Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #humeur tag

Les 3900 m !

Publié le par Apoutsiak

panorama-Obergabelhorn-Dent-blanche-lever-de-solei

 

Et oui, nous faisons trop la course aux 4000, délaissant au passage de magnifiques courses à 3900 m !

 

Oberland
 

 

Ebnefluh  3962
Bietschhorn     3934m
Eiger     3970m
Gross Wannenhorn     3905m
Klein Grünhorn     3913m

Mont Blanc

 

Aiguille d'Argentière     3901m     
Aiguille Centrale NW de Tré la Tête     3917m     
Aiguille Centrale SE de Tré la Tête     3930m     
Aiguille Sans Nom     3982m     
Aiguille de Tré la Tête     3931m
Grandes Jorasses - Pointe Young     3996m
Mont Mallet     3970m     
    
Ecrins Oisans


Ailefroide     3955m     
Ailefroide Centrale     3927m     
Ailefroide Occidentale     3954m     
Ailefroide - Pointe Fourastier     3908m
La Meije     3983m
La Meije - 3ème Dent     3951m
La Meije - Doigt de Dieu (pic central)     3973m
La Meije - Grand Pic     3982m
Mont Pelvoux - Pointe Durand     3932m
Mont Pelvoux - Pointe Puiseux     3943m
Pic Sans Nom     3913m     

Grison


Piz Argient     3945m
Pizzo Palù     3900m
Pizzo Scerscen     3971m
Piz Roseg     3937m
Piz Zupò     3996m

Grand Paradis - Italie
 

 

Grivola     3969m

Ortler 3905 m



Valais
 

Adlerhorn 3988 m

Fletschhorn     3982m

Grand Cornier     3962m
Schalihorn     3974m

Ulrichshorn  3925 m

Jägerhorn 3970 m

 

Pour info, dans ma courte carrière, j'ai déjà gravi l'aiguille d'Argentière par deux fois (glacier du milieu et couloir en Y, l'aiguille Nord de Tré la tête. J'ai fait une tentative sur le Gross Wannenhorn avec le CAF de Besançon, et une sur le Trugberg mais il me semble que nous n'avions atteint que le sommet d'hiver....

Dans les Ecrins, j'ai fait l'Ailefroide Oreintale avec Thib, et le Pelvoux pointe Puisieux , la traversée de la Meije avec Claire (toutes les pointes miam !) (sans compter la Meije Orientale !

Mon Objectif : le Fletschhorn, soit par sa magnifique face nord soit en point de départ d'une longue traversée avec bivouac vers le Weismies en passant par le Lagginhorn, 2 4000... désolé ! L'autre objectif : un raid dans la Bernina avec le Piz Palu ET la Bernina !

 

La liste est sans doute (très) incomplete, je me suis basé sur le fichier C2C en enlevant les sommets hors alpes. Aucun souci pour en rajouter ! N'hésitez pas à me contacter ! (Merci à Laurent et Moorkpour l'amélioration de la liste)

 

Pour info les 3 sous 4000 sont

Le Piz Zupo : 3996 m

La pointe young aux Grandes Jorasses... dur 3996 m

et la sacrosainte Meije 3983 m

 

vue_du_sommet_du_boschhorn_-_le_fletschorn.jpg

Voir les commentaires

André Sol - Une bouteille à la mer.

Publié le par Apoutsiak

http://www.lacouleurduvin.ch/cms/upload/image/paysage/bouteille_a_la_mer.jpgCela fait un moment que ça me démange, lancer une bouteille à la mer (internet), afin de remercier cet instituteur incroyable que j'ai eu au CM1 ( Ben oui, j'utilise ce blog à des fins personnelles !... détournement de blog  !)


Bref en CM1, dans mon école de Bry sur Marne (94) (école la Pépinière) je suis tombé sur un nouvel instit incroyable, André sol ! Il nous a fait passé une année extraordinaire avec en point d'orgue, 3 semaines en classe Verte près de Gap (là aussi pour l'endroit exact, j'ai oublié le nom !). Nous avions randonné dans cette belle région, je me souviens des demoiselles coiffées, de la neige,  et des parties de Thèque entre autre !


