Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #massif du mont blanc tag

Refuge Albert 1er - 2706 m

Publié le par Apoutsiak

Tel : 04 50 54 06 20

refuge 153 places
refuge d'hiver 30 places

Refuge avec une vue magnifique permettant de réaliser des courses diverses et variées !
Accueil impeccable compte tenu de la taille du refuge !

Demi pension 50 € 39 € avec carte CAF



Accès au refuge

été :
2 itinéraires possibles

Par la morraine !
1300 m de dénivelé
Partir du télécabine (pied) de la Balme et prendre le sentier des Granges, le seniter monte dans la pente des  Esserins avant de rejoindre la morraine ( fenêtre du Tour) de là remonter la morraine jusqu'au refuge.  (3 - 4 heures)

Par le col de balme.
Prendre le télécabine du Charamillon puis le télésiège du col de Balme
De là partir plein sud (sentier) sous la pointe du Charamillon et suivre le sentier Balcon qui passe sous la tête du Picheu. rejoindre la morraine au point 2484 m et le refuge par cette morraine. ( attention sentier exposé aux risques d'avalanches en présence de neige !)

( 1 h 30 - 2 heures)

hiver :

Par la rive gauche du glacier.
Du parking, traverser le village du Tour et gagner le torrent de Bisme.
Remonter les pentes en rive gauche du glacier ( à droite) et remonter à proximité du ruisseau du Plagnard.
Vers 2800 m ( sous le Bec Rouge inférieur) baculer Est puis nord ( le but est de contourner les crevasses par le haut, donc ne pas tourner trop vite ! ... ) Rejoindre la rive droite du glacier et le refuge.



Courses possibles

Aiguille du Tour - voie normale
Aiguille du Tour - couloir et de la Table
Aiguille du Tour  - couloir de la Brêche
Aiguille du Chardonnet - arête Forbes
Aiguille du Chardonnet - éperon Migot
Aiguille de Purtscheler
Col du Passon
Col du Pissoir
3 cols ( col du Chardonnet - fenêtre de Saleina - col du Tour)

Carto - Profil fichier GPS


 

Fichier GPS au format GPX

 (clic droit enregistrer sous )

 

Photos
 


Le Refuge Albert 1er en 1953







...

 

Voir les commentaires

Mont Blanc : arête des Bosses - 3 Monts - Bionnassay

Publié le par Apoutsiak

Voir les commentaires

Refuge des grands Mulets 3051 m

Publié le par Apoutsiak

telephone : 04 50 53 57 10

Itinéraire alpin mais grandiose
Classique au printemps pour gravir le Mont Blanc

Demander conseil au gardien avant de s'engager dans la montée (Ludovic Moucheront)

CAF de Chamonix


n° de téléphone  : 04 50 53 57 10 ou 04 50 53 16 98
tel privé gardien :
06 12 69 81 50

68 places
Gardien : Ludovic Moucheront
Gardé de fin mars à mi Septembre ( fermé lorsque les conditions d'accès ne sont plus bonnes)

refuge d'hiver 16 places couvertures casseroles


Accès :

du plan de l'aiguille, prendre le sentier qui mène à l'ancienne gare de téléphérique (glacier des pélerins) expo aux chutes de séracs puis traverséer les crevasses et les séracs  de la Jonction et rejoindre le refuge

C'est déjà une course d'alpinisme pour rejoindre le refuge : casque corde piolet crampons indispensables !

Courses possibles : le Mont Blanc  ( conseil : passer par l'arête Nord du Dôme du Gouter, itinéraire moins exposée aux chutes de séracs )


 

Les Grands Mulets

 

La Jonction Paccard et balmat sont montés par là !!!

Voir les commentaires

Le refuge de Tête Rousse - 3167 m

Publié le par Apoutsiak

Sur la Route du Mont Blanc...



et oui, quand le refuge du goûter est complet, que les 3 Monts ne sont pas en condition ou que le refuge des Cosmiques est lui aussi complet, il reste la solution : monter au Mont Blanc en partant de Tête Rousse... avantage : on traverse le Grand Couloir de nuit et avec un bon regel, ça parpine moins, inconvénient : ça rajoute du déniveler et environ 2 h 30 !!!

