Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ski de rando : Pointe de Chalune - 2116 m

Publié le par Apoutsiak

Jolie rando, retrouvailles avec Steph.

P1030984Dure lutte entre le soleil et les nuages

Topo

Du hameau de Bonnavaz (chapelle) remonter la route (non dégagée en hiver) et rejoindre Beauregard au Nord et le Foron. passer au Foron du milieu puis au Foron d'en Haut (Nord Ouest) Traverser la pente pour rejoindre le col de Chalune et de là, le sommet ! 2116 m

Pointe-de-Chalune.jpg

Récit


7 h du mat, je retrouve Steph qui vient me chercher à l'appart à Samoëns. à 8 heures, nous sommes à Bonnavaz (1187m) au dessus de Praz de Lys. Plein Nord, preque à plat, la descente de cette portion s'annonce galère. Enfin, ça commence à grimper. Je suis Steph pendant une partie, mais le guerrier de la pente des Courtes a plus la caisse que moi. Je le laisse filer poursuivant à mon rythme. Je le vois galoper dans la trace faite par l'unique skieur qui nous précède.
Petite pause, nous profitons du moment. Le soleil mêne une âpre bataille avec les nuages . Je sors tout de même les lunettes de soleil, ça le fera venir.  10 minutes plus tard, elles sont sur mon bonnet, le soleil est dans une position difficile, au loin, notre traceur poursuit son chef d'oeuvre. Nous ne gagneons que peu de terrain. Après chaque pause, Steph, lentement mais surement me relargue, je suis heureux de le voir dans une telle forme si "vite" après son accident ! traversée d'une pente un peu raide, nous rejoignons le col de Chalune. Dernirèes pentes en arc de cercle. Notre traceur merdouille pour acceder au sommet à ski, nous le graviront à pied sur les 10 derniers mètres. Courte pause, nuageuse. Au loin il y a plein de skieurs montants vers le sommet.
Et c'est parti Quelques virages pour se mettre en jambe. Nous saluons nos successeurs. Col de Chalune. Espacement, Steph part devant. Je le suis, et miam miam dans la pente. La poudreuse est bobbe (bien qu'un peu lourde si l'on veut être exigeant ! J'ai le sourire jusqu'aux oreilles. Les pentes s'enchaînent. Traversée de ruisseau. ne reste que des faux plat.
Le pas du patineur n'a plus de secret pour moi (ou presque) Nous filons vers le bas. Je coupe un virage dans une poudreuse de rêve tandis que Steph suit sagement la trace ! Neige excellente. Ensuite c'est pousse bâton et patineur avant de rejoindre la voiture. Il est midi. Steph me redescends à Taninge où je retrouve Sandrine pour un rour à la maison dans les bouchons de ce Grand Week end de vacacances, Bison futé a vu rouge !

Merci à Steph pour cette belle sortie !

Photos

P1030981Steph au meileur de sa forme

P1030985Au loin, le sommet

P1030984La Combe


P1030988Jolie vue sur la crête

P1030989sous le col de Chalune

P1030992Au sommet

P1030999Steph dans la descente sous le col de Chalune

P1040005Steph

P1040007




Vidéo


Voir les commentaires

Ski de Rando - Gouffre Jean-Bernard - lac des Chambres - bonne galère

Publié le par Apoutsiak

Une bonne journée de Galère : Pluie, neige, erreur d'itinéraire, portage, brouillard, but, chute, tout y était !

P1030946

Topo


Partir du parking du pied du Crêt
Rejoindre le point 844 puis les Grands Bois par la route forestière Au point 1236, traverser la rivière à droite (passerelle ou neige et suivre le sentier jusqu'au refuge de Folly Remonter au Gouffre Jean-Bernerd, les eaux froides, le lac des Chambres et le col des Chambres en erstant au fond du vallon...


Gouffre-jean-Bernard-carte-Haut-giffre-Allamands.jpg

Récit

J'avais prévu le hold up complet : Partir tôt le matin, remonter au sommet de la pointe de Pellegarde (2514m) passer au col des Chambres, de la pointe Rousses des Chambres et redescendre dans le vallon au Nord et la combe aux Puaires.
Je me levais tôt, prévoyant de débuter à la frontale et de ne pas rentrer trop tard... Vers midi e mettre les pieds sous la table... (pô bien !)

