Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #raid a ski tag

Raid dammastock - jour 5 - 4 Summits on the Dammastock

Publié le par Apoutsiak

La journée des 4 sommets:

Diechterhorn : 3389 m

Tieralpistock : 3388 m

Dammastock : 3630 m sommet du massif ! et source du Rhône !

Wysse Nollen : 3398 m

 

Une belle journée de montagne

et une belle soirée au refuge

 

P1010181-2

Raid à ski en Dammastock : les liens

 

Jour 1 : Goschenen - Chenelalphütte

 

Jour 2 : Chenelalphütte Sustenlimi Tiberglihütte

 

Jour 3 : Mittler Tierberg 3311 m


Jour 4 : Tiberglihütte Trifthütte par la Tierberglucke et le Steinhushorn 3121 m

 

Jour 5 : 4 sommets : Diechterhorn 3389 m -Tieralplistock 3383 m - Dammastock 3630 m - Wysse Nollen 3398 m

 

Jour 6 : Trifthütte Realp par le Rhonestock 3589 m et le Glacier du Rhôn

 


 

Om mani padme hum

Om-Mani-padme-hum.jpg

 

Vidéo

 

 

 


 

 

Topo

 

Pour les 4 sommets : 21 km 100

1925 m de dénivelé

8 h 50

 

Diechterhorn 3389 m


depuis la Trifthütte

Rejoindre la glacier de Trif (Triftgletscher)  et mettre les peaux

rester rive droite du glacier jusqu'à 2900 m

remonter les pentes Est du Diechterhorn on arrive à une antécîme dépot des skis

il faut alors remotner l'arête au mieux ! On arrive alors au sommet secondaire

 

Pour le bon sommet , traverser versant Sud avant l'épaule et remonter au mieux au sommet principal (non réalisé )

 

Diechterhorn Tieralpistock 3388 m


Redescendre en passant sous le Diecterlimi (en gros l'objectif est de conserver l'altitude 3200 m

traverser sous le sommet (raide) et remonter sur le Tieralpistock que l'on peut traduire par montagne à vache !!! ( le sommet d'alpage pour animaux)


Tiealpistock Dammastock 3630 m


redescendre vers le Undri Trifltimi 3081 m

puis descendre sur le glacier du Rhone plein Est jusqu'à l'altitude 3000 m

 On remet les peaux direction Est Nord Est vers le Dammastock, le sommet s'atteint en prenant l'arête à gauche !

 

Dammastock Wysse Nollen 3398 m

 

Du Dammastock redescendre sur le glacier du Rhône et prendre à flanc

passer sous le Schneestock et l'Eggstock et gagner le Wysse Nollen

 

descente

 

gagner l'Obritriftlimi

Descendre Ouest Nord Ouest sur l'obre triftchessel, on rejoint alors l'inéraire de montée et le refuge.

 

Carto fichier GPS

 

Ficher GPS du raid en Dammastock au format GPX

 

Récit

 

Nous sortons du refuge et enfin, voilà le soleil. Ca débute par une descente en nege dure, et oui, le matin à 2500 , il gèle ! On remet les peaux ,et Anne est à fond ! genre 250 pas à la minutes !  Dès que je fais une photo ou une vidéo , je perds 30 secondes que je mets une heure à rattraper. Nous voilà sur le glacier et j'ai un peu peur, on a décidé d'enquiller 3 ou 4 sommets assez éloignés et vu que la caisse n'est pas là cette semaine, je sens que ça va être dur, d'autant plus que ma Wonderwoman de partenaire ne semble pas disposée à limiter ses ambitions.

Le premier sommet va être un bon test, les pentes du Diechterhorn on l'air tranquille. Nous sommes seuls sur ces immenses glaciers, Talak et Irène nous surveillant sans doute du coin de leurs yeux bienveillants depuis le refuge. Il fait beau, un poil de vent, c'est agréable. Wonderwoman trace, je me cale à quelques encablures, pour l'instant tout va bien ! Mes peaux ont été réencollées grâce à la colle d'Irène au refuge, ça ne devrait pas poser de problème !

Nous progressons assez rapidement vers le sommet ( 500 m/h à vue d'altimètre)  je peine un peu sur les 100 derniers ! Voilà l'antécîme.

Il faut poser les skis, je décide de mettre les crampons, Anne part, bille en tête, sans ! Là voilà virovelant avec le rocher. Mais je vois qu'elle merdouille, sans crampons on est moins a l'aise dans la neige...  alors elle s'evertue à rester sur le rocher (c'est ça les grimpeurs...) Bon elle finie par passer  et atteindre le sommet.

A mon tour, en crampons, c'est "finger in the noose !" ! je galope dans la neige profonde. Anne me fait un petit film souvenir sur le sommet ! Et à l'arrivée, nous nous rendons compte , que le sommet du Diechterhorn est un peu plus loin, 1 ou 2 m de plus mais inaccessible en suivant l'arête ! Nous décidons de nous contenter de notre sommet !

Pause sans vent avec une vue magnifique sur l'Oberland. bous retrouvons les skis, et c'est parti pour une courte descente avant repautage ! pour une traversée expo.


Anne part devant (comme toujours), je décide de la laisser traverser, m'octroyant une bonne pause repos tranquille !

Je l'ententds pester dans la neige profonde, "puré j'avance pas..." " Quelle galère  !!!!" et quelques jurons que je ne  peux reproduire ici !

Les 100 ou 200 m de distance passés, je la rejoins , ça remonte, on arrive au sommet pour une bonne pause pique nique, midi approche. J'ai plus la caisse que les jours précédent  pour les 4 sommets, ça devrait le faire !

 

Nous redescendons et basculons sur l'immense glacier du Rhône (moins grand que le glacier d'Aletsch mais quand même !)

On repeaute, et c'est reparti pour 600 m de montée monotone !!! En bon scientifique je décide de diviser la montée  en 3 parties de 200, sablant le champagne mentalement  lorsque chaque partie est achevée. Anne réalise des conversions régulières, je me décide à calculer le nombre de pas entre chaque conversion ( environ 50), le dénivelé (environ 5 m) et me met à réaliser des calculs improbables, le nombre de conversion jusqu'au sommet (vertigineux, ( j'en ai parlé à Anne , je crois bien qu'elle m'a pris pour un Maboul !!!) Je pense à plein d'autres choses, bien entendu, pour m'occupper l'esprit, un conseil (comme dans "man versus wild", le mieux est de penser à des choses positives : la famille, les amis, les bons moment.... pour garder le moral !!!)

Le sommet approche plus que 120 m, je m'occtroie une petite pause vidéo photo réhydratation, les nuages bourgeonnent sur les sommets... ca accroche. Devant je vois que wonderwoman montre des signes de faiblesse, est ce possible. Quelques conversions plus tard, je la vois même s'arrêter pour reprendre son souffle ! Moi qui pensait que ça ne pourvait pas arriver ! Alleluya !

Bon elle arrivera quand même à fond au sommet.

Les nuages nous englobent, il y a encore un peu de soleil pour nous tenir chaud.

sommet Du massif, le Dammastock et sa croix.

 

On attaque alors la descente dans le brouillard , ça faisait longtemps. je guide les opérations, on se fie aux photos de carte (oui on a perdu la carte il ya 2 jours, depuis on fait des photos de carte pour se repérer !) Quand le soleil se lève, on fait le point et on affine avec le GPS ! Ca marche pas trop mal. On arrive sous le Wysse Nollen, sommet en glace sculté par le vent , étonnant, ambiance particulière avec le brouillard à coupé au couteau qui nous entoure. Finalement , c'est jour blanc au sommet.

On ne traine pas, il faut descendre, on attend une vague eclaircie, Anne part alors qu'on y voit rien, j'hesite à enclancher le premier virage, elle m'engueule, bon je fais mine de me décider à l'enclancher mais dans la pente et le jour blanc... Finalement discretos, quand elle a le dos tourné, je fais une legere traversée vers les rochers qui me permettent d'imaginer la pente et d'enclancher ce fameux premier virage en toute sécurité. Et là je me rends compte du problème du ski de rando avec un super héros : non content de skier à fond à la montée, il skie à fond également à la descente ! Puré, j'ai les cuisses en feux, on ne s'arrête jamais ! (si c'etait moi, on s'arrêterait deux fois plus ....)

Bon la neige est bonne et on peut se lacher, il faut tout de même faire gaffe aux énormes crevasses !

Ma petite wonderwoman préférée décide de faire des figures et j'ai même le droit à un salto avant,  qui, il me semble , était peu contrôlé, se terminant dans la poudreuse 10 mètres plus bas avec de la neige au large ....

bon il faudra quelques minutes à l'heroïne pour se mettre en état de marche (la neige dans les lunettes posait quelques problème )

Nous voilà sous le refuge.

On repeaute, les autres groupes sont déjà là, on a vu leurs traces sur le Steinhushorn

Nous arrivons commes des héros (même moi)

Les espagnols nous offrent un peu de soupe (super sympa)

on leur expique notre périple et les rares difficultés rencontrées (quand je dis rare, c'est plutôt aucune !)

Le renard vient même prendre de nos nouvelles, mitraillage en règle pour ma part , il n'avait qu'à pas poser... (mon troisière renard après celui de la Schwarenbach et celui du Chasseron !

 

Nous rangeons nos affaires, et nous reposons une demi heure

Puis c'est une extraordinaire soirée qui s'en suit

Irène et Talak nous ont réservé leur meilleur table !