Téléphone : 04 50 58 24 97
Hors saison : 06 19 02 90 71 à partir du 15 avril pour les réservations

Gardienné de Juin à Fin Septembre

possibilté de camping aménagé ( pour info camping interdit au refuge du Goûter)

74 places
refuge d'hiver 16 places

Topo


Prendre le TMB au Fayet ou à Saint Gervais ( possibilité de prendre le téléphérique de belevue aux Houches et de rejoindrel e TMB) puisrendez vous au Nid d'Aigle (refuge)
Du Nid d'Aigle (bouquetins nombreux et peu farouches  mais jeunes et moches) prendre le sentier qui part au Nord Est jusqu'à la baraque forestière des Rognes (pour infio, il n'y a pas de forêt mais c'est tout de même une baraque forestière...) Prender alors la direction de l'éperon (Sud Est) et remonter le sentier jusqu'à l'altitude 3132 m prendre alors le névé plat à droite (glacier de Tête Rousse)  et le traverser pour rejoindre le refuge. 3167 m 2 heures sans forcer !)



fichier GPS (avec celui du Mont Blanc...)



Confort :

Le refuge est impeccable : grande salle à manger, accueil excellent de l'équipe en dépit du monde, salle hors sac, dortoirs vastes avec de la place pour se déplacer. Couettes !

Un bémol : il y a denombreuses portes antifeux au sous-sol et pas de lumière ! bref on se perd et en cas d'incendie... dur dur de trouver rapidemnt la sortie !!!
Au niveau bouffe : Anne a trouvé qu'on avait juste assez à manger ! Mais c'etait bon !

Les courses possibles

Le Mont Blanc par la voie des Cristalliers Arpete des Bosses (ou traversée)
L'aiguille de Bionnassay par la face Nord
Quelques couloirs sur l'aiguille du Goûter
pour les skieurs de pentes raides









Voir les commentaires

Semaine d'alpinisme à Cham'

Publié le par Apoutsiak

Les liens récits et vidéos seront ajoutés dans la semaine






Wordle: Mont Blanc

Vidéo Eperon Migot au Chardonnet



Vidéo : traversée du Mont Blanc



Voir les commentaires

Le Mont blanc, une épopée - le récit de Laurent

Publié le par Apoutsiak

Le Mont-Blanc : une épopée ?


    De la patience, de l'effort, du danger : le Mont-Blanc représente tout ça à mes yeux. Cinq ans déjà que j'ai fait part de mon projet à Guillaume, qui a pris de suite les choses en main et m'a proposé des dates dès que les conditions météorologiques étaient propices. Nous avons annulé par deux fois, et changé notre fusil d'épaule deux fois également (Dômes de Miage en 2005, Pointes Lachenal et Arête des cosmiques en septembre 2008 , des courses qui m'ont permis de me familiariser avec l'alpinisme et donc de me préparer, et qui plus est d'excellents souvenirs). Autant dire que l'envie était là plus que jamais...

    Rendez-vous était donc pris pour ce troisième week-end de juin. Je commençais mal ma préparation à cause d'un déficit en sommeil important ; de garde la nuit du jeudi au vendredi, et réveillé vers 6 heures par Guillaume le samedi à cause des "plans qui avaient changés" : je devais sauter dans le premier slip et filer à toute berzingue pour Chamonix : la première benne n'attendrait pas.
Le temps de digérer quelques trois cents kilomètres au volant de mon bolide allemand et notre guide suprême auto-proclamé s'invite dans mon oreillette pour me signifier qu'il n'est plus nécessaire de me presser : le téléphérique ne fonctionne pas à cause du gel, nous partirons de Saint-Gervais.
Point de déception, juste un léger désappointement. Je rejoins le duo alpin Guillaume et Anne au magasin de location de matériel et nous décidons (surtout moi) de prendre une collation avant le départ pour le nid d'aigle. Anne refuse la terrasse par peur d'avoir froid (Vu les conditions météo du lendemain, on croit rêver...).

