Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Nadelhorn depuis Bordierhütte: But et hélicoptère !

Publié le par Apoutsiak

Le sommet paraissait tout cuit

Ça s'est terminé en 3 minutes d'hélico, retour à la voiture

 

3 Jours en Valais

 

Mont Rogneux 3083 m

Bordierhütte pour une tentative sur le Nadelhorn et descente en hélico

Traversée duVélan : couloir central - voie normale

 

 

P1000640

 

 

 

Topo

 

Bordierhütte 2886 m

De Gasenried au dessus de Grächen (se garer sur la petite place)

Emprunter la route qui part dans le vallon puis le sentier (panneau Bordierhutte)

Passer au point 1930 m

Rejoindre l'alpage de l'Alpja en traversant la moraine Ouest.

Remonter l'alpage en suivant le sentier d'été (point 2407 m puis 2707 m CNS)

traverser le glacier au mieux (ni trop près des crevasses au nord, ni trop près des séracs au sud)

Remonter un bastion rocheux en passant soit par le chemin d'été (escaliers main courante) soit à ski !

Et rejoindre la cabane Bordier - Bordierhutte 2886 m

 

Nadelhorn

De la Bordierhütte remonter les premières pentes qui mènent à un goulet  sous le point 3211 m.

De là remonter le Riedgletscher .

2 options passer par l'Ulrichshorn (3925 m) pour rejoindre le Windjoch (3850 m)

ou rejoindre directement le Windjoch.

de là l'arête mène au sommet du Nadelhorn 4327 m 10

 

Récit

 

Tout avait pourtant bien commencé...

 

J'avais rejoint Steph à martigny et nous avions fait route commune à bord de ma bat-mobile vers Grächen, entre Saas Fee et Zermatt (en gros) Arrivé sur une place en cul de sac, nous nous décidons  à prendre la carte, "ah oui, en fait le départ c'est pas Grächen mais Gasenried, on est allée trop loin ! 4 km plus loin, on se retrouve sur la microplace de Gasenried, et on commence à s'équiper.

"T'as de la crème solaire ?"

"Je crois pas ! "

Vérification

"Ben non !"

Je suis déjà bien cramé du fait du Rogneux de la veille, et c'est pas très malin de se recramer la tronche...

Bon on remballe le matos, direction Grächen, le retour, où on trouve un microtube de crème solaire tout a fait adapté à la sortie.

Retour à Gasenried

Deuxième préparatif, bon, je suis un peu lent, Steph est prêt un quart d'heure avant moi, désolé pour l'attente.

Il fait grand beau !

c'est parti, pour du portage.

 

On papote un peu puis chacun prend son rythme, dans ses pensées. Je suis un peu devant, luttant avec dame nature et ses sapins dont les branches viennent perturber mon ascension : les skis se bloquent, je peste, recule, me plie en deux et repars. Bon , Steph, pour le coup il est avantagé, et par sa taille et par celle de ses skis !

Le sentier est plus raide, nous traversons une combe où 3 chamois m'observent et voilà le lieu de mise en place des skis après une heure de portage.

On discutte, j'explique à Steph les différentes options : soit le Nadelhorn, soit Ulrichhorn Balfrin et on peut descendre soit dans la vallée de Saas, soit direct à Gasenried en passant par un col.

Steph passe devant pour remonter l'énorme morraine. Ensuite c'est sur le fil de la morraine, pas genial. Nous finissons par redescendre dans le vallon, où tout est plus simple.

On fait une petit pause au pied de la montée.

 

Je sens Steph un poil fatigué (ou c'est moi qui suis en super forme), je me cale donc dans ses skis pour ne pas prendre trop d'avance. Je fais quelques photos et quelques films, la neige est poudreuse, ça s'annonce tip top pour la descente. Les conversions (parfois ratée, on ne se refait pas ) s'enchaînent (et pourtant j'essaie de m'appliquer !)

Je finis par passer devant, faisant une pause baudrier juste avant le glacier.

traversée du glacier entre les énormes séracs  à droite et les énormes crevasses à gauche, vu de dessus, la trace passe au bon endroit, mais je suspecte qu'en revenant en plein été , je sois un peu moins affirmatif !

Longue traversée du glacier pour passer rive droite. Puis ça remonte sous le refuge. Je finis par prendre le chemin d'été fait d'échelles et de  mains courantes ! Sur le dessus, il faut tracer dans la neige profonde. J'attends Steph pour l'arrivée au refuge.  Derniers mètres, nous y voici. Je rentre faire une petite inspection, (après avoir préalablement enlevé mes groles, ça a son importance ...)  tout  a l'air nickel !

Je m'en retourne annoncer la bonne nouvelle a Steph.

Au loin 3 skieurs arrivent du haut, godillant avec plaisir !

 

Ils arrivent, nous prenons des nouvelles, ils viennent du Nadelhorn, Yes, la voie est tracée !

c'est long, les conditions à la descente ne sont pas top !

Ils nous refilent un peu de pain

Nous discutons de tout, mais surtout de la course, je les bénis intérieurement de tout avoir tracer. Ca va motiver Steph!

Ils nous quittent.

Nous observerons leur godille de l'autre coté du glacier.

Et hop 1 4000 de plus, c'est comme si c'était fait !

 

Je propose à Steph d'aller chercher du bois dans la cabane au fond du jardin (à 30 m) tandis que j'allume le feux. Pour le coup en un essai, le feux prend (ça doit être grâce aux leçons de "Man Versus Wild sur NT1"...). Je décide de faire fondre de la neige et rempli une première gamelle de neige , puis en prépare une deuxième.

