Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Alpinisme - éperon Frendo - Aiguille du Midi - 3842 m

Publié le par Apoutsiak

Topo

 

Pour les détails, consulter le topo de camp2camp.

En gros : approche, depuis le refuge du Plan de l'Aiguille

Remonter le sentier qui remonte la moraine du glacier des Pélerins.

Remonter le glacier pour gagner la base de l'éperon (crevasses)

remonter en ascendance à droite des rochers faciles avant de revenir sur l'arête.

Les passages en III et en IV se succèdent

Un surplomb en V. (pour info je me suis fait une maxi pédale)

On rejoint la "neige"  contourner le bastion rocheux par la gauche pour gagner une jolie arête que l'on suit. Poursuivre vers les rochers légèrement à gauche. Contourner le dernier bastion par la gauche et gravir  une goulotte raide avant de rejoindre l'arête Midi Plan puis l'Aiguille du Midi

 

Interlude : Chamonix au coucher du soleil

Interlude : Chamonix au coucher du soleil

De fins placages de neige ou de glace...
De fins placages de neige ou de glace...

De fins placages de neige ou de glace...

Récit

 

Mon objectif initial était la traversée des Grandes Jorasses, Objectif grandiose, mais quand Julien, mon guide m'apprenait qu'elle ne serait pas en condition, je décidais de participer au Don du sang, le Frendo, ça ne devait pas être très long ... erreur.

 

Débarrassé de 480 ml de sang inutile, je me retrouvais à Chamonix ce Vendredi matin pour une rando trail personnel, que l'on pourra également appeler : footing en montagne. Départ de la vallée pour rejoindre le Chapeau et la magnifique vue sur la mer de glace (voir l'article à venir)

Après 14 km de footing et 850 m de dénivelé, je sais, c'est pas l'UTMB, mais pour moi, c'est déjà pas mal, me voilà à la gare de Téléphérique de l'Aiguille du Midi ou je retrouve Julien, mon guide.

Téléphérique, courte descente au refuge du Plan, "discutage", bouquinage, dégustation de l'excellent repas, et zou au lit, demain, le réveil est à 2 h...

 

Court aparté médical. Afin d'opérer une bonne nuit, je me suis administré un demi Stilnox au coucher, et 2 heures plus tard, je ne dormais toujours pas !  Je sais que je suis lourd et que la posologie était sans doute légère mais tout de même... Alors j'ai repris un deuxième demi stinox, plus efficace celui là, mais l'histoire ne dit pas si je n'aurais pas aussi bien dormi sans celui ci... Bizarrement, le lendemain, par moment, je me suis surpris à dormir au relai... Un effet retard peut être...     Fin de l’aparté médical.

 

2 heures, le réveil sonne, petit déj peu bavard, à 2 h 45 nous sommes hors du refuge, Chamonix tout illuminé en dessous. C'est parti, je me mets dans les pas de Julien, rando tranquille jusqu'au glacier des Pélerins où nous cramponnons.

On remonte le glacier pour venir buter sur  une maxi crevasse, on redescend, contourne et zou, nous voilà sortis. La suite est plus facile, des rochers tranquilles, quelques passages de III, rien de bien méchant, sauf qu'il y a pas mal de neige.

Plus on monte, plus c'est dur. La pente s'accentue. La neige est maintenant bien présente et recouvre les prises, ce qui rend l'escalade délicate. Nous grimpons en crampons. J'enlève régulièrement mais gants dans les passages difficile pour bien "tenir" le rocher. La neige en profite pour me glacer les doigts, que je replonge après chaque passage dans mes gants chaque fois plus humides. Pas glop !

Nous voilà face au dièdre en IV. J'observe Julien, s'élever tout en finesse sur un fin placage de neige et de glace, serais je capable d'en faire autant. J'essaie de mémoriser chacun de ses gestes pour tenter de les reproduire quand viendra mon tour. Il rejoint la base du dièdre et s'élève élégamment avant que je le perd de vue. Le vent s'est levé, la Face Nord est dans l'ombre, je suis un brin frigorifié. je suis presque content quand mon tour vient de grimper.

