des Bouquetins !

 

Magnifique rando en balcon depuis l'Index jusuq'au col des Montets, sur les traces des Bouquetins avec vue sur les glaciers du massif du Mont blanc !

 

Topo


Parking : les Praz de Chamonix, téléphérique de la Flégère, télésiège de l'Index

 

Depuis l'Index 2385 m, prendre le sentier balcon qui rejoint le lac blanc et le refuge du lac Blanc 2352 m

Trouver des bouquetins à proximité du refuge et les photographier

De là poursuivre Nord Est vers les lacs des Chéserys (2211 m) suivre le sentier sur une crête (Nord) Tour du Mont Blanc (à l'envers) Grand Balcon Sud et rejoindre le col des Montets par le sentier  (1461 m)  chalet d'accueil de la réserve. Arrivée par lesentier botanique : magnifique !

 

Carto GPS


 

Fichier GPS au format GPX

 


 

Remarques

 

A faire en famille

Partir tôt (il y a moins de monde)

Prendre le temps de trouver les bouquetins au dessus du lac blanc (pour les enfants... et les grands)

S'arrêter à la maison du parc des Aiguilles Rouges au col des Montets

A mon avis, il y a moyen de se faire de beaux bivouacs... (je ne sais pas si c'est autorisé dans le parc ...)

 

Photos

 

P1020531

Au départ de l'Index

 

P1020544

Le seigneur des lieux : le Mont Blanc

 

P1020570

Louis devant l'Aiguille du Plan

 

 

P1020578

Le resac : la mer de glace se retire ...

 

 

P1020607 (2)

La diplomatie n'a pas abouti...

(bouquetins)

 

P1020630 (2)

Devant l'Aiguille du Midi

 

P1020712 (2)

Le glacier d'Argentière se retire également...

 

 

P1020713 (2)

Aiguille et glacier du Tour et Tête Blanche

 

P1020715 (2)

le couloir de la Brèche aux Aiguilles du Tour

cher à Brieuc ( souvenir d'une sortiedu couloir difficile...) on voit même le bloc coincé !

 

P1020726 (2)

Orchis tachetée

 

 

P1020729 (2)

Fleur dont je tairais le nom

 

 

P1020731 (2)Lys Martagon cher à Grand Mère

15 Jours dans la Vallée de Chamonix été 2011

 

Alpinisme

 

Tête Blanche 3429 m depuis Albert 1er

 

Mont Blanc 4810 m à la journée depuis le nid d'Aigle

 

Traversée des Aiguilles Crochues

 

 

Escalade

 

Via Corda alpina des Mottets - sur les sentes des Chamois

 

 

 

Randonnée

 

Balcon Nord : L'index - lac blanc - col des Montets

 

Enorme Balcon sud : La para - les glaciers - le Plan de l'Aiguille - Signal Forbes - Montenvers 

 

 Sur les traces des dinosaures d'Emosson

 

 

 

Alpinisme :Traversée des Aiguilles Crochues 2840 m

Apoutsiak — alpinismeLouisMassif du Mont Blancfamille

Une jolie petite course dans les Aiguilles Rouges

Initiations à l'alpinisme rocheux pour Louis !

 

 

 

 

 

 

Topo

 

Depuis le téléphérique de l'Index, gagner la base de la combe des Aiguilles Crochues. Remonter le couloir et gagner le  col des Aiguilles Crochues 2704 m

De là passer versant Est et gagner la base d'un dièdre à 100 m environ (évident) . Le remonter 3 sup IV. Rejoindre ensuite l'arête et poursuivre. Par une désescalade atteindre le sommet des rappels.

Rappel 10 m

Poursuivre par le fil de l'arête et atteindre le sommet des Aiguilles Crochues 2840 m. De là redescendre à l'Ouest puis sur l'arête qui permet de rejoindre le col des Dards, partir alors plein Est pour rejoindre les Lacs Blancs et le téléphérique de la Flégère

 

Fichier GPS


Fichier GPS au format GPX

 

 

 

Photo

 

P1030063 (2)Sous le col des Crochues

 

P1030068 (2)Petit pont rocheux avant le col

 

P1030072 (2)

La Verte depuis le col

 

 

P1030074 (2)Arête des Grands Montets à la Verte

 

P1030078 (2)La Grande Floria

 

P1030082 (2)Cordée sur la Grande Floria

devant le Tacul

 

P1030091 (2)Tel père tel fils ?

