Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La dernière course

Publié le par Apoutsiak

La dernière course

 

Je reprends ce titre à Joe Simpson, la comparaison s'arête là, je n'ai ni ses talents d'alpinistes, ni ceux d'écrivain

 

Juillet 2005, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai proposé à ma mère, de réaliser une jolie course d'alpinisme. Et elle a accepté. Il faut dire qu'elle a un joli passé : nombreuses rando dans les alpes, et quelques sorties « alpinisme » dans sa jeunesse. Bref elle ne part pas dans l'inconnu.

 

Sauf que lorsque je la retrouve, je me rends compte que son entrainement cet année est proche de zéro et qu'elle n'a même pas essayé les chaussures d'alpi que mon frère lui avait passé alors que la sortie est prévue de longue date.

 

La météo pour le séjour n'est pas parfaite, orages annoncés dans l'après midi pour le retour des Dômes. Il ne faudra pas trainer.

 

Départ à 8 heures du matin, de Luthézieu. Nous vérifions les sacs sous l'oeil attentif de Claude et Sandrine, nos époux respectifs... à 10 heures, nous sommes aux Contamines, le temps est magnifique, un peu trop...

La montée à Tré la Tête se fait en une heure vingt, pardois à 500 mètres heures, ce qui me parraît assez élevé étant donné l'âge de maman, mais je profite de sa forme pour me dégourdir les jambes.

Arrivés sur place, nous pique-niquons, règlons son sac et ses problèmes d'ampoules.

 

Nous repartons pour le passage du mauvais pas, où elle a du mal à trouver son souffle, nous passons le premier névé et c'est le début du glacier de Tré la Tête, couvert de cailloux ! Le monstrueux coup de barre frappe Geneviève, nous faisons une pause avant de traverser le glacier, nous passons sous le chemin classique mais éboulé du refuge, pour gagner la rive droite du glacier et cheminer entre celui-ci et les barres rocheuses, sur des blocs particulièrement instables (super pour le rythme) Arrivés au niveau du drapeau, nous remontons le sentier et gagneons le refuge, Geneviève est exténuée...

 

Le gardien, voyant l'âge de ma coéquipière nous attribua une chambre de guide ( 4 couchettes) où nous siègerons à deux ! C'est la première fois que ça m'arrive.... (et la dernière, pourtant j'y ai dormi un paquet de fois aux Conscrits !...)

 

Après un repérage, le rangement du matériel, et un bon repas, nous nous couchons vers huit heure et demi.

 

A 4 heures, il est l'heure, le déjeuner vite avalé, nous fillons vers le glacier , à flanc de montagne. 1 heure plus tard, nous sommes encordés. Geneviève est moyennement en forme, mais nous restons au milieu des cordées. Nous nous dirigeons vers le bien nommé col infranchissable et nous bifurquons plein ouest vers le col des Dômes . Je sens que Geneviève n'est pas au mieux, le vent souffle à présent très fort, la fenêtre météo prédite est bien là, mais le temps change, et comme prévu, il devrait pleuvoir cette après-midi.

 


 

Enfin au col, je sens Geneviève très faible. Pâe comme un cachet d'aspirine. Le vent est glacial et balie l'endroit, difficle de se parler, impossible de rester là sans rien faire,  je laisse tomber rapidement mon idée de la laisser une demi heure seule et de me faire le sommet en solo avant de la récupérer, il fait trop froid et il y a trop de vent, elle est très fatiguée. Nous décidons de redescendre rapidement après une courte pause.


 


 

 

 

 

 


 

Sur le replat du glacier, tout va mieux, nous en profitons pour faire quelques photos avant de redescendre. Geneviève fait quelques chutes mémorables, se prenant les crampons.

 

Nous arrivons au refuge des Conscrits, le temps est couvert, la pluie n'est pas loin. Nous le quittons un quart d'heure plus tard. Le passage le long du glacier est bien "merdique"... les rochers et gravillons glissent sur la glace, emportant le pied de l'alpiniste fatigué

 

Sur le plat du glacier, les premières gouttes tombent, l'averse est rapidement énorme, nous sommes trempés en moins d'une minute et c'est l'orage qui arrive derrière le mont Tondu, il faut se réfugier à Tré la Tête. Il est seulement midi et quart et le mauvais est déjà là !  Je prends le sac de Maman qui est morte de fatigue, et lui dis de droper! Nous passons le mauivais pas sous la pluie avant de rejoindre Tré la Tête au triple galop et sous la pluie batante.

Nous décidons d'opérer une bonne pause en attendant que ça se calme. Une salade pour se restaurer, le temps à l'air de se stabiliser, Maman n'a pas trop faim, et je menfile presque les deux salades (salade de Tré la tête : excellente soit dit en passant)

Nous nous changeons, ça fait du bien d'être au sec !...

 

 

 

      

 

Nous repartons, il ne pleut plus, un quart d'heure après c'est le déluge, de pluie et d'orage.

"Mère gardez vous à droite, mère gardez vous à gauche !", tel Philippe à la bataille de Poitier en 1356, je conseille mon aïeul. Mais les Anglais éclairs sont trop nombreux... Le Prince noir va t'il récidiver ? 

Le ciel est blanc d'éclairs, ambiance électrique, les sentiers ne sont plus que ruisseau. Nous sommes trempés derecher, jusqu'aux os !

 

Les éclairs tombent tout prêt de de nous, le tonnerre gronde en permanence, c'est le déluge, l'apocalypse ! trop tard pour remonter à Tré la tête, il faut filer vers le bas. nous décampons comme nous pouvons vers la voiture, sursautant lors des éclairs trop proches ! A 15 h 40 nous y sommes, trempés mais heureux...

 

 

 

Les pieds de Geneviève se souvendont longtemps de cette balade, avec mes excuses pour les âmes sensibles. Elle mettra un peu de temps à récupérer...

 

 

 

 

Ce fut la dernière course de mamaman. Cet orage fut le pire de ma "petite " experience d'alpiniste, le plus impressionnant.

 

Commenter cet article