Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m

Publié le par Apoutsiak

Partir en amoureux pour la traversée des Dômes de Miage, le rêve.

Mais quand la météo ne laisse qu'une petite fenêtre, et que les crevasses s'en mêlent... ça pimente la sortie !

 

Vidéo

Topo :

Refuge : du parking de Cugnon prendre le sentier qui permet de gagner le refuge de Tré la Tête (2 h 15)

De Tré la Tête 2 options :

  • soit par la passerelle (option non choisie, les échelles étaient fermées en Juin 2020 du fait d'éboulements)
  •  soit par le glacier de Tré la Tête (lire ci après)

Prendre le sentier qui part au dessus du refuge de Tré la Tête et rejoindre de grandes dalles qui marquent le début du mauvais pas. Suivre au mieux le sentier qui longe des barres rocheuses et en surplombent et rejoindre la plage au pied du glacier de Tré la Tête.

Remonter le glacier en rive droite (caillasse) sente, cairns difficiles à suivre, jusqu'à venir buter contre de grande barres rocheuses.  2 options : remonter la barre en prenant tout à droite et en remontant le long du glacier. Soit (ce que nous avons choisi) remonter les pentes à droites pour gagner la rive gauche du glacier remonter quelques mètres avant de revenir au dessus rive gauche (tout en cailloux, toujours !)

Remonter la rive droite, une portion de 50 m de déniv en glace noire (pente à 40°) désagréable.

Au dessus, passer par dessus la rimaye en rive droite et repérer la sente qui remonte vers le refuge (c'est la bonne) l'autre option est de poursuivre plus loin pour remonter au mieux vers le refuge par le chemin d'hiver.

Sommet : Dômes de Miage

Remonter de 50 m au dessus du refuge puis poursuivre à flanc avant de descendre légèrement pour passer sous l'éperon de la pointe des conscrits. Prendre pied sur le glacier et le longer au mieux  en restant rive droite (crevasses ) passer le point 3169 m (carte ign) en restant rive droite puis par un mouvement enveloppant (gauche droite) venir vers l'éperon qui descend du sommet principal des Dômes de Miage . Longer l'éperon en restant proche de lui (crevasses ) puis gagner le col des Dômes (3564 m) du col , revenir légèrement versant Tré la tête et remonter le petit goulet en pente raide et tirer vers la droite qui permet de gagner le Dôme 3633 m. Redescendre au col suivant et remonter le Dôme que tout le monde connait (ne pas oublier de faire quelques photos ) on gagne le premier dôme central  3666 m puis le second, dôme occidental (3666 m)

Attention aux corniches sur la traversée

Descendre alors sur le glacier d'Armancette en restant le long de l'arête (à main gauche) on rejoint le col de la Bérangère 3348 m  (échappatoire, possibilité de rappels pour rejoindre le glacier de Tré la tête (pour mémoire, avant on montait là en crampons !) (l'autre échappatoire est de descendre le glacier d'Armancette à pied (crevasses )

Longer le pied du col puis par un petit couloir de 20 m gagner l'arête du col que l'on suit au mieux pour venir buter sur les pentes plus raide de l'aiguille de la Bérangère, remonter les premières pentes en restant proche de l'arête puis tirer à gauche pour viser une grosse dalle sur l'arête que l'on contourne par en dessous. Gagner l'arête et redescendre quelques mètres , la suite se fait sur le fil de l'arête, un petit pas d'escalade en II permet de gagner le sommet.

 

Descente : suivre l'arête Sud Est de la Bérangère sur une 50 aine de mètre avant de basculer à droite pour gagner des pentes moins raides. Descendre plein sud avant de tirer à droite sur le plat (ouest) pour passer un collet. La suite se fait dans des pentes douces, en neige, orientation Sud Ouest. On rejoint le refuge parfois sur les fesses quand les conditions sont bonnes !