Steph arrive, chargé de petite bûches.

"Il faut que tu viennes avec moi !"

Ca veut dire que je dois remettre mes groles...

Je rentre avec ma bassine pleine de neige.

Steph, derrière moi, lance les bûches dans l'entrée du refuge. Enfin je pense qu'il les lance.

Il s'assoit sur les escaliers, un peu livide

"Je me suis luxé l'épaule !" m'affirme t'il.

Je lui propose d'enlever son blouson pour voir, il a trop mal et me propose d'essayer de réduire la luxation.

Je m'exécute sans grande conviction. (Faut dire que j'en ai pas réduit beaucoup des luxations d'épaule humaine !)

Puré, exercice illegal de la médecine... Non , j'ai rien fait, je lui ai juste tenu le bras, c'est lui qui tirait pour se la remettre en place ! (Bon il faut avouer que c'est la troisième fois qu'il se la luxe alors il a un peu l'habitude : 1°) les Courtes 2°) Morzine, à VTT, 3°) Bordier Hutte, ici.

Il faut appeler les secours

Je m'en occupe, je prends le téléphone du refuge, ... pas de tonalité.

Pas de bâton sur mon portable

Ah si d'ici

112

"Bonjour, guillaume L....--------------" perte de réseau

Nouvelle tentative, à l'extérieur du refuge, stress, ça passe pas, un peu plus loin, enfin, ça passe !

Je finis par avoir une personne très compétente, Bordierhutte, oui, pas de vent, pas de problème pour se pauser, "je vous rappelle"

bon, là je sais que le compte à rebours est enclenché, l'hélico va arriver dans les 20 minutes, il faut tout ranger. J'ai mis Steph au chaud devant le poele, il me faut refaire les sacs (complètement vidé pour le mien). Action. Rangement maximum, mon sac, le sac de Steph, les bûches au large, en faisant gaffe au téléphone, il sonne, "l'hélico est en route" puré il faut sortir lui faire signe de notre position même si elle évidente. Vais je descendre avec eux ou seul . Il me faudra leur poser la question.

On entend déjà le rotor, je file dehors faire signe au pilote avec un beau Y !

 

Il fait un petit tour  pour repérer les lieux avant de se poser. Flûte, j'ai oublié de mettre mes gants et mon foulard dans mon sac, ils s'envolent ! Je les rattrape de justesse et les fourgue dans mon sac. Je fais signe aux deux secouristes  (un médecin et un secouriste) que Steph est à l'intérieur. Ils parlent en allemand avec quelques mots de français mélangé à un peu d'anglais. Je comprends qu'ils veulent savoir depuis combien de temps , je leur affirme "dreizehn, eu non dreizig minuten !" Ils tentent de réduire la luxation mais rine n'y fait, dehors l'hélico tourne toujours ! Ils expliquent qu'il faut descendre à l'hôpital de Visp, je leur demande si je monte avec eux, il m'explique que oui et qu'ils me déposeront à la voiture. Ils aident Steph à monter dans l'hélico, puis le secouriste revient chercher les skis, je me charge des deux sacs. La neige est croûtée et je me croûte dans les 20 mètres d'accès à l'hélico. Puis grimpe dedans à l'invite du pilote ! Décollage puis demi tour, le pilote me demande où je suis garé. Flûte, je ne me souviens plus du nom du village. Le GPS de l'hélico ne montre pas une carte assez grande, je sors celle de mon sac, et lui montre Gasenried, houf, petit coup de stress.

 

Echange de place avec le secouriste qui pause une voie IV à Steph , je me retrouve sur les sacs face au médecin admirant le paysage par la porte, on suit pile poil notre trace de montée. Tiens voilà Gasenried, et la voiture !, je me demande où il va me pauser ce pilote ??? Tout est en pente, et plutôt raide. Je vois qu'il vise un peu au dessus du village, la vue est belle. Il se pause, je descends et prends mon sac (il y a ma clef de voiture dedans !)

 

Je fais signe au pilote que c'est bon et la l'hélico repart au dessus de moi  puis file dans la vallée

C'est marrant, après c'est le silence.

Je me retrouve seul , en tenue de ski de rando (baudard et chaussure de ski) au dessus du village, avec les habitants et les touristes, attirés par le bruit qui n'ont d'yeux que pour moi. Voilà une arrivée discrète !

Je cherche à descendre au village, longeant les clôtures empruntant en court névé. Je lis dans les yeux d'une autochtone sa désapprobation ! On croirait que le village s'est stoppé pour mon arrivée !

Voilà la voiture.

Les gens me regardent comme une bête curieuse, ils aimeraient bien savoir la raison de mon héliposage !

Un groupe s'approche, me questionne, je ne sais plus comment on dit épaule en anglais...

Il y a une francophone, ça arrange tour, je leur fait un bref résumer des raisons de ma bruyante arrivée, leur précisant qu'il n'y a rien de grave !

 

Et hop je file dans ma voiture puis à l'hosto de Visp ou je retrouve Steph et son épaule luxée, de visu, c'est impressionnant !

Je me fais virer de la pièce par une médecin charmante, en anglais !

Bon, le défaut de cet hosto, c'est que peu de mon parle Français, mais sinon c'est assez bien organisé pour le reste (à part peut être la salle d'attente pour les accompagnants ou il y a 3 pauvres revues en suisse allemand !

Pour le reste, Ils ont remis l'épaule de Steph, on s'en est allé et il a fallu affronter le regard sombre de Sophie, en provenance du Buet, pas très contente de trouver sa moitié dans un état bien moins bon qu'elle me l'avait laissé.