Repas délicieux puis vaisselle en compagnie de Anja ! où l'on a rit en multilingue ! Anglais, Français, allemand, Népalais et même Russe !!!

Merci pour l'accueil inoubliable !

 

J'ai eu de mal à m'endormir, c'est la première fois de ma vie que je rêvais en anglais !!!

 

 

Petit lexique franco nepalais

 

Namaste : Bonjour      नमस्ते

Hanahanous : Bon appetit

danyabaad : Merci : दन्यवाद

Lasso : santé

Dhérai Raamro : très bienधेरै राम्रो

eau : pani

PauroTi : pain पाउरोटी

 

Photo

 

 

P1010042départ au pied du refuge

 

P1010052

Le Wyse nollen sous le soleil

 

P1010054

crevasses et séracs

 

P1010064

Diechterhorn : le final

 

 

P1010067Diechterhorn, le final du final !

 

P1010072Diechterhorn, oups , le sommet d'à coté est un peu plus haut...


P1010073Diechterhorn : vue sur le Steinhushorn

 

P1010074

Tieraplistock

 

P1010097

Tieralpistock, vue sur le Diechterhorn

 

 

P1010101Anne a le pied lourd !

 

P1010109

Wonderwoman au mode ski (méfiez vous, ça fait mal aux cuisses ...)


P1010129Dommet du dammastock

 

P1010131Dammastock


P1010144Votre serviteur dans le jour blanc (cette seamin là, on a eu notre dose !)

P1010156

ca se lève


P1010177The fox of the refuge !

 

 

P1010187

Ambiance détendue !

 

P1010191

 

Pose !

 

P1010200Avec Irène et Talak, soirée géniale !


Voir les commentaires

Raid Dammastock - jour 4 - Tierberglihütte - Trifthütte par le Steinhüschorn

Publié le par Apoutsiak

Tres belle traversée entre les deux refuge pour rejoindre l'une des cabanes les plus isolée des alpes : la Trifthütte

 


Raid à ski en Dammastock : les liens

 

Jour 1 : Goschenen - Chenelalphütte

 

Jour 2 : Chenelalphütte Sustenlimi Tiberglihütte

 

Jour 3 : Mittler Tierberg 3311 m


Jour 4 : Tiberglihütte Trifthütte par la Tierberglucke et le Steinhushorn 3121 m

 

Jour 5 : 4 sommets : Diechterhorn 3389 m -Tieralplistock 3383 m - Dammastock 3630 m - Wysse Nollen 3398 m

 

Jour 6 : Trifthütte Realp par le Rhonestock 3589 m et le Glacier du Rhôn

 

 

Topo

 

20km 800 - 1820 m deniv + 2125 m deniv -

8 h

 

De la Tierberglihütte (2795 m) , partie Ouest Sud Ouest en direction de la Tierberglucke (2986 m)

descendre dans le couloir Zwischen Tierbergen (un peu raide au départ) jusqu'en bas.

Attention, les vielles cartes marquent un glacier , mais à présent c'est un lac au fond de la vallée !

traverser en amont du lac (entre le lac et le glacier)

Remonter directement en face un couloir à proximité d'une cascade. Jusqu'au Trift Tälli

prendre alors Sud pour rejoindre le Sacklimi.

Les pentes Est du Steinhushorn vous accueillent, elles sont tranquille jusqu'au sommet 3121 m

De là redescendre le glacier jusq'au replat du Triftgletscher. Le traverser au mieux : à gauche des crevasses à droite, des séracs !!!

Par un petit collet rejoindre le pied de la Trifthütte  que l'on attient facilement ( 100 m de monté tout de même !)

 

Carto, fichier GPS au format GPX

 

Fichier GPS au format GPX Dammastock

 

 

 

 

 

Récit

 

 

 

 

 

Le vent vient en bourrasque frapper les murs du refuge. Emmitoufflé dans mes couvertures, je me prépare à une grace matinée bien méritée ! Je suis bien au chaud et somnole. Je sens le dortoir vide et suis parti pour profiter de ma couchette.

C'etait sans compter ma partenaire de cordée, la Attila du raid. Elle me secoue comme un vulgaire prunier ! au départ, je fais celuis qui n'a rien senti, mais la puissance de la Hune me fait comprendre que je dois mettre un terme à mes projets , il me faut me lever...

"C'est vraiement trop injuste !" murmurais je, la Hune me menaçait de son regard perçant. Je décidais  de me taire et d'ainsi proteger mon integrité physique ! Dans la cuisine, c'est déjà l'effervescence, je déjeune  tout à mes pensées de gros dodo.


Me voilà dehors... Le vent est là, il fait froid et il neige un peu. On a décidé de partir vers la Trifthütte, tandis que toutes les autres cordées se lancent vers le Sustenhorn, projet beaucoup moins ambitieux mais beaucoup plus accessible !!!

Et c'est parti. Je laisse la guerrière partir devant, oui, c'est la tradition chez les Huns, laisser toujours les guerrières devant. Le soleil est là, avec des nuages et un vent à décorner des boeufs ! Assez facilement nous arrivons au col (ben oui, il n'y avait que 200 m de déniv !)

On depeaute, mes peaux ont une sale gueuele, j'espere qu'elles recollerons en bas !

C'est parti, Anne ouvre, je suis, la visibilité n'est pas top, on a du mal à voir le relief, mais la neige est bonne. Le couloir est magnifique. Toute cette neige vierge rien que pour nous !

Après la bonne neige, vient la neige dure et rapidment la croute inskiable sur quelques centaines de mètres !

Puis c'est de nouveau la neige hyper dure, la pente se raidit sur le bas, et là, c'est le drâme, je ne sais pas ce qui s'est passé, mais après un virage, je me retrouve par terre (ou plutôt par glace) glissant vers le bas. Je sens que ça va s'arrêter,.. Non ça réaccelere, mon ski déchausse, je force mon bras et mon pied pour freiner, ça fonctionne. je freine Ouf ! Je me relève , appelle Anne, je n'ai rien, j'ai dévallé 20 mètres et me suis bien crispé pour m'arrêter sur cette neige vitrifiée raide ! Je n'ai pas perdu de matos !

 

Je rechausse, penaud, bien stressé par la chute.

Je vais assurer à fond (trop ?) pour la suite.

 

On rejoint le front du glacier par des passages en caillou un peu degueu à skier !

Pause entre le glacier et le lac, hésitation sur le chemin à parcourir et nous remontons en face !

Court passage à pied puis Anne file devant traçant le long de la cascade (De toute façon au cours du raide, j'ai pas tracé 1 mètre. De totue façon, Anne, c'est une sorte de superwoman en Goretex  !!!

Je vois ma peau gauche se détacher à l'avant de mon ski, plus on avance, plus de la neige s'insere, et plus elle se détache ... Comment celà va finir. Avec une peau merdique, pleine de neige et peut être un peu de méforme, Anne me largue.

On trace maintenant sous l'épaule, je laisse Anne finir la trace dans le raide et me restaure.

Je la rejoins et nous voilà sur l'épaule.

On pause un peu de matos en contrebas et on file vers le Steinhushorn. Ma peau droite commence à merder, je botte (enfin je pense que je botte, en fait, la peau est décollée à moitié et retournée, elle colle la neige sur 1/2 ski ! J'ai l'impression d'avoir des skis de 5 kg ! On rajoute peut être à ça mon poil de méforme.... J'essaie de garder à Anne à 3 conversion maxi. Mais wonderwoman elle n'a pas que ça a faire !  Je sais que le sommet n'est pas très loin , mais pour moi c'est un peu la galère, la berezzina quoi ( quoi que concernant la berezzina, j'ai appris recement que la Berrezinna n'en etait ps une, Napoléon avait réussi en fait à gruger les russes piur traverser ce fleuve, m'enfin, là c'est une autre histoire !!!) Fin de la parenthèse historique !

Voilà le sommet, enfin, ne restera que 100 ou 200 m de dénivelé pour la montée au refuge !

 

Après avoir cherché le bon sommet (oui, la crête est assez plate et ça devient une habitude pour nous de terminer au GPS) Nous nous lançons dans la descente.

La neige est super bonne, et nous opérons quelques pimbarolles bien agréable !

La pente est douce, comme je les aime.

On récupère le matos et on traverse le plat du glacier faisant quelques contours de crevasse !

Nous voilà au pied du refuge

On remet les peaux, ou ce qu'il en reste pour ma part. Anne retrace, je suis à quelques encablures.

La montée se passe bien.

La gardienne nous accueuille : "Bienvenue à Trifthütte, je m'appelle Irène !" avec un grand sourire qui fait du bien. Je le sens bien parti ce séjour à Trifthütte. Elle diparait et revient avec un verre de Rivella !  Coooool ! 10 jours qu'ils n'ont vu personne ! Nous saluons son mari, Talak, Nepalais !

Nous sympathisons rapidement et nous installons . La soirée sera excellente, on essaiera vaienement d'installer le GPS de Tallak sur l'ordi du refuge (1 h 1/2 à discuter en allemand Anglais et Français, sur les notices (en allemand) , les logiciels en allemand ou anglais, chercher le driver, verifier le pilote....

 

Un bon repas

 

Le renard du refuge, vient nous rendre visite

L'ambiance est geniale et je suis bien content de rester 2 jours dans ce petit  paradis !

 

Je réserve mon tour de vaisselle pour le lendemain !...