Le petit train du Montenvers nous emmène à 2400m d'altitude (déjà!) et nous offre l'occasion de discuter joyeusement de nos pérégrinations passées et du défi qui se présente à nous. Le déjeuner est rapidement englouti, ainsi que les deux heures trente de randonnée alpine jusqu'au refuge de Tête rousse. Le moral est excellent, le physique répond présent.
Apéro vers seize heures puis petite sieste et préparation du sac ; l'ambiance est potache, merci Guillaume. Les choucas volent bas, les édredons aussi, et la neige se met gentiment à tomber. Nous dînons au premier service à dix-huit heures trente, en compagnie de quatre militaires qui bien évidemment font la même chose que nous le lendemain. L'ambiance est très détendue et nous rions de bon coeur. Je suis par contre surpris, et Anne aussi, des portions congrues que l'on nous sert. Nous râlons un peu et la cuisine nous donne généreusement une fond de casserole de riz (de la veille?) en rab' : c'est la fête. Je cherche à faire le plein d'eau pour le lendemain mais les prix sont prohibitifs (4€ le litre) et le taulier peu accomodant : on pissera moins.

Nous nous couchons tôt dans un dortoir bien aménagé, mais l'arrivée des alpinistes du deuxième service nous dérange tant et si bien que Guillaume balance du "Taisez-vous !" de sa voix grave pour tempérer les ardeurs malvenues de nos compagnons de nuitée. Et plus tard, la loi statistique dite du "dortoir" s'applique de facto : un ronfleur (et oui, il y en a toujours un) entame bruyamment sa litanie nocturne ; mon déficit d'heures de sommeil risque de dépasser la limite du raisonnable.
Je réussis néanmoins à me lever facilement dès une heure vingt (l'excitation?) et nous avalons tous les trois dans le réfectoire plongé dans le noir un petit déjeuner qui me parait trop pauvre en calories au vu de l'effort à fournir aujourd'hui. Baste !
Je m'équipe difficilement du fait de mon inexpérience, et parce que je suis ainsi fait, puis je sors rejoindre les duettistes déjà cramponnés pour m'amarrer à la cordée. Guillaume est foncièrement mécontent : j'ai mis mes crampons n'importe comment et il est obligé (comme les autres fois du reste) de me remettre le matos à l'endroit ; comme j'aime être materné sous la neige à deux plombes du mat'...



Nous partons dans les derniers direction le couloir de la mort, appelé ainsi à cause des chutes de pierre régulières dans un goulet de trente mètres de large. Première difficulté avalée, mais nous entamons alors une portion d'escalade un peu technique. Là, les choses se corsent car ma frontale vient de rendre l'âme (une frontale exclusivement réservée à changer les pneus crevés la nuit, alors pensez...). La main courante disposée il y a une dizaine de jours est fort bienvenue pour maintenir le rythme (mais comment on grimpe sans ce machin?). nous arrivons au refuge du goûter à l'aube vers cinq heures pour nous changer et avaler une bonne collation. Grand froid prévu et Guillaume m'avait dit de mettre tout ce que je pouvais : j'ai cinq couches sur moi et le sac plus léger. Nous partons alors sous un beau soleil vers le dôme du goûter : la journée s'annonce magnifique. ; la trace est belle et la cordée avance facilement.


Néanmoins, après le goûter, Apoutsiak laissera sa place à Anne pour rallier le refuge Vallot, où il entend bien profiter d'une petite sieste, nous dit-il. He oui, la fatigue pointe déjà le bout de son nez. Vallot nous accueille sous le vent, avec des rafales à quatre-vingt à l'heure. Nous nous engouffrons par un passage avec une échelle sous le refuge pour découvrir un endroit nu en métal ou il fait froid (- 10°C) avec des habitants étranges qui grelottent. Les couvertures sentent vraiment mauvais et il y a de belles plaques de vomi congelé : bienvenue à Vallot. Guillaume n'arrivera pas à démarrer sa sieste et nous repartons vaillamment cette fois-ci à l'assaut de l'arrête des bosses.
Le sommet du Mont-Blanc est maintenant bien en vue et le but n'est plus permis, même si dès lors les pas se font lourds à cause des muscles douloureux et du manque d'oxygène. Guillaume est devant et garde un rythme lent mais régulier quelque soit la pente. La montée semble alors interminable et le sommet hors d'atteinte.



