Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #massif du mont blanc tag

Le Mont Dolent à ski

Publié le par Guillaume Ledoux

 

Voici donc le topo du Mont Dollent à ski

 

Après La Fouly, 100m avant le lieu dit le Clou , descendre vers la Dranse de Ferret et traverser le pont.  Il faut remonter en  direction Sud-Ouest jusqu'à 1798 m d'altitude . Puis, direction Sud, légèrement Est atteindre la Léchere . Ensuite, cap au Sud-Ouest (ça fait marin ) monter régulièrement et longer au Sud la Crette de la Gouille, jusqu'au pied Nord-Est de Crette de la Perche , ensuite obliquer légèrement à droite et entrer dans la Combe des Fonds que l'on suit jusqu'au Petit Col de Ferret. ( On a galéré dans cette montée avec Isabelle en 2004, mieux vallait prendre la Combe des Grands Fonds depuis le bas ... voir ci dessous)


En fin de saison, ou par faible danger d'avalanche, on peu remonter dès le départ la combe des Fonds depuis la Fouly (départ similaire à celui pour la Grande Lui). (c'est la solution adoptée en 2005, la meilleur quand on skie fin mai début Juin !!!, il a fallut tout de même porter les skis jusqu'à 2000 m environ )

Traverser le col à droite sans perdre de l'altitude pour rejoindre l'arête Sud de la Pointe de Allobrogia Nord-Ouest atteindre le refuge Fiorio (24 places (+ un abrit 4 places), des couvertures, des matelas, pas de gaz, une table, pas de bois ni de moyen de chauffage, pas d'eau. J'ai aspergé un paquet de monde en faisant dondre de la neige dans ce bivouac. En 2005, très costaux, nous n'y avons pas dormi - une simple sieste de 20 minutes réparatrice à la montée. ) . Ouest, légèrement Nord atteindre le Glacier de Pré de Barre ( attention : barres rocheuses avant le glacier)  assez près de l'éperon rocheux (2900m d'altitude). La traversée vers le glacier se fait sur des pentes raides, les couteaux peuvent être nécessaires.

Direction Nord passer à l'Est des points d'altitude 3188 et 3336m. S'élever sur le glacier jusqu'à la rimaye. Monter plutôt par la croupe jusqu'au pied de la partie rocheuse de l'arrête SE où l'on enlève les skis. Atteindre le sommet à pied en contournant par l'Ouest l'arrête SE, pour remonter un couloir qui rejoint l'arête à peu de distance du sommet.

Descente : Si les conditions le permettent, chausser les skis au sommet (Ca, c'est pour les gros pros mais pas pour moi ! c'est raidos !!!. Par une traversée exposée sous l'arrête de montée on arrive à un large couloir dont on descend la première partie. Une petite traversée sur la gauche, nous ramène dans le couloir de montée.
Pour la suite, l'itinéraire est sensiblement le même qu'à la montée, avec la possibilité de choisir les pentes les plus favorables au ski.

 

 

Panorama du sommet du Dolent . De Gauche à droite : Les Grandes Jorasses - Le Mont Blanc - Le Triolet - l'Aiguille Verte - Le Glacier d'Argentière - Le Buet  (au fond) - Le Chardonnet, l'aiguille d'Argentière et le Tour Noir

Panorama - sommet du Mont Dolent

 

 

 

 

 

Le récit 2004 sous C2C ici

Le récit 2005 sous C2C là

 
 
 

Voir les commentaires

Vidéo : le Mont Blanc par l'arête des Bosses

Publié le par Apoutsiak

"Le Mont Blanc pour les nuls" en vidéo Voilà un petit resumer pour tout savoir ou presque sur la voie normale du Mont Blanc (arête des Bosses voie des cristalliers). J'y ai mis des images de 3 ascensions du Mont Blanc : en Juillet 2002, lorsque j'avais bivouaqué au niveau du refuge du Goûter, en Septembre 2005, avec un bivouac au col des Dômes à 4250 m, et en Octobre 2006 ou j'ai réalisé l'ascension avec Laurent en passant par l'aiguille de Bionnassay et le piton des Italiens. J'ai réalisé deux autres ascensions de ce magnifique sommet : la première en Juin 1992 avec Mathieu par l'arête des Bosses et la seconde en Juillet 1996 ( je crois ) avec Thib par les 3 Monts. Pour info, il y aura peut être un nouveau Mont Blanc en Juin 2007 par les 3 Monts avec Laurent . N'hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires. 