 

A suivre

 

 

Photo

 

P1000961Au petit matin, les cordées filent vers le Sustenhorn

Ca ne sera pas notre cas !

 

P1000966

En direction de la  Tierberlucke

 

 

P1000970Tierberglihütte

 

 

P1000981La Tierberglucke coté Est (descente) bien platrée

P1010013

Descente du Steinhushorn, la Trifthütte est en face

 

 

P1010016Le couloir sous la Tierberglucke vu des pentes du Steinhushorn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Voir les commentaires

Raid Dammastock - jour 3 - Mittler Tierberg 3311 m

Publié le par Apoutsiak

C'est ce jour là que nous avons atteint l'apogée de la météo de cette semaine : il a neigé toute la journée.

 

Vidéo

 

 

 

Raid à ski en Dammastock : les liens

 

Jour 1 : Goschenen - Chenelalphütte

 

Jour 2 : Chenelalphütte Sustenlimi Tiberglihütte

 

 

Jour 3 : Mittler Tierberg 3311 m

 

Jour 4 : Tiberglihütte Trifthütte par la Tierberglucke et le Steinhushorn 3121 m

 

Jour 5 : 4 sommets : Diechterhorn 3389 m -Tieralplistock 3383 m - Dammastock 3630 m - Wysse Nollen 3398 m

 

Jour 6 : Trifthütte Realp par le Rhonestock 3589 m et le Glacier du Rhôn

 

 

 

topo

 

6km 500 - 700 m de déniv 4 heures aller retour

 

de Tierberglihütte

Prendre la rampe qui monte sous le Gwächterhorn pour atteindre la Chelen lucker 3202 m et le Tierberglimi, de la gangner le Mittler Tierberg 3311 m

 

 

 

 

Fichier GPS au format GPX

 

Raid à ski Dammastock fichier GPS au format GPX

 

 

Récit

 

 

 

 

Après la pluie du premier jour, et la tempête du second, la journée était annoncée la pire de la semaine, à l'avance nous savions qu'elle serait longue !

Nous avons déjeuné à 7 heures, et les minutes, que dis je , les secondes commençaient à s'egrener, très lentement. A 9 heures, il n'est que 8 heures. Je plonge dans mon bouquin, je sais que sans doute nous allons devoir rester  toute la journée dans le refuge. Dehors c'est la neige et le vent ! je surveille la pendule 8 h 17.... 8 h 18. Le temps a ralenti, ça va être long. Anne est comme un pile, "il me l'avait pourtant bien dit, François, de ne pas partir, lui, il le savait qu'il ferait mauvais" "Bon ben ça va !" me dis je in petto " on va le savoir que François c'est le meilleur et que moi je ne suis qu'une brêle juste bonne à emmener des gens prendre des buts ...." 8 h 19. Qui s'amuse à ralentir le temps dans le grand cosmos ??? Ils ont du voir qu'on allait passer la journée à rien faire, alors ils s'ont ralenti la course générale du temps, pour voir notre réaction à nous , pauvres mortels .... 8 h 20, je remonte au dortoir, dehors, il neige , il y a près de 40 cm de fraiche, visibilté.... 10 mètres, quand tout va bien !

Je bouquine, et finis par s'assoupir ( je vais pas vous décrire chaque minutes tout de même, ça serait trop long, d'autant plus qua ce furent de longues minutes.

Une bonne sieste avant le repas.

Le repas parlons, depuis hier, on a commencé à se rationnner, on a entamé les vivres de courses. A midi, c'est 20 grammes de fromage (un excellent Comté), 40 grammes de tomates séchées d'Anne (c'est pas bon mais bon , quand il n'y a que ça on en mange... et dire qu'elle apprend ça en lisant ces lignes...) et un mélange noix de cajou noisette....

Ca ne fut donc pas un grand gueueleton.

A notre grand étonnement, les différents groupes se préparent ( à redescendre ?) on se demande pourquoi ...

Même les espagnols, les moins téméraires d'après nous tentent une sortie, tandis que je pensais opérer une rentrée dans ma couchette...

Je vois qu'il filent vers un sommet proche, et propose à Anne de sortir. Le gardien nous conseille le Mittler Tierberg, comme les autres , plus facile pour surveiller toutes les cordées lui fis je remarquer !

Et nous voilà dehors, la visibilité est un peu meilleur, mais il y a du vent et il neige.

Nous partons , d'abord moi devant, avec Anne quasiement sur l'arrière de mes spatules. A l'occasion d'une pause photo, elle me dépasse et me largue, ça commence à devenir une habitude... Nous doublons les Espagnols dans une purée de poix. et croisons les 3 Suisses qui descendent déjà, n'ayant pas le temps  de leur passer commande, de toute façon on avait pas le catalogue !  (voici un sale jeux de mot sur les 3 Suisses....)

Nous poursuivons, devant il y a deux costaux qui font la trace dans 50 cm de poudre tassée... Nous les rejoignons vers 3100 m, visiblment ils font demi tour.

Je me retourne pour voir les Espagnols à 50 m de moi, à peine visible...

nous décidons de poursuivre vers le haut. Et oui, nous avons mon GPS (sans la trace, malheureusement je ne comptais pas aller sur cette bouse) mais avec le point GPS du sommet, ça, je ne le sais pas encore...

Anne trace, ben oui, elle est 10 fois plus en forme que moi, alors je ne vois pas pourqoui, je tracerai... Moi j'essaie de diriger les opératinos de l'arrière. Jour blanc total, et encore je suis derrière avec Anne comme repère visuel. Quelques grosses crevasses nous servent de repère (et quel repère...) puis une grosse barre de sérac au dessus de nous ... premier repérage à la carte pour voir où nous en sommes.  Nous voyons au lon une barre rocheuse, toute la difficulté consite à rejoindre le col en descendant un peu (mais pas trop) et au bon endroit.

Nous resortons al carte à son approche. Discussions, on se met d'accord sur la suite, mais au moment de ranger la carte, on la lache tous les deux. Elle fait ziiiiip sur la neige bien dure, ah oui, une carte dans une pochette plastique, ça fait ziiiiip sur la neige dure. On la voit disparaitre 10 mètres plus bas dans le blanc .... impossible de savoir si elle est allée très loin ou pas. Et M...., en plus on avait toute les cartes du raid  dans la pochette.

Bon on a eu le temps de mémoriser la suite, et en plus je me rends compte que j'ai le point du sommet sur le GPS.

On repart, J'essaie de guider Anne au GPS mais elle a tendance à ne pas aller droit. Ce qui m'oblige à lui faire prendre un 90° à gauche pour la remettre dans l'axe du sommet ( vous avez qu'à regarder sur le fichier GPS, vous verrez au niveau du col, une manoeuvre originale... En fait Anne elle a tendance à tourner à droite légèrement quand elle va tout droit !!!

Nous butons sur le bastion sommital. C'est parti pour la série de converson. On hésite, la pente est raide, mais nous finissons par arriver sur une crête sommitale. Un leger merdouillage plus loin, Anne arrive à ce qui semble être le sommet, je vérifier sur le GPS, c'est bien ça. Ca nous rappelle le sommet de la Dent d'Herens l'été dernier où nous avions vérifié que nous étions au sommet à l'aide du GPS (on savait pas si on était sur une antécîme...)

 

On fait une courte pause, heureux d'avoir atteint ce petit sommet.

 

et c'est parti pour la descente, on laisse les peaux pour la première partie

on rejoint le col en suivant un peu nos traces et beaucoup le GPS...

Puis, plus de trace. le vent a tout balayé

On remonte à hauteur du sérac pour enlever les peaux.

Puis c'est la descente pourrie dans le jour blanc  où on ne peut pas vraiment se lacher parce qu'on ne voit rien.

On en profite vraiement pas, mais on finit par retrouver les traces et le  refuge.

Ca nous aura occupé l'après midi, cette petite histoire, ça, c'est bien cool !

 

Soirée occupée au séchage du matos dont les peaux qui commencent à monter de grand signes de faiblesses au niveau de la colle....

 

P1000924

Au dessus du refuge

 

P1000933

Là , il faisait encore plus pourri que pourri

 

 

P1000934

Au sommet

 

P1000936

Au sommet

 

P1000938Cordée victorieuse, sous la neige

 

Voir les commentaires

Tour du Dammastock (3630 m)

Publié le par Apoutsiak

  6 jours en Dammastock

avec Anne

 

 

Raid à ski en Dammastock : les liens

 

Jour 1 : Goschenen - Chenelalphütte

 

Jour 2 : Chenelalphütte Sustenlimi Tiberglihütte

 

Jour 3 : Mittler Tierberg 3311 m


Jour 4 : Tiberglihütte Trifthütte par la Tierberglucke et le Steinhushorn 3121 m

 

Jour 5 : 4 sommets : Diechterhorn 3389 m -Tieralplistock 3383 m - Dammastock 3630 m - Wysse Nollen 3398 m

 

Jour 6 : Trifthütte Realp par le Rhonestock 3589 m et le Glacier du Rhôn

 

 

 

 

 

 

 

Jour 1

 

 

Goschenen - Chenelalphütte

sous la pluie battante !!!