 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m

Récit

Sandrine elle n'aime pas les orages

Sandrine elle n'aime pas les crevasses

 

Tout est dit, et ce week-end, j'ai prévu d'emmener ma belle aux Dômes de Miage. Pour moi une des plus belles courses des alpes. Toute la semaine j'ai inspecté la météo, comparé les bulletins, il me faut me rendre à l'évidence : il y a peut être une fenêtre météo le samedi matin mais elle n'est pas flagrante. Mon légendaire optimisme prend le dessus. Je la vois, je la sens, elle est là, elle est courte , mais de toute façon, même en son absence, je la verrai, je veux aller en montagne.

Nous voilà parti, tôt le matin de la maison; passage par le Vieux Campeur  afin d'admirer les dernières nouveautés et vider un poil le compte en banque. On en profite pour acheter un bon pique nique dans une bonne boulangerie, et direction le parking de Cugnon.

On s'équipe, on pique nique, et on part.. flûte, Sandrine a oublié un truc à la voiture, et hop un aller retour... Elle revient, flûte, j'ai oublié un truc à la voiture, second aller retour ! on a perdu 10 minutes, le vrai départ est donné. On remonte le sentier du refuge de Tré la Tête , moi devant, imprimant le rythme, Sandrine, polie derrière, sage et concentrée.  Plus on s'élève, plus on sent le vent, le foehn annoncé est bien là, il devrait se stopper demain matin, heureusement d’ailleurs, car demain matin on est sur l'arête, ça sera quand même tout de même mieux de ne pas se faire embarquer par le vent.

Bref , on monte, le vent fait frétiller tous les végétaux , c'est beau, mais ça fait un bruit constant.  on débouche à Tré la Tête pour une courte pause. En montagne, les pauses sont toujours trop courtes.

on a mis 2 h 15 pour arriver ici, j'avais annoncé 2 h 2h 30, et vu qu'au départ on a fait nos inutiles aller retour...

 

 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m

Au dessus de Tré la Tête, on suit le joli sentier. C'est bucolique, mais ça grimpe. Dans mon élan, je me fourvoie, on redescends hors piste et on rejoint le sentier.  Le vent est fort, rendant tout discussion difficile, on se fait un peu balloté, le foehn s’engouffre dans la gorge du mauvais pas, on est juste en face d'un énorme ventilateur.  D'un signe de main, j'indique à Sandrine de passer juste au dessus d'un rocher, je poursuis sans me retourner, 10 minutes plus tard, je suis au "sommet" du mauvais pas, je me retourne, personne.

Inquiétude. Je scrute, en haut, je scrute en bas. Personne.

Au loin, plutôt au dessus, je vois une silhouette.

Je ne comprends pas.

Qu'est ce qu'elle fait là haut. "Bah oui, tu m'as dit d'aller au dessus" et ben quand je lui ai dit de passer 3 m à ma gauche, elle a compris qu'il fallait monter dans la pampa à gauche. Et elle a galéré pendant le dernier quart d'heure sans comprendre mon intention. Bon désormais, je la ferai naviguer dans mes pas.

On attaque la descente du mauvais pas. Le glacier semble bien loin et bien couvert de cailloux au loin. Le vent projette les embruns des cascades dans nos tronches fatiguées. Ça monte, ça descend, ça longe, avant de redescendre sur la plage. Oui, le glacier s'est retiré, il laisse la place à une jolie plage de sable.

Malheureusement, il y a le mistral aujourd'hui, et on peine à tenir debout dans ce goulot d'étranglement. Pas de farniente, et je commence à voir qu'on va peut être être juste au refuge. Enfin quand je dis je, c'est plutôt Sandrine qui me l'a fait remarqué.

Bon je fais semblant de rien, mais n'en pense pas moins...

 

 

 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m

La suite, heureusement que la gardienne m'avait donné l'indication de "bien rester en rive droite"

Oui, avant, il suffisait de  remonter le glacier, tranquille pépouse, en pente douce en suivant les cairns et la sente en rive gauche ou au centre. Mais ça, c'était avant !  Aujourd'hui, c'est tout à droite, une sente pourrie, quelques cairns au milieu des cailloux. J'ai trouvé ça pas trop glamour, Sandrine encore moins.  J'avance , je prends quelques mètres d'avance, pour repérer le cairn suivant au moment ou Sandrine me rejoint! On finit par rejoindre un névé qui mène au pied d'une énorme barre rocheuse peu sympathique. Bon,  par où ça passe. Soit par une dalle qui semble scabreuse ( mais qui respecte la consigne de la gardienne) soit en faisant un détour par la droite (rive gauche du glacier) avant de revenir en descendant pour contourner l'obstacle.