A dix heures quarante cinq GMT, nous bondissons sur la crête sommitale et le mythe tombe : même un "poulot" comme moi (c'est mon sobriquet de montagne auprès de Guillaume) peut y arriver. L'émotion est grande, l'épuisement aussi, ce qui n'empêche pas Anne de faire la roue. Guillaume me confie avoir pleuré en pensant à son père. Et du fait, en appelant Pascale, je ne sais pas ce qui me remonte mais je deviens inconsolable et lui dis que tout va bien avec de gros sanglots : panique au bout du fil !
Nous passons tout de même un bon quart d'heure sur le versant italien, c'est à dire trois mètres plus bas où, surprise, il n'y a plus un brin de vent. C'est carrément Saint-Tropez ! On se décontracte les muscles autant qu'on peut. J'ai du mal à respirer, c'était prévisible mais c'est étonnant à observer. Anne est ravie, moi j'apprécie moins et espère vivement que le retour soit rapide. Notre guide à tous ré-enclenche la première, et la cordée prend la direction de l'aiguille du midi, sous un soleil de plomb.

Il y a un premier passage obligé qui se présente comme un mur à descendre. Guillaume m'assure que je peux le faire et donc forcément je lui fais confiance. Ventre face à la montagne, je cramponne dans la neige ferme et je plante mon piolet comme pour un abordage. Six mètres plus bas, mes deux acolytes décident de tenter un rappel jusqu'à la rimaye. Soixante mètres de corde seront nécessaires. Dans la manoeuvre, j'échappe le gant qu'Anne m'avait confié : nous le suivons des yeux pendant quelques dizaines de secondes sans espoir de remettre la main dessus (ou dedans, comme on veut). Anne m'en veut sérieux, mais en fait elle voulait s'en débarrasser, me confie Guillaume. Ah les gonzesses !



Cette fois-ci, pour la dernière (Ah bon?) partie, Guillaume délègue son leadership à la femelle du groupe. Je ne comprend toujours pas pourquoi je ne suis pas dans sa sélection. Sénilité précoce sans doute, ou volonté de faire de la discrimination positive, les lecteurs jugeront.
L'heure est cette fois-ci au contournement de l'épaule du Tacul, long faux-plat s'il en est. Nous évoluons dans un paysage de crevasses et de séracs menaçants. Je prends la mesure du danger malgré la beauté du lieu. Je trébuche, je tombe, je glisse cul par dessus tête et la corde se tend : Guillaume assure, et c'est tant mieux. A un autre moment, c'est lui qui se fera à moitié avaler par une crevasse. Puis, j'aurais l'occasion de me planter dans la neige pour rattraper une petite chute de ma comparse un peu plus bas.
Le rythme est maintenant beaucoup plus lent, et Anne fait des pauses de quelques secondes de temps en temps. Son humeur aussi a changé depuis le sommet, et elle n'arrête pas de râler. Guillaume hausse le ton, en bon dictateur qu'il est. Et une fois rabrouée, le femelle du groupe reprend sa place (Anne, si tu lis ça, c'est de l'humour. Non, parce qu'en plus d'avoir un caractère de chien, si t'as pas d'humour c'est le pompon !).
La météo s'emmêle (et si) et le ciel devient opaque. Une petite neige fine efface les traces déjà ténues : l'affaire se corse. Mais Anne, qui a certainement beaucoup plus de sang animal dans les veines que quiconque ici, continue dans sa bonne direction en jouant avec notre bonne étoile.