 

 

P1000889

 

 

 

 

Jour 2

 

Chenelalphütte Sustenlimi

Tiberglihütte

But au Sustenhorn

 

P1000909

 

 

 

Jour 3

 

Mittler Tierberg 3311 m


P1000938

 

 

 

 

Jour 4


Tiberglihütte Trifthütte

par la Tierberglucke et

 le Steinhushorn 3121 m

 

P1000981

 

 

 

Jour 5


4 sommets


Diechterhorn 3389 m

Tieralplistock 3383 m

Dammastock 3630 m

Wysse Nollen 3398 m

 

Nuit à Trifthütte

 

P1010072

 

 

Jour 6

 

Trifthütte Realp

Rhonestock 3589 m

Glacier du Rhône et Furkapass

 

P1010275

 

 

 

Voili voulou...

A suivre donc ...

 

P1010191

Voir les commentaires

Raid Dammastock - Jour 2 - Chenelalphutte Tierberglihutte Sustenlimi

Publié le par Apoutsiak

Ou but au Sustenhorn 3509 m...

 

 

Raid à ski en Dammastock : les liens

 

Jour 1 : Goschenen - Chenelalphütte

 

Jour 2 : Chenelalphütte Sustenlimi Tiberglihütte

 

Jour 3 : Mittler Tierberg 3311 m


Jour 4 : Tiberglihütte Trifthütte par la Tierberglucke et le Steinhushorn 3121 m

 

Jour 5 : 4 sommets : Diechterhorn 3389 m -Tieralplistock 3383 m - Dammastock 3630 m - Wysse Nollen 3398 m

 

Jour 6 : Trifthütte Realp par le Rhonestock 3589 m et le Glacier du Rhôn

 

Topo

 

 

6 km 700 -    840 m deniv + 395 m deniv - 2 h 52 (hors Sustenhorn)

 

de Chenelalphutte, gravir les pentes dominant le refuge (un peu raide), rejoindre les environ du point 2592 m

rejoindre le Brunnenfirn et le Sustenlimi 3129 m

 

remonter alors les pentes Est pour gagner le Sustenhorn 3503 m

 

Du sommet, rejoindre le Sustenlimi

passer sous le Rostock et la petite combe sous l'éperon rocheux en dessous de 3000 m et gagner la Tierberglihütte (SAC) 2795 m

 

Carto fichier GPS.


Fichier GPS au format GPX

 

Le récit

 

Ambiance fraiche à la Chenelalphütte, le poêle qui fonctionnait à fond la veille, s'est rapidement éteint cette nuit, et il fait frais et humide (ça nous change de la veille....)

Anne prend son temps pour déjeuner, moi avec mes deux tartines et on part, je suis rapido d'attaque... Il a neigé, et le lever de soleil est assez chouette !

 

Ca y est on est parti. Anne est devant, il fait froid, la neige parrait dure, la pente raide, j'ai presque envie de mettre les crampons, elle me regarde comme un extraterrestre, "mais ça passe ! " Elle ne met même pas les couteaux, je suis carrément humilié , oui, parce que moi, j'ai mis tout de suite les couteaux...

La pente est raide, et elle file, à fond, sans les couteaux dans une neige bien gelée. Nous nous elevons au dessus du refuge, enneigé ce matin.

Je ne parviens pas à réduire la distance qui me sépare d'Anne. Tant pis, il faut se rendre à l'évidence, elle a plus la caisse que moi, et je poursuis à mon rythme. Nous avons droit à quelques belles éclaircies ce matin. Le vent forcit plus on monte. A l'approche du Sustenlimi, on se rend compte que c'est la tempête. Une fois passé le col c'est l'horreur. D'énorme bourrasques de vent balaye  ce col-plateau. Je me souviens de la météo à présent : 175  à 2000 km/ h de vent annoncé au Jungfraujoch à 3500 m et le Sustenhorn culmine à 3500 m . Ça s'annonce bien. Je décide vite de ne pas monter ! A notre droite une cordée de 2 file vers le sommet tandis qu'une autre de trois est balayée par le vent, les skieurs perdent l'équilibre et tombent comme des pantins....

Nous enlevons les peaux, et décidons de filer vers le refuge. Le plateau est plein de vaguelettes dures, difficiles à skier. il faut chercher les endroits plats. Une petite combe avec du bon ski puis un grand plat et la Tierberglihutte est déjà là, il n'est que 10 h du mat. Anne est énervée, on avait prévu de faire le sustenhorn et de filer jusqu'à la trifthütte , et là au bout de seulement 3 h de progression il faut glandouiller au refuge, et la journée de demain est annoncée mauvaise....

Nous expliquons la situation à la gardienne qui parle allemand et un peu anglais. Pour moi c'est un peu un havre de paix, depuis ce matin je n'avais pas la caisse. Je propose à la gardienne de l'aider si elle a besoin d'aide, elle me fait comprendre que ça n'est pas nécessaire. Nous nous installons, il n'est que 10 h, la journée va être longue, très longue... (en plus demain est annoncée la journée la plus pourrie de la semaine, je vais me  faire agonir par Anne ! )

 

Nous grignotons à midi en essayant de nous rationner car nous avons pris 2 jours de retard en une journée, le repas est frugal : quelques baies glanées dans nos sacs, quelques fruits secs... Nous entamons l'après midi le ventre vide par une longue sieste et une séance de bouquinage. Pour ma part c'est le livre femme de dictateur assez facile à lire tandis qu'Anne lis un bouquin en anglais, la classe !

Les autre cordées rentrent victorieuse du Sustenhorn malgré le vent pas si fort que ça au sommmet !!!

 

A suivre...

 

Vidéo

 

 

 

Photo

 

P1000901Lever de soleil sur le Dammastock depuis la Chenelalphütte

 

P1000904La Chenelalphütte

 

 

P1000906

en route pour le Sustenlimi

 

P1000909Tempête sur le Sustenlimi

Voir les commentaires

Raid Dammastock : Jour 1 - Chenelalphütte

Publié le par Apoutsiak

Une belle journée de montagne sous des trombes d'eau !!!

 

P1000889

Raid à ski en Dammastock : les liens

 

Jour 1 : Goschenen - Chenelalphütte

 

Jour 2 : Chenelalphütte Sustenlimi Tiberglihütte

 

 

Jour 3 : Mittler Tierberg 3311 m

 

Jour 4 : Tiberglihütte Trifthütte par la Tierberglucke et le Steinhushorn 3121 m

 

Jour 5 : 4 sommets : Diechterhorn 3389 m -Tieralplistock 3383 m - Dammastock 3630 m - Wysse Nollen 3398 m

 

Jour 6 : Trifthütte Realp par le Rhonestock 3589 m et le Glacier du Rhôn

 

 

Topo

 

16 km 1350 m déniv - 5 h 30 ( 185 m de deniv négatif !)

 

De Goschenen (accessible en train)

Se rendre à Abfrutt (accessible en voiture) à 2 km de goschenen dans le Chenelalptall

. Se garer là ou plus haut, si la route est ouverte (avalanches)

Remonter la route pour rejoindre le Jantelbodel : plateau sous le lac.

Remonter la voute du barrage pour sortir à droite (Nord)

Rejoindre le point 1951 m sur la CNS

avant de poursuivre à flanc et redescendreau Vorder Roti  1836 m

suivre le ChenelReuss (vallon) , jusqu'au point 2043 m

De là plein Nord en direction de la Chenalphütte (ski sur le sac pour nous)

 

Carto fichier GPS

 

Fichier GPS au foramt GPX

 

 

Récit

 

La météo de la semaine etait toute pourrie pour l'ensemble de la semaine et sur toutes les alpes !

Anne m'avair rejointe , et nous cherchions le lieu où il ferait le moins pourri... J'avais jeté mon dévolu sur la région d'Andermatt que je ne connaissais pas. J'étais le chef, et c'est moi qui emportait la édécision, nous supporterions la météo pourrie... à Andermatt

 

11 h 30, Dimanche 29 Avril. Nous nous retrouvons au dessus de Göschenen. Les premières gouttes de pluis frappent le pare brise, annonçant la suite, le sourire au lèvre. (Z'avez jamais vu le sourire d'une goutte de pluie)

Nous pique niquons dans une sorte de garage, à l'abrit de la pluie. Sandwwitch au jambon, Kouglof de Anne qui a ainsi étreiné son moule à Kouglof. On se baffre, on s'habille, on visite rapido la petite chapelle de Abfrutt, dont l'autel est défendu par Saint Pierre et Saint Paul, et on est parti... Il pleut.

Anne commence par râler : il pleut, le sac est lourd et il faut porter les skis pour une distance inconnue. J'essaie de rester optimiste.On commence par un long plat, puis la route s'élève. Nous croisons des voitures de locaux ui eux, ont le droit de l'emprunter, nous on est bon pour se taper les 6 ou 7 km à pied, sous la flotte. A la fois on a signé. Anne commence déjà regretter de ne pas avoir suivi les conseils avisés sde son pote François du CAF de Paris : renoncer !!!

Pour am part, j'aime me retrouver en montagne, c'est toujours mieux lorsquil fait beau, mais on arrivera toujours àa faire quelque chose...

On arrive enfin sous le barrage, il pleut de plsu en plus, on chausse les skis, les peaus sont rapidement trempées.

Nous remontons la voute puis basculons à droite (rive gauche pour les ignares) Il pleut de plsu en plus. Il faut traverser la route, Anne merdouille en descendant et se cogne dans un panneau !!! Elle rale, déjà que le moral n'était pas au beau fixe. On poursuit au dessus. Je la guide au GPS , ce qui a le don de l'énerver. ell aime voir sur la carte ce que l'on fait. Et moi je lui dis juste : un peu plus à gauche, un peu plus à droite, Tel Tournesol et son pendule....