Je pars du parking du crêt et suis des traces de raquettes, rapidement, je vois que ça n'est pas le bon chemin, un coup de GPS et hop, revoilà le bon chemin et d'autres traces de raquettes. Je quitte les skis pour un portage., des barres rocheuses , les traces de raquetets sont là. Des chaînes, des barres rocheuses, c'est la galère. Trop tard pour rebrousser chemin. Je poursuis, il pleut ! Ca commence dur. Je chausse , déchausse, porte. Un coup de GPS et je retrouve enfin la trace, bilan : 150 m de dénivelé en 1 h 15 : efficace non. Je repars eà fond sur  la chemin forestier bien tracé. 500 m / h tout va bien, traversée de la rivière. Conditions idéales, trace facile.Il neige à présent. Et les peaux se mettent à coller ! et à botter ! Il faut en plus tracer en partie, la trace étant recouverte de neige fraîche !
Le rythme se ralentit, je passe sous le refuge de Folly. Je remonte a dessus, les traces sont moins nette, la visibilité réduite, il y a moins d'arbres, donc pas de répère visuel. Jour blanc ! Je perds les traces... les retouve. Je monte lentement. cherchant les traces comme point de repère. Je parviens à proximité du gouffre Jean-Bernard. Je ne vois rien. Ca se lève, le temps de repérer la suite de l'itinéraire. ça se recouvre. Je mange, j'attends de voir si ça va se redécouvrir. Je me pose la question de savoir qu'est ce qui est le facteur déclanchant de la décision de renoncer.
Et je renonce (sans avoir de réponse à la question précédente.

La neige est lourde et je ne vois pas grand chose. Je me sers de la trace de montée comme repère. Je passe au refuge de Folly puis retrouve le chemin forestier. La neige en bordure de sentier est croutée et la trace est rapide, j'ai les cuisses dures !
La descente s'opère. Je décide de descendre par le parking du pied du Crêt et de remonter par la route à ma voiture !
Il y a sur le bas des cailloux en travers du chemin. Un peu rapide, un caillou vengeur, et me volà par terre, le genou a tapé dans un autre caillou ! Aïe. Bouger le jambe... Se relever... ça va.  Retour au poitn 844, portage jusqu'à la route puis jusqu'à la voiture. J'arrive à 11 h à l'appart !

Une belle sortie bien galère !


Mon genou est ultra gonflé, un bel hématome qui mettra 3 jours à se résorber

Photo

P1030945

Vidéo


à suivre

Voir les commentaires

Ski de rando en famille : La Tête de Bostan

Publié le par Apoutsiak

Tête de Bostan - antécîme Est

P1070933

Topo

Depuis le parking des Allamands
Prendre la route forestière qui monte vers les Chavonne ( direction du col de la Golèse)
Passer sous le chalet de la croix et traverser le ruisseau.
De là remonter les pentes en direction de l'antécîme Sud Ouest, possibilité de poursuivre jusqu'à la tête de Bostan
(ou Tête de Bossetan)

1200 m de déniv


carte-Tete-bostan.jpg

Récit


Sortie famille : Marie à pied, Sandrine en raquettes, Louis à pied à la montée à ski à la descente , Agathe et moi en ski de rando.
Nous partîmes à 5, mais sans prompt renfort nous n'atteignimes que l'antécîme de la Tête de Bostan !

P1070930Agathe en ski de rando

En réalité, l'objectif initial était la pointe de Golèse. Nous sommes donc partis dans une saine ambiance vers ce sommet. 1 h après le départ, nous opérons une courte pause. Pique nique autour du chemin. Nous repartons peu après, la pointe de Golèse n'est pas tracée, alors que le chemin menant à al Tête de Bostan parraît excellent, nous suivons celui-ci ! La fatigue se fait sentir. Je laisse tout le monde à quelques encablures de l'antécîme, et je file à fond de train, fouler son chef de mes skis. Je redescends dans une neige dure au départ, mais qui devient rapidement excellente. Les skieurs (Agathe Louis et moi) en mettent plein la vue aux marcheurs. ( Marie fait tout de même quelques belles glissades) Nous retrouvons la route, je skie en parallèle. Puis c'est le portage de Marie sur le chemin, pendant que Sandrine, à l'intestin fragile, termine dans un état proche de l'Ohio !

