Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

23 heures pour la Dent du Géant !

Publié le par Apoutsiak

 ou : ne jamais emmener un BE d'escalade en alpi !

 

Mon partenaire de cordée C2C, Sébastien avait eu un souci, il s'était casé la cheville en faisant de l'escalade la veille, je me retrouvais sans partenaire pour cette dernière sortie de cette semaine chamoniarde, nous avions enchainé le Tour Noir et le Chardonnet par l'arête Forbes avec Philippe en 3 jours, j'avais profité de ma journée de repos pour randonner du coté du Brévent et trouver un partenaire de cordée à l'OHM.

Sur un cahier, j'avais donc laissé mes coordonnées, et tout avait fonctionné, au téléphone je voyais qu'il avait plus d'experience que moi (une grosse experience même) ayant gravi nombres de voies coté D à TD dans le massif, il m'annonçait la venue d'un troisième homme qu'il connaissait. rendez vous etait pris dans la soirée pour préparer la course du lendemain : la Dent du Géant !

 

Je les retrouve au camping et nous discutons et préparons la course en buvant l'apéro, Gilles fait les présentations, le 3ème homme, est un homonyme : Guillaume lui aussi, pas toujours pratique pour les manoeuvres de corde, mais facile à retenir !

 

Le matos est prêt, nous prendrons la première benne à cham demain !

 

Le lendemain matin, je me lève à 5 h 30 pour être à l'heure, il faut faire bonne figure, la benne est à 6 h 30 Je retrouve mes compagnons et nous grimpons dans l'une des premières bennes, tout va bien ! Arrivée à l'aiguille du midi, vers 7 heures, nous nous rendons compte que la première benne pour l'Helbronner est à 8 h 30 ! Et m.... 1 h 30 à glandouiller devant un magnifique lever de soleil ! je mitraille à fond regarcant les cordées partir vers le Tacul ou l'arête Midi Plan.

 

 

Montagne 5004 Montagne 5000

Profiter du temps à passer à l'aiguille pour mitrailler ...


8 h 30 Traversée du glacier du Géant en téléphérique, féérique et magnifique (sic)! Guillaume m'interroge, il se soucie de mes compétences en escalade et je lui réponds que ça devrait passer, au pire, je tirerais sur la corde ! Et oui, je ne suis pas un grand grimpeur !

Je sens que Guillaume a comme un doute  en ce qui concerne mes compétences, doute que je n'arrive pas à dissiper...

 

Montagne 5011

Montagne 5012

Depuis l'Helbronner - repérage de la face Nord de la Tour Ronde


Enfin l'Helbronner, il est déjà 9 heures, nous filons vers le glacier, je mets mes crampons et Gilles peste, il a pris les crampons de sa femme, qui ne peuvent se regler sans tournevis, il retourne à la gare de téléphérique se faire dépanner...

10 heures, ça y est on marche, le départ est cool, ça descend, je descends d'un bon pas le glacier et Guillaume, tel une fusée me dépasse et me largue. "Puré j'ai pas la caisse !" J'en ai peut être trop fait depuis le début de la semaine ... Après la descente vient le plat et la remontée, je le rattrape, tel le capitaine Haddock il est parti un peu vite...

 

Montagne 5015 Montagne 5017 Montagne 5019

 

Guillaume au départ - au milieu : Je me suis fait largué - A droite : la Dent du Géant avec le fin couloir de neige


Nous nous encordons et remontons le couloir neigeux sans trop de problème avant d'opérer une pause alimentaire au sommet de celui ci (bien avant la bien nommée salle à manger )

Motivé Guillaume décide de passer en tête il tient à inaugurer son tout récent Brevet d'escalade et à nous montrer son savoir faire ! Piètre grimpeur je le laisse faire, moi, j'adore grimper en second !


Et là, il faut savoir qu'à posteriori, j'ai pu apprecier le concept de dilatation de l'espace temps, car il devait être vers 11 heures à la pause et que nous avons du arriver vers 16 heures à la salle à manger soit 4 ou 5 heures pour gravir un truc qui en temps normal ne prend qu'une heure...

