Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Publié le par Apoutsiak

Deux sommets peu connus, mais en fait ce sont deux 4000 un peu techniques des alpes (4035 m et 4102 m) . L'idée était de montée au Couvercle puis de gagner le Col Armand Charlet par le couloir du col (un couloir parallèle au Whymper à la Verte. De là, à droite pour l'aiguille du jardin, puis retour au col pour gagner à gauche, la Grande Rocheuse.

Puis ç'aurait été rappel puis Aiguille Verte et retour par le Whymper

ou

descente directe dans le Whymper

ou

descente par le col Armand Charlet le couloir

Mais rien ne s'est passé comme prévu

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Topo

Accès au refuge du Couvercle

Depuis le Montenvers.

Prendre le sentier qui mène aux échelles du Montenvers qu'il faut bien entendu redescendre. Attention au pierrier délité en bas de celles ci.

Remonter la mer de glace et gagner la jonction avec le glacier de Leschaux. Gagner le refuge soit par les échelles des Egralets (pour ceux qui aiment le gaz ils vont être servis) et la morraine du glacier de Talèfre

Soit par la rive gauche du glacier (à droite donc) par la Pierre à Béranger. Rocher pourri et moraine parpinante. C'est la solution choisie en ce 25 mai 2014

Accès aux sommets

Du refuge du Couvercle, gagner le pied du couloir (c'est le même itinéraire que pour gagner le pied du Whymper), il faut suivre la rive droite du glacier en longeant la base du Moine , de la Nonne et de l'évêque. Passer le Whymper, c'est le couloir suivant La Rimaye se situe à 3530 m.

Remonter le couloir jusqu'au col Armand Charlet 3998 m.

A droite sommet de l'aiguille du Jardin avec 5 à 10 m de mixte : 4035 m

A gauche sommet de la Grande Rocheuse en neige.

Descente soit par le Whymper soit par le couloir (attention pour la seconde solution, désescalade)

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Récit

 

Mercredi, mail de Jeff, qui me propose une sortie ce Week-end, voilà une proposition qui ne se refuse pas.

Il me propose une goulotte au Grand Capucin puis un couloir Rebuffat à la Tour Ronde.

Je valide.

Puis mon esprit s'envole vers les 4000, et je repère l'aiguille du Jardin et la Grande Rocheuse qui doivent être en condition (et oui, le Whymper a été fait la semaine dernière et il l'est et le couloir d'accès possède la même orientation)

Jeff me répond qu'il y a trop de neige. (il pensait que je proposais l'arête du Jardin). Alors là, je sors les arguments chocs, les photos de chaque aiguille glanées sur internet pour lui montrer qu'en haut au pire il y a 10 - 15 m de mixte. Et à mon grand étonnement, mes arguments font mouche.

Vendredi, la voiture pleine, direction Chamonix, en faisant étape à la Fully en suite pour me tester sur un kilomètre vertical (que je parcours en une heure environ, loin des 32 minutes du vainqueur de 2013 ...) puis je vais me ruiner au Vieux Campeur, il y a pas mal de matos à changer...

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

7 h 45, Samedi, Jeff est ponctuel comme une horloge astronomique, ça tombe bien, moi aussi, nous filons au Montenvers, et choppons le train de 8 h 30, blindé, (oui, c'est le premier train, rempli d'alpiniste en partance pour la mer de glace et sa fameuse école ( la high school of the ice see) et des hindous qui souhaite voir la mer de glace dans le brouillard (ils vont être servis)

Le train nous dégueulle à 1913 m, et nous nous mettons sur les rails du sentier, direction les échelles. Ça réveille,avec les skis sur le sac, c'est un bonheur. Je repense aux Droites, gravies l'été dernier et ce fameux retour à 20 h 30 jusqu'en bas dans la vallée, ben oui, à 20 h 30, il n'y a plus de train.

Mer de glace, pleine de cailloux. Ben on est pas prêt de skier. Je me demande même si c'est une bonne idée de les avoir emmené...

Finalement, sur un replat, on chausse. Jeff a pris ses skis d'approche, je suis avec mes skis de rando classiques. Au retour, ils vont souffrir...

On traverse un torrent grâce à un rocher-pont, nous voilà sur la rive droite. Tout va bien, j'ai déjà faim ! Après avoir bien insisté je réussi à glaner une modeste pause ravitaillement sur la moraine entre le glacier de Leschaux et la mer de glace. Ouf.

