Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le gendarme héréditaire de l'aiguille du Moine

Publié le par Apoutsiak

Avant hier, je surfais sur camp to camp, quelqu'un y avait rentré l'aiguille du Moine par la voie Normale. Etant donné que j'ai pris deux buts sur cette montagne, je lis le compte rendu. Et je vois que dans celui ci on parle du gendarme héréditaire cher à Guillaume, et Guillaume, c'est votre serviteur... c'est à dire en quelque sorte ... moi !

On m' appris que tout commence toujours par un "petit un historique" donc ... petit 1 historique ;-)

Il y a une disaine d'année, je suis venu avec Thib, mon frère  . Nous sommes montés, de Chamonix jusqu'au Couvercle sans prendre le train. Au programme du lendemain... la voie normale de l'aiguille du Moine. Le lendemain, tout se passe bien, nous remontons jusqu'au petit glacier à la base de la face sud, nous rejoignons le couloir du départ de la voie et remontons les deux premiers couloirs comme indiqué sur le topo. Puis une sente  et des cairns nous emmènent sur la montagne jusqu'à une arête infranchissable avec un gendarme !. Nous redescendons et tentons plus à l'ouest, un dièdre  en V en grosse... il y a bien des sangles et des spits, mais pour notre niveau trop dur. Nous passons de longues heures à chercher la voie, des cairns il y en a... PARTOUT, mais de là à trouver le bon chemin.

Juillet 2001, de retour au Couvercle avec Isabelle (en prenant le train du Montenvers , évolution de la situation professionnelle oblige) , ascension de la pointe Isabelle avec Isabelle puis traversée des Courtes (MAGNIFIQUE). Un petit coup de crampon dans la cuisse d'Isabelle en fin de traversée , des steri strips à 3800, la médecine de guerre, ça me connait, puis franc succès quand j'ai ouvert la pharmacie du refuge ou l'ensemble des médicaments avaient au minimum passés la date de péremption de 10 ans.  (voir là pour de plus amples informations).

J'explique à Isabelle  mon souhait de gravir le Moine, elle me répond, pas de problème je l'ai déjà fait avec quelqu'un , c'était super simple. Tant mieux, ça ne m'était pas parru évident la première fois !

Bref nous partons, moi, le couteau entre les dents, elle, les steri strips sur la cuisse pour cette nouvelle tentative, la météo est bonne et stable. Nous remontons le petit glacier. Premier problème, pour atteindre la base de la voie, il faut descendre dans une énorme rimaye et remonter son bord supérieur rocheux, patiné et tremper. Après prêt d'une heure d'attente , nous passons et attaquons les 2 couloirs ( là, je suis très à l'aise, je sais que c'est le bon début de voie !!!) Puis, c'est le classique grand louvoiement entre les cairns , les éperons rocheux et les arêtes ... pour arriver face au gendarme...

50 ans plus tôt mon Grand père (Henri Bolon) venait déjà en montagne et le l'aiguille du Moine avait été l'un de ses objectifs. J'ai interrogé ma Grand-ère à ce sujet et elle me parle de nombreux échecs successifs dont certains où elle aurait participé... Grand Père a pris des photos de ces échecs et sur l'une d'elle on retrouve le même gendarme que celui que j'ai atteind 50 ans plus tard

C'est bien un but héréditaire !!!

 Au cours d'un forum de camp to camp, j'ai raconté cette histoire de but héréditaire et de gendarme atteint en systématique. Loïc, un membre de camp to camp a buté au même endroit (ce qui à mon avis est un très grand classique) et a eu la bonne idée de le prendre en photo  comme je le proposais sur le forum pour valider le but. Il a du modifier la course en notant la présence de ce gendarme héréditaire cher à Guillaume. Cette allusion me fait bien plaisir, c'est idiot, mais c'est comme ça. Merci à lui.