 

 

 

 


 

Voir les commentaires

Topo - photo : Mont Blanc - arête des Bosses

Publié le par Guillaume Ledoux

Topo photo du Mont blanc par l'arête des Bosses

N'hésitez pas à me contacter par mail pour plus d'informations, ou ajouter des commentaires !

 

  Topo : Du Nid d'Aigle à Tête Rousse Mont Blanc 2005

Montée au refuge du Goûter

Topo Mont Blanc - du refuge de Tête Rousse au refuge du Gouter

Du refuge de Tête Rousse au refuge du Goûter

Du refuge de Tête Rousse au refuge du Goûter - vu depuis ce dernier (du haut)

Du refuge du Goûter  au Dôme du Goûter

Du Dôme du Goûter au sommet du Mont Blanc - l'arête des Bosses proprement dite

L'arête des Bosses et le Dôme du Gouter vu du dessus

 


Voir les commentaires

Sommet du Mont Blanc - 5 Septembre 7 h 15

Publié le par Guillaume Ledoux

Mont Blanc - arête des Bosses - photo guillaume Ledoux 5 sept 2005

Et oui, après un bivouac à 4250 mètres, je suis parvenu au sommet du Mopnt Blanc Lundi à 7 h 15. Sans exploit de ma part : Coucher la veille au col du Dôme (du gouter) vers 19 heures. A 1 h 30 du matin, je gagnais Vallot dans un froid vif. La pause à Vallot me fit gagner quelques heures de sommeil. A 5 h 30 Je repartais lentement, et, sans m'arrêter, doucement, j'atteignais le sommet au lever du soleil.

 Mont Blanc vu du Dôme du Gouter - photo Guillaume Ledoux

Lever à 3 h 10, je pars à 3 h 40de la maison, pour arriver vers 7 heures au Fayet. Il y a plein de monde, c'est l'inauguration du nouveau refuge de Tête Rousse aujourd'hui... Y aura t'il de la place dans le train ??? Je rencontre un petit bonhomme de 80 ans, super dynamique, Jean Dujardin, qui est parvenu au Gouter encore cette année... belle santé ! Nous sympatisons, et prenons le premier train où nous partageons nos expériences (la mienne courte, la sienne longue)... Nous nous quittons au Nid d'Aigle. Je file, chargé de mes 20 kg de matériel, c'est trop ! Il est 9 h 10. Je monte à 500 - 600 m / h jusqu'à tête Rousse, un peu rapide, je le paierai plus tard, je sais qu'au Mont Blanc, il faut partir douvcement. En 1 h 30 , je suis à hauteur du refuge de Tête Rousse. Une courte pause et je file vers le Grand Couloir, sans neige. Je le traverse rapidement. J'enchaine avec les cables , les sentes, et les pas d'escalade, du II !(peut être du II sup) Quelques passages bien verglacés rendent la fin de la progression délicate mais pas difficile. En 3 h 45 J'atteinds le refuge du Goûter.

Grand Couloir - Mont Blanc - Photo Guillaume Ledoux

Traverser du Grand Couloir ... Danger !

Une pause dans l'odeur de chiotte, j'essaie de manger un sandwitch au saucisson, mon acclimatation plus que précaire (à Gy : 220 mètres) se fait sentir. Le bol méricique reste dans ma bouche bien lontemps avant d'être avalé. Je repars 3/4 d'heure plus tard pour le Dôme du Gouter. Je marche lentement, il  fait hyper chaud, et je suis un peu nase. Je ne fais pas de pause, mais marche très lentement pour conserver mon rythme. Une cordée me rattrappe, je parviens à les suivre un long moment avant de les laisser partir. J'arrive à l'épaule du Dôme et prends plein sud pour atteindre son sommet. Une pause, avant de redescendre au col 40 mètres plus bas par une pente douce.