Evitant les flammes du dragon, je réussi à déposer Steph et à me  sortir de ce dernier guepier, ,je file vers Bourg Saint Pierre la Maudite pour la suite du Périple sur le couloir central du Vélan !

 

Voilà pour mon deuxième coup d'hélicoptère après celui de l'armée ! Merci qui ? Merci Steph !

 

Merci aux membres de l'équipage d'Air Zermatt ainsi qu'à ceux de l'hôpital de Visp !

 

 

4 h 30 de montée - 2 ou 3 minutes de descente....

 

Photo

 

P1000610Départ de Gasenried, 1 h de portage

 

P1000614Ca y est on skie !

 

P1000616Le front de glacier du Riedgletscher

 

P1000621Ca grimpe

 

P1000624L'alpja

 

P1000628

Steph

 

P1000631La Bordierhütte

 

P1000638Bientôt le glacier

 

P1000640Crevasses

 

 

P1000643Traversée du glacier

 

P1000644Steph

 

P1000647La Bordierhütte

 

 

P1000655Arrivée au refuge - avant d'en repartir par les airs

 

http://images.gadmin.st.s3.amazonaws.com/n5377/images/detail/Air_Zermatt-03-001.jpg

Voir les commentaires

Ski de randonnée : Mont Rogneux 3084 m

Publié le par Apoutsiak

Mont Rogneux 3084 m

 

P1000584Sommet !

 

 

3 Jours en Valais

Mont Rogneux 3083 m

Bordierhütte pour une tentative sur le Nadelhorn et descente en hélico

Traversée duVélan : couloir central - voie normale

 

 

 

Topo

 

Se garer deux lacets après Lourtier au point 1302 m (parking un peu au dessus)

suivre la route forestière puis emprunter le sentier aui monte vers le Taillon, rejoindre la tongne et la forêt de Sihon, de là, par la route forestière et les pentes sous la cabane Brunet, rejoindre ladite cabane ! 2103 m

 

De la cabane la direction est Sud Ouest en direction de la chaux, remonter les vallons qui se succèdent ! pour atteindre le pied de la partie sommitale. Remonter cette "arête" jusqu'au sommet : 3083 m

 

descente

Poursuivre l'arête vers le nord ouest où l'on remet les skis

Descente par le Goli du Rogneux et la comba Servay pour rejoindre la route forestière sous la cabane Brunet

Descente par la route forestière

 

Récit :

 

 

Il est 10 h quand je quitte la voiture. Un père et sa fille me demandent conseil pour mettre leur skis de rando équipés de TLT de location. Je leur explique les 3 positions de la butée arriéré et je file, d'abord par la route puis par le sentier forestier. Je dépasse un premier groupe parti 5 minutes avant moi. Puis dans la forêt, une jeune femme à l'agonie, elle n'ira pas jusqu'en haut me dis je ...  oui il y a plus de 1800 m de déniv (1970 m d'après mes données du GPS ! mais ça, je ne le saurais qu'après), alors ça m'étonnerai qu'elle atteigne le sommet si elle coule une bielle au bout de 300 m !

Je rejoins la cabane Brunet pour une première courte pause. La cabane est ouverte et le gardien a préparé ses tables pour les futurs clients ( à priori pas d'héliskieux aujourd'hui, la face nord n'a pas l'air tip top !)

 

Je poursuis trnaquillement, je vois au loin un skieur (il doit avoir 3/4 d'heure d'avance sur moi) c'est étonnant, ce matin, le parking affichait complet ! Me voilà dans le dur, à 200 ou 300 mètres du sommet, la courte nuit (merci à Paul, camp to campiste qui m'a envoyé un post à 1 h 34 du matin m'indiquant qu'il était intéressé pour une sortie ski de rando samedi dimanche !...) et le voyage, ça ne donne pas une forme parfaite...

La fin est un petit calvaire (tout est relatif, j'avance quand même sans choir et sans que Marie Magdeleine ne viennent m'essuyer le visage, il n'y aura pas non plus de Simon de sirène venant me porter mon sac...) Sous le soleil et la chaleur devant la magnifique face Nord du Petit Combin et sa non moins magnifique arête des Avagères vaincues dans la tempête à l'automne dernier !

Voilà le sommet et sa croix, mon 3ème Rogneux (le premier en raquettes avec sandrine il y a 15 ans)

je me fais un bon gueuleton avant de redescendre. Je poursuis sur l'arête avant de prendre la combe assez raide, croisant au passage deux skieurs équipés lourds avec lesquels j'échange quelques mots !

Puis c'est la descente, but du jeux : trouver la meilleur neige ! Au départ poudre tassée un peu lourde, je me cale près des rochers , touchette, flûte, mais la ,neige est bonne . Au soleil elle a parfois travaillée et est parfois croûtée, mais en choisissant bien...  Puis vient la neige de cinéma ou il suffit de déplacer le bassin pour que les skis tournent, quel plaisir. Je profite de cette descente jusque sous la cabane où il faut reprendre le chemin forestier puis la voiture. où je retrouve mes débutants du départ  avec qui je partage un moment !

 

Une belle sortie de ski de rando, prêt de 2000 m de dénivelé et 21 km de distance

Le défaut : l'oubli de la crème solaire, résultat : un Apoutsiak cramé avec une belle trace de foulard ... Ma Gni Fique !