Le vetn s'ajoute à la pluie. Ma goretex neuve, gagnée on concours cham3s me protège bien ce qui n'estp lus le cas de mon pantalon millet, je suis humide du bas... (à interpreter comme on veut...)

Bon, Anne, elle a pas gagné au concours vidéo Cham3S, et comme elle a du vieux matos, elle est complètement trempée !

Après la descente au bout du lac, il faut remonter le ruisseau de Chenel, très long. Je n'ose annoncer les kilomètres qu'il reste à parcourir à Anne. Par moment j'enlève ma capuche pour écouter le bruit de la montagne, mais 1 ou 2 minutes maximum plus tard, il me faut la remettre : il pleut trop.

Je monte en chantant singing in the rain, pour me donner de l'entrain, la chanson est judicieusement choisie dans le répertoire.

 

Anne est devant, j'essaie de faire mentalement le calcul de la localisation du refuge., le GPS m'indique 1 km 7000 à vol d'oiseau, Anne est à 80 pas devant moi (oui, j'ai compté!) Je fais des pas entre 50 cm et 1 m (oui, c'est pas très précis , mais je n'ai pas emmené de décamètre avec moi)... combien de fois la distance Anne-Moi dois je parcourir pour atteindre le refuge ???

Bon ben moi j'ai conclu que ça ne serait plus très long.

30 minutes plus tard on mettait les skis sur le  sac ( toujours sous la pluie)

Anne filait devant (bon, à ce moment là, je pensais que je pourrais encore faire illusion et faire la trac epar moment, la suite me donnera tort ) et 1/2 heure plus tard on se retrouvait dans le refuge.

Je partais en quête de neige à faire fondre, Anne allumait le feux, opération maxi sechage.

 

Il faut préciser ici, que le tirage du poelle de la Chenelaphutte n'a que deux positions : zero, nul, éteint, hyperfroid et à fond, étuve, maxi chaud, son hamam et tout le tuttim.

Nous avons opté pour la position 2, consommatrice en bois qu'il faut aller régulièrement chercher dans l'entrée, mais confortable et idéale pour secher deux alpinistes trempés !

Repas aux chandelles et couchage d'abord couchette du  haut (trop chaud) puis couchette du bas (trop froid)

Il n'y avait pas d'étage intermediaire, dommage.

Je m'endors tout de même comme un loir.

 

A suivre....

 

P1000892

 

P1000901

 

Voir les commentaires

Ski de rando - Bernina - Passo di Sasso Rosso 3504 m

Publié le par Apoutsiak

Traversée refuge Marinelli AlpGrüm

Bivouac Pansera 3549 m


La descente de rêve !

 

Topo

 

Etape à n'entreprendre que par bonnes conditions et bonne visibilté !

Le fichier GPS fourni ci dessous peut s'avérer utile !

 

Du refuge Marinelli (2813 m) rejoindre le passo Marinelli Occidentale (3014 m)

Traverser à flanc le Vedretta di Fellaria en passant sous le point 3213 m (CNS)

Remonter le glacier d'abord coté rive droite puis rive gauche pour arriver au Passo di Sasso Rosso

Posibilité d'aller visiter le charmant bivouac Pansera  3549 m

traverser l'Altiplano di FEllaria  en direction Est pour basculer au Nord du poitn 3329 m de là, descente au mieux du Vadret da Palü

Vers 2650 m tire au Nord (à gauche du glacier) pour trouver le couloir à la limite de la morraine gauche (attention on accède au lac par le Nord !

Descendre donc le couloir  et traverser plein Est (plat) pour rejoindre le val da Canton. descendre par des petits couloirs  jusqu'à l'acqua di Palü  puis direction le nord du lac du Palü 1923 m

De là, remonter par le chemin forestier à Alp Grum 2091 m

 

Ascension : 670 m

Descente :  1700 m

Distance : 16 km

 

 

Carto Fichier GPS

 

 

Fichier GPS de l'étape Marinelli Alp Grum au format GPX

 

 

Fichier GPS au format GPX du raid en Bernina (complet)

 

VisuGPX de l'étape

 

 

Récit

La Descente de rêve !

 

 

 

Après l'amer déception de la veille (traduction littérale de bitter enttäusch) j'avais laissé mes deux acolytes décider de mon sort ! Et le jugement avait été sans appel, nous descendront sur Alp Grüm.

 

Sophie m'avait bien vendu le parcours : une descente exceptionnelle dans un cadre inédit et dans une neige de rêve. Inoubliable ! Je ne regrettrais pas ! A coup sûr.

 

P1010536Petit Papillon au dessus de Passo Marinelli Orientale

 

Cette descente, la préparation psychologique avait été longue. Les Marseillais de Coaz en avait parlé et l'idée avait fait son chemin chez Steph et Sophie. Moi, je souhaitais garder 2 jours pour Marco e Rosa et mon objectif ultime : LA BERNINA. Ce projet me laissait donc de marbre. Mais à force de persuasion sournoise, l'idée faisait son chemin en moi, et ce matin là, de guerre las, je cède.

Alors que mon idée de départ était de faire la traversée du Piz palü intégrale, descente par Morteratsch (magnifique programme vous l'avouerez) , je ne propose même pas mon idée. En plus ça permettait de faire le Palü par beau temps, ça aurait changé !...

 

P1010539  P1010541
 Steph  Sophie


 

Nous avions rentré des points GPS, suivi les conseils vaseux (peut être trop...) et imprécis du gardien, photographié au zoom maxi la partie de carte qui nous manquait. Cette descente devait se faire les doigts dans le nez... en gros : No soucy !

 

P1010694Départ du refuge Marinelli

 

Dernier lever (vers 6 h 30, quel luxe) déjeuner avalé, et hop sur les skis, reste à attendre Steph le petit papillon... 3 battements d'ailes plus tard, le voilà, appareil photo en bandoulière. Lever de soleil, mitraillage en règle. Couteaux acérés nous remontons au passo Marinelli orientale.  Le soleil se lève dans une belle ambiance, mitraillage photographique. Le moral est bon, nous remontons  le glacier. Steph, aujourd'hui, a la caisse, il nous largue. Je vois Sophie qui fatigue un peu dans la montée sur l'altiplano. e vent nous accueille avec de belles bourrasques. Au col ( passo di Sasso Rosso) , je propose de faire une visite du bivouac Pansera et en 3 minutes chrono, je suis à lui. Son confort m'impressionne : 4 places couvertures gaz et table dans un univers réduit mais dans un cadre magnifique !

 

P1010542

Le glacier à remonetr et le Passi di Sasso Rosso

 

P1010546

Sophie - les cours de photo de la veille portent leurs fruits !

 

P1010555Du monde sur le Piz Palü

 

P1010730Dans le bivouac Pansera (CAI) il y a ...

 

P1010732Sur le petit somemt voisin

 

Je poursuis jusqu'au petit sommet voisin. Observation des cordées à la file sur le Piz Palü. Puis retour au ski, dépeautage et c'est parti pour la descente de REVE ! (ou annoncée comme telle !

 

Bon, au départ, il y a du vent, non pas une petite brise , un gors vent bein puissant qui rend la descente en faux plat descendant bien désagréable et te repousse quand tu es à l'arrêt.  ... pour le rêve... faudra sans doute repasser un jour sans vent. Début de descente sur le glacier du Palü. dans les bourrasques et la neige dure vaguelée par le vent. Sophie se brûle les joues dans le vent. On skie quand on peut... et on peut peu !

Nous croisons deux ascensionnistes.La neige est dure, hésitation, faut il attendre qu'elle décaille nous décidons que non. 3 virages en neige correcte et voilà déjà la bonne soupe avant de rechercher le couloir  vers 2700 m. Alors là, c'est le bouquet, le gardien nous avait indiqué un couloir un peu centrale, légèrement rive gauche, les traces mènent et à gauche. On hésite, les traces semblent passer dans un mélange de neige de terre et de caillou peu engageant. Demi tour, observation de ce qu'on peut observer (au dessus des barres, c'est pas facile) Sophie finit par y aller (en fait c'est tout à gauche le long des cailloux ) ça passe, la semelle des skis n'aime pas ! Descente de rêve : tout en dérapage dans une neige jaunie par la terre et parsemée de cailloux avec deux conversions : une en haut une autre en bas. Sophie, on n'a pas la même notion de la descente de rêve.

 

P1010740Début du passage ultrapourri, bien significatif de cette descente de rêve...

 

Pour la suite, le gardien nous a indiqué que ça passait rive gauche par le chemin d'été !

La trace part à droite, nous la suivons pour nous apercevoir qu'à gauche, ça passe par des barres ! donc ça ne passe pas ! Merci gentil gardien ! c'est vrai que lorsqu'il nous a décrit la chose, il nous avait parut assez imprécis, mais là, on allait un peu au casse pipe quand même !

 

Bon à présent, la neige de la descente de rêve, c'est de la soupe infâme. Il faut se méfier de toute pente un peu raide. un petit couloir par ci, un autre par là en neige dure traffolée, un peu (beaucoup) de grosse  soupe, et un long plat sans fin (avec des mélèzes qui ont bien plu à Sophie) et la descente de rêve s'achève. Elle s'achève même parfaitement car il faut repeauter dans une trace raide pour remonter à la gare d'alp Grüm. Joie de la descente de rêve dans cette remontée (alors que nous aurions pu être les rois du monde au sommet du piz palü... chacun son truc) Bref 25 minutes de remontée à ski puis à pieds les skis sur l'épaule pour atteindre la gare, perdue au bout du monde !  avec un train toute les demi heures, c'est pas la classe ça ?