Et là, au travail : il faut faire fondre de l'eau pour faire des réserves, et se creuser un abrit dans la neige... 1 heure de travail bien essoufflé, pour se faire un petit nid douillet. J'avoue que je l'ai fait juste à ma taille, il n'y a pas 20 cm de trop.

Chance : ma bouteille de gaz s'est vidée, heureusement, 4 Russes bivouac à 50 mètres de ma tente, il me prette une bouteille de gaz, qui me permettra d'avoir un litre d'eau de plus . Je dine à 5 h 30, c'est un bien grand mot, l'eau boue à basse température en altitude (j'avais eu une kholle de physique en prépa là dessu... un gars se faisait cuire un oeuf au sommet du Mont Blanc , il le chauffait pendant 12 minutes, et je devais savoir si l'oeuf était cuît... Je n'ai pas trouvé la solution , en fait , iil ne l'était pas, mais je m'étais juré d'aller tester celà en application pratique !) bref, mon repas Aptonia (de Décathlon), dans l'eau semi bouillie : totalement indigeste... J'ai crus le vomir pendant 2 heures, après ,c'est passé.   Je range mon matérielet  à 18 h 30 je suis couché. Le froid vient avec le coucher du soleil. Je suis emmitoufflé dans mon duvet avec bonnet et gants. Toute les demi heure , le froid se rappelle à moi et me réveille. Je chang de côté, et réajuste la capuche de mon duvet. Les étoiles filantes accompagnent ma nuit ainsi que les milliers d'étoiles.

A 1 h 25, j'ai peu dormi, le vent s'est levé depuis plus d'une heure, je décide de gagner Vallot pour dormir quelques heures un peu mieux . Je m'habille dans le froid, le plus dur : mettre les Koflachs qui ont gelés ( comme l'eau du Camelbag et de ma bouteille...) Je monte, au radard vers Vallot, mes pieds gèlent dans mes chaussures gelées... J'entre dans le taudit et croise 4 alpinistes qui sortent pour rejoindre le Gouter. Il est prêt de 2 h du mat...

 

Seul dans le refuge, je termine ma nuit, à l'abrit du vent.

Bivouac 1 h 30 Guillaume Ledoux Mont Blanc ... c'est parti          Mont Blanc - bivouac Vallot - photo Guillaume Ledoux

Réveil difficile à 1 h 30                                           Refuge bivouac Vallot

5 h 35 Tout équipé, 2 barres de céréales dans le ventre ainsi que du "Thé glaçons" je repars, des cordées sont déjà su r les Bosses. Il fait nuit noire. Je n'ai pas "la caisse" Tant pis, je monte tout doux, à 300 m / h; parfois mons. Des cordées me dépassent. Mon rythme est bon , je ne le quitte pas. Je profite du paysage, dans l'ombre exceptionnel. Le souffle est court. Je repasse, tous les passages connus (c'est facile, c'est la troisième fois ...). La Grande Bosse, la petite, les Rochers (Rouges) J'apperçois le dernier ressaut où nous nous étions arrêté avec Mathieu, du fait de cordées coincées par un vent impressionnant, à 40 mètres du sommet. Le ressaut est avalé, Une cordée traine sur l'arête finale, une autre me dépasse à moitié. Je déboite et accélère le long de l'arête. Les autres sont loing derrière. Je termine la montée seul. Le soleil vient de se lever, les glaciers sont passés du Orang eau blanc, la face Nord est dans l'ombre.

Seul, je vois les gens qui se congratulent, la vue est magnifique. Je mitraille à l'appareil photo, certaine seront bonnes... Il est 7 h 10.