Nous louvoyons dans la morraine pour optimiser le ski et parvenons à remonter le glacier jusqu'au bas du glacier de Talèfre. Il faut déchausser pour gravir des rochers, où rien ne tient ! Quel bonheur. Le Nirvana du skieur alpiniste, un sac hyper lourd (ben oui, y a la bouffe, le matos, la corde de 60 m pour les rappels, deux piolets techniques) les skis sur le sacs, et sous les pieds, Ô joie, de jolies rochers ronds, et aucun d'entre eux ne décide de rester en  place ! Vous ajoutez un bon petit soleil qui vous tape sur le crâne, et vous retrouvez ainsi la bonne ambiance du bas de la moraine de la Pierre à Béranger.

Un peu plus haut, on retrouve la neige, pour gagner du temps on ne met pas les skis. Ca se remonte bien, mais on essaie de rester à l'abrit des chutes de pierre à droite. La pente se redresse, quelques chutes de pierre. L'une d'elle traitresse, feint un rebond à gauche avant de repartir à droite, droit dans mon épaule. "Outch ! " Bon, rien de grâve, la douleur  n'est pas importante, mais je suis pressé de quitter ce passage.

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Voilà le sommet de la moraine, un peu de rochers (toujours un peu instable) et voilà la neige. On peut remettre les skis pour une grande traversée du glacier de Talèfre. Je me retrouve devant, à tracer au mieux entre les bandes sans neige. Quelques déchaussages en rive droite et nous gagnons le refuges du Couvercle dans un dernier raidillon tout en soupe.

Un bon pique nique, une bonne sieste (2 heures ! ben oui la nuit va être courte on a prévu de se lever à minuit et demi). Vient ensuite la corvée d'eau, il faut aller chercher l'eau sous le nouveau refuge. Après avoir un peu cherché, nous trouvons une cascade. Nous remplissons à moitié les bidons du refuge avant de remonter. Deux techniques s’affrontent : moi, le bidon en main en guise de bâton, ça fait une trace bizard et ça tue un peu le dos, Jeff : le bidon accroché au sac à dos en son sommet, le déséquilibrant à tout moment. Bilan, on a bien trempé les peaux qui étaient sèches, mais on a de l'eau pour un régiment, ça devrait suffire pour les 7 personnes au Couvercle ce soir.

Soirée sympathique, repas à 18 h 30 avec deux souris entre les jambes... dont la résidence se situe dans les couchettes du bas de notre petit dortoir, à 19 h 30 nous sommes dans les dortoirs. Dur de s'endormir quand il fait grand jour, que les 5 autres alpinistes discutent dans la pièce à coté, de planche de surf, de voyage en Norvège, de Fjord, d'aurore boréale. Moustiques ou pas. "J'hésite entre ça et la bringue avec des potes dans les pays de l'est !" La Croatie... Bon ça fait toujours rêver.

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Minuit quinze, je contrôle fébrilement l'heure, plus qu'un quart d'heure à dormir. je crois que j'ai tout de même dormi. Minuit trente, j'éteins le réveil après la première sonnerie, je réveille Jeff et jette un coup d’œil fébrile par la fenêtre. On voit des étoiles. Oui, le premier réflexe de l’alpiniste, le matin, c'est de regarder le ciel pour savoir s'il fait beau. On déjeune en silence, à la bougie (oui, l'alpiniste aime le XVIIIème siècle, époque bénie où il n'y avait pas d’électricité, où l'on s'éclairait à la bougie). On échange quelques mots, en silence (notez que ça n'est pas facile !). On s'équipe, et on quitte le refuge aussi silencieusement que possible... La première porte claque et la seconde grince comme celle d'un vieux manoir hanté (désolé pour les autres occupants, mais à 20 h hier soir ils n'ont pas arrêté EUX AUSSI de faire des aller retour, et on a nous aussi profité de ces deux doux bruits.

On décolle, nuit d'encre. Jeff m'indique que sa frontale est faible, c'est assez finement joué de s'en rendre compte le matin d'une course où l'on décolle à 1 h 05 et où le soleil se lève vers 6 heures. Je me cale derrière lui pour l'éclairer et c'est parti. Première pente raide. Jeff a du mal, les chaussures d'alpi dans les skis d'approche sans couteau, c'est pas top ! Tandis que je virevolte derrière. (Ben oui, chaussures de ski, ski de rando et couteaux, LE bon choix technique)

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse
But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Nous progressons, Jeff a l'air de vouloir longer la base de "l'éperon" Moine Nonne Évêque. Le souci c'est qu'il n'y a quasiment aucune trace. Je dois régulièrement mettre ma frontale "plein gaz" pour éclairer la montagne... ou presque. On avance, et je me trouve plutôt en forme car j'arrive à suivre Jeff relativement facilement... à moins que ...