Steph le petit papillon me rejoint, puis Sophie vendeuse de vent !

 

Merci pour cette descente de rêve inoubliable. Je ne le referai jamais pour rester sur ces excellentes sensations !

 

P1010742Sous le passage pourri (dans le topo nommé couloir...)

 

Le train tout confort nous ramène à Diavolezza dans une bonne ambiance qui ne nous aura guère quitter cette semaine !

 

 

 

 

 

 

Raid à ski en Bernina 2011

 

Les liens au jour le jour

 

J1 : But au Munt Pers


J2 Piz Palü

cabane Diavolezza - cabane de Boval

 

J3 Piz Tschierva 

cabane de Boval - cabane Coaz

 

J4 Il Chaputschin

 

J5 Fuorcla da la Sella

cabane Coaz - refuge Marco e Rosa

 

J6 terrasses de Bellavista

refuge Marco e Rosa - refuge Marinelli

 

J7 Passo di Sasso Rosso

Refuge Marinelli - Alp Grüm 


Voir les commentaires

Ski de rando - Bernina - Terrasse de Bellavista

Publié le par Apoutsiak

Topo

 

De la cabane Marco e Rosa (3597 m), traverser le uorcla Crast Agüzza, Traversée en direction des Terrasses de bellavista (crevasses - séracs) que l'on atteint par une petne raide et crevassée !) Suivre les terrasses (Est Nord Est)  et basculer sur la Fuorcla Bellavista au bout des terrasses (ne pas remonter vers la crête !

Rejoindre le passo di Sasso Rosso sous le bivouac Pansera. Rester d'abord à rive gauche du glacier puis à droite , passer sous le point 3213 m pour rejoindre le passo di Marinelli Orientale puis passo di Marinelli Occidentale 3014 m .

Descendre sur le refuge (Sud Ouest)

Rifugio Marinelli (2813 m)

 

Déniv ascendant 310 m

déniv descente 1082 m

Distance 10 km 600

 

Carto fichier GPS

 

 

Fichier GPS au format GPX du raid en Bernina

 

 

Fiche visuGPX de la journée

 

Récit

 

Traversée refuge Marco e Rosa - refuge Marinelli - But à la Bernina

 

"Et là, c'est le Drâme !"

 

 

 

Petit retour en arrière (pour plus de détails consulter l'article complet ici)

Notre arrivée à Marco e Rosa fut fraiche (1°C dans le refuge) et le vent s'était levé. Les Suisses Allemands avaient réussi le sommet et nous avions passés la nuit, les uns sous les couvertures (5), les autres à la fenêtre pour profiter du soleil (et sous quelques couvertures également...)

Vint l'heure du coucher, je me glissais sous mes couvertures, un petit coup de MP3 pour amorcer la nuit (Vive feux l'émission 2000 ans d'histoire !)  et tentative d'assoupissement dans le froid. Plus le temps passe plus le vent forcit. Et ce refuge qui est arrimé par des câbles tout rouillés. Si l'un d'eux cède, on nous retrouvera dans le refuge, 500 mètres plus bas... en miettes. Perspective peu aguichante...


P1010617

 

Bref je dormais mal, le vent continuait de forcir, enlevant le peu de calories du refuge.  Et il fallait qu'il s'arrête à la fin de la nuit. Sa persistance nous priverait de sommet (il était difficile de se tenir debout dehors !)

 

Je commençais à réciter  quelques prières et allumais quelques cierge, espérant faire tourner la volonté divine (et le vent par la même occasion). Cela n'y suffit pas, je sacrifiais un choucas (faute de poulet) pour lire dans ses entrailles et me prédire un avenir radieux à court terme (pour court terme, j'entendais 24 heures, ça me suffisait)... En matière d'entrailles, je ne voyais qu'une vilaine coccidiose entière, mais rien qui m'indiquait une ascension  aisée de la Bernina... Je me mis à danser autour de la table, la danse du beau temps, je ne sais si je pris le bon rythme, mais rien n'y fit, le vent violent persistait.

Dire que ce sommet était la raison de ma venue dans ce massif lointain... Le raid n'était qu'un prétexte à cette ascension et voilà que le sommet allait me passer sous le nez... à 400 mètres de celui-ci... les boules ! Je commençais à regretter de n'avoir pas fais une reconnaissance poussée avec les Suisses Allemands. Je serais à présent un summiter sans pression...

 

Il fait froid, et je décide de me couvrir (5 couvertures ça ne suffisent  pas !) je rajoute un pantalon et ma doudoune grands froids, sans compter les boules quies pour éviter le vent ! 

 

P1010620

 

La souricière

L'idée me vient, insidieuse, nous sommes dans une souricière : dehors le vent peut nous empêcher de quitter notre frêle esquif. 

Impossible de redescendre le couloir par ce vent ! le chemin d'été lui, n'est pas déneigé et est scabreux, la descente sur le glacier de Morteratsch est crevassée à loisir et nous ne la connaissons pas. L'accès aux terrasses de Bellavista passe par le col balayé par le vent... Nous sommes peut être dans une souricière si le vent ne faiblit pas.

 

Le jour point, le vent est là, terrible. Que faire ? Je finis pas me lever. Il fait -3°C dans le refuge ! L'eau a regelé ! Tout est froid et humide. Je refait fondre la glace et m'habille. J'enfile mes chaussons de ski, froids et humides, quel délice. Le pied droit gel, et j'aurais l'onglet pendant quelques heures ! Bonheur, joie ...

Petit déj, nous décidons de nous enfuir par les terrasses de Bellavista ! La Bernina nous rejette. Petit dej, les Suisses quittent le refuge, nous les suivons des yeux par une petite fenêtre.

 

P1010626


C'est notre tour. Nous décidons de traverser le col en crampons, pour plus de sécurité. Je passe devant, Steph me demande de monter au dessus du refuge  plutôt que de passer au dessus du couloir avant de traverser le col. Dans le vent, nous avons du mal à communiquer.  Traversée du col, un peu plus loin on est abrité du vent et nous décidons de chausser les skis. Au loin, les suisses grimpent sur les terrasses.

Passage entre les séracs, Steph est repassé devant , nous sommes toujours encordés. courte remontée sous le Piz Zupo. Voilà l'accès aux terrasses, nous mettons les couteaux, c'est raide et crevassé verticalement. et la trace fait des Z bien sur la crevasse dans des pentes gelées .. miam... plaisir de se retrouver là.  Je suis bitter entausch, on vient de buter sur la Bernina peut être aurait du t'on attendre un peu. En plus il n'y a pas de vent ici, peut être n'y en a t'il pas non plus sur le sommet. Peut être que le col était plus venté que le sommet. Au loin la trace sur le 4000  me nargue, ça a l'ai si facile, elle ne passe même pas sur l'arête... Je boude, je suis aigri, on aurait du attendre... Ma déception est grande ! Absolue

 

P1010628

 

Ca finit par grimper. et voilà les terrasses de bellavista, magnifique vues de loin, moins quand on est dessus, c'est vase et un peu en pente, mais on ne voit pas grand chose ! Pause orientation pour décider du dépeautage... Nous redescendons vers le col de la Bellavista (Fuorcla de la Bellavista) Hésitation, les traces montent, on repeaute. Non c'est en bas... on redescend, finalement , Sophie s'avance, c'est là ! je la suis, et voilà le col , nous quittons les terrasses et ma déception, le vent est moins fort un peu en dessous, nous pouvons nous déshabiller (raisonnablement bien sûr !)!

 

P1010636 P1010642  P1010640
     

 

P1010645

P1010648

La suite consiste à descendre sur Marinelli sur l'altiplano di Fellaria. Le vent a créé des vaguelettes qui prennent les skis par moment pour les mettre dans leur sans... attention à la chute ! Nous passons au Passo di Sasso Rosso pour poursuivre sur le glacier du Vellaria. Il est relativement bien bouché et est en condition ! plaisir de skier ces pentes !  Nous filons vers le bas ! Un pause nous accueille avant le plat qui permet de rejoindre la passo di Marinelli Orientale, où nous retrouvons le monde ! en provenance de Boval. C'est l'orgie dans la descente sur Marinelli avec une vingtaine de skieurs qui dévallent à toute allure. Voilà le refuge accueillant, avec terrasse, musique italienne (puis Pink Floyd !), transats, chambre individuelle pour moi , poële, quel contraste avec le matin !

 

P1010653

P1010658  P1010667 P1010665
     

 

P1010669

Et sophie qui se met à gratter ses mémoires tandis que je m'attelle à secher le matos et à profiter du cadre...

Que vais je donc pouvoir écrire du raid ?

 

P1010674

 

 

 

 

 


 

Raid à ski en Bernina 2011

 

Les liens au jour le jour

 

J1 : But au Munt Pers


J2 Piz Palü

cabane Diavolezza - cabane de Boval

 

J3 Piz Tschierva 

cabane de Boval - cabane Coaz

 

J4 Il Chaputschin

 

J5 Fuorcla da la Sella

cabane Coaz - refuge Marco e Rosa

 

J6 terrasses de Bellavista

refuge Marco e Rosa - refuge Marinelli

 

J7 Passo di Sasso Rosso

Refuge Marinelli - Alp Grüm


Voir les commentaires

Ski de rando - Bernina - Fuorcla da la Sella - Refuge Marco e Rosa

Publié le par Apoutsiak

Topo


De la cabane  Coaz 2610 m Remonter les pentes au dessus du refuge (Sud Ouest) et gagner le Vadret da Roseg. Le remonter en traversée en passant sous la barre dont le sommet est coté 3075 m sur la CNS. Sur le Vadret da la Sella remonter les pentes peu raides et gagner la Fuorcla da la Sella 3275 m.