Sandrine n'étant pas une grande grimpeuse, je pense que mon option 2 est la bonne, si elle passe . Croisons les doigts pour ne pas croiser de crevasse.

Au dessus on voit les 4 qui sont partis 1/2 h avant nous du parking.

Je pars pour mon contournement d'obstacle, rocher pourri sur de la glace. Je galope quand même pour voir si ça passe, et... ça passe. Ouf, Sandrine m'aurait tué. On aurait retrouvé mon corps éparpillé au 4 coin du glacier. Suicide ou accident se serait interrogé la marée chaussé, passant à coté de la bonne hypothèse : un apoutsiakicide ! Bon vu que ça passe, mon corps reste sans solution de continuité. Je redescends quelques mètres, traverse quelques crevasses bouchées par des rochers et rejoins un névé.

 

Petite pause pour s'encorder, au dessus de nous une belle pente de glace grise nous attend. L'inclinaison n'est pas extrême, mais il serait extrêmement désagréable de s'en coller une.

Le temps de vider le sac , oui, j'ai eu la bonne idée de ranger les crampons au fond ! Le foehn toujours présent emporte mon sac à viande (obligatoire en cette période de Covid) , un bâton et une casquette. Je cours comme un dératé à la poursuite de mon précieux matériel, et le récupère. 

On s'encorde, on sort les piolets. Et c'est parti. Je fais un détour pour tâter le bas de la glace vive, mais surtout pour la faire tâter à Sandrine, je sais qu'elle stresse, je veux lui montrer que ça tient. Je sais également que c'est sans doute le passage le plus délicat de la course, le seul passage en glace.

Le détour est fait, ça la rassure à peine, on reprend le névé pour le remonter au plus haut avant de remettre les pieds sur la glace. J'avance doucement, corde tendue, court, extrêmement court. Je parle à Sandrine. Le foehn continue de nous bousculer, mais ma lourde masse est un atout ! Je parle à Sandrine pour la rassurer. on avance sur cette pente de glace, une chute serait désagréable mais pas grave, en dessous le névé semble vouloir nous accueillir avec joie. La pente se fait moins forte, on retrouve la neige, trempée et un replat.

Sur les sommets en vue, le foehn fait son effet, de lourds nuages bourgeonnent et tombent en face Nord. Pas sûr qu'il fasse si beau demain.

Je rejoins la moraine. Je laisse Sandrine partir devant tandis que je range le matos. Elle galope au loin, je la suis.  On se retrouve sous le refuge, à l'endroit où on y monte en ski de rando. On rattrape l'arrière du groupe de 4. On remonte alors un mauvais pierrier avant de retrouver une trace sur un névé. Le foehn finit de nous user. Un bruit constant, une force qui te déséquilibre par moment.

On arrive au refuge un poil fatigué, Sandrine est dégoutée par la montée. J'espère que demain il va faire beau, sinon je ne donne pas cher de ma peau...

 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m

Soirée en refuge, bon on est arrivé à 6 h , le repas est à 7 h , ça nous laisse juste le temps de nous installer, rien de plus. Nous sommes seulement 8 au refuge ce soir. On mange un excellent repas, puis on discute avec les autres cordées. On a tous observé une petite fenêtre météo. Finalement, le guide et son client renonce à partir pour le sommet et se contenteront de la Bérangère, comme 2  des 4 alpinistes que nous avons côtoyés à la montée. On ne sera que 4. Ça fait pas beaucoup pour tracer sachant que la trace est à faire et que Sandrine ne tracera pas.

 

On se couche vers 8 h 30, sans certitude. La fenêtre de notre chambre tape sous les coups de bouttoir du foehn. Réveil à 3 h 30.