 

P1030096 (2)Louis , action !

 

P1030102 (2)L'Aiguille Crochue

 

P1030113 (2)escalade

 

P1030120 (2)Sommet

 

P1030123 (2)Louis et son choucas nommé Crochus

 

P1030126 (2)Choucas et cordée !

 

 

 

P1030131 (2)Au sommet

 

P1030141 (2)Le Lac Blanc

 

P1030144 (2)Louis et Steph

 

P1030149 (2)Mont Blanc

 

P1030151 (2)Verte

 

 

P1030170 (2)Retour à la Flégère !

15 Jours dans la Vallée de Chamonix été 2011

 

Alpinisme

 

Tête Blanche 3429 m depuis Albert 1er

 

Mont Blanc 4810 m à la journée depuis le nid d'Aigle

 

Traversée des Aiguilles Crochues

 

 

Escalade

 

Via Corda alpina des Mottets - sur les sentes des Chamois

 

 

 

Randonnée

 

Balcon Nord : L'index - lac blanc - col des Montets

 

Enorme Balcon sud : La para - les glaciers - le Plan de l'Aiguille - Signal Forbes - Montenvers 

 

 Sur les traces des dinosaures d'Emosson

 

 

 

Alpinisme - Tête Blanche 3429 m (Mont blanc)

Apoutsiak — alpinismefamilleAgatheMarieLouisMassif du Mont Blanc

 

Course familiale de l'année avec Sandrine, Agathe Marie et Louis.

 

 

P1020654

 

Vidéo

 

 

 

 

 

 

Topo

 

Au Tour : télécabine de la Balme

Télésiège du Charamillon

 

Emprunter le sentier qui longe le Bec du Picheu à flanc et suivre le sentier qui rejoint la morraine du glacier du Tour puis le refuge Albert 1er (2782 m)

 

Du refuge (départ derrière le refuge)

Remonter de quelques dizaines de mètres puis suivre les cairns à flanc qui mènent au glacier (repérage la veille bienvenue !)

Du glacier, contourner le Signal reilly par le Nord puis suivre l'itinéraire du col du Tour, contourner le point 3238 m par le Nord  et poursuivre en direction de Tête Blanche , quelques rochers faciles terminent l'ascension.

 

Fichier GPS

 

Fichier GPS au format GPX

 

 

 

 

 

Récit


Premier jour de vacances pour tout le monde et après la route nous voilà au Tour pour un pique nique improvisé !Tout le monde dans les oeufs puis sur le télésiège de la Balme où un vent frais nous accueille. Bilan, nous démarrons dans la foulée ! Agathe et Louis filent devant, tandis que j'aide Marie qui a toujours un peu peur du vide en début de séjour (il faudra la voir 15 jours plus tard dans la Via Ferrata du Plateau d'Assy ... sans les mains sur les passerelles )

Première pause à hauteur du glacier, les photographes en herbe mitraillent, la maman se repose, tandis que le père (ci présent) décrit les sommets cols et glaciers à un auditoire peu attentif !

Nous repartons pour rejoindre la morraine du glacier (que j'avais remonté plusieurs fois avec Thib depuis le bas, mais c'est une autre époque) Petit gout de mou sur la morraine (classique) avant de rejoindre le refuge albert 1er !

 

Tandis que ma progéniture se prélasse, je file pour une reconnaissance où je rencontre un alpiniste de Montbeliard (dont j'ai oublié le prénom, toutes mes excuses) qui reconnait ma voix et me dit qu'il m'a vu sur internet... Enfin, la reconnaissance du public ! Mieux vaut tard que jamais !

Nous faisons une petite reconnaissance de l'itinéraire pour rejoindre le glacier  tout en papotant alpinisme, on ne se refait pas !

 

De retour au refuge, je retrouve mon groupe à la sieste, nous attendons le repas avec impatience !

 

Le repas fut excellent, et Louis est embauché pour la vaisselle ( c'est lui qui s'est proposé !) Ce fut la mascotte du refuge d'un soir, bon souvenir pour tout le monde.

 

 


Coucher de soleil en papotant avec un guide.