 Lever de soleil - alpiniset - Mont Blanc - photo Guillaume Ledoux

 

 

 

Sommet du Mont Blanc - Guillaume Ledoux - 5 Septembre 2005

 Arête des Bosses Mont Blanc - Dôme du Gouter - photo Guillaume Ledoux

 Lever de soleil au sommet

 Le Petit Prince de Chamonix dit Cheveux de Neige

 Vue sur l'arête des Bosses, au sommet du dernier ressaut avant le sommet - Vallot et le Dôme du Gouter

Mont Blanc : Lever de soleil sur le Mont Maudit - photo Guillaume Ledoux

La descente commence, je fais des pauses photos, repère les Miage, Tré la tête, Vallot. Au bas, je vois mon petit bivouac. VAllot est vite rejoint, puis le col. Je refais rapido mon sac, l'effort demandé est important. Je remonte sur l'épaule du Dôme avant de basculer, j'ai les quadriceps en compote, la descente va être longue. Arrivé au Gouter, j'enlève toutes les épaisseurs qui me tiennent chaud, je grignotte une barre. Je descends sous le Goûter les cables et les rochers. La traversée du Grand couloir se fait comme il se doit , d'un bon pas. Une courte pause, je file sous Tête Rousse, des rencontres en marchant, et voilà le Nid d'Aigle. Il faut attndre le train 1 heure, puis 1 heure de voyage. 3 h 30 de route, je file directement chez la Nounou  trouver Agathe Marie et Louis.

 Arête des Bosses Mont Blanc - pgoto guillaume Ledoux  

 

 

 

   Dômes de Miage - aiguille de Bionnassay vue du Dôme du Gouter crevasse - photo Guillaume Ledoux

 Vallot - L'arête des Bosses  et le Mont Blanc

 Dômes de Miage et Aiguille de Bionnassay

Dommage pour Bionnassay... Est ce un but ??? Je ne le sais.

Une bonne petite journée de montagne.

 Remarque : L'ensemble des photos ont été réalisées au sommet ou à la descente (mise à part celle prise à 1 h 30 du matin !!!)

Voir les commentaires

Mont Blanc 2000 - par les 3 Monts Blancs

Publié le par Guillaume Ledoux

Cette année là, nous étions avec Thib dans la vallée de Chamonix. Tout auréolés de l'ascension de l'Aiguille d'Argentière par le glacier du Milieu (où nous avions failli prendre un but , en attaquant le glacier de nuit beaucoup trop à l'est, ce qui nous valu une heure de cascade de glace avant de redescendre... Nous avions décidé de faire le Mont Blanc par les 3 Monts en prenant la première benne de téléphérique à l'aiguille du Midi.

 

Mont blanc 2000 15Mont Blanc de Courmayeur vu du sommet du Mont Blanc

 


A 6 heures nous sommes sur place. Dans l'interminable queue. A priori, nous n'aurons pas la première benne, mais la deuxième ou la troisième, vu le monde. Nous avons prévu la tente, pour faire la traversée Midi Plan le lendemain.


6 h 35 panne de courant. 3 heures d'attente. Ça sent bon le BUT. Après moults essais, le téléphérique repart :Nous sommes à 10 h 30 encordés et prêt à partir , à la sortie de la grotte de l'aiguille du Midi. Changement d'objectif, nous commencerons par Midi Plan.


 Cette première journée est magnifique, la course d'arête est superbe. Quelques passages en glace nous pause quelques problèmes, mais nous profitons pleinement de la course. Nous ne remontons pas jusqu'à l'aiguille du Plan, l'horaire est déjà avancé, nous revenons vers l'aiguille du Midi, et nous pausons la tente sur le col du Midi.



 Tente-Thib.jpg

 Bivouac au col du Midi

Sous le refuge des Cosmiques à 10 minutes de la base du Tacul

 Mont blanc 2000 10

 

 Mont blanc 2000 9

 Thib dans la tente - le repas chauffe

 

Pendant que Thib surveille l'eau qui boue, je décide de monter au refuge des Cosmiques chercher de l'eau. Je remonte la pente qui y mène pour me faire annoncer qu'il n'y a pas d'eau au refuge. Je redescends et me rends compte, à la tente, que j'ai oublié mes gants en haut. Donc je me tape une deuxième fois la montée, je retrouve mes gants, et quand je redescends, le soleil est couché ! je ne pourrai pas faire séchermes affaires !


Après un bon repas, nous nous couchons vers 20 heures...                    ... sans réveil.