Durant cette année, nous avons, entre autre, construit un magnifique biplan en balsa (le mien était rouge, je crois comme celui du baron  Von Richthofen (lui parcontre, c'etait un triplan )


Bref, je profite de mon blog pour lancer un cyber remerciement à André Sol. En plus, comme mon blog est bien référencé google, l'article devrait sortir bien placé sur le moteur de recherche !...)


Si tous les instits pouvaient être comme lui...


MERCI !

 

Claire Santoni Dômes de Miage

Voir les commentaires

La Grande Casse - 3855 m

Publié le par Apoutsiak

Il y a 150 ans, le 8 Aôut 1860 exactement, Etienne Favre, Michel Croz et William Mathews (avec peut être George Bonney , révérent et géologue de la perfie Albion, mais les auteurs n'en sont pas sûrs, il aurait fait la Grande Sassière avant et le Viso après , mais aurait sans doute shuntée la princesse de la Vanoise) atteignent le sommet de la Savoie, la grande Casse par la voie évidente des Grands Couloirs : un grand Couloir de neige (et de glace en fin de saison) incliné à 40 45 ° peut être un poil plus ...

Cette voie deviendra la voie normale d'ascension de ce sommet !

 

150 ans !

 

 

Grande Casse - Face SudFace Sud de la Grande Casse - vue depuis le sommet de la Réchasse

 

A.Messimy et Jean-Jacques Blanc graviront le couloir Messimy (à droite des Grands Couloir) qui donne directement sur la Pointe Mathews. le 23 Août 1894. ( Messimy avait vécu un drâme sur lesp entes de la Grande Casse en 1892, la cordée de 4 militaires s'étaient perdue dans le brouillard, dans les pentes raides et 2 militaires décèdent, tandis que Messimy est parti chercher les secours)

 

Le 6 Août 1897 , c'est la petite face Nord qui tombe sous les coups de piolet (Droit !) de Joseph Amiez et des frères Puiseux ( ceux là même qui ont donné leur nom à la Brèche Puiseux dans le massif de Chamonix !)

 

La Face nord directe ou couloir des Italiens est gravie le 6 Août 1933 (en l'honneur de la naissance de mon père !) par deux Italiens : A Bonacossa et L Binaghi !

 

Grande Casse - face OuestGrande Casse, les grands Couloirs, face Ouest - coucher de soleil

 

En Mai 1996, je m'inscris dans l'histoire, on n'est jamais mieux servi que par soit même, je décide de partir à l'aventure à ski. Départ de Plan du Lac au dessus de Termignon, je rejoins le refuge du Col de la Vanoise. Au refuge, je rencontre des skieurs avec lesquelles nous décidons de faire cordée commune. Le lendemain, le temps est maussade et nous ne ferons que quelques virages dans les pentes de la Réchasse. Au refuge, je rencontre une amie de ma cousine Claire. Le 3ème jour, nous remontons une nouvelle fois vers le glacier de la Vanoise, dans le brouillard. et rejoignons la pointe du Dard 3206 m. Paysage magnifique, le soleil se lève au dessus d'une mer de nuage et la Grande Casse nous éblouit, magnifique.

Retour au refuge pour une 3ème nuit, mes compagnons de cordée repartent  et le gardien me convainc de tenter la Grande Casse le lendemain, elle est en excellente condition !

Je me laisse tenter, pour moi, la Grande Casse, c'est un peu la quintessence de l'alpinisme, il n'y a aucun sommet de difficulté supérieure atteignable pour le commun des mortels ! Seuls les fous vont au delà et ils sont peu nombreux ! Au refuge, deux jeunes à l'attirail fournit projette la petite face Nord puis de filer faire le Charbonnel en Haute Maurienne. Ils avalent deux grosses boites de conserve de ravioli, je suis impressionné, l'effort et la technique nécessaire à gravir ces faces doivent être proportionnels  à la taille des boites !

