Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Petit Alpiniste Illustré

Le Petit Alpiniste Illustré

by Apoutsiak

Alpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 m

Apoutsiak — equateur5000expéalpinismeLes 100 plus belles

Le plus haut volcan du monde en activité

Dernière éruption importante : il y a 2 ans

Et ce jour... il fume !

Vidéo :

 

Topo

Cotopaxi voie normale (Nord)

Parking à 4600 m

Refuge Jose F. Rivas - ou refuge du Cotopaxi

Deux solution : soit remonter la combe en cendres volcaniques juste à gauche en montant depuis le parking ( itinéraire à priviliégier à la descente)

Sinon, traverser la combe et prendre le sentier en lacet qui amène au refuge (4840 m)

Cotopaxi 5897 m

Du refuge, partir sur la droite pou monter sur un petit éperon (sente) et remonter au mieux cet éperon en direction du sommet ( point le plus haut sans glacier) il y a une sente jusqu'à l'accès au glacier 5250 m

Sur le glacier, remonter vers le sud et contourner au mieux les crevasses (grosses, c'est plus facile quand c'est tracé) puis partir direction Sud Est pour passer sous la Roccia Negra (que l'on ne voit pas de nuit) Crevasses (toujours)

Rejoindre une zone étonnante, ou la dernière erruption a fait fondre la glace rendant l'endroit un peu brun et noirâtre (glace sale) .  poursuivre sans la même direction (pénitents)

et virer à droite à l'approche du cratère. 5897 m

Descente

Par le même itinéraire

Remarque

il faut être sorti du glacier à 10 h du matin

 

 

topo carte Cotopaxi
topo carte Cotopaxitopo carte Cotopaxi

topo carte Cotopaxi

Récit :

Réveil tranquille dans l'hacienda cuelo de la luna ( la traduction de Cotopaxi en espagnol : le cou de la lune)

Miguel passe nous chercher avec le gros 4X4 avant de prendre la route du parc du Cotopaxi sur laquelle nous récupérons Diego avant de faire quelques courses alimentaires dans une micro épicerie.

Au niveau des rangers, passage au resto et achats de quelques souvenirs. Puis on suit la piste, le Cotopaxi se dévoile légèrement, il y a quelques nuages au sommet. On se sent bien petits !

On est sur le plateau au pied du cotopaxi, la route s'élève doucement, devient terreuse, donc piste. Puis c'est la montée finale, en lacets, jusqu'à 4700 m, presque le Mont Blanc, encore une fois. Au programme 45 minutes pour atteindre le refuge. Ça devrait le faire !

 

montée au refuge du Cotopaximontée au refuge du Cotopaximontée au refuge du Cotopaxi
montée au refuge du Cotopaximontée au refuge du Cotopaximontée au refuge du Cotopaxi

montée au refuge du Cotopaxi

Et donc je pars, avec Anne dans la roue. Thierry lui est devant, il papillonne sur le sentier.  Il fini par nous attendre, et je prends mon rythme, laissant ensemble les deux tourtereaux. Le chemin s'élève, j'avance d'un bon pas. Quelques lacets, quelques touristes laissés sur place malgré mon chargement, et zou, le refuge, 32 minutes ! J'arrive juste après Diego qui est monté directement sans prendre les lacets.

On s'installe, le refuge est très chouette, avec pleins de touristes à l'intérieur.

Il y a des drapeaux de pleins de pays accrochés aux murs et les gens signent sur le drapeau de leu pays.  On voit des Dijonnais s’activer. Ce soir c'est la fête des guides, à priori on sera les seuls au refuge.

Grand dortoir confortable, on s'installe pour une petite sieste.

Puis bon repas dans la salle à manger.

On laisse les guides et les gardiens qui jouent au rami et vont y passer  une partie de la courte nuit (et une partie de leur argent) Pas sur que Diego ai beaucoup dormi... A priori c'est la gardienne qui a raflé la mise !