Vers 4 h 20 , je décide de sortir de la tente, voir la météo, et là ô surprise, une 50 aine de lampes frontales fourmillent sur le mont Blanc du Tacul. Flûte, on aurait du se réveiller plus tôt. Nous partons, bon dernier. Le Tacul est vite avalé, en une heure environ, nous croisons les premières cordées qui rebroussent chemin. Nous apercevons une cordée qui arrive derrière nous. Nous passons sans encombre les séracs du Maudit ( nous nous sommes quand même fourvoyés). La cordée nous dépasse. Nous remontons la pente de glace sous l'épaule du Maudit. Il commence à faire hyper froid ( une constante sur le Mont Blanc) Vent d'Est, nous sommes givrés côté gauche. Il faut continuer de monter. Nous rejoignons des cordées dans la pente sous le sommet. Pas moyen  d'accélérer, de quitter la trace pour les dépasser, plus de souffle et pourtant nous avançons. Thib à la main recroquevillée dans ses gants, il a froid. Au sommet, nous basculons côté Italien, au chaud pour une courte pause.


 

Mont blanc 2000 13 

 Sommet du Mont Blanc

Je sais pas pourquoi, sur ce sommet, on a toujours l'air niais...

 Mont blanc 2000 14

 

La descente se fait rapidement, seuls. Nous nous perdons dans un brouillard à couper au couteau avant de rejoindre l'épaule du Mont maudit, nous remontions vers celui-ci. Une éclaircie nous permet de retrouver la trace juste 10 mètres en dessous de nous... Rappel à l'épaule du Maudit. et descente sans soucis. Nous basculons au dessus de l'épaule du Tacul. Grandes crevasses à contourner. Au bas, une tente a l'air mal en point, il semble que ce soit la notre... Elle a bougé, emportée par le vent.

 

 Mont blanc 2000 16

Thib en rappel sous l'épaule du Mont maudit :

"la montagne comme je l'aime" 

 

 

Il faut courir, ranger la tente et remonter à l'aiguille du Midi pour arriver avant la dernière benne ( à 17 heures... 17 heures 30 ???) 16 h 55, nous montons dans la benne, heureux, on avait encore une demi heure pour arriver.

Grosse journée, mais bonne journée... merci Thib

 

 

Voir les commentaires

Mont Blanc - 2002

Publié le par Guillaume Ledoux

L'aventure débute mal : j'ai une gastro du tonnerre, je suis coincé au lit à Luthézieu, avec une fièvre carabinée. Le tour de France passe à proximité, je n'ai même pas le courage d'aller voir les coureurs. J'essaie de suivre les nombreux conseils thérapeutiques de tous ceux que je croise ( dans le désordre : Geneviève, Grand-Mère, Jehanne, la pompiste d'Artemare... qui me conseil le pastis pur !, Sandrine ...)

Je décide de remonter à Gy , faire mon sac, avant de repartir pour Chamonix. Arrivé à la maison, je prépare tout, et plutôt que de profiter de mon lit, je repars vers 11 h du soir vers le Massif du Mont Blanc , "je dormirai dans la voiture.".

 

Mont Blanc Guillaume et Bruno - les BossesAvant les bosses

 

J'arrive au Fayet à 3 heures, et j'essaie de dormir dans la voiture, mais là, c'est l'échec, à 6 h , je tourne en rond dans les rues. Petit déjeuner vite avalé, je prends sans problème le premier TMB.

Lors de la pause de celui-ci, je rencontre Bruno, un Italien, et lui demande s'il est possible de faire cordée commune. Il me dit que ça l'arrange, il est avec 5 autres transalpins, nous ferons 2 cordées de 3. Dans le TMB, nous faisons les présentations, seul Bruno parle le Français, je parle avec les autres en utilisant mon anglais plus qu'imprécis !