L'explication, il n'y en a pas vraiment, mis à part que notre BE d'escalade, désireux d'appliquer à la lettre son art, prenait un malin plaisir à pauser friends sangles et coinceurs partout , même dans des passages de II, réalisant des relais là où chacun grimpe en corde tendue. Et oui, on a grimpé en toute sécurité mais à quel prix ?

En plus des relais longs à réaliser et bien sûr longs à enlever (pour ceux qui l'ignorent les difficultés sur la Dent du Géant se situent dans la partie supérieure après la salle à manger et non là, nous avons un peu merdouillé l'itinéraire, chacun faisant confiance à l'autre pour emmener le topo, celui ci etait resté à Cham... !

Sur la fin, au lieu de prendre à droite par des rochers faciles nous avosn réussi à gravir des petites goulottes de glace pour rejoindre notre Nirvana, la salle à manger. 16 heures !

 

Montagne 5020Avant la salle à manger, on s'est un peu fourvoyé à gauche...

 

Que faire, Guillaume propose de redescendre dormir aux cosmiques pour faire le Mont blanc par les 3 Monts demain, je propose de poursuivre et de bivouaquer à l'arrache soit à la salle à manger soit à Torino au refuge, mais il ne faut pas trop rêver l'heure avancée ne laisse que peu d'espoir de trouver un toît pour la nuit si on passe par le sommet ! Ma solution l'emporte nous irons au sommet. Il y al à plein de cordées à la descente et je quête pour avoir de la nourriture (et oui, je suis parti ligth : 3 barres et 1 litre d'eau pour la journée... nous avions prévu de la faire à la journée cette Dent !) je récupère un saucisson un vilain bout de pain et 4 gateaux secs concassés qui ont sans doute plusieurs 4000 à leur actif !. Nous chaussons les chaussons et c'est parti pour l'escalade, la vraie, sur le bon vieux granit de chamonix.


En fait  quand je dis c'est parti, nous avons encore attendu une bonen heure et demie car à 16 heures lorsque vous montez pour la Dent du Géant vous croisez les cordées qui en descendent ! Bref,  après avoir vu des dizaines de personne descendre en rappel, un Italien se gauffer en pendule dans ce même rappel en enportant un bloc de 200 kg dans le vide (c'est dommage, ce bloc etait bien utile pour l'accès à la voie en remontant délicatement il y serait sans doute encore rester...) Bref nous partons entre deux cordées. Guillaume est toujours devant, et c'est long. Il équipe école : 1 poitn tout les 2 mètres, il ne va pas prendre de gros vol aujourd'hui. Je réussi à convaincre Gilles de passer devant, pour avancer ! Tout de suite, ça va mieux, et nous arrivons au pied des dalles Burgener, magnifique !

L'escalade est superbe, et je m'évertue à ne pas toucher la corde (dans le Vallot, pour la difficulté ils mettent : cotation D sans la Corde, AD en l'utilisant !) Derrière moi, Guillaume monte en tirant sur la corde et soufflant comme un boeuf (il fait préciser que sur la Dent du Géant, les Italiens ont installés une grosse corde qui permet à l'alpiniste qui le désire ou un peu "taquet" de se tirer dessus, révélant un éthique assez peu moderne de la montagne) , tandis que, une fois n'est pas coutûme, je virvolte sur le granit Chamoniard (enfin, je virvolte dans mon souvenir, je ne m'étais sans doute pas départi de ma technique : " t'es grand et t'as des grands bras, profites en !"

Montagne 5023

Montagne 5024

Les Dales - plaques Brugener, Gilles passe devant

 

 

 

Montagne 5025

Miam miam le bon granit bien solide

 

 