Je file me coucher tôt, petit comprimé pour dormir ( au fait j'ai lu juste avant de  partir un article qui déconseillait fortement cette pratique...). comprimé pas très efficace, je tourne pendant 3/4 d'heure avant de trouver le sommeil, la faute à la pluie qui pourrait s'inviter à la fête et nous gacher le sommet. Quand je me réveille, à minuit, tout le monde est déjà réveillé !

Refuge du CotopaxiRefuge du Cotopaxi
Refuge du Cotopaxi
Refuge du CotopaxiRefuge du Cotopaxi

Refuge du Cotopaxi

Descente à la cuisine, petit dej, sac à dos, l'envie d'en découdre, même si je n'aime pas trop se terme quelque peu guerrier.  On quitte le refuge, comme d'hab, je scrute le ciel à la recherche d'étoile, il n'y en a pas trop, et il a pas mal de nuages à priori.

L’ordonnancement est le suivant, Diego devant, Miguel derrière et les 3 touristes entre les deux. Je joue les électrons libres avec mon appareil photo wink.

On quitte le refuge pour remonter un sentier un peu plus au Sud avant de remonter une croupe avec une sente. Diego a le sommet dans la peau, il l'a surtout gravi la semaine dernière, on ne devrait pas se perdre. Nuit noire, c'est le cas depuis le début de notre séjour, pas un pet de lune ! Dommage. On imagine à notre droite le glacier. On remonte une pente de sable et Diego nous trouve la trace. la neige tombé cette nuit, nous laisse une ambiance fraiche. on passe comme souvent les 5000 m et 200 m au dessus c'est le glacier; L'occasion d'une bonne pause pour se préparer boire et manger un peu.

 

 

du refuge du Cotopaxi au glacierdu refuge du Cotopaxi au glacierdu refuge du Cotopaxi au glacier
du refuge du Cotopaxi au glacierdu refuge du Cotopaxi au glacier

du refuge du Cotopaxi au glacier

Les cordées sont les mêmes que sur les Illinizas : Diego Thierry et moi ( je ferme la marche) et Miguel avec Anne, on part devant et ça m'arrange, je pourrai filmer la cordée de derrière. On est complètement seuls sur cet immense volcan, à priori, les jours de pleine affluence il y a la queue pour passer les crevasses ! La Chance !

Les crevasses parlons en, au bout de 5 minutes, on croise la première, l'embouchure est fine, bordée de stalactites mais profonde et vaste en dessous, comme une meringue, il y a plein d'air. Elle a dans l'idée de nous happer, mais nous, ben on ne veut pas. Le regel et bon et c'est sans encombre que nous la traversons.

 Plus haut, dans le halo de la frontale, je vois un grand champignon de glace de 15 m de haut. Un sérac à la forme étonnante. Je sens déjà que la descente va être magique. Diego fait quelques pauses pour que les cordées se rattroupent.

On repart, nouvelles crevasses, petits séracs, on avance. Diego connait le chemin par cœur. Je ne sens aucune fatigue, l'acclimatation a été bonne et le rythme lent me laisse profiter de chaque instant ( et le comprimé pour dormir m'a permis d'avoir une bonne nuit...)

Pause sous un sérac, en bordure de crevasse. Le froid n'est pas intense mais il est bien là. Un peu de thé chaud, une barre et on repart. On longe une énorme crevasse, une autre plus petite, perpendiculaire vient nous barrer la route, un piolet au dessus, un grand pas, juste le temps de regarder avec la frontale au fond, mauvaise idée... ça fait peur, de toute façon, la corde se tend, il me faut avancer, et laisser là mon observation des entrailles du glacier. A droite, la crevasse principale me laisse imaginer les trous qu'il y a en dessous.

Le rythme est lent mais on avance bien !

Dans les crevasses du Cotopaxi by night !Dans les crevasses du Cotopaxi by night !Dans les crevasses du Cotopaxi by night !
Dans les crevasses du Cotopaxi by night !Dans les crevasses du Cotopaxi by night !
Dans les crevasses du Cotopaxi by night !Dans les crevasses du Cotopaxi by night !