 

 

Photo

 

P1000562

sous la cabane Brunet

 

P1000565

La cabane Brunet et le mont Fort

 

P1000571le Petit Combin

 

P1000591Petit,  Grand Combin et point de Boveire

Voir les commentaires

Ski de rando : Traversée du Vélan 3727 m: couloir rectiligne

Publié le par Apoutsiak

P1000724-2

 

 

 

 

 

3 Jours en Valais

Mont Rogneux 3083 m

Bordierhütte pour une tentative sur le Nadelhorn et descente en hélico

Traversée duVélan : couloir central - voie normale

 

 

 

 

 

 

Magnifique traversée

Avec d'excellente conditions de neige !

 

 

 

Topo :

Depuis Bourg Saint Bernard : se garer au parking et remonter l'ancienne piste de ski (le long du téléski)

Remonter la "gorge " du torrent du perche (raide)  et gagner le glacier de Proz (sous la pointe de Moline)

Longer la base du Vélan, passer sous le couloir en Y et gagner la base du couloir rectiligne.

Remonter le couloir (45 - 50 °) et sortir sur une arête.

Rejoindre le sommet du Vélan au Sud Est.

 

Descente

Basculer toujours Sud Est, passer sous la tête du Riondet et la pointe du Capucin avant de traverser rive gauche du glacier puis de nouveau à droite viser le point  2995 m.

Descendre le couloir (40°)

Continuer sur le bas du glacier de Valsorey

Descendre au mieux le long du torrent de Valsorey

Sur le bas, possibilité de descendre en rive gauche du torrent (passage délicat dans la gorge !)

Rejoindre alors Bourg Saint Pierre

et en stop, Bourg Saint Bernard...

 

Récit

 

Tout commence la veille après l'accident de Steph, l'hélico, l'hôpital, je ramène Steph à sa chère et tendre à Martigny, Elle m'accueille avec un regard noir. C'est même pas de ma faute, Il s'est fait ça tout seul ! Mes arguments ne touchent pas le Cerbère, je m'en retourne dans ma batmobile et m'enfuie vers le col du Grand Saint Bernard. Ah oui, j'oubliais de vous dire qu'au départ de l'histoire on était à la cabane Bordier, Nadelhorn en vue , tracé par des anciens, que tout était cuit, il n'y avait plus qu'à se servir et profiter de leur trace, mais tout a capoté, luxation, hélico, hôpital de Visp et Martigny... Adieu Nadelhorn, Adieu 42ème 4000...

Pour ne pas gâcher le week end donc, je décide de partir au Vélan par le couloir Hannibal (faut mettre un H ou pas...)

Il est déjà 20 h 30, je file vers Bourg Saint Pierre, où je trouve une auberge avec dortoirs, tout ce qu'il me faut. Je rentre dans la gargotte où j'ai l'impression de déranger les tenancières. "Bonjour, c'est possible de dormir en dortoir ?" "Pour combien de personne ." "Une, je suis seul" bégayaiges ! " Elle me répond " Non, ça ne va pas être possible !"  Bon ben je suis parti sans demander mon reste, je me demande si la fille , c'était pas la soeur de Sophie...

 

Je passerais la nuit confortablement installé de la batmobile (que j'avais préalablement équipée d'un matelas)

 

4 h 15 (heure d'hiver) je suis déjà debout, la neige fondue bouillonne sur mon réchaud. Déjeuner, départ pour Bourg Saint Bernard. je me gare, et c'est parti. Le chantier du barrage éclaire la piste de ski, pas besoin de frontale. Je suis seul ! Je remonte la vieille piste. Et passe dans le goulet, où je sens que je vais galérer à faire 100 conversions dans le raide dans une neige parfois verglacée, allez hop, skis sur le sac, crampons aux pieds et c'est parti !

Je me retrouve sur le glacier de Proz, à l'endroit où nous avions butté avec Steph l'année dernière dans la tempête de neige (encore lui...)

Traversée du glacier, je me rends compte que le couloir Hannibal n'a pas l'air tip top, à croire que les guerres puniques ne sont pas terminées et que des éléphants l'ont ravagé, il me semble qu'il y a des passages en glace...

Le couloir rectiligne, ou couloir central, me tend les bras !

Ski sur le sac, le retour, c'est parti.

Parfois il y a des traces, et c'est bien cool, il suffit de les suivre, en plus le sympathique carthaginois qui les a faites , a fait de jolis lacets ! Quand il n'y a plus de trace, ( tout celà du au passage des skieurs qui n'ont aucun respect pour la trace) Je me tape de la faire, et là, c'est plutôt dré dans le pentu, avec le palpitant à fond. Je dois faire de nombreuses pauses pour récupérer !

Je progresse bien dans cette neige bien dure. Au bas je vois des "poursuivants" qui profitent de MA trace !

Voilà le haut du couloir, et le soleil, je me retrouve sur une belle arête et je me faits une courte pause à antécime j'y ai d'ailleurs oublié un demi snickers, que les choucas en profitent !

Voilà le sommet, et le brouillard. Je fais une courte pause avant de basculer dans le grand blanc, on  y voit à 30 mètres, j'ai le nez sur la trace pour ne pas la perdre !

Un passage en glace, j'hésite à le skier, c'est raide, et on ne distingue pas bien la pente. Je décide de désescalader à pied. Je croise pas mal de monde ! Je demande à un groupe en train de faire demi tour si je peux faire un bout de glacier avec eux ! Ils acceptent ! (Il s'agit d'un groupe du CAF de Macon... MERCI !)

la neige est croutée au départ, puis on retrouve de la poudre Miam ! Et le soleil refait son apparition !

Chacun s'en donne à coeur joie. Je fais quelques films pourris (avec le soleil, je ne parviens pas à voir l'écran LCD, et donc le cadrage est aléatoire !