 

Le Nid d'Aigle, c'es parti. je me sens relativement en forme en dépit de mes nuits blanches et de mes problèmes de santé. Nous pique niquons à Tête Rousse , une tradition chez  moi, partageant notre repas. Le grand couloir est sec de chez sec !, il reste un petit névé... que l'on ne touche pas pour traverser. La montée au goûter se fait sans problème pour moi. Grande première, je bivouaque au dessus du Goûter (ce qui est interdit aujourd'hui) Il faut creuser un trou dans la neige, instaler le duvet et la couverture de survie. Je prends une tisane avec Bruno, eux dorment au refuge . Je mange et me couche vers 20 heures au milieu de ce camping d'altitude hétéroclites, il a des polonais, des Anglais, des Russes...

1 h 40 j'ai peu dormi, je prépare mon déjeuner, toute mes affaires sont givrées, le réveil est difficile. J'ai du mal à avaler les céréales. Bruno a du mal à retrouver emon emplacement tant il y a de nouvelles tentes. Nous nous encordons et partons. La montée au Dôme est difficile pour moi : je suis crevé. Je dors sur mes bâtons dès que les cordées qui nous précèdent font une halte. Arrivé sous Vallot, je leur dis qu'il faut que je me repose. Nous pénétrons dans Vallot en crampons, je me couche sur la première place libre, et m'endors.

 

20 minutes plus tard, je me relève en pleine forme "on y va".. Et c'est reparti. L'arête des Bosses arrivent, mes Italiens fatiguent, l'autre cordée est loin devant. Plus de trace de fatigue, la sieste a été salvatrice. Ce n'est pas le cas de mes compagnons qui ont leur coup de barre. Je les motive afin qu'ils évitent les pauses inutiles : on ne retrouve pas son souffle à 4600 mètres. Dernier raidillon, dernière arête et voilà le sommet. Il fait foid, mais j'ai vu pire. Quelques photos, nous basculons côté Italien pour nous reposer. 10 minutesà profiter de la vue et du froid...

 

Mont Blanc - sommet- Guillaume Bruno et Jacques Mont Blanc sommet Guillaume et Jacques

Sommet du Mont Blanc

Apoutsiak - Bruno et Jacques

apoutsiak et Jacques

 

 

 

 

 

 

 Mont Blanc Vallot 2  Mont Blanc Guillaume et Bruno - Bionnassay  Mont Blanc Retour au bivouac Guillaume Fatigué
 Retour à Vallot, la sieste ! j'etais naze !  Entre Vallot et le Gouter devant l'aiguille de Bionnassay  Nouvelle sieste à mon bivouac!

 

 

 

Nous redescendons, je ressens quand même la fatigue. A Vallot, l'autre cordée nous attend, je profite de la pause pour dormir sur la neige. Direction mon bivouac... nouvelle sieste, je suis mort. Je ne retrouve pas les italiens à mon réveil. Je les cherche, et fini par en déduire qu'ils sont descendus. Je descends à fond, sans problème. Je les rertouveau Nid d'Aigele, malheureusement, je ne peux pas prendr le même TMB qu'eux. Nous nous saluons.

 

Je rentre satisfait de cette escapade.

Voir les commentaires

Mont Blanc 1992

Publié le par Guillaume Ledoux

C'était il y a 13 ans déjà. Les exams de 2ème année terminés, nous avons filé, Sandrine , Mathieu et moi jusqu'au Fayet. Le TMB nous monte dans la foule des grands jours au Nid d'Aigle et c'est parti...


Mont blanc 1992 1

Rapidement, je vois Mathieu et Sandrine me larguer, du style 20 minutes devant moi, je ne me sens vraiment pas en forme... Le sac est lourd, nous avons décidé de monter la bouffe. Je ne les rejoins qu'à hauteur du Tête Rousse, où nous pique niquons.

 

Mont blanc 1992 2

 

Mont blanc 1992 3


Le repas vite avalé, nous repartons, nous équipons pour traverser le "couloir de la Mort". Nous le traversons rapidement.  Puis nous remontons les rochers plus ou moins enneigé de l'aiguille du Goûter, encordés, avec les casques et les crampons.