De là descendre sous le point 3243 m puis Nord sur le Vedretta di Scerscen Superior et ganer le pied du couloir qui mène au Fuorcla crast'Agüzza. Remonter le couloir (rimaye - pente 45 - 50°) et gagner le col de là, le refuge Marco e Rosa (3597 m)

 

Déniv ascendant 1225 m

Déniv descendant 280 m

Distance  10 km 400

 

 

Fichier GPS Carto

 

Téléchargement trace GPS au format GPX du raid en Bernina

 

 

Fichier VisuGPX de la journée

 

Récit



 

Le jour du fameux couloir Sud Est !

 

5ème jour de notre raid en Bernina

 

  P1010591

 

Le but du jeux de ce jour était simple : rejoindre le refuge Marco e Rosa

 

La veille au soir, Steph s'était montré sceptique : le couloir d'accès au refuge risquait de prendre le soleil et d'être ainsi avalancheux donc impraticable ! Stress lors du repas du soir, pression, adieu pour moi la traversée des Tschimels et du piz Sella que j'envisageais avant de gangner le refuge.

Pourtant le couloir me semblait sud ouest bordé par un éperon qui devait sans doute le protéger des affres du soleil !

 

La partie ne me parraissait pas gagner, steph semblait douter de nos capacités à réussir.

Le lendemain, bran le bas le combat et hop c'est parti derrière un groupe de Suisse Allemand qui monte à la Bernina directement sans s'arrêter à Marco e Rosa.

 

P1010564

P1010570

 

Nous les suivons à distance même si dans mon fort intérieur, il me semble qu'il serait judicieux de les garder en point de mire. Une pause pose de couteaux... une autre dépose... une nouvelle pause. Bref, on se fait larguer par les casques à pointe au rythme régulier. J'ai adopté ma technique favorite au sortir de l'oreiller : dans les traces de Sophie, à une spatule.

 

Nous progressons en dépit des pauses techniques, Steph papillonnait derrière... Je ne sais pas ce qu'il y a d'intéressant derrière, mais Steph a tendance à y passer  son temps (peut être du miel... ou plutôt du Nectar... va savoir !)

A un moment, je ne sais plus comment ça c'est passé, je me suis retrouvé devant, rien d'extraordinaire mais bon, quand je suis devant, depuis le début du raid, j'avance à mon rythme, et mon rythme, est quelque peu plus rapide que celui de Steph et Sophie...  Et j'avance, sous les magnifique calotte du Piz Roseg, sous les Tschimels et le piz Sella qui me narguent ...  longeant les crevasses, la fin de la montée est en faux plat , un trèèèès long faux plat. Je parviens à avoir en point de mire nos amis helvétiques.

Quant tout à coup, l'un d'eux s'arrête, au milieu du glacier pour une envie pressente : grosse commission. Impossible d'éviter ce spectacle d'apocalypse, je ne souhaite pas m'arrêter, ça casserait mon rythme, et il est là, au milieu du glacier, c'est à peine si la trace ne passe pas entre ses jambes raffermies par les températures glaciales de l'aube. Si elle y passait, elle n'y passera plus.  Les reliquats de sa pause dégouteront les successeurs de ce trajet malodorant ! Bref, je fixe mes spatules tentant d'éviter du regard la désolante apparition, mais il faut bien faire une conversion, je ne vais pas skier les séracs et crevasses adjacentes. Et là, c'est le drame, je me retrouve face à l'homme qui vient de terminer et qui essuies ses skis qu'il a du embourber de matières fécales. Le geste maladroit il passe son piolet sur la peau de phoque maculée d'un étron.  La scène est insoutenable, je fixe mes spatules, la nausée n'est pas loin.

 

Tandis qu'il se refroque, je le passe à distance. Steph et Sophie ont, grâce à leur vitesse, évités ce théâtre. et me mets dans l'idée de rattraper ses deux compères. Le col est bien plat et je finis par les avoir à peine devant moi, Mais plus léger, l'acteur de tout à l'heure me dépasse et me dépose, me laissant presque seul à l'arrivée au col.

 

P1010573

P1010584

Un petit sommet s'offre à moi, le lever de soleil m'attend à son apex ! Je monte, et mitraille la plaine. Sophie arrive au col, et me rejoint alors, je la mitraille dans l'aube aux couleurs magnifiques. Tout est beau à présent, je respire !

Steph loin, prend son temps, il nous attend au col et nous le rejoignons, pause bouffe et photos, les couleurs sont magnifiques.

 

Nous repartons ensuite sur le versant Est du col vers le bivouac Parravicini. Nous décidons alors de dépeauter pour traverser le Vedretta di Scerscen Superiore. Delà, on repeaute, comme d'hab, Steph traine un peu, je me demande s'il ne souhaite pas nous ralentir afin que les conditions du couloir ne se détériorent et ainsi avoir raison... "je vous l'avais bien dit ! ce couloir n'est pas en condition !"

 

P1010595

 

P1010602

 

Dépôt des skis, à mettre sur le sac, crampons au pieds, piolet, encordés, et c'est parti, les Suisse Allemand sont au quart du couloir quand nous partons, ils progressent lentement.

au départ, je pensais gravir le couloir en solo, mais-une grosse rimaye le barre, ne souhaitant pas stresser ou me retrouver au fond, je décide prudemment de m'encorder avec les autres (j'aime bien ce prudemment, il met en valeur toute ma sagesse !!! liée sans aucun doutes à mes quelques cheveux blancs !)

Je pars devant, Sophie est au milieu et Steph ferme la marche, encordement court, spécial couloir 45 - 50 °, adapté !

Le bas du couloir est en traversée gauche droite, à flanc, plus ou moins tracé, ça passe. Après un changement de coté salvateur, oui, les alpinistes vous le diront, on aimme bien changer de coté de temps en temps, parce que sinon c'est désagréable et on finit par choper des crampes , ou les muscles qui tremblent...

 

P1010608

 

Bref, nous progressons main droite à présent main droite amont et la trace devient verticale sous la rimaye. Je commence à monter, dré dans le pentu. La rimaye est gentille, elle se laisse doucement caresser du crampon sans opposer de résistance, elle  se montre consentante et me laisse passer. Nos prédécesseurs ont installés au dessus de celle ci une bassine pour s'assurer, l'organisation germanique sans doute. Mes partenaires, plus petis que moi, présente quelques difficultés, le pas étant un peu large, mais la rimaye bien lunée , elle, les laisse la franchir sans opposer de résistance farouche. La suite est plus raide, 50° environ, dans une neige agréable, un peu dure, mais solide. Je retrace quelques marches quand je sens que Sophie fatigue (mais pas trop, faut pas exagéré quand même, je ne suis pas Burgener moi !). La tension monte entre mes deux compagnons de cordée quant la corde n'est pas correctement en place entre eux deux ! Nous finissons par sortir, au soleil du col. Sophie me pousse à continuer dré dans le pentu plutôt qu'à opérer une sortie à flanc dans la trace (qui aurait judicieusement permis à mes mollets de se reposer mais bon.. ce que femme veut ...  Je m'exécute donc. Je sens Sophie fatiguée, mais le refuge perché en bord de col est là !

 

P1010606

 

 

Nous voilà devant la porte du refuge d'hiver accueille par un vieil alpiniste de passage. A l'intérieur il fait frais, les 3 Suisses Allemands sont déjà en train de se préparer pour l'ascension de la Bernina. Je vide mon sac. Quand ils partent, je me demande si je ne dois pas regretter dene pas leur enquiller le pas. Les dés sont jetés comme dirait César devant le Rubicon ! Ben moi, je ne l'ai pas franchi le Rubicon, on verra le résultat demain !

 

Dans le refuge, la femme de l'autre qui nous a accueilli dehors, est tout habillée avec une couverture en plus pour se réchauffer... Il fait 1°C dans le refuge alors que le soleil donne !

 

P1010614

P1010615

 

Dehors , lentement, doucement, mais incidieusement, le vent se lève. On n'a bien fait de ne pas y aller tout de suite, me dis je...

un hélico vient déposer au col deux héliskieurs , qui dévalent la pente en 3 minutes sous mes hués...

 

Nous nous étalons pour le pique nique, soupe au lardon y croûtons, miam, et je ne sais plus quel plat. Moi, après le repas gastronomique de la Diavolezza, je n'ai plus jamais retenu ce qu'il y avait dans mon assiette...

 

Courte sieste sous 5 couvertures, avec une en dessous, le matelas est hyper humide. Steph tente de se réchauffer prêt d'une fenêtre. Les conditions sont dures, mais pas insoutenables !

Les Suisse Allemand reviennent, fiers, leur tentative a été couronnée de réussite !  Sophie les interroge tel Klaus Barbie dans les prisons de Lyon... Nous savons tout, le vent, la trace easy, le timing sans problème, ça va la jouer tranquille ... si le vent baisse !