Dans les crevasses du Cotopaxi by night !

Au dessus, les crevasses et les séracs se succèdent, le jour commence doucement à se lever. On approche une zone où l’éruption d'août 2015 a laissé des traces. La glace a fondu, elle est devenue noirâtre un peu sale. Le glacier prend une forme étonnante. On opère une pause au milieu de  ce chaos. Anne a froid aux mains. Chacun s'active a essayer de la réchauffer, je lui masse les mains, tandis que Miguel lui propose une doudoune qu'elle refuse. Elle souffre d'un onglet de compet'. On prend le temps que la circulation sanguine reparte avant de repartir nous aussi.

Pour la suite, on remonte une pente monotone bordée de pénitents blancs (de petite taille) mais intérieurement je me dis qu'heureusement qu'il y a une trace, ça serait galère de marcher à coté ! Ça sent le sommet. Je sais qu'on va y arriver, je regarde le ciel un peu gris.

 

Nouvelle pause, Anne arrive en pleurs. Dur. Elle fini par accepter la doudoune de Miguel, on se remet à tous à la réchauffer. Et grâce à la grosse doudoune, elle reprend des couleurs. On opère un virage, l'un des derniers, on remonte sur le bord du cratère, j’aperçois le bas de celui ci ! Encore quelques mètres, Sommet !

Bizarrement, tout est calme, pas un bruit, le volcan émet des panaches de gaz toutes les 3 4 minutes... sans bruit (et sans odeur) Il y a peu de vent; on se congratule, Anne et Miguel déboulent derrière. Yes !

Et vu qu'il ne fait pas trop froid, grosse séance photos et vidéo; Je réussi à faire la roue . Anne embraye, la sienne est plus jolie, comme à chaque fois. Faudra un jour que je m'entraine en plaine !  A oui, j'ai oublié de vous dire que c'est mon nouveau record, 2 mètres plus haut que le Kilimandjaro !!! 5897 m !

Sommet du Cotopaxi 5897 mSommet du Cotopaxi 5897 mSommet du Cotopaxi 5897 m
Sommet du Cotopaxi 5897 mSommet du Cotopaxi 5897 m
Sommet du Cotopaxi 5897 mSommet du Cotopaxi 5897 m
Sommet du Cotopaxi 5897 mSommet du Cotopaxi 5897 m

Sommet du Cotopaxi 5897 m

Mais là, j'avoue que je ne pense pas à ce record, je regarde avec admiration le cratère, et les panaches de fumés qui en sortent ! Magique ! Au loin, les autres volcans de l’Équateur, ceux gravis, et le Chimborazo qui sera notre dernier objectif.

Chacun profite de ce spectacle incroyable. Le soleil peine à percer les nuages, mais ça reste magnifique. Je propose à Miguel de faire le tour du cratère, mais l'idée ne l'enchante guerre. Dommage.

On fini par plier les gaules, on aura passé trois quart d'heure au sommet.

Sommet du CotopaxiSommet du Cotopaxi
Sommet du Cotopaxi
Sommet du CotopaxiSommet du CotopaxiSommet du Cotopaxi

Sommet du Cotopaxi

On se lance dans la descente, moi devant , tel un bizuth suicide. Bon le départ est facile, descente le long de la paroi du cratère puis quelques virages dans les pénitents blancs. Tout va bien, on rejoint la zone qui a subi les foudre de l’éruption de 2015...  Pause. Et je repars dans le dédale de crevasses, ça remonte un peu puis ça en longe une. A l'aller on avait pas trop bien vu, au retour c'est vraiment spectaculaire.

Les crevasses sont énormes et les ponts de neige sont impressionnants.

Les obstacles juste aperçus dans le halo de la frontale à la montée , se révèlent dans toute leur splendeur sous le soleil à la descente. C'est incroyable, je profite de chaque instant dans ce paysage unique.