 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m

3 h 30, le réveil sonne, j'ai bien dormi, Sandrine aussi. On s'équipe, on déjeune, puis on se retrouve en bas avec l'autre cordée. Derniers préparatifs, le casque, les frontales. 4 h 15, c'est parti. On part devant, l'autre cordée 5 minutes derrière. Il y a une trace, ouf. La neige a du être difficile à tracer, une grosse croute de 15 cm puis en dessous une trace assez profonde. Après une petite montée, voilà que la trace part à flanc, classique.  On avance l'un derrière l'autre. Il y a encore pas mal de nuages sur la Lex blanche, le foehn est encore là, j'ai un peu de doutes concernant la fenêtre météo. 

On redescend pour passer sous l'éperon qui descend lui aussi de la pointe des Conscrits, traversée d'une coulée d'avalanche. Et... plus de trace ! Enfer et damnation ! On n'est pas rendu. Je m'attelle à la tache, et vu que je suis un peu lourd, c'est ardu. La couche de croute casse en un jolie rond puis je m'enfonce. Malgré l'effort, je parviens à trouver le rythme.  On opère une pause pour nous encorder, l'autre cordée passe devant. Un peu de repos.

Encordés, on repart vers l'avant, et on rattrape la cordée. Forcement ils tracent et c'est plus facile. Bon, eux ils s'enfoncent moins car ils sont plus légers mais bon. On ne va pas revenir en permanence sur mon léger surpoids chronique ...  Hop je reprends mon tour pour mon 1/4 d'heure de traçage avant de le laisser quand ils me proposent de retracer.  On se retrouve en rive droite du glacier à couper les crevasses cachées par les dernières chutes de neige. Le premier tape avec son bâton les crevasses qui hurlent de douleur, tout ça pour en voir les bords. L'endroit n'est pas sympathique. Je finis par décider de descendre plus bas , à un endroit moins zébré d'obstacle.

Sandrine m'a dit qu'elle préférait la technique de tapage de crevasse plutôt que celle du grand bourrin qui avance sans réfléchir. Elle va plus vite (la technique, pas Sandrine). Deux nouvelles, une bonne et une nouvelle, la bonne : on avance plus vite, la mauvaise, on se retrouve devant alors que j'avais tracé il y peu.

Mais j'avance...

 

 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m

Me voilà sur le plat du glacier, j'opère un virage à droite, et ô miracle, par moment je tiens sans percer la croute. Me voilà tel un équilibriste essayant d'avancer en me faisant léger. Quand je me retourne, je vois Sandrine qui fait ça sans effort. On a largué la seconde cordée. Ils me rattraperont plus haut, me dis-je...

Le foehn nous apporte les nuages à proximité du col infranchissable, rendant l'ambiance austère. Et ma fenêtre météo. Je tire à présent sur am gauche, évaluant les endroits où vont se trouver les perfides crevasses. Je fais au mieux.

Tout à coup, un cri

C'est Sandrine. Je me retourne

Elle est dans une crevasse

Les deux pieds, presque jusqu'à la taille.

Mon cerveau travaille tout seul, évaluation de la situation : "pas bonne"

Encordement : "Correct, encordement long, corde tendue"

Panique : "Zéro"

"Essaie de remonter" Je lui lance

Mais Sandrine n'y parvient pas, ses crampons ne parviennent pas à atteindre le bord de la crevasse.

"Attends"

Je pause tranquillement mes bâtons et mon piolet

ET JE TIRE COMME UN SOURD !

Et je la sors (bah oui, elle est pas très lourde !)

Et là c'est la petite aparté de Sandrine et les crevasses. Oui, Sandrine elle ne sort pas souvent haute montagne, mais elle a le don, pour tomber dans les crevasses. Il y a près de 25 ans, au Dôme de la Lauze, 40 cm de neige fraiche, elle s'était là aussi retrouvée avec les hanches sous le niveau de la neige, position désagréable. Elle a également passé le pied dans des trous à la Punta Giordani entre autre. Elle n'aimait pas les crevasses au départ, ça ne s'est pas arrangé. La journée aux Dômes n'a rien donné de bon de ce coté là.