 

J'entends Steph et Sophie qui discuttent, elle lui fait part de ses doutes concernant sa capacité à atteindre le sommet, il la rassure, elle ne voudrait pas me faire butter, j'y tiens tellement à ce sommet, lui préférerai sans doute qu'elle vienne, c'est beau un petit 400 en amoureux, on dirait un peu des fiançailles.

Pourtant c'est vrai que ça me ferait Ch... de buter à deux doigts du sommet parcequ'une gonzesse a le vertige !!! oups excusez moi pour la digression au langage quelque peu familier !

 

Le vent est à présent hyper fort, il devient difficile de sortir du refuge (et d'en refermer la porte !) on tient à peine debout devant celui ci. Seul le coté Ouest du refuge  est un peu abrité du vent...

 

Dans le refuge, l'activité c'est préparer de l'eau en faisant fondre de la neige... Assez d'eau pour 3 personnes et pour 24 heures. Réchaud à fond et corvée de neige...

 

Le repas du soir arrive, la température à baisser, à 18 h 30 pétante, et après négociation (les tourteaux voulaient manger à 18 heures...) nous sommes à table. Poisson et riz Décathlon mode déshydraté ... un délice ! après une petite soupe... et au lit !

 

Nuit mode tempette de vent ! qui traverse les potentiels boules quies

-3°C au réveil... l'eau est gelée !

à suivre...

 

 

 

 

 

 

 

Raid à ski en Bernina 2011

 

Les liens au jour le jour

 

J1 : But au Munt Pers


J2 Piz Palü

cabane Diavolezza - cabane de Boval

 

J3 Piz Tschierva 

cabane de Boval - cabane Coaz

 

J4 Il Chaputschin

 

J5 Fuorcla da la Sella

cabane Coaz - refuge Marco e Rosa

 

J6 terrasses de Bellavista

refuge Marco e Rosa - refuge Marinelli

 

J7 Passo di Sasso Rosso

Refuge Marinelli - Alp Grüm 


Voir les commentaires

Ski de rando - Bernina - Il Chapütschin 3386 m

Publié le par Apoutsiak

Topo

 

De la chaman Coaz  2610 m

Partir à l'ouest et remonter les pentes qui mènenet à un large gouler  qui passe à pied (peut être parfois à ski) Remonter le Vadret dal Chaputschin  et gagner un épaulement, basculer versant Est sur le Vadrettin dal Chaputschin, remonter sous le sommet. Dépot des skis. Remonter le mixte facile et gagner le sommet (cairn)  3386 m.

 

Descente par le même itinéraire ou plus à gauche en bas du glacier.

 

Fichier GPS carto

 

Fichier VisuGPX de la journée

 

Fichier GPS du raid à ski en Bernina au format GPX

 

Récit

 

4ème jour de notre raid en Bernina

 

P1010484

 

La journée de la veille avait laissé des traces et à peine les skis pausés, Steph m'avait indiqué : De toute façon, demain, on redort ici !  J'avais compris à son ton , l'impossibilité de négocier, et me proposait dès notre retour à la maison de prendre contact avec le MEDEF et de proposer son nom pour les prochaines négociations salariales avec la CGT ou SUD !

 

P1010485

 

Bref, il fallait choisir entre le Chaputschin, le Piz Glutschaint, la Sella ou les Tschimels i Gemelli ! Après longue réflexion, nous optons pour le Chaputschin en traversée avec  possibilité d'enchainer avec le Piz Glüschaint (on peut toujours rêver). Les Marseillais se diviseront en deux groupes : l'un sur le Piz Roseg, l'autre vers le Gluschaint, sans certitude. J'essayaiy vainement de convaincre mes accolytes de nous diriger vers le prestigieux Roseg 3918 m, mais rien n'y fit, ni le fait de conquérir une calotte semblable à celle de la Verte, ni le fait d'approcher les 4000 (et de rentrer dans le club des gens qui gravissent les 3900 m...) ni la fameuse phrase de Monsieur Coaz en 1880 : "C'est au Roseg qu'on devient alpiniste !"

 

Je tombais dans les bras de morphée avec l'idée que demain serait une journée de repos, tranquillette.

 

Le lendemain matin.... ( le matou revient, je sais !... )

Nous sommes les derniers levés et les derniers sortis du refuge.

Au loin les caravanes de skieurs s'étalent sur le vaste cirque glacière.

Il fait gris bleu comme les jours de mauvais temps !

 

P1010516 (2)

P1010519 (2)

 

P1010524 (2)

 

Nous optons pour une montée assez directe, juste derrière la cabane. Je me mets dans les traces de Sophie pour terminer ma nuit. J'avance juste deux mètres derrière elle en ronflant. Je me rends compte, que je suis obligé de me réveiller lors des conversions (oui, elle ralentie) et lui propose alors d'accéler juste avant celles ci ce qui me permettrait d'arriver à la conversion sans m'arrêter et de garder le rythme ! Bon , elle m'a obéi un virage, dure loi du monde moderme où la femme n'obéit plus aux hommes....

 

Nous arrivons à un rétrécissement, Sophie mets les crampons, je l'imite, Steph décide de tenter le passage en couteaux. Ca passe niquel en crampons. Par contre pour le passage à ski c'est un peu ambitieux et Steph change de technique en adoptant la notre. Au dessus on rechausse, je souhaite laisser Sophie faire la trace, mais elle m'enjoint à passer. Une fois de plus, je m'execute.

 

P1010527 (2)  P1010530 (2)  P1010529 (2)

 

 

 

Bon alors là, il faut dire que je suis assez en forme, et je m'élève  à bonne allure dans la trace 'd'autant plus que les sacs sont presque vide, on redort à Coaz. Sophie est derrière moi  et Steph papillonne au loin ! Quand je dis papillonne, ça m'étonne, lui qui m'avait étouffé en faisant la trace dans 60 cm de poudreuse au Wildhorn, que j'avais eu du mal à suivre dans certains passages lors de notre séjour au Grand Mountet, il avance lentement mais surement. Je ne retrouve pas son pas léger ! Sophie m'indique  que la pause est réclamée par l'arrière garde. La règle est immuable,  : "La pause ne sera faite que sur un point haut, où la vue permet de voir la suite des hostilités et en aucun cas dans la pente sous le sus point haut préaléblement indiqué !" Suivant la règle, je lui indique que je compte monter encore un peu avant de m'arrêter.

Finalement, un peu avant le point  que j'avais pour objectif, je me pause, et oui, j'ai faim !

 

Sophie et Steph me rejoignent... Pause... et nouveau départ, je me cale à nouveau dans les pas de Sophie. Un petit col nous attend, nous le gagnon en déchaussant sur les deriers mètres. Avec le col, nous retrouvons le vent et le brouillard du Piz Palu, ambiance jour blanc , et rando à ski à l'aveuglette. Et l'on repart en direction du dépos des skis que nous atteignons rapidement. On met les crampons, on prend le piolet (a oui, l'idée de faire la traversée du Chaputschin nous a depuis longtemps quittée !) Je file vers la partie mixte (facile) à fond, et atteint le sommet dans le mauvais temps ! Je poursuis sur l'arête voir ce qu'il y a derrière (pour une éventuelle traversée) et revient attendre Steph et sophie qui ne tardent pas à arriver.

 

 P1010533 (2)

 

 

P1010534 (2)

Après les congratulations et photos d'usage nous décidons de redescendre. ce qui se fait sans problème, Steph me reprochant juste d'être monté par la trace et de ne pas avoir engagé plus en trçant une directissime dans les rochers branlants et non dégaégs du départ. Un peu peneau j'essayait une réponse du type, "le temps seul m'intéresse", je ne me trouvais pas très convainquant !

 

P1010539 (2)

P1010541 (2)

 

 

Premiers virages à skis sur neige peu homogène parfois croutée, parfois dure. peu agréable, nous rejoignons le col.  Et là, c'est le paradis, neige poudreuse délicate à skier, un vrai bonheur ! Seul Steph , ce scientifique rabat joie affirmera "Skiabilité 4/5 !"   Ben pour nous on hésitait entre 6 et 7 sur 5 !

 

 

 

Je décide de refaire la descente. Sophie et Steph souhaite retrouver le refuge au plus vite. Je laisse mon sac et remonte  au col rapido (300 m tout de même) De là, descente de rêve , mais un peu moins, la neige est un peu plus lourde sur le bas. Ce qui me fait décidé de ne pas en faire une troisième. En dessous c'est de la soupe infame. Jusqu'au refuge avec des trous inquétants. Après midi tranquille pendant que Sophie gratte ses mémoires, 12 pages par journée de ski tandis que mon piètre cerveau embrumé ne me laisse que la possibilité de regarder des photos de GEO en Allemand !

 

P1010546 (2) P1010549 (2) P1010554 (2)
     

 

 

 

 

Belle journée pour le ski, pas pour la vue

 

 

 

 

 

 

 

Raid à ski en Bernina 2011

 

Les liens au jour le jour

 

J1 : But au Munt Pers

 

J2 Piz Palü

cabane Diavolezza - cabane de Boval

 

J3 Piz Tschierva 

cabane de Boval - cabane Coaz

 

J4 Il Chaputschin

 

J5 Fuorcla da la Sella

cabane Coaz - refuge Marco e Rosa

 

J6 terrasses de Bellavista

refuge Marco e Rosa - refuge Marinelli

 

J7 Passo di Sasso Rosso

Refuge Marinelli - Alp Grüm

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>