Passage sur une zone de crevasse perfide, un vrai gruyère ! Voilà le couloir de sortie du glacier. Je commence en dérapage avant de faire quelques virages. Je quitte mes accolytes d'un jour qui désirent pique niquer ( bon ben moi pour faire un bon pique nique, je suis équipé leger (j'ai même plus d'eau depuis le sommet !)

Je me retrouve parfois seul,parfois avec d'autres skieurs, dans les vernes  de la descente de la voie normale du Vélan, en gros, il faut suivre les traces.

Passage un peu merdique dans la gorge. Ca ski quasiment jusqu'en bas sans déchausser. Et voilà Bourg Saint Pierre la maudite, je m'apprête à faire du stop quand un autochtone me propose  de me remonter avant même d'avoir commencer à lever mon pouce (il doit vouloir rattraper le coup de la tenancière de la veille) Et en 5 minutes me voilà à Bourg saint Bernard grâce à ce Valaisan (organisateur du trail du Vélan, je mettrais un lien ultérieurement !)

 

Quelle belle journée !

 

Photo

 

P1000665-2

Le Mont Blanc , peu après le lever du soleil

 

P1000681Le couloir rectiligne, le bien nommé !

 

P1000685-2

Dans le couloir, ambiance

 

 

P1000706-2

On passe sous le brouillard sur le glacier de Valsorey

 

 

P1000708-2gavage

 

 

P1000713-2

Sous les séracs

 

P1000724-2Couloir de sortie du glacier en rive gauche

Voir les commentaires

Mont Rogneux - Hélico à la cabane Bordier - Traversée du Vélan

Publié le par Apoutsiak

La traversée du Vélan

C'est ici !

 

P1000584.JPG

Vendredi : Mont Rogneux par la cabane Brunet à la journée

 

 

 

 

P1000643

Samedi, montée à la Bordierhütte en 4 h 30

descente en hélicoptère à Gasenried en 3 minutes

Helicoptère 1, cordée Peiti-Ledoux zero !

 

 

 

P1000681.JPG

Dimanche Traversée du  Vélan depuis Bourg Saint Bernard

Montée par le couloir rectiligne

Descente par la voie normale

 

 

 

Voir les commentaires

Ski de randonnée : Aiguille Verte de Chinaillon 2045 m

Publié le par Apoutsiak

Sortie Ski de rando  + raquettes à neige

Rando famille !

sortie associée : Aiguille verte, Roc des Tours

 

  P1000138-2

 

Vidéo

 

 

 

Topo :


Depuis le Grand bornand rejoindre le Chinaillon, rejoindre le hameau se Samance

se garer à proximité de la piste qui part au dessus du hameau

suivre la piste qui file en direction du chalet des Crêts, poursuivre Nord Ouest. Prendre en écharpe pour rejoindre le point 1645 m puis bifurquer à gauche (Ouest) pour rejoindre le col entre le Roc des Tours et l'Aiguille verte.

Du col suivre l'arête qui mène au sommet de l'Aiguille Verte, pointe de Domingit (2045 m)

 

Redescendre au col

 

Variante du Roc des Tours

Du col  rejoindre le point 1905 m par une sorte d'arête plate. Puis par les pentes sous le sommet rejoindre le Roc des Tours 1994 m

descente : rejoindre le col, le vallon puis Samance.

 

Autre possibilité : descente sur le lac de Lessy et le chalet de Lessy

 

Carto fichier GPS

 

Aiguille-Verte-de-Chinaillon.jpg

 

Récit

 

P1000061

 

Semaine de vacances à la clusaz, c'est le Grand jour, le jour de LA Rando famille, partir à l'aventure dirait ma tante Jehanne. Nous voilà au Grand Bornand, Marie à pied, Agathe et Sandrine en raquettes et Louis et moi en ski de rando.  Et c'est parti, bon rapido on fait une pause déshabillage/ crème , il doit faire 15 °C, j'exagère à peine ... Je repars, les filles sont devant et Louis qui me dit. "Tu sues beaucoup papa" C'est vrai qu'il fait chaud me dis je. "Ca coule de ton sac !"  Bon, je réfléchis pour faire le bilan :

1°) J'ai mis du déodorant ce matin

2°) J'ai une carline, mais bon, des fois on est quand même mouillé

3°) il fait chaud donc je dois suer un peu.

4°) J'ai trois bouteilles d'eau dans le sac pour toute la famille, il serait peut être de bon ton de vérifier qu'il n'y a pas de problème à ce niveau là...

5°) Vérification...

6°) Il y a un problème !

 

La gourde de grenadine a fuit ! Fond de sac tout poisseux, gants de rechange tout poisseux... j'adore ! reste dans la bouteille 250 ml  sur le litre 1/2 de départ !

Bon on repart avec du retard sur les filles, elles n'attendent pas. Elles font une courte pause observation chamois (et ça c'est une victoire pour le parent, dès qu'il y a des animaux sauvage, la sortie est réussie !)

 


Après l'abreuvement du cheptel on repart, Sandrine Dré dans le pentu (en raquettes, ça le fait) Je reste avec Marie et Louis en serre file. On remonte un passage un peu pentu sous le chamois, puis on gange une grande combe. Sandrine et Agathe filent loin devant tandis que Marie et louis poussent la chanssonnette avec moi !

 

P1000070-2


Arrivés au col nous découvrons un igloo. Petite pause avant d'attquer les pentes finales. Les raquettistes merdouillent : d'abord Sandrine puis Agathe qui manque de glisser. Finalement tout le monde à pied, je fais la trace. Voilà enfin le sommet !