Après c'est les Dents et au lit avec le fameux débat classique avec ou sans fenêtre ouverte ? Favorable à une solution de compromis, et grand diplomate dans l'âme , je propose fenêtre entrouverte, mais un Belliqueux habitant de la perfide Albion obtient gain de cause, fenêtre ouverte avec le froid et surtout le bruit de la cascade dans mes oreilles, j'ai la chance d'avoir la couchette à coté de la fenêtre ! ( l'Anglais a lui des boules quies achetées au refuge, je l'ai vu !)

Bilan, je vais rejoindre les miens, de l'autre coté du dortoir, où on n'y dort serré, mais loin du bruit !

 

5 heures, réveil, Départ 5 h 45, Nous filons sur les rocher qui permettent de gagner le glacier. Corde baudrier crampons piolet, je me tape d'équiper toute la troupe et c'est assez long, nous partons, avec une autre cordée , c'est un peu le souk : dépassement raté, sans animosité. Ca grimpe, tout le monde suit. Le Chardonnet nous surplombe, la Verte nous fait des clins d'yeux. Petite pause sur les rocher en face du départ du couloir de la Table, au loin une cordée se lance dans ce qui reste de couloir ? (peut être est ce pour l'arête de la Table ...)

 

Nous poursuivons, quelques plaintes parviennent au premier de cordée qui tel  un guichetier borné ne tient compte de rien, ni des douleurs du métatarse de Marie, ni des ampoules d'Agathe ou de Louis !  Nouvelle pause  réparation d'ampoule, ah, le guichetier tient enfin compte de ses clients ! Nous repartons pour la partie finale, un peu de rocher pour finir, je mets un point d'honneur à aller jusqu'au sommet (un poil scabreux) sous le regard noir de ma douce colombe qui désaprouve ce choix tactique.

Je fais le cake en me dressant debout sur le rocher du sommet (faux bien leur montrer qui c'est le chef) Et hop on repart pour la descente.

Marie qui se souciait de sa capacité à faire le chemin inverse trotte sans probleme, la peur du vide est partie ! Nous opérons une nouvelle pause au pied du couloir de la table. La suite c'est une rapide descente pour sortir du glacier, ensuite ça galope jusqu'au refuge !

Salade (en fait taboulet) et reblochonade, gavage integral ! accompagné de sodas pétillants (à défaut de champagne), et oui, les enfants ont battus leur record avec 3429 m (ça ça a de l'importance pour Louis, mais les filles s'en foutent un peu ...)

Et nous quittons Albert 1er pour une descente vers le  col de Balme, interrompue par deux marmottes qui virvoltent dans les talus escarpés. Voilà ce qui manquait pour une sortie réussie !

 

Photos

 

P1020582

Départ du village du Tour

 

P1020587Cairn (construit par Agathe et Louis...)

 

P1020590

Pour monter à albert 1er c'est pas compliqué !

 

 

P1020596Rencontre avec le glacier du Tour - la pause !

 

P1020598Au détour du sentier

 

P1020603Repérage en direction du glacier... suivre les cairns !

 

P1020613Le glacier du Tour

 

P1020624La Verte (ma verte ?)

 

P1020625Le Chardonnet

 

P1020637Départ, sur le glacier

 

P1020640La verte joue à cache cache...

 

P1020653Sous le sommet

 

P1020665Sommet

 

P1020679

 

 

P1020681Pause à la descente

 

 

P1020689

Couloir de la Brèche  des Aiguilels du Tour - attention sortie difficile...

 

P1020693Sortie du glacier

 

P1020708Ecolde de glace sur le glacier du Tour !

15 Jours dans la Vallée de Chamonix été 2011

 

Alpinisme

 

Tête Blanche 3429 m depuis Albert 1er

 

Mont Blanc 4810 m à la journée depuis le nid d'Aigle

 

Traversée des Aiguilles Crochues

 

 

Escalade

 

Via Corda alpina des Mottets - sur les sentes des Chamois

 

 

 

Randonnée

 

Balcon Nord : L'index - lac blanc - col des Montets

 

Enorme Balcon sud : La para - les glaciers - le Plan de l'Aiguille - Signal Forbes - Montenvers 

 

 Sur les traces des dinosaures d'Emosson

 

 

 

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>