Belle réussite tout de même !

Photos


P1070935Sortie de forêt

P1070939Agathe et Louis

P1070944Marie et Louis coupe les virages - au loin Sandrine et Agathe


P1070948Marie

P1070953Marie et Sandrine dans le dur

P1070954
P1070958

P1070964Descente "miam!"

P1070979Agathe et Louis - les skieurs !




Vidéos

Voir les commentaires

Ski de rando: Trois Courses autour de Samoëns - Haut Giffre - Chablais

Publié le par Apoutsiak

Articles détaillés en skiant sur les liens, euh non en cliquant !




Ski de rando Famille : La Tête de Bostan - antécîme Sud

jolie rando au départ du parking des Allamands

P1070953.JPG

Galère au dessus du refuge de Folly : Le Gouffre Jean-Bernard

Dans le brouillard, sous la pluie, la neige, avec les peaux qui collent avec des erreurs de préparation de l'itinéraire...

P1030946.JPG

Pointe de Chalune

Rando au dessus de Praz de Lys avec Steph, l'homme du Wildhorn !


P1030988.JPG

Voir les commentaires

Cabane de Panossière - 2641 m (FX Bagnoud)

Publié le par Apoutsiak

Tél : +41 27 771 33 22

2641 m


Cabane au pied des Combins. De multiple courses au départ ( ou à l'arrivée de cette cabane!) Panorama magnifique

http://ledoux.extreme.a.chez-alice.fr/Grandcombin3.jpg


Accès :

Depuis fionnay :

Prendre le sentier qui part au Sud du villag eet remonter le sentier. Au point 2110 prendre le sentier à flan (avalancheux pour info en début de saison), rejoindre la morraine et ganger le refuge par la moraine 4-5 heures

En cas de risque d'avalanche (et en hiver) , rejoindre le vallon de Corbassière et le Plan Goli et gagner le refuge par le glacier.


Du lac de Mauvoisin ( vérifier que la route est ouverte !!!)

Prendre le sentier qui part à l'Ouest passer au point 2520 m prendre alors Sud Ouest et rejoindre le col des Otanes (2771 m) De là descendre jusqu'à la morraine et la cabane de Pannossière plus au Nord.

Notes :

Maxime et Jehanne Dumoulin les anciens gardiens de la cabanne de Pannossière ont pris leur retraite  en 2009 après 40 ans de gardiennage de ce refuge !
  A vous de découvrir les nouveaux gardiens !

Remarque : pour les Français (et les "non Suisses") La demi pension était très vivement recommandée... sous peine de faire la cuisine dehors, quelque soit la météo ! (pour des raisons de sécurité...)

Courses au départ de la cabane :


Petit Combin

Combin de Corbassière

Grand Combin
Grand Combin de Corbassière - Grand Combin de Graffeneire - Combin de Tsessette

http://ledoux.extreme.a.chez-alice.fr/Grandcombin4.jpgLa cabane par beau temps, perchée sur sa morraine

http://ledoux.extreme.a.chez-alice.fr/Grandcombin8.jpgEn montant vers le couloir du gardien - avant la tempête

http://img.over-blog.com/600x450/0/08/49/95/ski-de-randonn--e/P1050107.jpgLe haut du couloir du gardien - dans la tempête
Cette photo et la photo précédente n'ont aucun rapport temporel ! 1 an d'écart entre les deux !


http://stephane.peiti.free.fr/montagne/Ski%20de%20rando/Grand%20Combin/slides/IMG_5507.jpg
Votre serviteur dans le couloir
 et dans le pépê avant un but
( il faut dire que j'avais emmené Steph
 dans mes bagages !)

http://ledoux.extreme.a.chez-alice.fr/Grandcombin1.jpgLever de soleil sur le couloir du Gardien

http://img.over-blog.com/600x450/0/08/49/95/ski-de-randonn--e/P1030337.jpgzoom sur le Grand Combin depuis le Wildhorn

Voir les commentaires

Refuge des Cosmiques - 3613 m

Publié le par Apoutsiak

Refuge des Cosmiques 3613 m

Téléphone :  00 3304 50 54 40 16
Téléphone du gardien (hors saison) :
04 50 54 40 16