Finalement, l'arête des cosmiques est en vue et annonce l'aiguille du midi ; le dernier gros raidillon, histoire de bien faire comprendre que le Mont-Blanc, c'est pas pour les gamins.
On entend déjà le haut-parleur pour le départ de la prochaine benne, mais Ô surprise et je ne sais pourquoi (trop de pause, trop de fatigue), c'est la dernière benne qui s'en va ! Guillaume hurle de se dépêcher et motive ses troupes à mort. Anne trouve un second souffle et accélère dans la pente. Moi, je ne comprend rien mais j'avance quand même. A l'entrée du bâtiment (ouf c'est fini), Guillaume se précipite, décramponne tout en courant alors que je reste empétré avec mes grolles gelées et ça tire sur la corde, donc je suis tant bien que mal. La benne nous attendra (c'est sympa, merci), mais on nous fera comprendre qu'il ne faudra pas recommencer (au passage, je me fais copieusement engueuler pour être entré avec mes crampons ; ouille, pas sur la tête M'sieur).
Une fois en bas de la station, nous ne sommes pas encore au bout nos peines : il faut retourner à Saint-Gervais. Guillaume propose de faire du stop (de toute façon je ne ferai pas vingt kilomètres à pied avec mon barda). Je trouve qu'il exagère, qu'on aurait pu prévoir une navette ou autre et je le regarde mettre le pouce en l'air sans vraiment y croire. Bon là, je dois dire que j'ai été assez bluffé : deux personnes très sympathiques nous ont mené tous les trois (et tout le matos !) à bon port en un temps record. Il était alors plus de dix-neuf heures, et nous nous sommes rapidement séparés sans profiter de notre bel exploit tout frais, bien malheureusement.

Il est prévu que je revois Guillaume chez nous ce week-end (avec toute sa nombreuse famille cette fois-ci), et je tiens à le remercier sincèrement pour ce grand rendez-vous réussi ; encadrer une cordée en haute-montagne, appréhender ses dangers, prendre les bonnes décisions : pour tout ça, je suis fier de lui et en plus ça m'a rendu fier de moi. J'ai hâte maintenant qu'on trouve tous les deux une belle idée pour un nouveau défi


                        Simplement merci.

                                    Laurent.
le 1er juillet 2009.



Précision pour le profane : à la descente, le premier de cordée se met toujours au dessus ( Laurent ne connaissait visiblement pas cette règle ou l'avait oublié, j'ai sans doute pêché en ne la lui rappelant pas, Anne a fait un gos boulot devant à la descente dans le brouillard !) .  J'ai mis le pied dans une petite crevasse, dans le récit on a l'impression qu'elle etait énorme... Rassurons le lecteur. C'est tout !
Encore merci à Anne et laurent pour ces deux bonnes journées passeées là haut !

                                   Apoutsiak

PS si les images sont dans le désordre c'est ma faute, si vous voulez des précisions, utiliser le petit lien commentaire en bas de cet article !

 

 

Voir les commentaires

Semaine Alpi-rando à Chamonix Mont Blanc

Publié le par Apoutsiak

Les liens récits et vidéos seront ajoutés dans la semaine


 
 


Wordle: Mont Blanc

Voir les commentaires

Le refuge de Tête Rousse - 3167 m

Publié le par Apoutsiak

Sur la Route du Mont Blanc...



et oui, quand le refuge du goûter est complet, que les 3 Monts ne sont pas en condition ou que le refuge des Cosmiques est lui aussi complet, il reste la solution : monter au Mont Blanc en partant de Tête Rousse... avantage : on traverse le Grand Couloir de nuit et avec un bon regel, ça parpine moins, inconvénient : ça rajoute du déniveler et environ 2 h 30 !!!

Téléphone : 04 50 58 24 97
Hors saison : 06 19 02 90 71 à partir du 15 avril pour les réservations

Gardienné de Juin à Fin Septembre

possibilté de camping aménagé ( pour info camping interdit au refuge du Goûter)

74 places
refuge d'hiver 16 places

Topo


Prendre le TMB au Fayet ou à Saint Gervais ( possibilité de prendre le téléphérique de belevue aux Houches et de rejoindrel e TMB) puisrendez vous au Nid d'Aigle (refuge)
Du Nid d'Aigle (bouquetins nombreux et peu farouches  mais jeunes et moches) prendre le sentier qui part au Nord Est jusqu'à la baraque forestière des Rognes (pour infio, il n'y a pas de forêt mais c'est tout de même une baraque forestière...) Prender alors la direction de l'éperon (Sud Est) et remonter le sentier jusqu'à l'altitude 3132 m prendre alors le névé plat à droite (glacier de Tête Rousse)  et le traverser pour rejoindre le refuge. 3167 m 2 heures sans forcer !)



fichier GPS (avec celui du Mont Blanc...)



Confort :

Le refuge est impeccable : grande salle à manger, accueil excellent de l'équipe en dépit du monde, salle hors sac, dortoirs vastes avec de la place pour se déplacer. Couettes !