Montagne 5028

Montagne 5029

Apoutsiak au relais - à droite, le Mont Blanc


Au relais nous dicutons, et je me rends compte que son experience Haute montagne se limite au Mont Blanc, par les 3 Monts ! Il  me fait par de ses craintes d'un orage, me montrant les gentils cumulus qui bourgeonnent au loin. Tout s'eclair dans mon esprit, la technique de grimpe, les relais, les protections rapprochées, le départ à fond le matin. Nous poursuivons, Guillaume nous enjoint à utiliser la corde pour aller plus vite , ce que nous évitons de faire, afin de conserver la pureté de l'escalade. Les injonctions se font plus vives, proportionnelle à ses craintes d'un hypothétique orage dont les prémices ne m'ont en aucun cas paru imminent,  je finis par m'executer à quelques mètres du premier sommet. De là quelques mètres nous séparent du second, mes deux partenaires ne veulent pas aller jusque là, dommage, d'autant plus que de toute façon on est dans les choux  point de vue timing, on n'est plus à 10 minutes prêt, il faudra bivouaquer, mais devant l'écrasante majorité, je m'incline ! Nous ne verrons  pas la vierge (ou de loin !) !

 

Montagne 5031 Montagne 5032 Montagne 5033

 

Au sommet, devant la Vierge, à droite, ve plongeante sur les arêtes de Rochefort

 

18 h Pour le retour il faut préciser un détail, Gilles s'est trompé, il n'a pris qu'une corde de 30 mètres ! Et pour des rappels, c'est long, très long ! Bref , à la descente comme à la montée, il faut faire des relais partout ! heureusement, la voie en est équipée ! Mais c'est long.

 

A 21 heures, nous sommes à la salle à manger, nous sommes bien seuls depuis longtemps sur la montagne et nous n'avons qu'une frontale pour 3, avec des piles toute relatives

Je propose à mes deux accolyes de dormir là, comme nous en avions convenu, mais nouveau changement de programme , ils veulent redescendre. C'est dommage, il y avait pleins de petis emplacements bien plats. Nous décidons donc de rejoindre Torino à LA frontale.

 

Montagne 5042

Ca se couche

 

Montagne 5043Mont Blanc au coucher du soleil


La descente ne se passe pas trop mal, mais à mi chemin, ils décident de s'arrêter au milieu de la paroie. Je leur propose de passer devant avec LA frontale mais rien n'y fait, nous bivouaqueront ! Nous nous abritons sous deux gros rochers, gardants nos casques et nos baudards nous nous assurons et nous installons pour une nuit bien inconfortable. J'aurais pourtant bien continué. 


Il faut ici préciser que qui dit course à la journée, dit bien entendu pas de tente ni duvet, pas de karimat non plu, confort minimal et nuit frisquette assurée.

Et qui dit course à la journée par beau temps dit : une carline, une polaire  et un blouson -> nuit TRES frisquette assurée !

Seul Gilles a une couverture de survie et un sommeil inégalable, il passera une nuit preque correcte, berçant de ses ronflements nos insomnies nocturnes

Au milieu de la nuit dans les vapeurs d'étoiles Guillaume se met à hurler, il a vu un spectre, c'est Gilles qui se levait pour pisser, bonjour le spectre, moi qui était au milieu de ma tranche de sommeil de 20 minutes, c'est râpé !Je dors donc par accout, c'est classique quand on a froid, 20 minutes de somnolence, 20 minutes de réveil. Trouver une position pas trop pire entre deux rochers pointsus, un dans le dos, un sous la cuisse... Petite nuit, froide, sans lune.

 

Vers 2 heures 20, la lune s'est levée et je sens que mes associés sont murs pour repartir, nous siommes tous pétrifiés de froid ! Je leur repropose donc de passer devant avec la frontale pour rejoindre Torino, et le froid a fait son effet, tout le monde pense que c'est la meilleur solution. Nous repartons donc au milieu de la nuit. Je retrouve le haut du couloir sans trop de difficulté (au pris d'un seul petit rappel). Nous décidons d'opérer un grand rappel pour descendre le couloir. Guillaume part le premier et ne nous attend pas quand il est au pied. Je passe le second et Gilles me rejoint. Nous remontons ensemble (juste avec Gilles) vers l'Hellbronner. Nous dépassons Guillaume qui ne souhaite pas qu'on l'attende.  Voilà enfin l'Helbronner, il est 5 heures 30, le jour point. Mais là, c'est le drâme, toute les issues sont cloisonnées, ça n'est pas comme à l'aiguille du Midi, on ne peut pas pénétrer dans la gare de téléphérique et le vent balaye la terrasse...  Nous trouvons une petite cahute où est logée la fraise l'hiver, nous commençons à nous serrer à deux dedans avec Gilles puis nous évacuons la fraise qui prend trop de place (et qui bouge ?) pour dormir du sommeil du juste en attendant l'ouverture des installations. Vers 7 heures 30, la station commence à s'animer et les portes s'ouvrent, Guillaume a préféré glandouiller sur la terrase et au froid plutôt que dormir, nous prenons une collation chaude au bar de la station avant de repndre l'Hellbronner puis le téléphérique de l'aiguille du Midi pour rentrer !