 

Dans l'après midi un groupe d'italien téméraires se lancent dans la descente à skis sous les yeux de tous les alpinistes présents au refuge. Le second skieur, loupe un des premier virages en haut des Grands couloirs. Il ne parvient pas à s'arrêter et prend rapidement de la vitesse. Le gardien le suit à la jumelle, on le voit bien à l'oeil nu, je suis tétanisé" par le drame qui se joue devant mes yeux, je vois mon futur premier mort en montagne tandis que le gardien à l'accent savoyard lance :

"Il ne va pas se faire mal, il va tomber dans les blocs !" Effectivement, au bout de 400 m l'italien disparaît dans des blocs de neige, puis on voit quelques chose bouger, il s'est relevé ! J'en suis tout étonné, miracle ! Et toujours plus miraculeux, il finira la descente à ski comme si de rien n'était !

 

Le lendemain, je suis le premier en action ( facile, en hors sac...) Je rejoins sans difficulté le pied du glacier de la Grande Casse !  Dès les premières pentes raides, bien avant le Grand Couloir lui même, je laisse les skis (on ne se refait pas) et poursuis en crampons. Après le premier coup de cul, la pente s'adoucit, je la remonte jusqu'au pied du Grand Couloir. Et c'est parti pour 400 m à 40 - 45 ° en neige, je trouve ça presque trop facile. Il fait grand beau. J'arrive au col entre le sommet et la pointe Mathews, c'est fait, de là, le sommet, Grande joie. D'autres alpinistes me suivent. Quelques photos, un peu d'eau une barre et je suis sur le retour, je veux descendre avant que ça ne se réchauffe.  le couloir se descends tranquille , je retrouve mes skis et le refuge. Heureux !

Retour à la voiture dans une neige soupe inskiable (on trouve les excuses qu'on peut).

De retour chez moi, je décide d'arrêter l'alpinisme. J'avais atteint mon Nirvana et aucune course ne pourrait être plus belle.  Décision de courte durée malheureusement pour ma dulcinée. C'est la première et seule fois que je prendrais cette décision !

 

Grande Casse face Nord - la ReineGrande Casse face Nord depuis la pointe de Bellecôte

 

Les autres tentatives, il y en a eu peu : nous avons passé nos vacances d'été 2009 à Pralognan, et je suis passé au bureau des guides avec pour objectif le couloir des Italiens, "Pas en condition !"

Cette année, était prévu un joli stage au CAF de Besançon avec en course d'application :traversée des Aiguilles de la Vanoise pour la course de Rocher et couloir des Italiens à la Grande Casse pour la course de Glace, en plus elle était en condition. Pour arriver en forme, je suis monté au col du Dard le premier jour puis au Grand Paradis pour peaufiner mon acclimatation !

En redescendant du Grand Paradis, à Pont, je décide de rappeler Christian organisateur du stage qui m'annonce que celui-ci est annulé !  C'est vrai que la météo était un peu pourrie mais bon ! Et c'est avec une grande déception que je me suis rentré !

 

Grande Casse - face NordGrande Casse face Nord, lever de soleil depuis la pointe de Bellecôte

 

Bon, je sais, on n'est passé de la Grande à la petite (toute) petite histoire mais bon, je n'ai pas pu m'empêcher !

 

 

 

 

Source Wikipedia

 

 

 

Voir les commentaires

Nuages de Tags

Publié le par Apoutsiak

Voir les commentaires

Comment se construisent les cairns

Publié le par Apoutsiak

Si cette question vous taraude, n'hésitez pas à aller voir cette vidéo qui permet mieux comprendre la création des cairns !

Bravo aux auteurs !!!

 

 


J'ai vaguement plagié cette vidéo  dans une tentative au Dolent
C'est ladeuxième vidéo de ce lien
Bonne lecture

 

Voir les commentaires

Nuages de Tags

Publié le par Apoutsiak

Voir les commentaires

Succès incroyable et non démenti de Miss France à la guerre mondiale

Publié le par Apoutsiak

de ce blog !