130 places

refuge d'hiver :

abrit Simon au pied de l'arête des Cosmiques - spartiate !  12 places



Tarifs :

32 € la nuité (réservation obligatoire, s'y prendre à l'avance pour les week end ! Avril ! )

49 € la demi pension
Bivouac possible au col du Midi, à l'applomb du refuge




Accès :

De l'aiguille du Midi : descendre l'arête Nord et par un mouvement enveloppant ( direction Est) , rejoindre le col du midi et contourner la base de l'aiguille du Midi. Remonter la pente de neige qui mène au refuge

30 minutes depuis l'aiguille du Midi
Attention : la remontée à l'aiguille du Midi peut s'avérer relativement longue en cas de grosse fatigue !


courses possibles :

Mont Blanc par les 3 Monts
traversée des Pointes Lachenal
Arête des Cosmiques aiguille du Midi
traversée Midi Plan
Tour Ronde
Vallée Blanche
Mont Blanc du TAcul
...

Photos :




 


 

 

 

 

Voir les commentaires

Nuages de Tags

Publié le par Apoutsiak

Voir les commentaires

Drame dans la face Nord de l'Eiger - Vidéo -

Publié le par Apoutsiak

Tout celà dans la langue de Goethe



Dans les années 1930, la conquête de l’Eiger était considérée comme le « dernier grand problème des Alpes ».
Neuf alpinistes, dont l’Allemand Toni Kurz et trois de ses collègues, trouvèrent la mort dans les tentatives qui précédèrent la première ascension de la paroi nord, réalisée il y a septante ans. Le film « Nordwand », qui retrace ce drame, va sortir en octobre. Regard dans les coulisses.

Au cours de l’été 1936, les Allemands Toni Kurz et Andi Hinterstoisser, deux chasseurs alpins, se rendent à Grindelwald pour vaincre la paroi nord de l’Eiger. Durant l’ascension, ils rencontrent les Autrichiens Willy Angerer et Edi Rainer. Alors que les deux cordées progressent sans encombre, un drame se prépare. Willy Angerer est blessé au front par une pierre qui tombe, puis un changement de temps oblige les quatre alpinistes à rebrousser chemin. Seul Toni Kurz survit aux avalanches qui déferlent Une première qui date de septante ans Après la première ascension de l’Eiger, il y a cent cinquante ans (voir Les Alpes, 7/2008), il fallut attendre les années 1930 pour voir les alpinistes – notamment allemands, autrichiens et italiens – convoiter la paroi nord. Trois grimpeurs allemands ouvrirent les feux en 1934, mais durent abandonner leur tentative à 2900 mètres d’altitude. Dans les quatreans qui suivirent, neuf personnes y trouvèrent la mort. En 1936, le canton de Berne en interdit même brièvement l’accès. La cordée austro-allemande composée d’Anderl
Heckmair, Ludwig Vörg, Heinrich Harrer et Fritz Kasparek fut la première à vaincre cet à-pic de 1800 mètres de haut. Son succès fut utilisé à des fins de propagande par le régime nazi.(Source : Rainer Rettner, Eiger – Triumphe und Tragödien 1932–1938, Editions AS) sur eux. A moitié gelé, il passe encore une nuit dans la paroi. Le lendemain, alors que l’équipe de secours, en action depuis plusieurs heures, n’a plus que 5 mètres à gravir pour le rejoindre, un noeud qui se coince dans son mousqueton lui est fatal. « Je n’en peux plus », ditil avant d’expirer. Son décès est un des événements les plus dramatiques de l’alpinisme. Hormis les moments vécus par les sauveteurs auprès de lui, les circonstances de cette tragédie sont demeurées obscures et ont donné lieu à plusieurs interprétations.
Un film a été réalisé à ce sujet et sortira en octobre1. Intitulé Nordwand (Paroi nord) et mis en scène par l’Allemand Philipp Stölzl, il s’agit d’une coproduction germano-austro-suisse. L’oeuvre, qui a coûté 7,5 millions d’euros, a été tournée au cours de ces deux dernières années, principalement sur le « site d’origine ».





A lire également : ce document PDF du CAS ( dans la langue de Molière !!! )
1ère partie



2ème partie



3ème partie



4ème partie



5ème partie



6ème partie



7ème partie



8ème partie

Voir les commentaires

1 2 > >>