 

Montagne 5044Apoutsiak pas trop frais à 5 h du mat...

 

23 heures pour la Dent du Géant , qui dit mieux ?

 

 

Montagne 5046

Montagne 5050

 

La Dent nous nargue, et Guillaume a l'air plus à l'aise dans le téléphérique que sur la Dent !

 

 

Ascension réalisée en Août 2004 !

Voir les commentaires

Les 3900 m !

Publié le par Apoutsiak

panorama-Obergabelhorn-Dent-blanche-lever-de-solei

 

Et oui, nous faisons trop la course aux 4000, délaissant au passage de magnifiques courses à 3900 m !

 

Oberland
 

 

Ebnefluh  3962
Bietschhorn     3934m
Eiger     3970m
Gross Wannenhorn     3905m
Klein Grünhorn     3913m

Mont Blanc

 

Aiguille d'Argentière     3901m     
Aiguille Centrale NW de Tré la Tête     3917m     
Aiguille Centrale SE de Tré la Tête     3930m     
Aiguille Sans Nom     3982m     
Aiguille de Tré la Tête     3931m
Grandes Jorasses - Pointe Young     3996m
Mont Mallet     3970m     
    
Ecrins Oisans


Ailefroide     3955m     
Ailefroide Centrale     3927m     
Ailefroide Occidentale     3954m     
Ailefroide - Pointe Fourastier     3908m
La Meije     3983m
La Meije - 3ème Dent     3951m
La Meije - Doigt de Dieu (pic central)     3973m
La Meije - Grand Pic     3982m
Mont Pelvoux - Pointe Durand     3932m
Mont Pelvoux - Pointe Puiseux     3943m
Pic Sans Nom     3913m     

Grison


Piz Argient     3945m
Pizzo Palù     3900m
Pizzo Scerscen     3971m
Piz Roseg     3937m
Piz Zupò     3996m

Grand Paradis - Italie
 

 

Grivola     3969m

Ortler 3905 m



Valais
 

Adlerhorn 3988 m

Fletschhorn     3982m

Grand Cornier     3962m
Schalihorn     3974m

Ulrichshorn  3925 m

Jägerhorn 3970 m

 

Pour info, dans ma courte carrière, j'ai déjà gravi l'aiguille d'Argentière par deux fois (glacier du milieu et couloir en Y, l'aiguille Nord de Tré la tête. J'ai fait une tentative sur le Gross Wannenhorn avec le CAF de Besançon, et une sur le Trugberg mais il me semble que nous n'avions atteint que le sommet d'hiver....

Dans les Ecrins, j'ai fait l'Ailefroide Oreintale avec Thib, et le Pelvoux pointe Puisieux , la traversée de la Meije avec Claire (toutes les pointes miam !) (sans compter la Meije Orientale !

Mon Objectif : le Fletschhorn, soit par sa magnifique face nord soit en point de départ d'une longue traversée avec bivouac vers le Weismies en passant par le Lagginhorn, 2 4000... désolé ! L'autre objectif : un raid dans la Bernina avec le Piz Palu ET la Bernina !

 

La liste est sans doute (très) incomplete, je me suis basé sur le fichier C2C en enlevant les sommets hors alpes. Aucun souci pour en rajouter ! N'hésitez pas à me contacter ! (Merci à Laurent et Moorkpour l'amélioration de la liste)

 

Pour info les 3 sous 4000 sont

Le Piz Zupo : 3996 m

La pointe young aux Grandes Jorasses... dur 3996 m

et la sacrosainte Meije 3983 m

 

vue_du_sommet_du_boschhorn_-_le_fletschorn.jpg

Voir les commentaires

Rando : Traversée -Du Suchet au Chasseron par les Aiguilles de Baulmes

Publié le par Apoutsiak

La Randonnée d'Etienne.