Ce jour, 2 Septembre 2009, on compte au total 273 993 visiteurs et 900 612 pages vues !!! depuis sa création le 20  Juin 2005... Le cap des 1 000 000 de pages vues est en vue !

Un nouveau classement des blogs est en place depuis le début de l'été sur Over blog et mon bébé est classé 847 ème
dans le top des blogs et 12ème dans la catégorie voyage du top des blogs !

dans la catégorie top des blogs, ce blog est judicieusement placé entre le blog de Miss France et celui sur la seconde guerre mondiale au jour le jour. A vous de choisir entre le charme et l'Histoire avec un Grand H ! ( je crois que je connais par avance le résultat... )
Bref, ça n'est pas sans une certaine fierté que cet article est publié !

Tapez donc alpiniste sur google ! et nous sommes en 3ème position !

Tapez alpinisme et nous voilà 5ème !

Täschhorn Dom : 3 ème, flûte encore derrière C2C et Wikipedia, mes deux plus grands adversaires..

Pour ceux qui ont déjà fait des courses avec moi, tapez donc votre nom dans google !!! et n'oublier pas de cliquer sur image !

Bref, je suis fier (comme Artaban), le petit alpiniste est un des blogs alpi les plus lu dans les foyers, MERCI à tous !


Voir les commentaires

Henry et Vincendon : Tragédie au Mont Blanc - vidéo

Publié le par Apoutsiak

Jean Vincendon et François Henry sont deux alpinistes. Vincendon est aspirant guide et Henry est un fort grimpeur Belge. Ils décident de gravir ensemble l'éperon de la Brenve en hivernal ( rappel : en 1956, l'équipement  n'est en aucun cas celui d'aujourd'hui, c'est : crampons 10 pointes et piolet en bois !
Le livre de Yves Ballu "l'affaire Vincendon et Henry" résume parfaitement les évenements !

Donc nos grimpeurs prennent le téléphérique de l'aiguille du Midi, le 22 Décembre, ils sont lourdement chargés (trop) et n'ont malheureusement aucune experience des hivernales, sans doute une première grosse erreur, ils auraient sans doute du commencer par un sommet plus accessible pour se familiariser avec les conditions difficiles de l'hiver !
Leur ami Dufourmantelle avec un autre alpiniste l'a gravi la semaine précédente, ils ont sans doute eu un peu la pression.

Ce soir là, ils rencontrent au bivouac de la Fourche, Walter Bonnati, en repérage sur l'itinéraire de la Poire.
Bizarrement , alors que le temps est au beau fixe, il ne font rien les deux jours suivant et font demi tour le 24 pour rentrer à Chamonix. On ne sais pourquoi ils n'ont rien fait !
Ils croisent Bonnatti et Ghersen ce qui les remotive il remonte à la Fourche avec eux et passent le réveillon.

Bonnatti va tracer le col Moore
Le 25 Décembre, les deux cordées se lancent, elle se séparent au col Moore, les Italiens vers la Poire et les Franco Belge dans la Brenva. Le mauvais temps les surprend et Bonatti decide de sortir par la Brenva il traverse et s'etonne, Vicendon et Henry sont en dessous de lui ! Ils sont vraiemnt très lents (trop chargés ?) Il poursuit, le temps se gâte, c'est la tempête, Bonatti fait la trace. La tempête se renforce, ils s'enterrent, Vincendon et Henry font sans doute de même en dessous ! Nuit horrible dans le froid et le vent qui s'insinue partout. Le lendemain matin Bonatti entend les deux francophones, il descend, les encorde et voit qu'ils ne sont pas en état de poursuivre seuls. Il les encorde et repart, il sort la voie . Arrivés à la Brenva, il est déjà tard, il interdit à Ghersen de faire une pause, conscient qu'il faut arriver à Vallot avant la nuit ! Vincendon et Henry reprennent leur indépendance et font une pause, simple erreur, grosses conséquences, leur salut passait sans doute par Bonatti !

