Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tête d'Auferrand 1981 m Rando à ski et raquettes

Publié le par Apoutsiak

 

Une jolie rando famille pour terminer la semaine

 

Vidéo

 

 

 


 

 

 

Topo

 

Depuis le Chinaillon, remonter la route du col de la Colombière jusqu'à l'altitude 1400 m (fermeture de la route) à proximité du hameau des bouts.

Du parking prendre la route du col  jusqu'au virage 1511 m (un peu avant en fait) et remonter en direction de la combe à droite qui passe entre le Chapeau et la pointe de la  Botte. *

Poursuivre ce font de vallon jusqu'à une crête peu marquée entre le point 1800 et la Tête d'Auferrand

Remonter la pente sous le sommet et par un mouvement enveloppant, (en gros prendre sous la crête à fond à droite pour basculer sur celle ci) remonter ensuite la crête jusqu'au sommet

 

descente : par le même itinéraire

 

Carto fichier GPS

 

 

 

Récit

 

Dernier jour de vacances, j'ai réussi à négocier une sortie familiale, la météo s'annonce pas terrible : des éclaircies entre 10 h et midi, mais ça a l'air moyen. Voilà donc les lutins et leurs parents réunis au parking. En gros le groupe se divise en 3 : les skieurs de randonnés : sujets mâles de notre groupe, les raquetteurs (ou raquettistes) : Sandrine et Marie; et notre François Bayrou de la montagne : Agathe, qui a décidé de monter en raquette et de descendre à ski. Et vous ne devinerez jamais qui porte le matos de mademoiselle l'indécise : c'est bibi !

Nous partons dans la bonne humeur, même si la motivation n'est pas énorme dans les troupes.

 

Sur la route du col nous croisons un parapentiste qui atterri à 10 m de nous alors que nous ne l'avions pas vu arrivé.

 

Louis montre des signes de faiblesse, il aurait envie de vomir, ces signes  cliniques disparaissent très vite dès la descente à ski entamée. mais nous n'y sommes pas encore...

 

Nous attaquons la pente, les filles en tête. Les hommes se soutenant dans la difficulté. Bon, il n'y a pas de trace de montée, Sandrine s'y colle, je dois malheureusement refaire une trace adaptée au ski de rando pour Louis. Le vallon est austère mais la poudreuse présente. Nous croisons un skieur de rando qui descend déjà.  et opérons une pause vers 1650 m.

La fatigue est là, et je sens les lutins peiner dans la poudreuse. je décide que leur calvaire s'arrêtera à la crête. Un  raidillon permet d'achever les troupes, Agathe quitte ses raquettes pour grimper Louis petouille à mort ses conversions. Voilà tout le monde sur une bosse. Je leur propose de faire un igloo, le temps pour moi de faire un blitz aller retour au sommet. après leur avoir proposé de m'accompagner.

 

Je pars seul, le brouillard m'englouti, je les aperçois en contrebas, traçant une belle trace sous le sommet. Je rejoins sur le haut la trace de montée qui longe la crête sur la droite. Puis me voilà sur celle ci, grand beau, mer de nuage. 5 minutes après le sommet. J'appelle Sandrine au talkie, ça ne marche pas. Je décide de redescendre rapido. Ce qui fut dit fut fait. la poudreuse sous le sommet est divine, fine et légère. Je regrette juste la visibilité mauvaise, me fiant aux quelques arbustes pour apprécier la pente.

J'entends des bruits, je les appelle, ils sont là. je les rejoins, Louis et Marie ont fait des igloo de peite taille , Sandrine est congelée et Agathe se prépare : ski sous les pieds et raquettes dans mon sac...

 

les raquettistes sont partis devant, ils seront vite rejoint, les skieurs s'en donnent à coeur joie dans la poudreuse, veillant à bien rester  sur les versants Nord, c'est là qu'il y a de la poudre !!!

Agathe a le style plutôt stressé, tandis que Louis prend un style engagé, qui lui vaut un looping avant de toute beauté et sans bobo à l'arrivée, juste un grand sourire et pas mal de neige dans la combi !

La descente se déroule tout en attente (ben oui il faut attendre nos raquettistes) Nous rejoignons la route enneigée en terminant tout en pimbarole !  Pour la route la technique change, Agathe prend mon sac et je prends Marie sur mon dos, tandis que Louis se tape sa mère sur ses skis, cette deuxième technique est assez peu efficace mais très casse gueule ! (voir le film à la fin pour les quelques images)

Nous gagnons le parking dans la bonne humeur générale !

 

Jolie sortie !

 

Photo

 

DSC00819En montant au col de la Colombière

 

DSC00821Sur la route enneigée

 

DSC00827Ça grimpe dans le vallon

 

DSC00829

L'austère Vallon

 

DSC00832

Agathe dans le raidillon

Bagarre les raquettes à la main (technique toute personnelle)

 

 

DSC00848

Au sommet, vue sur la pointe de Chombas, gravie il y a deux jours, à gauche, la pointe Percée, à droite le Mont charvet

 

DSC00862

Descente : les raquettistes, en haut, Marie en difficulté !!!

 

DSC00866

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article