Bon bref, je suis un peu le héros de l'histoire, j'ai sauvé Sandrine de la crevasse. à la fois c'est moi qui l'ai amené là.  Elle n'avait qu'à pas marcher 1 m à coté de ma trace ... D’ailleurs aujourd'hui on est vite un héros. Pour un oui ou un non on devient un héros alors qu'on fait que son devoir, son travail, mais bon laissons là ces réflexions et revenons à notre maléfique et machiavélique glacier (si tant est qu'il puisse l’être )

On repart, et j'entends régulièrement : "crevasse à droite", "crevasse à gauche". Elle me fait rire, les crevasses sont à plus de 70 m. J'ai même droit à un attention aux séracs alors que le danger est absent. Je crois que je l'ai stressée...

Le brouillard s’épaissit, je n'y vois plus à 5 m quand j'arrive à un trou, on dirait une énorme crevasse. Impossible de savoir s'il faut descendre dedans , s'il faut revenir un peu en arrière. J'attends que ça se lève. En fait, ça passe tout droit. J'avance, la neige n'est plus croutée , mais c'est de la poudre tassée dans laquelle, toujours, je m'enfonce.

La remontée du col est longue, dans le vent, dans le brouillard qui se déchire, la fenêtre météo est à 9 h, elle se termine à 12 h. Sur le Dôme Oriental, un nuage de foehn s'est formé, il est emporté , à vive allure, par le vent !

 

 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m

On arrive au col, enfin. Je vois que Sandrine est dans le dur. je sais qu'elle sait que des orages sont annoncés cet après midi et qu'elle ne veut surtout pas se les prendre. Avec la trace on a pris du retard (1 h 30 environ) mais je reste optimiste (je suis toujours optimiste) Je faisais semblant de lui proposer d'aller au sommet Est, je sais qu'elle va refuser, ça lui donnera l'impression d'avoir le choix. L'autre cordée arrive quand on repart pour la traversée. Le ciel s'est un peu éclairci quand j'attaque le petit couloir. Le neige est parfois inconsistante, mais je progresse bien, remontée du couloir puis traversée, une petite arête et voilà le premier Dôme et la vue incroyable sur le Dôme central.

Courte pause, tout est à tracer et j'ai bien l'impression que je vais me faire toute la course devant.

on repart vers le Dôme central, la descente est courte puis c'est un peu la bagarre. La qualité de la neige est vraiment variable. Je m'enfonce parfois jusqu'au genou, il faut se méfier des corniches. Je bataille pour remonter jusqu'au sommet alors que c'est si simple en condition normale. Le ciel bleu a laissé la place a un ciel gris, je suis content d'arriver au sommet ! Yes!

 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m

La suite de la traversée reste technique. J'avoue que dans l'effort je ne profite pas beaucoup de la vue. D'autant plus que je sais qu'à la fin, l'aiguille de la Bérangère nous attend. J'espère des traces de descente, mais je n'y crois pas trop.

Dernier sommet, nos 2 acolytes nous rejoignent et nous remercient pour la trace. Je négocie un vin chaud au refuge. Sandrine retrouve le sourire, elle sait qu'il ne reste plus que la Bérangère à gravir.

On attaque la descente, Sandrine devant, avec son genou délicat (oui Sandrine a super mal au genou depuis 15 jours !) Bref , on descend tranquille, tout en traçant. Derrière la Bérangère, le ciel est sombre, le mauvais temps est là, la fenêtre se referme. Pourvu qu'on ne se choppe pas l'orage.

On est en plein ciel avec la vallée de l'Arve à nos pieds.

Le contraste entre la neige et le fond de vallée est intense. Je guide Sandrine pour descendre au mieux, on travers quelques grosses coulées d'avalanche et on rejoint le col de la Bérangère. Je passe voir à quoi ressemble son versant Tré la Tête que j'ai remonté en 1995 (oui, ça date) à l'époque on remontait là par un couloir en neige. Ben y'a plus rien. Pour info, on peut faire des rappels (dont je ne connais pas la distance pour descendre).

Bon maintenant, j'ai décidé de tout tracer, je ne vais pas lâcher le morceau maintenant. C'est quand même classe de tracer une course comme ça !