Quelques bouquetins sont en contrebas. Nous regardons les skieurs de rando descendre vers le lac de Lessy sur une neige béton peu agréable !!!

 

P1000109


On se fait un bo pique nique sous le sommet avant de redescendre au col. Je file alors vers le Roc des tours pendant que les enfants s'amusent. Je croise au moins 50 raquettistes en pause pique-nique.

Du sommet, la descente est toute croutée. Je perds d'abord un ski mal fixé, puis je me gauffre  lors d'un virage dans la croute, la Claaaassseee !

Je recroise mes raquettistes avant de rejoindre la petite famille au col. C'est parti pour la descente. Et là, gros avantage pour les skieurs de rando : on va 10 fois plus vite. Nous skions les pentes transfo sous l'aiguille Verte. trop bon, comme disent les jeunes. Les filles se retrouvent englouties dans le groupe de raquettistes (j'en est comtpé 27 sur une photo appartenant au même groupe !)

 

 

P1000127-2


En bas de pente, on se retrouve tous. Les raquettistes filent vers le col de la Colombière tandis que nous descendons vers le Chinaillon. La partie est peu raide mais reste agréable. Avec Louis, on passe plsu de temps allongés à attendre que debout sur les skis. Derniers virages et voilà la voiture.

Belle sortie !

 

P1000135-2

Photo

 

P1000063

C'est parti !

 

P1000067

Sandrine, bientôt dré dans le pentu !

 

P1000081

A quelques encablures du col

 

P1000093

Sur l'arête (ou presque)

 

P1000097

"Il y a des bouquetins en contrebas"

 

P1000115

Retour aux raquettes


P1000120L'aiguille Verte depuis le Roc des Tours


Voir les commentaires

Ski de rando : Traversée du Trou de la Mouche 2453 m

Publié le par Apoutsiak

Traversée Grand Crêt - Paccaly

 

Le mythique trou de la mouche !

 

P1000321-2

 

Topo :

 

Depuis les Confins ( la Clusaz) parking sous les Lanchettes

 

Montée :

Rejoindre les Lanchettes et tirer sous le Paré de Joux dans la combe du Grand Crêt

Revenir au centre puis à droite de la combe avant de gagner le replat au centre (point 2063 m)

Partir à gauche (Nord) de la Combe pour rejoindre par une pente raide le Trou de la Mouche

 

Descente

 

soit en traversée à gauche soit à droite vers le point 2355 m

Basculer dans la combe de Paccaly (ça passe partout)

Au point 1520 m basculer dans la forêt pour rejoindre le chalet de Paccaly puis par la route forestière le parking des Confins.

 

Récit :


"Trou de la mouche, pourquoi ça s'appelle le trou de la Mouche" voilà la question que je me posais en arrivant au parking. A l'approche je compris la signification du lieu : Le trou de la mouche s'appelle ainsi parce qu'il attire les skieurs de randonnée ... comme des Mouches !

Donc les mouches, c'est nous !

Et là, il y a en visuel depuis le parking plus d'une centaine de mouches dans la combe du Grand Crêt.

 

Et c'est parti pour ma 3ème combe de la semaine (après le Grand Crêt et Tardevant )

Bon il y a du monde, mais au départ, ça passe bien : je rattrape une jeune femme, croise un skieur qui a pété sa fixation et qui redescend à pied. Rapidement, je mets les couteaux me demandant s'il n'est pas trop tôt ! Un collant pipette en profite pour me dépasser. Je rattrape un groupe semi arrêté que je dépasse. (Je ne vais pas vous décrire tous les dépassements, je crois que ce jour, j'ai battu mon record !

La neige est dure, la trace est bonne un peu gelée mais ça passe bien avec les couteaux (les pros, y font ça sans couteaux, eux ! Un passage raide, je me retrouve derrière un groupe de lentos à ronger mon frein ! Patience ... Ils ne sont pas très doués en conversion... C'est pas que je sois hyper doué en la matière, mais y a un minimum...  Ça bouchonne à chaque virage ! Enfin un replat, je me décale de la trace pour accélérer et les passer.

Voilà un replat, la plupart des gens partent direction tête de Pelouse (c'est là que je me  suis trompé d'itinéraire en début de semaine...)  Je file à gauche, la trace n'est pas toujours aisée à suivre. il n'y a plus personne... Je croise quelques skieurs à la descente. Serais je seul au Trou ? La pente se raidie, quelques coulées d'avalanches, il y a plein de monde ! Les mouches sont là, j'y mettrais bien un cou de baigon vert ! Bon, on se croise poliment (entre mouche) on se trouve une place dans la foule (on doit être entre 30 et 40 juste dans le trou ! ("il y a une merde quelques part ou quoi ?" pas très heureux mais je n'ai pas pu m'empêcher, il y a bien quelques chose qui nous attire)

 

Voilà donc le fameux trou de la mouche. C'est peut être du à la forme du trou, on dirait qu'une mouche géante a traversé la montagne en laissant son emprunte...

Pause relativement courte, photo, boisson alimentation. Je m'inquiète de l'état de la descente (de l'autre coté ils montent en crampons !).  A priori ça passe. Je commence à descendre en passant prudemment par la droite, croisant quelques skieurs à pied.

Je me pause la question : pourquoi il y a si peu de monde dans mon sens. Tout le monde a l'air de monter apr l'autre coté (par Paccaly) Je n'aurais pas la réponse à ma question !

Enfin je skie, la neige est dure  à hyper dure avec des variantes de croûtées ... J'adore ! Puré, j'aurais pas vu de poudreuse de la semaine ! Bon avec le beau temps qu'on a eu...