 

Mont blanc 1992 4 Sandrine

Mont blanc 1992 5
   


 

 

Une pause, un refuge passe, avec son client asiatique : "stand up, stand up" "be carrefull with your pulls".  Mathieu et Sandrine fatiguent dans cette montée sans rythme où le refuge parait si proche. "Le gardien ne va pas nous garder nos places" "On va devoir bivouaquer dans la paroi" (des Grands couloirs... compte là dessus) Après une longue et lente montée entre la neige les rochers et les câbles nous atteignons le fameux refuge... bondé bien entendu.

 

Mont blanc 1992 6


Il faut préparer le repas composé de Raviolis à l'ancienne (en boite ) , qui ne cuiront pas bien... Dégueulasse!!!, en plus on n'avait pas faim, on a tout de même englouti la crème Mont Blanc, indispensable ce soir là.

Le soir, nous nous couchons à 3 sur 2 matelas, avec les sacs et le matos !!! Petite nuit.


2 heures du mat, on se lève, Sandrine est malade, elle décide de ne pas nous accompagner. Le déjeuner avalé, nous voilà sur les pentes de l'aiguille du Goûter. Le Dôme est atteint relativement rapidement. Le vent  fort nous accueille alors, en rafale il fait très froid (- 10 - -15°C).  Nos revenus d'étudiant nous ont permis un équipement adapté : jean pour Mathieu, pantalon de survet pour moi, Vieux blouson, et , cerise sur le gâteau : gants troués pour moi.


Nous attaquons la montée sur les bosses, le vent est très fort, de nombreuses cordées font demi -tour, à nous le Pôle Nord !!! Des morceaux de glace gros comme le point sont projeté" par le vent sur l'arête, nous heurtant pas moment.  Sur l'arête, à un moment, c'est l'accalmie, De nombreuses cordées font une "courte" pause. Nous décidons de repartir, j'utilise mon écharpe pour protéger mon gant, je suis congelé.  Certaines cordées restent bloquées de longs moments dans les passages difficiles. Le Vent se renforce. Dernier "raidillon" avant le sommet, 2 cordées ne parviennent pas à avancer. Nous sommes bloqués. 4750 m ... Nous décidons de redescendre, il fait trop froid. Nous décidons de faire une pause à Vallot pour récupérer... "erreur !"

 

Mont blanc 1992 7


Nous gravissons l'échelle qui y mène puis redescendons dans le refuge. Une quinzaine de visages violets et verts nous y accueille, il y règne un silence de mort, aucun n'aura la bonne idée de nous laisser un peu de place sur le bas flanc, nous nous asseyons 3 minutes sur les marches, et décidons de repartir. Nous sommes usés par le froid et le vent perpétuel. Le brouillard givrant nous englobe. On n'y voit pas à 10 mètres. Je laisse passer Mathieu devant, je suis trop fatigué. Nous décidons de faire une pause. Un Sportenine, j'essuie mes lunettes ( ce qui va me permettre de voir, il y avait du givre dessus) et nous repartons au galop vers le refuge. Nous y retrouvons Sandrine, contente de nous revoir.

 

Mont blanc 1992 8


La descente du refuge est longue mais sans histoire.

 


Voir les commentaires

Le sommet du Mont Blanc

Publié le par Guillaume Ledoux

 

 

 

 

 

 

 

2ème jour : Sommet du Mont Blanc - 4810 m

 

  Montagne-0917.JPG
   Montagne-0918.JPG     Montagne 0919

 1 h 40 du matin, après un bivouac à 3800 mètres, frisquet.

 

 Lever de soleil au dessus de Vallot : l'arête des bosses et le Mont Blanc

 

 Lever de soleil : aiguille du Midi et Mont Maudit

  Montagne 0921

 

  Montagne 0922

 

  Montagne 0923

Vue des Bosses

 

 dernier "raidillon"avant le sommet, là où ous avions fait demi tour avec Mathieu lors d'une tentative type "pole Nord"

 

 refuge bivouac Vallot

  Montagne 0935

 


 Montagne 0934

 

   Montagne 0924

 Au sommet du Mont Blanc

 

 Les Dômes de miage vus du sommeet du Mont Blanc

 

 Vue du sommet sur le Mont Maudit

     Montagne 0938


   
     A la descente : les Dômes de Miage et l'aiguille de Bionassay    

Voir les commentaires

<< < 10 11 12