 

Cette rando, celà faisait longtemps que je la projetait . Le Week end s'annonçait beau, petite hésitation quant à l'objectif, il fallait en profiter. Et ce fut à la hauteur de mes esperances. Avec une nuit à la belle étoile au sommet du Suchet...

 

P1050066

 

 

Topo

 

J1: 7 km - 550 m - 2 heures

Entre les Fourgs - Suchet

 

Se garer à Entre les Fourgs et remonter la piste Forestière qui passe sous le téléski de la Piagrètte (1140m) Poursuivre jusqu'au point 1206 m. Prendre à doite puis de nouveau à droite au point 1278 m (les Jacquemets). Après un  virage, (vers le Sud Est)  poursuivre le sentier vers le point 1299 m Citerne et passer la frontière Franco suisse marquée par un ancien muret de pierre (attention absence de seniter sur une centaine de mètres, prendre à flanc en descendant légèrement dans la Combe du Commun. Rejoindre la ferme de la Poyette (1331m) et remonter l'arête (derrière le mur antichar)  qui amène à la Croix du Suchet 1554 m puis le sommet du Suchet 1588 m

 

J2 35 km - 1420 m positif - 1820 m negatif

Suchet, Aiguillons de Baulmes - Chasseron

 

Repartir vers le Sud pour trouver le passage dans al falaise Ouest du Suchet (panneau) attention, le sentier est mal marqué au départ, il faut prendre sur la droite) puis rejoindre la ferme de Grange Neuve (1356 m), de là, traverser les alpages pour rejoindre la route qui mène au col de l'Aiguillon. Au point 1284 m prendre à droite puis emprunter le sentier qui mène à l'Aiguille de Baulmes (1559 m) Croix.

Traverser les Aiguilles de Baulme, passer au col des Murs et rejoindre le Mont de Baulmes d'en Haut. Redescendre à Culliairy, la Sagne (1037 m) et Sainte Croix.

Traverser la petite ville en direction des Replans et prendre le sentier après le virage 1104 m. Suivre cette ligne de "crête" qui remonte sous le Cochet (1385 m), passe prêt de la Casba, les  Avattes (1458 m) , les Petites Roches (1583 m) et rejoindre le sommet du Chasseron par la Crête (1606 m)

 

Retour à Sainte Croix par le même itinéraire. De Sainte Croix prendre la Route des Gittes, rejoindre la Gitte Dessous (1239 m) puis la Gîte Dessus 1289 m et poursuivre jusqu'au col de l'Aiguillon 1293 m (un sentier coupe avant le point 1320 m)

 

De là, tout droit par le Bramafan vers le refuge de la Queue (1028 m) remonter quelques mètres la vallée de la Jougnena, puis un dernier effort permet de remonter le long du ruisseau du Petit Nerveau, rejoindre le point 1093 m, la ferme Palzard e entre les Fourgs !

 

P1050077

 

 

Récit

 

Je travaillais le Samedi, bref, départ tardif , nous en profitons pour faire 3 courses dans notre magasin de sport détesté puis direction Entre les Fourgs, il est déjà 18 heures. Début de balade classique : nous hésitons entre montée au Chalet Piagrette et prendre dans le flanc sur la rotue Forestière, nous décidons d'assurer (déjà pris 3 buts en hiver  en passant par le dessus !