Un bémol : il y a denombreuses portes antifeux au sous-sol et pas de lumière ! bref on se perd et en cas d'incendie... dur dur de trouver rapidemnt la sortie !!!
Au niveau bouffe : Anne a trouvé qu'on avait juste assez à manger ! Mais c'etait bon !

Les courses possibles

Le Mont Blanc par la voie des Cristalliers Arpete des Bosses (ou traversée)
L'aiguille de Bionnassay par la face Nord
Quelques couloirs sur l'aiguille du Goûter
pour les skieurs de pentes raides









Voir les commentaires

Rando : au coeur des glaciers : la Jonction

Publié le par Apoutsiak

Dôme du Gouter et Grands Mulets depuis la jonction

La Jonction est un endroit mythique, Jacques Balmat et le Docteur  Paccard y ont bivouaqué avant de réussir la première ascension duMont Blanc le 8 Août 1786 m. De gros blocs rocheux les ont abrité juste en dessous de celle ci. C'est le fameux gîte à Balmat !


A part l'histoire det éperon, le lieu est magnifique, les glaciers qui descendent du Mont Blanc viennenet se séparer en deux au niveau de la jonction, à gauche le glacier des Bossons et à droite, le glacier de Taconnaz ! En fait à droite, le glacier qui part ne rejoint plus depuis quelques années le glacier de Taconnaz, la faute au réchauffement climatique !



Topo


Se garer au Mont juste avant le tremplin olympique (partie haute) au dessus des Bossons
Remonter le sentier qui longe la morraine rive gauche du glacier des Bossons ( le glacier n'est plus là, il est plus haut !)  et rejoindre le chaler du glacier des Bossons poursuivre le sentier qui mène au chalet des pyramides (1895 m) au dessus , possibilité de contourner le bec de Corbeau ou de passer au sommet de celui-ci, fortement déconseillé par les panneaux ( je l'ai fait... pas bien, quelques pas rando à la con !)  le contournement s'opère par le flan ouest du corbeau (sentier)
Passer sous le Mont Corbeau, versant Bosson, puis, par des dalles quelques passages équipés et des sentes (cairns points de peinture), gagner le gîte à Balmat. et de là la Jonction toute proche.

Variante : possibilité de aprtir du Mont et de passer par la morraine de Taconnaz, un passage un peu technique permet de rejoindre une sente qui rejoint le bec de Corbeau. A utiliser à la montée par bonnes conditions météo ! Pour randonneur averti d'après Christian de Camp to camp ( voir le forum )

Carto profil fichier GPS


 



Récit.


Journée de transition après la grosse rando de la veille. Je décolle du gôte la Montagne et suis prêt à 8 heures au Mont. Le temps est couvert, Sandrine m'annonce des éclaircies à partir de Midi, je vais enfin voir la tête de cette jonction que j'ai pu apprécié sur les phtos de Grand-Père.
Départ humide dans la forêt, je cherche à voir le glacier des Bossons, mais il est loin. La fonte des glaciers, c'est un peu le triste thème de cette rando, le glacier des Bossons en est le triste exemple ! ( celui de Taconnaz aussi !). Je remonte au chalet du glacier des Bossons, un moteur d'avion (celui du malabar Princesse ?) erre à proximité de la terrasse . Je poursuis mon ascension, le temps est humide, le sentier excellent, on peut dépeauter du dénivelé sans souci ! passage au chalet des pyramides. puis arrivée sous le bec du Corbeau. Des panneaux danger m'atirent sur ce vieux sentier ( ancestral ?) petit pas d'escalade, je passe, et rejoins le sentier normal, conseillé logiquemetn pour les randonneurs, on ne se refait pas ! Il bruine un peu.
Un bouquetin m'envoie quelques pierres sous le corbeau, danger , je file, quelques pas d'escalade, quelques névés empêchent de bien suivre le sentier, mais des cairns ramènent dans le droit chemin, des Chamois galopent de l'autre quelques moutons en estive, c'est magnifique, mais couvert !  Le Dôme du Goûter se découvre, un lenticulaire à l'approche, le mauvais temps vient, pourtant Sandrine m'a annoncé le beau pour midi ! ( sur les bases de la météo)