 

Gendarme---Aiguille-du-Moine---31-Juillet-2001-2.jpg
Bassin-de-Talefre-10-7-1953.jpg

31 Juillet 2001 avec Isabelle Saillard

(Apoutsiak)

10 Juillet 1953 Henri Bolon (mon Grand Père)

 Pour retrouver :

le forum camp to camp sur les buts responsable de l'expression but héréditaire

le topo de l'aiguille du Moine par la voir normale

 

 

 

 

 

( traduction : but = echec)

Voir les commentaires

expedition de Lionel Daudet aux Kerguelen

Publié le par Apoutsiak

Une Grand-Mère, les îles Crozet, les îles Kerguelen , une expé à vous de recoller les morceaux

carte îles Kerguelen

carte îles Crozet

îles Crozet

Pour beaucoup, vous ne le savez sans doute pas, votre petit Apoutsiak est le petit neveux d'un certain Monsieur Crozet, qui a découvert les îles du même nom, il y a un certain temps. Pour être plus exact, le capitaine ayant cassé sa pipe (enfin je le pensais, pour tout comprendre lire ci dessous l'histoire des îles Crozet), Monsier Crozet est devenu maîre à bord (après Dieu), il est tombé sur les îles , et là bingo, son nom passe à la postérité. Deuxième précision, on m'a toujours parlé du cousin de ma grand mère, mais j'ai l'intime conviction que ça n'est pas un cousin de première génération et que quelques générations nous séparent. ( les îles ont été découvertes en 1772)

les îles Crozet (merci Wiki) Histoire des îles

Les îles Crozet furent découvertes par l’expédition de l’explorateur français Nicolas Thomas Marion-Dufresne qui fit débarquer son second Julien Crozet sur l’île de la possession le 24 janvier 1772. Crozet prit alors possession de l’archipel au nom de la France. Le capitaine britannique James Cook nomma ces îles d’après Julien Crozet, ayant également donné son nom de Marion-Dufresne à l’île Marion, de l’archipel du Prince-Édouard.

Au début du XIXe siècle, les îles Crozet étaient souvent visitées par des chasseurs de phoques, provoquant leur quasi disparition vers 1835. Après cette date, la chasse à la baleine fut la principale activité menée autour de l’archipel, particulièrement par les baleiniers du Massachusetts, aux États-Unis.

Les naufrages , le navire français Tamaris coula et son équipage se réfugia sur l’île aux cochons. Ils attachèétaient fréquents aux abords des îles Crozet. Le chasseur de phoques britannique Princess of Wales coula en 1821 et les rescapés du naufrage passèrent deux ans sur les îles. En 1887rent une note à la patte d’un pétrel ; la note fut trouvée sept mois plus tard à Fremantle en Australie, mais les naufragés ne purent être sauvés. La fréquence des accidents maritimes autour des îles était telle que la Royal Navy y envoyait de temps en temps un navire (à intervalles de quelques années) pour récupérer d’éventuels survivants.

Après 1923 et l’affirmation de sa souveraineté, la France administre les îles Crozet comme une dépendance de Madagascar, mais elles deviennent un district des Terres australes et antarctiques françaises en 1955. En 1961, une première mission a lieu sur l'île de la Possession. En 1963, la base permanente est construite au-dessus du site de Port-Alfred, elle reçoit en 1969 le nom d'Alfred Faure (chef de la première mission). À l’heure actuelle (42e mission en 2005), la station possède une équipe de 18 à 30 personnes suivant la période de l’année et les scientifiques y réalisent des recherches en météorologie, biologie, géologie, magnétisme terrestre et sismographie

En gros, ça n'a presque rien  a voir avec le sujet, mais tout de même, pas loin (vu d'ici des îles Crozet, il y a les Kerguelens, et sur les Kerguelens, il y a un sommet qui s'appelle le Mont Ross. Une expé est en train de tenter de le gravir et de faire une magnifique traversée d'arêtes... expé composée entre de Lionel Daudet, Sebasstien Foissac, Philippe Pellet, Emmanuel Cauchy et Véronique Grilleau-Daudet . Bon courage à eux, il me semble que la météo sur les Kerguelens ne laisse que de brèves fenêtres météos et qu'il y a toujours beaucoup de vent (pour une course d'arête...)

Le Grand Ross et le Petit Ross

Pour info : vous retrouvez le récit de cette expé sur les sites suivants. Bravo à eux et bon courage.

http://yannick.michelat.free.fr/Telross.htm

http://alpinisme.blogs.liberation.fr/mon_weblog/

 

Voir les commentaires