 

P1090724

 

A la combe du commun, à la frontière Franco Suisse, le sentier disparait, je le fais à l'instinct (et au GPS, le sentier est marqué dessus !!!) et nous retrouvons le chemin un peu plus loin, il y a 100 mètres de libre, pour randonneur en manque d'inspiration ! Les Cloches des vaches suisse nous accueillent, c'est beau et bruyant ! Plusqu'à remonter vers le suchet, sommet que deteste (d'habitude) Sandrine, mais là , tout va bien. Nous arrivons à la Croix alors que le soleil commence sa descente infernale vers l'horizon. puis nous retrouvons le sommet ,il faut faire vite, ça va se coucher, nous trouvons un joli emplacement pour dormir (choix fait en fonction du vent, de la platitude de l'endroit et de l'absence de son de cloche perceptible...) après un bon repas fait de plats déshydraté... Coucher de soleil magnifique. Et nuit trempée par la rosée et éclairé par une lune ardente !.

 

P1090715

 

A 6 heures, le jour point. Et nous partons, les Chamois jouent sous la Croix du Chasseron, nous ne nous attardons pas. Je prends une gamelle au départ dans les herbes humides sur les rochers... Ca glisse ! mai ça passe. Nous retrouvons d'autres chamois après Grange Neuve puis traversons des troupeaux de vaches. Nous remontons vers les Aiguilles de Baulmes avec la technique chacun à son rythme, Moi devant et Sandrine derrière... La vue est magnifique ! Toutes les Alpes du Nord et le Jura !

 

 

P1090732-2

La descente vers le Mont de Baulme est longue puis c'est l'arrivé sur Sainte Croix. sandrine a de grosses ampoules, elle decide de ne pas faire le Chasseron. Je file à fond les manettes (800 m/h) et passe aux Petites Roches puis au sommet du Chassero, il y a du monde . Midi, un SMS, 3 pattes de fruit et c'est reparti. Je rejoins Sainte croix puis Sandrine qui m'attends à la Gitte Dessus (longue la route de la Gitte Dessus !)

 

 

Nous poursuivons vers le col de l'Aiguillon où nous retouvons le matos laissé là. l faut alors rejoindre la Jougnena avant une dernirèe montée et un looooong plat avant Entre les Fourgs ... 42 km, un marathon, en 9 h 09. Les derniers kilomètres furent un peu difficile !

En pensant à Etienne qui nous a accompagné tout au long de la rando !

 

Photos

 

 

P1090683

Sous le Suchet avec un planeur au dessus de sommet

 

P1090698

Sandrine

 

P1090699

Les deux sommets du Suchet

 

P1090701

sandrine devant la Dent de Vaulion

 

P1090707

Les Aiguilles de Baulmes et au loin le Chasseron, c'est pour demain !

 

 

P1050063

Méditation Suchetienne en attendant que ça chauffe !

 

P1090718

Derniers rayons !

 

P1050067

Vue du bivouac

 

P1090722Lever de soleil sur le Mont Blanc

 

 

P1090725

Observation de chamois

  P1090727Les Aiguilles de Baulmes et le Mont de Baulmes

 

P1050071-2

Chamois

 

P1090735Aiguille de Baulmes

 

P1050073

Vue sur le Suchet avec à droite Entre les Fourgs - c'est déjà loin et c'est pas fini !

 

P1050075

Nous deux...

 

P1090736Mont Blanc et Suchet !

 

P1090744L'arête

 

P1090757Chasseron devant les Aiguilles de Baulme et le Suchet (sous le nuage)

 

P1090762Sommet du Chasseron plus qu'à revenir...

 

P1090768Sainte Croix et ses fourmis

 

 

P1090772Il n'est pas conseillé de traverser TOUS les parcs

 

P1050091Le choix du bivouac doit se faire en fonction de la présence des vaches et de leurs cloches en l'absence de boules quies !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rando en hommage à Etienne Bolon, mon oncle, qui l'avait réalisée en son temps, mes pensées vont vers toi... 

Voir les commentaires

Le refuge Aosta 2781 m

Publié le par Apoutsiak

Refuge Aosta 2781 m


Tel 0039 0165 73 00 006

Capacité 30 places


 

P1090493

 

Refuge  situé au fond de la vallée de Valpelline donnant accès à la Dent d'Herens

 

 

Accès routier

Rejoindre Aoste par le tunnel du Mont Blanc. Prendre la route du col du Grand Saint bernard et bifurquer rapidement en direction de valpelline et Bionaz, remontée la route jusqu'au parking du lac des Places des Moulins : 1950 m.