Passage au gîte à Balmat et Jonction MAGNIFIQUE.
Pensée pour François Dupety disparu avec ses amis à quelques encablures de cet endroit, si proche et si inaccessible à la fois. Les séracs et les crevasses empêchent tout accès au refuge des Grands Mulets, autre époque que celle de Paccard et Balamat où le Mont Balnc pouvaient s'envisager par là !
A gauche le glacier des Bossons et l'aiguille Verte, devant, le Tacul, le Maudit, les séracs ou Vicendont et Henry ont attendue leur mort lente... Le refuge des Grands Mulets et à droite le Dôme et l'aiguille du Gouter devant le glacier de Taconnaz.

En allant à droite de la jonction coté Taconnaz, on peut voir que les glaciers sont disjoints, il ne s'alimentent plus l'un l'autre, fonte des glaciers qui va s'accélérer !

Au loin derrière, le ciel est sombre, orageux, le vent ne pousse pas les nuages vers moi, je peux me mentir, ça va me passer à coté, de toute façon, je suis seul, personne engagé avec moi dans une mauvaise décision. Après la demi heure de beau temps, je redescends, il pleut, légèrement puis plus fort. Je me pause 2 mintes au gîte à Balmat avant de repartir, pour tout avouer je fais un trucque je detestais avant : je telephone en montagne pour organiser le mont blanc de demain... Sandrine pour la météo, Laurent et Anne pour les dernières informations et le matos à ne surtout pas oublier ! La pluie redouble, je me fais saucer ! Je galope rapidement, mais s'en forcer. Je contourne le bec de Corbeau mais hésite à prendre le sentuier de Taconnaz qui est à priori interdit, sous cette flotte, c'est pas génial et engagé, si ça passe dans des barres, je suis mal ! Raisonnable, je vais rejoindre le sentier de montée. Ca craque, l'orage est à deux 3 km pas plus, le ciel me tombe sur la tête. Je file vers le bas, je suis déjà trempé. Je repère les zones à risque, et je cours dans cette descente. Un petit sapin foudroyé sur un promontoire me stresse, je décide de ne pas n'éterniser du tout... J'en-quille quelques lacets, je vois et sens la foudre et craque, une seconde plus tard, le tonnerre, leger sursaut, j'ai l'impression d'avoir vu une étincelle devant mes yeux, je suis sur que le sapin a morflé, je continue de courir tout en restant concentré, les zones me paraissent moins expos à présent. Chaud, mes trempé ! Quelques autres coups de tonnerre, l'orage s'éloigne, la pluie redouble à tout moment, je suis trempé jusqu'aux os ! enfin à la voiture, toute une opération pour se changer sans tremper la voiture ni ses habits propres... Reste de la journée à faire des amplettes au vieux campeur !
Et la météo qui annonçait des avers éparses sans grosses précipitation, il a plu toute l'après mdi et toute la nuit ! pas très précis tout ça !!!

rando réalisée le 19 Juin 2009

Photos

Le refuge des Grands Mulets et la barre de sérac du Grand plateau, lieu du drâme de Henry et Vincendon




Grands Mulets et Dôme du Gouter

Dôme et Aiguille du Gouter depuis la Jonction



Comparatif 1935 - 2009

1935, ci dessus : André Bolon (mon Grand Oncle) à la Jonction, devant le Tacul, le Maudit et le refuge des Grands Mulets
2009, Ci dessous, même endroit, météo plus capricieuse



Aiguille du Gouter 1935
Aiguille du Gouter Juin 2009 sans la chève !



Dôme du Gouter 1935 - 2009, en bas de l'image, au centre, on voit les rochers apparents aujourd'hui !








A François

Voir les commentaires

Randonnée alpine - Traversée Buet - Cheval Blanc - Col de la Terrasse

Publié le par Apoutsiak

Bouquetin vers la pointe du Genevrier

Magnifique traversée qui permet de rencontrer des Bouquetins à foison ! ainsi que quelques marmottes.
Peut se réaliser en plusieurs jours, à une allure normale, la traversée se fait en 12 à 15 heures !
Rando alpine sérieuse qui ne peut être réalisée en toute saison, doit pouvoir se réaliser à ski moyennant quelques variantes ...