Je scrute la Bérangère, je ne sais pas exactement ou remonter le col même si je suis passé par mal de fois par ici; je tente une première approche mais je tombe sur une dalle versant Tré la Tête, je redescends et je trouve un petit couloir, neige inconsistante, grands pas , et hop, je me retrouve sur l'arête du col. J'avance prudemment mais j'avance. Il fait gris à présent. Je sue à grosse goutte, et de la buée envahie mes lunettes.  Je décide de les ôter, la luminosité est faible. De toute façon, je n'y vois pas assez bien pour choisir correctement mon itinéraire. Je reste sur l'arête du col, tout en rassurant Sandrine, avant de venir buter sur la pente de la Bérangère. La suite, je l'ai bien en tête; Je remonte la pente raide puis traverse sous le gros bloc pour rejoindre l'arête.  Courte descente puis petite remontée sur le fil (il y a 2 ans, avec Yves j'avais cassé un crampon dans le mixte pourri un peu en dessous, je ne me souviens plus pourquoi l'arête ne passait pas) . C'est plutôt rando. Je sais qu'il ne reste plus grand chose. Juste un petit pas d'escalade. Je lis dans le regard de Sandrine son inquiétude.  Je remonte rapido le petit bloc et l'aide à me rejoindre, je termine la trace jusqu'au sommet ... YES.

Sandrine arrive heureuse. Le grésil est là, mais on devrait être vite au refuge.

L'autre cordée arrive, ou plutôt elle sort du brouillard . On papote, et on ne traine pas. On attaque la descente, esthétique sur la petite arête avant de retrouver le grand névé. Je m'enfonce , à fond, je n'aurai fait que ça toute la journée. On fini par se décorder et enlever les crampons. Je dis à Sandrine de partir devant, je rangerai le matos.

La manœuvre de rangement prend du temps, Sandrine est loin devant. J'ai toujours peur qu'elle se perde... Je pars donc le dernier. Je glisse sur les fesses quand je peux. Mais mon sac s'enfonce souvent pas mal et il me faut marcher. Je rattrape la cordée , et dépasse ses deux membres. Je vois au loin Sandrine dévalant les pentes. La neige , à présent , c'est le grosse soupe infâme. J'avance rapidement et rejoint le refuge ou un bouquetin m'accueille. Le truc qui est bien, on a décidé de redormir là et de ne descendre que demain.

Quand je rentre dans le refuge, je vois le piolet de Sandrine, ouf, elle est là. Je range le matos et fait sécher dans le séchoir les fringues humides. Quand je rentre dans la grande salle, je suis fier comme Artaban. Sandrine est là, elle est arrivée il y a 20 minutes ! Pas mal pour quelqu'un qui a mal au genou ! . on papote, on debriffe. On donne même quelques infos concernant les conditions à des guides (la classe non ?)

L'autre cordée arrive, on papote. on mange une omelette au reblochon, divine avant une sieste tout aussi divine . Il neige tout l'après midi. Les cordées qui arrivent au refuge, sont trempées.

Vin chaud (promis) merci -  repas du soir et au lit.

Ce soir, le refuge est plein

 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m

6 h, on déjeuné tranquille avant de quitter le refuge. il a neigé 20 cm, on attaque la descente dans une bonne ambiance. On met les crampons pour les névés raides. Sandrine me fait rire en se moquant de moi et de mon coté "chef". On rejoint le glacier et sa pente de glace qui stresse Sandrine. Quelques coups de crampons et de piolet plus tard on est en bas. No soucy. On opère le même contournement pour  éviter la portion d'escalade. En dessous on observe une magnifique cascade. Puis c'est la longue et désagréable descente du glacier tout en rocher.

Heureusement la plage nous attend, mais on n'y pose pas notre serviette. Et hop, il faut remonter au mauvais pas. Par chance quelques bouquetins nous accueillent à Tré la Tête.

La descente de tré la tête est moins marrante avec un genou douloureux. Mais on arrive tranquillement à la voiture avant de renter à la maison

 

FIN

 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m
 Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m Alpinisme : Traversée des Dômes de Miage - 3673 m

Voir les commentaires