 

Accès au refuge.


Du parking du barrage des Places des Moulins, suivre la rive droite du lac (route non goudronnée) et rejoindre Praz Raye (2010 m) 4 km ! De là suivre le sentier qui "longe" le torrent de Buthier.et monte lentement jusqu'à un replat type delta du nil, toute proportion gardée. Suivre les cairns qui partent lutôt à droite dans les barres rocheuses (chaînes) et de là le refuge. 2781 m

Remarque : S'il n'y a que 830 m de dénivelé, il faut compter 14 km de distance entre le parking et le refuge : c'est long et souvent plat ! Compter 4 heures environ !

 

Courses possibles :

 

Dent d'Herens voie normale

Dent d'Herens par le Tiefmattenjoch

Col de la Division pour rejoindre la cabane de Berthol, celle des Bouquetins ou la cabane de la Dent Blanche, Zermatt et Arolla !

 

Accueil sympatique, les portions nous ont parrues un peu juste lors de notre passage. Couverts en plastique !

 

P1090472

  Au départ du lac des Place de Moulin... 4 h 30 !

 

P1090488

  Le refuge est à droite de la photo (en haut de la morraine)

 

P1090489

refuge Aosta

 

P1090492

refuge Aosta

 

P1090520

  Le drapeau de la Sardagne reigne ... le gardien en serait fada

 

 

P1090518

Le Refuge vu du haut


P1090519

Le refuge vu de la morraine

 

 

 

P1090478

Lac des Places de Moulin

 

Vidéo refuge Aosta

 

Voir les commentaires

Rando : Creux du Van 1463 m - Gorges de l'Areuse

Publié le par Apoutsiak

 

CreuxduVan Panorama 2

 

Magnifique boucle entre falaises et gorges avec potentiellement une faune importante. Randonner hors saison, c'est mieux !

 

P1050006

Le Creux du Van

 

Topo

 

De Noraigue, (parking à coté de la caserne) passer à coté de la ferme brocante "vers chez Joly" 746 m et rejoindre les Oeuillons 1014 m. Emprunter alors le sentier des 14 Contours et rejoindre le Pertuis de Bise (1374 m) Poursuivre en longeant la falaise (sentier) et passer au Soliat 1465 m. Rejoindre le haut de la falaise. Avant le Grand Vy, prendre à gauche le chemin qui descend vers le Creux du Van proprement dit, passer à la Fontaien Froide et rejoindre la ferme Robert (972m). De là, suivre le balisage jaune qui emmène vers les Gorges de l'Areuse (651 m) et le saut de Brot avec un joli pont. Remonter alors l'Areuse qui longe par moment la voie ferrée et retrouver Noraigue

 

Carto - fichier GPS

 

Extrait CNS

carte.jpg

 

 

Récit

 

Nous sommes partis tôt, pour revenir tôt et voir mon beau frère et ma belle soeur avant de partir. Bref, après la route, nous sommes sur le départ à 7 heures. Montée plutôt rapide jusqu'à l'Oeuillons. Nous admirons les jeunes daims à la course amusante en opérant une pause petit dej bienvenue pour moi (j'aivais une de ces dale !!!)

Nous repartons dans les pentes. Le ciel menace, et ça fini par tomber. Nous nous abritons sous un arbre en attendant que ça passe puis repartons dans la bonne ambiance, Sandrine et Louis ouvre la marche, je suis avec Agathe et Marie.

 

P1040993Vue du Pertuis de Bise

 

Au Pertuis de Bise, c'est magnifique, la falaise apparait. Il y a encore peu de randonneurs. Nous poursuivons sur limpressionnate crête avant de bifurquer vers le Soliat (on allait quand même pas rater le sommet !) Courte pause au mileiu des vaches avant de repartir vers la falaise et ses méandres. Pour les bouquetins il faudra repasser. nous avons pourtant bien scruté la paroie...