 

 

Les crevasses et séracs du CotopaxiLes crevasses et séracs du Cotopaxi
Les crevasses et séracs du CotopaxiLes crevasses et séracs du Cotopaxi
Les crevasses et séracs du CotopaxiLes crevasses et séracs du Cotopaxi

Les crevasses et séracs du Cotopaxi

Les crevasses s'enchaînent, j'essaie de me faire léger sur chacune d'elle (chose évidemment peu évident quand on me connait) . Par chance, ça passe sans souci aujourd'hui. et la progression vers le bas est rapide, en dépit des nombreuses pauses photos.

Derniers obstacles et c'est la sortie du glacier. La pause est courte, juste le temps de se décorder et de ranger les crampons.

Descente à fond dans le sable volcanique recouvert de neige. Je pars à fond vers le bas. Avec Thierry juste derrière. Il est doué Thierry.  Il passe devant. Je bourrine pour le suivre, ça va vite, le sable glisse sous les chaussures. Le refuge approche à grande vitesse. Faudra penser à freiner si on ne veut pas le rater... On récupère la sente pour les derniers mètres. Et zou, le refuge.

On étale nos affaires pour un court séchage. Et on grignote du maïs grillé, comme d'hab !

Crevasses et séracs - le glacier du CotopaxiCrevasses et séracs - le glacier du CotopaxiCrevasses et séracs - le glacier du Cotopaxi
Crevasses et séracs - le glacier du CotopaxiCrevasses et séracs - le glacier du CotopaxiCrevasses et séracs - le glacier du Cotopaxi
Crevasses et séracs - le glacier du CotopaxiCrevasses et séracs - le glacier du Cotopaxi
Crevasses et séracs - le glacier du CotopaxiCrevasses et séracs - le glacier du Cotopaxi

Crevasses et séracs - le glacier du Cotopaxi

Crevasses...Crevasses...Crevasses...
Crevasses...Crevasses...Crevasses...
Crevasses...Crevasses...
Crevasses...Crevasses...

Crevasses...

Alpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 mAlpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 mAlpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 m
Alpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 mAlpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 mAlpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 m
Alpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 mAlpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 mAlpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 m

Le repos est court, le sac est déjà sur le dos pour la descente à la voiture.

Je pars derrière Miguel, qui, je le sais à présent, est un moins grand descendeur que moi (ou moins bourrin) Je reste sagement 2 minutes derrière lui, puis je passe la surmultipliée. Descente rapide dans la combe en sable volcanique. ca va très vite, je laisse quelques touristes sur place, j'en croise d'autre. Il ne me faudra que 7 minutes pour rejoindre la voiture !!! incroyable !  Bilan, il faut attendre les autres.

La magnifique journée est terminée, reste la longue roue jusqu'à Banos, et le doux repos avant le Chimborazo ... mais nos plans seront contrariés.

Alpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 mAlpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 m

Épilogue

Arrivée à Banos, on décide de faire un petit tour de la ville et de profiter des bains réputés à l'autre bout de la ville. Arrivés au bain, on se rend compte que c'est la fermeture. Bref, on reviendra demain.

Un vieil Équatorien nous aborde; Il nous explique, en anglais, qu'il faut un bonnet de bain et que le tarif est de 2 € , mais que pour moi, l'homme du 3ème âge, ça n'est que 1 € 50 !

Je regarde Thierry qui me regarde. Visiblement on a bien compris qu'il me parlait d'un tarif 3ème âge compte tenu de mon âge avancé.

Le type s'en va

Ça m'a coupé les pattes

Le matin, tu virevoltes en faisant la roue sur un sommet de près de 6000 m

Et l'après midi, quelqu'un vient te dire que tu as l'âge du "3ème âge" !

Ça m'a détruit

Quand on a raconté l'anecdote à Miguel le lendemain, ça lui a fait la journée !

Alpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 mAlpinisme : Volcan Cotopaxi - 5897 m
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article