Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Petit Alpiniste Illustré

Le Petit Alpiniste Illustré

by Apoutsiak

Acclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peak

Apoutsiak — expéElbrusElbrous
Acclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peak

 

Arrivés au Snow Leopard hôtel, mes guibolles me démangent

je prends a plus belle tenue de trail et je pars courir dans Tersko

Malheureusement, le sentier que j'ai entré dans ma montre GPS n'est pas bon, il traverse une zone militaire. Je la contourne, me fais agresser par 2 chiens, bon au final c'est moi qui ai gagné. Je perds la trace, je tourne en rond, je finis par choisir un sentier qui semble monter vers un petit sommet. Je traverse un zone de fermes faites de bric et de broc. Des moutons au large et quelques taurillons. Une fois passé je remonte la large piste de 4X4, la vue est belle, ça me fait du bien de courir. J'enquille les lacets et je croise une famille Russe, on discute un peu (enfin je discute avec la fille qui est la seule à parler anglais) je poursuis jusqu'à un belvédère avant de redescendre, la vue sur les sommes alentours est chouette. Je retrouve l'hôtel, et le groupe avant le repas.

 

Au programme de demain l'acclimatation sur le Cheget.

 

(pour info, j'apprendrais un peu plus tard, en questionnant Misha, que la barrière était en fait la clôture d'une zone  militaire appartenant à une troupe d'élite, le Goulag n'est pas passé loin ...)

 

...

Acclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peakAcclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peakAcclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peak
Acclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peak

Petit dejeuner à 7 h 30 avec le groupe. Il est rigolo notre groupe : le guide Misha est Russe, Cataline est Roumain, Victor est Mexicain et Rachana est Hindoue... Le monde entier au pied de l'Elbruz. Nous parlons Anglais, sauf Victor et moi qui parlons Français (nous sommes dans la même chambre) Victor a vécu 8 ans au Québec.

 

9 heures, tenue de rando, on file dans Terskol pour rejoindre le pied des remontées mécaniques. Et c'est parti, au départ tout le monde est dans les pas de Misha, il faut faire bonne, puis chacun prend son rythme. Je suis souvent devant avec Rachana, Victor et Cataline sont derrière et Misha tente de faire le joins entre l'avant et l'arrière. Au dessus de nous un joli sommet avec un glacier presque en Z. Il culmine à plus de 4000 m mais est interdit d'accès. Les tensions entre la Russie et la Géorgie sont bien présentes et une bande de 5 km est un no mans land... Il est pourtant bien attirant ce sommet.

 

On voit pour la première fois l'Elbruz. Imposant, mais techniquement facile à mon avis. Un grand glacier un peu trop plat permet d'accéder au sommet.

On opère une première pause dans un virage ou la vue est superbe, puis une seconde un pu trop proche à mon goût un peu au dessus, à l'arrivée d'une remontée mécanique. Victor et Cataline sont dans le dur.

 

On repart vers le haut, l'Elbruz se dévoile complètement, avec ses énormes glaciers. On parvient en haut de la seconde section du télésiège une place ! Misha m'explique qu'il est interdit d'accéder au sommet réel, encore cette frontière Russo Géorgienne. Il y a même une cahute pour surveiller d'éventuels récalcitrants. J'avoue que j'aurais bien aimé au mois monter sur la première antécîme mais bon. Je n'ai pas trop envie de me retrouver dans un goulag en Sibérie pour avoir voulu accéder à un sommet de 3400 m...

 

On pique nique sur la terrasse d'un café. On se fait une tonne de photos, surtout Victor, qui a des sponsors, et qui doit rendre des comptes. CA prend du temps.

Acclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peakAcclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peakAcclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peak
Acclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peakAcclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peakAcclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peak

Et on attaque la descente. Je papote avec Rachana, qui prépare une école d'officier de l'armée Indienne, elle a déjà fait plusieurs 6000 m . Elle doit faire la moitié de mon poids et galope sur le sentier. Elle voyage pas mal et adore la montagne.

 

La descente se poursuit,Cataline, qui montrait des signes de faiblesse, nous passe devant d'un coup, je lui demande ce qu'il a mangé... Victor a mal aux genoux et descend lentement, le groupe se reformera quand nous arriverons à Terskol.

 

La suite c'est : petite sieste puis essayage des fringues d'altitude (des duvets pour l’Everest!) je pars ensuite en reconnaissance d'une éventuelle balade pour me rendre compte qu'il n'y a pas de pont ! Alors que ma trace GPS travers un torrent... Il faudra se mouiller les pieds... C'est pas gagné … D'autant plus qu'à tout les coups mon projet est en zone interdite...

Elle commence à me saouler cette guerre... Je l'avais pourtant bien dit : "la guerre, c'est pas bien !" (la faim dans le monde non plus mais ça me touche moins quand je fais l'Elbruz)

 

Je reviens à l'hôtel écrire ces quelques lignes, mon spotify réglé sur Sting.

 

Demain départ pour la grande aventure, on ne redescendra pas avant 5 jours et le sommet, Inch Allah.

Acclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peakAcclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peakAcclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peak
Acclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peakAcclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peakAcclimatation pour l'Elbrouz : Cheget peak
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article