La météo annoncée n'est pas parfaite et nous surveillons du coin de l’œil les nuages qui s'accrochent aux Jorasses ainsi qu'un hypothétique lenticulaire sur le Mont Blanc au loin. Dans le noir, rien n'est net. Jeff passe en mode crampons, il en a marre de se tordre les chevilles. 20 minutes plus tard, une pente raide me fait l'imiter. Il me dit qu'il n'a pas la caisse. C'est vrai qu'il a une sale gueule. M'enfin qui n'aurait pas une sale gueule en se levant à minuit 30 ?

Nous progressons, Jeff annonce le Whymper à notre gauche. On se croirait aux Louvres avec un guide conférencier des monuments de France, "à votre gauche, la Joconde de Léonard de Vinci" Sauf que dix minutes plus tard, je sors le GPS qui m'indique que 1°) on a pas atteint le pied du couloir Whymper et que 2°) on est trop haut. On opère un dépôt des skis, petite pause ravitaillement. Jeff a mal au ventre et à la tête. Qui a dit "alouette" ?

 

Nous poursuivons, toujours encordés, Jeff passe le pied dans une crevasse, je l'imite à mon passage alors que j'avais tenté la technique du gars qui se décale de deux mètres pour pas faire comme son prédécesseur... Rien de grave. La neige n'est pas régulière par moment et nous use quelques peu.

On passe sous le vrai Whymper, on contourne l'énorme éperon qui descend de la Grande Rocheuse et on commence à remonter ce qui nous semble être le couloir Armand Charlet.

C'est vrai que j'arrive à suivre Jeff facilement . Khomeiny serait il vieillissant ? Le Burgener haut savoyard serait il fatigué. La pente se raidi. La cordée s'élève vers la rimaye. Jeff s'affale pour une pause juste en dessous de celle-ci. Elle est béante, comme la gueule d'un cachalot affamé. Ça ne va pas. Jeff a froid, ses jambes tremblotte comme un alpiniste débutant, il a envie de vomir et la le mal de tête persiste.

Au dessus une énorme rimaye et un micro pont de neige me font comprendre que c'est le point de non retour. 500 mètres de couloir entre 45 et 55° nous attende si nous poursuivons.

J'essaie de réchauffer Jeff qui n'y  parvient pas . Je lui file un anti inflammatoire (automédication quand tu nous tient) Nous décidons qu'il est plus prudent de rebrousser chemin. Je suis hyper déçu, mais je sais que c'est la bonne décision. (J'enrage quand même car ça sentait bon le hold-up du week-end)

 

Ô Rage Ô désespoir...

 

 

3531 m 4 h du mat'

Nous rebroussons chemin, pour rejoindre les skis, au GPS, dans la nuit noir, on ne voit pas à 50 m même avec la frontale.

Puis c'est le skis, sur de la neige béton. Le bruit que font les skis sur la surface est insupportable, faudra que je pense à monter un casque antibruit la prochaine fois. Heureusement, ça se ski bien, mais ça durci les cuisses. On décide de descendre directement sans passer par le refuge. En jouant judicieusement on arrive à traverser de l'autre coté du glacier de Talèfre (quand je dis judicieusement , c'est relatif, il faut quand même pas mal pousser sur les bâtons mais ça aurait pu être pire...)

Descente, skis sur le sac, sur la moraine, avec les crampons sur le névé central puis sur les Rolling stones... Là, c'était pas la même musique... Mais je ne suis pas tombé. On se retrouve sur le plat du glacier de Leschaux. On file vers la jonction avec la mer de glace. On fait une pause sur la moraine. puis c'est ski sur glacier au programme avec pleins de petites pierre pour bien n.... (CENSURE) les skis. Mais bon j'avais pas envie de marcher. On essaie de trouver le meilleur passage à ski au milieu de ces cailloux. On fini par déchausser à porter des échelles. Je remonte les échelles, suant comme un boeuf et pensant à mes grands parents qui avaient le glacier au ras du Montenvers (ou presque), en plus, habilement, j'ai décidé de garder la Goretex, pour bien mariner dans mon jus. On pique un judicieux sprint pour avoir le premier train de 8 h 30... qui ne part ... qu'à 9 heures ! La pause au Montenvers passera vite. Premier train à la descente, seuls occupants. Nous dormons. A 9 h 30 nous sommes dans Cham. Il fait beau et ça m'énerve.

On a tout de même passé un bon moment, et ç'aurait pu être un hold up dont j'aurais été fier... CA n'est que partie remise.

But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse
But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse
But à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande RocheuseBut à l'Aiguille du Jardin et à la Grande Rocheuse

Voir les commentaires