Bonatti va rejoinder Vallot à la nuit, -15°C dans le refuge ( -30°C dehors sans compter le vent !) le lendemain, il appelle Vincendon et Henry mais rien, Ghersen est au plus mal, il faut le redescendre, il a des gelures. La descente par le glacier du Miage passe par la chute dans une crevasse de Bonatti puis par un bivouac avant de rejoindre  le refuge Gonella et son chauffage ! mais où la bouffe entrepausée à l'avance a disparue !

A chamonix, les compagnons de henry et Vincendon s'inquietent et contactent les secours. Mais de secours
en hiver, en 1956,  il n'y a pas. L'été, ils sont assurés par 3 organismes ( l'EMHM école Militaire de Haute Montagne, l'ENSA, école nationale de ski et d'alpinisme et la compagnie des guides de Chamonix) Mais personne n'est chaud pour aller risquer sa vie pour deux inconscients, on ne fait pas de la montagne en hiver !... Et l'organisme de secours n'est organisé que pour l'été !
Les amis de Vencendon et Henry tentent de les rejoinder par Tête Rousse et le Gouter , mais il neige, ils ne depasseront pas le refuge de Tête Rousse

Le 27 Décembre un hélicoptère Sikorsky S55 fait une reconnaissance mais ne repère pas les deux hommes. (pour information, on ne savait pas comment réagiraient les sikorski à 4000 m )Le lendemain on les  repère et on leur largue des couvertures, déjà 3 jours de mauvais temps à dormir à 4500 m !  Vincendon et Henry, au lieu de monter au sommet du Mont Blanc pour redescendre sur Vallot ( 300 m d'ascension facile à réaliser... facile en forme et par beau temps) ont préféré essayer de descendre directement sur les Grands Mulets et se retrouvent bloqués au dessus d'une barre de séracs.
Ils sont exténués, leur salut passe par les secours
.


Dans la vallée, on s'organise, Le capitaine Legall de l'EMHM a pris les choses en main, ça n'est pas un alpiniste, c'est un militaire !

Le 31 Décembre, Lionel Terray et des amis de Vencendon et Henry décident de faire une caravane et de passer par le refuge des Grands Mulets, pour rejoindre Vincendon et Henry par le bas ! Ils progressent difficilement vers le refuge.
Le meme jour, 4 guides sont déposés au col des Dôme, vers le Dôme du Gouter ( 2 vont aller à Vallot et 2 vont descendre vers Vincendon et Henry). l'autre rotation va tourner au drâme. Le pilote, Blanc tente de se poser à proximité des alpinistes, mais la poudreuse aveugle le pilote et le Sikorsky s'écrase et se couche sans exploser. Le pilote est extrêmement choqué.
Tout le monde se regroupe dans l'hélicoptère. Les sauveteurs décident de sauver d'abord les pilotes avant de venir chercher Vincendon et Henry qui souffrent de gelures extrêmement importantes ! (bras jambes visage... ) Vincendon et Henry racontent leur périple, c'est Henry qui a aidé Vincendon à tenir. Henry essaie même avec ses mains gelées de rechauffer les mains de Blanc le pilote de l'helicoptère.

Les sauveteurs font deux cordées de 3 pour revenir à Vallot (l'observatoire)  (balisé avec des fagnons par la cordée descendante)  Blanc tombe dans une crevasse. Les guides doivent le trainer jusqu'à Vallot dans la nuit. L'autre cordée, perdue dans la nuit, bivouaquera au col des Dômes.

Les sauveteurs se retrouvent à 8 à Vallot, il fait -15°C dans le bivouac. Blanc est au plus mal. Le mauvais temps s'instale. L'objectif est de sauver en 1 les sauveteurs avant de sauver les deux alpinistes. C'est l'effervescence à Chamonix et au Fayet.