 

P1050024Dans les Gorges de l'Areuse

 

C'est l'attaque de la descente, glissante, nous rejoignons une table qui sera fort utile poru notre pique nique.  Ca file vers le bas et nous rejoignons la ferme Robert ou nous profitons de l'exposition sur la faune. De là, la descente se poursuit vers les gorges de l'Areuse, magnifique, ainsi que la remontée vers Noraigue le long de ces biefs et barrages esthétiques. Retour un epu fatigué à la maison, la belle soeur est déjà partie. Se serait on lever tôt pour rien?

 

Photo

 

 

P1040995Le Dôs d'âne

 

P1090648

Creux du Van

 

 

P1090649En montant vers le Soliat - dans le Vent sur le Van

 

P1090660Louis, Agathe et sandrine

 

P1090661

Le Creux du Van et le Dos d'âne

 

P1050013

Dos d'âne

 

P1050031les barageounets en remontant l'Areuse

 

P1090665La rando comme on l'aime...


Creux du Van


 

Voir les commentaires

Corse : Mini Mare Monti - du golfe de Porto à Galéria

Publié le par Apoutsiak

 

Porto, Girolata, Galéria, des nom qui font rêver... Magnifique rando avec différentes variantes entre 0 et 800 m. Profiter d'un bon bain de mer après une belle rando !

 

 

P1090030

Topo

 

J1 : Curzu Girolata

 

Départ de Curzu : Traverser le village et le remonter, passer à proximité de l'église et poursuivre (balisage orange deu Mare e Monti) à gauche. Le sentier est évident et remonet pour rejoindre un collet sous le Capu di Curzu (852 m)

suivre l'arête qui passe par le Capu di Linu 622 m et bascule par un sentierassez raide vers le Bocca a Croce (col de la Croix) route - bar. De là, on emprune le sentier du facteur qui permet de rejoindre la cal du Tuara (plage - 0 m baignade obligatoire)

De là, à l'extrémité Nord de la Plage, emprunter le Tra Mare e Monti (et laisser le sentier du facteur) pour rejoindre le point 165 m, vue imprenable sur la baie de Girolata, descente avec magnifiques points de vue.

Girolata, 0 m plage sur le chemin du facteur un peu au Sud

La plage de Focaghia n'est pas très agréable.

Gîte le Cormoran confort ++

Gîte la cabane du Berger confort spartiate : cabanes avec toît en taule non isolées ( attention par temps chaud !)Resto *** par contre.

 

J2 Nous vous recommandons la visite de la Scandola (réserve naturelle) en bateau, possibilité d'excusion depuis Girolata.

 

J3 : Girolata Galeria

De Girolata, traverser le village en le remontant et prendre le chemin qui part au dessus de la plage de Cavone. Remonter vers le Muzzellu (rien à voir avec les Vuvuzellas !) puis rejoindre le Bocca di Fuata 452 m. De là, le sentier suit la crête avec de beaux points de vue sur Girolata ! Il rejont la Punta Di A Literniccia en passant par la Borne 784 m

De la Punta Linterniccia, c'est plein Nord (avec des lacets). Contourner le CApu a Ruja par l'Ouest et descendre dans le vallon, suivre le ruisseau de Tavulaghiu puis soit le petit murer à droite, soit traverser le ruisseau pour rejoindre Galéria et la mer 0 m.

 

Baignade obligatoire !

 

 

Retour en stop, attention, c'est assez long, la route tourne pas mal !

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour le reste quelques photos et le souvenir d'une belle et chaude rando !

 

Photo

 

P1080805Départ : la montée au dessus de Curzu

 

P1080811Vue sur la plage de Tuara et le golfe de Galéria - la Scandola

P1080825

Marie et Louis arrivent à la plage Tuara

 

P1080853

 

Trop Chaud, dure, la remontée pour basculer entre la plage de Tuara et Girolata (14 h...)

 

P1080857

 

La plage de Tuara

 

P1080868Girolata

P1080923

Girolata - village de pêcheurs

 

P1090025

Girolata - vue du début d'étape entre Girolata et Galéria

 

P1090030Girolata

P1090050

Galéria est encore loin...

 

P1090053

En descendant vers le golfe de Galéria

 

 

P1090070Fin de rando, Louis sur la plage de Galéria

 

Voir les commentaires