 

 

 

A gauche : le Grand dièdre - à droite, Julien tout en finesse
A gauche : le Grand dièdre - à droite, Julien tout en finesse

A gauche : le Grand dièdre - à droite, Julien tout en finesse

Après une courte hésitation, je passe le fin placage de très belle manière. puis c'est le long dièdre de plus de 20 m ! C'est un peu la guerre, je bataille, tire sur les bras, coince mon sac à dos, mais je progresse. La technique n'est pas toujours académique. Je parviens au relai assez fier d'avoir passé ce que je crois être le passage le plus difficile. Erreur.

A chaque relai, j'ai l'impression qu'on repart avec une dalle complètement enneigée, non prisu. Dur. A celui ci, la dalle est encore plus raide et encore moins prisu... et avec plus de niege bien entendu. Je merdouille, sentiment bien désagréable de ne pas être au niveau. Avec l'aide de Julien je finis par progresser pour m'apercevoir qu'il a réussi à contourner ma dalle ... sans avoir à la gravir... Il me semblait bien qu'il y avait peu de traces...

 

Voilà le surplomb, Julien m'indique de bien tirer sur les dégaines, ça , je sais faire. Lui est passé en deux coups de cuillère à pot. Il est loin, c'est mon tour, je m'installe une judicieuse pédale, et bourrine comme un sourd pour m'élever au dessus de l'obstacle... En matière de bourrinage, je suis assez doué, sauf que dans cette course, j'ai beaucoup bourriné et je n'ai plus beaucoup de bras...

Ca passe, je le rejoins, je sais que nous allons aborder la portion de neige où je devrais être plus à mon avantage...

 

L'Aiguille du Plan vue du Frendo

L'Aiguille du Plan vue du Frendo

La voilà, la neige.

au départ tout va bien, corde tendue, j'ai l'impression d'être plus en forme que Julien. Il faut dire qu'il essaie de me faire de belles marches.

Nous rejoignons l'arête, esthétique, avec la Benne de Téléphérique qui passe tous les quarts d'heure, on doit leurs faire un beau spectacle...

La pente devient plus raide, la glace en dessous n'est pas parfaite, et je sens que je suis bien naze de tout ce début de course. Crampes à deux doigts, puis crampes aux abdos (des trucs qui ne me sont jamais arrivés) Comment ça s'étire, les abdos ?  Je repars essayant de trouver un rythme. Les piolets et crampons ne tiennent pas toujours parfaitement, et je fatigue. Terminé pour la corde tendue. Premier relai, je ne parviens pas à trouver de rythme. Julien me conseille d'y aller plus doucement. Au deuxième relai, ça va un peu mieux. Il m'annonce qu'il reste une grande longueur, et moi quand on me dit qu'il reste une grande longueur, je sais que ça veut dire deux, mais qu'on n'ose pas me le dire parce que tu es nase et que ça va te gâcher le moral... Il file, une fois la corde tendue, je pars. Il faut traverser une sorte de cascade à la glace dure mais solide, puis voilà la goulotte, raide (70° ?) longue (80 m ?) la glace est top, et je parviens à trouver un bon rythme : piolet piolet... crampon crampon... piolet piolet.... crampon - crampon...

Je profite de la récupération des broches pour reprendre mon souffle, sinon pas d'arrêt entre deux points.

La goulotte est finie, voilà de la bonne neige, avec des bonnes traces , alleluja, enfin des bonnes traces. Bon, il ne reste qu'une cinquantaine de mètres, mais bon, ça egayera ma fin de course

C'est parti pour la section neige/glace
C'est parti pour la section neige/glace
C'est parti pour la section neige/glace

C'est parti pour la section neige/glace

On sort à l'aiguille, de gentils touristes des pays de l'est me demandent mes gants pour faire une photo, je leur propose aussi mon casque, l'un d'eux enfilent mes gants, trempés et froids.

Nous gagnons le téléphérique, l'avant dernière benne, où nous redescendons serrés comme des Sardines (et ça n'est rien de le dire). Des touristes admiratifs me demandent des détails sur la course, et ça n'est pas peu fier que je leur réponds...

 

Le fin mot de l'histoire revient à Julien : "Ca vaut presque une face Nord des Droites dans ces conditions". Dommage que j'ai un peu "subi" la course... Je crois que je n'aurais pas du être si altruiste et garder mon sang pour la course...

L'arête de neige vue du dessus - à droite : ça fait mal aux mollets
L'arête de neige vue du dessus - à droite : ça fait mal aux mollets

L'arête de neige vue du dessus - à droite : ça fait mal aux mollets

Voir les commentaires