Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Raid Dammastock : Jour 1 - Chenelalphütte

Publié le par Apoutsiak

Une belle journée de montagne sous des trombes d'eau !!!

 

P1000889

Raid à ski en Dammastock : les liens

 

Jour 1 : Goschenen - Chenelalphütte

 

Jour 2 : Chenelalphütte Sustenlimi Tiberglihütte

 

 

Jour 3 : Mittler Tierberg 3311 m

 

Jour 4 : Tiberglihütte Trifthütte par la Tierberglucke et le Steinhushorn 3121 m

 

Jour 5 : 4 sommets : Diechterhorn 3389 m -Tieralplistock 3383 m - Dammastock 3630 m - Wysse Nollen 3398 m

 

Jour 6 : Trifthütte Realp par le Rhonestock 3589 m et le Glacier du Rhôn

 

 

Topo

 

16 km 1350 m déniv - 5 h 30 ( 185 m de deniv négatif !)

 

De Goschenen (accessible en train)

Se rendre à Abfrutt (accessible en voiture) à 2 km de goschenen dans le Chenelalptall

. Se garer là ou plus haut, si la route est ouverte (avalanches)

Remonter la route pour rejoindre le Jantelbodel : plateau sous le lac.

Remonter la voute du barrage pour sortir à droite (Nord)

Rejoindre le point 1951 m sur la CNS

avant de poursuivre à flanc et redescendreau Vorder Roti  1836 m

suivre le ChenelReuss (vallon) , jusqu'au point 2043 m

De là plein Nord en direction de la Chenalphütte (ski sur le sac pour nous)

 

Carto fichier GPS

 

Fichier GPS au foramt GPX

 

 

Récit

 

La météo de la semaine etait toute pourrie pour l'ensemble de la semaine et sur toutes les alpes !

Anne m'avair rejointe , et nous cherchions le lieu où il ferait le moins pourri... J'avais jeté mon dévolu sur la région d'Andermatt que je ne connaissais pas. J'étais le chef, et c'est moi qui emportait la édécision, nous supporterions la météo pourrie... à Andermatt

 

11 h 30, Dimanche 29 Avril. Nous nous retrouvons au dessus de Göschenen. Les premières gouttes de pluis frappent le pare brise, annonçant la suite, le sourire au lèvre. (Z'avez jamais vu le sourire d'une goutte de pluie)

Nous pique niquons dans une sorte de garage, à l'abrit de la pluie. Sandwwitch au jambon, Kouglof de Anne qui a ainsi étreiné son moule à Kouglof. On se baffre, on s'habille, on visite rapido la petite chapelle de Abfrutt, dont l'autel est défendu par Saint Pierre et Saint Paul, et on est parti... Il pleut.

Anne commence par râler : il pleut, le sac est lourd et il faut porter les skis pour une distance inconnue. J'essaie de rester optimiste.On commence par un long plat, puis la route s'élève. Nous croisons des voitures de locaux ui eux, ont le droit de l'emprunter, nous on est bon pour se taper les 6 ou 7 km à pied, sous la flotte. A la fois on a signé. Anne commence déjà regretter de ne pas avoir suivi les conseils avisés sde son pote François du CAF de Paris : renoncer !!!

Pour am part, j'aime me retrouver en montagne, c'est toujours mieux lorsquil fait beau, mais on arrivera toujours àa faire quelque chose...

On arrive enfin sous le barrage, il pleut de plsu en plus, on chausse les skis, les peaus sont rapidement trempées.

Nous remontons la voute puis basculons à droite (rive gauche pour les ignares) Il pleut de plsu en plus. Il faut traverser la route, Anne merdouille en descendant et se cogne dans un panneau !!! Elle rale, déjà que le moral n'était pas au beau fixe. On poursuit au dessus. Je la guide au GPS , ce qui a le don de l'énerver. ell aime voir sur la carte ce que l'on fait. Et moi je lui dis juste : un peu plus à gauche, un peu plus à droite, Tel Tournesol et son pendule....

Le vetn s'ajoute à la pluie. Ma goretex neuve, gagnée on concours cham3s me protège bien ce qui n'estp lus le cas de mon pantalon millet, je suis humide du bas... (à interpreter comme on veut...)

Bon, Anne, elle a pas gagné au concours vidéo Cham3S, et comme elle a du vieux matos, elle est complètement trempée !

Après la descente au bout du lac, il faut remonter le ruisseau de Chenel, très long. Je n'ose annoncer les kilomètres qu'il reste à parcourir à Anne. Par moment j'enlève ma capuche pour écouter le bruit de la montagne, mais 1 ou 2 minutes maximum plus tard, il me faut la remettre : il pleut trop.

Je monte en chantant singing in the rain, pour me donner de l'entrain, la chanson est judicieusement choisie dans le répertoire.

 

Anne est devant, j'essaie de faire mentalement le calcul de la localisation du refuge., le GPS m'indique 1 km 7000 à vol d'oiseau, Anne est à 80 pas devant moi (oui, j'ai compté!) Je fais des pas entre 50 cm et 1 m (oui, c'est pas très précis , mais je n'ai pas emmené de décamètre avec moi)... combien de fois la distance Anne-Moi dois je parcourir pour atteindre le refuge ???

Bon ben moi j'ai conclu que ça ne serait plus très long.

30 minutes plus tard on mettait les skis sur le  sac ( toujours sous la pluie)

Anne filait devant (bon, à ce moment là, je pensais que je pourrais encore faire illusion et faire la trac epar moment, la suite me donnera tort ) et 1/2 heure plus tard on se retrouvait dans le refuge.

Je partais en quête de neige à faire fondre, Anne allumait le feux, opération maxi sechage.

 

Il faut préciser ici, que le tirage du poelle de la Chenelaphutte n'a que deux positions : zero, nul, éteint, hyperfroid et à fond, étuve, maxi chaud, son hamam et tout le tuttim.

Nous avons opté pour la position 2, consommatrice en bois qu'il faut aller régulièrement chercher dans l'entrée, mais confortable et idéale pour secher deux alpinistes trempés !

Repas aux chandelles et couchage d'abord couchette du  haut (trop chaud) puis couchette du bas (trop froid)

Il n'y avait pas d'étage intermediaire, dommage.

Je m'endors tout de même comme un loir.

 

A suivre....

 

P1000892

 

P1000901

 

Commenter cet article

sophie 07/05/2012 22:11


j'attends la suite avec impatience ;-)


j'espère au moins que c'est toi qui allait chercher le bois... des fois que tu te retrouves plus vite que prévu à Andermatt......

Apoutsiak 08/05/2012 12:21



A chenelalphutte, c'est l'eau qui pose probleme, il faut sortir dehors et faire 25 m à flanc pour trouver la neige , on peut tomber ! je m'en suis chargé, prudemment, pensant à Steph à chaque
fois, je crois !


Je me suis aussi occuppé du bois , mais il etait dans le refuge (plus facile donc !)