Je décide de partir sur le versant Sud pour choper la transfo, mais il est trop tôt ! et de la transfo, ben il n'y en a pas ! Ça repart sur la gauche de la combe, dans une sorte de grand couloir. Voilà la forêt et la traversée sur le chalet de Paccaly. Un poil de pousse bâton, puis nouvelle descente pour rejoindre le parking . Je poursuis jusqu'aux Confins où Sandrine m'attend ! Agathe fait une descente avec moi en doublette sur les skis ! Nous repasseront à la Clusaz pour notre dernier repas (sans Judas) avant de rejoindre notre chère Franche Comté, les vacances sont terminées !

 

Photo

 

P1000304

Tiens, je suis pas tout seul !

 

P1000305

Les mouches !

 

P1000308

Encore plus de mouches !

 

P1000317apoutsiak au trou de la mouche

 

P1000329Le trou de la mouche  versant Paccaly


P1000328

Le trou de la mouche et la pointe percée

P1000331

le haut de la combe de Paccaly

 

P1000336

trou de la mouche

 

P1000338

Le haut de la combe de Paccaly

P1000339combe de Paccaly

Voir les commentaires

Ski de rando : Ambrevetta par la combe de Tardevant : 2501 m

Publié le par Apoutsiak

Jolie course avec Mélanie, Franck et Jeff, à coté duquel, Bachar El Assad passe pour un gentil agneau !

 

P1000191-2

 

 

 

Topo

 

Départ des Confins, parking des Lanchettes (La Clusaz)

 

Du parking, rejoindre La Lanchette et par le sentier d'été gagner la Botière et et Paccaly 1490 m

Descendre dans le vallon et rejoindre Paccaly d'en haut par les pentes sous jacentes (1671 m) basculer dans la combe de Tardevant en poursuivant au nord passer à Tardevant et remonter au mieux la Combe, passer au lac de Tardevant puis gagner la crête et rrvenir à l'ouest pour rejoindre le sommet 2501 m. Vue 3 *.

 

Descente par le même itinéraire.

 

Récit

 

J'ai rendez vous avec jeff au parking, à 14h, comme ça on sera tranquille, un copain a lui aussi rapide doit les accompagner.

Je me pointe avec 10 minutes d'avance, je me prépare, et voilà Jeff qui arrive. Son copain Franck n'est pas encore là, il me dit : "Pars devant, t'as qu'à prendre un peu d'avance !" Bon, je m'exécute (avec jeff, t'as toujours intérêt à t'executer !) . Je démarre et croise aux passage pas mal de skieur en provenance de la combe du Grand Crêt ! En fait, elle est noire de monde. Je file, il faut aller vite, mais garder de la réserve, car lorsque Franck et Jeff vont me rattraper , il faudra accélérer ou essayer.

J'avance bien ( à mon rythme) et me voilà au chalet de Paccaly, j'hésite, je décide de suivre le topo que j'ai en tête et de passer par Paccaly d'en haut (il faut un peu redescendre. Je jette régulièrement des coups d'oeil pour voir si mes acolytes me rattrapent attendant un hypothétique courant d'air !

Je remonte la combe, à chaque conversion,  un coup d'oeil en bas, arrivé à proximité j'aperçois 3 skieurs et non 2 au chalet de Paccaly, ça doit être eux... Je poursuis à flanc pour rejoindre la combe de Tardevant, me répétant  que Jeff m'a dit "pars devant !" dans la combe de Tardevant ! Je poursuis mon ascension, les 3 skieurs n'ont pas suivi mon trajet, je suis seul. Courte pause ravitaillement. Puis je poursuis, il y a de grosses avalanches de fonte récente, il a fait très chaud ces derniers jours . Arrivé au pied d'un raidillon, j'hésite, je suis seul, ça me parait trop raide pour un homme seul, je rebrousse chemin pour me mettre à l'abri et attendre les autres. Les voilà qui apparaissent en contre bas et me font de grands signes ! 10 minutes plus tard, ils me rejoignent, je commençais à avoir un peu froid !

Salutation, en fait, ils sont trois il y a Franck et Mélanie qui accompagnent Jeff. Les deux premiers décident de partir à fond, j'accompagnerais Mélanie pour la dernière partie dans un mode plus contemplatif...

La combe est plutôt cool, rien de trop raide, le soleil est là, nous progressons tranquillement tandis que Jeff et Franck se tirent la bourre. Arrivé sur la crête, vue magnifique sur le Mont Blanc, les deux devant skieront jusqu'au sommet tandis que nous déposerons les skis à quelques encablures de celui ci.

Au sommet, Jeff, nous annonce qu'il faut redescendre (on ne le change pas)

Et c'est parti pour une descente en neige transfo (parfois un peu soupe) mais correcte. But du jeux : éviter les pentes à l'ombre qui ont commencée à regeler !

Ça passe plutôt bien, quelques coulées d'avalanches à traverser. Franck nous gratifie la descente de quelques sauts impressionnants ! Franck et jeff prennent un couloir dans la combe de Tardevant pour rejoindre Paccaly d'en haut , tandis que Mélanie et moi choisissons de basculer trop tôt dans la combe de Paccaly, bien au soleil et trop en soupe, dure à skier ! Il faut traverser la combe de Paccaly et filer dans le chemin forestier vers le chalet de  Paccaly . Un peu de pousse bâton dans une neige soupe et sur un sentier plutôt plat achève la journée et mes bras.