Rando 2300 m de dénivelé  - 26 km - 12 à 15 heures

Topo

de Buet  (1350 m) prendre le sentier qui monte en direction de la cascade de Bérard puis du refuge de la Pierre à Bérard (1925 m) prendre les sentes Nord Nord Ouest en direction du col de Salenton (2526 m) poursuivre sous l'aiguille de Salenton ( à l'est)  et poursuivre jusqu'à l'arête de la Mortine et le relai radi puis le sommet du Buet ( 3096 m) - annoncé 6 h .

Du sommet prendre l'arête du Buet (Nord) Neige raide au dessus du glacier de Tré les Eaux- Corniches? et rejoindre le point 2808 m. Descendre cette antécîme, cables et poursuivre sur la crête de la montagne des Eves.
Passer à la pointe du Genevrier (2870 m)  rejoindre le col du Genevrier puis le cheval Blanc  (2831 m) Borne.  Partir plein Est (cairn) et rejoindre la sente dans la pente ( cables) suivre cette sente qui part en direction du Col  Vieux et descendre dans la combe sous le col des Corbeaux. à droite on trouve les fameuses traces de dinosaures d'Emosson  (pas vue pour ma part... mal cherché).

Remonter la morraine Nord Est puis prendre la direction du col de la Terrasse ( Sud Est) Lapiaz cairns ! (2649 m)
Au col de la Terrasse partir versant Est raid rocher délité merdique.Descendre au mieux "les Combes" raide ! Rejoindre le chalet de Loriaz (2020 m) puis le Buet par le sentier qui part (Sud Est)

Vous êtes enfin arrivés !



réalisé le 18 Juin 2009

Profil carto fichier GPS

Fichier GPX format GPS





Récit

Léger but objectif ce matin là, je me reporte sur cette rando que je compte faire aevc les enfants sur plusieurs jours. Départ vers 8 heures, à fond mais pas trop, remontée dans la forêt puis longue remontée du Vallon de Bérard. Au refuge, je poursuis, derrière moi un énorme groupe démarre, à fond ! Quelques bouquetins agrémentent cette zone, je file vers le col de Salenton, déjà la neige, je n'ai pas de guêtre, je dépasse quelques randonneurs et me retrouve dans le brouillard, le sentier est relativement bien marqué. Je croise dans le fog quelques randonneurs et voilà le sommet.  3 h 50 ! ( 6 heures annoncée)  Courte pause. Je file sur l'arête, relativement facile sauf le passage des cables, long !  nouvelle pause au col avant le  Genevrier ou je joins Sandrine  devant un bouquetin. Escalade facile sur l'aiguille du Genevrier puis nouvelle descente et 3 chamois qui me filent sous le nez. Je poursuis en direction du Cheval blanc pour une nouvelle pause. Nouvelle descente un peu technique, je file vers les traces de dinosaures... Belle ramasse ! une marmotte peu farrouche m'accueuille, mais je suis bredouille, pas de traces alors que c'est le but de ma balade !
Je remonte vers le col de la terrasse et plonge ensuite vers vallorcine , les premiers lacets sont très raides  et un peu casse gueule, je louvoie, un peu trop à gauche, un peu trop à droite, je rejoins un névé pour une nouvelle partie de ramasse (il n'y a que ça de vrai !)  puis je rejoins le sentier et le chalet de Loriaz.. Nouveau beau sentier qui me ramène à la voiture au Buet. Une bonne grosse rando comme on les aime !


Panorama : Les Aiguilles du Tour, le glacier du Tour, l'aiguille du Chardonnet, le Dolent (aufond) le glacier d'Argentière, les Courtes et les Droites ( la Verte reste dans les nuages)


Logement !

Hôtel du Buet  *
1/2 pension entre 39 et 44 €
chambre 10 au design année 70
plomberie et lavabos années XIX ème
bonne ambiance
magnifique : la soupe aux orties de Vallorcine - miam !



Photos

Refuge de la Pierre à Bérard

Sommet du Cheval Blanc - direction des Traces de Dinosaures

En guise de dinosaure... cette marmotte !


Vidéos



Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>