Deux allouettes sont dépéchées. 2 jours plus tard, le 3 Janvier, les allouettes parviennent à évacuer les 8 hommes de Vallot, par contre les alpinistes sont laissés sur la montagne. Le colonel Le gall en personne va survoler le sikorski écrasé ou se trouvent Vincendon et Henry. Au départ etait prévu qu'il descende constater un éventuel décès des deux hommes, mais Legalle décide que le danger lié aux crevasses est trop important et décide d'arrêter les secours.



On retrouvera 2 mois plus tard le corps de Vincendon dans la position où l'on l'avait trouvé tandis qu'Henry avait essayé de sortir de l'appareil avant de mourir. Tentative  pour se faire remarquer par l'alouette de Le Gall ? On ne le saura jamais. Les deux hommes ont résisté pendant près de 13 jours aux grands froids et à la tempête. Un calvaire.


 
Ce sauvetage assurera la promotion de ce nouvel hélicoptère français : l'alouette ( 500 exemplaires vendus l'année suivante)

 

 

Naufrages-Mont-Blanc-1
envoyé par troupe-agape. -
 

Naufrages-Mont-Blanc-2
envoyé par troupe-agape. -
 

Naufrages-Mont-Blanc-3
envoyé par troupe-agape. -

Le blog d'Yves Ballu, très complet
 

Voir les commentaires

Des éoliennes au sommet du Suchet et du Chasseron (:-(

Publié le par Apoutsiak

Hier, ( 9 Juillet 2009)  tranquillement instalé au bureau, je lisais l'Est Républicain, et, en page région, je lis :

"Vent de folie sur les crêtes Suisses !

Le plus gros projet éolien de Suisse est prévu sur les crêtes voisines du Haut Doubs. Les sites pour exploiter lénergie du vent se multiplient un peu partout outre-frontière."

Des investissemetns de l'ordre de 240 millions de francs suisses pour ériger des champs d'éolienne avec des mats de 80 à 100 m de haut. Elles se situerons au sommet du Chasseron (l'épaule ?) à 1300 m  et seront instalées pour l'horizon 2013 ! Le premier parc sera réalisé pour 2011 ! 7 éoliennes qui produiront 11 MW ( consommation de 7000 habitants environ) au dessus de Sainte Croix ( sous le Chasseron ) . Romande energie prévoit de produire 330 KWh en 2020 soit 10 % de l'électrécité fournie.

Il y a d'autres sites visés : Crêt Meuron ( 7 éoliennes), Chaumont au dessus de Neuchâtel et Joux du Plane. Le Suchet lui aussi est une cible avec le Bel Coster ( 12 éoliennes  2 MW 16000 habitants)

Que penser de ces projets ?

Si l'aspect "production d'énergie propre" est peu discuté (même si certains émettent déjà des réserves quant à la rentabilité de certaines éoliennes) l'aspect environnemental est completemetn occulté. Je ne connais pas l'emplacement exact des futures éoliennes, mais le Suchet et le Chasseron qui seront les principales cibles de ce projet vont voir leur environnement changé. Il serait étonnant que les Chamois paissent aussi tranquillement qu'aujourd'hui sous les éoliennes.
Les marmottes, réimplantées il y a peu vont peut être souffrir de ce nouvel environnement, je ne parle pas des autres espèces ( renards oiseaux...)



Il me parrait important de ne pas dénaturer le paysage et de placer les éoliennes versant Sainte Croix à proximité des instalatinos de skis ( ça fera des verrues les unes sur les autres) et de mesurer l'impact environnemental exact de ces installations !

Si le projet voit le jour, on a déjà prévu de faire un concours de l'éolinne la plus rapide... C'est vrai qu'au sommet du Chasseron, il y a souvent du vent !

Je reste dubitatif...

A suivre
Hiver - vue du Chasseron


marmotte


Tempête sur les crêtes du Chasseron - le sommet proncipal vu des petites Roches

 

Tempête sur le Chasseron
Vidéo : Chamois au sommet du Chasseron

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>