Retour au parking avant de rejoindre le Merdassier de la Clusaz pour une partie de Paret ou je deviendrais le responsable de la descente au flambeau, titre dont je ne suis pas peu fier ...

 

Photo

 

  P1000168

P1000172

 

P1000176

 

P1000182

 

P1000183

 

P1000187

 

P1000191-2

 

P1000197

 

P1000206

Voir les commentaires

Ski de rando : Tête de Pelouse par la combe du Grand Crêt 2537 m

Publié le par Apoutsiak

Ma première dans les combes des Aravis, ou preque...

 

Topo

 

De la Clusaz rejoindre le hameaudes Confins puis le parking des Lanchettes

Des lanchettes gagner le point 1450 m puis par un grand virage passant à proximité du point 1628 m tirer àdroite (sud) avant de remonter la combe au mieux (plutôt en son centre) Quelques passages un peu raide Tirer plein sud sur la fin pour atteindre la crête. Sommet facultatif !

 

Autre possibilité de la combe :

 

le trou de la Mouche et possibilité de traverser sur la combe de Paccaly

 

Le point 2309 m qui lui aussi permet de traverser sur la combe de Paccaly !

 

carto fichier GPS

 

au format GPX

 

 

 

Récit

 

Début de vacances à la Clusaz, je m'etais promis de faire une combe des Aravis, objectif au départ : le trou de la Mouche, il est assez tôt, j'ai pérvu d'aller skier avec les enfants l'après midi.

La route me semble longue jusqu'aux Confins, quand j'arrive sur le parking, ô surprise, il y a déjà pas mal de voiture ... J'suis bête, c'est ça les Aravis, il y atoujours du monde. bref, je pars, je dépasse un gars avant de rejoindre un groupe, et je me cale discrettos dans leur roues, si tant est qu'on puisse être discrettos en ski de rando.

Je me décide à mettre les couteaux rapidement (comme eux), puis c'est reparti, avec les couteaux, dans les apssages raides, ça va. Bon par le truchement des pauses, je me retrouve au milieu du groupe (de 4) parfois devant. A mi sommet, il font une pause et je leur fausse compagnie. Je rejoins d'autres groupes, mais c'est plus étalé, une mamy galère , elle a du oublier ses couteaux..., je suis la foule, grave erreur, j'apperçois à ma gauche le trou de la mouche et il est trop tard pour bifurquer, tant pis, je poursuis vers la tête de Pelouse. Sur la fin, c'est plus raide, mais les couteaux fonctionnent. Mze voilà sur la crête, et enfin le soleil.

Courte pause, de toute façon, c'est comme chez Carrefour, tu prends ton ticket, tu fais ta petite paiuse et tu te casses pour la lisser la place aux suivants.

Je plonge dans une pente bien gelée, qui n'a pas vue le soleil ! (et bien trafolée !) Bref , ça vibre, il y a pleins de traces biens dures partout... ca n'est pas du grand ski, mais ça fait bien mal aux cuisses !!!

La descente est rapide. je retrouve le parking, mes cuisses sont en feux, je suis bon pour une bonne après midi de ski de piste !

 

Photo

 

  P1000020

 

P1000027

 

P1000030

 

P1000033

 

P1000034

Voir les commentaires

Le Petit Alpiniste Oscarisé par Cham3S pour une vidéo sur Midi Plan

Publié le par Apoutsiak

J'etais assis à la terrasse d'une cafeteria d'altitude, les lunettes vissées sur mes oreilles, le soleil tapant fort, sirotant un coca bien frais, entouré de mes enfants turubulents, chacun me narrant ses exploits à ski...  le téléphone sonne... "Bonjour, c'est Sophie Rousset de Cham 3S, vous avez participé à un concours Vidéo/ Arc'teryx, et bien vous avez gagné !"

J'avais déjà la banane avant le coup de téléphone, mais alors là !!!

 

Et elle m'explique que le jury a beaucoup hésité avant de chosir ma vidéo (tu m'étonnes, il y en a qui filme au reflex en passant 15 minutes pour chaque plan, bilan parfait, mais je sais pas si question timing de course, ça tient toujours...)E lle me dit qu'ils ont hésité avec une vidéo tournée sur la CCC, de meilleur qualité technique, mais que la mienne correspondait plus à l'esprit du concours !

Interieurement, je me disais "Yes !"

 

 

 

C'est vrai que j'avais mis un point d'honneur à choisir la vidéo qui correspondait le plus au thème, en retravaillant un peu le contenu (j'ai ajouté la musique et refait les génériques !)

 

C'est un peu mon oscar à moi ! ( la même semaine que celui de Jean Dujardin !)

 

Le Jury etait composé de Eric Schierl Team Arc'téryx et de  Sophie Rousset Team Cham3s.

 

Voilà enfin mon talent reconnu !

 

Les règles du concours "Une belle émotion !" pour mémoire :

"Le gagnant sera le participant qui aura tourné la vidéo ayant le profil le plus représentatif du profil déterminé selon les critères du jury :
-Originalité de l'histoire
-Manière de la raconter
-Magie du lieu et des personnages
-Originalité du tournage
-Humour " 

 

La dernière fois que j'aivais gagné à un concours, j'avais 9 ou 10 ans et c'était un concours de dessin sur le rugby !

 

La Vidéo en question, vous en souhaitant bonne lecture traversée Midi Plan, oscarisée par Cham3S et Arc'Teryx, meilleur film 2012 !

Avec Jeff, Catherine, Céline et Apoutsiak ( réalisation, caméra, montage, production)

 

bon j'arrête là, je vais attraper la grosse tête !

 

 

 


Voir les commentaires